lienlien
   Shinigamis : 11 ‖‖ En conflit
  Prédef : On       Inventés : On
   Exilés : 05 ‖‖ Neutre
  Prédef : On       Inventés : On
   Vizards : 01 ‖‖ Alliés à la SS
  Prédef : On
    Humains : 03 ‖‖ Neutre
  Prédef : On       Inventés : On
    Quincys : 01 ‖‖ Neutre
  Prédef : On       Inventés : On
    Arrancars : 08 ‖‖ En conflit
  Prédef : On       Inventés : On



 

Partagez | .
 

 [Flash Back] Going Commando

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: [Flash Back] Going Commando   Lun 19 Oct 2015 - 13:26

Citation :
[Rôle play flash back ayant lieux il y a 60 ans au sein du Seireitei]


Bureau du commandant de la brigade d’incarcération au sein des locaux de la seconde division. Une odeur de tabac froid flotte dans l’air tendit qu’un pâle rayon de soleil éclaire la pièce à travers le store qui occulte la fenêtre. L’astre se lève à peine à l’horizon, la matinée s’annonce froide et brumeuse un temps maussade en accord avec le propriétaire des lieux. Avachit dans son fauteuil la tête en arrière, les yeux fixant le plafond jaunit de la pièce, le troisième siège de la seconde division n’as visiblement pas dormit de la nuit. Ces dernières années le sommeil fuit cet homme à la conscience agitée, bien que plusieurs décennies soient passées à présent, sa vie n’as jamais retrouvé la sérénité qu’il connu jadis, il flotte morose entre deux eaux d’humeurs discordantes.

Soudain la porte coulissante de son bureau s’ouvre, brisant la pénombre, une violente lumière venant du couloir lui brule les yeux alors qu’il grogne un juron incompréhensible. La jeune femme qui se tien devant lui est une jeune recrue fraichement diplômée de l’académie, un visage banal, des cheveux brun coiffé en queue de cheval, une stature de petite taille, les traits typiques d’une personne qui se fond dans la masse et dont on oublie facilement jusqu’à l’ennuyeuse existence, sans parler de son nom. Alors que le brouillard qui affligeait ses yeux s’estompe, Kazuya aperçoit clairement le mécontentement apparent dans le regard noisette de sa subalterne affichant une expression qu’il qualifierait de mi-désemparée mi-contrariée, pas réellement une franche colère mais très, très loin d’un contentement absolue. La jeune femme n’avait jamais une attitude réellement tranchée et malgré tout son mécontentement à l’égard de son supérieur, sa voix n’arrivait pas à rester ferme :

« Kazuya-sempaï vous êtes encore resté là toute la nuit ! »

Son regard se plisse alors qu’elle entre dans la pièce, reniflant l’air ambiant, une expression de désagrément traverse son visage alors que l’odeur de tabac qui imprègne littéralement les murs lui emplisse les narines. Kazuya voit venir de loin la prochaine réprimande :

« Vous fumez encore à l’intérieur sempaï ! »

Avec une moue presque dédaigneuse, Kazuya éloigne la main qui couvrait négligemment ses yeux pour vainement les protégés de la lumière, un brin trop brutale. Son regard se porte sur le reste de la scène, la pièce rectangulaire qui lui fait face semble à un fouillis de paperasses. Il se redresse, pose ses coudes sur le bureau qui lui fait face, son regard croise tour à tour un cendrier débordant de cendres et de mégots, des taches d’encre sèches et des documents épars, pour la plupart des rapports sur le centre de détention dont il a la responsabilité, mais aussi d’autres plus personnels.  Sa voix est calme, feignant négligemment la proximité dans un ton froid :

« Hoy Hazane, c’est pas très sympa de venir ronchonner contre un supérieur modèle qui reste toute la nuit ici par sens du devoir… »

