lienlien
   Shinigamis : 11 ‖‖ En conflit
  Prédef : On       Inventés : On
   Exilés : 05 ‖‖ Neutre
  Prédef : On       Inventés : On
   Vizards : 01 ‖‖ Alliés à la SS
  Prédef : On
    Humains : 03 ‖‖ Neutre
  Prédef : On       Inventés : On
    Quincys : 01 ‖‖ Neutre
  Prédef : On       Inventés : On
    Arrancars : 08 ‖‖ En conflit
  Prédef : On       Inventés : On



 

Partagez | .
 

 Un fremen et une shinigami ( PV Ozalee & Nade) (Les rues, Gotei 13)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
D'ongil Takouya
Kyu ban tai san seki | Marchand de sable
avatar
Messages : 254
Date d'inscription : 09/06/2013
Âge : 34
DC : Kuchiki Byakuya

Fiche perso
Niveaux:
60/100  (60/100)
Expérience:
1150/8000  (1150/8000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Un fremen et une shinigami ( PV Ozalee & Nade) (Les rues, Gotei 13)   Dim 26 Juin 2016 - 20:13





Le soleil était un peu en fin de course dans les cieux. Un ciel rosé dépourvu de nuage. Un temps chaud, peut être même un peu trop pour un bons nombres de shinigamis de la Neuvième Division... à l’exception de leur Troisième siège. En effet ce dernier se sentait dans son élément depuis que l'hiver s'en était allé. Toujours calme et tranquille, sa sérénité avait prit de l'ampleur, comme toujours à cette époque de l'année. Takouya était du genre à supporter les grande chaleur et à fuir tout ce qui pouvait faire office de grand froid.. si on peu parler de petites températures, parce qu'en vérité... notre petit D'Ongil était l'un des hommes les plus frileux de la Soul Society. Chose qui lui était parfois moqué, quand le temps s'y prêtait, car il restait un shinigami plutôt apprécier, malgré son langage parfois déroutant. Hors donc, en cette fin de journée, notre jeune noble soufflait enfin. Les journées étaient intenses au vu de la guerre et de l'attente.. Takouya pouvait sentir cette pression imposé par le Hueco Mundo. Mais depuis que le Gotei Treize avait pu faire cette alliance, il y avait comme un espoir. Sans parler du retour du Sihaya... enfin Kuchiki Taicho. Cet homme  qui n'était autre que le mentor spirituel de notre protagoniste.  Sans vouloir jamais être vraiment dans son sillon, notre jeune San Seki le gardait en exemple.. et était des plus soulager de le savoir aussi fort qu'avant, si ce n'était plus d'après  Abarai Fukutaicho.. Ce dernier.. il y avait un moment qu'il ne l'avait croisé d'ailleurs, comme le petit Hirô. Celui ci avait le moral au plus bas, mais à présent tout devrait aller mieux depuis que le chef de leur clan était présent et parfaitement lui même.

Marchant dans les allées de pavés larges et clairs, Takouya éprouva le désir de dessiner un peu...alors que Mudir.. la chauve sourit des sable, virevoltait à ses côtés. Cela faisait un moment qu'il ne s'était point prêter à cet exercice.. et pourtant, c'était toujours un élément apaisant, comme de fumer un peu. Mais là cela serait trop oisif en cette heure. Il venait tout juste de quitter son service, sous les ordre d'Hisagi Fukutaicho. Autant en profité un peu. Ghanima le lui soufflerait sans doute depuis son monde intérieur.. tout en sirotant une bière d'épice. Passant une main sur son front, il chassa un peu de sueur sur son front, et s'engagea dans une rue adjacente, quittant définitivement les locaux de la Neuvième Division, s'engageant dans un lieu neutre. Il n'avait pas réellement de but précis en sa démarche dynamique mais tranquille. Notre jeune  héritier cherchait tout bonnement un bon endroit pour s'installer, sans être trop gêné par qui que ce soit.. Aussi... il finit par jeter son dévolu sur un petit parc, non loin de la Sixième Division. Le soleil était encore suffisamment haut pour y voir clair.. ça lui laissait bien deux bonnes heures avant de rejoindre sa propre demeure. De toute façon il n'y était pas vraiment attendu pour le moment. Autant en profité..

