lienlien
   Shinigamis : 11 ‖‖ En conflit
  Prédef : On       Inventés : On
   Exilés : 05 ‖‖ Neutre
  Prédef : On       Inventés : On
   Vizards : 01 ‖‖ Alliés à la SS
  Prédef : On
    Humains : 03 ‖‖ Neutre
  Prédef : On       Inventés : On
    Quincys : 01 ‖‖ Neutre
  Prédef : On       Inventés : On
    Arrancars : 08 ‖‖ En conflit
  Prédef : On       Inventés : On



 

Partagez | .
 

 Beyond two souls [PV Aiko]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Beyond two souls [PV Aiko]   Ven 5 Juin 2015 - 22:38

Une odeur de savon.

C'est assez amusant comment une simple odeur peut en dire long sur une personne. Tout d'abord, cela signifie que la personne ne prends pas soin d'elle. A moins de faire partie des cinglés du Gotei 13, chacun des capitaines prenaient soin d'eux. Après tout, un capitaine représente sa division. Passer pour un gueux n'est pas une bonne chose.

Mais elle avait l'air de s'en foutre. Comme le savon, elle puait la misère. Était-ce sa démarche un peu lente ? Sa voix un minimum traînante ? Son intonation ne respirant pas là vie ? Elle intriguait l'Aveugle aux Coquelicots.

Il l'avait alors approché. En tant que nouveau capitaine, rien de plus facile. Faire connaissance. Après tout, avec les derniers événements, les capitaines devaient être plus soudés que jamais. Ils avaient échangés quelques banalités. Comme quoi ils étaient contents de bosser ensemble. Même un aveugle aurait pu voir que le cœur n'y était pas vraiment. Deux collègues se préparant à subir un shift démentiel et ne pouvant qu'échanger quelques mots avant l'impact.

Cependant, Nobusuke avait réussit à récupérer quelques informations. Tout d'abord, elle cachait une partie de son énergie spirituelle. Étrange, il aurait pensé qu'un nouveau capitaine n'aurait qu'une envie, celle de montrer la taille de son gros bâton. Aussi, elle semblait réellement … Triste ? Était-ce là le mot ? Il n'arrivait pas vraiment à dire si elle faisait partie des gens ne montrant pas vraiment d’intérêt aux affaires des simples mortels comme un Kuchiki ou si elle ne pouvait pas vraiment. N'étant pas noble ...

Du coup, la lettre du Capitaine Commandeur qu'il avait reçu lui avait fait plaisir. Organiser une session d’entraînement entre lui et la Capitaine Iwasaki. En lisant entre les lignes, on pouvait facilement deviner que le but était pour chaque capitaine de mesurer l'autre et de faire un rapport. C'était même écrit directement sur l'ordre. Pour lui du moins.

Il avait donc fait porter un message invitant la capitaine à venir aux locaux de la neuvième division deux jours plus tard. Le jour fatidique, il fit se rassembler la division dans la grande salle de la division où il avait fait brûler un encens capiteux, le genre d'odeur où il faut être habitué. L'arène était prête, c'était ici qu'ils croiseraient le fer. Un léger tremblement agitait Nobusuke. C'était la première fois qu'il affronterait un adversaire de niveau capitaine. Leur montrer le bankai est une chose, ne pas se faire transformer en kebab en est être autre. Cependant, il n'en laissait rien paraitre. Pas devant ses hommes.

Enfin, il se rendit seul, sans son lieutenant, devant la porte des bâtiments de la division. Appuyé sur sa canne, un bouquet de coquelicots dans son autre main, il « fixait » devant lui, se concentrant légèrement pour capter l'arrivée de ses hôtes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Beyond two souls [PV Aiko]   Dim 7 Juin 2015 - 22:20

Quand Aiko avait appris que le nouveau kyû ban tai Taicho était aussi aveugle que son prédécesseur, elle n'avait pas bronché. Après tout, si quelqu'un avait pris la décision de lui offrir le rang de Capitaine, il devait sûrement y avoir une raison. Le même genre de raison pourquoi elle-même était Taicho à présent, même si souvent elle n'avait pas l'impression d'en être digne. Néanmoins, elle se battait pour, et elle ne doutait pas une seconde que c'était le cas pour son nouveau collègue également.

Elle ne lui avait parlé qu'une fois. Ils avaient échangé quelques paroles, elle lui avait souhaité la bienvenue. Il avait semblé gentil, tout du moins, mais quelque chose clochait. Rien de trop évident, ni de trop dangereux, mais c'était évident, simplement en voyant la façon dont il faisait l'idiot. Une allure de gentillesse, doublée d'une certaine maladresse. Mais dans ses pupilles vides se cachait une lueur d'intelligence, Aiko avait pu la détecter. Peut-être, simplement, en faisait-il trop. Dans tous les cas, la san ban tai Taicho ignorait si elle était la seule à avoir détecté ceci. Néanmoins il ne semblait pas dangereux. Il lui semblait qu'il cachait simplement un tour dans sa manche. C'était une façon de prendre les adversaires par surprise, peut-être.

Alors elle jouait le jeu, n'avait fait aucun commentaire. Mais lorsque le message du Sôtaicho parvint à elle, comme quoi elle devrait organiser une session d'entraînement avec Nobushige Nobusuke afin de jauger sa force, elle garda toujours ses doutes en tête. Elle se doutait qu'il avait reçu la même lettre: elle n'avait pas eu le temps de se prouver sur le terrain. C'était la paperasse qui l'avait engloutit, et ceci était le moment de tester ses capacités et celles du nouveau kyû ban tai Taicho. C'était faire d'une pierre deux coups.

Le message de l'homme vint deux jours plus tard. Elle n'avait pas eu le temps d'organiser les choses de son côté, et donc le duel se passerait dans sa division à lui. Elle se préparait donc à partir, enfilant son haori, sa ceinture puis glissant son Zanpakutô à sa taille. Elle était nerveuse, oui, mais pas nécessairement à cause du combat à venir. Plutôt, son pouvoir se prêtait mal à ce genre de chose. Elle préfèrerait ne pas avoir à l'utiliser... Pourtant elle se doutait qu'elle aurait du mal à s'en tirer sans libérer Shojo no Junjou contre un autre Taicho. Et même si elle le libérait, elle se doutait qu'elle ne pourrait pas y aller indéfiniment sans accéder à sa deuxième phase. L'idée d'infliger de la souffrance à un collègue ne lui plaisait pas énormément, mais... Elle n'avait pas trop le choix.

Elle fit donc doucement son chemin vers les barraques de la kyû ban tai, et en arrivant elle fût acceuillie à la porte par le Taicho lui-même. Il tenait dans ses mains un bouquet de coquelicots, chose à quoi Aiko arqua un sourcil. Bien, il continuait de jouer son jeu. Elle ferait de même, dans ce cas. Elle s'approcha donc de lui et le salua.

« Bonjour. »

Simple, sobre. Elle aurait rajouté quelque chose, mais elle se doutait que de parler de la beauté du ciel de l'après-midi n'était pas exactement pertinent. Elle se contenta donc de s'incliner légèrement, puisqu'elle avait déjà vu le kyû ban tai Taicho remettre cette politesse à quelqu'un d'autre. Elle savait donc qu'il avait un moyen de savoir qu'elle lui était donnée. Autre chose aurait été purement stupide.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Beyond two souls [PV Aiko]   Lun 8 Juin 2015 - 21:37

Une odeur de savon.

