lienlien
   Shinigamis : 11 ‖‖ En conflit
  Prédef : On       Inventés : On
   Exilés : 05 ‖‖ Neutre
  Prédef : On       Inventés : On
   Vizards : 01 ‖‖ Alliés à la SS
  Prédef : On
    Humains : 03 ‖‖ Neutre
  Prédef : On       Inventés : On
    Quincys : 01 ‖‖ Neutre
  Prédef : On       Inventés : On
    Arrancars : 08 ‖‖ En conflit
  Prédef : On       Inventés : On



 

Partagez | .
 

 La suffisance est un poison lent et insidieux. Fiche de personnage Shinjiro Kensai [En cours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: La suffisance est un poison lent et insidieux. Fiche de personnage Shinjiro Kensai [En cours]   Sam 11 Juil 2015 - 22:06

















❝ Shinjiro Kensai  ❞
~ La douleur est aussi nécessaire que la mort ~




Carte d'identité

Nom : Kensai
Prénom : Shinjiro
Âge : 583 ans, bien qu'ayant l'apparence du jeune homme de 21 ans qu'il était au moment de sa mort.
Groupe : Shinigami
Division : 2e division
Rang : San Seki
Spécialité : Hakuda




Votre physique


Shinjiro est un shinigami ayant l’apparence d’un jeune homme de 21 ans, âge au moment de sa mort. Bien qu’ayant intégré la force militaire en charge de la protection du Seireitei et plus généralement de la Soul Society, il est loin de l’archétype du guerrier sanguinaire.

De corpulence plutôt fine,  mesurant 1m75 pour 70Kg, il pourrait aisément être confondu avec une âme banale. A ceci s’ajoute les traits efféminés de son visage, la pâleur de son teint et ces longs cheveux couleur onyx attachés pour former une queue de cheval haute, rien ne laisse supposer qu’il puisse être un soldat. Cependant ce corps si fin cache une musculature développée  et prête au combat, Ce visage d’apparence si fragile révèle des yeux demi ouvert ; rouge rubis brillants de sournoiserie et de volonté.

Shinjiro porte, comme la plupart des shinigami, le Shihakushō. Cependant il a préféré déchiré le Shitagi et le Hakama au niveau des épaules pour permettre des mouvements plus fluide de ses bras sans être gêné par un morceau de tissu, le reste de la tenue reste inchangée.  Enfin, Il porte toujours une fine étoffe de tissu noire sur le visage, masquant ainsi sa bouche et son nez, ne laissant apercevoir  de son visage que ses yeux,  eux même souvent cachés par une mèche de cheveux retombant sur son visage.  

Cette tenue de combattant ne serait pas complète sans évoquer l’emplacement de son Zanpakuto, Shinjiro le portant dans le bas du dos ;  Tsuka orienté à droite de son corps prêt à être dégainé.  Le fourreau du katana étant maintenu par un ensemble de bandes de cuir, dissimulé dans le Hakama-himo du shinigami.

Pour finir, Shinjiro porte toujours un médaillon en forme de serpent autour du cou. Ce médaillon en argent, représente un serpent entortillé mordant la chainette en argent autour du cou du jeune homme.



Votre caractère


Shinjiro est un shinigami que peu de personne savent analyser et comprendre. Il est vrai que de prime abord il semble être quelqu’un de froid et de distant, quelqu’un qui ne se confie pas et qui préfère installer une barrière entre lui et les autres. Quasiment toute personne l’ayant côtoyé de près ou de loin au Rukongai ou au Seireitei pense encore qu’il est muet tellement il parle peu et qu’il est continuellement plongé dans une profonde dépression tant les traits de son visage exprime de la tristesse.

Bien plus qu’une histoire de caractère naturel, Shinjiro a forgé cette attitude en faisant un véritable style de vie. Le fait de dresser ainsi des barrières entre lui et les autres permet de fermer son cœur et ainsi de prendre des décisions basés uniquement sur la stratégie et la logique ;  Parler peu permet de garder secrètes des informations importantes et d’être pleinement concentré sur  le combat ; enfin ce masque de tristesse rend plus difficile l’analyse de son attitude pour un éventuel adversaire.