Passant les premiers arbres et les banc qui suivaient un petit chemin de terre, Takouya finit par aller s'installer en tailleurs dans l'herbe.. en plein soleil quand d'autres iraient à l'ombre. De quoi rendre curieux, alors que notre shinigami se complaisait à attraper son carnet noir pour y venir crayonné le paysage.. habitude depuis l'enfance, bien qu'il ne faisait que rarement partager ce genre de moment... pas même à sa jeune sœur.. Enfin ça dépendait en vérité. Quoi qu'il en soit sa gestuelle était sûr et appliqué, témoignant de sa longue pratique, alors que sa chevelure presque blanche, calfeutrait un peu son visage concentré et serein... un instant rien qu'a lui et qui lui faisait un peu oublier ses devoirs et l'état d'urgence. Qui sait, peut être que demain il se devra de combattre.. mais au fond de lui même, il se sentait prêt, tout comme Ghanima qui sillonnait encore le Sareer de ses anneaux... sans cesse en mouvement.. comme le désert se le devait... sans cesse changeant.. car la stagnation était la mort assuré.

Savourant simplement se moment, le noble D'Ongil se perdit un peu en ses pensées.. oubliant le reste et le temps qui défilait lentement....assit dans cette herbe et s'abreuvant de cet astre brûlant qui faisait un bien fou.. Un temps idéal pour combattre en tant que fremen.. Son regard doré ne lâchait pas sa feuille du regard, venant à ajusté certains tracés, ou faire oublier quelques maladresses rares. Sa respiration était simple et apaisante, démontrant un totale relâchement de sa personne. Une mèche de sa chevelure, venait parfois taquiner sa main droite qui s'exerçait sur le carnet, tandis que Ghanima.. son zanpakuto, reposait sagement à ses côtés. Quand à Mudir, éh bien elle dormait à l'abris de cette longue chevelure..sur son épaule gauche.



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Mei Lin Zhang

avatar
Messages : 32
Date d'inscription : 08/06/2016
Âge : 23
DC : Aucun

Fiche perso
Niveaux:
37/100  (37/100)
Expérience:
750/6000  (750/6000)
Spécialité: Hakuda

MessageSujet: Re: Un fremen et une shinigami ( PV Ozalee & Nade) (Les rues, Gotei 13)   Mar 28 Juin 2016 - 17:29


Fin de journée ~



Pas une brise. Pas un brin de vent. Juste une chaleur pesante et une fin de service bien méritée. Non pas qu’elle eut grand chose à faire de différent d’ordinaire mais le belle brune aimait plus que tout que sonne le glas de son service. Pourquoi ? Simplement parce que cela lui rappelait ses bons moments passé avec Ginjiro autrefois. Quand elle se sentait encore à sa place dans sa division. Avant l’arriver de ce Kuchiki en couche culotte. La jeune femme se leva et s’étira en lâchant un soupire d’extase. Que de plaisir de sentir à nouveau ses membres et non plus cet engourdissement qui lui provoquait le travail de bureau. Mais elle n’allait pas ce plaindre, il en allait de sa fierté. Certes, elle n’était pas le meilleur élément de cette division, et de loin même/ après tout, cela faire cent soixante dix neuf ans qu’elle était au même poste. Mais elle n’en avait que faire, elle aimait cette division et ferait tout pour la protéger. Elle l’avait juré à son ancien taicho.

