lienlien
   Shinigamis : 11 ‖‖ En conflit
  Prédef : On       Inventés : On
   Exilés : 05 ‖‖ Neutre
  Prédef : On       Inventés : On
   Vizards : 01 ‖‖ Alliés à la SS
  Prédef : On
    Humains : 03 ‖‖ Neutre
  Prédef : On       Inventés : On
    Quincys : 01 ‖‖ Neutre
  Prédef : On       Inventés : On
    Arrancars : 08 ‖‖ En conflit
  Prédef : On       Inventés : On



 

Partagez | .
 

 FlashBack ~ It's for a good cause, I swear~ (Byakuya et Rukia)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tsukino Nadeshiko
Yon ban tai Hachi Seki
The silent flower

avatar
Messages : 273
Date d'inscription : 30/01/2016
Âge : 21

Fiche perso
Niveaux:
44/100  (44/100)
Expérience:
250/7000  (250/7000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: FlashBack ~ It's for a good cause, I swear~ (Byakuya et Rukia)   Dim 15 Mai 2016 - 19:01



Il existait des patients plus redoutables que d'autres...

Des patients qui n'hésitaient pas à disparaitre lorsque le moment était venu de s'occuper d'eux, mais ceux-là se faisaient rapidement rattraper par les infirmières. Des patients qui soudain, allaient beaucoup mieux et signer les papiers qui leur permettraient de quitter les lieux. Puis, il y avait les patients d'autorité supérieurs. Ceux-là, se permettaient d'oublier volontairement un passage à la quatrième, qu'importe leur état de santé, sachant pertinemment que personne ne viendrait les chercher. C'était le cas du Taicho Kuchiki Byakuya, qui avait ignoré tous les messagers de l'enfer que nous avions envoyé à ce propos. Si j'avais l'homme en horreur depuis son dernier passage à la 4e, je détestais plus que tout faillir à mon travail, c'est pourquoi j'avais concocté tout un plan pour parvenir à mes fins et m'occuper de l'oeil blessé de celui-ci. Je ne pouvais définitivement pas me pointer à la 6e division pour lui demander de me suivre gentiment, non seulement il ne le ferait pas mais augmenterai probablement son reiatsu pour me faire succomber. En revanche, il ne soupçonnerait surement pas un membre de sa famille, n'est-ce pas?  

Ainsi, avec les connaissances d'Ibara sur la fabrication des somnifères très puissants, et l'aide non volontaire des infirmières, j'avais concocté un petit gâteau capable d'endormir le diable avec son propre consentement. Je devais bien admettre que pour une fois, les subalternes commères qui me servaient de collègues m'avaient été utiles, connaitre autant les gouts alimentaires de nos supérieurs revient tout de même à de l'espionnage pur et simple. Mais qu'importe! J'avais donc préparé une petite lettre à l'attention de Kuchiki Rukia, lui expliquant la situation dans laquelle je me trouvais, et l'importance des soins que son frère avait manqué - Trois semaines de retard c'est beaucoup trop! Celle-ci s'était avérée très compréhensive, et je lui avais donc expliqué mon plan, endormir la bête et l'emmener durant son inconscience à la quatrième afin de parfaire tous les examens nécessaires à sa santé.

Oh rien de bien compliqué en soit, j'ai juste préparé des petits moelleux à la banane, avec une bonne dose de somnifère hindoue - du basilic sacré réduit en poudre - et du thé vert infusé à l'ancienne parfumé avec des écorces d'orange pour masqué là aussi le somnifère. Je savais qu'il était parfaitement efficace pour l'avoir fait gouter à l'un de mes patients de la 11e, qui s'était endormit en quelques secondes à peine. J'avais donc apporté le plateau de victuaille à la cadette des Kuchiki, lui expliquant que les deux étaient parés de somnifères très puissants, et que les membres de mon équipe s'occuperaient de porter le brancard jusqu'à notre division dans la partie ophtalmologie. Voyez ici à quel point mon métier de chirurgienne a des branches diverses, je suis multifonction!

J'étais en train de préparer la salle pour accueillir mon patient, lorsque Kazuo, l'un de mes subalterne, m'indiqua l'heure. D'ici quelques minutes, Kuchiki Taicho succomberait au sommeil, autant se préparer pour le départ! Je me lavais les mains une dernière fois, et ordonnais à Toki et Haruna de préparer le siège, tandis que les garçons retiraient leur blouse, et m'emboitaient le pas. Aucun d'entre nous n'étaient doué pour le shunpo, mais nous étions rapide et prompt à l'action. Le brancard était pour l'instant plié et jeté nonchalamment sur l'épaule de Minato. Ce grand blond ne donne vraiment pas l'impression d'être un membre de notre division, mais c'est un kinésithérapeute excellent! Je devais bien admettre que sa présence dans mon équipe était agréable, si la plupart des gens ne nous respectaient pas, ils le craignaient énormément, cette allure de viking et ses bras puissants lui donnait un aspect proche de ceux de la 11e.

Nous traversions à présent les couloirs de la 6e divisions, et nous n'allions pas tarder à atteindre les bureaux des hauts gradés. J’espérais que le capitaine dormirait déjà à notre arrivée, mais avec cet énergumène, rien n'était sur... Ce qu'il faut se dire, c'est que c'est pour la bonne cause!



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Kuchiki Byakuya
Roku ban tai Taïcho | Cerisier Blanc
avatar
Messages : 2295
Date d'inscription : 02/07/2011
Âge : 34
DC : D'ongil Takouya

Fiche perso
Niveaux:
79/100  (79/100)
Expérience:
13370/17000  (13370/17000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: FlashBack ~ It's for a good cause, I swear~ (Byakuya et Rukia)   Mer 1 Juin 2016 - 21:51




En cette journée, le noble capitaine de la Sixième Division, semblait plus accessible désormais. Du moins auprès de ses hommes. Il ne portait plus de bandeau non plus.. ce qui ne passait pas inaperçu, et qui rassura pas mal de monde. L'on se demandait encore il y a peut, s'il allait rester borgne, non sans redouter alors un Taicho encore plus affecté. Personne n'ignorait la fierté de Byakuya. Ce dernier en effet, aurait bien mal vécu cette affaire si cela avait été jusque là. Cependant, quand bien même il pouvait désormais voir de ses deux pupilles toujours aussi anthracite, notre chef de clan n'était en rien privé de quelques médicaments et désagréments. Sans doute lié à la fatigue, Byakuya se retrouve contraint de renoncer à lire le moindre rapport, car sa vue se trouble.  Ce n'est point pour autant qu'il confiait aussi ce genre d'information. Véritable maître de l'apparence, le noble Roku Ban Tai Taicho savait parfaitement calfeutré ses faiblesses. Seuls ceux qui étaient chargé de son dossier au sein même de la Quatrième Division et Unohana elle même connaissaient son évolution et c'était bien  suffisant à son goût. D'ailleurs, pour faire une petite parenthèse, voici quelques jours déjà qu'il se devait d'aller leur rendre visite pour faire le point, mais notre borné de capitaine ici présent, faisait mine de l'oublier, prétextant un manque de temps. Ceci pouvait passé pour quelque chose de tout à fait acceptable quand on connaissait aussi ses devoirs. Non seulement il se devait de tenir une Division, mais aussi sa propre demeure et les intérêts du clan qu'il représentait.  Byakuya n'était point reconnu pour être pour ainsi dire, un inactif. Bien souvent même, il lui arrivait d'en faire trop.  

Hors donc, en ce jour, notre Roku Ban Tai Taicho  oublia sciemment encore cette rencontre fâcheuse et désobligeante, préférant se fixer sur le mont dossiers qui ornait son bureau si impeccablement rangé. Cette fois ci il avait épargné son Vice capitaine d'une telle tâche, lui intimant plutôt d'aller entraîner leur hommes. Le noble le savait plus efficace en cela.. et puis il lui devait une faveur. En effet Renji avait fait beaucoup pour lui, lors de sa convalescence. Sans lui, sans doute que Byakuya serait encore à s'enfermer en sa bulle et s’entraîner jusqu'à se rendre  compte, bien trop tardivement, qu'il se trompait de route.  Bien qu'il ne portait plus aucune trace de sa captivité à présent, il lui restait encore les souvenirs cuisants... Même encore à présent, il avait bien du mal à se promener la nuit. Lui qui appréciait ce genre de moment pour se détendre et réfléchir. Le Hueco Mundo avait su imposer sa marque en sa chaire et son esprit. Mais à présent le chef  du clan Kuchiki  s'était renforcé et la paix résidait en son être. Son but était clair, que ce soit pour lui comme pour ses hommes et la Soul society. Serein et plus accessible, il lui avait fallut que quelques jours pour constater que cet état d'esprit avait rassembler toute la Division. C'était une chose des plus positive au vue de la situation actuelle.  La tension de cette guerre était palpable.

Sagement assit sur sa chaise,  Byakuya venait ajouter une signature d'un geste aussi noble que maîtrisé sur le document qui restait coucher sur la surface plane de la table. Encore une patrouille qui paraissait s'être déroulé sans histoire. C'était toujours cela de prit, mais notre capitaine savait que tout ceci n'était que le calme avant la tempête. L'ennemie frappera.. à moins que ce soit eux qui frappent les premiers.. changeant alors un peu la donne pour le coup. Mais visiblement, le Sotaicho avait une autre idée en tête.. comme de renforcer cette alliance avec les Vizards. C'était une bonne chose, quand bien même c'était la Sixième Division qui s'en portait garante. C'était un honneur, mais aussi une chose bien délicate... mais après tout, la diplomatie semblait être dans les cordes de Byakuya. Chose un peu surprenante quand on connaissait sa jeunesse un peu trop trépidante au goût des anciens de son clan. Sa main droite reposa alors le pinceau sur son support, avant que de sa consœur, il vint tout simplement à refermer le dossier. Puis, d'un mouvement aussi élégant que précis, le noble quitta sa chaise pour se diriger vers le fond de la pièce où de l'eau chaude attendait a venue, dans une théière.  Là il se servit de thé préféré, quand bien même ce n'était pas tout à fait celui du domaine et attrapa sa tasse qui se fit agréablement chaude dans le carcan de ses doigts.

Chaleur  à la fois réconfortante et  douce.. l'invitant à détendre un peu ses épaules et sa nuque encore un peu roide de ce début de journée administrative.  Son regard gris acier s'attarda un temps sur cette pièce bien silencieuse, avant de s'arrêter sur  la fenêtre.. Lentement, Byakuya s'éloigna  de la théière pour venir vers cette dernière et glissa un œil intéressé sur ce qu'il pouvait bien se passer en contre bas. Un moment de détente rare de sa part, mais nécessaire, alors qu'il surprenait deux officiers qui conversaient gravement sur le thème de cette guerre... Quand aura-t-elle une fin ? Byakuya n'avait pas cette réponse, mais il savait au moins une chose. C'est qu'il sera toujours debout pour aboutir à une paix durable et il fera payer ce déshonneur....On ne lui enlèvera plus aucun homme de sous sa responsabilité sans qu'il ne puisse rien faire.. et jamais plus il ne retournera dans les cellules sombre de Last Noches.  Sa main se serra un peu plus sur sa tasse jusqu'à ce que cela lui brûle un peu les phalanges, le rappelant à l'ordre.  Alors, Byakuya éleva lentement le contenant à ses lèvres et savoura une gorgée salvatrice, avant de s'éloigner de la vitre pour retourner à son bureau . Il y avait cependant, une chose à laquelle le capitaine ne savait pas.. c'est qu'une personne des plus roublardes allait bientôt se présenter à lui.... avec un rappel assez cuisant... une chose qu'il faisait exprès d'oublier chaque matin.

_________________

« Nous ne devons jamais verser de larmes. Les larmes ne sont rien d'autre que la défaite du corps contre le cœur. Elles constituent la preuve que garder un cœur ne sert à rien d'autre qu'à s'affaiblir. »


Ma galerie
Revenir en haut Aller en bas
https://www.facebook.com/Mariews-549408925120096/
Chappy Girl
Chappy Girl
avatar
Messages : 209
Date d'inscription : 09/07/2015
Âge : 27

Fiche perso
Niveaux:
60/100  (60/100)
Expérience:
3650/8000  (3650/8000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: FlashBack ~ It's for a good cause, I swear~ (Byakuya et Rukia)   Mer 22 Juin 2016 - 23:08



It's for a good cause, I swear
ft. Tsukino Nadeshiko & Kuchiki Byakuya


Aujourd’hui n’était pas une journée comme les autres pour moi. Non.. Pas du tout même. J’étais sortie il y a quelques semaines seulement de la quatrième division, ayant dût y rester pendant un temps après mon combat contre Ulquiorra. Les blessures que j’avais eu étaient maintenant bien guérit, mais j’avais toujours en tête ce qui c’était passer. Je devais absolument essayer de devenir plus forte, vu le comment j’avais lamentablement perdu contre l’Espada. D’accord, nous nous en étions tout de même sortie, mais Ichigo et moi avions quand même faillit y rester. Je devais absolument être prudente maintenant. Je n’étais pas encore de taille contre un Espada, m’enfin, ça ne me décourageait pas plus que ça.

Tout en étant perdu dans mes pensées, je regarder le petit paquet que j’avais entre les mains. Voilà le pourquoi ma journée n’était pas comme les autres. Je devais donner le contenu à mon frère, mais je n’avais aucune idée si je devais vraiment le faire ou non. Qu’allait-il pensée par la suite ? Non mais.. Qu’elle idée encore d’essayer de donner un gâteau remplit de somnifère à un capitaine ? Tsukino-chan avait surement perdu la tête. Et pourquoi avais-je finalement accepter ? J’en tremblais encore tellement j’étais nerveuse à l’idée de droguer mon frère. C’était peut-être pour une bonne cause, mais bon sang.. Comment est-ce que les gens me regarderaient par la suite ? Ça allait surement avoir une répercussion sur le clan.. Non ? Le pire, je ne pouvais même pas reculer maintenant. J’avais donné ma parole à Tsukino-chan que le paquet serait délivré et que je m’assurerais que mon frère mange le gâteau. Il n’en restait pas moins que je n’aimais pas du tout l’idée. N’y avait-il pas un autre moyen pour le faire aller à la quatrième pour son œil ? Je savais très bien la réponse.. Non, il n’y en avait pas. Il était assez têtu quand il le voulait, ça, je le sais parfaitement.