Cependant ce caractère si particulier cache un homme de grande valeur, et nombre de personne sont aujourd’hui en mesure de témoigner de son courage et de sa bravoure. Shinjiro fait également parti de ce genre de personne qui se sent proche de leurs alliés et de leurs subordonnés,  il serait prêt à tout risquer, y compris sa vie pour ses camarades ; sans pour autant s’apitoyer sur leur sort en cas de défaite. Cette approche s’additionne à un fort respect des lois établis et rien au monde ne le ferait enfreindre les lois. Toutes ces caractéristiques font de lui un shinigami honorable.

Enfin, les rares personnes ayant réussis à briser la barrière que le jeune homme place avec les autres se sont rendus compte que Shinjiro était quelqu’un d’amical. Le nombre de personne ayant réussi cet exploit peut être compté sur les doigts de la main, mais ceux-ci parviennent à converser avec le shinigami et certains d’entre eux à lui arracher un sourire.



Votre pouvoir

Apparence du sabre:
 

Nom & Apparence du Zanpakuto:
 

Shikai:
 

Bankai (non obtenu):
 



Votre histoire



Bien que Shinjiro n’ai plus aucun souvenir de sa vie humaine, il me semble approprié d’en faire le récit ici c’est pourquoi je vous propose un petit voyage dans le temps. Un voyage qui nous mène en 1432, en plein japon féodal, sur l’ile de Kyūshū,  au pied du volcan Sakurajima, c’est là qu’est né Shinjiro, premier et unique fils de la famille Kensai.

Issu d’une famille paysanne en pleine période de conflits, Shinjiro eu une enfance difficile. Dès qu’il fut en âge d’aider ses parents, il passait le plus clair de son temps dans les rizières à travailler. Cependant malgré la difficulté du travail agricole et les périodes de disettes causées par la guerre ;  Shinjiro était l’enfant le plus souriant du monde et semblait irradié de bonheur.  

Il garda ce sourire jusqu’à ses douze ans, jusqu’au jour où son père fut enrôlé dans l’armée impériale pour repousser une invasion mongol. Il ne revit plus jamais son père. Peu de temps après le départ de son père,  son village fut pillé par l’armée d’un chef de clan en quête de pouvoir. Tandis que le village était mis à feu et à sang, la mère et l’enfant  tentèrent de s’enfuirent, mais apercevant des soldats approchés,  sa mère le cacha sous le cadavre encore chaud d’un habitant et lui fit promettre de ne pas sortir de cette cachette peu importe ce qui allait se produire. Le jeune garçon  respecta cette promesse et c’est ainsi qu’il vit sa mère être violé par un régiment de l’armée avant d’être battue à mort. Depuis ce jour plus aucun sourire ne se dessina sur le visage de Shinjiro.

Une fois l’armée partie et la fumée du carnage retombée, Shinjiro pleura sa mère avant de fuir en direction de la forêt proche. Il survécut trois semaines, seul dans la nature, se nourrissant de racines et de baies avant d’être capturé par un groupe de bandit.

« On en fait quoi chef ? Je viens de le fouiller et il n’a aucun objet de valeur sur lui. »

«  On devrait l’achever, regarder comme il est faible, on lui rendrait service. »

« Laissez-le en vie, j’ai besoin d’un domestique, il est faible il ne cherchera pas à s’échapper et vu où on l’a trouvé il ne manquera à personne. »

L’esclavagisme, bien que cette destinée ne semble pas être la plus éclatante possible, le fait d’être  épargné était la meilleure chose qui était arrivé à Shinjiro depuis longtemps.

Un an après sa capture et après avoir gagné la sympathie de tous les bandits du groupe, Le jeune garçon alla s’adresser à leur chef.

« Je désire rejoindre vos rangs, apprendre à me battre et vous servir autrement qu’en aiguisant votre lame et en réparant votre armure de cuir » dit-il en s’agenouillant devant celui qui l’avait autrefois épargné.