Encore et toujours cette simple odeur de savon. Souvent, même les gens qui se lavent sentent autre chose qu'une simple odeur de savon. Nobusuke, par exemple sentait certes le savon, mais aussi les produits qu'il utilisait et le coquelicot. D'autres avaient une odeur de sueur, comme ceux de la onzième division. La quatrième sentaient les onguents par exemple. Mais elle, rien, si ce n'est le savon et la tristesse. Une goutte de sueur froide descendit le long du dos de Nobusuke, mais il ne perdit pas son calme.

Avec un sourire radieux, il se pencha devant sa collègue dans un signe de respect. D'une voix qu'il voulait chaude et rassurante, il prit la parole :

« C'est un honneur de vous recevoir dans nos quartiers, estimée Capitaine. Veuillez accepter ces modestes fleurs. Avec le retard pris par mes prédécesseurs dans les papiers, je n'ai eu que peu de temps pour m'occuper du jardin, j'espère néanmoins que ces quelques coquelicots sauront vous faire plaisir. »

Il n'y avait aucun mensonge dans ce que disait le shinigami. Son jeu de gentil un peu benêt n'était peut être qu'un masque, mais il n'était pas homme à mal recevoir un hôte de marque ou à ne pas respecter un minimum les conventions. D'une vois qu'il voulait toujours aussi cristalline, il continua :

« Je ne vais pas vous mentir, vous vous doutez bien que je suis capable de me déplacer sans soucis. Je ne serais pas capitaine sans ça. Mais pour parler à quelqu'un, je préfère les toucher un minimum. Contrôler les alentours est vite fatiguant, et je me souviens de mes jours de voyant qu'il est extrêmement désagréable qu'une personne ne vous regarde pas quand elle parle. »

Il lui tendit le bras gauche, qu'elle prit. Il resserra doucement et fermement sa prise sur le bras de sa collègue, non sans une certaine douceur. Il se voulait chaleureux et rassurant, avec son parfum rappelant l'odeur du pain chaud. Délicatement, il la conduisit vers la grande salle. Sur le chemin, en bon hôte, il lui fit la conversation. Il sentait bien qu'elle n'était pas d'humeur à parler pour ne rien dire et prit donc cette tache avec un certain plaisir. Il discuta de tout et de rien, du temps chaud qui annonçait l'arrivée de l'été, du nouveau restaurant qui venait d'ouvrir au coin de la rue, de jardinage, de peinture. Il évita les sujets qui fâchent, comme le fait de récupérer la division d'un traître et l'espèce d'aura de suspicion qui flottait entre les capitaines.

Une fois arrivés dans la grande salle, plongée dans le noir mis a part les points lumineux des encensoirs, il lâcha se collègue et frappa dans ses mains. Les lumières s’enclenchèrent, revelant près de deux cents shinigamis dans des gradins en arc de cercle. Le shinigami sembla changer légèrement. Il se tenait un peu plus droit, ses traits étaient un peu plus durs. Il n'était plus l'hôte attentionné, mais le capitaine. D'une voix plus grave, celle du meneur d'homme, il lança :

« Neuvième division, voici la capitaine de la troisième Division, Iwasaki Aiko. Salut ! »

L'homme claqua sa canne sur le sol et, comme un seul homme, les shinigamis saluèrent l'invitée. Une petite démonstration de force, non pas pour impressionner spécialement Aiko, mais pour lui montrer que bon an mal an, la neuvième division retrouvait sa cohésion et que les jours de trahison étaient loin.

« La capitaine nous fait l'honneur d'une séance d’entraînement avec votre serviteur. Ouvrez grands vos yeux et vos oreilles, et apprenez ce que vous pouvez. »

Il se retourna vers sa collègue et repris la douce voix de toute à l'heure.

« Vous souhaitez dire un mot avant de commencer ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Beyond two souls [PV Aiko]   Lun 8 Juin 2015 - 22:58

Il lui sourit et lui offrit une courbette en retour. Elle aurait eu un sourire poli, peut-être, s'il avait pu la voir, mais plutôt elle ressentait un certain soulagement de ne pas avoir à plier ses lèvres en quelque chose d'entièrement faux. Bien que le nouveau kyû ban tai Taicho avait le don de la rendre un peu mal à l'aise de par son masque, ce mal était contré par sa cécité, qui signifiait qu'elle n'avait pas à porter le sien avec autant d'assiduité, du moins physiquement. Elle avait toujours détesté porter un faux sourire, et le fait qu'elle n'avait pas à le faire lui permettait d'être un peu moins écrasée sous le poids de son masque.

« C'est un honneur d'être reçue. » fit-elle dans un premier temps en s'inclinant légèrement à nouveau.

Il lui tendit son bouquet de coquelicot, elle prit doucement entre ses doigts, l'odeur agréable des fleurs lui montant aux narines. Elle le remercia d'une petite voix et serra doucement le bouquet. Par nervosité, celle qui commençait doucement à monter le long de sa colonne vertébrale. Pourtant son attention se retourna vers le kyû ban tai Taicho, et à la suite de son discours elle prit doucement le bras qu'il lui offrait. Alors qu'il faisaient leur chemin vers - assumait-elle - la grande salle de la neuvième division. Il parla en long et en large de toute sortes de choses, et elle se contenta de réponses courtes et polies. Elle n'avait pas énormément envie de discuter - quoique, elle n'avait jamais vraiment envie de discuter - et ce fût donc un léger soulagement pour elle que l'aveugle parle assez pour eux deux. Une partie de son masque, sans doute, ou peut-être une façon de détendre l'atmosphère, voire une façon pour lui de se calmer les nerfs.

Elle ignorait s'il était réellement nerveux, mais alors que l'électricité semblait faire son chemin le long de la colonne vertébrale d'Aiko, elle qui pensait avoir les choses sous contrôle, elle se demandait bien comment il serait possible que Nobushige Nobusuke ne soit pas au moins aussi nerveux qu'elle. Il était encore plus nouvellement Taicho qu'elle, et elle ne sentait pas venir de lui une énorme pression spirituelle - bien qu'elle savait d'expérience et parce qu'elle le faisait elle-même qu'il était possible qu'il ne faisait que la supprimer lui-même, et donc elle ne faisait pas de jugement hâtif.

Ils arrivèrent dans la grande salle plongée dans le noir, et pendant un instant Aiko eu peur qu'on lui demande de se battre dans la noirceur. Elle pourrait se débrouiller, sûrement, mais elle serait en net désavantage. Mais elle n'eut pas le temps de paniquer, puisque d'un claquement de mains le Taicho alluma les lumières, révélant... Sa division toute entière, sûrement. La san ban tai Taicho écarquilla les yeux devant cela. Sa nervosité monta d'un cran, elle n'avait jamais vraiment dû combattre devant un public. Elle se doutait que ça ne changerait pas grand chose, dans l'ensemble... Elle pensait bien pouvoir l'ignorer. Mais c'était un peu une mauvaise surprise.