Marchant rapidement, Lee sorti rapidement de la sixième et inspira profondément. L’air sentait encore le soleil et cela la fit sourire. Elle récupéra un sac caché dans un coin et prit le chemin vers le petit parc au style japonais jouxtant sa division. Mais elle s’arrêta et leva le nez. Elle avait soudain une flemme monstrueuse de faire tout le tour pour arriver a l’entrée alors que seul un mur la séparait de son moment de plaisir de la journée. Impulsive n’est-ce pas… ? Un sourire mutin se dessina sur ses lèvres pulpeuses et d’un bon souple, notre dixième siège atterrit sur le sommet de ce mur qui l’empêchait de passer. Puis elle se laissa retomber de l’autre côté. Quand son pied toucha terre, elle réajusta sa poitrine dans son haut en ronchonnant, c’est que cela l’emmerdait franchement cette chose là !

Ce n’est qu’une fois dans le jardin que la belle brune sortit son péché mignon de son sac en souriant. Prenant le chemin vers son arbre fétiche, là où elle avait passé tant de avec son ami, autrefois, Lee ce mit à fredonner une vieille comptine du quatre-vingtième district. Là où elle avait vécu et grandit. Le soleil couchant donnait un aspect rosé et orangé à tout ce qui l’entourait, adoucissant le paysage si dur et strict du Gotei 13. Elle s’arrêta en apercevant, plus loin, une tignasse couleur neige. Un haussement de sourcil, la dixième siège tenta de se rappeler qui avait de tel cheveux ici… Outre la capitain Ukitake, le capitain Hitsugaya et le capitain Ichimaru, la pauvre femme n’avait aucune idée de qui cela pouvait être, elle ne s’amusait pas à retenir me nom de toutes les personnes croisées une fois dans ça vie, elle aurait le cerveau plein pour rien. Elle soupira discrètement, elle allait devoir lui passer devant pour allez sur son arbre…. Par pure flemmardise de devoir faire le tour. Après tout, elle avait le droit de ce trouver ici non ?

Reprennant sa marche, Lee sortie un des gâteau qu’elle avait mit dans son sac le matin même et commença à manger tout en avançant, constatant avec surprise que l’inconnu semblait plongé dans un croquis. Cela lui tira un maigre sourire, au moins savait-il user de ses mains pour autre chose qu’un combat… Quelques idées peu orthodoxes lui traversèrent l’esprit. La belle se mordilla la lèvre avant de secouer la tête. Non ma puce, tu n’y pense même pas ! Mais plus elle avançait et plus elle pouvait percevoir les traits délicats de son visage, l’expression concentrée mais malgré tout détendu qu’il arborait… Il était indéniablement son style d’homme, mais cette expression calme et sereine, concentrée sur quelque chose comme ce dessin… Cela lui rappelait désagréablement un gamin en couche culotte qu’elle se mettait un point d’honneur à oublier en quittant son service !

Ne souhaitant pas le déranger, elle passa discrètement à ses côtés, se doutant qu’il la ressentirait mais au moins, elle se faisait un point d’honneur à passer en faisant le minimum de bruit. Après tout, la nature était l’endroit où elle se sentait le plus a son aise… Une fois le bel inconnue dépassé, elle piocha une autre sucrerie de l’intérieur de son sac et mit la sucette dans son bec avant de glisser la bouteille entre ses seins et d’escalader l’arbre, avec une grande facilité. Nue pieds, comme toujours, elle ne pouvait déraper. Et puis, c’était bien plus amusant de monter à un arbre par les méthodes habituelles plutôt que d’y arriver d’un simple saut. Prenant place sur sa branche fétiche, elle déboucha son broc et but une longue rasade d’alcool qui vint lui brûler délicieusement l’œsophage, lui tirant un doux gémissement de bonheur. C’était ça la vie !

Kaminari émit un feulement de protestation dans l’esprit de sa partenaire, la faisant sourire. Lee sortie alors son tanto de son fourreau et versa un peu d’alcool sur la lame, calmant la panthère qui se mit a ronronner en imposant l’image de Ginjiro avec elles… La shinigami se mit à murmurer pour elle-même et son zanpakuto :

-Excuse-moi Chaton… Tu as raison, c’était mieux quand il était là….