Je posai le paquet sur la table devant moi. J’avais les mains qui tremblaient beaucoup trop et je risquais d’échapper le tout par terre. J’essayais de retarder le plus possible le moment où je devrais donner ce présent, si on pouvait appeler cela comme ça, à Nii-sama. Il allait certainement me passer un savon quand il découvrira que j’étais au courant du contenu. J’allais surement être renvoyer de la famille Kuchiki.. À cette pensée, j’ouvris les yeux en grand. Je devais absolument faire marche arrière maintenant. Je ne pouvais pas aller de l’avant avec ce plan.. Mais c’était pourtant pour son bien.. Je devais me le répéter une fois de plus. Oui, je le devais, peu importe les conséquences qui s’en suivrait. Il avait besoin de son traitement, mais il ne voulait pas y aller de lui-même.

Prenant mon courage à deux mains, je ramassai le gâteau et me levai pour sortir de ma chambre. J’étais revenu plus tôt de ma division aujourd’hui et je savais que Nii-sama était encore à la sienne. Je m’y dirigeai donc, non sans culpabiliser, même si je ne le laissais aucunement transparaitre. Je devais agir normalement pour n’éveiller aucun soupçon, surtout venant de mon frère. C’était primordial sinon, le plan de Tsukino-chan tombait à l’eau. Je me dirigeai rapidement vers le bureau de Nii-sama. Je devais faire au plus vite. Tsukino-san allait bientôt arriver. J’avais peut-être un peu trop retardé le moment finalement.

Cognant doucement, mais assez fort pour qu’on m’entende, j’attendis ensuite patiemment d’être invité à entrer. J’étais de plus en plus nerveuse et j’essayais de reprendre le contrôle sur moi-même avant de devoir passer la porte. Je n’allais pas y arriver si cela continuait comme ça.

made by lizzou – icons & gif by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Tsukino Nadeshiko
Yon ban tai Hachi Seki
The silent flower

avatar
Messages : 273
Date d'inscription : 30/01/2016
Âge : 21

Fiche perso
Niveaux:
44/100  (44/100)
Expérience:
250/7000  (250/7000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: FlashBack ~ It's for a good cause, I swear~ (Byakuya et Rukia)   Mar 28 Juin 2016 - 18:19


Il ne nous restait qu'une dizaine de mètres à parcourir avant d'atteindre les bureaux de Kuchiki-Taicho, lorsque plusieurs imprévus me sautèrent aux yeux. Je fus d'ailleurs forcée d'arrêter mes deux subalternes masculin dans leur marche, plaçant un bras devant chacun d'entre eux. Kuchiki Rukia-sama était en train de toquer à la porte coulissante du bureau de son frère, mon précieux gâteau emballé entre ses mains, nous étions donc soit venu trop tôt, soit cette dernière avait hésité. Vu les fluctuation dans son reiatsu, je penchais pour la seconde hypothèse. Dans tous les cas, nous devions attendre que le patient récalcitrant n'ait avalé mon somnifère, c'est pourquoi nous fîmes une pause assez brûtale au milieu du couloir. Nous attendîmes alors sans bouger que la jeune Kuchiki ne soit invitée à rentrer. Lorsque ce fut fait, je repoussais légèrement mes subalternes et futurs porteurs, pour m'approcher en silence de la porte coulissante de nouveau fermée.

Je m'appuyais contre celle-ci très légèrement, cherchant à écouter ce qu'il se disait. Mais comme les problèmes n'arrivent jamais seuls, je vis au loin la silhouette d'une femme que je reconnaissais bien trop. Ozalee arrivait, des bouteilles vides dans les mains, et une expression de fureur incroyable peinte sur le visage. Elle semblait avoir la même porte pour cible, sauf que je ne pouvais la permettre de déranger mon entreprise. L'ensemble de l'action fut très rapide, alors que je me jetais sur mon amie et la bâillonnais d'une main, l'entrainant dans un placard à balais, suivie de prés par Minato et Kazuo. Nous fûmes alors tous très serré dans l'étroite petite pièce, le brancard maintenu par Minato servait maintenant à nous garder Ozalee et moi contre le mur, alors que je gardais ma main sur sa bouche pour la faire taire, mais nous étions trop serré ici. Et l'inévitable eut évidemment lieu, le brancard s'ouvrit, dévoilant les roues de ce dernier dans un immense fracas sur le sol, et attira l'attention. La porte s'ouvrit avec une délicatesse purement inexistante, et le visage tatoué du lieutenant de la 6e division, aussi connu comme Abarai Renji apparu. Quelques secondes de latences, et il referma la porte violemment, alors que la brune en otage tentait de se débattre, le reste du brancard s’effondra sur la porte, qui se rouvrit une fois de plus avec violence.

Nous nous sommes tous écraser sur le sol, le lieutenant se retourna violemment, alors qu'il s’apprêtait à rentrer dans le bureau du Taicho. J'eus à peine le temps de tendre ma main et de crier non, qu'Ozalee se détachait de mon étreinte et partait en courant à la poursuite du lieutenant au cheveux rouge dans des hurlements stridents. Nous les vîmes disparaitre au détour d'un couloir dans un bruits de bataille infernale, et je due cligner plusieurs fois des yeux pour comprendre ce qu'il s'était passé. Déprimant... Je me relevais alors, aidée par Minato qui me replaça l'épaule sans prévenir, je dus d'ailleurs geindre légèrement parce qu'il se mit à rire accompagné de Kazuo. Ils replièrent le brancard, et nous retournâmes derrière la porte du bureau de Kuchiki-Taicho, dans l'espoir, cette fois-ci, de ne plus subir aucun problème. Je collais donc mon oreille contre la porte et, comme je n'entendais plus rien, je décidais de toquer légèrement sur cette dernière. Il n'y eut aucune réponse, ni du Taicho récalcitrant, ni de sa sœur adorable, surprise, je finis par faire coulisser la porte très lentement, histoire de voir ce qu'il se passait.

Mon souffle se glaça au fond de ma gorge alors que la scène qui se jouait sur mes yeux me figeait de surprise... Mais qu'est-ce que c'était encore que ce bordel?


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Kuchiki Byakuya
Roku ban tai Taïcho | Cerisier Blanc
avatar
Messages : 2295
Date d'inscription : 02/07/2011
Âge : 34
DC : D'ongil Takouya

Fiche perso
Niveaux:
79/100  (79/100)
Expérience:
13370/17000  (13370/17000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: FlashBack ~ It's for a good cause, I swear~ (Byakuya et Rukia)   Lun 25 Juil 2016 - 18:53




Sa dextre venait à peine de déposer la tasse de thé vide sur le rebord de la table, que Byakuya ressentit alors la présence de sa cadette dans le couloir... ça le surprenait pour la peine, parce qu'il ne s'attendait pas du tout à sa venue... à moins que cela ne soit purement professionnel. Mais quoi qu'il en soit, il était assez rare de voir un divisionnaire de la Treizième venir ici.. A moins que ce ne soit pour Renji ?.. Apparemment non, car l'énergie dégagée, bien que maîtrisée paraissait dépasser les quartiers du Fukutaicho des lieux pour se rapprocher des siens.. Soit... Notre Roku Ban Tai taicho était au fond de la pièce juste derrière la bibliothèque quand on vint enfin frapper à sa porte. Une manière un peu timide d'ailleurs. Chose qu'il nota pour sa part, dans un coin de son esprit.. Visiblement sa cadette était nerveuse.. A moins que cela ne soit qu'une erreur d’interprétation. Quoi qu'il en soit, Byakuya se contenta de proférer de sa voix atone, un simple entré.. l'invitant ainsi à pénétré dans son repère à dossiers, tandis qu'il  se déplaça de lui même vers le centre de la pièce.. non loin d'un petit canapé et d'une table basse.  Bien loin d'imaginer qu'on lui jouait en ce moment même.. un bien mauvais larcin, dans le but louable.. mais contestable, que de vérifier son œil.

Laissant donc entré sa sœur, le noble Kuchiki nota alors en ses mains un bien étrange paquet.. et qui plus est qui sentait la cuisson plutôt.. sucré.. A moins qu'il ne se fourvoie.. Sans doute un présent .. mais pourquoi donc ? Il est vrai aussi que ces derniers temps, Byakuya n'avait guère discuté avec sa sœur.. trop concentré sur ses soucis et pour remettre de l'ordre en sa Division, tout en assurant l'Alliance. C'est en réalisant un peu ceci, que le noble capitaine eut un peu de remord envers sa cadette. Il devrait faire plus attentions envers elle. Sans doute que ce qu'elle détenait entre ses mains était une manière de les rapprocher.. Auquel cas, notre Roku Ban Tai Taicho ne se voyait pas lui dire qu'il n'aimait pas vraiment les choses sucrés.... mais plutôt salé.  Ceci serait bien mal venu face à cette tentative d'approche. Mais encore une fois, Byakuya était bien loin de comprendre l'affaire, lui qui pourtant était doué pour voir les subterfuges... mais pas venant de sa sœur. Il la salua brièvement, comme il le faisait toujours, mais sans aucune froideur. Puis de sa voix monocorde et un peu traînante, il se mit à rompre le silence.


Que me veux tu Rukia ? Est ce pour moi ?

Désignant de ses yeux gris acier le petit contenant. A ce moment là.. il crut vaguement entendre du vacarme dans les locaux.. Ceci semblait un peu étouffé....A moins qu'il avait rêvé.. car cela cessa assez rapidement. Sans doute que Renji avait fait la police. Ce dernier faisait toujours en sorte que personne ne dérange le chef des lieux. C'est bien une chose qu'il appréciait chez son  subordonné direct.. bien qu'il avait des manières un peu brusque lors des entraînements..et sans parler du Kido, il ne manquait jamais de respect et ne se trompait jamais en ce qui concernait l'étiquette envers la hiérarchie. Alors qu'il fit un pas, comme pour encourager sa jeune sœur à agir, il tendit son bras droit, comme pour prendre le boîtier.. mais c'est alors qu'un léger grincement ce fit entendre en direction de la porte.. Cette dernière s'entrouvrait.. Iee.. il y avait une personne derrière, c'était une évidence.. et ce n'était pas pour l'agacer.. alors que sa main se suspendit dans les airs.. à quelques centimètres seulement du gâteau encore en sa boîte.  

Nanda... qu'est ce à dire que ceci ?

Passablement agacé sous son aspect parfaitement maîtrisé et insondable.. sa voix n'avait pas monté dans les octave pour un sous.. mais malgré tout, il faisait bien comprendre qu'il n'aimait guère l'espionnage.  Non seulement on le dérangeait.. mais en plus, alors qu'il était avec sa cadette.. Renji avait dû oublier un lutin quelque part.. visiblement. Quoi qu'il en soit, la personne avait intérêt à dévoiler son identité et rapidement.


_________________

« Nous ne devons jamais verser de larmes. Les larmes ne sont rien d'autre que la défaite du corps contre le cœur. Elles constituent la preuve que garder un cœur ne sert à rien d'autre qu'à s'affaiblir. »


Ma galerie
Revenir en haut Aller en bas
https://www.facebook.com/Mariews-549408925120096/
Chappy Girl
Chappy Girl
avatar
Messages : 209
Date d'inscription : 09/07/2015
Âge : 27

Fiche perso
Niveaux:
60/100  (60/100)
Expérience:
3650/8000  (3650/8000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: FlashBack ~ It's for a good cause, I swear~ (Byakuya et Rukia)   Sam 20 Aoû 2016 - 21:42



It's for a good cause, I swear
ft. Tsukino Nadeshiko & Kuchiki Byakuya


Restant bien immobile devant la porte, j’attendis patiemment d’avoir la permission d’entrer, non sans avoir bien du mal à contrôler mes tremblements. Mon frère allait me tuer une fois qu’il saurait que je l’ai drogué pour qu’il s’endorme et que Tsukino-san puisse lui administrer les soins nécessaires à son œil. C’était peut-être pour une bonne cause, mais je m’en sentais tout de même mal. Je n’avais jamais, au grand jamais, duper mon frère auparavant et ça m’était impensable que je m’apprêtais à le faire. Mais je savais que je devais faire vite. J’avais pris beaucoup trop de temps pour venir jusqu’ici et Tsukino-san allait bientôt arriver. J’étais vraiment à la bourre.. Tsukino-san allait m’en vouloir elle aussi si je n’allais pas jusqu’au bout. J’étais donc partager entre mon frère, et Tsukino-san.. M’enfin, mon frère représentait une bien plus grande peur pour moi. Qu’allait-il penser par la suite ?

J’entendis alors la voix de mon frangin me dire d’entrer et j’en échappai presque le paquet que j’avais dans les mains. Soufflant alors une nouvelle fois, j’entrai lentement, affichant un sourire rayonnant. C’était rare que j’aie des moments avec mon frère et il fallait que je me sente coupable au plus profond de moi lorsque, enfin, je pouvais avoir un moment seul à seul avec lui. J’essayais pourtant de paraitre comme à mon habitude.. Je devais montrer un peu moins timidité. J’étais toujours timide face à lui, mais là, c’était sur un niveau de jamais vu et il allait surement commencer à me poser des questions.

M’avançant lentement, je ne pouvais pas le regarder dans les yeux, non pas que j’en avais l’habitude de toute façon. Je m’inclinai alors légèrement devant lui lorsque j’arrivai à une distance raisonnable.. Et, encore une fois, j’avais failli échapper le maudit paquet dans mes mains. Une chance pour moi, cela n’avait pas paru du tout.. je crois.. j’espère.. Je le lui tendis alors qu’il me demandait si c’était pour lui.

- Hai, nii-sama. J’ai pensé que vous aimeriez un présent, pour votre retour parmi nous. Nous n’avons pu passer beaucoup de temps ensemble et j’aurais espéré..

Je ne pus finir ma phrase qu’un vacarme s’entendait à l’extérieur. Je fronçai alors des sourcils et transpirai un petit peu. Était-ce déjà Tsukino-san qui arrivait ? Elle devait croire que nii-sama était déjà endormie, mais je n’avais pas eu le temps encore de lui faire avaler une part du gâteau.. J’ai peur pendant un instant. Peur que le plan échoue au final. Parce que si Tsukino-san entrait maintenant dans la pièce, son frère allait découvrir plus tôt que prévu que j’avais voulu lui faire prendre des somnifères. Je soupirai intérieurement, essayant de faire abstraction de tout ce qui nous entourait et sourit grandement à mon frère alors qu’il tendait le bras pour prendre la boite. J’étais contente en un sens. Peut-être avais-je encore un peu de temps ?