L'autre Taicho la présenta à ses hommes, et ils répondirent tous à l'unisson. Un tour de force visant à l'impressioner, ou peut-être simplement à lui prouver qu'il avait les choses sous contrôle, puisque tous les deux étaient là dans un but d'évaluation. Dans tous les cas, Aiko ne savait pas trop quoi en penser. D'un côté, ce n'était pas son genre de leadership du tout: pour elle, être capitaine ce n'était pas simplement diriger ses hommes, c'était être la figure sur laquelle ils pouvaient compter, le pillier sur lequel ils pouvaient s'appuyer et qui les rassemblait. Pour elle, c'était un peu être une figure silencieuse d'autorité. Cet homme semblait avoir une toute autre façon de voir les choses. De l'autre côté, elle ne pouvait pas nier être un peu impressionnée.

Dans tous les cas, son attention se reporta sur lui lorsqu'il se tourna vers elle et lui demanda si elle avait autre chose à dire. Elle prit un instant pour réfléchir avant de prendre la parole.

« C'est un honneur d'être reçue dans l'enceinte de votre division. J'espère que cette séance vous sera aussi constructive qu'à nous. »

En terminant, elle se retourna vers Nobushige Nobusuke. Puis, elle prit un pas vers l'arrière, question d'établir une légère distance entre eux. Elle posa sa main gauche sous la garde de son Zanpakutô, le pouce appuyé dessus et près à pousser afin de dégainer. Avant de faire cela, par contre, elle leva la tête vers son compère.

« Je suis prête lorsque vous l'êtes. »

Puis, elle poussa son pouce contre la garde de son katana, produisant le clic caractéristique d'une lame qu'on allait dégainer, puis elle la dégaina d'un geste ample, sa posture changeant pour une de combat, son Zanpakutô tenu devant elle. Elle attendrait qu'il fasse le premier pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Beyond two souls [PV Aiko]   Mar 9 Juin 2015 - 0:31

« Je suis prête lorsque vous l'êtes. » 

D'un geste rapide, le shinigami claqua une nouvelle fois de sa canne sur le sol. Tout les shinigamis dans les gradins revêtirent une paire de lunettes de protection ainsi que des protections auditives. Le premier rang sortit aussi du dessous de leur siège des tambours et autres tambourins qu'ils se mirent à frapper en rythme. Les plus gros tambours marquaient un rythme primal, s'approchant d'un battement cardiaque, qui n'aurait pas été étranger sur une galère pour motiver les esclaves. De plus petits tambourins eux, étaient battus très légèrement, un sourd roulement qui semblait définitivement tuer tout silence dans la salle.

Les encensoirs, eux, changèrent subtilement de fragrance. L'odeur de pavot changea en un parfum poivré et musqué, rappelant légèrement la sueur sans le coté dégouttant. L'odeur était dérangeante dans un premier temps, mais l'adaptation était rapide. De plus, les essences de poivre et de menthe très légère qui finissaient la composition de la poudre brûlée avaient un double effet. D'abord décongestionnant, on respirait mieux cette fumée qu'une fumée normale. Ensuite, et de façon plus cosmétique, les légères particules créaient une sorte de voile blanc qui, aidé des larges fenêtres par où entrait la lumière du jour, donnait aux spectateurs une impression d'ombres chinoises.

« Pardonnez moi cette mise en scène, mais même si je ne peux en profiter, un peu d'esthétisme est toujours bon a prendre, non ? »

Le sourire de Nobusuke s'élargit un peu. Le rythme entraînant des percussions résonnait en lui, réveillant un peu ses sangs et son envie de combattre. Il prit une bonne bouffée d'air. L'odeur de poivre et de musc vida son esprit de toute pensée parasite. D'un geste délicat, il retira Hinageshitaba de son fourreau et serra sa main droite autour de la poignée de l'arme. Il pouvait presque sentir ses jointures blanchir sous l'effort. Il fit ensuite tournoyer raidement le fourreau de son sabre entre les doigts de sa mains gauche avant de le lancer en l'air comme un bâton de majorette pour le rattraper avec classe.

« Sabre au clair. En avant. »

D'un bond, il se dirigea vers son adversaire. Il pouvait sentir sa posture. Une défense simple, mais efficace. Ses premiers assauts ne portèrent pas de fruits, si ce n'est une légère connaissance de la façon qu'avait la shinigami de se défendre. L'offensive repris ensuite.

Vu de l’extérieur, les deux silhouettes semblaient comme prises dans un ballet magnifique. Taille, estoc, parade, esquive, contre, cross-up, tout y était. On aurait pu croire que les deux étaient en train simplement de répéter une cascade pour un film, tant le flot de leur affrontement était cristallin.  Malgré les apparences, chaque attaque était portée avec le but de blesser, et le moindre faux pas se serait soldé par du sang, voir pire.

Leurs styles étaient distincts. Là où l'aveugle combattait tout en mouvement et en grands gestes, la capitaine était statique, solide comme un roc. Il était vague là où elle était dune, et, comme tout tsunami, ne pouvait que s’écraser sur elle sans plus de résultats.

Pendant quelques minutes, le combat semblait ne pas avancer jusqu'au moment où, dans un éclair de génie, il réussit à bloquer la lame de sa partenaire entre la sienne et son fourreau. Une fois sa prise maintenue, il commença à appuyer. Sa collègue, à moins de trouver une solution rapidement, devrait soit lâcher son arme, soit perdre un poignet. Cependant, son assaut était a double tranchant. Si la capitaine laissait partir son arme, le momentum forcerait Nobusuke à se désarmer lui aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Beyond two souls [PV Aiko]   Mar 9 Juin 2015 - 2:03

Un légère fumée se mit à remplir la salle et les tambours résonnèrent. Perplexe, Aiko arqua un sourcil, son regard se posant sur son futur adversaire. Il s'expliqua et son sourcil resta légèrement arqué. Elle n'aurait pas cru, en le voyant, qu'il était ce genre de personne. Soit. Ce n'était pas dérangeant, et bien qu'elle n'y voyait pas l'intérêt, elle n'y voyait pas non plus d'inconvénients.

Elle observa silencieusement le kyû ban tai Taicho dégainer son sabre, puis effectuer quelques pirouettes avec le fourreau. Elle planta ses pieds dans le sol, prête à recevoir son premier assaut, tenant bien droit son Zanpakutô devant elle. Rapidement, l'aveugle bondit vers elle, lame au clair, pour un premier coup qu'elle bloqua. Puis elle bloqua également tous les autres, notant que les attaques de son adversaire étaient large, en grands mouvements, fluide. Elle, au contraire, s'efforçait toujours de bouger le moins possible, de bloquer les coups et, même lorsqu'elle passait à l'offensive, de s'assurer que chacun de ses assauts étaient rapides et droits au but.

Deux capitaines au style de combat presque opposé, donc, qui s'affrontaient devant multiples Shinigamis. Le public restait silencieux, ne serait-ce pour les tambours qui jouaient toujours en rythme, et ne dérangeait en rien. À vrai dire, Aiko avait tout à fait oublié qu'ils étaient là. Son esprit n'était concentré que sur cet affrontement, son visage impassible, ne serait-ce que pour cette pointe de tristesse qui ne la quittait jamais. Elle n'était focalisée que sur son adversaire, et le bruit que faisaient leurs lames en s'entrechoquant.