Revenir en haut Aller en bas
D'ongil Takouya
Kyu ban tai san seki | Marchand de sable
avatar
Messages : 254
Date d'inscription : 09/06/2013
Âge : 34
DC : Kuchiki Byakuya

Fiche perso
Niveaux:
60/100  (60/100)
Expérience:
1150/8000  (1150/8000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: Un fremen et une shinigami ( PV Ozalee & Nade) (Les rues, Gotei 13)   Jeu 4 Aoû 2016 - 17:14







Le tracé ne souffrait aucune rature ou presque.. venant simplement à être rajusté par moment, afin que la ligne soit le reflet du désir de celui qui manipulait l'instrument. Mais tout en ce faisant, Takouya n'était point aveugle envers ce qui l'entourait et il parvint sans peine à ressentir une présence non loin de lui... Une force amical si l'on peu dire, car elle s'avérait être celle d'un shinigami..... Délaissant un instant son dessin, le regard doré de notre jeune San Seki vérifia ceci.. dénotant alors qu'il s'agissait d'une femme. Cette dernière avait eut la décence de ne pas le déranger visiblement. Un fait redevable,  et que dans un sens, notre shinigami aurait respecté à son tour envers elle... mais ce qu'il entendit lui fit dresser les oreilles, sous sa chevelure blanche. Apparemment cela sonnait comme un regret. Mais devait il vraiment s'en mêler ?   Refermant son carnet, Takouya se rappela alors sa rencontre avec Ren Hai.. L'aide qu'il lui avait apporté. Il semblerait que notre homme était doué pour ceci, bien qu'il préférait la plus part du temps ne pas s'installer dans les problèmes d'autrui.  Aussi, notre D'Ongil se contenta de se redresser, abandonnant l'herbe si agréable pourtant sous ce soleil bien chaud.. De quoi faire un peu râler Ghanima, parce qu'il se dirigeait à l'ombre des arbres... sous les branches où se tenait Ozalee. Quelle honte d'être ainsi à l'ombre face à cette chaleur... mais n'était ce as le propre du fremen que de se prémunir aussi de cela pour ne pas perdre inutilement son eau ?

Chose que Takouya gardera pour lui même... amusé par le comportement de son zanpakuto, tandis qu'il se contentait de poser une main sur le tronc de l'arbre...Voilant son regard.. il pouvait ressentir sa texture irrégulière, mais agréable sous sa paume.  Son nez notait les différentes senteur d'herbes et de plantes alentours..Un moment de paix en toute cette agitation qui malmenait le Seireitei actuellement. Devait il véritablement parler ?... lui qui n'avait jamais été trop bavard, mais plutôt contemplatif ? Après tout..... de quoi se mêlait il.. Au final, notre Shinigami abandonna sa prise sur l’écorce pour se détourner.. Cela serait bien maladroit, autant laisser les choses comme elles sont.  Faisant mine de partir, son carnet glissa de son giron, afin de choir dans un son très étouffé sur le sol. Entre deux racines. Cependant, le protagoniste des lieux ne s'en était pas encore rendu compte, alors qu'il se rapprochait du petit chemin qui  menait vers la sortie du jardin.

Ce carnet pourtant c'était bien son ultime refuge face à ses responsabilités. IL ne s'en plaignait jamais d'ailleurs.. il faisait ce qu'il devait mais.. c'était quand même un repos satisfaisant que d'avoir son moment de dessin à soit. Tout comme de fumer un peu d'ailleurs... Et pendant qu'il repartait, Mudir quand à elle  s'éveilla pour venir virevolté au niveau du perchoir d'Ozalee, venant presque à l’effleurer de ses petites ailes de soie. Notre chauve souris du désert avait laisser parler sa curiosité, contrairement à son jeune maître, insconcient du bien qu'il laissait derrière lui.... le carnet était entre ouvert, sur un portrait simple mais qui possédait un charme certain.  Mais... l'absence de l'animal attira l'attention de Takouya qui sans se détourner l'appela gentiment de sa voix tranquille :


Mudir. Nous y allons.