Alors que cette idée me passait par la tête, j’entendis la porte grincer derrière moi et j’ouvris les yeux en grand. Non, non. Pas maintenant, s’il vous plait.. Je tournai la tête vers le shoji et pu l’apercevoir qui s’ouvrait.. Ce qui me fit lâcher bêtement le gâteau qui alla s’écraser par terre, la boite s’ouvrant complètement. Super, c’était bien ce qui me fallait.. Qu’allait-on pensée de moi maintenant ? Ce n’était pas dans mes habitudes d’être autant maladroite.. Je me penchai donc pour essayer de ramasser ce que je pouvais.

- Merde.. Gomen..

J’aperçue ensuite Tsukino-san dans l’encadrement du shoji et lui lançait un regard, m’excusant par la même occasion d’avoir gâcher son plan.. J’allais me faire engueuler moi pour avoir voulu entourlouper mon frère.. et avoir saboter le gâteau que Tsukino-san avait préparé spécialement pour l’occasion.. Je baissai alors la tête, me remettant au nettoyage. Pourquoi est-ce que j’avais accepté de participer à tout cela encore ? Je me le demandais bien..

made by lizzou – icons & gif by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Tsukino Nadeshiko
Yon ban tai Hachi Seki
The silent flower

avatar
Messages : 273
Date d'inscription : 30/01/2016
Âge : 21

Fiche perso
Niveaux:
44/100  (44/100)
Expérience:
250/7000  (250/7000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: FlashBack ~ It's for a good cause, I swear~ (Byakuya et Rukia)   Dim 23 Oct 2016 - 6:50


Je venais tout juste d’entrouvrir le shoji, et évidemment, si la scène que j’avais sous les yeux signifiait pour moi un véritable cauchemar, je regrettais aussitôt d’avoir pensé que mon plan serait sans faille. La terreur s’emparait désormais de moi, et un frisson d’horreur vint courir le long de mon échine. La gestuelle de tous était en suspends. Kuchiki Byakuya avait sa longue main tendue en direction du coffret dans lequel se trouvait le moelleux à la banane que j’avais confectionnais, et Kuchiki Rukia tendait encore celui-ci dans sa direction. Les deux étaient figés, le regard courbé dans ma direction. Si j’avais été prête à tous les scénarii possibles, celui-là ne faisait définitivement pas parti des idées qui s’étaient nichées dans mon esprit. J’étais en cet instant tétanisée et mon souffle était gelé au fond de ma poitrine.

Tout se passa alors très vite, la voix polaire du Taicho résonna dans la pièce étroite, demandant ce qu’il se passait avec une intonation qui me parût mauvaise. Et Kuchiki Rukia échappa avec une maladresse qui lui était inconnue le coffret dans lequel se trouvait mon gâteau. Le tout s’écrasa au sol avec violence dans un bruit retentissant, et je cru que mon cœur avait cessé de battre. Rukia-sama sembla revenir à ses esprits rapidement, et je pu l’entendre jurer avec une distinction parfaite, ce qui me rappela que le silence en ces lieux était terrible. La plus jeune des deux Kuchiki se pencha alors pour ramasser avec grand peine le cake et le coffret de bois qui le contenait. Je n’avais toujours pas bougé, mon souffle s’était tarit au fond de ma gorge et ma bouche était aussi sèche qu’une botte de foin en attente.

C’est fou, mais je pense que c’est la pire journée de toute ma vie.

Bon, se ressaisir, je suis la chirurgienne la plus douée de toute la division, huitième siège depuis prés de cent ans et femme d’honneur. Je ne vais pas me laisser intimider par un jeune capitaine d’à peine plus d’un siècle, jamais ! Je suis une femme forte, je suis guérisseuse, je suis shinigami ! J’ai un minimum de courage ! –Non, je n’ai rien du tout, je suis terrifiée et je rêverai de ne plus être là… - « Tu comptes laisser ce patient sans soin ? Il pourrait perdre la vue ! » La voix d’Ibara me rappela à l’ordre et je cru que j’allais défaillir. Je ne POUVAIS PAS laisser un patient dans cette situation ! HORS DE QUESTION ! Je devais l’emmener dans la salle ophtalmologique et lui faire passer le scanner, quitte à lui faire suivre un traitement en cas de problème. Mais je ne le laisserai pas ici sans rien faire.

J’ai pris une longue inspiration, puis j’ai ouvert le reste du Shoji d’un geste vif bien que légèrement tremblant. Alors, je me suis inclinée avec toute la grâce qui m’était possible en tant que noble, devant les deux personnes qui me faisaient face. J’entendis mes confrères et acolytes se racler la gorge et faire de même rapidement, frappant involontairement le brancard contre le mur en tentant de le cacher. Là, je dû moduler ma voix pour que celle-ci cesse de trembler et j’ai prononcé ce qui me semblait être la seule chose à dire dans ce genre de moment funeste que tout membre de la 4e division eut un jour à subir.

« Je suis Tsukino Nadeshiko, huitième siège de la quatrième division, Kuchiki Taicho. Vous étiez attendu il y a deux semaines aux bureaux de la 4e pour passer un scanner ophtalmique, mais vous n’êtes jamais venu. Après deux relances de cette demande, mon équipe et moi-même en avons conclu que vous ne vouliez point vous rendre sur place par la faute de votre labeur. Nous sommes donc ici pour assurer votre visite dans nos quartiers et ainsi les soins qui peut-être, seront nécessaire. » Je n’ai quasiment pas tremblé, mais ma voix était plus haute perchée.

Je lançais un regard en direction de Rukia-sama, tentant de lui faire comprendre que ce n’était pas grave et que je prenais les choses en main à présent. J’avais évité de parler de mon plan totalement raté, ce serait tous nous inculper pour empoisonnement sans motif réel. En revanche, j’espérais que Kuchiki Rukia appuierai mon point de vu et pousserai son terrible frère à venir passer ce foutu scanner. Parce que je venais de donner tout le peu de courage que je possédais en une seule tirade, et que je n’étais clairement pas capable de protester et de le tirer de force si ce dernier refusait de nous suivre. C’était peut-être pour la bonne cause, mais je commençais à douter du bien fondé de cette histoire en ce qui allait me concerner plus tard.

Si seulement j'étais restée dans mon bureau aujourd'hui...

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Kuchiki Byakuya
Roku ban tai Taïcho | Cerisier Blanc
avatar
Messages : 2295
Date d'inscription : 02/07/2011
Âge : 34
DC : D'ongil Takouya

Fiche perso
Niveaux:
79/100  (79/100)
Expérience:
13370/17000  (13370/17000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: FlashBack ~ It's for a good cause, I swear~ (Byakuya et Rukia)   Mar 1 Nov 2016 - 21:08




On ne peut pas dire que la situation était des plus ordinaires pour le commun des shinigamis, et encore moins pour un capitaine de Division tel que Kuchiki Byakuya.  Ce dernier n'aimait guère perdre son temps qui plus est.  Cependant il avait fait exception envers sa sœur, car depuis  sa condamnation injuste, et la capture de notre noble ici présent, Byakuya tâchait d'être un peu plus proche de sa cadette. Quoi qu'il en soit, ce moment bien qu'un peu maladroit fut entièrement brisé par l'ouverture de sa porte. Mouvement qui eut pour effet de faire choir le fameux présent au sol et qui fit naître un froncement de sourcil sur les traits encore impassible du Roku Ban Tai Taicho.  Voila qui était bien fâcheux, pensait-il, alors que son regard gris acier venait à se poser sur les dégâts.  Cependant, le noble Kuchiki ne cédait point à la colère. .. quand bien même cela fut des plus odieux que de voir ce présent, désormais inexistant. Observant sa sœur ramasser le gâteau en question, il  ne put s'empêcher d'éprouver une certaine surprise, face à cette maladresse.. Dans un sens, cela lui rappela un peu leur passé commun, où Rukia peinait même à le regarder en face...alors qu'en vérité..C 'était plutôt l'inverse.  Ce n'était cependant pas si lointain... et pourtant... pour Byakuya c'était une époque révolue. La seule chose qui le retenait au passé n'était autre que le souvenir d'Hisana. Il n'en parlait guère.. voir jamais, et pourtant, elle accompagnait chaque journée qu'il passait.. où qu'il soit... même au fond de cette cellule, dans la froideur du Hueco Mundo.. elle était omniprésent avec lui. D'un geste élégant, le capitaine se pencha pour ramassé une partie du gâteau pour la déposé dans la boîte, glissant un regard un peu navré envers sa cadette.

Non pour le moment, il ne notait pas la supercherie et il tâchait de rester insondable quand cette femme entra dans son antre. Bien qu'elle ne se démontait pas le moins du monde envers sa personne, Byakuya dénotait tout de même sa nervosité. Mais cela, il ne lui en tiendra pas rigueur. Ce qu'il n'avait pas apprécié, c'est bien tout se vacarme.. et ce gâchis.  Inspirant lentement, il vint à lécher un peu ses doigts, goûtant un peu ce qui était rester coller à ses doigts. Même s'il n'aimait pas spécialement le sucré,  notre Taicho ne pouvait ignoré qu'il avait un goût délicieux. En revanche ce que ses oreilles perçurent, fut comme un rappel cuisant de sa situation physique. Ce qui ne manqua pas intérieurement de le faire tiqué. Byakuya était assez agacé à ce sujet pour qu'on daigne ainsi le déranger à nouveau avec ceci. S'il avait été seul, sans doute aurait il été moins coopératif, mais en présence de sa cadette, le capitaine des lieux se permit simplement de voiler son regard aux yeux de tous. Soka.... S'il ne venait point à la Quatrième... la Quatrième allait à lui.... une logique implacable. Pour une fois, son calcule n'avait point été juste. En effet, le chef de clan pensait qu'avec tout ces événements, Unohana l'aurait un peu oublié.... naïveté... il en était donc encore capable.. comment leurrer cette femme en définitive.  Cependant, hors de question de l'avoir trop sur le dos et d'attiser son courroux... là se serait pis qu'une erreur.

Byakuya se déplaça donc vers son bureau, mais n'y prit pas place... il se contenta de fixer la nouvelle venue. Ce n'est qu' à ce moment précis, que sa voix des plus monocorde vint à briser le silence qui semblait être retombé parmi nos protagonistes. Il voulait vérifier les faits, avant toute chose...


- J'imagine qu'il s'agit là d'un ordre directe de votre supérieur.

Si c'était un non, alors le noble ne perdra pas son temps.. en effet ce dernier est précieux, comme cette femme venait de le souligner, et Byakuya était du genre à faire les choses de manière ordonnée.. un peu trop.. quoi que.. il s'était un peu... mais un peu.. relâché.  Mais s'il pouvait échappé encore à cet examen, le noble Kuchiki ne dirait absolument pas non.. quand bien même Byakuya devait reconnaître qu'il avait peur qu'un jour... son œil ne veuille plus rien voir. Ce n'était cependant pas le cas actuellement.. il était juste un peu plus faible, lors que le chef de clan se devait d'être concentrer de  façon durable.  Ses mains se posèrent sur le bureau, dévoilant ses tekku. Une pose simple... et qui signifiait l'attente de toute formulation de la part de son interlocutrice...ses pupilles anthracite cherchaient le moindre signe d'anxiété ou   le manque de franchise. Non pas qu'il la testait... mais presque.  Notre Roku Ban Tai Taicho , pouvait être un très bon élève comme le pis des patients.. cela dépendait visiblement de sa fierté, mais aussi de sa position. Face à Rukia, jamais il ne se montrera affaiblit.. c'est pourquoi, Nadeshiko pourrait avoir le dessus sur sa personne, si elle percevait ceci. Il ne pourra pas refuser un soin, même une piqûre s'il le fallait.. Alors que sa jeune sœur se trouvait à ses côtés.

Byakuya avait toujours été élevé pour  être un exemple pour tous. Un poids certain qu'il tâchait d'endosser avec fierté. Bien que parfois, cela lui paraissait si difficile, qu'il restait de longues heures en salle de calligraphie, ou bien dans sa chambre...Deux endroits où il était simple pour cet homme de s'y ressourcer un minimum.  Montrer son désarrois en publique serait des plus néfaste.




_________________

« Nous ne devons jamais verser de larmes. Les larmes ne sont rien d'autre que la défaite du corps contre le cœur. Elles constituent la preuve que garder un cœur ne sert à rien d'autre qu'à s'affaiblir. »


Ma galerie
Revenir en haut Aller en bas
https://www.facebook.com/Mariews-549408925120096/
Chappy Girl
Chappy Girl
avatar
Messages : 209
Date d'inscription : 09/07/2015
Âge : 27

Fiche perso
Niveaux:
60/100  (60/100)
Expérience:
3650/8000  (3650/8000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: FlashBack ~ It's for a good cause, I swear~ (Byakuya et Rukia)   Ven 9 Déc 2016 - 15:17



It's for a good cause, I swear
ft. Tsukino Nadeshiko & Kuchiki Byakuya


Je fus des plus soulagée lorsque mon regard croisa celui de Tsukino-san. Je continuai donc de ramasser le gâteau, sans toutefois me rendre compte de comment je venais de parler. Je ne voulais simplement pas que mon frère sache pour le somnifère qui se trouvait à l’intérieur et je fus encore plus soulagée lorsque Tsukino-san n’en parla pas non plus. Au moins, un petit drame qui n’allait pas se faire. Peut-être ? Je vis mon frère se lécher les doigts du coin de l’œil et fronçai des sourcils. Depuis quand faisait-il se genre de chose ? Je croyais surtout qu’il était du genre à s’essuyer les mains sur une serviette ou un truc du genre. Pas à se lécher les doigts devant les autres. J’en fus très stupéfaite et j’arrêtai de ramasser les morceaux un bref instant. C’était.. peu commun de sa part et je me demandais s’il faisait cela très souvent. Un aspect que je ne connaissais pas de lui, encore une fois. Je ne connaissais pas grand-chose de lui après tout. J’en apprenais donc tous les jours et c’était tant mieux.

