lienlien
   Shinigamis : 11 ‖‖ En conflit
  Prédef : On       Inventés : On
   Exilés : 05 ‖‖ Neutre
  Prédef : On       Inventés : On
   Vizards : 01 ‖‖ Alliés à la SS
  Prédef : On
    Humains : 03 ‖‖ Neutre
  Prédef : On       Inventés : On
    Quincys : 01 ‖‖ Neutre
  Prédef : On       Inventés : On
    Arrancars : 08 ‖‖ En conflit
  Prédef : On       Inventés : On
Bleach Incarnation



 

Partagez | .
 

 Du combat, seuls les lâches s'écartent. [PV. Taka]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Du combat, seuls les lâches s'écartent. [PV. Taka]   Ven 21 Aoû 2015 - 18:21

Du combat, seuls les lâches s'écartent.

Ses doigts rugueux passèrent le long de sa blessure, douloureuse. Elle commençait à se refermer. La capacité curative de Nell, une petite arrancar qu'il avait rencontré quelques jours plus tôt l'avait beaucoup aidé. Elle avait pu arrêté l'hémorragie grandissante et ainsi, lui sauver la vie. Le gardien des sables l'avait fortement amoché. Il serra les dents. La dent de ce hollow géant s'était profondément enfoncé, si bien que la blessure pourrait se rouvrir à tout instant et le sang s'écouler de plus belle. Il ne fallait pas qu'il se brusque trop. Qu'elle honte avait-il ressentit dès lors qu'il fut sauvé par cette gamine...
Prenant un rouleau de bandage, il se mit en tête d’entourer la portion touché de son abdomen avec. Une façons de cacher la blessure et de faire appui, un soutien pour qu'elle se guérisse plus vite. Après de longues minutes à sa dépatouiller entre les nœuds, le bandage qui ne tien plus, il finit enfin par réaliser un travail potable. Quoi que, légèrement agacé. Le boulot d’infirmière ne serait définitivement pas pour lui. Il soupira, le tissu blanc cachait à moitié son trou de hollow, mais il ne se sentait pas de tout recommencé, tant pis, il ne pourrait pas l'exposé lui qui en était si fier. Fier d'une chose futile...
Il se gratta l'arrière de la tête et pesa le pour et le contre. Soulever des rochers plus lourd que lui, impossible. S'entrainer avec le sexta espada ? Autant se jeter en pâture au Seireitei. Il ne pouvait faire grand chose à part dormir vu son état. Mais l'arrancar ne pouvait tenir en place. Il avait faim, terriblement faim. Son organisme le poussait à accéléré sa régénération, pour cela il avait besoin de reiatsu et quel moyen plus facile de recouvrer sa puissance que d'absorber ceux des autres ? Il cogitait, encore et encore et encore... s'attaquer à un arrancar était trop dangereux dans son état, il ne voulait pas non plus toucher aux ajuchas de peur que son hiero ne cède encore une fois. Pas facile de se rendre à l'évidence, oh que non. Bien heureusement, sa présence seul et le fait qu'il portait l'uniforme de Las Noches faisait fuir bon nombre de menos. Sa seul solution était alors de casser du hollow. Il grimaça, leurs âmes étaient fade, tout comme celles des humains. Les faiblards n'avait aucun goût. C'est il y a un petit moment désormais qu'il avait pu goutter un met plus raffiné. Lorsqu'il avait, sur le bout de sa langue, recueillit quelques gouttes du sang de ce shinigami blond. Il n'avait pas oublié son nom, il gardait toujours en mémoire les noms des adversaires digne d'un combat et de son respect.

Bref. Il se leva donc et partit, seul dans le Hueco Mundo. Faisant extrême attention à la sortie de Las Noches. Il faisait désormais profil bas pour ne plus croiser Runuganga, le temps que les choses se tasses. Mais, le désert était des plus désert ces temps-ci. Pas mal de hollows s'entassaient dans la forêt des menos, Dai n'avait pas envie de se décarcasser pour y aller. Les autres devaient trainer dans le monde des humains. Il avait pourtant caché son reiatsu dans le but de ne pas les faire fuir... échec. Il grimpa alors en quelques bonds en haut d'un rocher assez haut. S'assaillant en tailleur, face à la lune, zampakuto déjà dehors près à attendre la moindre proie qui pourrait passer. Et le temps passait sans compter sous ce ciel figé. Le vert n'ayant presque aucune patience s'amusait à donner quelques coups dans le vent de son sabre.
Jusqu'à ce que... en voilà un ! Un hollow !

Un hollow sortit d'un garganta en trombe, ressemblant plus à un gorille qu'autre chose. Oh, mais... il tenait une âme humaine dans sa puissante main. Une âme de jeune femme, bien que Dai se foutait royalement de ces êtres faibles. Il allait se relever lorsque quelque chose sortit à son tour du portail. Le garganta se referma, laissant un Dai choqué. Il avait cru tout d'abord qu'il s'agissait d'un arrancar au vu de cette apparence humaine. Mais cette tignasse blonde, il la connaissait.
Taka Hideyoshi.
Que faisait un shinigami au hueco mundo ?!... Non, il avait quand même pas fait la connerie de suivre ce pauvre hollow ? Bordel, il venait de signer son arrêt de mort, s'il laissait trop échapper son reiatsu de shinigami tout les habitants du coins allaient rappliquer, menos ou non. Il semblait vouloir sauver cette pitoyable âme humaine. Âme qu'il n'eut pas le temps de sauver puisque le temps d'arriver, l'hollow l'avait déjà broyé entre ses mains, la dévorant tel une vulgaire chips. Ça se croque sans fin ces choses-là. Une scène sans doute horrible, mais parfaitement normal dans le hueco mundo, une telle effluve de sang, n'est qu'une goutte dans cet océan de massacres. La créature fut massacré en un temps record. S'était-il amélioré ? Rien que l'idée de livrer un nouveau combat contre lui le faisait frémir d'excitation.
Puis, la réalité lui revint en pleine face. Il n'était pas en état de livrer un tel duel. La dernière fois, le shinigami avait à peine réussit à le bruler et il était en pleine forme. Cette fois-ci, son corps était meurtrit de part sa blessures et le contre coups des entrainements qui commençait à passer. Il en était à peine reposé. Il ne tiendrait pas le coup.
L'arrancar serra les dents, une occasion comme ça... elle ne se reproduirait plus jamais. Le shinigami allait mourir ici de toute façons. Il brandit son sabre à la verticale.


« -Oi, tu devrais pas trainer ici, shinigami. Tu t'es salement mit dans la merde, t'en a conscience au moins ? »

-------------------------------------------------
(c) fiche par ocean lounge
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Du combat, seuls les lâches s'écartent. [PV. Taka]   Ven 21 Aoû 2015 - 18:23





IF WE EVER MEET AGAIN… AND WE DID.


Oh my god. Vraiment, c’est quoi ce bordel ? Un hollow, du sang partout, des cris et… un cactus illuminé par la lune derrière sur un rocher. Depuis quand des cactus poussent des rochers ? Et dans un désert ?! Ça n’a pas de sens. En même pas une heure, tout ce bordel se produit !

Revenons depuis le début. Je suis dans mes quartiers, dans la boutique d’Urahara. Ok, tout va bien, ça va. Je me suis réveillé après quelques jours, parce que mon entrainement m’a épuisé même si j’étais allongé sur mon lit. Pendant que mon état physique allait bien, ma tête… elle était en catastrophe. Alors, rien de mieux qu’un sommeil réparateur je dois dire ! Même si j’avais toujours des courbatures et je sentais que j’avais soulevé un éléphant pendant ses trois derniers jours, je me sentais plus fort. Bizarre n’est-ce-pas ? J’en suis convenu finalement que les entrainements et devenir plus fort, tout ça, c’est dans la tête finalement ! Bref, là, n’est pas le problème, alors arrêtons de faire des jeux de mots bien inutiles et merdique, vous voulez bien ? (Je dis vous, mais enfaite je parle à moi-même.)

Bref, toujours est-il que je me réveille avec un gros mal de tête déjà, comme si j’avais bu de l’alcool toute la soirée. Une gueule de bois, en effet. Un médicament, et hop, finit ! Que ferait-on sans médicament, sérieusement… Puis après un bon petit déjeuner, Kisuke-san m’a annoncé qu’il me donne congé pour la journée – mais en retour, ça va être l’enfer le lendemain. (Bon, ça suffit les jeux de mots !) – et j’en profite pour faire un petit tour. Une bonne promenade baignant dans le soleil bien chaud et respirant de l’air bien… oxygéné. En effet, l’air est totalement oxygéné et le soleil est chaud, j’avais zappé ça. Merci Taka, hein.

Alors je me soignai, une petite toilette ne fait pas de mal. Je remarquai que j’avais fait pousser une petite moustache ses derniers mois. Ben, je la laisse, ça me va bien finalement. Ça me fait bien un côté mignon et viril en même temps…. Me demandez pas pourquoi. Et puis, je rase la barbe. Je ne vais pas sortir en terroriste, en effet, sinon ça va faire fuir les belles demoiselles ! Pas que les terroristes n’attirent personne, hein, je ne veux pas vous offenser. Mais pour ma part, je sortirais soit en homme des cavernes soit en un Louis XXI ou je ne sais pas quoi, mais surtout pas en un beau terroriste sexy. Quoi que…

Puis, comme dans les journées merdiques de promenade, il arriva un truc. Ben oui, fallait bien, on reste jamais tranquille, nous les Shinigami. Même exilé, ‘tain ! Alors que je marchais près des boutiques pour admirer une nouvelle paire de lunettes de soleil qui m’allait bien, cigarette aux lèvres, des mains s’agrippèrent à mon bras. Je me retourne et voit que c’est une âme désespérée, une jeune femme.


« Vous me voyez, n’est-ce-pas ? S’il vous plait, monsieur, ai- »


Elle n’eut même pas le temps de finir sa face qu’un rugissement de monstre se fit entendre. Un Hollow. Ce cri provoqua des vibrations qui levèrent un vent tout autour de la place. Les civils ne comprirent pas ce qui se passaient que tous se fait détruire autour d’eux dans un nuage de poussière : une foule se forma et une marée de gens s’approchaient en criant. Ils ne comprenaient pas ce qui se passait parce que ses innocents ne le voyaient pas, et se contentèrent seulement de fuir cet ennemi invisible en panique; mais cette jolie demoiselle et moi, on les voyait. Sans réfléchir, je pris la main de cette dernière et courût avec elle dans une direction opposée à ses civils : non seulement on évitait cette foule en panique, mais également, l’Hollow les foutera la paix. À moins qu’il n’ait une âme plus forte que les notre combinés. Ce doute s’envole rapidement en apercevant l’âme déchue derrière nous et, main dans la main, on continue de courir aussi loin.

L’Hollow était gigantesque, de la taille d’un immeuble : sûrement pas un Menos Grande, mais dans ce processus. Sûrement un Hollow bien gourmand qui s’était bien régalé depuis sa résurrection en âme perdu. Son masque était carré, totalement blanc, mais ses yeux étaient tous petits, pratiquement indiscernable, et sous forme de demi-cercle. Toutefois, ses longues dents faisaient au moins le trois quarts de son masque, ressemblant à des séries de touches de piano coupés. Il était chauve, mais ça se cachait derrière son masque : cependant, on peut apercevoir une partie de sphère noire, faisant sûrement office de sa tête. Son corps est un peu… particulier. Son abdomen est rond, comme une patate verte, mais son trou est bien visible, en gros au niveau du bassin. Ce point noir est inscrit dans un curieux triangle violet puis de quatre segments sécants en cette grosse tache et un petit trait perpendiculaire à chaque extrémité. Belle décoration. Quant à ses membres, ils étaient très longs : ses mains toucheraient le sol si ses jambes n’étaient pas aussi longues que celles-ci. Ses doigts étaient pointus, rapprochés les uns contre les autres, comme si ils étaient collés. Il avait deux pieds en forme de grosses pantoufles noires. Cependant, ils étaient asymétriques alors sa démarche était tout autant spectaculaire. J’eu envie de rire, mais… et si il était handicapé dans sa vie antérieure?

Toutefois, lorsqu’en courant avec la belle âme à mes côtés et que je me suis retourné pour apercevoir notre agresseur qui faisait de grandes enjambées pour s’approché, je ne pu m’en m’empêcher. Avec son pied en bon état, il marchait normalement mais avec l’autre, il faisait des sauts, et ça le déséquilibrait, le manquant de tomber et s’étaler pathétiquement sur le sol. Il me vu et une veine d’agacement au niveau du front (si il en avait un) apparut. Puis de sa voix hollowfié, il s’écria :


« Ça te fait marrer, shinigami ?! »


Alors là, c’était limite si j’allais m’enrouler par terre : il avait une voix soprano en plus ! Mais je me repris rapidement en voyant qu’il accélérait sa démarche. La brune paniqua encore plus, me frappant sur la nuque d’agacement mais je vis en elle qu’elle en pouvait plus de courir, qu’elle en était essoufflée. Calculant rapidement, je m’arrêtai rapidement, pris l’âme dans mes bras en mode princesse et courût plus rapidement. La jeune femme se débattait au début mais s’arrêta rapidement en se rendant compte que je pouvais courir plus rapidement maintenant, alors que je la portais. Elle n’était pas particulièrement en surpoids, mais je pense qu’elle n’a jamais vu quelqu’un aussi efficace et rapide alors qu’il tient un corps humain dans ses bras, même plus efficace que lorsqu’il en ne soulevait pas. C’était bien le résultat de mon entrainement qui a bien renforcé mon corps. Bon, ce n’est pas que je ne pouvais pas faire ça auparavant, je suis Hideyoshi Taka après tous, le prince charmant de tous les demoiselles en détresse…

Agissant rapidement alors qu’il tendait la main pour nous écraser tous les deux de sa poignée d’une minute à l’autre, je tournai au croisement de rue à gauche et ses doigts pointus nous effleurèrent de peu. Il fallait que je mette la demoiselle en sécurité, je ne pouvais pas activer mon Shikai à ses côtés. Non seulement mon Zanpakuto prenait mes deux mains (et toute mon attention, sinon elle en est jalouse, moi je vois dit, je le sens bien) mais également, la brune ne supporterait pas mon énergie spirituelle. Je ne suis peut-être qu’un ancien septième siège, mais pour une âme dénué de pouvoir malgré qu’elle ait du reatsu, je ne sais pas sûre qu’elle puisse supporter toute cette pression. Peut-être avait-elle un quelconque pouvoir, mais je ne pouvais pas prendre ce risque. Et puis, je ne pourrais pas me cacher longtemps dans un Gigai : l’Hollow a reconnu mon identité de Shinigami tout à l’heure et, malgré que mon corps est très résistant, ma forme spirituelle est toujours plus légère, pratique, rapide et facile à manipuler pour contrer ses attaques. De plus, plus vite je libérerais ma forme original, plus vite je pourrais le purifier, plus vite je pourrais m’en débarrasser.

Je captai des poubelles près d’une clôture d’un appartement au coin de la rue et élabora rapidement ma stratégie. Puis, en prenant un élan, je montai le rapidement possible sur ses objets, grimpa rapidement les escaliers de secours et, ne perdant pas de temps, j’arrivai rapidement sur le toit de l’immeuble. Je posai l’âme, retira la boite de bonbon de Mod Soul de ma veste et avala une pilule. Aussitôt, je repris ma forme spirituelle pendant qu’une autre âme s’installa dans celle de mon Gigai. Puis, je m’approchai rapidement de la jeune femme qui était surprise d’un coup que mon corps s’est soudainement divisé en deux, et qu’on soit vivant tous les deux. La tenant par les épaules, je la força à me regarder dans les yeux.


« Écoutez moi mademoiselle, il ne me reste pas beaucoup de temps. Je sais que c’est dur pour vous jolie brune, mais vous devrez suivre cet individu – enfin mon autre moi – et vous cacher avec lui, sans aucune discussion. Peut-être vous expliquera-t-il en détail, mais pour l’instant, vous devez me faire confiance. Je reviendrais pour vous purifier pour que vous puissiez vous reposez en paix dès que j’en finis avec ce monstre, je vous le promets. »


Elle hocha affirmativement la tête et, en prenant la main de mon Gigai, ils s’éloignèrent tous les deux. Je croisai le regard du Mod Soul et, d’un hochement de tête, je l’ordonnai de s’enfuir avec elle. Un bruit sourd se fait retentir à nouveau et je pivotai, croisant mon regard. Sans réfléchir, je fonçai vers lui mais celui-ci disparut brutalement. Depuis quand les Hollows faisaient des shunpo ?! Ah non, y’a une sorte de fumée verte qui sort de son postérieur et qui s’enflamme. Du… pet enflammé ? Ça, ce n’était pas prévu. Et s’il était une sorte d’Hollow supérieur ? Ben, après tous, je ne suis pas expert en Hollow donc... Je planai videment dans l’air puis me reprit en main et m’appuya sur une particule spirituelle dans l’atmosphère. Je cherchai mon adversaire des yeux puis je me rendis compte qu’il n’était plus là. Oh non… la brune… ! Aussitôt, je me déplaçai aussi rapidement que possible en shunpo dans la direction auquel la victime et mon Gigai se sont enfuit. Mes doutes se confirmèrent.

Tout est allé trop rapidement pour moi : en arrivant sur les lieux, j’entendis un cri de douleur et mon Gigai valsé près de moi dans la direction opposé où j’allais. Je le fixai rapidement, ne m’inquiétant pas pour mon corps solide, puis un cri de terreur et de douleur féminin se fait entendre. L’âme ! Aussitôt, je fais un shunpo en apercevant que le Hollow la tenait dans sa poignée de main géante. Je brandis mon katana haut dans le ciel en le poursuivant et l’enfonça dans son épaule. Puis j’entrai dans un genre de déchirement de ciel, le même portail que l’Arrancar avait utilisé il y a quelque mois, un Garganta, et nous arrivâmes sous un ciel sombre. Le paysage était désertique et la lune était haute dans le ciel mais ce n’est pas ce qui me préoccupait. Toujours accroché aux Hollows par mon Zanpakuto, j’étais figé, ne comprenant plus rien. Puis un nouveau cri de douleur retentit. J’allais agir lorsque l’âme monstrueuse dévora à pleines dents l’âme de la jeune femme. Du sang s’éclaboussa sur mon visage, plein d’effroi. Soudainement, la créature se secoua, me faisant vaciller : je m’étalai pathétiquement sur le sol sableux, suivi de près par mon Zanpakuto que l’Hollow a la tête carré a retiré de sa peau osseuse et visqueuse à la fois et a balancé près de moi. Toussotant légèrement, je me repris quelque peu. Je regrettai tout de suite de ne pas avoir pris avec moi les lunettes de soleil qui étaient sur mon Gigai, parce que du sable était rentré dans mes yeux. Lorsque je relevai ma tête… eh bien, je me retrouvai dans cette merde. Avec un cactus sur le rocher.

Retour au début. Je continuai à observer avec horreur ce spectacle. Ce n’est pas la première fois, mais cette scène était trop rapide pour moi. Je l’avais promis… je lui avais promis qu’elle sera purifier et qu’elle pourra enfin se reposer en paix… ! Pourquoi ne l’ai-je pas purifié plus tôt ? La rage monta en moi, jusqu’à qu’une voix retentit. Une voix familière. Trop familière, récente.


« -Oi, tu devrais pas trainer ici, shinigami. Tu t'es salement mit dans la merde, t'en a conscience au moins ? »


Ah. C’était donc ça ce cactus bizarre sur le rocher. Cette voix familière, cette coupe de marimo, cette silhouette féroce brandissant son épée droit devant lui comme un con. Ce mec qui hante mes rêves jusqu’à mes plus profonds cauchemar. Ce nom omniprésent dans ma tête.


« Senshi Dai, arrancar 69. » dis-je d’une voix rauque, mes dents serrées.

Pas un seul soir, un seul matin, un seul après-midi, un seul moment n’ai-je pas entendu ce titre dans ma tête. Pas une seule fois ne me suis-je pas répété « Senshi Dai, Arrancar 69 » pendant de longues heures. Ce nom, ce titre, cette haine, cette frustration, cette excitation, cette motivation, cette pensée était comme une berceuse. Comme une musique qui ne s’arrête jamais. Une valse pour l’éternité. Mon seul et unique rival.

Je me relevai, le sable s’écoulant de mon corps pour retourner dans le sol, et me met sur mes deux pieds. Je remarquai avec esquisse que la cigarette avait survécue à ce qui se semblait à un voyage spatio-temporel. Peut-être que les cigarettes venaient du Hueco Mundo ? Après tous, la cigarette tue graduellement les gens et ce monde est un enfer. Et moi alors ? Ben je suis déjà mort, alors ce n’est pas une vulgaire cigarette qui va déchirer mon âme. Puis merde, quoi, vous allez me faire la leçon alors que mon Zanpakuto lui-même a les flammes et l’ardeur des enfers ? Allez-vous faire voir ! Oui je me parle à ma même et parce que oui, j’étais schizophrène auparavant !

Reprenant mon calme et mon sérieux intérieur, mais bouillonnant toujours de rage, je fixai mon adversaire. Je dévisageai, dois-je plutôt dire. De la tête jusqu’aux orteils, je ressemblai à ses filles anorexiques et corps de Barbie qui te regarde de haut en bas pour voir si tu as une once de graisse dans ton corps et te jugeant totalement. Mais je n’étais pas une gonzesse, et mon rival non plus, même si ça reste à prouver totalement (on ne sait jamais). Je dégainai mon katana mais n’attaqua pas tout de suite. Je continuai de le dévisage, essayant de mon mieux de garder mon calme et ne pas foncer tête baissé. Mais avant tout.

Il redirigea son regard perçant, rare pourtant puisqu’il avait toujours un air doux au visage, sur l’Hollow qui était planté là avec une aura ignoble à ses côtés. Aussitôt, Taka sauta d’un mouvement rapide, tel un shunpo, et brandit son épée sur l’Hollow. Celui-ci bloqua avec ses mains en pique et le repoussa; le jeune blond encaisse avec une pirouette arrière et atterrit sur le sable sur les genoux. Il fut légèrement déstabilisé, le sable n’étant pas l’air de combat auquel il ai le plus habitué. Sans perdre son temps, il refait deux ou trois shunpos et il arriva rapidement au dessus de son épaule. Il asséna un premier coup de Zanpakuto, faisant couler le sang et l’ennemi, trop occupé à souffrir par la plaie, ne remarqua pas son deuxième coup de Zanpakuto. Il trancha verticalement en deux le masque du Hollow, le faisant disparaitre immédiatement. Une technique basique, de l’académie des Shinigami, mais la plus rapide pour s’en débarrasser. J’atterris sur mes pieds puis pris une longue bouffée des cigarettes à ma bouche. Je relâchai une longue fumée de tabac, puis, pointant mon Zanpakuto droit devant l’arrancar, je m’exclamai soudainement, criant.


« SENSHI DAI !!! Me revoilà de nouveau, comme je te l’avais promis. Je me suis entrainé, je me suis battu, je me suis rétabli. Et cette fois-ci, je vais te défoncer et en sortir vainqueur !! »


Mon torse se bomba de confiance et ses tremblotements d’incertitude se transformèrent en ceux d’excitation. Oui… je vais lui montrer à cette tête de gazon à quel point je suis devenu. À quel point je me suis entrainé, je me suis battu. À quel point j’étais frustré de lui être redevable, de le respecter malgré toute cette haine, de le considérer comme un rival respectable. Je dois l’avouer : je n’aime pas être inférieur, je n’aime pas perdre et je vais lui montrer à quel point ça me frustre ! Il va voir, je vais la tondre cette pelouse moi…





Code by Cocoon pour YY
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Du combat, seuls les lâches s'écartent. [PV. Taka]   Ven 21 Aoû 2015 - 18:23

Du combat, seuls les lâches s'écartent.

« -Senshi Dai, arrancar 69. »

Un sourire s'étira lentement sur le visage de l'arrancar. Son adversaire d'autrefois se rappelait également de lui. S'en était flatteur. Bien que désormais, son titre serait
Dai Senshi, arrancar 69 fraccion del sexta espada. Les temps changes. Ce shinigamia vait aussi l'air d'avoir changé. Plus confiant dans son regard, il dégageait la même impression qu'une bête sauvage, furieux face à ce massacre. Mais furieux de quoi, de ne pas avoir sauvé cette petite âme pitoyable ? D'avoir signé son propre arrêt de mort en sautant dans un garganta ? Le vert ne saurait le dire. Tout en est-il que l'autre essayait de se calmer. Sans succès visiblement. Ses yeux... bien qu'il était assez loin, Dai pouvait la reconnaître d'entre tous. Cette lueur, cette envie de meurtre et de sang. Il voulait se battre lui aussi. Il était presque effrayant de voir à quel point ce shinigami n'était pas si différent d'un hollow.
Mais le temps n'était pas à se regarder en chien de faïence. Le hollow était toujours là, prêt à mettre un terme à la vie de celui qui avait osé le poursuivre. Dai se délecta du spectacle. Il se sentait comme ces humains qui était friand de voir leurs congénères courir avec un ballon. Lui, il était là, assit au sommet de son rocher en première place pour un beau combat. Il ne manquerait plus que de la nourriture tien. Ce serait le tableau parfait.
Le blond tente sa première attaque, d'un habil shunpo, il fonce vers la créature. Il n'avait pas l'expérience. Un hollow était renforcé dans son habitat nature, le hueco mundo. Le gorille bloqua aisément la lame. On pouvait le lire comme dans un livre ouvert, le kimono noir n'avait pas l'avantage. Pour l'instant. Le terrain jouait aussi en sa défaveur, le sol couvert de sable n'offrait pas de bons appuis. Mais c'est là que le shinigami retourna la situation sous l'oeil à la fois amusé et impressionné du vert. Paf. D'un coup, la lame s'abattit sur le hollow, le sang s'écoula de la plaie laissant à la victime tout le temps de souffrir et de crier sa douleur. Enfin, du temps... juste assez avant de se faire trancher en deux. Le corps disparu, Dai fit la moue. Il aurait pas craché dessus, sa faim ne s'était pas évaporer. Il avait presque oublier qu'un hollow qui mourrait d'une lame d'un shinigami finissait purifié.
Et si ça pouvait lui arriver ? Que se passerait-il ? Son âme rejoindrait alors la Soul Society en compagnie de toutes celles qu'il a absorbé ? Ou alors rejoindrait-il l'enfer ? La question pouvait en effet se poser, mais l'arrancar était loin de vouloir être purifié, il se complaisait dan sa vie de hollow et tout allait actuellement pour le mieux. Sans parler de comment elle sera une fois qu'il deviendrait espada.