Son pas était lent.. comme s'il l'attendait.. elle ne venait jamais à le quitter bien longtemps d'ordinaire.. et se contentait de dormir sur son épaule, quand il n'était pas de service.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Mei Lin Zhang

avatar
Messages : 32
Date d'inscription : 08/06/2016
Âge : 23
DC : Aucun

Fiche perso
Niveaux:
37/100  (37/100)
Expérience:
750/6000  (750/6000)
Spécialité: Hakuda

MessageSujet: Re: Un fremen et une shinigami ( PV Ozalee & Nade) (Les rues, Gotei 13)   Dim 4 Sep 2016 - 23:23

Le chant du coeur ~


D’aussi loin qu’elle puisse ce souvenir, la jeune shinigami ne s’était que rarement sentie aussi seule. Sans doute parce que l’on approchait de la date d’anniversaire de la retraite de son ami. Ou bien était-ce dû à sa promotion et au fait que les gens était soudain plus respectueux avec elle ? C’était incompréhensible. Elle n’avait changée en rien, restant fidèle à elle-même… Mais en ce bas monde, si l’on pouvait appelée la mort un monde, qu’est-ce qui était logique ? Kanimari se frotta contre elle, ronronnant doucement alors que sa maîtresse portait la flasque d’alcool à ses lèvres. La brulure de l’alcool lui rappela qu’elle était encore en vie, malgré sa première mort. Au final, elle ne savait rien de sa vie sur Terre. Simplement qu’on l’avait trouvée bébé au Seireitei… La belle brune ferma les yeux alors qu’une douce odeur de soleil et de sable vint lui chatouillée les narines. Apparemment le Shinigami approchait. Mais Ozalee n’en avait que faire. Tout beau qu’il soit, il  semblait solitaire, ce qu’elle respectait. Ainsi ce mit-elle à fredonner doucement ce petit air entêtant qu’elle avait entendu dans le monde des vivant. Air qu’elle avait cherchait pour finalement en apprendre les paroles.

Levant le nez vers le ciel, la belle entrouvrit les lèvres, comme si elle était totalement seule pour entamer le refrain, tapotant le rythme des doigts sur son zanpakuto, ce qui vexa la panthère, mais elle aimait l’entendre chanter ainsi. Sa voix douce, en rapport à son attitude parfois provocante, souvent provocante, s’éleva dans les airs comme une douce mélopée.

-Dies irae, dies illa
Dies irae, dies illa
Solvet saeclum in favilla
Teste David cum sibylla
Quantus tremor est futurus
Quando Judex est venturus

See there the innocent blood you have spilt
On the steps of Notre Dame

Now you would add this child's blood to your guilt
On the steps of Notre Dame…


Ozalee s’arrêta, les larmes menaçant de couler. Pourquoi aimait-elle une musique qui lui fendait le cœur à chaque fois ? Allez comprendre. Alors qu’elle portait une nouvelle fois l’alcool à ses lèvres, dans l’espoir que l’ivresse lui fasse oublier ses tourment du moment, la jeune troisième siège entendit un petit bruit, sourd. Quelque chose tombant au sol. C’est tout naturellement qu’elle baissa les yeux et découvrit le petit carnet entre deux racines. Ainsi que le shinigami qui partait. Il ne fallait pas être un géni pour comprendre que celui-ci lui appartenait. Quelques secondes pour réfléchir à la marche à suivre. Il n’avait pas voulu la déranger, sans doute pour cela qu’il quittait ainsi le jardin… enfin, cela n’était qu’une vague déduction de l’esprit légèrement embrumée d’une jeune femme esseulée. Rien ne prouvait qu’il voulait qu’elle lui adresse la parole mais… Mais elle n’était pas femme à ne pas aider autrui. Quand bien cela ne signifiait que rendre un simple carnet.