Écoutant ce qui se disait, je laissai parler Tsukino-san. J’étais tout à fait d’accord avec elle. Mon frère devait prendre soin de lui aussi. C’est tout de même pour cette raison que j’avais décidé d’apporter mon aide comme je le pouvais. Mais je ne savais pas jusqu’où je pouvais aller pour faire comprendre à mon frère qu’il n’était pas invincible au bout du compte et qu’il se devait de penser à lui de temps à autre. Je savais bien qu’il avait de la difficulté à voir qu’il avait besoin d’aide, mais je ne savais simplement pas comment le lui faire comprendre. J’espérais donc que Tsukino-san puisse y arrivé mieux que moi.

Me relevant, je jetai les restes du gâteau dans la petit poubelle du bureau et prit place un peu sur le côté, attendant de voir la réaction de mon frère et ce qu’il déciderait. Quel ne fut pas ma surprise lorsqu’il demanda si c’était un ordre direct d’Unohana Taicho. Je soupirai discrètement et me décidai enfin à me manifester.

- Nii-sama, vous avez besoin de vous faire ausculter. Vous pourriez perdre la vue si vous ne le faite pas. Est-ce vraiment ce que vous voulez ?

Je baissai ensuite un peu la tête et les yeux, regardant le plancher pendant quelques secondes et me mordant la lèvre. J’espérais ne pas me faire réprimander, mais au moins, c’était dit. Je le regardai ensuite, décidant d’affronter son regard si possible. Je ne l’avais jamais fait avant, mais je m’inquiétais vraiment pour lui. Il devait le comprendre d’une manière ou d’une autre et j’espérais au plus profond de moi qu’il ne m’en voudrait pas pour avoir parlé aussi librement. Il était tout de même un supérieur et le chef du clan qui plus est. Je me devais donc de suivre ce qu’il disait, mais je me demandais souvent s’il prendrait ma voix en considération. J’aurais aimé pouvoir être proche de lui un peu plus, mais il ne m’en avait jamais vraiment laisser l’occasion.. Il n’y avait que tout récemment que l’on se parlait un peu plus, mais pas encore beaucoup. Peut-être qu’avec le temps, tout changerais..

made by lizzou – icons & gif by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Tsukino Nadeshiko
Yon ban tai Hachi Seki
The silent flower

avatar
Messages : 273
Date d'inscription : 30/01/2016
Âge : 21

Fiche perso
Niveaux:
44/100  (44/100)
Expérience:
250/7000  (250/7000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: FlashBack ~ It's for a good cause, I swear~ (Byakuya et Rukia)   Mar 20 Déc 2016 - 3:26



Si je n’avais pas assisté moi-même à la scène, j’aurais eu quelques doutes sur la véracité de cette dernière. Ce qui me faisait face, cette vérité pourtant si merveilleuse, me semblait étrange et anormale. J’avais déjà relayée l’histoire du gâteau très loin dans mon esprit pour imprimer l’image du grand Kuchiki Byakuya ployant sous la défaite face à une pauvre petite shinigami de la 4e telle que moi.

Je remonte le temps de quelques minutes à peine pour vous expliquer ce qu’il s’était réellement passé. D’abord, le Kuchiki aux nobles traits qui gardait toujours cette voix atone, ce qui donnait l’impression qu’il n’essayait même pas d’articuler pour ceux qui étaient plus bas que lui dans la sphère sociale, avait d’abord ramassé le pauvre cake qui s’était écrasé par terre – Adieu travail d’une demi-heure en cuisine – pour le déposer ensuite dans le petit coffret de bois avec délicatesse. C’est bien, m’enfin c’est trop tard, ai-je pensé sur le moment. Puis il se déplaça vers son bureau avant de se mettre à me fixer fortement, pour de nouveau ouvrir la bouche. Je ne suis pas de nature violente, mais il est exaspérant de constater qu’il n’y a pas un seul timbre dans sa voix – c’est purement forcé – et ça lui donne un coté presque robotique… Une Nemu en masculin.

Il me demandait si c’était là un ordre direct de mon supérieur. Haha, s’il savait… La cadette de ce dernier qui était aussi mon adorable complice du moment vint parler à son tour, lui expliquant que c’était nécessaire, et rappelant les risques encourus… Merci famille aimante de bien vouloir m’aider dans ma manœuvre, même si je ne comprends pas pourquoi vous aimez cet… énergumène… Bon… si je peux le comprendre, je suis juste de mauvaise foi pour le moment. Peut-être qu’un jour, avec beaucoup de recul, un soupçon de sagesse en plus, et du verre pillé dans les yeux, je changerai d’avis… Mais pas avant. Quoi qu’il en soit, si cet homme a un cœur, il devait obéir sagement aux suppliques de sa cadette quant aux soins qu’il mérite. Je me contentais de prendre une inspiration calme, afin de ne pas avoir l’air trop stressée par sa présence avant de répondre. Je suis déjà mal à l’aise depuis que je suis dans la même pièce, probablement ce reiatsu, mais voilà, je ne vais pas m’écrouler aujourd’hui, cela nuirait à mon égo tout entier, et c’est bien la seule chose qu’il me reste. Tiens, il a bougé, il s’appuie désormais sur son bureau, dévoilant des tekkus. Génial, il attend, Ibara, puis-je s’il te plait, emprunter encore un peu de ton audace exubérante ?

« Ma supérieur m’a ordonné de vous ausculter et de vous soigner si cela était nécessaire. » Je pris une nouvelle respiration, omettant le fait que j’avais le droit d’user de tous les moyens possible pour ce faire, car il chercherait ensuite à savoir lesquels j’avais employés, puis il découvrirait mon plan mettant en scène Rukia-sama, et il était hors de question que je la mette un peu plus en porta faux. « Je tiens à préciser que cet ordre a été donné il y a plus de trois semaines, et qu’à cause de vos refus d’obtempérer à la suite de mes messages, probablement pour cause de travaux intensifs, je suis en faute depuis ce même temps, n’ayant pas pût exécuter les ordres d’Unohana-Taicho… » Là, j’essayais de lui faire comprendre très gentiment que je haïssais plus que tout ne pas faire mon travail.

« De plus, je crains que ce retard n’ait pu permettre à des germes de se propager dans votre globe oculaire ou que sa fragilité puisse augmenter avec la durée… » Et là, c’était purement vrai, si cet idiot était venu plus tôt, cela nous aurait évité bien des problèmes, déjà, et ensuite, on aurait pût vérifier son œil rapidement, histoire de s’assurer qu’il n’y aurait pas de séquelles. Mais là, cela fait trois semaines vides durant lesquelles les pires possibilités du domaine médical ont pût se produire… La légère fissure dans la cornée pourrait s’être agrandit, elle pourrait s’être infectée, avoir atteint le nerf optique ou pire… Des myiases ! N’allez pas croire que je n’aime pas mon métier, si je fais cela, c’est parce que j’aime soigner les gens, mais retirer les larves microscopiques pondues sous le sac conjonctival supérieur de Kuchiki Byakuya pendant prés d’une heure… Je ne suis pas sure d’être partante…

« Quoi qu’il en soit, j’aimerais que vous me suiviez cette fois-ci, Kuchiki-Taicho… » Finis-je par dire d’une petite voix. Je viens de me faire peur toute seule en pensant aux larves… Pitié, tout mais pas ça… Une fois au Rugonkai c’est suffisant, pas deux dans la même vie…

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Kuchiki Byakuya
Roku ban tai Taïcho | Cerisier Blanc
avatar
Messages : 2295
Date d'inscription : 02/07/2011
Âge : 34
DC : D'ongil Takouya

Fiche perso
Niveaux:
79/100  (79/100)
Expérience:
13370/17000  (13370/17000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: FlashBack ~ It's for a good cause, I swear~ (Byakuya et Rukia)   Sam 31 Déc 2016 - 16:12




Lentement, le noble Kuchiki  finit par prendre place sur sa chaise. Son regard, fixait sagement Rukia.. puis Nadeshiko. Il semblait avoir parfaitement entendu les mots proférés par sa cadette, et il ne pouvait guère lui donner tord. Encore une fois, Byakuya ne pouvait guère se montrer faible devant elle et encore moins.... être un frère donnant le mauvais exemple. Si les cas avait été inversé, c'est à peine s'il ne la contraindrait pas à se soigner. Cependant, la mauvaise foie, quelque peut éveiller et sans doute.. peu soupçonné de sa personne.. était présente.. et de ce fait.. il ne le reconnu pas vraiment.  Inspirant toute fois, lentement... comme pour mesurer les choses, notre Roku Ban Tai Taicho, finit par  repousser un dossier, tout en écoutant la shinigami envoyé par la Quatrième Division. Cette fois ci... cela sonnait plus sincèrement. Une franchise que Byakuya se devait d'apprécier, alors qu'il ne la quittait plus des yeux.  Cependant, quand au fait qu'il avait attendu un peu trop longtemps pour une simple visite de routine... il n'y croyait guère. Il n'avait aucun souci, si ce n'était de la fatigue un peu trop précoce, mais pour le reste,  note capitaine se sentait pleinement capable en ses fonctions. Encore une fois, il ne voulait pas reconnaître qu'il était comme les félin qui ne montrait jamais leur faiblesse... si ce n'était qu'une fois trop tard.  C'était typique des nobles en vérité. Du moins, ceux qui savaient mesurer leur apparence. Observant la situation, le chef de clan savait pertinemment ce qu'il lui restait à faire... mais, il y avait une chose qu'il ne fera pas. C'est bien de la suivre. Il se donnait déjà bien de trop en spectacle. Aussi, Byakuya se contenta de laisser entendre d'une voix toujours aussi atone :  

Soit, puis que vous êtes ici pour me soigner, alors j’accepte. Cependant je ne bougerais point de mon bureau.

C'était sans autre condition. Ce genre de chose il le désapprouvera tout simplement, et ne quittera pas cet endroit. C'était sa seule condition actuelle. Au moins ,nul ne le verra, si ce n'était sa propre sœur.. ce qui en soit .. était déjà une concession. De plus en parlant de cette dernière, Byakuya s'efforçait simplement de faire ce qu'il fallait pour la rassurer. C'est pourquoi il acceptait. Ainsi, il sera un frère modèle... Du moins il l'espérait. C'était une chose assez difficile pour lui que de rattraper ses erreurs passés. Il y en avait tant à  réparer... Et encore.. il y en avait certaines qu'il ne voyait pas encore. Mais pour le moment, le noble Kuchiki faisait de son mieux. Restant assit, Byakuya se contenta de reculer la chaise et de se mettre un peu sur le côté, comme pour laisser Nadeshiko le soin de l'étudier à loisir. Son œil, ne lui était point douloureux pour le moment. Il n'était pas même irrité. Quand bien même il venait d'abattre pas mal de paperasses, ces dernières heures. D'une main contrôlée, il attrapa sa tasse de thé encore chaude, pour y boire une autre gorgée réconfortante. Il n'y avait qu'avec ce breuvage qu'il tenait le coup. Avec toute cette guerre... et son absence, il y avait sans cesse des missives et des patrouilles. Reposant doucement la tasse, Byakuya paraissait prêt. Cette avait tout intérêt d'avoir son matériel sur elle, car la patience et l'attente n'était pas le fort de notre Taicho.. quoi que son apparence puisse démontrer le parfait contraire.

Enfin, peu l'on connu enfant.. un bien fait quelque par pour le chef de clan, qui appréciait beaucoup préserver son intimité et ses souvenirs.. C'était sans doute un peu cela aussi son souci.. il vivait un peu trop dans le passé.. Certes.. mais dans ce passé il avait été heureux....cinq ans... cinq années qu'il voudrait revivre encore.. et encore.. des souvenirs qui l'avaient maintenu en vie pendant sa captivité... l'obligeant à rester maître de lui même.. à ne pas céder face à l'ennemie ou à cette.. humiliation. Ce qui l'avait surpris d'ailleurs, c'était de ce rendre compte combien cela avait été encore plus difficile à son retour. Renji avait su le canaliser sur ce coup là. Cet entraînement, il en avait eut besoin pour se reprendre. Voilant un instant son regard, le noble pouvait revoir leurs enchaînements sous la pluie. Si rien ne se figura sur ses traits pâles, Byakuya pensait ironiquement, qu'heureusement, pour cette fois ci,..son Fukutaisho ne sera pas présent pour cette histoire d'oeil.  Ses doigts se relâchèrent autour de la surface en porcelaine et vinrent simplement se posé sur le plat du bureau, parfaitement ordonné.. aussi bien que son possesseur pouvait l'être.  


Faites ce que vous avez à faire.

Cela sera sa dernière directive, tout en espérant qu'il n'y aurait rien de plus. Il y avait déjà un moment qu'il avait été soigné. Son bras n'avait aucune séquelle.. alors pourquoi son œil ?.. il était un Kuchiki.

_________________

« Nous ne devons jamais verser de larmes. Les larmes ne sont rien d'autre que la défaite du corps contre le cœur. Elles constituent la preuve que garder un cœur ne sert à rien d'autre qu'à s'affaiblir. »


Ma galerie
Revenir en haut Aller en bas
https://www.facebook.com/Mariews-549408925120096/
Chappy Girl
Chappy Girl
avatar
Messages : 209
Date d'inscription : 09/07/2015
Âge : 27

Fiche perso
Niveaux:
60/100  (60/100)
Expérience:
3650/8000  (3650/8000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: FlashBack ~ It's for a good cause, I swear~ (Byakuya et Rukia)   Mar 21 Fév 2017 - 22:44



It's for a good cause, I swear
ft. Tsukino Nadeshiko & Kuchiki Byakuya


La petite brunette passa son regard de son frère à Tsukino-san pendant que cette dernière parlait. Ses yeux s’écarquillèrent alors qu’elle prenait de plein fouet la réalité de ce que son frère refusait de faire. Non mais, sérieusement ? Il allait mettre sa fierté de côté un instant oui pour se faire soigner, s’il vous plait.. M’enfin, elle n’allait tout de même pas le formuler comme cela, mais elle n’en pensait pas moins. Il avait besoin d’être ausculté et elle espérait vraiment qu’il comprenait la situation dans laquelle il se mettait lui-même. Rukia n’avait pas non plus envie que son frère perde son œil parce qu’il était trop têtu pour se rendre à la quatrième pour qu’ils puissent regarder s’il n’y a plus d’infection et si la guérison se fait comme il le fait.