C'est alors que les lames étaient l'une contre l'autre que Nobushige Nobusuke ramena son fourreau rapidement pour bloquer celle d'Aiko entre la sienne et le morceau de bois. La san ban tai Taicho écarquilla les yeux sous la surprise alors que son adversaire appuyait sur la lame, et que son propre poignet commençait à craquer. C'était lâcher Shojo no Junjou, ou perdre le poignet: le choix, pour Aiko, fût rapidement fait. Elle lâcha son katana d'un coup, remarquant rapidement que le kyû ban tai Taicho avait été forcé de faire de même.

Pas le temps d'aller chercher son arme, il était trop près, et elle ne voulait pas attendre qu'il lance le premier coup: c'est donc d'un crochet du droit qu'elle initia un combat au Hakuda. C'était loin d'être son point fort, mais elle savait pouvoir tenir le coup jusqu'au moment où elle pourrait aller chercher son Zanpakutô.

Ils s'échangèrent donc plusieurs coups ainsi, Aiko se défendait, surtout, elle était en léger désavantage. Elle bloquait les coups, en rendait quelques uns, sans pourtant que les coups de ni l'un ni l'autre n'atteignent leur cible. Mais les bras de la san ban tai Taicho se faisaient douloureux à force de bloquer, et elle n'attendait qu'une opportunité pour aller chercher son sabre. Puis, soudainement, à travers les assauts elle apperçu une faille dans la défense de son adversaire, et en profita pour lancer un nouveau crochet du droit, qui s'approchait de sa cible à une vitesse fulgurante.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Beyond two souls [PV Aiko]   Mar 9 Juin 2015 - 2:57

Right where I wanted you, my pretty.

C'est à peu près ce qui passait dans la tête de Nobusuke à cet instant précis. L'homme était assez confiant dans son combat à mains nues, et si Aiko était plus forte que lui en zanjutsu, il y avait de fortes chances pour qu'elle soit moins forte en bagarre. Enfin, c'est ce Nobusuke voulait essayer de voir. C'était donc pour cela que l'homme avait essayé cette technique sacrificielle pour qu'ils se retrouvent sans arme. D'un mouvement rapide, il se mit entre Aiko et les armes. Il avait deviné son intention et lui fit non de la tête. Il voulait des fisticuffs, et il en aurait.

Le premier coup de la capitaine était rapide, mais bien loin de l'être assez pour surprendre l'Aveugle, qui le dévia d'une légère tape sur le coude. Utiliser la force de l'adversaire contre lui, voilà le credo du capitaine de la neuvième division. Il répliqua d'un coup de genou qui aurait pu stériliser une personne moins forte, bien heureusement habilement esquivé par la capitaine.

La mêlée ne ressemblait pas à celle au sabre de tout à l'heure, du moins pour Nobusuke. Il trouvait le style de sa compère très scolaire, à défaut de meilleur mots. Pour lui, elle n'avait pas cette étincelle qui pouvait le mettre en danger. Il repéra facilement trois ou quatre défauts dans la garde et fit une note mentale. Il fallait qu'il se souvienne d'en parler à Aiko une fois l’entraînement fini.

C'est pour ça qu'il ne vit pas arriver vers lui le crochet du droit qui manqua de lui faire sauter la mâchoire. Une lueur de bon sens lui fit accompagner le coup, limitant l'impact et les dégâts, ce qui ne l’empêcha pas d'être projeté un bon mètre en arrière. Quelques rires montrèrent dans l'assistance. Les salauds. Mais ce n'était pas grave, il avait reconnu les voix. Il se releva et massa sa mâchoire, un léger goût de sang dans la bouche. Sa lèvre inférieure était coupée et un peu de sang coulait. Fait chier. D'abord, remettre les rigolards à leur place. D'une voix forte, il cria :

« Monomone, Kaeri, Jinpunshî, corvée de latrines pour un mois. »

Il n'avait pas de tissus sur lui pour éponger la coupure qu'il avait à la lèvre. La dernière chose qu'il voulait, c'était mettre du sang partout. Çà glisse, ça colle et ça pue. D'un geste rapide, il retira son haori et épongea son visage. Si le vieux savait ça. Il le jeta par terre.

« C'est notre secret, très chère capitaine. »

Il vit qu'elle avait récupéré son sabre et se dépêcha de faire de même, puis retourna affronter sa partenaire. Cependant, le goût de sang le dérangeait et il n'était plus vraiment concentré dans le combat. Son pressing se fit moins intense et, au fur et à mesure, l'homme se retrouva presque complètement à la merci de la capitaine, jusqu'à ce qu'on pied manqua de glisser sur un objet sur le sol. La solution ! D'un geste rapide, Nobusuke ramassa le haori qui traînait par terre et le lança au visage d'Aiko. Avec un peu de chance, ça la dérangerait quelques secondes, le temps qu'il se remette d’aplomb. Dans la foulée, il lança la première attaque valable de sa part depuis presque cinq minutes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Beyond two souls [PV Aiko]   Ven 12 Juin 2015 - 20:01

Son crochet du droit toucha sa cible, envoyant son adversaire vers l'arrière d'un bon mètre. Son soulagement fût grand, mais de courte durée, et alors que le kyû ban tai Taicho réprimandait ses subordonnés elle alla rapidement ramasser Shojo no Junjou. Elle serra la poignée doucement, la sensation de l'arme dans sa main lui amenant un certain réconfort et la remettant en confiance. Elle pourrait enfin recommencer à se battre à son plein potentiel. Son adversaire retira son haori pour éponger le sang qui coulait légèrement de sa lèvre blessée, avant de le jeter par terre.

Aiko eu une sourde satisfaction et une certaine fierté d'avoir réussi à tirer le sang chez son adversaire en Hakuda. C'était un de ses points faibles, et de voir qu'elle avait pu y réussir était satisfaisant. Elle observa le haori de l'autre Taicho au sol, la légère tache de sang dessus d'un rouge vif sur le blanc. Si le Sôtaicho savait ça... Mais l'homme était sur la même longueur d'onde, annonçant que ce devrait être un secret. De toute façon, ce n'était qu'un détail.

Elle l'observa ramasser son sabre, attendant patiemment qu'il soit prêt à nouveau avant de relancer une offensive. C'est d'un bond qu'elle se précipita vers son adversaire, lame en avant, pour tenter un coup de front. Il fût bloqué. Mais elle n'arrêta pas son assaut pour autant, continuait dans une série de coups durs et lourds, les lames s'entrechoquant et formant des étincelles. Ses coups se firent sans arrêt, acharnés presque, et elle sentit son adversaire faiblir de plus en plus. Bientôt, elle l'aurait à sa merci, et il trébucha sur quelque chose - elle ne prit pas le temps de vérifier ce que c'était.

Puis, soudainement, il se pencha, et la seconde d'après son haori volait au visage d'Aiko. Elle écarquilla les yeux.

Shimatta!

Elle n'eut pas le temps de voir le coup venir, mais lorsqu'elle vit la lame plonger vers elle ses réflexes prirent le dessus, et elle la para - presque. Les lames étaient appuyées l'une contre l'autre, mais elle sentait le bout de celle de son adversaire mordre dans sa chair. D'un coup, elle le repoussa, remettant une certaine distance entre eux. L'entaille à son bras n'était pas très grosse, mais elle sentait le sang en couler légèrement. Soit. Sa manche de Shihakushô était entaillée, par contre, et ça pourrait être dérangeant: elle la déchira donc d'un geste.