Finalement, Lee sauta de son arbre, atterrissant un peu maladroitement sur ses deux pieds, obligée de s’appuyée contre le tronc massif de l’arbre pour ne pas s’écrouler sur le sol. Alors elle se pencha, récupérant au creux de ses mains le petit cahier qu’elle garda contre son cœur. Et son décolleté. Malheureusement, les deux en étaient devenus indissociable. Alors qu’elle le cherchait des yeux, elle le vit déjà loin, c’est qu’il avait de grande jambe le jeune homme ! Elle courut un peu, faisant attention de ne pas tomber, ses pieds nues étouffant le bruit de sa courses, n’aimant pas porter de sandales ou chaussures, elle les retirait dès qu’elle quittait son poste. Elle ne pouvait ce permettre de ce pavaner nue pied dans la sixième, bien trop stricte. Déjà que son uniforme ne plaisait pas… La jeune panthère savait quand il ne fallait pas en faire trop. Plus elle se rapprochait et plus elle ce demandait comment l’aborder. Certes, elle était un peu bourrine mais étrangement, son humeur était un peu… Passée. Aucune envie de jouer. Elle avait besoin de… Ginjiro… Mais cela était impossible. Elle le savait mieux que quiconque.

Arrivant juste derrière lui, Lee tendit la main et attrapa délicatement la manche de son uniforme pour le retenir. Avec douceur, elle le fit pivoter vers elle, croisant ce regard doré si semblable au siens. Mais si celui de la jeune femme rappelait l’or, elle trouvait que le siens était pareil au soleil. Une étrange chaleur monta en elle, non pas celle de l’excitation mais… D’un étrange sentiment de bien-être. Sans doute l’alcool qui la faisait ce sentir ainsi avec lui mais… Elle lui sourit sans timidité, plus comme pour s’excuser de le déranger. Alors seulement elle pensa à lâcher son habit. Entre ses doigts, le carnet était devenu chaud. Elle baissa le regard vers lui avant de le décoller de son buste pour le lui tendre.

-Je crois que vous avez fait tomber ceci… Excusez-moi de ne pas vous avoir appelé… Je suis Kohana Ozalee, enchantée.

Certes, elle parlait plus que nécessaire mais… L’alcool aidant, et sa façon d’être naturel, elle avait tendue une perche pour engager une petite conversation… S’il le voulait bien sûr. Pendant qu’elle lui avait parlé, pas une fois elle n’avait quitté son visage, après avoir remonté ses yeux vers celui-ci, bien évidement.


Revenir en haut Aller en bas
D'ongil Takouya
Kyu ban tai san seki | Marchand de sable
avatar
Messages : 254
Date d'inscription : 09/06/2013
Âge : 34
DC : Kuchiki Byakuya

Fiche perso
Niveaux:
60/100  (60/100)
Expérience:
1150/8000  (1150/8000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: Un fremen et une shinigami ( PV Ozalee & Nade) (Les rues, Gotei 13)   Dim 18 Sep 2016 - 17:30






Toujours dans la volonté de partir , Takouya regardait au devant de lui, tout en étant en ses songes.. alors que Mudir revenait virevolté un peu dans les airs. Elle savourait un peu cet air si propice.. les temps frais allaient venir, et ce n'était pas tellement son fort. Ses ailes faisaient comme des petits bruissements dans le vent. Cependant, alors que notre Shinigami s'en allait enfin, il sentit une pression sur sa manche. Une action sans agressivité, l'invitant simplement à tourner son visage pour observer une jeune femme.. Celle là même qui quelques  minutes plus tôt  s'était perché dans l'arbre. Que lui voulait elle ? Venant à braquer son regard doré sur sa personne, le noble Kyu Ban Tai San Seki nota alors qu'elle semblait désireuse de lui donner quelque chose... abaissant sa vision.. c'est là qu'il reconnu le livre... son carnet à dessin.  Son expression douce changea un peu, démontrant alors un peu de surprise. D'une main il vint tâtonné sur sa poitrine.. il ne sentait rien... Kull Wahad... Se reprenant, et reconnaissant alors l'idée que cela est pu tombé, il se détendit lentement ne sa personne. Alors, inclinant un peu son visage impassible et tranquille, Takouya délaissa sa chevelure blanche passé par dessus ses épaules. Sa voix se fit tout de même enfin entendre.