Les années qui suivirent Shinjiro apprit le maniement du sabre, de la lance et de l’arc aux côté des bandits. Rapidement tous se rendirent compte de l’étonnante facilitée avec laquelle le jeune homme maniait les armes. Une fois sa formation terminée, il prit part aux pillages avec ses frères d’armes mais se refusait catégoriquement de tuer des innocents. C’est ainsi  qu’à chaque assaut il frappait les villageois avec le dos de son sabre, ou le manche de sa lance, les assommants sur le coup mais leur laissant la vie sauve.

Après cinq années passées dans le groupe de bandits, Shinjiro assista à la mort de celui qui bien malgré lui était devenu son protecteur, son second père. Lors d’un pillage qui s’annonçait simple et routinier, le groupe de pillard fût surpris par une patrouille de soldat qui les attendait en embuscade dans le village. Le combat eu lieu entre les habitations, et chacun cherchait à survivre à ce piège retords. Parmi les brumes de la bataille Shinjiro aperçut le chef des bandits se battant à quelque centaine de mètre de lui contre deux soldats. Quand il se rendit compte qu’un troisième soldat courrait dans le dos du bandit, il dégaina son arc, tira une flèche de son carquois et se prépara à faire feu. Le temps ralenti, la flèche fendit les airs, traversant le champ de bataille et se figea dans le cou du soldat. Cependant alors que le soldat s’effondrait sur le sol, se noyant dans le sang qui emplissait sa gorge, Shinjiro comprit avec horreur que sa flèche était arrivée trop tard quand il vit la tête de son chef se détacher lentement de son corps et tomber avec fracas sur le sol.

Le combat prit fin peu de temps après cette événement et se solda par une demi-victoire des pillards, les pertes de leur côtés étaient énormes et pour couronner le tout il n’avait plus de leader. Shinjiro approcha ses camarades, un morceau de papier à la main.

«  C’est à moi de reprendre les rênes à présent » lâcha t’il lourdement tout en jetant la note qu’il tenait dans la main «  c’est ce qu’il voulait » ajouta-t-il d’un ton sombre.

Suite à cette terrible journée Shinjiro prit les commandes du groupe de bandit. Il exigea de ses frères d’armes de ne plus tuer, seulement de neutraliser les personnes qui résistaient. De plus il décida de ne voler que ce qui était nécessaire à leur survie. Ainsi vivant de pillards plus ou moins non violent et dépensant la fortune accumulé par l’ancien chef du groupe de pillards, les bandits subsistèrent quatre années supplémentaire.  Au cours de cette période la populace apprirent l’existence d’un chef de bandits qui épargnait ses victimes, qui ne brulait pas les villages derrière lui et qui ne volait que ce qui servirait à nourrir ses hommes. Shinjiro fût alors surnommé le prince blanc du crime.

Malgré tout le jeune homme était rechercher et sa tête était mise à prix. Après toute ces années de crime, l’inévitable se produit,  Shinjiro fut capturé au cours d’une attaque de village. Il n’y eu pas de procès et le prince blanc du crime périt brulé vif en 1953 à l’âge de 21 ans devant une foule qui à la fois souriait de voir un criminel être puni et qui ne put s’empêcher de verser une larme pour celui qui avait épargné tant de vie.

Son âme erra peu de temps dans le monde humain, un shinigami accompli sa mission et transféra l’âme de Shinjiro à la soul Society seulement deux jours après sa mort. Une fois dans le monde des esprits, le jeune homme apprit qu’il était dans le Rukongai, dans le 78° district sud, bien qu’il ne comprenne pas clairement ce que ça voulait dire. Là-bas il apprit que les âmes des défunts reconstituait un environnement familiale avec des inconnus, et c’est ainsi qu’il fit la connaissance de Kosaku, un homme de la trentaine d’année en apparence, crâne rasé, arborant des yeux vert profonds.

Les deux âmes cohabitaient dans une maison à l’abandon, luttant simplement pour rester en vie et pour manger. Petit à petit les bribes de souvenirs de la vie humaine de Shinjiro s’effacèrent et le jeune homme considéra que sa vie c’était toujours passé ici aux côté de celui qu’il considérait comme son frère.  Le jeune homme perdit rapidement la notion du temps, ici toutes les journées se ressemblait,  trouver de la nourriture, rentrer à la maison, s’entrainer avec son frère. Oui une grosse partie des journées de Shinjiro se déroulait dans la maison en ruine, à se battre contre son grand frère pour devenir plus fort ; pourquoi me direz-vous ?  Tout simplement pour survivre dans l’environnement hostile des districts les plus éloignés du Seireitei, district où la violence, les rixes, les meurtres et autres absurdités qu’engendre la pauvreté sont monnaie courantes.