Il était toujours assit alors que le shinigami le fixait ardamment, le combat avait été rapidement expédié. Il avait eut l'air de s'améliorer, mais... Dai n'en ressentait pas vraiment la différence au vu de son reiatsu. Un reiatsu s'agitant de colère au passage. Mais un reiatsu faible. Était-ce parce qu'il s'était habitué à beaucoup plus imposant ? Il est vrai que la puissance spirituelle de son espada n'avait rien à voir, pareil pour les autres fraccions.


« -SENSHI DAI !!! Me revoilà de nouveau, comme je te l’avais promis. Je me suis entrainé, je me suis battu, je me suis rétabli. Et cette fois-ci, je vais te défoncer et en sortir vainqueur !! »


Oi, oi... il s'enflamme trop là. Il a l'air sur le point de lui sauter dessus. Le blond ne se rendait vraiment pas compte de la situation dans laquelle il était. C'était comme si lui avait débarqué dans le rukongai à deux pas du sereitei pour clamer un combat. Un reiatsu d'hollow était tout aussi discernable que celui d'un shinigami et s'il continuait, il allait finir par rameuter des centaines voir des milliers d'hollows.
Dai n'avait pas le choix, il devait également faire résonner le sien avant qu'il ne soit trop tard. Il ne voulait pas se faire submerger de potentiels ennemis, mais il ne voulait pas non plus que le blond prenne ça pour une invitation au combat.
Rah ! C'était rageant ! Lui aussi bouilloanit de l'intérieur, lui aussi n'attendait que de pouvoir recroiser le fer face à lui. Mais il ne pouvait pas, il devait prendre le temps de se rétablir avant. Et pas question d'en informer le shinigami, il voulait garder une image un minimum louable. Pas question de passer pour un faible, voir un lâche qui prétexterait cela pour fuir la confrontation.
Il devait garder les apparences. Lentement, il se releva, le zampakuto toujours en main.
Il esquissa un sourire moqueur.


« -Alors le Hueco Mundo shinigami... L'air est plus pur n'est-ce-pas ? »


Non, il n’appellerait pas son adversaire par son prénom. A la fois dans un subtil mélange de provocation et de distance. Il ne voulait et ne comptait pas sympathiser avec un shinigami. Même si celui là n'était pas son ennemi. Il les détestait quand même, ces soit disant dieux de la mort.
Il prit une longue inspiration, calme. L'air du hueco mundo était tellement plus respirable que celui d u monde des humains, là où ils s'étaient croisé pour la première fois. C'était un air beaucoup plus lourd, chargé de sable et de particules spirituelles certainement dû à toutes ces tueries ayant pour cause le cannibalisme. Il ne savait pas si les shinigamis pouvaient distinguer la différence, mais pour lui, rien de plus agréable.


« -Tu devrais plutôt t'arrêter pour apprecier le paysage, j'espère que t'as de quoi retourner chez toi. Car tu vas pas faire long feu ici, surtout si tu continu de t'exciter autant. »


Il le mettait en garde, sans pour autant lui expliquait le danger qui planait sur lui. Loin de lui l'idée de lui rendre service, mais puisque il ne pouvait le combattre, autant qu'il puisse l'affronter avant qu'il crève aussi bêtement. Sans doute son adversaire s'attendait à ce qui le salut, qu'il lui dise de lui prouver les fruits de son entrainement. Dai aurait tant aimé le faire... rester aussi passif, ça ne lui ressemblait pas, il était un homme d'action !
[b]
« -Aller, passe ton chemin veux-tu. »


Il leva sa main libre et et la secoua dans un geste lui sommant de partir. Il ne voulait pas lui manquer ainsi de respect en bafouant sa détermination. Le combat n'avait pas encore commencé, ils ne s'était ni salués, ni échangés le premier coup. Ça lui faisait presque mal de le décevoir.

-------------------------------------------------
(c) fiche par ocean lounge
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Du combat, seuls les lâches s'écartent. [PV. Taka]   Ven 21 Aoû 2015 - 18:27


IF WE EVER MEET AGAIN… AND WE DID.


Pathétique. Je suis pathétique.
Après tous ses entrainements, je sue comme un buffle alors que, tout ce que j’ai fais, c’est tuer un misérable Hollow. Mais je pense surtout qu’il y a quelque chose dans cet air. Non, je ne repousse la faute sur les autres. Je pense que cet air est irrespirable. C’est vraiment bizarre… Même avec la cigarette aux lèvres, je devrais respirer calmement. Mais là, je ne peux pas m’empêcher de souffler fort. Comme si ça manquait d’air.

Pour vérifier mes fondements, je retire à contrecœur ma clope et inspira de nouveau. Toujours pas. C’est peut-être un petit peu mieux mais… impossible de calmer mon cœur. Mais que se passe-t-il ? C’est lourd comme atmosphère ici. Je renifle un peu : une odeur de… sang, de poussières et… du sable qui rentre dans mon nez. Je tousse comme une grosse merde. Bordel ! Voilà que je voulais me faire un peu cool, et je foire tous. Foutu air, merde !


« -Alors le Hueco Mundo shinigami... L'air est plus pur n'est-ce-pas ? »


Gnagnagna. Vas-y ris bien, cactus squelettique. Rira bien qui rira le dernier. Et merde quoi. Je suis tellement con de m’être accroché à ce tas de bouse qui n’en valait pas la peine. Se dépasser rapidement en jet de pet, sérieux… ! Est-ce que tous les Hollows sont des abrutis ou je tombe toujours sur les plus bizarres ? Et voilà que je retombe sur cet idiot aux cheveux verts qui a failli me mettre en pièce. Quelle poisse, quoi ! J’en ai déjà marre de ce mec, merde !

Toujours est-il que cet air est plein de merde. Pollué de leurs carcasses et de leurs habitudes cannibales. Le recyclage, ils connaissent ? Ce bouffon d’Aizen ne doit pas être conscient que ça tue des animaux, détruit la couche d’ozone… Ha, c’est vrai, ils n’ont pas de Soleil. Et des animaux ? Ils sont eux-mêmes des animaux ! Je ne sais même pas si cet endroit est sur Terre. Je sais même pas où la Soul Society se trouve, alors que j’ai vécu pratiquement toute ma vie là-bas. Wait, cette théorie n’était pas dans le programme de l’Académie Shino… Et pourquoi j’y pense à ses barbaries d’humains ?! Mais j’en ai rien à foutre moi, je suis une âme exilé merde !

Bon, que faire maintenant ? J’suis en plan devant un mec qui est décidément trois fois plus fort que moi quoi que je fasse comme entrainement intensif. Quoi, moi, me tirer de là ? Ben non, bien sûr que non ! C’est justement la bonne occasion pour lui montrer de quel bois je me chauffe. Il va voir s’il peut encore respirer après avoir goûté à mon Zanpakuto de nouveau. Oui, je sais, c’est du suicide. Je suis dans une terre inconnue, dans un trou de cul perdu avec du désert, un ciel nocturne, une lune et encore du désert… D’ailleurs, où est-ce qu’il s’est déniché ce bout de rocher ? Il habite là ? Quoi, c’est une étoile de mer maintenant ? Bizarre pour un cactus…

D’ailleurs, est-ce qu’on est seul ici ? Maintenant que j’y pense… c’est le repère d’Aizen ici. Gloup.  Ça veut dire qu’il y a des mecs comme ce cactus ? Même plus fort ?! Si l’Arrancar soixante neuf a réussi à me niquer ma race, alors que ferait le numéro un… Je ne peux pas l’imaginer. Eh mais, qu’est-ce que je raconte encore moi ? Reprends-toi Taka : ses derniers mois, ce n’est pas pour que tu te sauves dès qu’un mec balèze se pointe. C’est un peu trop tôt pour atteindre ton but ? Et alors ! Bon, je dois avoué que je ne suis pas tout à fait prêt, et que on en est à cette situation à cause d’une petite (ok, grande) maladresse de ma part mais… Je ne vais pas passer mon chemin pour si peu !


« -Tu devrais plutôt t'arrêter pour apprécier le paysage, j'espère que t'as de quoi retourner chez toi. Car tu ne vas pas faire long feu ici, surtout si tu continu de t'exciter autant. »


Bon euh, il a quoi lui encore ? Depuis tout à l’heure qu’il parle, à raconter sa vie, à faire son guide touristique de son « Hueco Mundo » ou je ne sais pas quoi. Non merci, je passe mon tour pour séjourner ici… M’exciter ? C’est lui qui s’excite depuis tout à l’heure ! Mec, je sais que tu t’es senti seul sans moi, mais quand même. Moi aussi tu m’as manqué, mais faut se calmer un peu, ho ! En plus, il veut me renvoyer chez moi ? Ben j’aimerais bien aussi s’il veut tout savoir, mais je ne peux pas, désolé. J’sais pas comment me sortir de cette merde. J’sais pas comment faire ses déchirements dans l’air… Comment ça s’appelle déjà… des Gargantas ? En tout cas, j’sais pas comment ça marche, moi ! Si tu veux te débarrasser de moi, soit tu me dis quoi faire, soit je te défonce. T’as le choix... ou pas !  Non quoi que, après tout ça… ça serait honteux de partir comme ça, les mains vides. Au moins foutre une raclée à cette tapette qui se fout de ma gueule. Je pense que je dormirais mieux ce soir. Ce n’est pas que je ne l’apprécie pas mais… rêvez de ce Marimo tous les jours au lieu d’une belle demoiselle… mais quel cauchemar ! Encore un peu, et je vais devenir gay…


« -Aller, passe ton chemin veux-tu. »


Ouais, c’est- …. Quoi ? Euh, pardon, je pense que j’ai pas bien entendu. Il me dit de passer mon chemin ?! Allô, c’est qui qui m’a dit de revenir pour voir sa Resurrección ? …. Oui bon j’avoue qu’il n’a pas dit ça comme ça mais, et merde, je n’apprends pas tout ce qu’il dit moi ! Non mais sérieux, je n’arrive pas à y croire. Je ris. Sérieusement, je ris, à m’en masser le ventre. J’en ai des crampes. Hahaha ! C’est drôle, sérieux. Elle est magnifique sa blague.


« C’est tout ? T’as fini tes conneries là ? Parce que vraiment, mes oreilles allaient saignées. »


… Non mais il est sérieux ?! Il se fout de moi quoi ?! Qui que ce soit, il ferait mieux de sortir de ce corps, parce qu’il a été démasqué. Mais ce n’est pas Senshi Dai ! CE N’EST PAS CELUI QUE JE CONNAIS, VOUS VOUS FOUTEZ DE MOI ?! IL CROIT QUE JE VAIS GOBER ÇA ?! Ooooooh que nooon, il rêve ! Il me tourne le dos ? Et c’est quoi cette main qui fait des vagues sur sa tête ? Il se croit dans un film de cow-boys là ? Il se pousse d’autres algues sur la tête ? MAIS OÙ EST-CE QU’IL VA, OH ?! JE TE PARLE ! Sous l’adrénaline, je me projette vers l’avant, empoignant mon arme de mes deux mains, je l’attaque en premier. Non, mais… ?!


« Qu’est-ce qu’il y a la gonzesse, t’as peur ? Tu parles trop pour rien dire; bon sang, pire que des pipelettes. C’est fini le bushido et ses trucs de guerriers, tu préfère les potins ou le guide touristique de ton monde ? Tu me déçois ! Je n’aurais jamais cru que tu deviendrais un lâche. Bats-toi, enculé !! Prouve-moi que tous ses mois de rétablissement et d’entrainement, que ma fixation sur toi en tant que rival a servi à quelque chose au moins, merde ! »


Aussitôt, je ne me fais pas attendre – rien à foutre de sa réaction, il m’a énervé ! – et de l’énergie rouge m’enveloppe. Mon Shikai, direct, oui. Je ne recommencerais plus le même genre d’erreur. Cette fois-ci je vais être sérieux. Cette fois-ci je le réduirais en cendre avant qu’il puisse faire quoi que ce soit. Cette fois-ci, je le battrais !






Code by Cocoon pour YY
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Du combat, seuls les lâches s'écartent. [PV. Taka]   Ven 21 Aoû 2015 - 18:27

Du combat, seuls les lâches s'écartent.

Un rire, un rire clair, franc, inarrêtable de la part du blondinet. Dai en restait interdit. Le voilà devant un shinigami mort de rire. Se moquait-il de lui ? Sans doute et l'arrancar n'était pas du genre à laisser passer ça. Il ne supportait pas qu'on lui manque de respect d'autant qu'il essayait indirectement de le sortir de sa merde. Taka n'allait pas tenir longtemps, les nombreuses particules de reiatsu environnent l’accommodait déjà, il n'y était pas habitué et sa se voyait comme un masque au milieu de la figure.
D'un coup, après un râlement furieux, le shinigami fonça vers lui. Dai écarquilla les yeux. Sérieusement ?! Maintenant ! Il dressa son zampakuto droit devant lui, bien décider à intercepter la lame.


« -Qu’est-ce qu’il y a la gonzesse, t’as peur ? Tu parles trop pour rien dire; bon sang, pire que des pipelettes. C’est fini le bushido et ses trucs de guerriers, tu préfère les potins ou le guide touristique de ton monde ? Tu me déçois ! Je n’aurais jamais cru que tu deviendrais un lâche. Bats-toi, enculé !! Prouve-moi que tous ses mois de rétablissement et d’entrainement, que ma fixation sur toi en tant que rival a servi à quelque chose au moins, merde ! »


Aussitôt ces mots prononcé, le sabre adverse prit une forme de faux... il sortait son shikai d'entrée de jeu. Dai n'avait au grand jamais vu une telle colère dans ces yeux bleu roi. Et pourtant, il avait pas mal énervé le shinigami la dernière fois. Mais, là c'était comme si... il avait réduit tout ces espoirs à néant.
Il l'avait insulté, certifié qu'il l'avait déçu et crié son désarroi. L'arrancar se sentait honteux. Terriblement honteux. Il avait trahit les espérances d'un homme qu'il considérait avec beaucoup de respect. Tout ça parce qu’il ne voulait pas se battre. Dans la peur que sa blessure se rouvre et signe sa mort imminente. Quel être pathétique il faisait. Non, décidément ce n'était pas lui, il n'était pas ce genre de lâche fuyant l'affrontement. Il n'avait pas tout comprit des mots du shinigami, mais une chose était sûr, le blond le voyait comme un guerrier. Il s'était entrainé tout comme Dai se torture dans les siens afin d'atteindre son but. Quoi de plus horrible que d'entendre que l'homme que vous tentiez de surpasser ne se daigne pas de vouloir vous accordé ne serait-ce qu'un peu d'attention ?
Sa décision était prise. Il allait le combattre. L’honorer. Bushido était un mot inconnu pour lui, mais apparemment Taka voulait qu'il le lui fasse. Le battre, se démener peut-être ?

Les lames s'entrechoquèrent, katana contre faux. Les tintements de l'acier sonnèrent le début de ce duel. Ou plutôt, du combat. Le shinigami ne l'avait pas salué, mais au vu de ce qu'il lui avait fait, Dai ne pouvait considéré cette réaction que comme normale.
Le shinigami avait l'avantage de l'élan, il lui avait sauté dessus avec une violence certaine. L'arrancar dû utiliser ses deux mains pour contrer le zampakuto, lui qui d'habitude ne maniait sa lame que d'une. Ses poings se resserrèrent sur sa garde, il devait y mettre de la force. Il sentait ses muscles se contracter, en particulier au niveau de ses entrailles dont une pointe de douleur se faisait ressentir. Mais la plaie avait l'air de tenir le choc. Bien. Il pouvait de ce fait répliquer.
Il repoussa ainsi le shikai, son visage étiré par la colère lui aussi. De ce combat, il ne pouvait plus se défiler. Il était tout aussi furieux contre lui-même que contre ce shinigami qui n'avait pas écouté ses mises en gardes. Il risquait de perdre un adversaire qu'il considérait comme prometteur.

Mais pas le temps de se morfondre, il devait lui faire honneur. Il leva son sabre, asseyant de coups le shinigami, bloquant de sa faux. Il le testait, le faire défaillir, qu'il se rendre compte qu'il n'étais pas encore prêt à l'affronter, voir s'il avait les tripes de continuer. Mais tout comme dans le monde des humains, il n'avait que peu de temps. Son reiatsu dissuaderait peut-être les hollows alentour, amis sans doutes que sa blessure ne serait pas aussi facile à calmer.
Il avait mal. Il espérait que ça ne le gênerait pas dans son combat.


« -Aller, montre moi ce que tu sais faire ! Montre moi le fruit de tes entrainements ! »


Il ferait mieux de ne pas le provoquer, mais le naturel vient au galop. Dai brûlait d'impatience, il crevait de voir à quel point ce blond s'était amélioré. De constater ses progrès, qu'il se rapproche un peu plus de sa puissance.
Cet enchainement de coup n'était pas fait au hasard, il voulait lui mettre la pression, le faire reculer, mesurer sa détermination et le pousser dans ses derniers retranchements. Dai savait où il allait, il se savait aussi restreint par ses limites. Il prenait beaucoup de risque, son hiero n'était pas remit d’aplomb, il était vulnérable.
Mais cela allait-il suffire pour lui faire perdre son envie de se battre ? Bien-sur que non !

-------------------------------------------------
(c) fiche par ocean lounge
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Du combat, seuls les lâches s'écartent. [PV. Taka]   Ven 21 Aoû 2015 - 18:28





IF WE EVER MEET AGAIN… AND WE DID.


Eh ben alors ? Pourquoi ce visage tout surpris ? Il n’a pas oublié comment se battre quand même ?

Ha, j’ai eu peur. J’aurais cru qu’Aizen leur avait fait une sorte de lavage de cerveau ou je ne sais pas quoi. Peut-être que quelqu’un les avait trahis ou qu’ils ont su une information importante, sur le Hogyoku ou je ne sais pas quoi. Un genre de mise à jour d’Arrancar… Bon, soyons logique : les Arrancars ne sont pas des programmes d’ordinateur, et si ce mec était un robot…. Pour ma part, il serait Terminator. Et ce dernier est mort dans une lave : et je ne maitrise pas la lave. Pas encore.
Le regard de mon adversaire change. Ho, surprenant… Comment une telle personne puisse changer d’expression aussi facilement que possible ? J’ai vu ses yeux s’écarquillés mais, en un battement de cils, son visage était impassible. Est-ce que j’ai rêvé ? Non, ça ne peut pas être que des hallucinations. Je souris. Décidément, il m’intéresse de plus en plus...

Son regard était vide, penseur. À quoi pensait-il ? Ses yeux faisaient peur, fixés sur un point imaginaire, mais je vis une lueur de tristesse dans ses yeux. Pourquoi est-il triste ?... Et pourquoi je m’en soucie enfaite ? Bah, il a dû se rendre compte qu’il a fait une erreur quoi. Après tous, c’est vrai quoi, ça me déchire pratiquement le cœur de le voir ainsi. Ça m’inquiète plus qu’autre chose. Il ne doit pas aller bien ?

Eh bien, il fait le deuil ou quoi ? Ses expressions passe de la lâcheté, à la surprise, à la froideur, à la tristesse… et maintenant la colère ? Ou il a un état similaire aux menstruations des gonzesses ? En tout cas, vraiment, je ne sais pas quoi penser de lui. Est-il en colère contre lui-même ou moi ? Je ne sais pas, sérieux. Et ça me fait des frissons.

Et voilà qu’il enchaine des coups. Des coups puissants, des coups vifs, des coups tranchants. Les lames s’entrechoquaient, les fers de croisaient, nos sourires s’étiraient. Cette pression, cette volonté, cette passion, ce sentiment qui me submergeaient. L’excitation de combattre grandissait en moi, comme un monstre affamé devant une proie bien saignante. Ses sensations… c’était comme dans le précédent combat. Est-ce le Senshi Dai que je connaissais qui revient ?


« -Aller, montre moi ce que tu sais faire ! Montre moi le fruit de tes entrainements ! »
« Je préfère, merci ! Eh bien, tu ne vas pas être déçu, Arrancar ! »



Ho, enfin, le voilà de retour. Je préfère ce Senshi Dai : ce fou du combat, cette bête qui sourient jusqu’aux oreilles, ses yeux rouges et meurtrières, cette lueur d’assassin à en donner des frissons. Un guerrier combatif, voilà ce que je veux. C’est d’ailleurs pourquoi il devint mon rival, et qu’il le restera éternellement. Du moins… jusqu’à que je le batte quoi.

Ça recommence. La pression, les coups, le mouvement, cet enchainement… Ça m’avait grave manqué tous ça. Chaque soir, je m’imagine cette scène, ce même combat. Ce plaisir que ça me procurerait. Et la raclée que je lui affligerais surtout. Bon c’est bien beau de contrer comme ça, mais on ne va pas rester toute la nuit comme ça, quand même ! Prenant l’initiative d’attaquer, j’enchaine des attaques au corps à corps avec une telle fluidité. L’agilité me fait triompher de mes coups et, malgré tout le blocage que cette tête de gazon enchaine, je réussis à dominer le champ de bataille. Enfin, dois-je dire, parce que cet idiot est une vraie bête quand il s’agit d’attaquer, pas moyen de l’arrêter. Enfin, de ce que j’ai vu depuis le dernier combat quoi.

Profitons de ma dominance, j’assigne un coup puissant de ma faux, qui devrait le déstabiliser, mais qu’il peut facilement esquiver je suppose. De toute façon, mon but n’était pas de lui donner le coup fatal. Rapidement, j’enchaine avec un chargement de mon reatsu pendant dix secondes. Ça suffira je pense. Aussitôt, une vague d’énergie rouge vif qui, prenant forme de la lame de ma faux, ressemblait à un croissant de lune, se rue sur l’Arrancar. Une explosion se produit, faisant une fumée qui m’empêche de savoir s’il a encaissé avec ou pas, avec son arme ou son Hierro, mais je n’attendrais pas. Précipitamment, j’enchainai avec d’autres croissants de lune rougeâtre, moins puissants et plus petits, mais plus rapides et plus nombreux. Plus que suffisant je crois. Je m’arrête pour l’instant et admire mon travail. J’espère que ça lui redonnerait envie de se battre au moins.






Code by Cocoon pour YY
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Du combat, seuls les lâches s'écartent. [PV. Taka]   Ven 21 Aoû 2015 - 18:29

Du combat, seuls les lâches s'écartent.

« -Je préfère, merci ! Eh bien, tu ne vas pas être déçu, Arrancar ! »


Son sourire s'étira d'autant plus. Alors que ses coups s'enchainaient d'une puissance non négligeable, ses yeux se plongeaient dans ceux de son adversaire. Il réalisa alors quelque chose. La vieille légende qui disait que l'on pouvait connaître son adversaire, ressentir ses émotions quand l'on croise le fer était peut-être vraie. Ils étaient alors plongés tout deux dans une transe. Le temps semblait ralentit au fur et à mesure que les coups s'enchainaient. L'arrancar se délecter de se combat comme s'il s'agissait de sa propre vie. Prenant un plaisir macabre dans la violence. Il en eut presque oublié sa blessure.
C'est alors que le shinigami prit l'avantage, à son tour d'abattre cette déferlante de coups et d’étaler sa force. Au début, Dai bloquait sans problème, mal la pression de ses coups enchainaient commençait faire de plus en plus souffrir sa plaie. Il serrait les dents, déterminé à résister à tout cela. Mais la douleur l'empêchait de se mouvoir comme il le voulait et il commençait à reculer, un réflexe naturel.
Il sentait bien que son adversaire préparait quelque chose, il n'était pas dupe. Et le coup ? Il le vu venir. Pourtant, il se le prit. Et cela fut à cause d'une énorme erreur de sa part. Il avait tout d'abords voulu reculer d'un pas afin de mieux bloquer l'attaque. En théorie, tout aurait parfaitement dû se passer. Mais alors trop prit dans la frénésie de l'affrontement, le vert ne s'était pas rendu compté qu'il avait trop reculé. Il était en effet arrivé au bout du rocher et quand il avait posé son pied, ce ne fut que le vide pour l’accueillir. Prit de cours, il n'eut pas le temps de concentré son reiatsu afin de créer une plate-forme invisible et se prit l'attaque de plein fouet. Son hiero absorba la majeur partie du choc, mais... sa gorge s'étouffa lorsqu'il reteint un cri de douleur, sentant se déchirer en deux des entrailles. Son sang commença à couler alors que ses bandages se teintaient de pourpre. La blessure s'était rouverte. Ses yeux qui s'était fermé sous le coup de la douleur se rouvrir, laissant place à de nouvelle attaques venant du blond. Il prit énormément sur lui même pour les esquiver de ses pas agiles, se maintenant désormais dans les airs. Mais la chose n'était pas aisé tant il souffrait. L'une de ces lames d'énergies avait faillit de décapité s'il n'avait pas bougé juste avant. Son sang coula le long de sa joue, maccabre constatation que son hiero ne tenait plus le choc. Ce qui fit monter un excès de rage.