Elle laissa le morceau de tissu choir par terre, et s'élança à nouveau. Ses coups se firent aussi durs, aussi acharnés. C'est alors que son adversaire avait bloqué sa lame avec la sienne, par contre, qu'elle changea soudainement de stratégie, et d'un coup de poignet elle tenta un coup d'estoc vers le visage du kyû ban tai Taicho. Il l'esquiva de justesse, et elle ne lui coupa que quelques cheveux. Néanmoins, les choses sérieuses étaient enclenchées. Elle n'activerait pas son Shikai avant qu'il ne le fasse, mais dès qu'il libérerait le sien, elle ferait de même.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Beyond two souls [PV Aiko]   Ven 12 Juin 2015 - 21:00

Blood ! Blood ! Blood !

Nobusuke était partagé. D'un coté, il avait réussi à renverser la vapeur. De l'autre, il avait bléssé, bien que très légèrement, Aiko, chose qu'il n'avait pas vraiment voulu. Il avait voulu s'excuser, mais n'avait pas eu le temps de laisser échapper un son avant de se retrouver repoussé par un pic de force de sa partenaire. Avait il réveille la bête ?

Il regarda le morceau de tissu tomber par terre, se demandant comment s'excuser. Dans un réflexe salvateur, il réussit à parer le premier coup, puis le second. Elle ne jouait plus et Nobusuke était obligé de faire vraiment attention s'il ne voulait pas être rétréci de quelques centimètres. D'une façon qu'il ne comprit pas vraiment, il réussit à bloquer la lame de son adversaire avec la sienne. Il allait ouvrir la bouche quand il vit la lame s'approcher de son visage. D'un shunpo, il s'éloigna de la capitaine.

C'est à cet instant précis qu'il se rendit compte qu'il n'était plus symétrique. C'en était trop. D'un coup d'un seul, il libéra une grande partie de sa pression spirituelle, montant temporairement ses capacités au dessus de la forme « scellée » de son adversaire. Trop vite pour que les membres son supérieurs de la division puissent le voir, il s'élança sur son adversaire, la prenant par surprise. D'un coup, qui résonna de façon presque assourdissante dans la salle, il la repoussa un peu plus loin.

L'homme semblait changé. Il remonta ses lunettes sur le haut de son nez, cachant ses yeux qui lançaient des éclairs. Sa pression spirituelle, maintenant bien au dessus de celle d'un lieutenant, mais toujours bridée, apparaissait comme un légère aura rouge autour de lui. Son uniforme semblait légèrement flotter, comme si un vent de dessous soufflait légèrement. Son visage, maintenant dur et fermé, ne laissait présager rien de bon. D'une voix si sèche qu'on aurait pu douter que ce soit encore la même personne qui parlait, il dit.

« Capitaine Iwasaki, je vous conseille de vous préparer, car les jeux sont terminés. Lors de ma prochaine attaque, il se pourrait que j'oublie de manquer. »

D'un geste rapide, il rendit leur symétrie à ses cheveux et stoppa l'amplification de son énergie spirituelle. Pour les plus bas membres de sa division, le gêne était réel. Il laissa tomber le fourreau de son sabre sur le sol, qui rebondit une fois dans un claquement sec sur le coté fermé puis fit un tour en l'air pour retomber une fois dans le même bruit sur le coté ouvert, avant de se retourner encore une fois. D'un geste rapide, il rangea la lame dans le fourreau et dit :

« Jukkaisuru, Hinageshitaba. »

Le fourreau disparut dans un éclat de lumière rouge, laissant place à une lame plus longue et plus fine.

« Vous avez cinq secondes pour enclencher votre shikai. »

On pouvait sentir dans la voix de Nobusuke qu'il était sérieux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Beyond two souls [PV Aiko]   Ven 12 Juin 2015 - 22:13

L'explosion de puissance qui se produit alors prit Aiko par surprise. Son adversaire semblait enragé, soudainement et elle ne savait pas trop pourquoi. Il se jeta sur elle, rapidement, beaucoup plus rapidement que toutes les attaques précédentes, et avec beaucoup plus de violence. Elle bloqua la coup, mais fût propulsée en arrière, et leur lames l'une contre l'autre résonnèrent dans un bruit assourdissant. Elle reprit son aplomb, tenant fermement la poignée de son arme dans ses mains.

La puissance du kyû ban tai Taicho formait une aura rouge autour de lui, faisant voleter ses vêtements, et Aiko se demanda comment elle avait réveillé la bête. Sa voix sèche alors qu'il parla à nouveau la surpris légèrement, mais sa menace - à la fois moquerie - la laissa de marbre. Simplement, elle se concentra sur lui, ses pieds bien ancrés dans le sol. Puis, il... se coupa les cheveux. Du côté opposé à celui où elle avait l'avait fait.

Vraiment? C'était ça qui l'avait mis dans cet état? L'asymétrie de ses cheveux? Aiko fronça légèrement les sourcils. Pourtant, malgré le fait que son adversaire laissait aller, tout du moins, une bonne partie de sa puissance, la san ban tai Taicho continuait de suppresser la sienne. Rien de plus qu'un léger filet qui émanait d'elle. Elle n'allait pas jouer à ce jeu. Puis, il stoppa l'émanation de son reiatsu à un niveau plus acceptable pour les membres de sa division. Elle ignorait s'il l'avait fait pour eux, ou une autre raison, mais ça n'avait que peu d'importance.

Il rangea son arme juste avant de libérer son shikai et de demander à Aiko de faire de même. Elle serra la poignée entre ses mains, puis les laissa tomber sur le long de son corps, ne tenant son katana qu'à une main désormais. C'est d'une voix audible seulement pour elle-même et son adversaire qu'elle prononça un seul mot.

« Takanaru. »

Le changement ne s'effectua pas en lumière ou en flash, simplement elle sentit le poids de son arme s'envoler et savait qu'elle était maintenant d'un blanc laiteux. Elle pouvait presque sentir le coeur qui y battait, comme un présage à ce qui allait se passer chez son adversaire. Rapidement, elle se reconcentra sur le combat, et s'élanca vers son adversaire. Sa vitesse s'était améliorée suite à cette libération, et elle assumait de même pour l'autre Taicho.

Elle tint son Zanpakutô en avant, pointe visant le kyû ban tai Taicho, visant le milieu de son visage. Elle avait tendance à toujours commencer comme cela, parce qu'ainsi le battement du coeur se ferait plus fort, et la douleur plus débilitante lorsqu'il se briserait. C'était une façon de s'assurer que le combat ne serait pas trop long. De la compassion, peut-être. Mais alors qu'elle arriva à porté de son adversaire, plutôt que de diriger la pointe de son katana vers le centre de son visage, à la dernière seconde elle changea de cible pour le côté de la joue droite afin de le déjouer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Beyond two souls [PV Aiko]   Ven 12 Juin 2015 - 23:05

Ah, elle avait répondu a son appel. Visiblement, le reiatsu de l'arme était changé. Elle était plus légère, peut être. D'un bond, Aiko sauta sur lui, lame devant. Il hésita entre la laisser approcher et aller voir plus tôt si il y était.