Elle regarda ensuite son frère qui déclara ne pas vouloir bouger de sa place. Avec un soupir intérieur, Rukia secoua lentement de la tête et très discrètement. Au moins, il reconnaissait qu’il avait besoin d’être regardé, mais il faisait toujours son têtu. Qu’est-ce qu’elle pouvait bien ajouté à cela.. rien du tout. C’était sa décision au final et, au moins, il se laissait soigner par Tsukino-san. C’était un bon début.

Rukia décida donc de rester à sa place et sourit faiblement à son frère, lui montrant qu’elle le remerciait grandement de la concession qu’il faisait. Elle savait que ce ne devait pas être facile pour lui, surtout devant elle. C’est pourquoi, elle se mordit la lèvre un instant et finit par s’incliner légèrement devant lui.

- Je vais attendre dehors si vous le voulez, nii-sama.

Elle espérait secrètement pouvoir rester et lui montrer qu’elle l’appuyait dans la démarche. Qu’elle était là pour lui quoi qu’il arrive. Elle voulait lui prouver qu’elle pouvait être une très bonne sœur et qu’il pouvait compter sur elle lorsqu’il en avait besoin. Tout comme elle comptait sur lui à présent lorsqu’elle en avait besoin. Elle avait appris il y a quelques mois maintenant l’histoire du pourquoi il avait été aussi distant avec elle et, maintenant, elle espérait que leur relation deviendrait meilleure. Non, en fait, elle savait que leur relation allait devenir meilleure. Elle était toujours aussi timide en sa présence, ça oui, mais elle voulait apprendre à le connaitre davantage et voulait vraiment être considéré comme sa petite sœur.

Elle se tourna vers Tsukino-san et la regarda quelques instants. Une idée lui vint alors en tête pour pouvoir vraiment rester dans la pièce et aidé du mieux qu’elle pouvait, mais elle ne savait pas trop si elle devait tenter le risque. Quoi que, à la vue de ce que disait son frère avant qu’elle n’ose dire qu’elle sortirait de la pièce, il n’avait pas trop l’air d’être déranger par le fait qu’elle serait là lorsqu’il se ferait ausculter. Elle décida alors de demander tout de même son idée.

- À moins que vous n’ayez besoin de mon aide, Tsukino-san ?

Au plus profond d’elle, elle avait l’espoir que la jeune femme comprendrait sa demande et qu’elle lui indiquerait de rester avec eux. Elle la regardait pratiquement avec des yeux suppliant si l’on pouvait dire. Elle essayait pourtant de ne laisser rien transparaitre, mais quelqu’un qui la connaissait bien savait déchiffrer ce qu’elle demandait et ce qu’elle laissait voir aux yeux des autres.

made by lizzou – icons & gif by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Tsukino Nadeshiko
Yon ban tai Hachi Seki
The silent flower

avatar
Messages : 273
Date d'inscription : 30/01/2016
Âge : 21

Fiche perso
Niveaux:
44/100  (44/100)
Expérience:
250/7000  (250/7000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: FlashBack ~ It's for a good cause, I swear~ (Byakuya et Rukia)   Jeu 16 Mar 2017 - 20:57




J’ai toujours su que je n’avais aucune chance. Je le savais, avant même de devenir shinigami, j’avais compris que je serais soumise au monde entier, que tous les hommes et femmes du Rugonkai, et de la soul society me marcherait dessus, parce que j’étais comme ma mère. Trop douce, trop polie, trop délicate, trop… Trop. Quoi qu’il en soit, j’attendais que le noble au caractère exécrable se décide enfin à me laisser faire mon travail, en priant pour que Rukia-sama ne soit pas mise en faute par la suite à cause de son appuie sur mes propos. Je le vis s’asseoir sur la chaise de son bureau, puis nous fixer, sa cadette et moi-même en alternance. Je pus lire son soupir sur ses lèvres avant même qu’il ne l’expire de ces derniers, Oh… j’ennuie le pauvre Taicho… Génial, je ne me sens pas du tout en situation critique. Rester calme… Pourquoi est-ce qu’il me fixe à présent ? Je baisse automatiquement les yeux pour ne pas croiser son regard, et je tente de retenir mes tremblements au possible, je n’aime pas ça…

Derrière moi, je sais que Minato, Kazuo et Toki sont dans le même état, si ce n’est plus. Nous avions eut pour ordre de nous occuper de Kuchiki Taicho trois semaines auparavant. Nous avions attendue une nouvelle semaine, sans nouvelle de sa part, et entamé des relances à son égard, sans succès non plus. Et ensuite, nous avions fromentée un plan complètement foireux et stupide. Je m’en serais tirée les cheveux si je n’étais pas aussi crispée par ma présence dans la même pièce que lui. Nous attentions toujours, pendus à ses lèvres trop fines, et je commençais, je dois bien l’admettre, à m’impatienter. Si ce que je craignais était possible, plus le temps passait, et plus le maitre du hasard allait tourner ça contre moi. Et… Il ouvre à peine la bouche, et de  nouveau, j’ai envie de l’étrangler pour l’usage de cette voix atone… Non… Non… Ne me dites pas qu’il est en train de me dire qu’il accepte mais qu’il ne bougera pas d’ici ? … Ah si…

Le meurtre d’un capitaine par accident est-il punissable ? J’inspirais lentement, histoire de ne pas exploser devant un Taicho et sa merveilleuse petite sœur, auquel cas se serait vraiment malpoli de ma part. Je tentais de décrisper mes doigts, et de me rendre avenante. Je le vis alors reculer la chaise et la mettre sur le coté, comme pour me laisser un accès à sa personne. Quelle délicate attention. Heureusement que je sentais la malchance arrivée et que j’ai pris mon matériel… Mieux, heureusement que nous avons toujours ce qu’il nous faut en cas de patient récalcitrant. Mais je le sentais venir, cette malchance continue de me poursuivre. Déjà parce que j’avais plusieurs fois suppliée ma Taicho de ne pas m’occuper du noble Kuchiki, et qu’elle avait fini par oublier d’écouter mes suppliques, en disant que j’étais la mieux qualifiée pour ça… Oui, je suis multifonction, j’ai vécu dans les bas quartiers et je connais la plupart des maux possibles, sans compter les remèdes pour les guérir efficacement.

Je le vis se saisir de sa tasse de thé et en boire une gorgée, avant de la reposer, comme en attente de son soin, une préparation mentale. Bien…  « Faites ce que vous avez à faire. »… Je le tue quand ? La voix de la cadette de mon patient retenti de nouveau, douce, fluette et agréable à coté de la sienne, disant qu’elle allait attendre dehors s’il le désirait. Oh non ! Elle allait rester ici ! Elle n’allait quand même pas me laisser moi et mes collègues en présence de l’énergumène qu’était son frère, seuls, si ? Non, je refuse. Ah… Pas besoin finalement, elle me demande elle-même si elle peut rester… « Merci Rukia-sama, de votre générosité… » Ou de votre folie, au choix… Prenant une grande inspiration, je répondis à la demoiselle en premier, sortant de ma sacoche mon monocle et le plaçant sur mon œil droit d’un geste précis et allumant la petite lampe sur le dessus. « Restez ici pour le moment, nous verront bien s’il mérite une attention plus particulière, auquel cas, deux bras supplémentaires ne seront point de refus pour me tendre mes instruments. » Je priais toujours pour l’absence de larves de mouche, mais vu ma chance pour la journée, j’étais certaine de devoir faire une croix dessus.

Je désinfectais mes mains avec une lotion alcoolisée à la lavande, et me rapprochais du noble, oubliant désormais toutes conventions et ou fioriture de la noblesse. Devant moi ne se trouvait plus Kuchiki Byakuya, chef de son clan et Taicho, juste un petit soldat nécessitant mes soins. Je glissais ma main gauche sur son visage, entre la joue et le menton, inclinant ainsi son faciès pour avoir accès plus rapidement à l’œil meurtrit. De mon autre main, je vins poser le pouce sur la pommette, et l’index sur le sourcil, écartant ainsi les paupières d’un étirement. Instantanément, l’iris rétrécit au contact de la luminosité, mais plus encore, quelque chose venait de disparaitre dans un coin du globe oculaire. Je fronçais brusquement les sourcils. Non… Je suis contre, très clairement… D’un geste très doux, je fermais sa paupière deux secondes, le temps que l’iris s’habitue de nouveau à l’obscurité, avant de lui rouvrir les deux paupières… ça bouge de nouveau… J’inspirais lourdement tout en mordillant ma lèvre inférieure peinte de rouge, et relâchais le patient un instant.

« Mieux vaut tard que jamais je dirais…Vous ne bougez pas, Kuchiki-taicho. Rukia-sama, je vous réquisitionne comme assistante. Minato, trouvez moi l’anesthésiant oculaire dans la sacoche d’huile, et préparez le, Toki, une pince à épiler stérile et un bocal dans le coffret de bois. Kazuo, j’ai besoin de lumière. Rukia, venez par ici… » Je soupirais malgré moi, je le sentais que cette journée serait ignoble, j’aurais dût rester couchée… « Vous avez des Myases, Kuchiki-Taicho, soit des larves de mouches qui sont venues pondre dans le sac conjonctival. Elles mangent votre cornée déjà abîmées, résultat d’une absence de suivit sur votre œil. Que cela vous serve de leçon la prochaine fois. Chaque blessure doit être traitée dans l’instant pour que le corps se remette immédiatement. » Je fis signe à Rukia de venir faire le tour du siège pour passer derrière son ainé, et désinfectais ses mains au passage, avant de lui montrer où le tenir. Elle devait passer ses mains derrière le cou du noble, à la base de la nuque pour le soutenir sans douleur, et ainsi me laisser le champ libre pour les opérations.

« Tenez-le comme ceci, afin que la nuque ne soit pas endolorie… » C’est sur que dans mon cabinet, j’avais l’appui tête, mais ici… ça s’activait à mes côtés, et bientôt, la pipette courte pleine d’anesthésiant fut prête, au même titre que le bocal ouvert sur un plateau avec la pince désinfectée à coté.



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Kuchiki Byakuya
Roku ban tai Taïcho | Cerisier Blanc
avatar
Messages : 2295
Date d'inscription : 02/07/2011
Âge : 34
DC : D'ongil Takouya

Fiche perso
Niveaux:
79/100  (79/100)
Expérience:
13370/17000  (13370/17000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: FlashBack ~ It's for a good cause, I swear~ (Byakuya et Rukia)   Ven 17 Mar 2017 - 16:19




Délaissant la tasse, le noble Roku Ban Tai Taicho s'était en effet préparé mentalement.  Son regard anthracite  se dirigea vers Rukia. Cette dernière araissait inquiète, il pouvait le lire sur son visage et en cela, il en était désolé. Bien qu'il avait fait quelque progrès envers elle, Byakuya jugeait cela encore bien insuffisant.  C'est d'ailleurs par sa présence qu'il ne rechignait pas à la demande de Nadeshiko au final. Il se devait de montrer l'exemple et non faire le difficile. Depuis sa libération, le chef de clan avait été assez dur avec lui même, comme se punissant d'un tel traitement. Mais cela allait bien mieux depuis sa confrontation avec Renji. Cependant, Byakuya était tout de même rester un peu trop fier envers son œil droit... ce qui donne lien en effet à de la négligence.. c'est une logique qui le frappera un peu plus tard... lors que la soigneuse lui annoncera tel un sermon.. la sentence. Bien que silencieux, le noble capitaine des lieux inclina un peu son visage envers sa cadette, comme lui disant qu'elle pouvait rester. Après tout.... même s'il ne le disait point, cela le soulageait qu'elle soit ici. Lui même aurait été présent si les rôles avaient été inversé. C'est une chose qui avait changé avec le temps. Car il y a peu.....cela n'aurait pas été le cas. C'est bien ce genres de pensées que Byakuya ne supportait pas. Depuis quarante années, il se comportait mal vis à vis de Rukia.. il n’avait pas été le digne frère qu'il devait être. Mais en ce jour, il redressait la barre.

Inspirant lentement, obligeant progressivement son corps à se détendre. C'était un simple exercice qu'il avait appris depuis son plus jeune âge, afin d'apprendre à se maîtrisé. On ne peut pas dire que cela fut efficace avant un certain âge, quand on connaissait l'impétuosité de son adolescence passé. Peu à peu ses muscles se firent bien moins tendu et le noble se contenta d'observer Nadeshiko, qui préparait  son matériel... il y avait quelque chose chez cette femme qui lui rappelait Unohana Taicho, mai sil ne saurait dire réellement quoi. Lors qu'elle vint lui prendre son visage entre ses mains, Byakuya se montra suffisamment docile, sa main droite venant simplement reposer sur la table, juste à côté de la tasse de thé. Il n'y avait aucune tension lisible sur son visage, pas même de l’appréhension.  Sentant les doigts agiles de la soigneuse sur sa peau, le noble se prêta au jeu de devoir subir la luminosité artificiel. C'était même un peu douloureux, mais Byakuya ne s'en plaignit guère. Cependant, cette manipulation ne lui avait fait nullement perdre son sens de l'observation et l’expression grave sur le visage de Nadeshiko, lui faisait clairement comprendre que quelque chose de particulier avait attiré son attention..Cela ne sentait guère bon pour lui, et il avait vu juste, parce que rapidement, cette femme vint carrément lui faire un sermon bien ressenti, comme quoi cette négligence de sa part lui coûtait de posséder des miasme dans son œil.