Il se gratte la tête et s’étire, le craquement de son épaule lui soutire un grognement. Tendit qu’il ricane intérieurement de la crédulité de son interlocutrice, non pas par malice mais par ironie, il met en ordre un paquet de feuilles qu’il range consciencieusement dans un tiroir, ces documents font parties des œuvres « personnelles » du commandant de la prison, ce qui l’a réellement maintenu éveillé cette nuit comme celles précédentes. Il attrape un paquet de cigarette trainant négligemment sur le pupitre adjacent, le secoue pour juger du contenu, puis soupir avant de jeter le paquet cartonné en direction de la shinigami qui l’attrape au vol avant de reprendre :

« Passes chez grand-mère dans le 8e et prend moi un paquet tu veux ? J’ai des documents à apporter en mains propres aux gars de la sixième division. »

Il s’extrait du siège et grogne alors que  son dos craque. La jeune femme quand à elle contemple un court instant le paquet vide, blanc frappé d’une étoile rouge, une marque de cigarette bas de gamme du Rukongaï, avant de rétorquer :

« Vous fumer toujours ces cigarettes bon marché ? Pourquoi ne pas simplement arrêter ? »

Ramassant une pochette de papier débordant de documents, le shinigami ne prête qu’à moitié attention à sa subalterne plaintive, mais prit la peine de répondre d’un air las :

« Pas le choix, avant je pouvais gratter un senpaï pour les clopes… maintenant qu’il est plus là je dois faire avec... »

Son pied tape dans une corbeille et en renverse le contenu au sol, dans un grognement il laisse là les boulettes de papiers froissées et prend à bras le corps un carton emplit de documents sur des prisonnier intéressant des enquêteurs de la sixième division. Laissant là Ryoko Hazane, le commandant de la brigade carcérale sortit des quartiers de sa division afin de prendre le chemin de sa destination. L’air était décidément frais, il hâta donc le pas afin de ne pas prolonger cette désagréable expérience. Arrivant près des locaux de la sixième, il réfléchissait à la suite de son œuvre extra-professionnelle. L’esprit brumeux, son inattention le fit s’engagé dans l’angle d’un couloir sans remarquer que quelqu’un arrivait aussi dans la direction opposée.

Le choc le repoussa en arrière alors qu’il percuta un objet non identifié et que des documents volaient autour de lui dans une pluie de papier. Le douloureux contact du sol avec son arrière train  lui arracha une grimace alors qu’il constatait qu’il avait renversé un collègue de grande taille, arborant un brassard de la dixième division, mais inconnu au bataillon de la mémoire de Kazuya. Une rencontre fortuite qui n’allait pas encore donné une très bonne publicité de l’officier en charge des prisons. Se relevant il passa une main à l’arrière de sa tête tout en tendant l’autre à son nouvel interlocuteur, dans un air légèrement penaud :

« Désolé, j’aurais dû faire un peu plus attention où je mettais les pieds, rien de cassé ? »
Revenir en haut Aller en bas
Kyoshiro Hagami
Ex-Jû ban tai Yon Seki. Lonely Wolf
avatar
Messages : 28
Date d'inscription : 27/09/2015
Âge : 32
DC : Aucun... pour l'instant :v

Fiche perso
Niveaux:
52/100  (52/100)
Expérience:
0/8000  (0/8000)
Spécialité: Zanjutsu

MessageSujet: Re: [Flash Back] Going Commando   Dim 25 Oct 2015 - 10:49

Le soleil est à peine levé que notre 4ème siège de la 10ème Division se tient déjà apprêté devant son miroir, terminant d'ajuster sa longue chevelure en chignon.

'taku, je devrais peut-être les faire couper c'est d'un ennuyeux dès le matin...Mais bon, les midinettes de la division en sont folles alors autant ne pas les décevoir non?

Souriant après cette réflexion plutôt farfelue de sa part, Kyôshiro finit de nouer le petit bandeau bleu dans ses cheveux et disposa le chignon comme une queue de paon. Une fois ceci fini, le jeune homme sortit de ses quartiers pour se rendre au QG où ses trois supérieurs devaient présider une réunion sur le déroulement de la semaine à venir et des documents à classifier aujourd'hui ce qui rendit notre Yon Seki de bonne humeur.