Je  vous remercie pour ce geste. J'y tient beaucoup

Fit-il en reprenant son dû. Et comme elle venait tout bonnement de se présenté.. il serait de bon ton qu'il en fasse de même. Aussi, tout en remettant le carnet à sa place.. vérifiant qu'il ne puisse plus en retombé. Car .. mine de rien, notre D'Ongil se demandait encore, comment il avait pu le perdre aussi stupidement.. Ses dessins le suivaient depuis son enfance... il manquerait plus qu'il ne perde sa pipe en plus de tout ceci. Cela serait des plus ironiques, et Takouya percevait en son for intérieur, Ghanima qui paraissait un peu en sourire... C'était bien rare de le voir ainsi en fait. Pas qu'un fremen n'exprimait rien, mais son zanpakuto était du genre très secret, délivrant que peu souvent ses pensés, sauf , sous la pression d'une profonde colère.  Le noble garçon eut un soupire intérieur.. et préféra sourire en lui même à son tour..

Je suis D'Ongil Takouya Kyu ban tai San Seki. Je vous ai entendu chanté, c'est une belle voix que vous avez là.

Concéda alors Takouya, rendant ainsi la politesse . En ces temps troublé, ce n'était pas un mal que de converser un peu en vérité. Tout était bien trop sombre actuellement.. et tous semblaient s'activer à donné le meilleur de lui même... tant à l’entraînement qu'au combat..C'est aussi pour cela que notre jeune shinigami s'était offert un moment de dessin.. mais il n'avait pas non plus oublié ce chant qu'il avait cru entendre.. une chanson dont il ne connaissait guère la signification, ni même d'où elle pouvait provenir. Lui, il avait surtout l'habitude t'entendre des chants traditionnelles au sein même de son propre clan. Depuis qu'il était entré à la Neuvième Division, Takouya devenait encore plus ouvert...et apprenait bien des choses de la part de ses personnes qui n'avaient pas connu comme lui, le manque de rien.  Son visage restait calme et tranquille.. sans aucune froideur vis à vis d'Ozalee. Il n'avait rien d'un être fermé.. même pour l'apparence.. Il y avait encore un peu de naïveté en ses traits... sans doute à cause de la jeunesse.. mais son regard lui , détonnait un peu avec cette lumière presque trop sage. Il n'avait pas l'air d'un Ghafla... rien d'un Aizen... de ce Syanocq comme il le surnommait bien souvent.

Quoi qu'il en soit il n'avait pas fait ce compliment pour le plaisir.. il était du genre franc en ce genre de chose. Il espérait que cela sera prit dans le bon sens, alors qu'il semblait attendre avec patience, une réaction de la part de sa collègue, laissant Mudir venir paisiblement se reposé sur son épaule.. se cachant à demi dans la chevelure. Peut être par timidité.. ou plutôt par convenance et par désir d'une sieste proche..La conversation dura encore quelques minutes.. avant que finalement.. cette nouvelle rencontre ne prenne congé.. laissant le noble seul.  