« -C'est tout ce que t'as, shinigami ? Me fait pas rire ! Montre moi toute ta puissance ! »


Il se sentait faible, il détestait ça, lui qui avait déjà tant souffert pour s'améliorer. Dai fonça alors sur le blondinet, sans lui laisser plus de répit que ça. Il ne voulait pas être bridé par cette blessure. Il faisait tout pour sauver les apparences, avoir l'air en pleine forme et surtout : Garder cette même combativité. Son honneur était en jeu.
Son sabre alors s’abattit de nouveau contre la faux, faux qui le fixait toujours autant de son œil pour le moins particuliers. Il ne savait toujours rien de ses capacités, les marques qui étaient apparu sur son corps s'était effacés aussitôt ce shikai revenu à l'origine. Mais cela était peut-être moins grave que ce qu'il avait pensé.
Sa main se serrait tellement sur sa garde qu'elle commençait à saigner. Bordel, à chaque fois qu'il forçait, sa blessure lui faisait de plus en plus mal. D'autant que le sang ne s'arrêtait pas, bien au contraire, le flux redoublait d'ardeur et augmentait à chaque fois que la blessure s'ouvrait un peu plus.
Il ne céderait pas.
Jamais.

-------------------------------------------------
(c) fiche par ocean lounge
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Du combat, seuls les lâches s'écartent. [PV. Taka]   Ven 21 Aoû 2015 - 18:30


IF WE EVER MEET AGAIN… AND WE DID.


Shit. Toujours pas. Je dis ça mais, si cette attaque allait le one shot, je serait tout autant plus déçu. Jamais content, vous dîtes ? Vous avez raison. Toujours raison mesdames. Mais quand même, il l’a pris en pleine gueule ? Ça l’a blessé ? Wow… je n’arrive pas à y croire. Je suis donc devenu aussi fort ? De ma main gauche libre, je resserrai ma poignée avec un sourire, signe de confiance. Sur mon autre main, je sentis une sorte de vibration heureuse : mon Zanpakuto qui s’en réjouissait également. *Eh bien voilà, quand tu le veux !* Mouais bon, faut pas se faire trop de faux espoir. Ne nous déconcentrons pas.

Un cri de douleur. Mon cœur qui rate un battement. Mon corps qui frémit de tous ses fibres. Je suis bien trop fière pour pousser un cri de joie. Je suis cruel : je suis content que quelqu’un soit blessé. C’est vraiment honteux de ma part de sourire bêtement avec des étincelles dans mes yeux argent bleutés. Mais je suis bien trop heureux pour cacher totalement mon soulagement. J’en suis tellement reconnaissant, je me sens que ses longues journées d’entrainements, que ses souffrances que j’ai dû endurer. Pendant que ses yeux s’écarquillèrent sous mon air satisfait, je me dis qu’à quel point l’humanité est cruel. Je n’ai pas changé, n’est-ce-pas ? Je suis aveuglé. Aveuglé par une victoire sur ce long chemin pendant que je ne vois pas la vérité en face. Que mon adversaire est blessé. Je ne le remarque toujours pas, je suis aveuglé par la fierté qui m’envahit. Ça me fait tourner la tête, et c’est nocif pour moi. Vraiment, je n’ai pas changé depuis ses derniers mois. C’est décevant, mais je ne le remarque toujours pas. L’Homme est si stupide.


« -C'est tout ce que t'as, shinigami ? Me fait pas rire ! Montre moi toute ta puissance ! »


J’esquisse un sourire mauvais. Tiens donc, en voilà une réplique de faible d’un coup. Le voilà sous son vrai jour ! Un faible qui se cache derrière des apparences de grand guerrier et des voies à suivre. À quoi ça sert de parler de Bushido et tous ses trucs si tu failles à la première attaque qui te touche réellement : maintenant, c’est que des conneries pour moi ! Mon ennemi était comme un mur de glace : une fois brisé, ce n’est plus qu’une vulgaire vitre qu’on doit changer au plus vite. Mais à ce que je vois, ce changement de vitre est bien long pour mon adversaire. Sa régénération est lente, extrêmement lente. Et je dois en tirer profit de ça avant qu’il ne soit trop tard. Il ne faudrait pas réduire tous mes efforts à néant, sinon ça n’aurait servi à rien de tout ça et on en revient au point de départ.  


« Ne t’inquiètes pas, ce n’était qu’une entrée; le plat principal te viendra plus rapidement que prévue. Te presse pas et profites du spectacle Arrancar, parce que tu demanderas bientôt l’addition. »


Senshi Dai qui rageait, ça m’amusait. Alors, mon cher, qu’est-ce que ça fait de se sentir faible ? De t’étaler comme une grosse merde à vomir ton propre sang ? De cette frustration que j’ai dû supporter pendant ses derniers mois ? De voir ton ennemi tenir sur ses pieds alors que t’es en train de souffrir ? Cette honte qui te submerge, cette impuissante qui te ronge de l’intérieur. Tu sens que tu ne peux plus rien faire que… foncer. Tiens, justement, te voilà. Je connais ça mon vieux… Plus que tu ne le crois.

Son sabre et ma faux se croisèrent enfin. Cette vibration, ses mouvements. Ses sentiments que je ressens à ses coups, à ses sensations. Ça me submerge. Ses yeux remplis de colère et de rage, ça me fait presque mal au cœur. Un élan de compassion me prit, mais je me retiens. Je suis peut-être la seule personne ici qui le comprenait le mieux mais c’était toujours mon ennemi. Je ne vais pas l’enlacer ou pleurer pour lui. S’il pleurniche, qu’il continue de le faire en silence. Je n’arrêterais pas de prendre les armes parce que mon adversaire a perdu. J’ai un but à atteindre moi aussi, et je tiens à ma vie malgré tout. Si c’est un guerrier, il la prendra humblement et respectueusement. Et j’espère qu’il ne me décevra pas de nouveau.

Après tous, je pense que ce qui le « réconforterait » en quelque sorte, c’est de continuer à me combattre jusqu’au bout. Arrêtez le combat le rendrait plus honteux, et c’est bien ce que j’ai ressenti aussi. C’est pourquoi je vais le battre, pour lui montrer que c’était une grave erreur de me laisser en vie. Je ne suis pas tout à fait à point non plus. Je ne suis pas assez confiant : cette attaque m’a temporairement rassuré et donner de la confiance en moi, mais ce n’est pas permanant. Je dois m’entrainer, encore et encore. Je veux devenir plus confiant, plus fort, pour pouvoir atteindre mes buts. Mon chemin est long et ce combat n’est que le début de ma destinée. Si je ne réussis pas maintenant, si je ne suis pas sûre que le fait que je batte l’Arrancar 69 soit un coup de chance ou non, alors je ne survivrais pas. Si je n’y arrive pas… alors j’aurais préféré que Dai m’ait achevé au parc il y a quelques mois.

Oups, je ne dois pas me distraire.


« Rushifa no Tsumi. »


Commençons tout de suite ma stratégie. Il ne faut surtout pas que je perde du temps. Sa régénération est peut-être lente, mais elle existe. Pendant que je suis en train d’admirer ma magnificence à chaque millilitre de sang de mon éternel rival qui coule, il avait sûrement refermé une plaie ou deux, qui m’aurait peut-être aidé à en finir le plus rapidement et efficacement possible ou une chance d’échapper à la mort.

À mesure que nous échangeons les coups de sabre, plusieurs marques en forme d’œil apparurent. C’est pratiquement nostalgique… Mais je ne referais pas deux fois la même erreur. Pour l’instant, plus il y a de cibles, plus précis mes attaques seront. Et surtout mon atout. Ma carte maitresse. Le fruit de mon entrainement.


«  Et toi alors l’eucalyptus ? Ce n’est pas avec des vulgaires coups de sabre que tu vas me mettre K.O. Sors moi cette résurrection ou je ne sais pas quoi ! »


Ça va être marrant.






Code by Cocoon pour YY
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Du combat, seuls les lâches s'écartent. [PV. Taka]   Ven 21 Aoû 2015 - 18:31

Du combat, seuls les lâches s'écartent.

Ce sourire malsain, ce regard vicieux, supérieur, froid. Dai n'avait pas l'impression de se tenir devant un shinigami, mais bel et bien un hollow. Son adversaire se délectait de sa souffrance, appréciant chaque cris, chaque vagues de douleur qui le parcourrait. Jusqu'à la dernière goutte de sang. Le vert avait l'habitude de ce genre de personnages, ils n'étaient pas rare au hueco mundo. Lui-même devait avouer qu'il l'était un peu, bien que loin d'être un sadique. Mais que cela vienne de la part du blond. Oui, forcement, ça l'étonnait un peu. Était-ce alors la raison pour laquelle il l’appréciait tant ? Peut-être, peut-être pas. Il n'aimait pas les faibles trop tendre, mais cet attitude de supériorité que son homologue dégageait. Bordel, ça le foutait hors de lui. S'il y avait bien quelque chose qui ne faiblirait plus jamais ce serait bien son ego. Il l'avait abandonné une fois, c'était lorsqu'il avait prêté allégeance au sexta espada. mais de se faire prendre pour un faible devant un être encore plus misérable que lui. Non, définitivement non.
Et pourtant,il serra les poings à cette constatation. En ce moment même, il était bien plus pathétique que ce shinigami. Son hiero n'était plus, chaque litres de son sang qui s'écoulait le rendait d'autant plus faible. Comme si sa vie s'échappait. Alors au final, peut-être que le blond l'avait considéré à juste titre. Mais ça lui faisait chier. Vraiment chier.
Chier de donner comme dernière image à son adversaire, un lâche ne pouvant lui offrir un duel digne de ce nom. Il le respectait, plus que beaucoup d'autres et tout était entrain d'être foutu en l'air. Ca le rendait malade. Un goût désagréable lui emplissait la bouche, lui faisant presque tirer une tronche de dégout. Du sang ? Non. De la bile ? Non plus.
Le goût de la défaite...


« -Ne t’inquiètes pas, ce n’était qu’une entrée; le plat principal te viendra plus rapidement que prévue. Te presse pas et profites du spectacle Arrancar, parce que tu demanderas bientôt l’addition. »


Cette défait, non il ne pouvait l'accepter. Alors il avait foncé sur lui. Les derniers mots du blond avaient voilés ses yeux de colère. Il le méritait, tout était de sa faute, il n'aurait jamais dû interpeler le blond dans cet état. Non. Il aurait dû se rétablir plus tôt ! Voir même esquiver le coup du gardien de Las Noches ! Quel faible pathétique qu'il faisait. Voilà maintenant que son propre adversaire lui manquait de respect en le prenant autant de haut. Il n'était plus considéré comme une guerrier, mais comme un être faible, un moucheron que l'on écrase en attendant le suivant. Un jouet cassé impossible de réparer. Obsolète. Un mot qui lui avait jamais aussi bien cerné.
Alors il lui avait foncé dessus. C'était tout ce que pouvait faire l'arrancar. Maintenir une apparence qui n'était plus désormais. Jouer sa propre caricature. Et chaque coup d'éclat, chaque grondement de l'acier, étincelles de force. Elles lui faisaient perdre son panache. Il s'effritait, à mesure que son sang se rependait contre le sable blanc du désert.
Leurs échanges dec oups, aussi violent les uns que les autres les avaient mené petit à petit à poser le pied à terre. Voilà qui n'en serait plus simple, plutôt que de s'embêter à concentrer leurs reiatsu sous leurs pieds.
Et pour la première fois, Dai était en difficulté. Il avait énormément de mal à tenir le rythme contre cette tornade blonde qui se déchainée devant lui. Il avait plusieurs fois manqué de se faire trancher un membre par cette maudite faux. Il ne pouvait que remercier non pas sa force, qui le quittait, mais bel et bien sa maîtrise de l'art de katana. Et le peut de fois où la faux l'avait touché, cette même marque rougeoyante en forme d'yeux était apparus, augmentant ainsi son stress et la pression que son adversaire lui faisait subir.
En parlant de plaies, ses coupures ne se refermaient pas. Son organisme était débordé par le fait de tenter de survivre à cet efflux de sang et de par la concentration que lui soumettait son possesseur. Le fait de gesticulait dans tout les sens n'aidait, ça aggravait les choses si bien que la quantité qu'il avait perdue atteignait des proportions dangereuse.
Les lames se séparèrent enfin, Dai prit un peu de distance.


« -Et toi alors l’eucalyptus ? Ce n’est pas avec des vulgaires coups de sabre que tu vas me mettre K.O. Sors moi cette résurrection ou je ne sais pas quoi ! »


Pff. S'il n'était pas entrain de lutter pour ne pas se tordre de douleur, sans doute il se serait tordu de rire. La dernière fois, le blond était en passe de s'effondrait rien qu'à cause de la pression spirituelle qu'il avait exercé pour faire fuir le gêneur. Et le voilà maintenant qu'il lui parlait de resureccion. Certes, il lui avait promis de lui montrer sa forme libéré, mais il ne comptait pas lui montrer si tôt. Le shinigami n'était pas encore prêt. Il avait prit pour acquis une illusion de puissance causé par sa faiblesse. Il ne se rendait réellement pas compte que s'il reprenait sa vraie forme, il ne pourrait plus contenir son reiatsu, sans parlait que sa puissance allait plus que doubler. Il allait le mettre à genoux s'il le faisait. Et où en serait le combat si c'était le cas ?
Quoi que. Il lui tapait sur le système et il n'y aurait pas de meilleur moyen pour lui clouer son bec. D'un autre côté, il ne voulait pas lui offrir ce plaisir. C'est comme s'il obéissait à ses ordres. Et l'arrancar était loin d'être de ce genre. Il n'obéissait uniquement s'il reconnaissait la puissance de son supérieur, il avait faillit perdre la vie par deux fois à cause de ça. L'une pour Aizen, l'autre pour Grimmjow. Un sourire s'étira. Reste à ta place était des mots qui lui brûlait les lèvres à l'instant. Son regard fixait toujours avec autant d'intensité le blond, bien que sa vision commençait à devenir de plus en plus flou. Depuis tout à l'heure, il se sentait de plus en plus mal. Il avait froid, soif, le monde commençait à tourner si ce n'ai lui qui s'agitait trop. Mais il résistait, il se devait de ne pas se plaindre. Surtout lors d'un combat.
Il leva son katana horizontalement face au sol, se main droite passa lentement contre le tranchant de la lame. Il voulait la voir ? Il l'aurait. Tant pis, il ne pouvait résister à la tentation de lui remettre les idées en place.


« -Ne viens pas pleurer dans ce cas. »


Sa concentration augmenta, son reiatsu redoubla d'ardeur et commença à se concentrer autours de lui, il parcourrait ses veines. Sa respiration, déjà rapide, s'accéléra. La pression spirituelle environnante augmenta sensiblement, si bien qu'elle faisait voleter le sable tout autours de lui. Mais quelque chose clochait, c'était en temps normal un vrai bonheur de pouvoir reprendre partiellement sa forme de hollow. Mais il se sentait de plus en plus mal. Qu'importe, il devait réussir ! Ce n'était pas une foutue hémorragie qui allait avoir raison de lui !
Fort de ses convictions, il commença à prononcer sa phrase de libération.


« -Déchire- »


Il ne pu la terminé. La reiatsu qui commençait alors à augmenter graduellement d'intensité retomba en une fraction de seconde. Son zampakuto qui commençait alors à s'efriter du bout de la lame dans le bu de disparaitre retrouva son état d'origine. Et Dai s’effondra, dans la marre de son propre sang. Il avait sans doute était trop groumant, trop avide de ne pas décevoir celui qui s'était tant entrainé dans le but de le vaincre. Vouloir passer en forme libéré n'avait qu'aggravé son état, sa pression sanguine avait accéléré proportionnellement à son reiatsu. Il avait finit par perdre connaissance de lui même. Par sa propre faute.
Voilà qu'il allait mourir ainsi. Pitoyable.

-------------------------------------------------
(c) fiche par ocean lounge
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Du combat, seuls les lâches s'écartent. [PV. Taka]   Ven 21 Aoû 2015 - 18:32


IF WE EVER MEET AGAIN… AND WE DID.


Touché. Il ne peut plus se défiler maintenant, hein ?
Ce sourire. Bordel, mais qu’est-ce que j’aime cette détermination. Enfin, merde, j’en avais marre qu’il tire sa tronche de poisson clown ! Je ne suis pas venu pour l’admirer, ni le regarder dans son aquarium pour une visite au zoo, mais je tiens cette faux de mes deux mains, je me maintiens sur ses deux pieds, j’ai passé un enfer pendant ses deux mois pour pouvoir le combattre. Même si ce n’était pas voulu, on s’est rencontré. Après tous, on allait le faire tôt ou tard non ? Rien à foutre s’il n’était pas prêt, je ne le suis pas non plus ! Et y’a rien à préparer, ce n’est pas un spectacle non plus, quand même. Roh et me revoilà, et m’énerver contre moi-même de nouveau.

J’étais tellement captivé par mes pensées, par mes dires, que je n’avais même pas remarqué que le contact avec nos armes a été rompu. Dommage, j’aimais vraiment cette sensation. Alors… que peut-il bien me préparer ?  Aaaah, mon dieu, je suis tellement excité. Je suis comme un gamin qui n’arrive pas à tenir en place devant son super héro. Ce suspense, cette excitation, cette fougue. Mais merde, accouche ! Ah non, techniquement, il ne peut pas. Et moi non plus.


« -Ne viens pas pleurer dans ce cas. »
« C’est surtout toi qui va pleurnicher, oui. »



Bon c’est bien beau le blablatage, mais allez quoi !! Je ne peux vraiment plus tenir en place, je frémis tellement que mon Zanpakuto en tremble. Et merde, il va penser que je suis en train de trembler de peur ? Mais merde, tant pis quoi, qu’il se dépêche un peu !  Non seulement mes forces quittent un peu aussi avec ce Hueco Mundo qui me rend furieux pour une raison que j’ignore (cet endroit me tape sur le système !), mais également, il est trop lent. Mais bordel, dépêche-toi ! Je ne suis pas venu ici pour bavarder gentiment avec toi, je veux te massacrer oui. Oui, allez, je suis un connard : je lui dis de ne pas trop se presser non plus, mais je suis en train de l’harceler. Enfin, télépathiquement, on va dire. Parce que je parle tout seul dans mon esprit quoi.

Tiens, maintenant que j’y pense. Il est un peu bizarre aujourd’hui. Est-il toujours aussi décontracté ? Peut-être que Karakura lui avait produit le même effet que le Hueco Mundo exerçait sur moi ? Sûrement… Donc du coup, il s’est défoulé sur moi ?! Oh le connard ! Et là il prend son temps en plus ! Il se fout bien de moi. Si ça se trouve, c’est du ketchup qu’il crache, pas du sang… Euh, mais ils n’ont pas de tomates ici, si ? Merde, je m’égare. Mais merde, encore une fois, qu’est-ce que j’en ai à foutre de ce qu’ils bouffent ou font ?!

Ha enfin, ce n’était pas trop tôt ! Oh, un halo lumineux vert, j’aime… Il essaye de faire la Resurrecion là ? C’est bien, gentil toutou ! L’homme qui tient ses promesses, typique bushido. Pourquoi je ne suis pas surpris… Un sourire s’étire sur mon visage malgré moi. Vraiment, si ça continue, je risque d’avoir de l’affection pour mon ennemi. Est-ce ma position de « traitre » qui me corrompe ? Qui sait… Mais pour l’heure, c’est mon rival, peu importe si il est mon ennemi ou mon ami. On est en combat, c’est déshonorant de penser à autres choses que le combat.

En voilà un sourire mon cher ! Instinctivement, je l’imite et je souris jusqu’aux oreilles. Un sourire un peu bizarre et... très malsain. Une personne extérieure aurait interprété cela dans un sous entendu un peu pervers, mais je lui dirais d’aller se faire voir. Cordialement. Puis en réponse de satisfaction – et pour m’éviter une mort fatale également; ça serait con de mourir par une simple pression spirituelle, n’est-ce-pas ? -, j’augmente également la mienne. Une lueur rouge se forme autour de moi. Des lueurs vertes et rouges dans le Hueco Mundo… on dirait noël. Mais je suppose qu’on faite pas ça ici. Et je ne pense pas qu’on le fait dans la Soul Society. Enfin, ça fait des années que je ne suis plus revenu dans la Soul Society, ça a dû bien changer…


« -Déchire- »


Son sabre se désintègre petit à petit. La pression montre, l’adréaline. Enfin, je vais enfin voir cette putain de Resurrecion et nous battre… puis d’un coup… plus rien. Ça revient à la normal.  Plus d’halo, plus de lumière, plus de vert. Rien. Quoi, y’a une panne ? Ça bug ? Ça marche plus ? Qu’est-ce qui se passe, il a plus de reatsu ? C’est ça la Resurrecion ? Mais j’pensais que c’était un truc comme un Shikai ou un Bankai, mais c’est enfaite une guirlande verte ? MAIS C’EST QUOI CE BORDEL MERDE ?!

Et là, il s’effondre. What ? Qu’est-ce qu’il se passe ? Je suis confus. 100%. Je ne pige rien. Et là, y’a du rouge sur le sable. C’est quoi ça, c’est son sang ou du ketchup ? Il me fait le coup du j’ai-la-maladie-de-ne-plus-continuer-le-combat ? C’est si honteux que ça ? Mais attends. Ses yeux sont fermés. Il me fait quoi là ? Hey mec, me fais pas le coup de la belle au bois dormant, j’embrasse que les ladies. Mais réveille-toi bon sang putain ! Je suis tellement choqué que tout ce que je peux dire c’est :


« Hey, ça va ? »


Hey. Ça. Va. NON IL S’EST JUSTE ÉCROULÉ DEVANT TOI DANS UNE MARÉE DE SANG, C’EST TOUT. Mais merde, Taka réveille toi, shit ! Il est K.O, c’est fini. Je suis heureux ? Pourquoi je ne suis pas heureux ? Qu’est-ce qui se passe bon sang, je l’ai battu non ? ALORS POURQUOI JE NE ME SENS PAS BIEN ?


« Hey, réveilles toi ! Reprends tes esprits, ce n’est pas fini, oy ! »


Non, je n’arrive vraiment pas à y croire. Il est… mort ? Non, n’importe quoi, sinon il se serait désintégré comme quand on tue un simple Hollow. Ou son corps serait devenu froid… plus qu’il l’est déjà. Et son corps, ça serait devenu juste une carcasse de… d’animal. Zut, c’est aussi un animal. Enfin, un animal mort vivant oui. Merde, vérifions !

Non, c’est bon, je sens encore sa respiration. Faible, mais bien là. Mais pourquoi il est comme ça ? Tout ce que j’ai fait, c’est l’écorché pratiquement. Je n’ai même pas encore commencé à être un minimum sérieux… J’ai pratiquement utilisé les mêmes techniques que la dernière fois. Vous n’allez pas me dire que je me suis améliorer ou quoi que ce soit, merde !

Je le retourne sur le dos, histoire de voir ce qui se passe. Ben quoi ? Je ne vais pas le laisser étaler comme ça comme une merde alors qu’il y a un homme blessé devant moi. Qu’il soit ennemi, ami, prêtre, chimpanzé ou n’importe quelle sorte d’extraterrestre. Pas insecte par contre. BREF. Il doit bien y avoir quelque chose…

Oh non, mais je rêve.
C’est quoi ses bandages ?! Ils n’étaient pas là, si ? Ce n’est pas qu’il a mit ses bandages pendant le combat, je l’ai observé pendant tout ce temps. Et quand même, si il avait mis des bandages autour de son torse, je l’aurais vu mais là… Il est tout ensanglanté et il y a des plaies. Mais je ne l’ai pas touché là ! C’est quoi ses merdes au niveau du bassin, et ses genre de… morsure. Non j’y crois pas. Je le combat depuis tout à l’heure… alors qu’il est blessé ?!


« Non… c’est pas possible… Oy, marimo, réveille-toi, fais pas le con… Ouvre les yeux. MAIS DIS UN TRUC BORDEL, RÉVEILLE TOI. JE N’ARRIVE PAS À Y CROIRE, NON. NON. NON JE NE GOBERAIS PAS ÇA !! »


Je hurlai un cri de rage, mélangé à des cris de colère. Alors c’est ça mes souffrances pendant tous ses mois ? Ses entrainements, ses combats… Tout ce que je fais. Pour le battre d’une façon aussi honteuse ? Pour achever quelqu’un qui est déjà souffrant. Comment je n’ai pas pû remarqué un truc aussi crucial ? Et merde, qu’est-ce que je suis aveugle sérieux ! Je retirais ma mèche blonde s’il le faut la prochaine fois pour mieux voir ! Mais j’en ai marre de faire que des erreurs. J’en ai marre des défaites. Oui, c’est une défaite pour moi. Tu parles d’une victoire ? Non. Je n’accepterais pas ça. Il n’y a pas question que j’accepte. Je veux un autre combat. Je n’accepterais pas celui là. On va se refaire un autre. Et je ferais en sorte que ça arrive.

Prenant une grosse inspiration, j’enlevai délicatement les bandages tâché de sang et le passa en boule à côté de moi. Enfin, ce qui en restait. C’était maintenant que des filets de fils dentaire.  Merde, le sang coulait toujours. Mes coups ont dû ré-ouvrir ses plaies. Mais bordel, comment il a fait pour ce recevoir tout ça ? Bref, là n’est pas la question. Oui, je vais le soigner ! Et puis quoi encore ? Je ne fais plus parti de la communauté des Shinigami, je suis dans une position neutre : je suis donc capable d’aider Aizen autant que je veux. Sauf que je n’apprécie pas ce bonhomme. Il était mon lieutenant pendant un moment, mon supérieur, mais je ne travaillerais pas sous ses idéologies que je trouve totalement insensé. Utiliser le Hogyôku pour ses propres bénéfices… je peux m’en passer ! Et y’a pas de mal à avoir un Zanpakuto, non ? Je l’aime bien Jigoku no Karitoriki moi !
En parlant de mon Zanpakuto… Son shikai me serra bien plus utile dans ses moments là que des kidos de soin que je maitrise très piètrement. Avec sa manche chauffé à blanc, ça m’aidera à arrêter l’hémorragie. S’il perd encore plus de sang, je ne pourrais plus le sauver. Et encore, je n’ai aucune connaissance en médecine à part les infirmières, alors je ne sais pas si c’est vraiment possible. Mais je dois essayer du mieux que je peux, et on verra après. Et puis son métabolisme d’Hollow ainsi que la résistance très développé de son corps l’aidera bien. Enfin j’espère.