Un froncement de sourcils vint à marquer les traits pâles de notre Roku Ban Tai Taicho. Il n'aimait pas tellement être ainsi corrigé.. surtout devant sa sœur, mais pouvait il  lui en vouloir ?.. s'il y avait une personne à blâmer c'était bien lui, quand bien même sa mauvaise foi ne voulait rien entendre. Il est vrai q'u'il s'était négligé ces derniers temps.. trop concentré à vouloir s’entraîner et être à la hauteur de ses hommes.. et de sa propre sœur.. de tout ceux qui étaient venu le sauvé du Hueco Mundo.. Byakuya était redevenu fort.. pareil à lui même, mais …..pas assez visiblement.  Son visage se fit grave pour le coup et il  voilà un instant son regard, sans le moindre mot.Il ne protesta pas même, lorsque Nadeshiko appela sa propre sœur par son prénom. Rukia arriva donc derrière lui, venant à lui soutenir la nuque. A ce contacte, le noble en eut comme un léger frisson le long de la colonne vertébral.  Ce n'était pas tout les jour que sa sœur jouait les aide soignante avec lui et s'il ne s'appelait pas Byakuya peut être alors qu'il en aurait rougi.  Il ne fit que se racler la gorge et  chassa de lui même de sa main gauche quelques mèches sombres qui lui gâchaient la vu.. ne serait ce pour l'officier de la Quatrième Division. Quand à sa main droite, elle restait sagement sur la surface plane du bureau...effleurant à peine la porcelaine de la tasse de thé encore chaude.  Cependant... alors que les ustensiles pour les oins se présentaient à lui.. le noble eut comme un étrange mal être... comme un rappel..Pourtant il n'y avait pas de seringue, ceci ne venait donc pas de ça. Son cœur battait plus vite en sa poitrine, et il dû faire un effort pour l'apaiser.. alors que des flash vinrent à sa vue.  C'était comme se sentir entravé à nouveau.

Pourtant cela n'était point vrai, il était dans son propre bureau.. il y avait Rukia.. il se martelait cela en son esprit, comme refusant de paniqué, de laisser cette étrange peur venir le saisir. Une petite sueur froide vint à trahir le combat interne qui  se produisait en Byakuya. Il ne faillirait pas et tentait de rester concentré sur l'instant présent... les miasme.. ce n'était que cela.. il n'était pas entravé ni prisonnier.  Inspirant lentement et profondément,  le noble recherchait la paix.  

Je suis prêt.

Sa voix ne trahissait point le mal être, jouant parfaitement de son apparence pour cela.



_________________

« Nous ne devons jamais verser de larmes. Les larmes ne sont rien d'autre que la défaite du corps contre le cœur. Elles constituent la preuve que garder un cœur ne sert à rien d'autre qu'à s'affaiblir. »


Ma galerie
Revenir en haut Aller en bas
https://www.facebook.com/Mariews-549408925120096/
Tsukino Nadeshiko
Yon ban tai Hachi Seki
The silent flower

avatar
Messages : 273
Date d'inscription : 30/01/2016
Âge : 21

Fiche perso
Niveaux:
44/100  (44/100)
Expérience:
250/7000  (250/7000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: FlashBack ~ It's for a good cause, I swear~ (Byakuya et Rukia)   Mer 14 Juin 2017 - 15:19




C’était ce que j’appelais communément une situation d’urgence. Les myases ne faisaient pas de pause dans leur repas, ils dévoraient la cornée sans s’interrompre, et je craignais qu’ils n’aient causé des dégâts irréversibles sur l’œil du Taicho. Certes, ce n’était pas plus mal que nous ayons décidé de venir ici sans son accord – pour le kidnapper à l’origine mais ça c’est autre chose – puisque cela nous avait permit de découvrir le véritable problème, mais les larves avaient déjà bien entamé sa cornée, et donc, sa vue pouvait être désormais entachée. Je devrais probablement lui prescrire des séances de nettoyage de l’œil, ainsi que des massages au gel ophtalmique, mais finalement, il l’avait bien cherché. Remarque, ce n’était définitivement pas le premier patient récalcitrant auquel j’avais affaire, certains mentaient à une époque pour éviter d’autres soins plus important par crainte, d’autres feignaient aller beaucoup mieux même avec du sang plein les oreilles…

Hélas, les âneries du patient du jour allaient me contraindre à l’opérer sur place, puisqu’il ne voulait pas bouger de là, soit resté dans un lieu non aseptisé. Je me demandais si c’était sa fierté de noble ou autre chose, mais dans tous les cas, je trouvais cela particulièrement stupide. Sachant que la cornée serait à vif, la laisser dans un lieu non désinfecté pendant que je m’occupe de ses occupants n’était pas une chose, ça laissait présager une possible infection supplémentaire. Et ça, ça n’aiderait pas non plus sa vue. J’espérais cependant pouvoir palier à cela avec des eaux florales à la sarriette… Même si ça risquait de piquer violemment… En tout cas, j’étais cependant plus que satisfaite de l’efficacité de mes apprentis, si Haruna n’était pas là – normal puisque nous n’étions pas en crise et que les opérations prévues à l’avance la stresse trop – les trois autres étaient parfait, sans compter Rukia qui s’était gentiment proposée pour nous aider à soigner son ainé plus têtu qu’une mule.

Minato était à ma gauche, la pipette d’anesthésiant prête entre ses mains gantées, tandis qu’à ses cotés, Toki tenait un bocal ouvert sur un plateau avec une pince à épiler d’un millimètre couverte d’huile à la lavande. Et Kazuo avait ramené très rapidement des lampes composées de LEDs bleue qu’il déposa tout autour du fauteuil du noble, de même, Kuchiki Rukia était désormais dans le dos de son frère, maintenant sa nuque en arrière pour ne pas qu’il se froisse les cervicales…Cela aurait été tellement plus simple qu’il nous suive, mais bon, je n pouvais pas forcer un capitaine à faire ce que bon me semble, même si ça risquait de lui causer des ennuis… J’ai à mon tour désinfecté mes mains, avant de prendre dans ma sacoche mes lunettes-loupes avec lampe, j’avais toujours eus un air ridicule à cause de cet outil, mais pour la nano-chirurgie, je préférais grandement les avoir.

Bon, les choses sérieuses allaient pouvoir commencer…

Je savais que mon patient respirait plus lentement dans l’espoir de se détendre, mais à ce stade là, il ne servait plus à rien de me craindre. Le pire était déjà sur son globe oculaire, et tout était de sa faute… Lorsqu’il annonça qu’il était prêt, j’ai manqué de rouler des yeux, heureusement qu’il l’était car je ne lui laissais absolument plus le choix de toute façon… Ozalee aurait hurlé à son sujet si elle avait apprit les caprices qu’il faisait à l’idée de se soigner. Mais à ce moment là, elle était encore en mission je ne sais où… « Soit, je vais commencer alors, ne bougez surtout pas je vous prie… » Dis-je cependant d’une voix très douce. Même si mon patient ne faisait définitivement pas parti des gens que j’appréciais, il faisait cependant un patient très fragile qui avait besoin d’être mit en confiance, et je ne pouvais pas me permettre de l’effrayer avec l’opération délicate que j’allais devoir mener sur son œil.

Je me suis penchée sur mon patient, et heureusement, mes cheveux avaient été relevés en un haut chignon serré sinon je l’aurais juste inondé de mèches rousse, et j’ai prit son visage en coupe de ma main gauche. Ensuite, j’ai allumé la petite lampe accrochée à mes lunettes, et je suis allée saisir la pipette pleine de produit aux senteurs de menthe. J’ai placé à l’horizontale la pipette au dessus de son œil meurtrit, tenant désormais sa paupière de la main gauche bien ouverte, et j’y ai versé plusieurs gouttes, soit cinq environs, avant de lui fermer l’œil et de le masser doucement afin que le produit agisse. C’était une de mes créations, j’avais réussit à isoler le paralysant naturel de la belladone pour le rendre moins violent, et ainsi l’utiliser sur les muscles afin de les traiter sans qu’ils ne se contractent. Durant une minute au moins, j’ai massé l’œil du noble, la pipette ayant été rendu à Minato pour que je puisse accéder à la pince à épiler d’un millimètre, je m’apprêtais à faire ce que j’avais déjà fait une seule et unique fois : Retirer la trentaine de larves grasses et immondes qui mangeaient la cornée d’un de mes patients…

« Bien, vous ne devriez plus sentir de douleur à présent, peut-être une mince gêne au niveau des cils et des poches lacrymales, mais je ferais en sorte d’être rapide et efficace afin que cela ne dure pas trop longtemps… » Ma voix était toujours aussi douce, j’espérais lui faire comprendre que ce qui allait se passer devait être aussi calme que possible, et qu’il n’y avait aucune raison de paniquer… Même si ce que j’allais faire était à mes yeux le summum de l’ignominie… Mais pour ma part, je haïssais les larves et les mouches, principalement à cause de ce patient, lorsque j’étais encore au rugonkai, qui était venu voir ma mère pour je cite, ’’une petite gangrène’’ et nous avait finalement dévoilé un nid de larves sous son œil droit, grignotant sa cornée tuméfiée de pus… Quel charmant tableau pour une petite fille de trente ans… N’est-ce pas?

Et bien j’allais éviter aujourd’hui à Kuchiki Byakuya de subir le même sort…


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Kuchiki Byakuya
Roku ban tai Taïcho | Cerisier Blanc
avatar
Messages : 2295
Date d'inscription : 02/07/2011
Âge : 34
DC : D'ongil Takouya

Fiche perso
Niveaux:
79/100  (79/100)
Expérience:
13370/17000  (13370/17000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: FlashBack ~ It's for a good cause, I swear~ (Byakuya et Rukia)   Mer 21 Juin 2017 - 13:09




La sueur froide était toujours à ses tempes, alors que son esprit était déjà plongé dans un univers bien plus sombre...comme si la lumière du jour n'existait plus dans la pièce..La voix de Nadeshiko lui parvenait à peine..et ne semblait plus avoir de sens. Cependant, le noble tâchait de s'y accrocher, refusant de laisser la peur l'éprendre une fois de plus. Son pouls s'accéléra peu à peu, tandis que sa main droite, un peu moite se refermait sur son genou discrètement.. comme s'il cherchait à reprendre le contrôle. Sa respiration se fit lente et peu audible, alors que le noble sentait les doigts habilles de Nadeshiko  masser son œil malade. Peu à peu, c'était comme s'il ne le sentait plus du tout.. ressentant simplement la pression douce du massage. Cela apporta une certaine quiétude salutaire pour Byakuya qui parvint enfin à détendre chacun de ses muscles... s'éloignant de la noirceur. Cependant, lié à une certaine inattention, il lui fallut quelques secondes pour comprendre qu'elle allait seulement agir à présent. Voyant flou, il percevait toute fois sans peine l’ustensile de sa torture prochaine. Mais il ne s'en plaindrait pas.  Le noble acceptait cela, car après tout, il avait été téméraire. Il ne serait pas un exemple pour sa cadette en agissant autrement. Cependant,  tout à ce calme ambiant... le noble avait constaté les mouvements précis et connaisseur de la jeune femme, mais cependant, il y avait aussi une chose particulière... qu'il garda pour le moment.. pour lui même. Sa gorge lui apparu un peu sèche, tandis que les soins se faisaient attendre. Ce n'est pas que cela le rendait nerveux, mais il faut bien que le narrateur remplisse un peu la donne.. parce qu'il ne se passe rien dans cette scène véritablement.... latente.. Un peu trop...  Du coup il est peut être intéressant de voir que le bureau est fichtrement..... bien ordonné, à l'image même de son propriétaire. C'est aussi un peu sur cela que s'intéressait Byakuya ,afin de ne pas perdre le nord. Il n'avait aucun désire de succomber à ses mauvaises pensées.



Je comprends.


C'est bien tout ce qu'il dira sur la chose. Il n'était pas là pour s'offrir un cours de médecine, il laissait cela à ceux qui voulaient  percé dans le domaine... lui, tout ce qu'il voulait c'est être soigné et  corrigé le tir concernant l'entretient de lui même. Dans un sens, le Roku Ban Tai Taicho estimait plus à devoir resté tranquille pour Nadeshiko que pour lui même. Le noble n'était pas du genre à  se débiner.. ou à rendre impossible le travail d'autrui. Il savait pertinemment que lui même n'apprécierait pas ce genre de chose. Le temps était une chose bien trop précieuse.. ou curieusement longue...Au choix. Sa main gauche, appuyé sur le bureau, laissa une trace humide sur la surface.. preuve d'une certaine tension parfaitement dissimuler. On pourrait croire que ce n'était là qu'une réaction vis à vis de ce soin.. mais c'était bien plus profond que cela.. c'était la marque même, subit au Hueco Mundo.. à être ignoré par celui qui avait fomenté toute cette traîtrise. Byakuya en gardait une rancœur parfaitement compréhensible quand on connaissait son sens de l'honneur. Ses doigts finirent par s’aplatir sur la table, cachant cette moiteur... mais affichant la volonté d'en finir. Il faut dire que le capitaine des lieux ne paraissait pas des plus  patient.. Quoi qu'en dise son comportement, le noble aimait les choses rapide et décisive.... l'efficacité même. Mais, là.. ce n'est point lui qui tient l'aiguille, ni même la précision adéquat pour soigner son œil. Cependant si cela pouvait éviter les fatigues de sa vision, sans parler de la sauver tout court.. sans devoir ressembler à Zaraki, il était prêt à faire une entorse à son impatience.  

Byakuya pouvait entrevoir l’ustensile du coin de l’œil et il décida de ne pas l'ignorer. Le calme était de nouveau là en son être, comme s'il acceptait en fin de compte tout ceci. Mais tôt ou tard, il se débarrassera de tout ceci en un ultime combat. Mais pour le moment.. son adversaire était multiple.... il  grouillait dans sa cornée.. à tout dévorer... se nourrissant de son être sans se soucier de quoi que ce soit. Le noble avait en horreur des insectes.. surtout des mouches... mais jusque là.. il ne s'en préoccupait guère. pourtant actuellement, il semblait bien que c'était la petite bête qui chercher à dévorer la grosse....d'un mètre quatre vingt, et pesant soixante quatre kilogrammes.  




Vous ne m'appréciez guère, je me trompe?