La lame fendit l'air et entailla la joue de Nobusuke, qui suivit le coup en se tournant sur le coté pour laisser son adversaire le dépasser et se replia un peu plus loin. Une sensation étrange perturba légèrement le capitaine, comme si une sorte de cœur battait dans sa joue. Était-ce là le pouvoir de l'épée d'Aiko. De plus, le reiatsu de son zanpakuto avait changé. Il fit tourner ses méninges à voix haute.

« Un battement de cœur. Votre sabre doit se nourrir de quelque chose, mais de quoi ? Le sang ? ...»

Il frotta sa joue, sentant le liquide rouge couler de la blessure. Le battement, bien que fort, ne se faisait presque plus sentir, couvert par la concentration de l'aveugle.

«  La douleur peut être ? Ou bien la volonté de combat. Non, la volonté de combat ne vous sied pas vraiment. Sans moquerie aucune. C'est peut être la peur … Non, ça ne peut pas être la peur. »

Nobusuke était partagé. Il avait envie de savoir, mais l'idée de se faire blesser encore plus ne l'enchantait pas vraiment. Qui sait quel genre de piège tordu elle avait dans son unique manche. Mais elle n'était pas la seule à avoir. Il dressa son doigt devant lui et, sans un mot, tira un rayon d'énergie blanche vers sa partenaire, sans aucun effet.

« Il semblerait qu'il n'absorbe pas non plus l'énergie spirituelle. Intéressant. »

L'aveugle retourna au contact d'Aiko. Il échangèrent des coups pendant quelques minutes, retrouvant à peu près le même ballet que le début du combat, mais de façon beaucoup plus intense. Tout allait plus vite, plus fort, plus beau. Cependant,  le capitaine de la neuvième division avait une idée derrière la tête, plus ou moins discrètement, il laissa quelques failles dans sa garde pour se laisser toucher de façon superficielle. A chaque coupure, la lame de la capitaine changeait et coupait plus profondément. L'homme avait maintenant six entailles sur le corps. Celle initiale sur la joue, une sur le torse, une sur chaque bras et une sur chaque jambe. Le souffle commençant a lui manquer, il partit encore une fois d'un shunpo en levant la main, demandant une pause.

« Alors … Si je comprends bien. Chaque coupure donne un battement. Chaque coupure renforce votre sabre, qui coupe plus fort. Mais plus la coupure est profonde, moins le battement est gênant. »

Oui, les capacités d'analyse de l'homme étaient impressionnantes. Mais le fait de ne pouvoir voir développe un certain nombre d'autres capacités, comme un contrôle accru des sensations. Qui perds gagne, comme dirait le poète. Il expira un grand coup et leva son sabre devant lui.

« Si c'est tout ce que vous avez, je suis assez déçu. »

Un peu prétentieux venant d'une personne menée six à un. Mais il n'avait pas encore utilisé son propre shikai et entendait bien faire tourner la tête, au sens propre, de la capitaine. Il balaya la salle du regard et trouva un certain confort dans ses images rémanentes. Elle n'était pas la seule avec des capacités spéciales. Et il était prêt à les utiliser au prochain assaut.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Beyond two souls [PV Aiko]   Ven 12 Juin 2015 - 23:50

Son attaque sur la joue fût réussie, et elle sentait presque dans sa paume le battement du coeur de Shojo no Junjou. Alors qu'elle se reprit et se retourna vers son adversaire, elle ferma les yeux un seul instant. La machine était enclenchée. Plus rien ne pouvait l'arrêter. Déjà, Aiko sentait le poids revenir dans son arme. Elle y jeta un coup d'oeil, au gris qui salissait le blanc pur. Les premiers mots blessants d'un amant, tel son Zanpakutô le lui avait expliqué. Un coin brisé de l'innocence.

Elle écouta d'une oreille les spéculations de son adversaire. C'était un bon essai. Malheureusement, il était bien loin du compte. Il avait compris le tout à l'envers. La san ban tai Taicho observa le sang qui avait été étalé sur la joue du kyû ban tai Taicho, ce léger point rouge qu'il avait laissé. Elle continua d'écouter l'homme spéculer, son visage toujours impassible, bien que s'il avait pu voir Nobushige Nobusuke aurait pu remarquer la tristesse un peu ranimée dans les yeux d'Aiko.

Le Byakurai la surpris, mais pas assez: elle le bloqua avec le tranchant de sa lame, le tranchant en deux, envoyant les deux rayons blancs séparés dans les murs de la salle. Intéressant. Ingénieux même. C'était une façon comme une autre de tester le pouvoir de son adversaire. Cette fois-ci, l'aveugle fût celui qui s'élança vers elle. Elle bloqua ses coups, remarquant par la même occasion les images qui semblaient apparaître derrière lui.

Mais elle tenta de ne pas trop se concentrer sur elles, tout en gardant en tête que, comme elles ne tentaient pas de l'attaquer, elles devaient avoir un autre but. Elle vit, peu à peu, les quelques failles dans la garde de son adversaire. Étrange. Même lorsqu'elle avait failli l'avoir à sa merci, plus tôt, il n'avait pas de telles failles. Il tentait de tester son pouvoir, peut-être. Elle aurait voulu lui dire à quel point c'était une mauvaise idée... Mais elle garda en tête que c'était un entraînement. Elle devait, si ce n'est s'améliorer, au moins faire bonne impression. Garder ses atouts dans sa manche.

Elle compta les entailles qu'elle lui faisait alors que son katana se faisait plus lourd. Une sur la joue, qu'elle avait fait plus tôt; elle lui entailla le bras, ensuite, puis la jambe, et le poids de l'arme fût familier à nouveau. Puis, trois autres coups: un au torse, un à l'autre jambe, et un à l'autre bras. Elle tenait à présent son katana à deux mains, ayant un peu plus de problèmes à retenir ses coups. Elle ne pouvait pas continuer comme ça. Elle s'apprêtait à se retirer, mais le kyû ban tai Taicho le fît avant elle, intimant une pause.

Elle serra la poignée de son arme alors qu'il parlait. Elle fût impressionnée de sa capacité d'analyse. Mais il lui manquait la partie la plus importante. Celle qu'il ne pourrait pas possiblement savoir avant qu'elle ne l'enclenche. Et alors qu'elle tenait son katana entre ses mains, Aiko réfléta sur le fait qu'elle ne pouvait plus arrêter. Elle ne pouvait pas arrêter maintenant. Son katana, trop lourd, ne lui permettait pas de retenir ses coups adéquatement. Puis, lorsque Nobushige Nobusuke annonça être déçu par son pouvoir, Aiko ne pu retenir un léger sourire amer. Quelle ironie.

Sans un mot, elle lâcha une main sur son Zanpakutô. Elle le tint, de sa main droite, lame vers le sol. Elle observa le gris sale de l'arme, y recherchant presque sa réflection dans son opacité. Elle prononça un seul mot dans un seul souffle.

« Shitsuren. »

Elle lâcha le katana, qui se fracassa sur le sol dans un bruit caractéristique. Elle le vit, en un clin d'oeil, passer du gris au rouge, et la lame se casser en deux, et elle entendit presque, au fond d'elle, le cri de douleur de Shojo no Junjou. Chaque fois, on lui brisait le coeur. Chaque fois, elle souffrait. Aiko, rapidement, se baissa pour ramasser son katana brisé. Elle vit les jambes de Nobushige Nobusuke faiblir, un instant.