Hum hum, une fois que tout cela sera terminé je pourrais profiter de ma permission et aller revoir ma petite Chizuru. 1 mois déjà depuis la dernière fois ça fait loin : j'espère qu'elle ne m'en voudra pas trop. Et puis à quatre le travail sera vite plié...J'ai hâte.

Accélérant légèrement le pas, Kyô poussa la porte coulissante du grand bureau,affichant un large et franc sourire radieux.

Ohayo gozaimasu minna-san!

Le bruit du vent qui lui répondit n'augurait rien de bon et le sourire sur son visage s'estompa

Shiba-taichô? Matsumoto-san? Vous êtes là?

Que le Capitaine et sa seconde ne soit pas à l'heure n'avait rien d'inhabituel. Mais que même le petit Hitsugaya ne soit pas là inquiéta un peu plus notre protagoniste.

Tôshirô-kun?
Au fond du couloir Hagami! lui répondit une voix enfantine étouffée par la distance entre eux.
Ahh...Yokatta!

Se dirigeant vers le lieu dit, Kyôshiro écarquilla des yeux en voyant la montagne de documents entassés sur le bureau, si grande qu'elle en atteignait presque le plafond.

Ahhhhh! Nananananananda kore wa?
Ca c'est le boulot du jour...plus celui de la veille que Matsumoto n'a pas fait. Tu sais bien qu'elle aime tirer au flanc en prétextant qu'elle recherche le capitaine Shiba non? Et j'ai une autre mauvaise nouvelle : le Capitaine ne viendra pas il a eu un ordre de mission quant à Matsumoto...Raaah celle-là, si j'étais Capitaine je lui expliquerait bien comment on fait à renfort de grands coups de pieds au c*l!

Tôshirô d'habitude si calme était hors de lui, signe d'un agacement envers la Vice-capitaine des plus grands.

Maismaismais et ma permission alors?
Désolé Hagami...
Eeeeeeh?

Et bien, voilà une journée qui commençait bien...N'ayant pas d'autre choix, Kyô et le San Seki s'occupèrent de la paperasse durant un long moment, rangeant les documents par division.

Tiens, il faudrait rapporter ceci à la sixième division c'est pour le Capitaine Kuchiki.
Hai...

Tête basse, Kyôshiro prit la pile de papiers sous son bras et prit la direction des quartiers de la sixième Division.

Grrr, Matsumoto no baba, j'espère qu'elle a du mal à décuver son saké ça lui apprendra à toujours nous laisser tout son travail! Tiens, je lui envoie une attaque mentale,bouh bouh!

Ruminant intérieurement sa colère contre sa supérieure - qu'il aimait bien malgré ses nombreux et multiples défauts - , le jeune homme eut un frisson en sortant : le vent s'était levé et rajouta une fraîcheur plus que malvenue au temps. Hâtant sa marche, il arriva rapidement au QG de la sixième, la colère passant à la déception de ne pas revoir sa femme après tant de temps.
Absorbé par ses pensées, Kyôshiro ne vit pas que quelqu'un arrivait en face à l'angle du couloir. Un choc et de la paperasse qui vole plus tard, Kyô était sur son arrière-train, se massant celui-ci en grimaçant.


Itetetete. Qu'est-ce que...?
Désolé, j’aurais dû faire un peu plus attention où je mettais les pieds, rien de cassé?

Un homme de taille moyenne et à la chevelure blonde se tenait devant lui, tendant une main pour l'aider à se relever. Vu sa tenue et son brassard c'était un collègue de la seconde Division. Et s'il possédait des documents importants ça ne devait pas être qu'un simple sous-fifre.

Non c'est moi, j'aurais du faire attention en marchant, j'avais la tête ailleurs.