Cette vie désormais routinière pris un brusque tournant, un jour alors que Kosaku rentrait à la maison avec un morceau de pain sous le bras, Shinjiro remarqua un étrange sourire se dessiner sur son visage.

« Il t’arrive quoi à sourire bêtement aujourd’hui ? » lâcha  t’il.

    - J’ai un cadeau pour toi imbécile j’ai trouvé une boutique un peu plus loin.

    - Et alors ?! tu comptes doubler ma ration de pain ? non merci on a assez perdu de temps,  l’entrainement n’attends pas.

    - Attends un peu, c’était un artisan figure toi ; tiens regarde.

Son frère lui tendit alors un bijou qui reflétait les reflets du soleil, en plissant les yeux, Shinjiro découvrit un petit serpent en argent mordant dans une chaine elle-même composée du précieux métal.

« T’es complètement con d’acheter des trucs aussi cher alors qu’on crève la dalle tous les deux ?! »

    - Je ne l’ai pas acheté, le marchand me l’a offert

    - On n’offre pas des trucs aussi précieux comme ça sans …

-     Je sais crétin, j’ai défendu le marchand quand deux petits malin ont essayé de le voler, alors il m’a laissé choisir une de ces créations.

Même si l’explication tenait la route, Shinjiro ne désemplissait pas de colère.

« Même si tu as rien dépensé je ne porterai pas ça, déjà parce que jamais je pourrai te remercier suffisamment de m’avoir offert ça, et en plus de ça un bijou comme ça c’est comme se tatouer « Tuez-moi pour me voler » sur le front » hors de question !! »

Shinjiro arracha le bijou des mains de son frère et le jeta dans une pile de gravât derrière lui avant de reprendre «  Maintenant qu’on en a fini avec tes excentricités on va pouvoir commencer l’entrainement ! »

    - Sans moi je vais faire un tour.

La colère de Shinjiro mit un petit moment à retomber, puis soudain les remords prirent sa place. Il se précipita à la porte de la maison, déterminé à retrouver son frère et à s’excuser. Une fois le pas de la porte franchi, son visage se crispa de terreur et d’horreur. Là à quelque mètre de lui gisait le corps ensanglanté de son frère. Autour de lui trois individus ricanait :

« Alors pauvre tache, tu t’es bien foutu de nous tout à l’heure devant la boutique du papy bijoux hein ? »

    - Voilà ce qui arrive quand on dérange les grandes personnes, gamin !

Prit de rage Shinjiro s’élança dans la rue en hurlant, les trois agresseurs relevèrent la tête et préparèrent leur couteaux.  Le jeune homme ramassa un long bâton de bois et continu sa course déchainée vers les individus. Une fois à leur niveau il se jeta dans le vide en évitant le premier coup de couteau, se réceptionna d’une roulade agile et se releva en fauchant les pieds du premier meurtrier avec son arme. Alors qu’il se relevait il para le second coup de couteau avec son bâton, effectua un coup de pied retourné d’une rare précision qui rompit la mâchoire de son assaillant avant de prendre appui sur son corps pour sauter et fracasser le crane de son compère toujours au sol. Une gerbe de sang éclata depuis le point d’impact et le bruit des os du crane se fracturant se fit entendre.

Shinjiro se releva et fixa le troisième larron, le visage couvert de sang, ses yeux rouges brillant de l’envie de tuer. L’agresseur prit la fuite, ne sachant que faire devant un démon enragé. Le jeune homme se retourna,  attrapa la tête du bandit qui ne put articuler un mot avec sa mâchoire déboitée et traina l’homme jusqu’au corps de son frère.