Aussitôt, je me mets à l’œuvre pour arrêter l’écoulement de sang. Avec ma manche, je cautérise les plaies, essayant du mieux d’éviter que ma lame le touche, sinon ça sera un double travail. Et puis,  en déchirant un peu de sa tunique et la mienne, j’arriverai sûrement à en faire des bandages pour recouvrir ses plaies. Allez, au boulot Karitoriki… Remettons ce bâtard sur pied et défonçons-le de nouveau pour enfin avoir notre revanche. Et par mes propres efforts, cette fois-ci.






Code by Cocoon pour YY
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Du combat, seuls les lâches s'écartent. [PV. Taka]   Ven 21 Aoû 2015 - 18:33

Du combat, seuls les lâches s'écartent.

La tension dans sa nuque se faisait si forte, sa tête allait exploser. Il ne voyait presque plus si ce n'est des formes lointaines. Tout tournait. C'était horrible tant il lutait pour garder conscience. C'est comme si... son âme quittait son corps, pourtant c'était impossible ! Il était une âme ! Peut-être était-ce ce que l'on ressentait lors de la mort ? Il l'avait sûrement déjà vécu, mais bordel... comment ne pas se souvenir d'une telle torture ?!
Quand ses genoux touchèrent le sol, ce fut la fin. Le noir complet. Il restait là, gisant dans le sable, haletant. Son corps tentait d'optimiser chacune de ses particules de reiatsu dans le seul but de le garder en vie. Par l'instinct. Il entendait des cris, mais ne pouvait distinguer en les paroles. Un hollow peut-être ? Le shinigami venu l'achever ? Certainement. Le combat était terminé, il avait perdu. Comme les règles l'exiges, il devait être mit à mort. La loi du plus fort. La loi du Hueco Mundo, mais aussi des duels. Dai se sentait bouger, ou plutôt quelqu'un le faisait. La fin était proche, il la sentait, cette caresse froide sur sa peau, le souffle glacée de la mort. Son sang le quittait de plus en plus emportant avec lui le peu de chaleur qui lui était vital. Et dire que les requins avaient partiellement le sang froid... ironie du sort.
Soudain, une douleur atroce le dévora tout entier, partant de sa plaie. Il se contracta automatiquement dans un cri de douleur, lui faisant brusquement ouvrir les yeux sous cette décharge d'adrénaline. Un début de cero commençait même à briller à l'intérieur de l'un de ses mains par pur réflexe. Cero qui s'étouffa aussitôt qu'il fut venu faut d'énergie. Mais alors qu'il pensait s'être fait dévorer par un hollow, vu que... les shinigamis c'est pas trop ça, telle ne fut pas sa surprise en voyant que le blond était toujours là. Il voulait le torturer ou quoi ?! Le manche de son zampakuto dans le métal brillait tellement il était chaud était enfoncé dans sa plaie, faisant bouillir le sang, cuir la chair. Et l'arrancar dans tout ça ? Il ne pouvait s'arrêter d'hurler de douleur, lui qui pourtant n'était pas du genre à se plaindre. Mais se faire brûler vif... Sa gorge vociférait un cri presque proche de celui d'un hollow tant ses muscles se tordaient.
L'odeur du sang et bientôt l'odeur de grillé [poisson panné] saturait l'air.
Son corps retomba violemment, ses poumons prêt à se rompre tant sa respiration était forte. Tout était finit. Mais la douleur, elle, perdurait. Vicieuse ennemie qui ne cessait de le poursuivre. Ses yeux fixait le ciel figé, révulsé, traumatisé presque. Il posa l'une de ses mains sur son abdomen, là où l'hémorragie faisait rage. Son visage se tordit de douleur, mais... le sang ne coulait plus. C'est alors que des bruits de tissus déchiré lui firent comprendre la situation. Bien qu'encore sonné par ce supplice qu'il lui avait été infligé.
Non. Non ça ne pouvait être ça... ce shinigami qui le regardait d'un air presque bienveillant... une boule emplit sa gorge. Il l'avait soigné ? Son cœur s'accéléra. Son ennemi l'avait réellement soigné ?! La rage monta. Il arracha alors les débuts de bandages qu'on lui appliquait et repoussa plus que violemment le shinigami, s'arrachant un cri de douleur au passage. Bien que refermé avec les moyens du bords, sa blessure lui faisait toujours autant souffrir, d'autant plus qu'il avait été marqué au fer rouge.
QUEL DÉSHONNEUR ! Jamais sa personne n'avait été bafoué à ce point ! De quel droit son adversaire pouvait se permettre de le soigner ?! Lui manquer de respect à ce point... ça le rendait fou de rage ! N'avait-il pas une seule seconde imaginé ce que lui pouvait ressentir ? C'était bien beau de faire une bonne action, mais il aurait préféré mourir ! Cet homme qu'il respectait alors, il n'en restait plus rien. Ce n'était qu'un faible de d'esprit lui qu'il avait prit pour son égal. Épargner un ennemi, passe encore, ils auraient été quitte. Mais le soigner...
Il poussa un nouveau cri, de rage cette fois et empoigna son zampakuto. L'effet aurait été plus dramatique s'il avait craché du sang, mais ce n'était pas le cas. Heureusement que son pôle respiratoire n'avait été touché. Du sang par contre, il en coulait de sa bouche. Il serrait tellement les dents que ses lèvres en avait pâtis. Là, maintenant, il n'avait qu'une envie. C'était de se planter lui même son sabre dans le torse. Pour laver son honneur. Et c'est ce qu'il fit, qui à crever de lui même, autant mourir dignement. Malheureusement, encore et toujours, son trou de hollow était idéalement placé pour éviter cet acte. Bordel... il pouvait pas l'avoir plus haut comme la majorité de ses congénères ? Il retira ainsi la lame, la plantant dans le sable. Il le foudroyait du regard. D'un regard bien différent de tout ceux qu'il lui avait alors lancé. Cette fois-ci, c'était de la haine, la vraie.


« -JE SUIS UN HOLLOW, JE NE MÉRITE PAS TA PITIÉ SHINIGAMI ! JE N'AI D'HUMAIN QUE MON APPARENCE ! FAIT DONC TON DEVOIR ET COMBAT MOI COMME TOUTES CES AUTRES CRÉATURES ! »


Il tenta alors de se relever, son zampakuto en guise de canne, mais ne réussit pas même à décoller du sol. Il était bien trop faible. Il retomba à terre, se tenant à la force de bras des des jambes pour ne pas s'écrouler à nouveau. Ce n'était pas parce-qu’il avait crié qu'il allait bien. Au contraire, il était à deux doigts de perdre à nouveau connaissance, mais ça. Il ne l'accepterait pas. Le combat n'était pas finit tant qu'il aurait encore un souffle de vie. Mais si le shinigami avait perdu tout volonté de se battre...
A quoi ça rimait bon sang ? Il était si sûr de lui tout à l'heure ! Le soigner... qu'est-ce qu'il lui avait traversé l'esprit ?! Un shinigami ne panse pas un hollow de ses blessures !
Pff... le combat ne reprendrait jamais. Il s'écroula à bout de force. Les poings serrés. Il n'avait plus la force de rien. Plus d'énergie. Nada. Niet. Ce qui le forçait à se calmer. Après tout, il avait toujours eut le sang chaud.


« -Bouge de là, une marrée de hollow va pas tarder à arriver. Et j'parle même pas des menos. Ni des arrancars... »


Sa respiration se faisait plus lente et saccadé, il se résignait à crever de toute façons. Il se sentait déjà partir. Son état de conscience n'allait pas durer des masses. Tout ce qui lui restait à faire, c'était de mettre en garde le blond. Et il ne mentait pas. On pouvait apercevoir le palais au loin et le reiatsu de shinigami qu'il avait dégagé avait mit en appétit tout le secteur. Et voilà que le sien disparaissait... il n'y avait plus aucun danger se ramener désormais. Mais surtout... Il ne voulait plus que Taka le voit ainsi. D'autant qu'il était à deux doigts de perdre la raison. Son état poussait ses instincts d'hollow à prendre le pas. Lui qui s'efforçait toujours d'être digne, de conserver sa fierté et de respecter ses adversaires jusqu'au bout. Quelques minutes de plus et il allait lui sauter dessus.

-------------------------------------------------
(c) fiche par ocean lounge
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Du combat, seuls les lâches s'écartent. [PV. Taka]   Ven 21 Aoû 2015 - 18:36





IF WE EVER MEET AGAIN… AND WE DID.


Tranquillement, Taka soignait l’Arrancar blessé. C’était son ennemi juré, son rival, et pourtant, il était là, à essayer par tous les moyens de refermer ses plaies. L’ex-shinigami était agité, paniqué. Il ne savait pas comment s’y prendre pour soigner quelqu’un au bord de la mort. La dernière fois que quelqu’un qu’il connaissait bien était malade, il n’eut pas le temps pour sauver cette personne. À ce moment-là il était blessé, terriblement blessé par cette perte qui laissait encore des cicatrices dans son cœur. Mais réagira-t-il de tel si son adversaire advenait à mourir ? Pas exactement.

Le shinigami exilé serait surtout très furieux. Furieux de ne pas pouvoir accéder à cette revanche qu’il rêvait tant d’accomplir. C’était devenu son but dans la vie. En même temps, il hésitait vraiment à laisser l’Arrancar dans sa merde et se casser, mais ses principes le contredisaient. Ça serait encore plus inhumain que ses créatures assoiffés de sang mais qui continuent le combat jusqu’au bout. Enfin, ça semble bien être le cas, non ? *Senshi Dai me semble le bon exemple à suivre, mais je ne sais pas si ceux qui sont supérieurs à lui le suivent.* La loi des plus forts, typique. Et bien dommage, parce qu’il fallait l’admettre, l’Arrancar 69 d’incroyables valeurs et des principes honorables. Il était unique, et Taka admirait vraiment ça. Alors il devait se dépêcher et soigner cet être qui ne semble pas plus inhumain que notre protagoniste. *Ou suis-je anormal ?* L’exil faisait vraiment tourner la tête des âmes perdus.

Se surprenant à chantonner, le shinigami blond baisse la tête en riant sur lui-même. Et juste à temps. Une boule d’énergie lumineuse verte apparu dans sa paume. Son sourire s’effaça en une fraction de seconde et il abandonna toute activité pour reculer vivement. En un clin d’œil, la lumière disparut. *Quoi ?* Il clignota des paupières, abasourdi de ce qu’il venait de se passer. *J’ai rêvé ou quoi ?* Le blondinet frotta ses yeux  pour être certain. Rien. *Ça doit être la fatigue…* Il avait utilisé beaucoup de reatsu, même si il en a utilisé plus pour soigner son ennemi que le combattre.

D’un coup, le marimo hurla, faisant sursauter son guérisseur. *Décidément, je ne suis pas en grande forme…* Il soupira de soulagement. Au moins,  cela voulait sûrement dire que ses aptitudes en kido n’étaient pas si horribles que ça. Ça le rassurait, mais il était surtout inquiet que le but de sa vie disparaisse aussi brutalement en n’ayant rien fait. Et encore, il hésitait encore s’il voulait qu’il disparaisse. Se connaissant parfaitement, l’ancien officier de la cinquième division ne supporterait pas d’achever quelqu’un. Les Hollows qu’il avait rencontré jusqu’à maintenant avait plus l’apparence de monstre que d’humain – et encore, il se rassurait que les âmes qu’ils tranchent seront purifiées, et non exterminées, grâce à la caractéristique de son Zanpakuto.

Mais Dieu a dû l’envoyer dans la Soul Society par erreur. Ses cris de douleurs, son traumatisme, sa lame qui brûlait les plaies, la chaleur intense touchant ses tissus. Taka se surprit à en être satisfait. Trop même. Il commençait à prendre plaisir à le torturer avec son Zanpakuto. Sa vengeance ? Pas encore, c’était bien trop doux… et trop chaud. Parce que la vengeance est un plat qui se mange froid ! Parfois, Taka se demandait s’il n’était pas plutôt un Hollow à l’origine. Un sourire carnassier s’étira sur son visage, résistant à l’envie de taquiner un peu plus l’homme qui lui a fait subir l’enfer ses derniers mois, mais se retint. Sérieux, il n’aimait pas que sa fonction professionnelle soit mélangée à ses propres envies. Mais ce sourire psychopathe, impossible de le réprimer.

L’Arrancar cria de nouveau. Taka fut abasourdi, puisqu’il ne l’avait même pas encore touché pour qu’il hurle ainsi. Il le regarda avec des yeux ronds et prit du temps à se rendre compte que Dai essayait de se relever avec son Zanpakuto. Le blond essayait de le rallonger mais il aperçut son regard haineux et de ses dents serrant sa lèvre ensanglantée. Et là, il lui cracha au visage.


« -JE SUIS UN HOLLOW, JE NE MÉRITE PAS TA PITIÉ SHINIGAMI ! JE N'AI D'HUMAIN QUE MON APPARENCE ! FAIT DONC TON DEVOIR ET COMBAT MOI COMME TOUTES CES AUTRES CRÉATURES ! »
« PITIÉ ? TU PARLES TOI ! NON MAIS TU TE FOUS DE MA GUEULE. NON SEULEMENT M’AS-TU EMPÊCHÉ D’ACHEVER MA VIE MINABLE L’AUTRE JOUR, MAIS ÉGALEMENT TU OSES TE BATTRE CONTRE MOI EN ÉTANT BLESSÉ ?! QUESTION D’HONNEUR, JE TE CONSEILLE D’Y RÉFLÉCHIR DE NOUVEAU AVANT DE ME PARLER DE DEVOIR, GUERRIER ! »



Taka haleta, son souffle ayant été coupé par son cri. Il n’avait pas pu s’en empêcher de s’exclamer ainsi. Ça le dépassait totalement : il avait utilisé toute son énergie pour le soigner et, en retour, Môsieur le gueule dessus. *Non mais je rêve ! J’aurais préféré ne pas te soigner aussi mais UNE CERTAINE PERSONNE m’a empêché de crever en paix. Et j’avais rien demandé non plus ! * Le sang bouillonnant, sa tête commençait à lui faire mal et il avait très chaud. Mais il se refroidit aussitôt, et se contenta plutôt de soupirer longuement. *Bon, au moins, il est vivant, c’est déjà ça. *

Alors qu’il ferma les yeux un moment pour se calmer, il sentit que son patient gigotait. Ouvrant un œil, il constata effectivement qu’il utilisait son Zanpakuto pour se relever. Le blond soupira bruyamment, agacé et, sous la fougue, il sauta sur son adversaire et le fait basculer par l’arrière. Ses yeux étaient rempli de colère, mais surtout agacé que son rival soit aussi têtu. Il l’avait sauvé, il l’avait gueulé dessus mais en plus, il voulait réduire son long et méticuleux travail à néant ? Il aurait préféré laissé crever, tiens ! Mais ça serait bien trop gentil, et ça ne l’arrangeait pas. Taka voulait le battre, et commencer sa vengeance par lui faire ressentir les remords de l’avoir laisser en vie lui aussi était son but. Il sentit que cette histoire allait le gaver avec un guerrier aussi gavant avec ses questions de vie et de mort de bushido auquel il n’y comprit rien, mais tant pis ! *Ça en va le coût je pense bien.*

Le blond plongea son regard bleu-gris pleine de froideur dans les siens, vert sapin et haineux. Il le dévisagea un long moment, se perdant dans ses yeux si captivants. Puis, il rapprocha son visage du sien et dans une voix grave et basse, pratiquement un murmure, il lui souffla un avertissement bien froid et provocateur, mais un message bien clair.


« Pour que ce soit bien clair, je ne t’ai pas sauvé parce que ta sale tronche de cake me faisait pitié ou parce que tu as l’apparence d’un humain. Je te sauve, pour te rebuter par la suite. Je te permets de vivre à nouveau parce que ce combat était bien plus déshonorant pour nous deux que de survivre aux portes des enfers. Maintenant, tu as connu mon ressentiment et ma frustration lorsque tu m’as épargné la dernière fois, tu es prévenue. La prochaine fois, tu finis cuit sous les mains de Lucifer, mais des mienne avant. Ne t’inquiètes pas, je suis un bon cuisinier qui prends bien soin de ses ingrédients. »


À sa dernière phrase, Taka esquissa un long sourire moqueur avant de se relever de son adversaire. *Au moins, ça lui clouera le bec un moment.* D’un coup, il sentit une grande quantité d’énergie spirituelle de lui faire pression. Décidément, il n’allait jamais s’habituer à cet endroit. Il étouffa difficilement un toussotement tandis qu’il se demandait ce que c’était.


« -Bouge de là, une marrée de hollow va pas tarder à arriver. Et j'parle même pas des menos. Ni des arrancars... »


Des Hollows, comment n’avait-il pas pu les reconnaitre ? Leurs reatsu étaient en effet bien plus puissant et différent, mais cela lui faisait vraiment bizarre de ne pas rencontrer ses bestioles qui ont fait sa carrière de Shinigami. *Tsk, et encore des gêneurs. Je ne serais jamais tranquille, dis donc ?* Il pivota légèrement, lançant un coup d’œil à l’Arrancar. Ce dernier respirait de plus en plus lentement mais plus bruyamment. Le faire marcher, lui, dans cet état ? Impossible. Il soupira, libéra sa forme Shikai, rangeant son épée dans son fourreau et s’accroupit. Son opposant perdait conscience, il devait se dépêcher. Aussitôt, il le pivota de façon à pouvoir le mettre à dos, attrapa les bras meurtris du guerrier déchu et le porta sur ses épaules. Son passager sur le dos plus ou moins bien installés, il se hissa de ses grandes et fortes jambes. Il attrapa le Zanpakuto du Hollow avancé au passage, le mettant dans sa ceinture à côté de son propre fourreau et marcha dans la direction opposé à ses vibrations néfastes provenaient. Il ne savait pas où aller, et où il se dirigeait, mais le shinigami n’allait pas rester ici, ça c’était sûr. Son déplacement aurait été plus facile s’il avait effectué un ou deux shunpos, mais son patient n’était pas en état de supporter ça. Ainsi, il marcha à grandes enjambées près du bâtiment gigantesque  pour se cacher, ne savant pas qu’il était d’autant plus en danger là-bas.





Code by Cocoon pour YY
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Du combat, seuls les lâches s'écartent. [PV. Taka]   Ven 21 Aoû 2015 - 18:37

Du combat, seuls les lâches s'écartent.


« -PITIÉ ? TU PARLES TOI ! NON MAIS TU TE FOUS DE MA GUEULE. NON SEULEMENT M’AS-TU EMPÊCHÉ D’ACHEVER MA VIE MINABLE L’AUTRE JOUR, MAIS ÉGALEMENT TU OSES TE BATTRE CONTRE MOI EN ÉTANT BLESSÉ ?! QUESTION D’HONNEUR, JE TE CONSEILLE D’Y RÉFLÉCHIR DE NOUVEAU AVANT DE ME PARLER DE DEVOIR, GUERRIER ! »


Et bam, il lui avait tout recraché dans la gueule. Pas étonnant, il n'attendait pas du blond qu'il se précipite pour s'excuser. Dès le moment où ils s'étaient connu, ils s'étaient gueulés dessus, insultés de tout les noms. Le voilà furieux. Ses mots... comment pouvait-il lui parler d'honneur ?! Refuser le combat aurait été un plus grand déshonneur que de se battre blessé ! Il n'y connaissait rien, oui, il pouvait bien s'incliner, se comporter avec respect, mais maintenant, Dai voyait le vrai visage de ce blond. Tout n'était que façade, il ne connaissait rien du vrai sens que l'on pouvait accorder à l'honneur.
Cepandant... connaissait-il vraiment l'honneur lui aussi ? Il n'était qu'Hollow depuis sa seconde vie. Pourquoi était-il le seul à se comporter comme ça ? Ce n'était juste que de piètres valeurs humains après tout. Alors pourquoi, pourquoi les suivre. Cela ne lui attire qu'ennuis. Tout serait tellement plus simple s'il pouvait se comporter lâchement. Attaquer les adversaires dans le dos, fuir... mais il se sentirait souillé s'il le faisait. non, décidément rien que cette pensait lui foutait la gerbe. Pas moyen de s'assumer après. Enfin... il ne pouvait s'assumer non plus au vu de son état. Faible qu'il était. Et tout ça juste car il a refusé de fuir... Pff. Un vrai guerrier aurait vaincu son adversaire, lui il s'est retrouvé envoyé six pieds sous terre. Et dans le réel sens du terme.
Mais, alors que l'arrancar tentait de se relever, un poids le plaqua de nouveau au sol, incapable d'y résister. Son état de fatigue était bien trop avancé. Il fut alors là, sur le dos, prisonnier des bras d'un shinigami penché sur lui. Cette position n'était pas sans lui rappeler la dernière fois, lorsque c'était lui qui était à califourchon au dessus. Leurs visages se rapprochèrent, dans un piètre remake de cette scène passée. Une pensée lui traversa alors l'esprit. Et si ce shinigami allait le dévoré ?... non pas possible... quoi que, il ferait un meilleur hollow qu'un petit couard d'arrancar qu'il avait croisé il y a un moment. Mais, les shinigamis étaient là pour sauver les âmes, pas pour les bouffer... même si c'était une shinigami exilé. Il ne le menaçait pas de son sabre, Dai pouvait alors exclure à son plus grand soulagement l'hypothèse de la purification. Pourquoi dans ce cas ?
Leurs yeux s'attirèrent, l'un comme l'autre furent piégés par les pupilles voisines. Ses yeux vert d'émeraude se noyèrent dans ces yeux bleu roi. Froid, dénué de sympathie. Belliqueux était le mot juste.
Sans qu'il comprenne pourquoi, sa gorge se serra, il se sentait mal à l'aise, agacé même. Il n'aimait pas le fait de se retrouver en dessous, certainement pas. Il n'était du genre à se laisser faire ! Et pourtant... ses blessures ne lui laissait pas le choix. Cette position le frustrait. Vraiment.


« -Pour que ce soit bien clair, je ne t’ai pas sauvé parce que ta sale tronche de cake me faisait pitié ou parce que tu as l’apparence d’un humain. Je te sauve, pour te rebuter par la suite. Je te permets de vivre à nouveau parce que ce combat était bien plus déshonorant pour nous deux que de survivre aux portes des enfers. Maintenant, tu as connu mon ressentiment et ma frustration lorsque tu m’as épargné la dernière fois, tu es prévenue. La prochaine fois, tu finis cuit sous les mains de Lucifer, mais des mienne avant. Ne t’inquiètes pas, je suis un bon cuisinier qui prends bien soin de ses ingrédients. »


Et là, l'arrancar ne savait plus s'il devait tirer un sourire ou non. Le fait d'apprendre que son... presque rival ne l'avait pas épargné par simple pitié le réjouissait. Il n'aurait pas supporter une faiblesse de sa part. S'apitoyer sur quelqu'un... c'est le considérer inférieur. Mais le vert comptait bien se venger d'une manière ou d'une autre pour cet air arrogant. Dès qu'il aurait assez récupéré et à ce moment là. Il le clouera de part son reiatsu et le remettre à sa place. Oh que non, ce ne serait pas une vague retenue comme pendant les combat, ou alors la tentative de sa resureccion. Non, cette fois-ci ce sera purement et uniquement dans ce but. Et il s'en savait capable, de large. Pour le moment, il était bien trop diminué pour intimider qui que ce soit. Certain même qu'il ne pourrait même pas intimidé la petite gamine arrancar qu'il avait croisé il y a quelques jours.
Le blond allait voir ce qu'il allait voir. A force de trop jouer avec lui... mais il était désormais trop tard pour penser à ce genre de plan machiavélique. Ses yeux se fermaient d'eux même, il était extrêmement fatigué. Son corps ne lui criait que deux choses, se reposer et dévorer. Assez contradictoire, c'est vrai. De plus, il ne voulait perdre conscience face à un potentiel ennemi, bien qu'il le considère à titre particulier. Non pas un ennemi comme le peut être un shinigami, mais une sorte de frère d'arme, quelqu'un qu'il peut affronter par pur plaisir. Sans grande résistance, ses sens s'estompait, tandis qu'il sentait quelque chose le hissait. Sa conscience divaguait de plus en plus, enchainant pensées incohérentes et une certaine innocence. Il ne s'inquiétait plus vraiment des on sort. Morphée l'avait enserré de ses doux bras.
Sa respiration se faisait beaucoup plus lente et calme, son visage était niché dans le creux du coup du shinigami. Ses bras s'étaient resserré d'eux mêmes dans une tendre étreinte. Il n'avait jamais été aussi proche d'un autre corps. Il dormait paisiblement, comme si rien ne pouvait l'attaquer. Se sentir en sécurité ? C'était peut-être la première fois de sa vie qu'il ressentait cela. Était-ce un sentiment de confiance ? Il n'en savait foutrement rien, mais il fallait relativiser. Cette hémorragie lui avait fait perdre énormément de sang, bien plus que ce qu'un humain pouvait supporter, il ne tenait sa vie qu'à sa condition d'hollow. Mais il n'en restait pas moins terriblement affecté et la fatigue cumulé à tout ces évènements l'avaient complètement sonné, assommé, épuisé. Ce profond sommeil n'était qu'une étape réparatrice.
Et en parlant de sommeil, il rêvait. Dai se revu entrain de nager dans le sable du Hueco Mundo. Dans ce désert aussi immense que vicieux. Un goût d'aventure, de danger, une totale liberté alors qu'il filait sous la surface. Se mouvent avec aisance, dévorant tout sur son passage. Qu'est-ce qu'il aimait ça, il adorait ça même. C'était bien l'une des seules choses qu'il avait pu regretter en ayant prit forme humaine. Le fait de ne plus pouvoir nager aussi aisément. Bien-sur, sa resureccion réglait le problème, mais... ce n'était plus pareil, son corps de requin lui manquait atrocement. C'était comme un oiseau à qui on coupait les ailes. On lui privait de voler, de sa vie de sa liberté.
Et ses parties de chasses... ça le rendait fou. Ce moment ou il sautait hors du sable, refermant sa terrible mâchoire sous les pattes de ses proies. Il replongeait alors, retombant lourdement. Et ça continuait, encore et encore.
Un léger filet de bave commençait à se former au coin de ses lèvres alors que le bout de ses doigts se contractait de temps en temps par réflexe. Mais lorsque la pression spirituelle ambiante commença à prendre des proportions beaucoup plus familière, ses yeux s'ouvrir, machinalement. Tiré de son lourd sommeil par des instincts refaisant surface. Il vit alors, le palais, Las Noches beaucoup plus proche qu'avant. Ses paupières s'ouvrirent d'autant plus qu'il réalisa la situation : Ce con s'en était approché. Toujours calé sur le dos du shinigami et toujours incapable de marcher de lui-même, il commença à remuer ses bras. Essuyant alors la bave avant qu'elle ne tâche cet odieux kimono noir. Il fixa un moment son porteur.