Elle s'élança vers lui, à nouveau, se concentrant sur le combat, supprimant son empathie. Elle y était habituée. C'était ainsi qu'elle devait se battre. Elle frappa donc, coup sur coup, ne tentant plus de coups d'estocs - après tout, ils étaient difficiles, avec une lame brisée. Elle s'adaptait, pourtant. C'était pourquoi le Zanjutsu était son point fort, peut-être: sa capacité d'adaptation.

Alors reprit le ballet des lames, bien que celle d'Aiko se retrouvait nettement plus courte. Le poids de cette arme, au moins, était de retour à quelque chose de plus familier, bien qu'il y manquait environ la moitié de la lame. C'est donc en coups durs et droits au but qu'elle continuait, tentant de porter attention aux images de son adversaire, sans pourtant se laisser déconcentrer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Beyond two souls [PV Aiko]   Sam 13 Juin 2015 - 1:22

Un autre tour dans son sac ? Intéressant.

Nobusuke changea directement d'avis quand la douleur pris position dans son corps sans intention de le quitter. Son esprit se brouilla pendant une fraction de seconde, le temps que son cerveau s'habitue un peu à l'affolement de ses terminaisons nerveuses. Ses bras tremblaient et ses jambes fléchirent un peu. Bordel, quel genre de pouvoir de sadique était-ce? Elle était quoi, une maîtresse sado-masochiste ? Doucement, Nobusuke retrouva sa composition. La douleur était passée d'intolérable à plus ou moins supportable.

Au moins, la douleur avait un avantage, celui d'éclaircir les sens. De façon presque automatique, le shinigami bloqua les coups de son adversaire. Il faisait cependant le minimum nécessaire, juste de quoi éviter de se faire couper de nouveau. La douleur lancinante allait avoir raison de lui. D'ici quelques coups, sa défense ne tiendrait plus. Cependant, une voix lui venait dans la tête. Celle d'une femme qui s'éteint. Du sang qui coule. D'un cœur qui se brise.

« Qu'est-ce que l'on peut faire maintenant que l'on ne peut pas remettre à plus tard ? »

La lame de la capitaine ne mordit qu'un nuage de pétales de coquelicots fantomatiques. Nobusuke était maintenant à la position qu'il avait avant que la capitaine ne brise son sabre. Sans un bruit, il retourna au combat, le cœur à l'ouvrage cette fois ci. Combattre une épée brisée n'était pas facile, mais purée, on ne trouvait pas son titre de capitaine dans une pochette surprise. Au plus le combat durait et au plus l'image de cette femme prenait place dans l'esprit de l'aveugle. Encore une fois, il esquiva en retournant à la place d'une de ses images.

Il prit une nouvelle fois une grande inspiration. L'encens aidait à garder l'esprit clair. Ne pas tomber dans le passé. D'un mouvement gracile, il esquiva de nouveaux coups. Si il y avait un moyen de faire taire cette douleur. Il passa cette fois ça a l'offensive. Cependant, ses mouvements étaient moins précis, moins rapides. Son adversaire n'eut aucun mal à ne subir aucun dégâts.

On aurait presque pu dire que Nobusuke ne se battait plus vraiment contre Aiko, mais contre lui même. Deux fois encore, son shikai lui sauva les fesses. Ce visage qu'il avait réussi a oublier, à enterrer au plus profond de lui même. Cette faiblesse qu'il avait ressenti à cette époque. Ce que l'on peut faire maintenant et pas remettre à plus tard. Presque dans un murmure que seule Aiko put entendre, il lâcha :

« Hana. »

Il se redressa vers son adversaire. Il était temps d'en finir. Il retourna ferrailler avec son adversaire. Avec un peu de chance, il trouverait une faille. Avec un peu de chance, elle en trouverait une. Il combattait en cercle, tournant autour de son adversaire de façon à semer ses images rémanentes dans des positions qu'il pourrait utiliser pour porter l'assaut final.

Plus de chichis, plus de tours de passe-passe. Cet entraînement allait bientôt se terminer, d'une façon ou d'une autre. Tout ce qu'il voulait maintenant, c'est retourner se coucher.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Beyond two souls [PV Aiko]   Sam 13 Juin 2015 - 2:18

Il souffrait. Elle le voyait dans ses yeux morts. Mais il ne souffrait pas que de son pouvoir. Elle le voyait. Elle l'avait vu une seule autre fois. Une seule fois, elle s'était battu contre un être au coeur brisé. Et comme Shojo no Junjou souffrait, ces personnes souffraient du même mal. La déception, la trahison, la mort... Tant de choses qui pouvaient briser un amour. Elle ignorait duquel souffrait Nobushige Nobusuke. Mais elle le sentait. Et, bien qu'elle l'assourdissait sous sa concentration, elle entendait le violon de son coeur pleurer par compassion.

Il bloqua tous ses coups, machinalement. Mais elle le sentait faiblir. C'était la douleur, elle le savait, l'avait vécu cent fois. Il était ailleurs. Dans ses souvenirs, dans son passé, peut-être. Aiko l'ignorait, et fit taire ses questions. Là n'était pas l'important. Elle focalisa son esprit sur le combat. Continua de pousser contre son adversaire, coup sur coup. Et il continua de faiblir. Puis, il parla. Une simple phrase. Elle n'en comprit pas la pertinence.

Mais lorsque sa lame ne mordit qu'un nuage de coquelicots, elle fût surprise. Son adversaire avait disparu. Non... Elle le sentait derrière elle. Elle se retourna d'un coup, bloquant son coup. Avait-il été si rapide qu'elle n'avait pas pu le détecter bouger? Impossible. S'il avait été si rapide, il l'aurait prouvé plus tôt. Et elle aurait eu beaucoup plus de mal contre lui. Le pouvoir de son shikai, peut-être? Une augmentation de la rapidité, sous certaines limites? Lorsqu'il passait à travers ses images, par exemple? Ça semblait peu probable.

C'est lorsqu'il esquiva un nouveau coup en se téléportant qu'elle comprit. Il prenait la place des images. Elle l'avait vu, clairement, cette image dans laquelle il s'était retrouvé. Ou, enfin, c'était quelque chose comme ça. Elle ignorait comment cela fonctionnait, exactement, mais elle comprit qu'il pouvait bouger entre les images. C'était la seule solution. La seule chose qui avait du sens.

Elle passa à l'offensive. Plus tôt ce combat finirait, plus tôt il arrêterait de souffrir. Il esquiva, se déplacant entre ses images à nouveau. Puis, ce fût son tour d'attaquer. Il manquait cependant de précision et de vitesse, et elle bloqua coup sur coup. Clairement, la douleur commençait à faire son effet. Elle le distrayait, ramenait son esprit dans des endroits qu'il avait tenté de refouler, peut-être. Lui rappelait son coeur brisé. Le coeur d'Aiko pleura pour lui.

Ils continuèrent ainsi, il se déplaçait entre ses images, et toujours elle le retrouvait pour continuer de tenter de le vaincre. Plus vite. Elle devait être plus efficace, plus forte. Elle ne pouvait pas le laisser souffrir. C'en était assez.