«  Tu vois ce gars-là par terre ?! Son nom est Kosaku et aujourd’hui tu t’en es pris à lui par deux fois ! » Hurla t’il en plantant son bâton dans le sol. « Et maintenant retiens le nom de celui qui fera payé toutes les larves de ton genre,  je suis Shinjiro Kensai et je ne te pardonnerai jamais. »

Tout en prononçant ses mots Shinjiro impala son adversaire sur la pointe de son arme improvisé au niveau du cou. Puis il regarda son adversaire mourir lentement. Alors que sa haine commençait tout juste à s’estomper, le jeune homme entendit une voix qui lui était familière.

« Shin…. Ne te mets pas dans des états pareils tu sais c’est pas si… » Kosaku ne put terminer sa phrase, une quinte de toux remplaçant les mots dans sa bouche.

    - Ne te fatigue pas, tu as les poumons perforés et tu pisse le sang.

    - Je … je sais, il me reste pas longtemps hein ?

    - Ouais …

    - Porte le, porte le pour te souvenir de moi.

Peu de temps après Shinjiro sentit la vie quitter son frère agonisant dans ses bras. Il se leva sans un mot et emporta le cadavre de son frère dans leur maison. Quelques heures après ça,  Shinjiro sorti de la maison en portant le médaillon autour du cou. Encore perdu dans ses pensées il ne remarqua pas la silhouette sombre qui se tenait debout sur le toit de sa maison.

« Hé gamin, c’est un sacré bordel que tu nous as foutu là, tu sais on n’empale pas les gens comme ça quand on est civilisé. »

Piqué au vif par cette voix, Shinjiro se retourna, là sur son propre toit se dressait fièrement un shinigami. Voyant qu’il n’avait pas dégainé son sabre, le jeune homme détermina qu’il n’avait pas l’intention de le punir pour ses actes.

« Tu me veux quoi shinigami ? Si tu voulais me punir je suppose que ça serais déjà fait non ? »

    - Effectivement, je suis pas là pour ça, mais j’ai pas pu m’empêcher de regarder ton combat tout à l’heure.

    - Et alors ça t’a plu voyeur psychopathe ?

    - Bha c’est surtout que tu as pas mal d’énergie spirituelle, et que c’est moche de laissé ça se promener dans la nature non ? Tu devrais essayer d’entrer dans l’académie des arts spirituelle, ton énergie servirait à quelque chose au moins.

    - Ouais ouais si tu le dis …

Shinjiro commençait déjà à s’éloigner quand le shinigami lança : « au fait je me suis occupé du dernier membre du trio de meurtrier, je dis ça comme ça »

Aucune réponse ne lui parvient mais Shinjiro décida à ce moment précis de rejoindre l’acadamie et de de devenir un Shinigami lui aussi, pour remercier l’étranger qui avait venger son frère mais aussi pour que ce genre de cas ne se reproduisent plus.

[En cours] académie + entrée gotei 13




Et vous alors ?!

Pseudo : Sarkai
Âge : 21 ans
Comment avez vous trouvé le forum ? : Une simple recherche Google, ouais je sais je me prends pas la tête ;).
Un petit avis ? : Le forum à l'air actif, c'est ce que je recherche. Pour le reste on verra au fil du temps.
Et notre code :Validé par un Cerisier



© Nocty
Revenir en haut Aller en bas
Baron

avatar
Messages : 1715
Date d'inscription : 08/11/2013
Âge : 28
DC : Aucun

Fiche perso
Niveaux:
79/100  (79/100)
Expérience:
15900/17000  (15900/17000)
Spécialité: Zanjutsu

MessageSujet: Re: La suffisance est un poison lent et insidieux. Fiche de personnage Shinjiro Kensai [En cours]   Lun 10 Aoû 2015 - 23:32

Des nouvelles?
Revenir en haut Aller en bas
 

La suffisance est un poison lent et insidieux. Fiche de personnage Shinjiro Kensai [En cours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Avalon Blackfield - Le chagrin est un poison lent pour ceux qui ne savent pleurer
» Fiche de Personnage Aranel Elros - En cours -
» fiche de personnage
» Modèle de fiche de personnage ~ Pirates
» Fiche type de personnage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach Incarnation :: Archives du clan Kuchiki :: Aile des personnages :: Aile des oubliés-