« -Demi-tour crétin ! Tu te dirige vers Las Noches, c'est le palais où se trouve Aizen et l'espada... On va se faire tout les deux buter sans parler du gardien qui doit pas être loin. C'est lui qui m'a foutu dans cet état et crois moi. Il est bien au dessus de tout ce que tu peux imaginer. »


Oh que oui et un frissons remonta le long de son dos rien qu'à y penser. Sa voix était faible, encore endormit. Mais bel et bien ferme, on ne jouait pas avec ça. Il était vitale de repousser chemin ou du moins de contourner. Il doutait de toute façons que le blond ai la force d'y arriver. Dai l'avait remarqué, que le blond avait déjà eut du mal face à son reiatsu. Et sachant que lui même peut se faire clouer sur place par certain... il mourrait avant.
Le gardien ne se montrait que rarement à cette distance du palais, ils avaient donc largement de chance de s'en sortir. Il aurait tout aussi bien pu ne pas prévenir le shinigami. Mais dans cet état il savait qu'il serait lui aussi tué. Les faibles n'ont pas leurs place à Las Noches et bon nombre de blessés peuvent se retrouver dévorer sans que personne ne le sache. Il avait donc tout intérêt à être dans une condition au moins potable avant de rentrer.
Reprenant leurs routes, Dai retombait de nouveau dans le sommeil, sans pour autant y céder. Sa était tête posé contre l'épaule du shinigami. Ses yeux observaient le sol dont la hauteur varié au rythme des pas du blond. Sa vision était flou, un voile noir commençait à la voiler. Il sentait les mains de son porteur sous ses cuisses, le shinigami ne l'avait toujours pas abandonné, le pourtant avec toujours autant d'ardeur. Et il le portait correctement. Assez haut pour que son masque ne frotte pas contre le tissu au risque de le blesser. Il s'y sentait bien, sur le dos de cet homme. Trop bien. Et il savait que c'était un très mauvais signe. Comme lorsqu'il s'était approché de lui la dernière fois.
Dai tourna sa tête vers l'intérieur. Cela faisait désormais un petit moment qu'ils marchaient. Il huma cette même odeur. Subtil mélange entre tabac, parfum masculin et l'odeur du sang. De son sang. La faim lui tiraillait le ventre. Lui tordait les tripes, torturait ses intestins. Son métabolisme n'avait cessé de faire me maximum pour se rétablir lors de son sommeil, bien qu'il en fut le stricte minimum. Il devait récupérer et ceux, par tout les moyens. Les hollows n'étaient pas si différents des animaux. Après une lourde bataille, le repos précédait la chasse. Ses yeux commencèrent à fixer avec beaucoup plus d'attention le shinigami. Non, il ne devait pas craquer. Ce serait en quelque sorte l'attaquer par derrière, dans le dos, mais bordel... son instincts était trop fort. Un combat intérieur s'installa alors dans son esprit. Il enfouit sa tête dans le cou du shinigami, se cachant ainsi yeux. Ses mains commençait à trembler, signe qu'il résistait.
Il voulait le dévorer, il en avait besoin ! Il ne pouvait y résister, c'est vital. Il ne pensait plus qu'à ça. Cette odeur le rendait fou, il le voulait tout entier, rien que pour lui. Maintenant.
L'arrancar leva quelque peu la tête, approchant ses lèvres des oreilles des son porteur. Passant lentement sa langue le long de son lobe avant de le mordiller "gentiment".
Il lui susurra ses quelques mots à son oreille de sa voix rauque.


« -Tu m'donne foutrement envie de te dévorer tu sais ? »


Ha, non. Pas le temps d'agir pour lui. Après ces quelques mots lâché à la hâte, il s'empressa de plonger ses dents dans l'épaule droite du shinigami, les enfonçant dans la chair, déchirant les tissus, traversant le trapèze tandis que sa mâchoire inférieur alla jusqu'à buté contre l'os de l’omoplate. Une morsure douloureuse, profonde, bien pire que celle que pourrait faire un humain voir un de ces vampires de pacotilles. Il pourrait lui arrachait un morceau de chair s'il venait à trop se débattre. Le sang coulait, emplissant sa gorge, mais ne c'était que le début de la morsure d'un hollow. Non, ce n'était pas ce précieux liquide rouge qui intéressait Dai. Loin de là, loin de son goût certes, jouissif. Il commença alors à dévorer le reiatsu du blond, petite dose par petite dose. Pas de quoi briser une âme en quelques secondes.
Emporté alors dans sa frénésie par ses instincts, il fermait les yeux resserrait la prise de ses bras s'accrochant au tissu noir du kimono que portait sa proie. Son âme était tout bonnement délicieuse. Bien plus que les humains, bien plus que tout ces hollows et ces ajuchas auquel il y était trop habitué. Une âme de shinigami... un parfum si exotique. Il avait complètement craqué, lui qui ne voulait pas être vu comme ça. A se comporter comme un animal bafouant alors ses règles de moral. Rejetant tout honneur au détriment de ses propres envie et surtout, de sa survie.

-------------------------------------------------
(c) fiche par ocean lounge
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Du combat, seuls les lâches s'écartent. [PV. Taka]   Ven 21 Aoû 2015 - 18:40



IF WE EVER MEET AGAIN… AND WE DID.


*Il s’est endormi…* Taka soupira, visiblement fatigué. Ce dernier combat l’avait totalement épuisé, il ne rêvait que de s’asseoir et se reposer. Revenir dans sa tranquillité à Karakura, manger un éclair au chocolat et regarder la télévision. Cela faisait vraiment un bon moment qu’il en avait pas regardé : avec son entrainement, il avait raté pleins d’épisodes. Encore un peu, et il n’y comprendra plus rien. Le blond soupira de nouveau. Le voilà en train de porter une personne sur son dos, et ce n’est même pas une Lady.

Qui aurait crû un jour que Hideyoshi Taka porterait un homme sur son dos, un arrancar aux cheveux verts, un rival juré, et qu’il le laisserait le toucher. *Ben, ce n’est pas comme si il le faisait exprès de toute façon…* Ceci dit, mais des frissons ne cessèrent de parcourir l’ex-shinigami. Il sentait ses entrailles se retourner complètement et celui-ci avait de plus en plus de mal à respirer. Peut-être était-il déjà à sa limite ? La respiration du vert sur son cou était chaude, et il eut la chair de poule. Ses mains devenaient moites et il commençait à suer un peu. L’étreinte de son patient autour de son cou lui faisait un effet étrange. Son torse le brûlait et sa gorge s’asséchait. Son dos était embrasé par le contact avec le corps du jeune homme qu’il transportait. Le blond devait avouer que ses pensées qui se dirigeaient vers Dai le donnait un peu le tournis. Il mordit sa lèvre inférieure; l’ancien septième siège ne savait plus quoi penser et comment réagir.  *Ça va mal se finir, je le sens…* Un troisième soupir. Décidément, c’était certain que son rival ne laissait pas si indifférent qu’il le prétend.


Le corps de l’Arrancar 69 devenait de plus en plus lourd à mesure que son sommeil s’approfondissait, mais cela n’affectait pas vraiment le blond. Taka avait de larges épaules et d’épais bras assez bien bâtis qui le permettait de marcher en portant quelqu’un pendant de longues heures avant de se fatiguer. Courir lui prendrait moins de temps, mais c’était plus fatiguant. Et le corps fragile du guerrier risquerait de se faire déchiqueter et l’hémorragie recommencerait de nouveau. Il n’allait pas risquer ça et plutôt utiliser ce genre de moyens en cas d’urgence.

« -Demi-tour crétin ! Tu te dirige vers Las Noches, c'est le palais où se trouve Aizen et l'espada... On va se faire tout les deux buter sans parler du gardien qui doit pas être loin. C'est lui qui m'a foutu dans cet état et crois moi. Il est bien au dessus de tout ce que tu peux imaginer. »


Le shinigami blond sursauta, s’arrêtant net dans son chemin. *Il m’a foutu une de ses frousses… Depuis quand était-il réveillé ?!* Perdu dans ses pensées, Taka n’avait pas remarqué son beau Arrancar dormant sur ses épaules s’agitaient dans son sommeil et pour essuyer son filet de bave. Tellement robuste, ses petits mouvements ne le faisaient même pas chatouiller. Agacé par la situation et que son cactus ne dormait plus pour le contempler, il s’exclama :


« Alors où veux-tu que j’aille ?! Je n’y connais rien à votre trou moi !»


Il fulmina un moment, ne savant vraiment pas où aller. Non mais, ils ne peuvent pas être tranquilles un moment dans ce trou perdu ? Après, faut le comprendre : se trouver dans un endroit perdu, un désert, avec un malade. Ce Las Noches lui avait semblé comme confortable pour se reposer un moment mais voilà, quoi ? Le repère d’Aizen ?! Si ça ne tenait qu’à lui, il serait parti s’aventurer là-bas, mais non, il avait son but. C’était plus important.

Taka continua alors à marcher dans une autre direction, soupirant de temps en temps. Il releva la tête vers le ciel et contempla la lune. Si brillante, si grande… Tout d’un coup, il sentit comme un grand poids sur ses épaules. Instinctivement, le blond pivota sa tête et écarquilla les yeux, surpris. Les cheveux courts en bataille de Dai effleurèrent sa joue et son nez chatouilla sa joue. Subitement, il tournât la tête, les joues un peu chaudes et des gouttes de sueurs perlaient sur son front. *Mais bon sang, qu’est-ce qu’il me prend ?* Il le laissa tout de même faire, pensant qu’il allait se rendormir.

Mais le shinigami exilé était totalement confus. Il ne savait pas ce qu’il le prenait. Il résistait à quelque chose, à un désir bien profond. Le tuer ? Le dévorer ? Le blond ne savait pas, mais c’était plus fort que lui. Le contact même avec la peau de son agresseur lui procurait une sensation intense. Il eut tellement chaud que sa vue s’embrouillait de plus en plus. Avait-il de la fièvre ? Le blond ne l’espérait pas parce qu’il serait incapable de marcher de lui-même.
Soudainement, il sentit Dai gigoter. Bougeait-il dans son sommeil ? Il n’osait pas se retourner pour vérifier et continue tout de même son chemin. Il espérait trouver rapidement un endroit où se reposer… Taka sentait le regard de son ennemi mais essaya de ne pas trop y penser. *Croiser son regard serait trop embarrassant comment je suis...* Toutefois, un frisson lui parcourut l’échine lorsque le vert s’enfouit dans son cou et s’approcha de son oreille.


« -Tu m'donne foutrement envie de te dévorer tu sais ? »


À sa voix rauque et attirante, Taka tressaillit. Son cœur fit un bond dans la poitrine, la respiration se coupant. Il s’arrêta net, écarquillant les yeux. Sa gorge était totalement sèche, tellement choquée qu’il ne réussit à bredouiller quelques sons incompréhensibles.


« Qu-Qu’est-ce-que… ? »


Il n’eut même pas le temps de finir sa phrase qu’il sentit quelque chose s’enfoncer dans son cou. Sous le coup, ses orbites faillirent sortir de leurs places et il ouvra la bouche, en sortant un faible grognement. *Ça fait mal putain !* Il voulut crier. Hurler à s’en déchirer la voix. À s’exploser les poumons. Mais il ne put pas et tomba sur les genoux sur le coup. Il n’eu pas compris ce qui lui arrivait jusqu’à qu’il retourna finalement son visage vers celui de son prédateur. Il le morda. Il le bouffait ?!


« Mais tu es fou ? Lâche-moi putain !! »


Sous la panique, il utilisa sa main gauche pour repousser Dai de toutes ses forces. Ses mains tremblantes qui touchaient sa chevelure épineuse verte forçaient de leur mieux mais il comprit vite que cela aggravait ça douleur et se plia. Il s’agrippait à son épaule serrant fortement les poings et se mordait les lèvres à s’en saigner mais, le blond ne put résister plus longtemps et poussa un hurlement de douleur. Et alors qu’il se débattait furieusement, alors qu’il allait encore lui supplier d’arrêter, il sentit ses forces se quitter. Petit à petit, perdant conscience, la douleur qui se dissipait. Puis le contact avec le sable doux mais froid. Puis le néant.







Code by Cocoon pour YY
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Du combat, seuls les lâches s'écartent. [PV. Taka]   Ven 21 Aoû 2015 - 18:42

/!\ Attention très légèèère connotation yaoi, rien de bien méchant, mais passez ce post si vous n'aimez pas :3 /!\

Du combat, seuls les lâches s'écartent.

Plus rien. Il n'écoutait pas les plaintes du blond, il ne s'écoutait plus lui-même. Dai avait sentit le corps du shinigami se tendre sous le joug de la douleur. Un cri perçant attisa d'autant plus ses instincts de prédateur. Sa victime souffrait, se tordait presque, tentait le repousser en vain. Ses hurlement le rendait plus fou encore, il allait en perdre la tête. Ils basculèrent tout deux en avant lorsque les genoux de son porteur touchèrent le sable. L'arrancar se retint de ses bras et lâcha prise ne voulant pas se fracasser le crâne contre le sol. Le sang maculait la moitié inférieur de son visage, dégoulinant, gouttes par gouttes sur son propriétaire, désormais sous lui. Mais le vert ne comptait pas s'en arrêter là, oh que non, ça ne faisait que commencer. Ses yeux étaient braqués sur la chair meurtrit par sa morsure. Prenant un plaisir malsain, captivé par cette effluve rouge et ce reiatsu si succulent. L'adrénaline lui faisait oublier la douleur d'autant qu'il avait dévoré une bonne partie de la puissance spirituelle du shinigami. Il lui en fallait encore plus afin d’accélérer sa guérison. Et il ne se fit pas prier. Un sourire malsain se dessina sur son visage, un sourire terrifiant, bien plus inhumain que son si habituel air psychopathe lorsque il combat.


« -Mes crocs te déchireront, mes griffes te lacèreront, mes nageoires te trancherons. Je ne laisserais plus rien de toi. »


Un rictus qui s'intensifia tandis que sa proie allait bientôt perdre connaissance. Toujours à quatre patte au dessus de lui, ses mains emprisonnèrent les poignets du shinigami réduisant de ce fait ses chances de fuite. Il se pencha vers la blessure, l'épaule droite qu'il avait mordu. Voilà son adversaire bien embêté, il ne pourrait plus manier sa faux avec autant d'aisance pendant un bon moment. Sa langue passa sur la blessure recueillant un peu plus de sang. Il pouvait sentir l'odeur de la peur d'ici. Après tout, un animal sait toujours déceler ce genre d'émotion face un autre. Ce cœur qui pulsait dans cette poitrine, ça lui donnait envie de l'arracher.
Il remonta sa langue rapeuse le long de la clavicule, jusqu'à la jugulaire dont il mordilla un peu la peau. Il pouvait sentir la vie s'écouler sous elle, s'en était jouissif. Il remonta jusqu'à sa paume d'adam, passa par son menton afin d'atteindre son but. Ses lèvres charnues se posèrent sur les siennes, d'une fougue insoupçonnée, il commença à se délecté du sang qui s'en écoulait. Ses mains relâchèrent alors les poignets du shinigami pour se poser l'une et l'autre de chaque côté du visage du blond. Il pressa d'autant plus sa bouche contre la sienne arrivant à percer au travers de cette barrières de dents. Il ferma les yeux, ses mouvements devinrent d'autant plus frénétique, il releva d'une la mèche du shinigami révélant ainsi la totalité de son visage, la seconde partie plus bas, s'accrocher au kimono noir tirant dessus qui à le réduire en lambeaux. Puis elle passa si le torse, n'hésitant pas à le griffer. De loin, on pourrait croire à un baisé bestiale, il n'en était rien. En réalité, c'était beaucoup plus que ça, l'arrancar n'avait aucune notion de ce que pouvait être l'amour de toute façons. Il lui dévorait presque l'intérieur de sa bouche, claquant ses dents contres les siennes, n'hésitent pas à lui mordre les lèvres. Non, c'était bien plus que bestiale.
Son corps était parcouru d'une décharge étrange. A l’accoutumé, ses frissons si peu soit-ils, remontaient le long de son dos, zigzagant sur chacune de ses terminaisons nerveuses, mais ceux-ci redescendaient au contraire. Il n'avait jamais ressentit ça ou du moins, depuis bien longtemps. Il se pressa un peu plus contre lui, ses mains commencèrent à se refermer sur la gorge du blond. Il allait en finir.
Mais c'est alors qu'ils fut dérangé dans son repas. Un hollow avait pu se glisser jusque ici sans se faire remarquer, il avait entendu son hurlement non loin. Non, rectification, il avait tellement été focalisé sur le blond qu'il ne l'avait vu venir. Dai relâcha alors sa victime et tenta de se relever, difficilement, mais la pression spirituelle qu'il avait absorbé l'avait remit d'aplomb. Bon, peut-être pas pour combattre, mais au moins pour tenir sur ses deux jambes. Cette petite frayeur lui avait en partie fait recouvrir ses esprits. Il fixait le shinigami, au sol. Voilà qu'il avait remercié sa gentillesse par de la violence. Pff. il regarda à droite puis à gauche. Se gratta l'arrière du crâne. Le voilà dans une situation faucheuse. Sa proie était désormais K.O à cause de lui, il n'avait plus de moyen de locomotion si ce n'est ces petites jambes. Mais le pire, c'est qu'il ne pouvait se résoudre à l'abandonner. Il lui en avait voulu, énormément, mais avec tout ces évènements... on pouvait dire qu'il lui avait bien rendu la pareille. Cepandant, il lui avait quand même sauvé la vie en le transportant tout ce temps. Il devait faire de même, il ne voulait pas lui être redevable plus longtemps. Mais comment faire... Il était toujours blessé bien que son état s'était amélioré.

Dai réfléchit rapidement, il n'avait pas le temps. Il essaya donc de trainer le shinigami par ses pieds avant de se rendre compte que cela tirait trop sur sa blessure en plus d'emporter avec lui tout le sable sur son passage. Il serra les dents, s'accroupit et souleva dans un geignement de douleur le shinigami. Il ne le portait pas comme lui l'avait fait, il le portait sur son épaule gauche puisque il était gaucher.  la manière d'un sac à patate. Au final, cela lui faisait toujours autant mal, mais il décida de continuer sa route, lentement. Il devait trouver un abris, une grotte de préférence. Elles n'étaient pas nombreuses et souvent la tanière d'hollows, mais cela leurs permettrait de s’abriter un peu plus pour se dissimuler au regards potentiels. Fort de son expérience, il ne tarda pas à en trouver une. Le soulagement. Il déposa le shinigami contre une paroi à l'entrée et s'étala au sol afin de reprendre son souffle. Mais le répit ne fut pas court. Un nouvel hollow s'approcha à moins que ce soit le précédant. Dai l'observa, c'était un hollow tout à fait ordinaire, il n'avait rien à craindre de lui, le shinigami en revanche... c'était une toute autre histoire. Il se releva dans l'urgence, tâtant son hakama de ses mains. Il n'avait plus son zampakuto ! Il vu alors deux sabre blanc à la garde du shinigami. Il avait dû le lui ramasser... problème, c'est que Dai ne pouvait faire la distinction entre ces deux sabres, surtout dans l'urgence. Il prenait soin du sien, mais il ne s'y était jamais intéressé. Tant pis... Il empoigna l'un des deux au hasard ! Même diminué, le simple hollow n'opposa pas plus de résistance que ça et se fit trancher. Mais alors que Dai allait sauter sur son cadavre pour le dévorer, il disparu... il avait été purifié.
L'arrancar resta quelques peu con devant ce spectacle. Con, mais surtout désolé pour l'hollow. Il s'était trompé de zampakuto... le voilà avec un sabre de shinigami entre les mains. Il observa la lame. Ce katana lui dégageait une énergie hostile... c'était troublant. Il n'avait rien ressentit de tel avec le sien. Il commença alors à l'agiter. Curieux.


« -Aller transforme toi !........ Fauuux ! Resureccion ! Shikaiiiii ! »


Alors que le sabre battait l'air, le vert se démenait pour le faire passer sous forme de faux. Il avait bien vu que les lames des shinigamis avait l'étrange aptitude à pouvoir changer de forme. Celui-ci était une faux en réalité. Une sorte de resureccion... mais pour l'arme. Beaucoup moins efficace à son goût. Tout en est-il qu'il avait beau espérait y croire, la lame ne lui obéissait pas, pire même. Il avait la désagréable sensation de se ridiculiser, il n'aimait pas ça.
Il soupira, et mit ce zampakuto à sa propre ceinture. Il voulait y arriver, tôt ou tard ! Maitriser le sabre du blond ce serait lui clouer le bec. Lui prouver que les arrancars étaient bien mieux qu'eux. Tss. Il s'enfonça dans la grotte, voulant dénicher de quoi remettre son adversaire sur pied. Ou au moins, lui redonner assez de force pour continuer. Il ne savait pas comment les shinigamis fonctionnait, alors il fit comme il l'aurait fait pour lui-même. Il revint très vite avec entre les mains, un genre de scolopendre hollow d'une vingtaine de centimètre. Ces petits animaux n'étaient pas rare et il y en avait de toutes sortes. Parfait pour un casse-croûte. Il tenait l'animal par le bout. Le pauvre se débattait dans tout le sens, espérant s'échapper. C'est alors en toute innocence que Dai s'accroupit face au shinigami et fit pendouille l'animal juste au dessus de son visage, essayant de le poser sur sa bouche pour qu'il le mange. Le peut de reiatsu que représentait cet animal était toujours bon à prendre.


« -Avale ! Ça te fera du bien ! »

-------------------------------------------------
(c) fiche par ocean lounge
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Du combat, seuls les lâches s'écartent. [PV. Taka]   Ven 21 Aoû 2015 - 18:44





IF WE EVER MEET AGAIN… AND WE DID.


« -Mes crocs te déchireront, mes griffes te lacèreront, mes nageoires te trancherons. Je ne laisserais plus rien de toi. »


Taka ne sentait plus son corps. Son âme semblait s’être égarée de sa conscience, il était bel et bien seul. Le blond rêvait. D’un endroit confortable, d’une tranquillité absolue, d’une nouvelle vie. Il aurait voulu être réincarné – peut-être allait-il l’être ? Le jeune homme souhaitait pratiquement qu’il ne soit pas réincarner en humain : ils étaient bien trop compliqués, trop faible, trop narcissique. Son rêve était doux, comme si il dormait sur un petit nuage; mais un détail lui échappait. Il avait froid, terriblement froid.

Était-ce ce qu’on ressentait quand notre âme nous quittait ? Était-ce plutôt la représentation de son cœur, glacial ? Dans ses îles paradisiaques, dans sa tranquillité, il sentait quand même un grand vide dans son cœur. Le blond se sentait seul. À mesure que son énergie se drainait, il vit sa vie défiler :  il n’avait même pas pu sauver une âme, et en a tué des milliers à la fin; ensuite, il s’exile dans la solitude absolue pendant plusieurs décennies, voir des siècles, pour se retrouver à bosser dans une boutique d’un patron barjo à l’identité douteuse, vit avec eux depuis longtemps mais n’a jamais vraiment eu le temps de se rapprocher ou de leur faire totalement confiance avec ses problèmes et a préféré se relier sur la drogue, les jeux vidéos et d’arcades ou sur la bouffe. Pour finir, il s’est pratiquement fait tuer par un Arrancar qui l’avait épargné la vie par pitié et il s’est donné comme but de te tabasser, le tournant en une obsession intense pour ses derniers mois, pour ensuite se faire dévorer à pleines dents. Pathétique. Le seul mot que le jeune homme qualifie sa vie et la qualifierait toujours… s’il vivait encore. La raison pourquoi il sentait son corps refroidit était parce qu’il était allongé sur quelque chose de froid. Quelque chose de doux mais de froid. Cette sensation familière… qu’est-ce que c’était ?

D’un coup, son corps entier eut un frisson, lui causant de bouger tous ses muscles à la fois. Une chaleur intense l’envahit. Était-ce la dernière étape de sa vie ? La séparation avec son Zanpakuto était-elle aussi douloureuse ? Ou touchait-il les brasiers de l’enfer ? Mais pourquoi… se sentait-il si bien ? Une nouvelle vague de chaleur l’envahit et il eut comme un spasme. Sa poitrine le brûlait si fort mais également sa gorge. Ça ne pouvait pas être l’enfer puisque c’était si doux, ni le paradis, puisque c’était douloureux. Alors, où était-il ?