_________________

« Nous ne devons jamais verser de larmes. Les larmes ne sont rien d'autre que la défaite du corps contre le cœur. Elles constituent la preuve que garder un cœur ne sert à rien d'autre qu'à s'affaiblir. »


Ma galerie
Revenir en haut Aller en bas
https://www.facebook.com/Mariews-549408925120096/
Tsukino Nadeshiko
Yon ban tai Hachi Seki
The silent flower

avatar
Messages : 273
Date d'inscription : 30/01/2016
Âge : 21

Fiche perso
Niveaux:
44/100  (44/100)
Expérience:
250/7000  (250/7000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: FlashBack ~ It's for a good cause, I swear~ (Byakuya et Rukia)   Mar 27 Juin 2017 - 16:45




Je tenais toujours son visage en coupe de ma main gauche, la droite possédant désormais la pince à épiler très fines qui me servait aux opérations les plus délicates. Je pouvais sentir qu’il tremblait de mes actes futurs, même sans que son corps ne le montre, son énergie spirituelle était si tendue qu’elle frappait la mienne comme le vent bat les branches d’un cerisier entre elles. Je frémissais intérieurement à l’idée de m’occuper de toutes ces petites bêtes grouillantes et visqueuses, mais je n’avais pas le choix, sinon, l’œil de mon patient allait fini dévorer, et il ne pourrait plus jamais l’utiliser. J’inspirais longuement tout en massant encore quelques fois les paupières entre elles, pour faire bouger mon anesthésiant fait-maison et ainsi toucher les créatures immondes et les endormir. Je pouvais aussi sentir la tension de la jeune Kuchiki qui me faisait plus ou moins face, dans le dos de son ainé. Pourtant, si ce que je m’apprêtais à faire était pour le moins immonde, ce n’était quasiment rien, il n’y aurait ni chaire ni boyaux à l’air libre, rien de tout ça… Et je ne voulais pas qu’ils pensent que ce serait hardi à accomplir, c’était juste… Vraiment écœurant.

Mon patient était désormais plus ou moins calme, si son reiatsu était toujours agité, sa respiration s’était faite plus longue et lente que les premières, comme s’il avait prit une résolution. Reprenant la mienne, je rapprochais mon visage du sien, et aidée de mes lunettes, je m’apprêtais à saisir les premières larves endormies pour les mettre dans le bocal… Heureusement que je suis capable de contrôler ma gestuelle au mieux… Je n’ai pas eus de soubresaut au niveau de ma main, je me suis juste figée en plein milieu de ma gestuelle. Bien… Il vient de se rendre compte que je ne l’appréciais pas. Génial, et il n’a rien trouvé de mieux à faire que de me balancer ça pendant que je l’opère… J’ai inspiré par le nez longuement, avant de voiler mon regard quelques secondes. Les raisons pour lesquelles je ne l’appréciais pas étaient très simples à mes yeux… Mais il ne pourrait jamais les comprendre, trop froid, trop cassé, trop enfermé dans un passé qui n’a plus d’existence propre. Il ne voyait même plus les vivants…

La manière dont il l’avait dit… Comme si cela avait de l’importance pour lui… Lui qui n’articulait même pas pour parler aux gens, qui nous regardait tous deux haut, et qui ne prenait même pas la peine de croiser notre regard directement – Bon, moi non plus, mais je baissais la tête, je ne faisais pas mine de les écraser. Lui qui ne semblait pas comprendre que les émotions existaient pour une bonne raison… Et pas juste pour être annihilée par un caractère stupide. Si elles étaient futiles, alors, le corps humain qui est bien fait, ne les aurait pas créés ! Comment diantre, pouvait-il donc me demander ça, alors que par égo, il refusait de venir à la quatrième division, ou encore s’adresser aux petites gens… Comment espérait-il avoir le respect des autres s’il ne leur offrait pas ? Ce n’est pas en causant de haut et en ignorant les gens qu’on gagnait leur respect, c’est en les écoutants et en donnant le meilleur de soi-même… (Et encore, parce qu’en faisant cela, je gagne le même respect symbolique qu’on donne à une étagère meublée.)

J’ai soupiré de nouveau, et j’ai attaqué la récupération des larves, le plus rapidement et correctement possible. Il ne fallait pas laisser de morceaux des ces dernières, donc être aussi très délicate, tout en vérifiant leur était comateux. Toute cette histoire risquait d’être longue, car il y avait déjà une dizaine de larves dans le bocal, et qu’il y en avait encore beaucoup trop dans l’œil pour que je puisse voir les sacs conjonctivaux derrière elles. J’ai répondu donc, toujours en m’activant. « Je ne pense pas que ce soit le moment de parler d’appréciation, si je puis me permettre, vous ne voudriez pas que je tremble durant ce labeur, croyez-moi. » Et tout en faisant cela, je n’avais absolument pas scié, ma main se faisait vive, et la micro-pince saisissait chaque créature infâme pour venir la déposer dans le bocal au plus vite. Je risquais d’y passer un bon quart d’heure, alors autant faire au plus vite et ne pas me déconcentrer pour tout et n’importe quoi.

De plus, passer du temps dans le bureau d’un Taicho ne me plaisait pas des masses, surtout ce Taicho en particulier, et encore plus lorsque je sais que d’autres patients m’attendent encore jusqu’à cette nuit, environs 3h du matin… Des patients qui, je le précise, sont tout aussi récalcitrant que celui qui se trouve en ce moment même dans mes mains.



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Kuchiki Byakuya
Roku ban tai Taïcho | Cerisier Blanc
avatar
Messages : 2295
Date d'inscription : 02/07/2011
Âge : 34
DC : D'ongil Takouya

Fiche perso
Niveaux:
79/100  (79/100)
Expérience:
13370/17000  (13370/17000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: FlashBack ~ It's for a good cause, I swear~ (Byakuya et Rukia)   Mer 26 Juil 2017 - 12:00




Par le passé, il est vrai que le noble Kuchiki s'était enlisé dans un temps révolu, mais depuis la libération de sa cadette, il s'efforçait enfin à voir la réalité bien autrement. S'intéressant bien plus à ses hommes, comme à devenir enfin un frère digne de ce nom. Toujours aussi maître de lui même, Byakuya se contentait de rester immobile, tout en gardant cette main à plat, sur la surface de ce bureau qui avait connu de longues nuits blanches en sa compagnie. En son dos, il pouvait ressentir le soutient de Rukia, bien qu'elle ne disait plus mot, sans doute dans l'idée de ne pas déconcentrer Nadeshiko. Cette dernière venait d'ailleurs de suspendre son mouvement à son égard, comme  enregistrant cette question qui avait franchi les lèvres fines et pâle du Roku Ban Tai Taicho. Une demande pour le moins peu commune venant de sa part, lui qui d'ordinaire ne s'intéressait pas tellement à cela. Quelque soit la réponse, ceci n'impacterait point sur sa façon d'agir... Après tout, seuls  ses plus proches personnes savent comment il fonctionne réellement.. et encore, il gardait aussi une certaine part de mystère. Un cran de sûreté face à un univers  où tout est orchestré depuis votre naissance. Cependant, cette réponse lui convenait, ce n'était pas tellement le moment de parler de ce genre de fait, le capitaine des lieux en pouvait soutenir le contraire, et c'est silencieusement qu'il se laissa faire. Son œil lui apparaissait comme étranger à tout le reste de son corps. Un aspect véritablement nouveau, à par, cette sensation... telle une pression vive et presque éphémère, lorsque Nadeshiko venait poindre sa pince pour subtiliser ces envahisseurs, aussi vils que laids.

Restant immobile, on ne peut pas dire qu'il ne faisait pas le patient parfait. Il n’émit aucune plainte non plus, bien qu'il n'y avait aucune douleur, mais ce n'était pas pour autant très agréable à ressentir... bien qu'on lui épargnait la vue de telles créatures.  La patience, c'est tout ce que Byakuya devait faire l'objet présentement, alors que sa main sur son genou restait inerte, preuve qu'il contrôlait cette « terreur » qui était encore encré en son esprit. Tôt ou tard, il s'en débarrassera.......lorsque cette guerre sera sans doute achevée. Il désirait en être libéré...Il n'en disait jamais un mot, pas même à Rukia. L'idée de l’inquiéter avec de tels faits, lui paraissait comme inconcevable. Pour le moment, le chef de clan avait vaincu cette honte vis à vis de sa propre personne, avec l'aide de Renji, et cet ultime combat, il le mènera seul, cette fois-ci. Sa respiration se faisait toujours aussi profonde et lente, laissant son esprit se perdre un peu sur ce qu'il pouvait voir en face de lui...Il n'ignorait pas du tout celle qui la soignait, mais au contraire, respectait simplement sa concentration et son devoir. Lui même apprécierait que l'on face de même lorsqu'il se devait d'agir.  De plus, il est vrai qu'il aurait dû rejoindre la Quatrième Division depuis un moment afin de faire suivre son œil, et il ne l'avait point fait.. par fierté.. et parce qu'il s'acharnait ces derniers temps à  s’entraîner, lui comme ses hommes. En tant que prisonnier, Byakuya avait pu entrevoir les forces que possédaient Aizen et ses sbirs, tout comme ses faiblesses d'ailleurs.

Mais il n'en restait pas moins que celon lui, le Gotei Treize s'était un peu trop reposé sur ces années de paix, jusqu'alors accumulées. Le réveil ne semblait pas des plus faciles à accepté, mais le noble Roku Ban Tai Taicho tâchait de s'y faire. Lui qui jusque là connaissait sa puissance, se savait un peu en dessous, et il voulait remédier à cela.. tout comme il s'attachait à devenir une personne plus ouverte aux autres, affrontant le présent et le futur, tout en concevant en lui, cinq années de vie.... précieuse à son cœur. Ce n'était pas une chose qu'on en pouvait comprendre si l'on ne l'avait jamais vécu, et Byakuya ne demandait certainement pas à être des plus compris. Il était simplement ce qu'il était.. et agirait toujours en tant que tel. Tout à ses songes, son regard semblait plus terne, comme témoignage de cette éloignement face à la réalité.. Mais cela avait aussi pour effet de lui faire totalement oublier les pressions exercé sur son œil, ainsi que les picotements. Le temps s'écoulait,et il ne saurait dire combien de minutes exactement..La seule chose qui était certaine, c'est qu'il fera bien plus attention à sa propre santé. Pour lui, comme pour Rukia. L’inquiéter de la sorte avait été stupide de sa part. Byakuya devait remédier à cela..et secrètement, il demandait pardon à sa cadette...Cette dernière se tenait derrière lui, sans le moindre mot, et il lui en était reconnaissant. Bien qu'il ne le formulera peut être pas de vive voix, on pouvait toujours compter sur le capitaine de la Sixième Division, pour trouver une idée de choix, sans pour autant se dévoiler... quand il voulait remercier. Il avait cette faculté de jouer au petit lutin. Ce qui pouvait agacer comme amusé ceux qui connaissaient cette tendance dans sa personnalité....compliquée.  



_________________

« Nous ne devons jamais verser de larmes. Les larmes ne sont rien d'autre que la défaite du corps contre le cœur. Elles constituent la preuve que garder un cœur ne sert à rien d'autre qu'à s'affaiblir. »


Ma galerie
Revenir en haut Aller en bas
https://www.facebook.com/Mariews-549408925120096/
Tsukino Nadeshiko
Yon ban tai Hachi Seki
The silent flower

avatar
Messages : 273
Date d'inscription : 30/01/2016
Âge : 21

Fiche perso
Niveaux:
44/100  (44/100)
Expérience:
250/7000  (250/7000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: FlashBack ~ It's for a good cause, I swear~ (Byakuya et Rukia)   Dim 30 Juil 2017 - 2:16




Je n’arrivais pas véritablement à compter, mais je savais que le noble Kuchiki possédait bien plus d’une trentaine de ces petits parasites dans l’œil. Immondes créatures infâmes et rampantes qui n’auraient pas vu le jour si ce dernier avait fait attention à son œil fragilisé par son passage au Hueco Mundo. Oui, j’étais quelque peu colérique, mais c’était une erreur d’enfant qu’il avait commise, probablement sa fierté qui l’avait forcé à refuser les rendez-vous médicaux, et mit sa santé en danger. Il y en avait trop… Trop ! Et en plus, sachant que cette personne m’était plus ou moins antipathique, je me devais déjà de me battre pour ne pas le voir comme il était à mes yeux, mais comme un simple petit patient nécessitant des soins. Et pourtant, cet idiot, alors que je l’opérais dans ce même instant, lui, osait me parler de nos relations houleuses… Franchement, ce n’était décidément pas la chose à laquelle je pensais en ce moment. C’était je dirais, la toute dernière en fait.

Encore un vers dans le bocal.

J’orientais le visage de mon patient afin d’avoir accès à toutes les petites bêtes qui grouillaient dans son orbite. Je le savais tendu, puisque je voyais sa main pâle reposée sur son bureau du coin de l’œil, l’autre sur son genou. Oui, cette manœuvre était extrêmement longue, mais je n’y pouvais rien, ce n’était pas des portées de six comme la plupart des mammifères communs. Non, c’était des sacs hideux contenant chacun des centaines d’œufs de ces choses gluantes et blanches. Si je les avais endormis avec mon anesthésiant, certaines luttaient encore un peu, tremblant alors que j’approchais ma pince pour les déloger de la cornée qui leur servait de repas. Je réprimais un frisson de dégout. Ces choses étaient tout aussi horribles à mes yeux que les arachnides qui pondaient leurs œufs dans les intestins des mammifères, attendant d’éclore pour ensuite le dévorer. Oui, je ne tolère que peu d’invertébrés et d’insectes… ça s’arrête aux papillons, grillons et mante-religieuse.

Je continuais mon ouvrage, observant la sœur cadette de mon patient derrière ce dernier. Elle était silencieuse, mais je pouvais voir son inquiétude et son sérieux. Cette jeune femme avait vécu de terribles évènements, outre sa condamnation express que personne n’avait semblé vouloir contesté comme si tout était normal, alors que justement, cela n’avait rien de logique, ses liens avec cette famille noble, mais aussi les combats récents. Voyant que j’avais besoin d’un coup de main léger, elle appuya sur la nuque de mon patient pour l’incliner vers moi, et ainsi me permettre une meilleure vue plongeante sur ma cible. C’était un vers récalcitrant qui avait décidé de rester dans le sac conjonctival en sentant qu’il s’endormait. Et ça ne m’arrangeais pas du tout à vrai dire. Car je pouvais abimer l’intérieur de la paupière de mon patient en passant avec la pince à épiler, et comme j’avais anesthésié l’œil en question, il ne pouvait pas pleurer… Mais je pouvais l’hydrater !

« Kazuo, le serum physiologique au basilic s’il vous plait. » Ai-je dit d’une voix lente et calme tout en tendant ma main avec la pince, cette dernière coincée entre ma paume et mes deux derniers doigts.