Il chuchota un nom. Un seul. Et Aiko su qui c'était. Nobushige Nobusuke paru y prendre le salut. Il se redressa, passant à l'assaut une nouvelle fois, plus rapidement, avec plus de précision. Reprenant ses capacités. Dans ce nom il avait trouvé, avait accepté ce qu'elle avait fait ressortir par la douleur. Elle continua de bloquer, coup sur coup, mais il se faisait plus rapide. Ses images, tournant autour d'elle, lui permettaient de se rendre dans son dos rapidement. Elle tentait de rester loin de leur emprise, mais elle ne pouvait l'éviter entièrement.

Il la prit par surprise alors qu'il venait, justement, dans son dos. Elle avait mal bougé, avait fini par se piéger elle-même, lui donner l'opportunité parfaite de l'avoir. Elle n'aurait pas le temps d'esquiver, et l'esquive l'amènerait, de toute façon, dans les griffes d'une autre image. Alors elle se retourna, le plus vite possible, pour amortir les dégâts de son épée.

Shojo no Junjou frappa le Zanpakutô de son adversaire trop tard, néanmoins Aiko réussi à limiter les dégâts. La lame du kyû ban tai Taicho trancha la ceinture autour de sa taille, faisait même un légère entaille au côté de la san ban tai Taicho. Elle profita cependant de ce moment et du momentum accumulé lorsqu'elle avait fait volte-face pour tenter un final coup d'estoc vers le visage de Nobushige Nobusuke.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Beyond two souls [PV Aiko]   Sam 13 Juin 2015 - 17:57

“Float like a butterfly, sting like a bee. The hands can't hit what the eyes can't see.”

Nobusuke avait entendu cette phrase pendant une mission dans le monde réel. Elle avait été prononcée par un célèbre boxer, et l'aveugle l'avait tout de suite adoptée. Elle correspondait parfaitement au style de combat du capitaine de la neuvième division quand il avait libéré son shikai. Si l'adversaire le laissait mettre son jeu en place, il disposait de six angles d'assaut différents à tout moment et pouvait donc frapper dans une direction aléatoire à presque tout moment. Voila la puissance d'Hinageshitaba. Il n'avait pour l'instant pas encore rencontré de personne capable de suivre sa danse du coquelicot, comme il aimait à l'appeler, de voir d'où il allait surgir et au royaume des aveugles, c'était lui le roi incontesté.

C'est ce qui se passait un peu avec Aiko. Pour une raison qu'il ignorait, elle semblait combattre d'une façon moins … colorée que ce qu'elle avait pu montrer, n'utilisant que des coups certes précis et puissants, mais manquant assez de l'étincelle qu'elle avait montré au début de l’entraînement. La fatigue, peut être. A essayer de suivre les six Nobusuke en même temps, on pouvait vite perdre la tête. C'est ainsi qu'une ouverture grande comme un camion se montra dans la garde de la capitaine. Il fallait absolument qu'il en profite, car ce genre de trou ne se présente surement qu'une fois par combat. De plus, ce serait surement l'occasion de mettre mat son adversaire.

Le coup fut rapide et décisif pour Nobusuke. Un mouvement vif du poignet qui, hors d'un entraînement, aurait été porté avec plus de violence et aurait sûrement ouvert le ventre de la cible. Un choc remonta le bras de l'aveugle. Elle avait paré ? Comment ? Il n'eut que le temps de revenir sur une image avant que le sabre de la capitaine, remonté avec prestance, ne lui pénètre le crane.

Dans un petit bruit, deux morceaux de métal tombèrent sur le sol. C'est ce qu'il restait des lunettes de l'homme, fendues en deux au milieu.  Et bien, elle l'emportait en ce jour. Il s'éloigna d'un bond et désactiva son shikai. Il se laissa ensuite tomber sur le sol. La douleur régnait toujours en lui, mais elle était accompagnée d'une certaine sorte de plénitude. Il se concentra quelques secondes et soigna ses blessures d'un geste. Il n'était pas un expert du kido médical, mais il en savait assez pour refermer quelques égratignures. D'une voix beaucoup plus douce et calme, redevenue celle d'avant l’entraînement, il dit, bas pour que seule la capitaine l'entende.

« Si vous pouviez désactiver votre shikai, ce serait gentil. Beau combat en tout cas. Venez ici que je soigne vos égratignures. »

Il se releva doucement et fit craquer son cou. Il ne serait pas mécontent d'être couché ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Beyond two souls [PV Aiko]   Sam 13 Juin 2015 - 23:06

Clac. Clac.

Deux branches de métal rebondissant sur le sol. Aiko sentit la ceinture qui lui ceignait auparavant la taille glisser au sol. Elle se retourna vers le kyû ban tai Taicho, allongé au sol, et une vague de soulagement l'engouffra. Il se soigna d'un geste avant de lui demander de désactiver son shikai. Elle le fît dans l'instant, n'ayant même pas réalisé qu'elle avait oublié de le faire. Son fourreau était désormais par terre, gisant avec sa ceinture. Elle les ramassa et rangea son Zanpakutô sans un mot, avant de se diriger vers Nobushige Nobusuke.

Elle sentait la légère douleur des deux entailles qu'on lui avait infligées. Celle au bras, peu profonde, et celle au côté, un peu plus profonde celle-là. Elle se laissa faire lorsque son compère la soigna, le remercia, et lorsque ce fût fait elle lui adressa quelques excuses.

« Gomenasai. Mon pouvoir n'est pas vraiment adapté pour les entraînements. »

Elle serra doucement sa ceinture, qu'elle avait enroulé autour de son fourreau, qu'elle devait tenir en main, n'ayant plus de moyen de l'accrocher à sa taille. Elle tâta la légère entaille faite à son haori: elle devrait le réparer. Elle fit un pas en arrière, mettant un peu de distance entre elle et le kyû ban tai Taicho.

« En tout cas, beau travail. »

Elle jeta un coup d'oeil aux Shinigamis présents dans la salle. La dernière partie de l'entraînement, ils ne l'avaient pas réellement vécue. Ils n'avaient pas pu connaître la douleur qui avait habité leur capitaine. Toute l'intensité leur avait été perdue. C'était dans cette partie, également, qu'Aiko estimait avoir appris le plus. En s'étant battu contre un confrère, sa détermination à terminer le combat avait grandit, et Shojo no Junjou avait grandit avec elle.

Elle se sentait... Plus forte, peut-être. Ça avait été la première fois qu'elle avait affronté un ennemi de niveau capitaine, d'ailleurs. Elle s'en sentait améliorée. Dans tous les cas, elle avait bien apprit. Elle se tint donc devant le kyû ban tai Taicho et s'inclina doucement.

« Je vous remercie de m'avoir acceuillie dans l'enceinte de votre division, ainsi que pour cet entraînement. J'espère que l'on pourra croiser le fer à nouveau. »

À ces mots, elle se retira, adressant une dernière courbette au public qui les observait toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Beyond two souls [PV Aiko]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Beyond two souls [PV Aiko]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Aiko Tinuviel [EN CONSTRUCTION]
» WANDERING SOULS ★ humanity is endangered.
» (m) au choix + aiden (beyond : two souls)
» Augustine Souls
» Tom Aiko, fiche de présentation. [EN COURS]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach Incarnation :: Archives du clan Kuchiki :: Archives RPs :: RPs ordinaires-