Petit à petit, il regagna ses sens. Il sentait quelque chose, un souffle. Puis, deux autres sensations, éprouvantes toutes les deux sur ce qui semblait encore être ses poignées. Elle le retenait fermement qu’il n’allait bientôt pas les sentir. Mais encore, il y avait quelque chose de baladeur sur tous son corps. Quelque chose d’humide, bien précis. Il ne savait pas ce que c’était, mais son cœur battait de plus en plus; ce dernier semblait impatient, appréhendant quelque chose de plus intense. Le stress monta sans qu’il ne sache ce que c’était. Son corps en brûlait d’excitation, s’en était presque flippant. Et c’est alors que ce que l’organe fondamental au système sanguin attendait arriva.

Sur ses lèvres se posa quelque chose. Une certaine substance qui lui semblait familière, mais qu’il n’arrivait pas à reconnaitre, étant trop faible. Ce genre de muscle humectait ses lèvres sèches et craquelés par son pitoyable état. Et la réaction de son corps en fut tout aussi troublante.
Une autre vague de spasme, mais bien plus grosse, l’envahit. Son âme tout entière sursauta à cette sensation, comme frapper par une puissante décharge électrique. Une douce électricité. Son cœur s’arrêta pendant un grand laps de temps – il crût pendant un moment qu’il a décédé pour de bon. Mais aussitôt, ce dernier tambourina de plus en plus fort que d’habitude et l’adrénaline lui monta rapidement à la tête. Bientôt, son corps et son cerveau ne correspondait plus ensemble, comme séparé. Son cerveau lui disait de céder à la tentation de faire quoi que ce soit parce que celui-ci n’était pas sûr de ce qui se posait qui le faisait réagir ainsi, mais son corps n’en faisait qu’à sa tête. Il ne l’écoutait plus, Taka ne pouvait plus le contrôler. Il sombrait de plus en plus dans l’inconscience mais ses tissus hurlaient au contact affolant de son prédateur. La sensation de douleur aux niveaux des poignets s’estompa mais ceux-ci – qui sont de grosses mains moites – se posaient toutes les deux sur son visage, résultant à le faire perdre totalement contrôle de ses mouvements.  Ses désirs prirent le dessus et, bientôt, il allait s’abandonner corps et âme aux battements de ses cœurs de plus en plus puissants. Sans tarder, il sentit quelque chose s’incruster dans sa bouche, quelque chose de familier. La substance humide de tout à l’heure. Instinctivement, sa langue emprisonna cet agent et le fit tournoyer dans une danse sans fin, comme si cette organe située dans la cavité buccale était heureuse de retrouver à nouveau cette matière qui l’avait fait un grand effet tout à l’heure. Sa tête lui faisait mal, son esprit tambourinant à coup de marteau, lui rugissant au désespoir d’arrêter mais il était trop tard : Taka était déjà emprisonné dans la gueule du grand loup. Un chemin de non-retour. Et progressivement, son corps battait de plus en plus lentement, et il retomba de nouveau dans les bras de Morphée…


(Ellipse…)


« -Avale ! Ça te fera du bien ! »


Le blond fut réveillé par cette voix masculine. Il ne savait pas qui c’était mais, le blond n’en avait plus rien à foutre; il voulait revenir dans son sommeil. Mais il sentit alors une odeur répugnante lui effleurer le nez et des petits cris stridents près de lui. Son visage se dévisagea dans une expression de dégoût absolu. Il voulait bouger, se dégager cette hostilité pour replonger dans l’inconscience, mais l’ancien septième officier de la cinquième division ne pouvait plus bouger un muscle. Encore, il les sentait très bien, parce qu’il avait des douleurs de partout. Non seulement son épaule était meurtri, pratiquement inutilisable, mais également il ressentait de nouvelles courbatures au niveau du bassin, du dos et du cou qui n’était pas là. Taka ne savait pas que pendant son inconscience, son ennemi juré n’avait pas pris la peine de le traiter avec autant de délicatesse qu’il avait fait preuve.

Toujours est-il qu’il fronça durement les sourcils, tous ses traits du visage se pliant à son commandement. Doucement, il ouvra ses yeux, plissés. Il eut tout d’un coup un grand mal à la tête et, reprenant peu à peu ses esprits, il regarda autour de lui. *Où suis-je… ?* Il n’eut même pas le temps de comprendre qu’il n’était plus dans son lit que le blond aperçut un engin pendouillé devant lui. Une sorte d’être vivant avec un masque d’os. *Un Hollow?* Aussitôt, il écarquilla les yeux et propulsa sa tête vers l’arrière réprimant un haut-le-cœur


« Hors de question que je mange ça, vire le moi ! »


Sans même attendre que cette main lui obéisse, il repoussa violemment le petit être du dos de la main. Ce soufflet réussit à le faire voler à plusieurs mètres avant de s’écraser sur le mur, mais lui sauvant la vie. Avec une expression répulsive, il s’épousseta des germes qui s’étaient posés sur sa main lors de ce contact brutal, puis releva la tête. Il s’arrêta net.


« Ben quoi ? Je ne supporte pas ce genre de truc ! »


Il croisa le regard de son sauveur et fut bien surpris. Sa venue au Hueco Mundo alors en mémoire et, sous le coup de la surprise, regarda rapidement de tous les côtés. Son épaule imposa une douleur intense à ses soudains mouvements et met fin à ses affolements. Il se plia en deux, se tenant le bras avec difficulté. *Bordel de merde !* Il étouffa un cri de douleur en se mordant fortement la lèvre inférieure jusqu’au sang. Ses lèvres… Il remarqua quand même qu’il y avait quelque chose de différent avec lui. Sa bouche semblait avoir quelque chose de nouveau, un arrière-goût étranger. Mais quoi ? Ça lui échappait totalement… Taka eut un nouveau mal de tête. Ses tempes le faisaient souffrir. On dirait une gueule de bois après une longue nuit de breuvages alcoolisés. Malheureusement, il doutait que  l’Arrancar vert lui aurait offert sa part d’alcool. Et encore qu’il se promène avec du saké sous la veste…


« Euhm, je sais que c’est bizarre de demander ça mais est-ce que… tu aurais de l’alcool sur toi ? Est-ce que j’ai bu de l’alcool ou quoi que ce soit ? Enfin, ce n’est pas ça mais, c’est juste que j’ai un mal de tête atroce et je ne sais pas si j’ai »


Relevant lentement son visage vers celui de Dai, il croisa ses yeux de nouveau. Sans même comprendre pourquoi, il détourna ce regard. Il se racla la gorge sans finir sa phrase. Décidément, c’était bien trop embarrassant de demandez ce genre de chose. Genre, il va croire qu’il sympathise avec lui ou j’sais quoi ! Nerveusement, le shinigami blond se gratta la nuque d’une main puis massa ses poignets d’une autre. Ceux-ci l’irritaient, et il sentait une douleur au torse. Il remarqua que son shinigami a été griffé, là où son torse le brûlait. Mais encore, il remarqua quelque chose d’autre : il ne sentait pas sa mèche sur son œil droit. Il chercha autour de lui comme un débile puis tâtonna sur sa tête, à la recherche de sa chevelure blonde. Taka soupira de soulagement en constatant que l’Arrancar ne l’avait pas coupé pendant son inconscience. Il risqua un autre regard vers son opposant puis ses yeux les détournèrent instinctivement. Honteux que ses sourcils asymétriques aient été ainsi révélés de cette façon, - et devant lui en plus ! -  ses joues devinrent légèrement rosées. Un deuxième raclement de gorge.


« Enfin, bref, oublie. C’est rien…. Bref, plus important, je… je n’aurais jamais crû dire ça un jour et ça me fait bizarre de l’entendre de ma propre bouche mais… merci, de m’avoir sauvé. Mais maintenant, dit moi tes véritables intentions : pourquoi m’as-tu encore épargné ? Que veux-tu de moi exactement ? »


Taka le regardait droit dans les yeux cette fois-ci, même si ses petits ronds bleu royal tremblaient légèrement. Il était évident qu’il ne savait pas ce qui s’est passé quelques instants plus tôt, ni de sa soudaine réaction pendant qu’il était dans l’inconscience, ni des interventions des Hollows, ni de Dai qui s’est amusé à faire joujou avec son Zanpakuto. Son corps, lui, s’en souvenait mais sa tête, même si elle lui avait supplié de s’éloigner de cet individu, était vide. Il ne s’en doutait pas une seule seconde qu’il avait perdu le contrôle et qu’il a réagi à l’encontre de ses principes et de son honneur. Qu’il a interagit avec un autre individu que des ladies comme il en a jamais touché. Un Arrancar, en plus.





Code by Cocoon pour YY
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Du combat, seuls les lâches s'écartent. [PV. Taka]   Ven 21 Aoû 2015 - 18:45

Du combat, seuls les lâches s'écartent.


« -Hors de question que je mange ça, vire le moi ! »


Sans qu'il s'y attende, le blond se réveilla d'un coup, paniqua et fit valser d'un puissant revers de main le petit scolopendre. Dai suivit des yeux la pauvre créature passer son baptême de l'air avant l'heure, s'écraser lourdement contre la paroi en pierre et tenter de s'échapper une fois les pattes au sol. Il lâcha un grognement et se jeta sur elle avant qu'elle ne puisse disparaître. Bordel... ça se voyait que c'était lui qui s'était pas fait chier à l'attraper ! Il allait l'engueuler quand il vie sa face décomposé, presque apeuré. Sérieux, c'était un pauvre petit hollow de rien du tout qui lui fichait la trousse ? Un rire cristallin passa la barrière de ses lèvres tandis que le shinigami se plaignait derrière. Oubliant son agacement de quelques secondes plus tôt. C'était bien la deuxième fois qui riait sincèrement depuis qu'il est un hollow. Un rire franc, pas psychopathe. La dernière fois était quand lui et un autre arrancar qui n’appréciait guère avaient ramené par erreur... enfin surtout l'autre... une shinigami. Et que conne qui voulait faire sa maline juste avant de se faire pousser dans le garganta se fit clouer le bec sur place en voyant où elle avait atterrit.
Il s’arrêta bien vite tant son rire lui faisait mal, en riant, il contractait les muscles de son abdomen frénétiquement. Et en étant toujours blessé, c'était loin d'être agréable. Son adversaire n'était pas en reste, il se tenait douloureusement l'épaule. Ses yeux se mouvèrent vers la blessure, encore fraiche, elle le captivait. Son regard remonta progressivement vers les lèvres du blond qui se les étaient ré-ouvert en se les mordant, un réflexe qui exposait sa souffrance. L'arrancar déglutit, il salivait de plus en plus. Ses muscles se tendaient. Il avait certes été attisé par cette blessure sanglante, mes ses lèvres... étaient une tentation plus grande encore. Ils e souvenait très bien de ce qui s'était passé, le blond avait répliqué à son attaque, créant un balais acharné entre les deux ennemis. Et ça, c'était bien plus excitant que de simplement mordre dans le tas. Un adversaire qui ne se laisse pas faire... mais il ne pouvait pas. Non, il ne devait plus l'attaquer. Le shinigami devait se rétablir au plus vite afin qu'il puisse repartir chez lui vivant. S'entrainer et livrer de nouveau combats !
L'arrancar préféra se concentrer sur les yeux du shinigami pour ne pas craquer. Il plongea dans ce regard bleu roi.


« -Euhm, je sais que c’est bizarre de demander ça mais est-ce que… tu aurais de l’alcool sur toi ? Est-ce que j’ai bu de l’alcool ou quoi que ce soit ? Enfin, ce n’est pas ça mais, c’est juste que j’ai un mal de tête atroce et je ne sais pas si j’ai »


Au fur et à mesure de sa phrase, le vert fronçait de plus en plus les sourcils. Il ne comprenait rien ce qu'il disait. Alcool ? C'est quoi l'alcool ? Mais ce qui l'intriguait le plus, c'était bien l'attitude du blond. Un regard, puis d'un seul coup, il baissa les yeux, commença à s'agiter un peu, massant ses poignet, se recoiffant. Dai n'aimait pas ce comportement, il avait tout d'un petit animal effrayé devant son prédateur. Le shinigami se devait de se comporter plus dignement ! Où était passé ce regard confiant ? Cette foutu arrogance qui l'agaçait tant. Il n'aimait pas les gens sans caractère. Et le blond avait vite intérêt de se corriger. Dans le cas contraire, il ne valait plus la peine d'être sauvé.

« -Enfin, bref, oublie. C’est rien…. Bref, plus important, je… je n’aurais jamais crû dire ça un jour et ça me fait bizarre de l’entendre de ma propre bouche mais… merci, de m’avoir sauvé. Mais maintenant, dit moi tes véritables intentions : pourquoi m’as-tu encore épargné ? Que veux-tu de moi exactement ? »

Dai soupira, agacé, le voilà maintenant qu'il le regardait, super c'est qu'il attendait... mais pas avec ces yeux. Ces pupilles étaient tremblantes, il était sûr que, si d'un coup il sautait vers lui, le shinigami allait se reculer et hurler. Il faisait pitié. Sa question aussi. L'arrancar ne voulait pas vraiment s'étaler sur le sujet, mais il supposait qu'il n'avait pas le choix. Mais avant cela, il se figea à l'entente du mot merci. Voilà la deuxième fois encore que l'on lui disait. Le vert baissa alors les yeux pour la première fois devant lui. Il était confus. Devait-il dire de rien ? Mais tout était de sa faute ! Comment se comporter ?! L'ignorer ? Changer de sujet ? Se barrer ?...
N'étant pas à l'aise à croupit, il s'installa dos au mur juste à côté du shinigami, brisant ainsi le regard qu'il portait sur lui. Le scolopendre s'agitait toujours dans ses mains, lui rappelant sa présence. Parfait pour une transition. Tant mieux ! Dai souleva la pauvre bête au dessus de lui et ouvra sa bouche, il descendit ainsi son bras jusqu'à ce que l'animal ait la tête entre ses dents pour la le lui broyer et mettre fin à ses souffrances, il avala le petit hollow comme l'on pourrait le faire avec un spaghetti. Bon, ce n'était pas le grand luxe comme repas. Certes. Mais il n'allait pas s'en plaindre, ça lui changerait les idées, d'autant qu'il avait toujours le goût du sang de shinigami dans sa bouche. Ainsi qu'un goût amer... du même genre que l'odeur qu'il recrache avec sa fumée.
Sa main se posa sur la garde du katana qu'il portait. Le zampakuto n'avait cessé de trembler depuis que son propriétaire s'était réveillé. Impatient de pouvoir revenir à son maître. Chose que l'arrancar ne pouvait pas comprendre. Un katana qui à l'air vivant... on aura tout vu.
Il reposa son regard sur lui.


« -...Je n'ai pas ces mêmes raisons que toi. Je t'ai épargné car je t'en devait une, c'est tout. Et puis... je t'ai attaqué par derrière, cette raison seule me suffit. On est quitte maintenant. Et je ne t'ai pas fait boire ce "alcool" »


Il tourna la tête dans l'autre sens, voilà il avait répondu, point. Pas besoin d'un grand débat sur le fait qu'il avait encore bafoué son honneur à lui épargner la vie. Mais au final, il s'était aussi énervé tout à l'heure et sans raison, puisque c'est lui qui avait commencé. A ne pas le mettre à mort. A croire que l'un comme l'autre, ils ne mourraient pas en s'entre tuant mutuellement. Mais Dai se l'était persuadé : La prochaine fois, il ne sera pas aussi clément. En tout cas, pas s'il est toujours conscient et capable de raisonner. Il regretterait de tuer ce shinigami dans une frénésie d'instinct. Ce ne serait alors plus un combat.
Il finit par tirer le zampakuto qui ne faisait que des siennes et le pointa en l'air. Se concentrant comme tout à l'heure dessus. Il essayait de faire pénétrer son reiatsu à l'intérieur, en vain. Le katana le rejetait. Vexé de ne pas être à la hauteur, il comment alors à s'énerver. Oui, c'était une réaction digne d'un gosse qui n'arrive pas à passer un niveau dans un jeux video.


« -Comment tu le passe en resureccion ?! »


-------------------------------------------------
(c) fiche par ocean lounge
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Du combat, seuls les lâches s'écartent. [PV. Taka]   Ven 21 Aoû 2015 - 18:51





IF WE EVER MEET AGAIN… AND WE DID.


Taka était abasourdi : les yeux ronds, il regardait son adversaire aux cheveux verts. Celui-ci riait, d’un rire bien fort. Dans ce petit repère, sa voix résonnait en écho. *Un bel écho…* Il ne s’y attendait pas du tout. Le blond devait bien l’avouer : lorsque ce dur à cuir riait, c’était bien différent. C’était comme dans ses mangas shôjo, où il y a une sorte d’ambiance confortable ou des roses qui se forment autour d’un bishounen bien craquant. Un frisson le parcourait tout son corps. Il fallait bien l’avouer : il était vraiment bien foutu.

À force de le contempler, le Shinigami exilé commença à étirer un sourire. Un sourire un peu niais. *Il devrait rire plus souvent…* C’est ce qu’il surprit à se penser. À mesure que le blond parlait, l’expression de l’Arrancar se faisait plus dure. Ses traits se pliaient mais son visage restait tout autant mature que jeune. C’était à s’en couper le souffle. Son adversaire soupira mainte fois d’agacement. Puis tout d’un coup, il se tut. Son sourire retomba, pour retomber dans une expression grave, abasourdi. La réalité lui frappa au visage.

Il ne comprenait vraiment pas ce qui se passait en lui. Ses derniers mois, sa vie s’était remplie de haine, de tristesse, de stress; maintenant qu’il sympathise avec la cause de ses souffrances. Taka ferma ses paupières un moment, prenant une grande inspiration. Regagner son calme sans cigarettes n’était pas chose aisée pour lui. Mais cet homme passionné devrait se refroidir un peu. Lorsqu’ils rouvrirent, ses yeux étaient froids, sans vie. Juste l’apparence d’un homme sérieux, déterminé.


« -...Je n'ai pas ces mêmes raisons que toi. Je t'ai épargné car je t'en devait une, c'est tout. Et puis... je t'ai attaqué par derrière, cette raison seule me suffit. On est quitte maintenant. Et je ne t'ai pas fait boire ce "alcool" »


*D’accord, voilà la question qui est réglé. Point.* Taka poussa un autre soupir pour se calmer. Il hocha la tête vers son ennemi et essaya de se relever. Son épaule endolorie le gênait mais le blond réussit quand même à se mettre sur ses deux pieds. L’équilibre vint quelques minutes après s’être tenu sur le mur près de lui. Silencieux, le blond faisait taire ses pensées insensées. Impassible d’apparence, son cœur, quant à lui, se battait avec sa conscience. Un grand combat à l’intérieur de lui qu’il essayait de régler par lui-même.

Il soupira de nouveau et entreprit de se concentrer sur autre chose que ses sentiments de lycéenne de seize ans bouleversée. Le shinigami blond chercha des yeux son Zanpakuto. Il eût le doute qu’il l’ait oublié ici mais une forte connexion les reliait et il savait que ce dernier était proche. Mais où ? Il ferma une fois de plus ses yeux et chercha autour de lui. Sa concentration fut bousillée par le bruit de crocs et de craquements : l’Arrancar vert mangeait ses petits Hollows comme si il mangeait des chips. Dégoûté, le blond réprima une envie de vomir et s’éloigna alors un peu plus, secouant sa tête. Il essaya de reprendre sa concentration, cette fois-ci pour appeler son arme directement. *Karitoriki, où es-*


« -Comment tu le passe en resureccion ?! »


*Décidément, il ne peut pas faire sa plante et rester tranquille lui !* Il soupira fort, les mains sur les hanches, agacé. Son regard froid fixa le cactus et écarquilla les yeux. L’Arrancar tenait son Zanpakuto dans les airs, visiblement énervé, alors qu’il le cherchait depuis tout à l’heure ! Surpris, il ne s’y attendait pas du tout et s’élança vers lui. D’un mouvement vif, il reprit son katana de ses mains, l’arrachant pratiquement sous la fougue, et eut un comportement bien étrange : Taka approcha son katana près de son visage et le frotta affectueusement de la joue. On aperçoit un sourire niais sur son visage et pratiquement des larmes qui se forment au coin de l’œil. C’est mignon, mais…. Étrange.

Il fallait le comprendre aussi : son Zanpakuto a été le seul être vivant – on va dire – qui a été à ses côtés pendant toutes ses années. La seule raison pour laquelle le shinigami blond a pu traverser cette solitude était que Jigoku no Karitoriki était à ses côtés. De plus, son entrainement de ses derniers jours les a encore plus rapprocher et Taka l’a apprécié bien plus, étant très reconnaissant qu’elle lui vienne en aide et que sa blondasse préférée lui fasse autant confiance. Et ce n’est pas tous les jours qu’on lui fait autant confiance.

Bref. L’ancien officier lâcha finalement son arme avec un raclement de gorge. *Resureccion ? Ce n’est pas ce truc qu’il voulait me montrer tout à l’heure ?* Taka ne comprit pas tout de suite. Il essaya de se remémorer de ce qu’il avait vu quelques heures plus tôt dans le combat à propos de ce pouvoir. *Il y avait de la lumière verte, du reatsu qui monte… Mon Shikai ?* Son Zanpakuto ne se dégradait pas mais peut-être était-ce son équivalent en forme libérée ?


« Mon Shikai, tu veux dire ? Je vais te montrer… »


Le blond prit une grande inspiration pour se calmer. Ses mains tremblotaient un peu d’excitation mais il essaya de se reprendre un peu. Il ne peut cependant pas réprimer ce sourire qui en voulait dire beaucoup. Taka appréhendait la réaction de son adversaire au fonctionnement de ses pouvoirs. C’était peut-être dangereux et surtout interdit mais il était déjà exilé, les règles ne fonctionnent plus sur lui. *Au point où on en est, hein. Et puis, il n’y avait rien de mal non ? * Après tous, c’était sa plus grande fierté.


« Subis toutes douleurs, Jigoku no Karitoriki »


Un halo de lumière rouge se forma autour de lui, éclairant le visage amusé du blond. La pression spirituelle augmenta autant que les battements du cœur de l’utilisateur. Il ne savait plus si c’était comme ça à chaque fois qu’il libérer la forme original de son Zanpakuto ou c’était à la présence particulière de son rival en eucalyptus. Bientôt, sa silhouette disparut autour d’un tourbillon de flamme et s’estompa d’un coup pour faire apparaître de nouveau le jeune homme avec une faux près de la tête. La chaleur ambiante s’estompa au fur et à mesure et le Shinigami regagna son calme. Il s’accroupit près de l’Hollow avancé, son Zanpakuto droit vers lui.


« À présent….. Tu ne bouges plus petit con, parce que je ne vais pas arrêter ton hémorragie à chaque fois que tu fais une connerie ! »


Les sourcils froncés, il força l’homme à la chevelure épineuse de lui faire voir encore ses bandages. Son Zanpakuto bouillonnant, il le rapprocha près des plaies qui se sont rouvertes. Un grand sourire malsain s’étira sur le visage angélique du blond. Il réprima un rire amusé. *Bon dieu, je vais finir par apprécier ça beaucoup trop…* Ai-je oublié de préciser que Hideyoshi Taka a un côté sadique ? Oups.






Code by Cocoon pour YY
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Du combat, seuls les lâches s'écartent. [PV. Taka]   Ven 21 Aoû 2015 - 18:51

Du combat, seuls les lâches s'écartent.

Alors qu'il lui demandait tout simplement des explications sur la manière dont il pourrait transformer ce zampakuto en faux, le blond se tourna vers lui, choqué. Il lui arracha brusquement le katana des mains sous le râle du vert qui n'avait rien fait de mal. Il allait pas le lui voler ou l'attaquer avec ! Pourquoi cette réaction ?... mais plus encore... qu'est ce que shinigami était bien en train de foutre à son sabre. Dai fronça les sourcils, tirant la grimace. Le blond montrait une telle affection envers son sabre que s'en était presque dérangeant. L'arrancar ne comprenait pas. Ce n'était qu'une arme... d'accord qu'il y soit attaché, mais l'aimer à ce point c'était inutile ! Ce n'est qu'un outil, c'est pas parce-qu’il lui pousse un œil en forme libéré que c'est un être vivant !
Bref, décidément, le comportement des shinigamis était bien quelques chose qu'il lui échappait. A moins que ce ne soit celui du blond, trop étrange. Pour son plus grand bonheur, celui-ci se calma enfin.


« -Mon Shikai, tu veux dire ? Je vais te montrer… »


Resureccion, shikai... ouai c'est que des mot c'est la même chose. Quoi que, un bankai, ça, il aimerait bien en voir un. Un deuxième stade du zampakuto... rien que le nom le faisait déjà frémir. Le jour où il pourra affronter un adversaire assez puissant pour en posséder un, il pourrait enfin dire qu'il a livré le mailleur combat de sa vie. Les arrancars pouvaient-il également atteindre un deuxième stade ? Il en doutait, ça commençait à faire beaucoup... Hollow, Gillian, Ajuchas, Vasto Lorde sans parler d'Arrancar et de Resureccion. Alors une resureccion encore plus puissante... Non, impossible.
Dans tout les cas, Dai tira un sourrire, il allait enfin pouvoir comprendre comme ce shikai marchait. Il regarda alors son ennemi avec attention, tel un spectateur devant un superbe film. Il se découvrit alors une nature curieuse. Curiosité qu'il ne pensait pas avoir. Il n'aimait pas se mêler des affaires des autres d'habitude, mais il est vrai qu'il n'avait jamais eut l'occasion de discuter avec un shinigami. A part peut-être une fois, la petite blonde. Mais non, celle là était son ennemie. Un shinigami exilé en revanche... c'est vrai qu'il aurait pu parler à ses supérieurs, mais l'envie ne lui prenait guère. Pourquoi s'encombrer de questions inutile ? D'autant qu'il ne serait pas fait bien voir. Mais quand bien même il aurait voulu. Aizen était bien trop occupé et de toute façons, il ne s'abaisserait pas à le harceler pour avoir la moindre explication. Tousen lui, il le respectait, bien assez pour ne pas le fatiguer avec des questions inutiles. Et le dernier... Gin ce serpent... il se méfiait de son air sournois. Ce gars ne lui inspirait pas confiance. Pas du tout. Il préfèrerait être face à une dizaine de d'hollow plutôt que d'être dans la même pièce que cet être perfide.