Il me le tendit, et avec mon pouce et mon index, je saisis le petit flacon de larmes artificielles parfumées. Ça allait faire pleurer le noble, ça c’était sûr, étant donné que cela favorisait la création des larmes, et que présentement, j’en avais grandement besoin, ne serait ce que pour déloger l’infâme petit être encore caché. Il ne devait plus en rester beaucoup à présent, une dizaine tout au plus. A vrai dire, je ne savais même pas depuis combien de temps j’étais au dessus de Kuchiki Byakuya, jusque que je rêvais de me laver les mains au moins dix fois pour cette opération. « Penchez le en arrière s’il vous plait, Rukia-sama » demandais-je à la cadette de mon patient, qui s’exécuta, inclinant ainsi parfaitement le visage de l’homme qui était trop fier pour se faire soigner. J’ai alors prit le flacon et déversé trois gouttes dans l’œil gardé ouvert et devenu inerte. Je l’ai alors refermé et massé les deux paupières pour ensuite les rouvrir… Comme je le pensais, quelques larves apparurent à la surface de l’œil, glissant jusqu’au coin sous l’influence du liquide.

« Noyez-vous donc bien... » Murmurais-je pour moi-même en contemplant les sales petites bêtes qui glissaient encore. Je les haïssais plus que tout. Ces êtres infâmes et hideux. J’ai donc rendu le flacon, avant de reprendre correctement la pince à épiler incroyablement petite pour reprendre le travail premier. J’ai donc enlevé toutes les larves restantes pour les déposer dans le bocal, qui fut refermé par Toki d’un geste vif. Elle me tendit alors sans même que j’eus à le demander, le nettoyant de nouveau. J’en versais cette fois-ci une plus grande quantité, et massais les deux paupières du bout des doigts tout en rendant la pince et en éteignant la petite lampe sur mes lunettes de fonction. C’était enfin terminé. Oui, ENFIN ! Je détestais ces choses du plus profond de mon être. J’ai alors fait un bandage imbibé de vapeur forte afin de forcer les canaux lacrymaux d’agir un moment, pour nettoyer toutes les secrétions laissées par ces bestioles dégoutantes, et je l’ai appliqué sur l’œil fermé du noble, attachant celui-ci par des lanières de cuir. Il avait un peu l’air de Kempachi-Taicho… Mais bon. Ce n’était pas comme si j’avais le choix, et je ne comptais pas le lui laisser non plus.

« Vous allez devoir garder ce bandage au moins cinq heures, il est imbibé d’un sérum qui va permettre de stimuler vos canaux lacrymaux, et ainsi de nettoyer votre œil correctement. Je reviendrais vous l’enlever moi-même afin de désinfecter une dernière fois et de voir comment va votre cornée. En attendant, vous allez vous reposer, et cela ne souffre d’aucun refus, me suis-je bien faite comprendre ? » Si je restais le plus neutre possible, je tentais aussi de garder un ton ferme, parce que courir après ce capitaine commençait à me poser problème, vraiment.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Kuchiki Byakuya
Roku ban tai Taïcho | Cerisier Blanc
avatar
Messages : 2295
Date d'inscription : 02/07/2011
Âge : 34
DC : D'ongil Takouya

Fiche perso
Niveaux:
79/100  (79/100)
Expérience:
13370/17000  (13370/17000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: FlashBack ~ It's for a good cause, I swear~ (Byakuya et Rukia)   Lun 7 Aoû 2017 - 14:59




Le temps n'avait plus tellement de notion pour Byakuya qui se montrait docile face aux soins prodigués par Nadeshiko.  Sentant les mains de sa cadette le guider, le noble  finit par peu à peu se détendre, sa main se relâchant sur son genou. La sensation désagréable était pourtant bien là, dans son œil, mais pouvait il s'en plaindre ? Trop concentré sur ce qu'il avait à faire pour entrevoir qu'il aggravait sa santé.Une erreur qui ne se reproduira point. Notre Roku Ban Tai Taicho avait été élevé afin d'agir pour les autres et les guider, ce qui ne l'empêchait pas de posséder une certaine arrogance, mais en était ce vraiment quand on connaissait ses capacités... Point toujours. Le fait est qu'il se retrouvait à présent sur cette chaise, à côté de son bureau, subissant les assauts d'une pince à épilée, sous l'emprise d'une main experte. Vint un liquide, offrant une sensation de brûlure.. puis de fraîcheur.... l'on vint fermer un peu son œil, comme pour bien diffuser tout cela, alors qu'une odeur médicale vint heurter ses narines. Était ce le signe que la fin de tout cet exercice ? Probablement,  La tête pencher en arrière, Byakuya pouvait voir les traits de Rukia.. elle paraissait si sérieuse et appliquée. Son front témoignait toute fois d'une certaine inquiétude. Un aspect qui culpabilisait  en son for intérieur, ce frère qui s'était juré d'être le meilleur rien que pour elle.. Il avait tant à faire pour se racheté à ses yeux.  De son œil unique, le maître des lieux  gravait en sa mémoire ce visage.. Il lui ressemblait tant..... et pourtant, Rukia était bien plus forte, et  un jour peut être qu'elle n'aura alors plus besoin de lui.  Une pensée à la fois triste et fière... une tristesse car alors elle s'en ira, et lui restera dans sa solitude. Iie, évidemment qu'elle ira de l'avant, mais cela ne voudra point dire qu'elle s'éloignera pour autant.

Restant à ses songes, le temps se fit encore plus étrange... de sa position, il ne pouvait pas même entrevoir l'horloge de la pièce. Cependant, Byakuya sentit qu'on lui mettait une sorte de compresse ainsi qu'un bandeau. Cela ne lui avait guère manqué tient. Mais pouvait il s'en plaindre ? Non, il l'avait mérité. Néanmoins, il savait que cette fois, ce ne serait que temporaire.  Bien loin de  ne pas apprécier Nadeshiko, le noble se détacha peu à peu des mains de sa sœur, sa chaire oubliant lentement la chaleur de ses doigts. Reprenant une posture un peu plus droite, et plus confortable, l'homme tourna son visage vers la jeune femme, lui offrant un regard à œil unique.  Ainsi, il observait un visage aussi grave qu'intransigeant, auquel il ne fera pas opposition. Ici, il n'était pas un Taicho, mais un patient.  Inclinant un peu son menton,  sa voix monocorde vint à répondre.



Il sera fait comme vous l'entendez.


Quand bien même il lui en coûtait d'être mis au repos. La guerre était belle et bien présente, et Byakuya se refusait d'être absent pour ses hommes comme pour les gens qui attendaient sa protection. Le peuple en autre.  Mais il savait aussi que ce n'était certainement pas avec une santé précaire qu'il arriverait à quelque chose... non sans parler d’inquiéter sa sœur qui ne sera alors pas concentré sur son devoir.  Par ce choix, il montrait simplement l'exemple.  Il laissera donc la Division aux mains de Renji pendant ce  de temps. , avant de revenir et cette fois ci au meilleur de sa forme, et on ne viendra certainement plus lui faire le moindre sermon dans son propre bureau.  


Combien de temps devrais je le garder ?


Sous entendu, quand viendra-t-elle le lui retirer. Certes il allait se reposer, mais il devait au moins donner une idée, afin que Renji puisse s'organiser au mieux pour la Division,comme les possible réunions urgentes. Peu à peu, son œil paraissait s'éveiller des limbes.. mais évidemment, il n'y voyait que du noir...  «  Noyez vous bien » avait elle proféré... c'était plutôt lui qui baignait dans la noirceur d'un souvenir pas si lointain... Un fait qu'il allait devoir vaincre et seul. Quoi qu'il en soit, l'entrevu touchait à sa fin et heureusement qu'elle avait eut lieu, car alors, Byakuya n'aurait plus rien à envié à Zaraki, tout en se maudissant de lui même pour une telle légèreté sur sa santé... Même Hisana ne serait pas ravis de ce genre de comportement de sa part.


_________________

« Nous ne devons jamais verser de larmes. Les larmes ne sont rien d'autre que la défaite du corps contre le cœur. Elles constituent la preuve que garder un cœur ne sert à rien d'autre qu'à s'affaiblir. »


Ma galerie
Revenir en haut Aller en bas
https://www.facebook.com/Mariews-549408925120096/
Tsukino Nadeshiko
Yon ban tai Hachi Seki
The silent flower

avatar
Messages : 273
Date d'inscription : 30/01/2016
Âge : 21

Fiche perso
Niveaux:
44/100  (44/100)
Expérience:
250/7000  (250/7000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: FlashBack ~ It's for a good cause, I swear~ (Byakuya et Rukia)   Lun 7 Aoû 2017 - 21:53




Les patients étaient souvent récalcitrants à cause de la peur. J’ignore pourquoi, mais ils se persuadent souvent que nos soins vont être terriblement douloureux… Alors que s’ils réfléchissaient correctement, ils sauraient que l’absence de soin pourrait conduire à bien pire qu’une vulgaire petite douleur… Infection, septicémie, amputation… Conserver le mal était la chose la plus stupide que je connaisse et pourtant, tous s’accordaient à vouloir suivre ces préceptes… À croire que les médecins sont des créatures des enfers pour les gens… Je ne les comprends pas, je dois bien l’admettre… Entre prendre le risque de perdre la vue, et deux petites heures à attendre qu’on me soigne… Le choix n’avait même pas lieu d’être. Mais ces gens là ne semblaient pas avoir un sens des priorités très éclairés… Ou bien étaient-ils un tant soi peu masochistes ? Dans tous les cas, je ne pouvais plus rien pour eux s’ils ne comprenaient pas le bien fondé d’être soigné par des experts.

Rendant le matériel utilisé à mes apprentis et retirant mes lunettes loupes, je profitais de quelques secondes de répit pour habituer mon regard à une vue de nouveau normale. Je clignais d’ailleurs plusieurs fois des yeux afin de me réadapter. C’était bizarre, comme si ma vue s’était assombrie – absence de la lampe – et que je m’étais reculée de plusieurs centimètres supplémentaires. Me débarrassant d’ailleurs des lunettes en les laissant à Kazuo, je pris rapidement le flacon de solution hydro alcoolique et en versais généreusement sur mes mains. Tout en apercevant mon patient se remettre de ce qu’il venait de se passer, il venait de se redresser sur sa colonne, se remettant droit et raide, je me frottais les mains avec vigueur. Comme si cette solution allait pouvoir effacer la vision de ses choses grouillantes à portées de main… J’en étais écœurée rien qu’à y repenser de nouveau. Dire que j’exécrais ces choses là était bien trop gentil encore pour mon état d’esprit. Je pouvais tolérer les sangsues en cas de bleu, mais pas ces immondices là…

Toujours en train de frotter mes mains, je pouvais sentir le regard de mon patient sur moi, et un frisson descendit de la base de ma nuque jusqu’à mon échine, me crispant et me forçant à garder une posture raide et droite en sa présence… C’était… désagréable… Je détestais être fixée. Lorsque sa voix atone prit la parole, me faisant presque sursauter puisqu’il m’était apparu, pendant quelques instants, telle une statue de marbre, j’ai cligné des yeux à plusieurs reprises. Ah oui, c’est à moi qu’il parle… Oui logique, je suis la seule à lui avoir parlé… Il m’annonça qu’il agirait comme je l’entendais… Et bien heureusement qu’il comptait m’obéir à ce sujet ! Je n’avais pas passé ces deux heures à retirer des vers de son œil pour qu’il refasse la même erreur et finisse par détruire sa vue en quelques jours avec l’aide d’une infection ! Je soupirais quelque peu, continuant de nettoyer mes mains avec force avant de tiquer à sa nouvelle prise de parole. Une question. Sur le temps qu’il devrait garder le bandage…

« Gardez-le jusqu’à demain, 17h… je vous attendrais dans mon office à la 4e division… En attendant… Reposez-vous bien, et évitez de fatiguer votre vue… » Me suis-je entendue répondre en rendant le flacon nettoyant à mon apprentis. Les trois autres avaient commencé à ranger notre matériel, et saluait déjà les deux Kuchiki d’une révérence. « Merci d’avoir accepté les soins, Kuchiki Byakuya, et merci, Kuchiki Rukia de m’avoir secondé lors de cette opération… » Ai-je fini par dire en m’inclinant à mon tour avec une grande délicatesse, faisant tinter les pics à fleurs qui étaient dans mes cheveux.

Je leur aie offert à tous les deux un maigre sourire avant de m’échapper à mon tour du bureau du Taicho de la 6e division. J’étais épuisée, je devais l’admettre, et pourtant, j’avais encore trois patients à retrouver. Je m’en suis occupée jusqu’à l’épuisement total, comme à chaque fois… Et tandis que j’espérais pouvoir retrouver mon hamac fleurit dans mes appartements, j’ai été retenue. Un entrainement de la 11e division qui avait mal tourné… Une jambe à recoudre… J’ai pu m’échapper aux alentours de trois heures du matin, et là, je ne me sentais plus épuisée, juste éreintée au possible essoufflée, nauséeuse… Et pourtant, je me suis levée aux aurores, et j’ai repris la routine, m’occupant d’Hinamori Momo, toujours comateuse, puis des autres patients présent dans ma division. C’était un naturel qui m’appartenait, peu importe l’état de fatigue dans lequel j’étais… Pourtant, à l’heure du rendez-vous, j’étais fraiche et pimpante pour retirer le bandage de mon patient le plus récalcitrant de la décennie… Je suis restée d’aspect neutre tout le long de la consultation, et je lui ai prescrit sur la fin, des gouttes à verser dans son œil tous les jours, matin et soir. Trois gouttes d’eau florale de basilic africain…

Mais j’ignorais que la prochaine visite que je ferais pour cet homme serait le début d’un cauchemar…



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: FlashBack ~ It's for a good cause, I swear~ (Byakuya et Rukia)   

Revenir en haut Aller en bas
 

FlashBack ~ It's for a good cause, I swear~ (Byakuya et Rukia)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» 1.06 All Good Things Must Come to an End
» Good Morning England - Demande de partenariat
» [RP Flashback] Entre Nymphomanie et Psychopathie...
» 07. It's a new day, a new start, and I'm feeling good!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach Incarnation :: Soul Society :: Seireitei :: Gotei 13-