Saisissant cette main tendue, Kyô se releva facilement et remarqua qu'il dépassait d'une bonne tête son interlocuteur qui affichait un air penaud contrastant avec son visage.

Et bien, nous avons mis un sacré remue ménage ici. Mon nom est Kyôshiro Hagami, Yon Seki de la 10ème Division. Et vous êtes?

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: [Flash Back] Going Commando   Dim 25 Oct 2015 - 15:33

Aidant son collègue à se relever, Kazuya écouta Kyoshiro se présenté, il était donc bel et bien l’un des hommes de Shiba Isshin et donc un collègue de Rangiku Matsumoto. A cette pensée, il eu presque de la peine pour lui, mais pour le moment reprenant une expression plus composée, il se présenta à son tour :

« Enchanté Kyoshiro-san, je m’appel Ochi Kazuya, San Seki de la seconde division. »

Il constata à son tour l’étendu des dégâts, son nouveau partenaire d’infortune transportait lui aussi une quantité impressionnante de dossiers qui maintenant jonchaient le sol autour d’eux. S’abaissant pour commencer à ramasser les documents à ses pieds, Kazuya laissa échapper un soupir quand il songea au temps que cela allait prendre pour trier tout cela et remettre les documents à qui de droit.

C’est à cet instant que son regard croisa une feuille de papier familière, s’empressant de la ramassée, le shinigami parcouru en diagonale la page où il avait décelé son écriture. Bien qu’il conservât une expression parfaitement neutre, Kazuya se décomposa intérieurement lorsqu’il se rendit compte de ce qu’il tenait. Entre ses doigts, une page du dernier volume de « Para-para-Paradise! » décrivant une scène particulièrement torride, s’était très certainement mêler par inadvertance avec les rapports de la prison. Un frisson d’effroi parcouru l’échine du commandant de la brigade d’incarcération, si par malheur d’autres pages se trouvaient mêlées au fouillis qui les entourait… et pire que cela si quelqu’un découvrait qu’il était Yuki Eiri… sa vie serait en danger !

Il devait trouver une excuse pour ratissé le tas de feuillets à l’abri du regard de Kyoshiro, très vite son esprit expert trouva l’alibi parfait et il s’adressa au shinigami avec un air assuré mais désolé :

« Hoy ! Désolé Kyoshiro-san, mais je transportais un document confidentiel en rapport avec des prisonniers sous ma responsabilité. Si cela ne vous dérange pas j’aimerais en retrouver les pages avant que nous ne remettions tout ça en ordre. C’est un rapport hautement secret qui ne doit être remis au capitaine Kukichi, désolé pour ça. »

Il espérait sincèrement que son confrère allait accepter cette excuse, tout ce qu’il y a de plus crédible. En tant qu’agent expérimenté de l'Onmitsukidō son mensonge était parfaitement indétectable, son ton assuré et franc. Il n’y avait aucune raison pour que le shinigami de la 10e division ne le croit pas ou tout du moins ne lui laisse pas le bénéfice du doute. Kazuya était navré de devoir en arrivé à ce genre de manœuvre mais sa vie était littéralement en jeu. A la pensé de ce que son capitaine pourrait faire si elle découvrait son identité secrète… un sentiment funeste traversa de nouveau son esprit comme si des dizaines d’aiguilles s’étaient plantées dans son dos. Attrapant au vol un nouvelle page de son ouvrage secret, Kazuya l’engouffra dans le porte document cartonné, tout en continuant sa recherche dans l’amoncellement de papiers.  
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Flash Back] Going Commando   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Flash Back] Going Commando

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Made in Flash Back
» Un professeur un peu spécial... [Flash Back]
» [Flash-back] Such a lonely day, the most loneliest day of my life [Anya ♥]
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Touché Coulé. [Flash-Back][Pv Ben]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach Incarnation :: Archives du clan Kuchiki :: Archives RPs :: RPs ordinaires-