« -Subis toutes douleurs, Jigoku no Karitoriki »


Cette phrase, de nouveau. Elle semblait être lié comme les mots que l'on doit prononcé pour prendre sa forme libéré. Ce shikai, il l'avait vu et revu, mais ça n'empêcher pas une certaine lueur dans es yeux de briller. Cette chaleur, ce reiatsu éclatant. Tout ce spectacle ne lui donnait qu'une envie : C'était celle de le combattre. Mais ils en avaient assez fait pour aujourd'hui. L'un comme l'autre, ils n'étaient pas en état de s'affronter de nouveau. Bien que le shinigami semblait avoir retrouvé une partie des on énergie. Dai quand à lui restait assit, bien trop épuisé pour faire quoi que ce soit si ce n'est contempler, son bras se plaça devant son visage en réflexe si jamais une gerbes de flamme venait à le toucher. Il analysait son adversaire, l'aura de pression spirituelle, ce reiatsu, le shikai suivait le même schéma qu'une resureccion hormis que ce n'est pas l'utilisateur, mais l'arme qui change de forme. Le gain de puissance semblait cependant inférieur à celui que pouvait constitué celle d'un hollow. Sans nul doute que le bankai devait être là pour compenser ce vide, voir le surpasser. Or, tout les shinigamis qu'il avait affronté n'avaient pas tous usé d'un shikai. Il ne pouvait peut-être en compter que sur le bout des doigts. Était-ce rare ? Si ça l'était, ce serait étrange. Tout les arrancars pouvaient reprendre leurs anciennes forme. Alors pourquoi pas les armes des shinigamis ? A moins que certaine de ces lames soient spéciale ? Il n'en savait rien. Il voulait des explications. Mais le blond ne lui en donnait pas, il avait plutôt autre chose en tête au vu de son attitude. Et le fait qu'il se tournait vers lui avec un petit sourire ne lui disait rien de bon. S'il était sur ses deux pieds, sans doute aurait-il eut un mouvement de recul, mais il était dos contre la pierre. Les voilà désormais au même niveau. Le blond s'était accroupit.


« -À présent….. Tu ne bouges plus petit con,
pardon ? parce que je ne vais pas arrêter ton hémorragie à chaque fois que tu fais une connerie ! »

Au fur et a mesure que cette lame incandescente s'approchait de lui, les yeux du vert s’écarquillaient. Tout ses muscles se mirent à lui hurler de fuir. Cette sensation... cette torture, cette douleur incommensurable. Jamais il ne pourrait l'oublier. Et il était certain d'en conserver des cicatrices.
Trop proche. Il donna un coup de botte dans la lame, l'écartant à la force de ses jambes. pas question de toucher ce truc à mains nus ! Une légère panique s'empara de lui, alors qu'il posait ses mains au sol pour dégager d'ici au plus vite.


« -Pas moyen que tu m'refasse le coup ! Éloigne ça de moi ! Jte jure que- »


Un air presque apeuré sur le visage, il se releva d'un bond après avoir repoussé l'arme et mit sa main là où était censé être son zampakuto. Il n'y avait que le fourreau de celui du shinigami... ah non. Il avait disparu... sans doute à cause de sa transformation en shikai. L'arrancar se rappela alors qu'il l'avait laissé à la ceinture du blond. Il râla, il avait envie de se baffer lui même pour avoir commis une tel erreur. Il le foudroya du regard tendant sa main vers lui.


« -Rend-le moi ! Rend moi tiburón ! Jte préviens t’essaies encore de m'avoir et j'hésiterais pas à te lancer un cero ! »


Oh ? Dai lancer un cero ? Lui qui le considérait comme une attaque de lâche. Non, il n'utiliserais pas cette attaque en combat. Mais ne l'occurrence, il était lui même désarmais alors que son adversaire ne l'était pas. Donc s'il l’attaquerait, ce serait lui le lâche. Il l'userait en auto-défense !
Il passa sa main qui ne pointait pas le shinigami sur sa blessure, voulant l'inspecter lui même avant quoi que ce soit. Il lâcha un soupir de soulagement, rien de grave. Elle lui faisait mal, mais si l'hémorragie avait reprit, il l'aurait sentit. Un veine d'énervement pointa sur son front, se laisser faire par ce psychopathe juste pour deux égratignures ? Pas question !


« -De toute façons j'ai pas besoin de tes soins ! Ma blessure ne s'est pas rouverte entièrement, dans cette était, elle se guérira toute seule, mon corps n'est pas aussi inutile que le tien, shinigami. »

-------------------------------------------------
(c) fiche par ocean lounge
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Du combat, seuls les lâches s'écartent. [PV. Taka]   Ven 21 Aoû 2015 - 18:54





IF WE EVER MEET AGAIN… AND WE DID.


Son adversaire bloqua sa lame avec sa botte. *Ben quoi, il veut crever ?* Taka voulait sincèrement le soigner. Un sourire s’étira sur les lèvres pourtant. Un sourire diabolique alors qu’il était juste amusé. Juste un tout petit peu.


« -Pas moyen que tu m'refasse le coup ! Éloigne ça de moi ! Jte jure que- »


Le blond croisa le regard de la tête de gazon et vit son expression. Aussitôt, il pouffa de rire, essayant de ne pas rire. Se tenant sa main devant sa bouche, il éclata finalement de rire lorsque son adversaire s’écarta d’un bond. Un rire cristallin, plus fort que celui de son opposant. Plus long aussi; des larmes apparurent au coin de l’œil et son ventre a commencé à le refaire mal. Mais en regardant une fois de plus l’Arrancar, son rire redoubla, complétant de l’achever. Maintenant, c’était ses cheveux qui le faisaient rire. Oui, c’est bien Taka : dès qu’il rit, il ne peut plus s’arrêter, se moquant totalement de la personne s’il le faut !

Après une bonne demi-heure de rire, il essaya de reprendre son calme. Son visage était tout rouge, des larmes perlaient doucement et maintenant ses joues ainsi que tout son abdomen le faisaient mal. Il se massa le visage, près d’où ses fossettes apparaissaient, et séchait ses larmes salés. Il regarda Dai qui s’agitait dans tous les sens sans comprendre ce qu’il avait et réussit finalement à se calmer correctement. L’ancien shinigami voulut lui demander quel mouche lui avait piqué lorsque celui-ci s’arrêta devant lui, tendant la main devant lui en le foudroyant du regard. *Gné ?* Taka le regarda sans rien comprendre, les yeux ronds.


[color=#339966]« -Rend-le moi ! Rend moi tiburón ! Jte préviens t’essaies encore de m'avoir et j'hésiterais pas à te lancer un cero ! »


*Ti…tibu… quoi ? Qu’est-ce qu’il me raconte encore ?* Taka ne voulait pas se prendre un cero en pleine gueule mais il était confus, ne savant pas ce qu’il voulait. *Qu’est-ce que c’était que ce tiburón à la fin ?! * Il finissa par s’énerver. D’où il le menaçait un homme blessé ? Quel lâche ! Le shinigami exilé prend une grande inspiration et soupira, se tenant la tête. Décidément ! Il fixa de nouveau la main de l’Arrancar. *Alors c’est un objet, c’est le sien – non jure- et quelque chose qui se tient par la main, pas trop lourd non plus…* Il baissa la tête, regardant tout autour de lui; virant légèrement sa mèche qui le dérangeait un peu. Et puis finalement il comprit. *Oh mon dieu, je l’avais totalement zappé ! * Il retira son katana de sa ceinture et admira la lame de son fourreau. *Très beau katana… dommage qu’il n’est pas bien entretenu… Après tous, c’est une brute qui l’utilise, on ne peut pas s’attendre à grand-chose…* Avec un sourire, il remit la lame dans son fourreau. Puis en mettant l’épée en horizontale sur ses deux mains, il inclina légèrement la tête pour lui affirmer qu’il était désolé et lui sourit. Un sourire d’idiot. Décidément, il ne peut vraiment pas se faire d’ennemi.


« -De toute façons j'ai pas besoin de tes soins ! Ma blessure ne s'est pas rouverte entièrement, dans cette était, elle se guérira toute seule, mon corps n'est pas aussi inutile que le tien, shinigami. »


*Hein ? Il a dit quoi ce bouffon là ?* Une veine d’énervement apparait sur son front et il serra fort les poings. J’ai rien dit : celui-là, c’est le premier qu’il déteste ! Des sentiments ? Des papillons dans le ventre ? Des scènes bizarres ? *Pfeu, n’importe quoi !* Sous l’énervement, il retira de la portée de son adversaire le katana et se releva, le cachant derrière son dos.


« Tu ne peux pas être sympa une seconde hein ?! Et ben, tu sais quoi ? Tu l’auras pas ton biberon ou je ne sais pas quoi ! Tu peux toujours courir, la pelouse. »

Il s’écarta de son adversaire, mettant de la plus grande distance entre Taka et lui. * Je ne suis pas chien hein, il me traite pas de cette manière, non mais oh !*






Code by Cocoon pour YY
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Du combat, seuls les lâches s'écartent. [PV. Taka]   Ven 21 Aoû 2015 - 18:55

Du combat, seuls les lâches s'écartent.

Alors qu'il était à deux doigt d'attraper son katana, le shinigami le retira au dernier moment, le cachant dans son dos. Dai se figea, son visage exprimant tout d'abords l'incompréhension puis l'étonnement. Il était sûr de le récupérer ! Pourquoi ?! Pourtant, quand son adversaire avait prit conscience que son zampakuto était à sa ceinture, il l'avait rangé dans son fourreau et le lui avait tendu. L'arrancar avait alors lâché un soupire de soulagement. Et puis, leurs regards s'étaient croisés. Un sourire illumina le visage du blondinet. Un sourire enfantin, une sourire de gamin qui revenait voir ses parents en ayant fait une grosse bêtise, mais le genre de sourire heureux et sans remord. A ce moment là Dai avait serré les dents et déglutit. Il ne savait pas ce qu'il s'était passé, mais à ce moment là, il avait eut une émotion étrange, la même qu'il avait eut au rire précédant. Et il avait envie de sourire. Le moment n'était pourtant pas approprié, alors il n'en fit rien.
Mais maintenant, le voilà con. Sans zampakuto et s'étant fait troller par son homologue. Le voilà qu'il marronnait. Et l'autre en face? Furieux. Le jour et le nuit.


« -Tu ne peux pas être sympa une seconde hein ?! Et ben, tu sais quoi ? Tu l’auras pas ton biberon ou je ne sais pas quoi ! Tu peux toujours courir, la pelouse.

-HEIN ?! Biberon ?! C'est ti-bu-rón ! Ça signifie requin ! Insulte pas mon zampakuto enfoiré ! »


Et le shinigami recula de quelques pas, augmentant la distance entre eux tout comme augmentait la rage à l'intérieur du vert. De quel droit se permettait-il de se moquer de lui ?! Insulter son katana c'était tout comme ! Une partie de sa puissance était à l'intérieur, c'était comme une partie de lui même !
Il fit un pas en avant, bien décidé à reprendre son dû. Mais, le blond ne l'entendait pas de cette oreille et fit un pas en arrière. L'arrancar prenait cela comme une provocation. Il n'allait pas user de son cero, non... il allait le récupérer sans ! Il allait voir ce qu'il allait voir ! Il allait lui faire regretter d'avoir posé sa faux à ce shinigami...
Il se mit en position, fléchissant légèrement les genoux, les main prête à l'attraper. Il fit un pas à droite, en résultant l'inverse pour son adversaire qui se décala à gauche. Puis le vert fit l'inverse, même résultat. Il plissa les yeux. Une sorte de jeu s'était mit en place entre les deux protagonistes. Le vert réfléchissait afin de mettre en place une tactique pendant que le blond le moquait d'un sourire espiègle. Mais pas moyen de trouver de solution face à son problème alors... Dai se lança. Littéralement, il courut vers lui criant un
« -RENDS-LE MOI ! » des plus convainquant. il s'en suivit alors une course poursuite, tel deux gamins qui se courraient après. Scène plus qu'étrange lorsque l'on sait qu'elle se passe au Hueco Mundo. Mais Dai n'était pas en droit de rire, c'était lui la victime dans tout ça ! Malgré sa blessure, il courrait assez vite. Mais cela ne suffirait peut-être pas pour le rattraper, le blond avait de puissantes jambes pour son niveau. Il lel ui avait démontré lors de sa première rencontre.
Alors. Dans une dernière tentative emplit de désespoir, il sauta. Se jeta vers lui tendant les bras. Et... il réussit à l'attraper ! Vraiment ! Il avait pu empoigner le kimono bien qu'en lambeau du blond et le plaqua au sol retombant sur lui. Mais cet enfoiré gardait le bras tendu avec au bout, le katana. Il ne pouvait toujours pas l'attraper comme ça. Il attrapa alors son épaule gauche, qui n'était pas blessé et s'en aida pour se trainer vers l'avant, toujours sur lui. Son torse, son ventre et tout ce qui s'en suit frottèrent contre le dos du shinigami. Mais il s'en moquait, tout ce qui comptait pour lui était de récupérer son katana, ne supportant pas d'être désarmé. Il aurait pu se relever pour l'attraper aussi, mais trop prit dans l'action pour réfléchir à quoi que ce soit, il s'était trainé, en gros flemmard.
Après avoir tendu son bras au maximum, il pu enfin l'attraper du bout des doigts. Serrant bien fortement le fourreau. Il tira un sourire.


« -Ha je l'ai !! »


Il poussa un petit cri de victoire puis un soupira de soulagement, relâchant tout ses muscles d'un coup. Fier de lui, il ramena son zampakuto à ses côté et posa son regard sur le blond, qu'il ne voyait évidemment pas de face. C'est alors qu'il réalisa sa position par rapport à lui. Leurs corps collés tout deux l'un contre l'autre. Il était au dessus et une idée lui traversa alors l'esprit.
Non, il n'allait pas bouger. Pourquoi ? Juste pour le faire chier ! Et qu'il ne puisse plus se relever ! Il allait plus faire le malin bien longtemps ! Parole de fraccion !


« -Alors, tu compte faire quoi maintenant ? ~ »

-------------------------------------------------
(c) fiche par ocean lounge
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Du combat, seuls les lâches s'écartent. [PV. Taka]   Ven 21 Aoû 2015 - 18:56





IF WE EVER MEET AGAIN… AND WE DID.


Okay, finalement, Taka est peut-être un idiot. Ce blondinet ne peut vraiment rien prendre au sérieux !

Furieux de la manière dont l’adversaire le traitait alors qu’il voulait l’aider, il lui a bel et bien défendu de reprendre son katana. Chose un peu enfantin et lâche, puisque ce dernier lui avait rendu Karitoriki. (Bon, c’est plutôt Taka qui lui a arraché mais bon.) Mais ce qui est plus débile ? La raison pour laquelle il le fait tout ça. Et maintenant qu’il court, on dirait un gamin ! Mais que dis-je : le blond n’a jamais grandi depuis qu’il est petit, toujours en train de courir derrière les gens (les dames) et s’énerver au quart de tour. Le blond en était conscient, mais il préférait ainsi. *Vaux mieux en rire qu’en pleurer !* Se dit-il toujours. En rapport peut-être avec son passé douloureux ? Il n’a jamais eu le souvenir de son ancienne vie, alors celui-ci ne peut pas dire exactement l’origine.

Toujours est-il qu’il avait son biberon ou tibouton à la main et qu’il courait à pleine vitesse en rond dans la petite grotte. Entre les stalagmites et les stalactites pointues, le blond prenait un plaisir à s’y faufiler pour filer aux griffes acérées de son adversaire. Ce dernier semblait sérieux pendant que le blond affichait un sourire moqueur, la joie et l’amusement brillant dans ses yeux en une forme de lueur indescriptible. Pratiquement semblable lors de ses affronts avec l’Arrancar aux cheveux verts, mais bien plus… doux. Il éclata finalement d’un rire cristallin, un rire de gamin qui s’amuse à chat dans les rues. Ses cheveux de blés virevoltaient dans tous les sens et des fossettes se formaient au coin de ses lèvres, lui donnant un véritable coup de jeunesse. Si les dames apprenaient qu’il avait vécu au moins plus d’un siècle, elles lui demanderaient quelle marque d’anti-âge il utilisait. Pourtant, il n’en utilise aucune. Eh oui, le shinigami blond est mort trop jeune. Et sa vie n’a pas été facile à la Soul Society, et encore moins ses dernières années. Dans la solitude, mais tranquille. Et il aimait bien ça.


« - RENDS-LE-MOI ! »


Il sursauta, regardant derrière lui : Dai s’était approché dangereusement de plus en plus pendant qu’il replongeait dans ses rires. Se rendant compte qu’il allait le rattraper, le blond voulu redoubler d’efforts pour pouvoir le semer mais il croisa le regard de son prédateur. Un visage furieux mais bien comique; assez pour le shinigami auquel ses rires redoublèrent d’ampleurs. Taka se déconcentrant légèrement, essayant de réprimer son fou rire mais c’était devenu incontrôlable. Et finalement, son adversaire réussit à l’attraper. *Merde !* Ses rires s’estompèrent à mesure qu’il voulait échapper aux mains de son ennemi, mais celui-ci le tenait fermement. Alors, dans une tentative désespéré de se sauver, il tendit ses bras au maximum, étant presque prêt à le balancer plus loin. Mais malin, l’Arrancar aux cheveux verts se cramponnait à lui, rampant au dessus tout en le tenant à terre. En jurant, le blond essaya de se débattre mais…


« -Ha je l'ai !! »


En vain. Le blond poussa un juron et tapa du poing sur le sable où il était allongé. Tous ses muscles se détendirent et il s’affala le long de lui-même, visiblement fatigué de toute cette rigolade. Il soupira et voulut se relever, mais il y avait quelque chose sur lui. Taka réessaya de nouveau mais c’était beaucoup trop lourd. Et en troisième tentative, il essaya une dernière fois d’une façon violente, vivement mais sa tête se heurtait de derrière à quelque chose de dur. Le shinigami blond retomba violemment sur le sol, se tenant la tête.


« -Alors, tu compte faire quoi maintenant ? ~ »


L’ancien shinigami écarquilla les yeux : il avait totalement zappé que son adversaire était sur lui. *Mais surtout, qu’est-ce qu’il a, il s'est pas encore barrer ?*


« Mais dégage de là espèce de rocher, tu fais quoi encore sur moi ! »


Taka essaya de le pousser de ses mains pour se dégager, mais il comprit vite que le marimo n’avait pas l’intention de bouger de là. Prenant appui avec ses mains et ses genoux, il poussa de son mieux avec ses épaules et son dos et réussit à changer de position, en se retournant sur son dos. Cela ne réglait pas grand-chose, mais ça le permettait de pousser plus fort. Mettant ses mains sur le torse de l’eucalyptus, il usa de ses mains pour le pousser, vite rejoins par ses pieds qui lui donnait des coups de genoux au niveau du ventre. Mais le Hierro était bien trop puissant et le blond lâcha rapidement l’affaire, trop fatigué. Furieux, il croisa le regard machiavélique du vert et toute sa colère retomba. Ses yeux bleus marins se plongèrent dans les siens, émeraudes, brillants. Il était si captivé par leur lueurs que ses mains retombèrent vers ses hanches, prêt à l’enlacer. Et doucement, il rapprocha son visage du sien, les doigts se contractent près de son bassin et…

Aussitôt, il pouffa de rire sur l’épaule et commença à chatouiller l’Arrancar. Mort de rire, il enfonça son visage dans le cou de son adversaire. Qu’est-ce que je vous disais ! Il peut pas rester sérieux et ne pas faire son gamin !  






Code by Cocoon pour YY
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Du combat, seuls les lâches s'écartent. [PV. Taka]   Ven 21 Aoû 2015 - 18:56

Du combat, seuls les lâches s'écartent.

C'est le regard amusé et confortablement installé que l'arrancar observait le blond. Il essayait de se relever en vain, commençant à s'énerver d'être ainsi bloquer. Et Dai lui ? Il savourait sa douce vengeance après s'être fait troller en plus de jouer à la course poursuite. Une fois, deux fois, trois fois. Et bam. Voilà que ce con s'était assommé de lui-même. Son sourire s'étirait de plus en plus. Depuis qu'il avait rencontré ce shinigami, il s'amusait. Pourtant, il adorait combattre et en prenait un plaisir fou, mais là, c'était un autre genre de jeux. Plus immature, retrouvant même une innocence presque enfantine. Il ne s'ennuyait pas, il ne voyait pas le temps défiler. Et ça, c'était des moments très précieux dans la vie d'un hollow.


« -Mais dégage de là espèce de rocher, tu fais quoi encore sur moi !

-Jte fais chier du con ! Abandonne ! »


Il lâcha un petit rire sadique, tandis que le blond gigotait sous lui. C'est qu'il était souple le bougre ! Mais le vert n'allait pas lâcher l'affaire, pas question de se faire dégager de là avant qu'il lui supplie de s'écarter ! Il faillit bien lâcher quand le shinigami lui asséna quelques coup de genoux sur sa blessure, mais il serra les dents. D'un faux air impassible. Heureusement pour lui que sa victime se découragea bien vite.
Les choses se calmèrent et il pu enfin souffler. Ses yeux se reportèrent sur la mine agacé du blond qui s’apaisa bien vite lorsque leur deux regards s'accrochèrent. Le même phénomène qui s'était passé précédemment se produit. Il ne pouvait plus détacher son regard du sien. Un regard indescriptible, de faibles frissons lui parcourant l'échine. Cette soudaine envie de déglutir, une pression étrange sur tout le pourtour de son trou d'hollow. Les mains du blond se posèrent sur hanche, le contacte fut une vraie décharge. Son dos commençait à bouillir sous la chaleur. La faux n'y était pourtant pour rien ? L'arrancar commença à remonter ses main pour les poser d'une part et d'autre sur le visage de son homologue, sans qu'il comprenne pourquoi celui-ci se rapprochait de lui. Voulait-il lui murmurer quelque chose ? Lui croquer les lèvres ? Il n'en savait rien, mais lui en tout cas, il en avait foutrement envie. Et c'est ce qu'il allait faire, bien trop tenté par cette soudaine proximité. Mais alors qu'il allait se lancer, un petit rire éclata, puis des mains le parcourir, jouant habilement de leurs doigts. Dai se figea, ne comprenant pas ce qui commençait à lui arriver, il commença à se tordre sous l'effet de ce pouvoir étrange et lâcha un rire éttouffer. Ça le chatouillait de partout ! Son visage s'illumina alors et il commença à se débattre, prit d'une envie de le supplier pour qu'il arrête. Sérieusement !


« -Qu'est-ce que cette sorcellerie ?!! »


Non, vraiment, il ne comprenait pas pourquoi il agissait comme ça. Était-ce un kido de shinigami ? Une technique élaboré dans le but de rendre son adversaire impuissant ? Non, vraiment s'en était trop. Son rire lui faisait de plus en plus mal, il commençait presque à s'étouffer... il allait mourir de rire ! Dans le vrai sens du terme ! Il s'écarta, non s’éjecta carrément de là retombant sur le côté. Il voulait fuir cette puissance inconnue qui lui avait fait perdre tout ses moyens se facilement.
Désormais libre, la torture terminé il reprenait son souffle. Bras et jambes écartés, dos au sol. Il posa une de ses mains au niveau de son cœur et poussa un énorme soupire de soulagement. Il fixait le plafond, s'entend sa cage thoracique se soulever au rythme de sa respiration ainsi que le cœur qu'il n’est pas censé avoir tambouriner douloureusement. Il finit par se calmer. Reprenant son sérieux.
Il se mordit la lèvre inférieur, une question le taraudait depuis un moment. Depuis qu'il s'était rencontré de nouveau. Devait-il la poser ? Oh et puis merde. Ce foutu sourcil en vrille avait réussit à lui inspiré assez confiance pour qu'il puisse baisser sa garde en sa présence. Et puis,c 'est pas comme s'il était un ennemi.


« -Dis Taka... ça fait quoi d'être un shinigami ? »


Pour la première fois, il prononçait son nom. Lui qui l'appelait toujours pas son titre. Il tourna la tête vers l'objet de sa question. Ses yeux brulaient de curiosité. Oui, il était vraiment sérieux sur ce sujet. Pas qu'il regrettait d'être un hollow, loin de là. Mais ces kimonos noirs... ils étaient tellement différent et en même temps si proches d'eux, les arrancars. Et pour causes, ils avaient pu obtenir au travers du hogyoku des pouvoirs de shiniagmi. L'inverse était-il possible ? Sans doute... Mais, ce serait certainement plus instable. C'était peut-être l'une des raisons pour qu'Aizen se soit installé au Hueco Mundo. non, décidément, introduire une foulée d'instinct et de ressentiment inconnu pour une âme vivant paisiblement... ce serait créer une créature incontrôlable.
Mais les shinigamis... étaient-ils aussi satisfait de leurs vies ?


-------------------------------------------------
(c) fiche par ocean lounge
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Du combat, seuls les lâches s'écartent. [PV. Taka]   Ven 21 Aoû 2015 - 19:04





IF WE EVER MEET AGAIN… AND WE DID.



« -Mais dégage de là espèce de rocher, tu fais quoi encore sur moi !
-Jte fais chier du con ! Abandonne ! »
« Rêve toujours, tête de mousse ! »


Un sourire s’étira sur le visage du blond en voyant que ses chatouilles faisaient bien un effet sur l’Arrancar. Il avait longuement hésité, ne savant pas si ses créatures avaient le même métabolisme ou si Dai était chatouilleux tout court. Ce fut par le soulagement que ce dernier constata que personne ne pouvait résister aux chatouilles ! Même que l’Arrancar le suppliait d’arrêter.


« -Qu'est-ce que cette sorcellerie ?!! »


Il ria de bon cour à nouveau. *Exactement la réaction que j’espérais !* Les Hollows ne résistaient pas à ça, mais Taka se doutait bien qu’ils ne savaient pas même pas ce que c’était. Ses rires se redoublèrent de plus en plus et il ne remarqua même plus que le vert n’était plus sur lui, s’étant roulé à ses côtés. Le shinigami blond se roulait de rire, se tenant les ventres. Il avait des crampes mais il était pris d’un grand fou rire, impossible de l’arrêter. Après s’être mordu le poing pendant une dizaine de minutes, l’ancien septième siège se calma finalement et se rallongea sur le dos, près de son adversaire. Il sentit l’Arrancar respirer bruyamment aussi.


« -Dis Taka... ça fait quoi d'être un shinigami ? »


*Gné ? * L’ancien septième écarquilla les yeux et sous la surprise, il fixa son opposant. Était-il plus surpris qu’il prononce son nom ou de sa question ? Il ne savait pas, mais il ne s’y attendait pas du tout. Dai l’avait posé d’une façon si calme mais, à ses yeux qui regardaient videment le plafond, Taka comprit que c’est quelque chose qui le tourmentait beaucoup.  Il se rallongea en soupirant et regarda aussi le plafond de la grotte, les mains derrière la tête.


« Ce bouffon d’Aizen… il vous l’a pas dit ? »


*Ma vie de Shinigami hein…* Devait-il le raconter de ses mauvaises expériences ou de ses bons moments, comme si il allait faire une pub de recrutement ? Cette question le troublait aussi. C’était un shinigami exilé, et la Soul Society le tient à rancœur peu importe ce qu’il fait pour les aider. En même temps, il ne voulait pas rejoindre le camp d’Aizen, malgré que ce Senshi Dai lui ait prouvé que tous les Arrancars ne sont pas aussi horrible que sa race le prétend. Même que sa population raciste qui avait de tel préjugeait méritait moins son respect. De plus, un shinigami... Qu’est-ce que ça fait quand il n’est pas dans son Gigai ? Il ne peut pas se promener toute la journée au risque de se faire repérer par la Soul Society, alors qu’il était considéré comme criminelle. Ça tue des Hollows et ça repart dans les Gigai parce que, finalement, Taka s’y était plus habitué que son corps original. Il a finit par s’ennuyer en forme d’âme, à part pour revoir Jigoku no Karitoriki en forme de faux. Le blond souhaitait presque qu’il redevienne un humain, mais ça serait injuste et impossible; puisqu’il est déjà mort.


« La vie d’un Shinigami, vois-tu… n’est pas chose aisé. Tu es toujours pressé pour partir en mission, tu tues des Hollows pour ensuite revenir t’y reposer. Pratiquement pas le temps de t’entrainer parce qu’il y a toujours du boulot. Si ce n’est pas des Hollows ? S’occupe des capitaines, des lieutenants et toutes ses merdes hiérarchiquement supérieures. Bien content d’être exilé tu vois. Mais, malgré tout, j’aimais ma vie en Shinigami. Je n’y suis pas resté longtemps, mais juste assez pour remarquer à quel point, en dépit de mes moments sombres (on va dire), j’y ai trouvé du réconfort envers quelques personnes. Du respect surtout, jusqu’à la toute fin. Le problème, c’est que ses personnes ne sont plus à présent et que je n’ose même pas parler à  mon capitaine, qui s’est exilé aussi. Tandis qu’aux autres, je pari qu’ils ne se rappellent même pas de moi; et s’ils le faisaient toujours, je suis marqué dans leurs esprits comme un traite, un criminel pour quelque chose que je n’ai pas fait. Après, l’autre point intéressant d’être Shinigami, c’est le fait que ton Zanpakuto, qui est une partie de toi très importante, est peu prendre vie. Non, tu sens qu’il est vivant. Tu peux lui communiquer en m’enfouillant dans une sorte de méditation au plus profond de ton âme… eh ben, tu peux t’entrainer mais ton arme peut te parler aussi. Pour ma part, Karitoriki me réconforte. Certains ont le Bankai mais, comme tu le vois bien, je n’ai pas le niveau pour atteindre cette expérience inoubliable. Mais si j’y arrive, je serais bien heureux à ce moment là d’être un Shinigami à part entier. »


Taka pensa notamment à Hinamori Momo qui l’a beaucoup assisté, également au Capitaine Hirako qui l’a protégé en quelques sortes avant de partir. Il aurait préféré vivre plus longtemps dans le Sereitei et resté avec la communauté des Shinigami. Le blond ne savait pas comme était la nouveau « génération » des Shinigami, même si il en a rencontré une il y a pas longtemps. Elle se dénommait Nagakawa Anna et c’était une demoiselle très charmante. Une troisième siège de la sixième division, très sympathique, très gentille. À peine quelques minutes après avoir été à ses côtés, il a développé de l’affection amical pour elle et le fait qu’il est rencontré la Shinigami lui donnait de l’espoir pour une Soul Society bien meilleur qu’il pensait. Cette rancœur envers la Soul Society disparaissait peu à peu finalement. Curieux, il voudrait bien s’y rendre un jour pour voir si tout avançait bien. Mais c’était bien impossible… Le blondinet resta silencieux un moment, regardant avec nostalgie cet ennuyeux plafond jusqu’à qu’il se rendit compte qu’il avait trop parlé et bredouilla quelques sons sans savoir quoi dire, nerveux.


« E-Et toi…. Dai ? C’est comment la vie d’un Arrancar ? P-Pas trop dur ? »


Il savait bien que la dernière question était inutile mais voilà, yolo. Sous le coup de la nervosité. Mais c’est vrai qu’il était bien curieux de le savoir… Était-ce comme plus proche d’un Shinigami, des humains, des exilés comme lui ? Ou peut-être comme des animaux, comme le Sereitei aimait beaucoup le dire.






Code by Cocoon pour YY
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Du combat, seuls les lâches s'écartent. [PV. Taka]   Ven 21 Aoû 2015 - 19:04

Du combat, seuls les lâches s'écartent.


« -Ce bouffon d’Aizen… il vous l’a pas dit ? »


Surveille tes paroles, shinigami. Voilà ce qu'il lui aurait bien lancé, mais l'arrancar préféra patienter. Il ne voulait entrer en conflit avec lui maintenant, il voulait d'abords une... non des réponses à sa question. Bien qu'il ne soit réputé pour sa patience, il préféra laisser passer cet affront. Il le lui dira plus tard. Mais pour le moment, il était confortablement installé sur le sable froid. Prêt à écouter le point de vu d'un shinigami exilé sur sa propre race.

« -La vie d’un Shinigami, vois-tu… n’est pas chose aisé.
Ça déjà, il en doutait, mais laissons de côté les préjugés. Les shinigamis avaient l'air d'avoir une vie tellement plus paisible comparé aux hollows. Tu es toujours pressé pour partir en mission, tu tues des Hollows pour ensuite revenir t’y reposer. Pratiquement pas le temps de t’entrainer parce qu’il y a toujours du boulot. Du peu qu'il en a vu, ils n'avaient pas l'air si traumatisé que ça, pour preuve le shinigami référant de cette ville où ils s'étaient combattu... Et puis tuer des hollows permet de s'entrainer, d'une manière ou d'une autre. Sont-ils autant esclavagé ? Si ce n’est pas des Hollows ? S’occupe des capitaines, des lieutenants et toutes ses merdes hiérarchiquement supérieures. Bien content d’être exilé tu vois.Voilà donc la raiosn pour laquelle ses trois supérieurs auraient quitté le bastion. Les shinigamis avait donc une structure militaire défaillante ? Où les moins gradés doivent sans cesse cirer les pompes des plus gradés ? Mais, malgré tout, j’aimais ma vie en Shinigami. Je n’y suis pas resté longtemps, mais juste assez pour remarquer à quel point, en dépit de mes moments sombres (on va dire), j’y ai trouvé du réconfort envers quelques personnes. Du respect surtout, jusqu’à la toute fin.Il y a des d’autres shinigamis respectable apparemment, c'était bon à savoir. Si seulement, ils n'étaient pas aussi méprisants... Le problème, c’est que ses personnes ne sont plus à présent et que je n’ose même pas parler à  mon capitaine, qui s’est exilé aussi. Tandis qu’aux autres, je pari qu’ils ne se rappellent même pas de moi; et s’ils le faisaient toujours, je suis marqué dans leurs esprits comme un traite, un criminel pour quelque chose que je n’ai pas fait. Dai tiqua à cette information. Un capitaine exilé ?! C'était donc un puissant adversaire à combattre ! Mais un problème se posait... les espadas étaient censé pouvoir rivaliser avec les taicho. Pff... Au vu de ses compétences face à Grimmjow, il n'était pas encore prêt pour affronter un capitaine. En revanche, il était sûr que son espada serait ravis d'apprendre ça. Après tout, l'un comme l'autre sont des fous de guerres, ils prennent leurs pied en affrontant des personnes de leurs mesures. Le vert n'était pas assez égoïste pour ne pas le lui dire, après tout, le temps qu'il arrive à ce niveau, la guerre aura déjà éclaté. Après, l’autre point intéressant d’être Shinigami, c’est le fait que ton Zanpakuto, qui est une partie de toi très importante, est peu prendre vie. Non, tu sens qu’il est vivant. Tu peux lui communiquer en t’enfouissant dans une sorte de méditation au plus profond de ton âme… eh ben, tu peux t’entrainer mais ton arme peut te parler aussi. Pour ma part, Karitoriki me réconforte. Certains ont le Bankai mais, comme tu le vois bien, je n’ai pas le niveau pour atteindre cette expérience inoubliable. Mais si j’y arrive, je serais bien heureux à ce moment là d’être un Shinigami à part entier. »
?? Alors dans ce cas... Ça expliquait tout. Voilà pourquoi le blond était aussi attaché à son katana, c'était un sentiment que les humains appelait amitié. Quoi que, tisser de tels liens avec ce qui ne sert qu'au combat. Non, décidément il ne pouvait pas comprendre. Mais il ne critiquerait pas, il n'avait pas vécu avec, il avait une tout autre vision de ce qu'était un zampakuto. Mais voilà... s'il était un shinigami, aurait-il ressentit la même chose vis-à-vis de sa lame ? Se connaissant, il aurait certainement eut un profond respect pour elle. Peut-être même qu'il l'aurait traité avec attention. Qui sait. Son zampakuto actuel n'avait pas besoin d'entretien puisqu'il était lui même une partie de sa puissance. La lame, particulièrement tranchante, telle les dents d'un requins ne s'émousseraient jamais. Ou du moins, elle n'en a pas montré signe. Le shinigami pensait peut-être qu'il en était de même pour lui ?
Un silence s'installa. Pesant, Dai digérait toutes les informations qui lui avait été apportés. La société, le ressentiment du blond, les shinigamis respectables, le capitaine et les zampakuto. Le vert avait aussi noté une pointe de nostalgie dans ses mots, de souffrance peut-être. Le blond avait eut l'air de sacrément morfler. De perde un être chère. L'arrancar n'avait jamais perdu personne, il ne s'était jamais attaché non plus à quelqu'un. Il considéra donc que la souffrance du shinigami était dû à autre chose. Pourquoi s’apitoyer sur autrui si cela rend plus faible, n'est-ce-pas ? Un concept inimaginable pour un hollow.
C'est alors que le shinigami brisa ce silence.


« -E-Et toi…. Dai ? C’est comment la vie d’un Arrancar ? P-Pas trop dur ? »


Son corps, tout ses muscles se tentèrent. Cette question... Pourquoi ? Ses yeux qui s'étaient alors reporté sur le plafond se reposèrent de nouveau sur le shinigami, confus. « -Hein... Moi ? » Il ne s'y attendait pas. Pas du tout. Il n'avait pas l'habitude que l'on s'intéresse à lui. De plus, son interlocuteur était tout aussi mal à l'aise que lui. Décidément... ils étaient pareil. Deux hommes qui n'aiment pas parler d'eux. Il ne savait pas si le blond était solitaire, mais lui l'était. Le contacte social... pas pour lui. Pas qu'il soit timide, mais... ayant passé des centaines d'années à ne compter que sur lui-même... à force, il en a perdu l'habitude.
Il fit la moue.



« -Bon... donnant, donnant, hein ? Avant de répondre à ta question, jvais rebondir sur ce que t'as dis juste avant. Non, je ne peux communiquer avec le mien. Nos deux zampakuto ont peut-être la même forme, des capacités similaire, mais je pense qu'il y a une grande différence entre un zampakuto de shinigami et celui d'un arrancar. Ton sabre est une partie de ton âme comme tu dis, le mien est une partie de mon reiatsu, de ma puissance. Il est comme mort, il n'y a rien dedans. Voilà pourquoi le tien peu changer de forme, c'est peut-être un reflet de ton âme qui sait ? Tu manipule le feu, non ? T'as pas un caractère froid. Cet élément de va bien. A contrario, le zampakuto d'un arrancar, une fois libéré, disparait dans la plupart des cas. Le gain de reiatsu qu'il procure à son utilisateur en revenant lui permet de reprendre en partie sa forme d'hollow et ses anciennes capacités. Ce n'est qu'un concentré de particule spirituelle. Du moins, c'est comme ça que je le vois. »


Et maintenant... parler des arrancars. Que dire ? Il avait déjà tenté d'expliquer vaguement le fonctionnement d'un hollow à une shinigami et... elle n'avait pas comprit. Ces kimonos noir étaient des êtres bornés, aveugles de préjugés et n'acceptant en aucun cas que leur petite vision du monde puisse être remit en cause. Dai ne voulait pas répondre, mais ce serait montrer de l'irrespect que de ne pas accéder à sa requête. Il soupira balançant sa tête en arrière.


« -...Je pourrais t'expliquer la vie d'un arrancar, mais, je pense que tu pourrais pas comprendre comme ça, il faut bien plus d'explications. Aizen n'est pas un bouffon, loin de là c'est un homme bien et c'est ce en quoi je crois. Tu as une mauvaise image de lui car tu as un point de vu de shinigami. Et les shinigamis, ça n'essaye même pas de comprendre ce que peut ressentir un hollow. Une bête sauvage, oui, mais un animal qui à une conscience. Plus ou moins évolué celons le stade, certes. Mais je pense qu'on t'as déjà expliquer le cycle d'évolution des hollows. Hollow normal, Gillan, Ajuchas, Vasto Lorde. La base, j'parie mon masque que tu ne sais pas grand chose de plus. Je me trompe ?
Il tira un petit sourire. Un hollow, ça n'a qu'une vague conscience, il est obligé de dévorer des âmes humains. Certain le fond par plaisir, d'autre non. Se priver d'âme c'est se condamner à une souffrance insupportable. Qui à en crever. Et crois moi, ce qui refuse de se nourrir au Hueco Mundo, il fond pas long feu. Après, qui tu vas blâmer. Le lion qui saute sur l’antilope ? Me fait pas rire, les humains massacres des millions d'animaux chaque jours pour bouffer. Et dès qu'un hollow prélève une pauvre petit âme pour survivre, on cri au massacre et on le chasse. Et me fait pas croire que les shinigamis nous voit comme des âmes en souffrance, ils nous détestent tout comme je les hais. Un soupire rageux, il détestait parler d'eux. Il continua d'un ton plus calme. Bref, continuons. Il arrive rarement qu'un hollow ait un plus grand besoin d'âme. Une faim plus déchirante encore. Se dénicher un shinigami n'est pas chose aisé. Il va donc se tourner sur ce qu'il a à sa portée. D'autres hollows, jusque-là tu suis. Le désert est donc le théâtre de cannibalisme inscecant. C'est comme ça que la population d'hollow se régule d'elle-même, n'est-ce-pas les shinigamis ? Au final, votre travail est moindre. Mais bon, donc tout ces hollows spéciaux on va dire s'attirent entre eux pour mieux se dévorer. C'est l'instinct. Tout ces hollows fusionnent et donne un gillian, environ un millier. Je crois... Pas sur, tu dois mieux savoir que moi, la théorie, toussa. Enfin, il arrive qu'un rare gillan parmi ce nombre déjà réduit garde un semblant de conscience, tout comme quand il était hollow. Mais en plus douloureux... beaucoup plus... tu dois sans cesse luter contre ces voix, toutes ces âmes avec lesquelles tu as fusionné pour atteindre le stade de menos grande. Oh ? Voilà qu'il le tutoie maintenant, à force de trop parler... Garder la tête hors de l'eau... c'est horrible. Ce combat de tout instant. Il tenait sa tête entre ses mains rien qu'à y penser. Donc le gillian dévore d'autres gillians et blablabla, la vie continue. Et là, le jour tant attendu, la délivrance, l'évolution. Le stade d'ajuchas. Et c'est là que je vais commencer à te perde shinigami, tu vas comprendre toute la subtilité. La condition de hollow, je ne la souhaite à personne, c'est vicieux, tu te condamne toi même et sans t'en rendre compte. Il fit une pause. Tu es donc content, toutes ces voix cesse, tu as réussit à prendre le dessus. Mais cette faim, toujours-là. Encore plus grande, toujours plus grande. Tu dévore et dévore, sens ta puissance augmenter, développer les capacités de ta nouvelle forme. Mais tout ça, c'est pas simple non, les autres ajuchas guette, les combats deviennent particulièrement sanglant et tout ce qui s'en suit avec. Mais c'est là que toute l'horreur se révèle. Si tu t'arrête de bouffer, que tu te cache. Tu régresse au stade de gillian. A jamais. La pire des tortures. Tu perds ainsi ta conscience, une sorte de mort cérébrale, mais la douleur, elle, elle reste. Pour l'éternité. Alors tu comprends qu'à ce stade, on peut plus faire marche arrière. Traquant jusqu'à notre dernier souffle. Des centaines et des centaines d'année. Le stade de vasto lorde, beaucoup en rêve, j'en ai rêvé moi-même. Mais les conditions pour évoluer restent inconnues. Tout ce que je sais, c'est que la moindre morsure, la moindre blessure et tout est finit. Tu ne peux plus évoluer ni gagner en puissance. Un lourd fardeau pour quiconque puisse perde un combat. En général, c'est la fin de tout, tu te fais dévorer. C'est la loi du plus fort ici. Les faibles n'ont pas leurs places. Sur un champ de bataille, ton ennemi viendra pas te soigner, non. Il te tuera. Point barre. Voilà pourquoi il avait été si en colère. Il voulait lui faire réaliser à quel point son comportement avait pu être vexant pour un hollow. Être un hollow c'est s'engager dans une voix sans retour, n’apportant que souffrance et désolation. Alors je ne veux plus t'entendre te plaindre de ta vie de shinigami. De tes petites missions bien tranquille, tu ne connais pas la sensation de se sentir traquer à chaque instant, de ne pas pouvoir dormir, d'être sous le joug d'une peur immortelle, de marcher sur la corde raide. Mais, avec tout ce que j'ai raconté, la vie n'est pas non plus toute noir. Certain menos se regroupent, formant un clan, une meute voir une famille. ils rient ensembles, se protègent les uns les autres, chasses. Retrouvant une forme d'humanité. C'est tout ce que je sais, je n'ai jamais fais partit de ceux-là. Pour moi, ceux qui se regroupent sont faibles. Ils ne peuvent vaincre par eux-même. Et bien souvent, dès qu'on élimine le chef, y'a plus personne. Il tira cette fois une petit sourire malsain, prouvant qu'il avait déjà participé à ce genre de petites sauteries. Bref, pourquoi je te rabâche tout ça ? La vie d'ajuchas n'est pas enviable. C'est un cercle vicieux dont tu ne peux sortir. Dont tu ne pouvais sortir. Et Aizen est arrivé. Il s'est installé contre toute attendre ici, au Hueco Mundo, à battit Las Noches. A déchu l'ancien Roi, un vasto lorde qui ne gouvernait rien du tout en faite. Et ils nous a libérés. Tu ne l'aime pas, mais met toi à notre place. Des centaines d'années, tu subit cette faim qui te déchire les entrailles sans pouvoir l'apaisée, tu te bas, tente de survivre, souffre à chaque instant chaque secondes. Sans parler du fait qu'il n'y a jamais de répit, paf tu vas dans le monde des humains on te chasse et tente de te tuer. Et là, un gars débarque, un shinigami en plus. Il t'offre un gain monstrueux de puissance, fait disparaître ta faim. En théorie. T'offre un toit, un endroit où dormir sur des deux oreilles, sans craindre d'être attaqué. Il t'offre aussi la possibilité de discuter avec des gens, plus sereinement, de te sociabilisé, de te faire des amis même. De rompre pour beaucoup cette solitude qui nous ronge. Et en échange, rien qu'en échange, il te demande d'être présent quand il a besoin de toi. Comment refuser ? Je sais pas ce qu'il a fait à votre camp, à la Soul Society, mais pour moi, c'est une personne que je respecte. Il fut un temps où ce n'était pas le cas, où je venais tout juste d'être arrancarisé et que je ne comprenais pas encore toute l'étendu de ce que pouvait représenter cette aubaine si ce n'est le pouvoir. Mais maintenant, je vois clair. Je lui suis redevable. Nous lui sommes tous redevable. Et les rare traitre qu'il y a, les rares personnes qui se plaignent de lui ne sont que des êtres méprisant, égoïstes. Aizen ne se plaisait peut-être pas chez vous, je pensais que notre hiérarchie, notre société était identique à la votre, construite sur les mêmes bases. Mais avec ce que tu m'as dis... non. Pas du tout. Alors oui, Aizen, Tousen et Gin sont les supérieurs incontesté. Oui, il y a les espadas. Mais des ordres ? Nous en recevons jamais. Nous sommes libres de faire ce qu'il nous plait sans avoir peur des conséquences. Nous sommes libres. Aizen accepte tout le monde, je suis sur qu'il accepterait même les shinigamis exilés. Aucune pression, pas de contrainte... la vie d'un arrancar est tellement plus simple. Et puis, à las noches, une seule règle est établie. La loi du plus fort. Pas de copineries, pas d'avantages. Tu veux prendre du grade ? Tu veux être important ? A toi de prouver que tu as assez de puissance pour occuper le poste. Moi, mon rêve, c'est de devenir espada, pour ça, une seule solution. En vaincre un. Tout se joue au mérite, qu'importe celui que tu as en face de toi. C'est la seule chose qui compte. Après tout, personne ne peut te juge sur ton passé. Nous sommes tous pareille. »

C'est sur ces belles paroles qu'il allait terminer. Mais il se rendit compte qu'il avait oublié un point important. Il n'avait pas parlé tant que ça sur les arrancars en eux même, bien trop porté par son récit. Il reprit son souffle, se retourna sur le ventre afin d'être plus à l'aise. Il mit ses mains devant lui, les observants avec attention. Il tira un sourire.



« -Avec tout ça... j'ai oublié le plus important. Les arrancars en eux même. Je sais pas si c'est ça que tu voulais. Mais bon. je me rappellerais toujours de mon arrancarisation. Avoir des bras et des jambes... ça semble... normal pour toi, mais je trouve ça des plus bizarre, surtout les mains. C'est pratique, mais bordel... tu te serais tellement foutu de ma gueule au début. Quand j'ai dû me remettre à marcher après une éternité... surement des centaines d'années, on perd vite la notion du temps ici. Bref. Je suis pas un bon exemple en ce qui concerne les arrancars. Je t'en ai surement donné une mauvaise image. Faut dire que... j'suis plutôt sauvage, y'en a des beaucoup plus pacifiques que moi. Enfin, faut quand même se méfier. Y'a un moment j'ai croisé un petit con, il faisait semblant de copiner avec une shinigami et alors que je combattais plusieurs menos. Cet enfoiré est passé en resureccion et m'a attaqué dans le dos, moi ! Son propre allier ! Il était faible, il a même fuis quand je l'ai provoqué le duel, ce sale lâche. Je sais pas ce qui est advenue de la petite shinigami, elle est repartie avec lui. Sans doute qu'il l'a tué. Alors n'essaye pas de te lier d'amitié avec le premier venu. D'ailleurs, si tu le croises, méfie toi. Il a les yeux vairons, bleu/rouge et un trident en guise d'arme. C'est un putain de serpent... bordel, j'ai jamais autant parlé de ma vie... Une vraie gonzesse. J'te jure. »



Il disait ça sur le ton de la plaisanterie. Il avait totalement baissé la garde face à son adversaire, il se sentait même en confiance. Qu'est-ce que cela voulait bien dire ? Il était enclin à plaisanter avec lui. Cela n'était jamais arrivé auparavant... Ces humains... ils avaient bien un mot pour définir ça... ami. Non. Décidément trop peu pour lui.

-------------------------------------------------
(c) fiche par ocean lounge
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Du combat, seuls les lâches s'écartent. [PV. Taka]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Du combat, seuls les lâches s'écartent. [PV. Taka]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Du combat, seuls les lâches s'écartent. [PV. Taka]
» [Entrée Nord] Du combat, seuls les lâches s'écartent
» "Du combat, seuls les lâches s'écartent" Homère (terminé)
» Combat des Chixx!
» Un intrus sur nos terres ! Au combat ! (PV Tornade d'Azur)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach Incarnation :: Hueco Mundo :: Le désert blanc-