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Tsukino Nadeshiko
Yon ban tai Hachi Seki
The silent flower

avatar
Messages : 273
Date d'inscription : 30/01/2016
Âge : 21

Fiche perso
Niveaux:
44/100  (44/100)
Expérience:
250/7000  (250/7000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: Un fremen et une shinigami ( PV Ozalee & Nade) (Les rues, Gotei 13)   Jeu 22 Déc 2016 - 2:33




Je venais de quitter mon service. La journée s’était bien passée, malgré les quelques dissidents qui tentaient encore et toujours de s’enfuir de leur chambre malgré leur état dés qu’on parlait de piqure. Il faisait presque nuit, et le ciel se déclinait en dix couleurs différentes, allant de l’or au bleu nuit en passant par des tons chauds et délicats. L’air avait retrouvé sa tiédeur agréable, et on était loin de l’étouffante chaleur de midi. C’était un temps idéal pour faire une cueillette dans les jardins divers des divisions. Mais pour le moment, je me devais d’abord de finir de ranger ma sacoche, que j’emportais partout même hors travail. Je retirais cependant le set opératoire qui n’était généralement pas utile ici, et y prenais mes ciseaux d’argents en cas de plantes un peu trop piquante.

Lorsque ma sacoche fut à mon gout, je la redressais et m’occupais de dénouer un peu mes cheveux. Je les avais gardé serrés dans un chignon strict toute la journée en raison d’un soin important, mais à présent, les délier ne ferait que du bien. J’évitais cependant qu’ils ne trainent au sol en reformant un large chignon à la va-vite avec mes pics décoratifs. Je pris ensuite une longue inspiration avant de quitter mon bureau à la 4e division. D’un pas très lent, je quittais les locaux, saluant mes quelques camarades d’un signe de tête poli sans croiser leurs yeux. Une fois dehors, j’humais l’air avec un certain ravissement, loin de tous ses parfums chimiques et aseptisés. J’aimais la nature, quoi qu’on en dise, et même si elle n’était pas assez propre pour y soigner mes patients, c’était elle qui me fournissait tout ce dont j’avais besoin.

Je quittais enfin ma division et me retrouvait dans les longs et grands quartiers du Seireitei. Mon pas toujours très lent, je surveillais les petits coins de verdure disséminés un peu partout dans les ruelles presque désertes à cette heure-ci. Certains auraient pu croire qu’il n’était pas bon pour une demoiselle telle que moi de sortir à la nuit tombée, que des membres de la 11e pourraient désirer s’amuser après consommation d’alcool, mais ceux-là ne savaient pas. Moi-même, j’ignorais la réalité, cependant, il s’était avéré que de nombreuses rumeurs à mon sujet aient fait de moi une furie dangereuse capable d’abattre un groupe de siège avec une simple cuillère de bois. Je ne savais pas si cela était vrai, mais certains shinigamis me regardaient parfois avec crainte lorsque je me rendais dans la division des combattants, comme si je pouvais les écraser d’un revers du pied. Ce qui était cependant totalement impossible.

J’eus un sourire léger en apercevant au pied d’un arbre un cala lily, très utile pour les somnifères. Je m’en approchais lentement et le cueillais du bout des doigts, hésitante cependant à l’idée de le placer dans ma sacoche. Il serait probablement abimé ainsi… Et n’ayant plus de panier depuis que celui-ci s’est brisé dans un carambolage l’année dernière, je suis obligée d’user de ma sacoche… Soudain, Ibara souffla à mon oreille une idée qui pouvait fonctionner. Je pris donc la fleur pâle et la glissais dans ma chevelure délicatement. Je dois admettre que j’ai fais ça avec toutes les fleurs fragiles que j’ai croisé à la suite, ainsi qu’une branche d’olivier égarée. Je ne ressemblais probablement plus à une shinigami, mais à un arbre multicolore.

Je souris à cette pensée, avant de ramasser un autre rameau d’olivier. Probablement un jeune acheteur qui n’a pas fait attention à sa jeune pousse en la ramenant chez lui. Je ferais sécher les feuilles pour faire un plâtre purifiant avec de l’argile verte. Constatant que j’étais presque arrivée au petit parc proche de la 9e, j’eus un autre sourire paisible. Ils possédaient un pêcher en fleur quasiment tout le temps, même en hiver, et les fleurs, outre me permettant de faire du thé, pouvaient aussi être utilisée dans les baumes cicatrisants. Je hâtais donc mon pas tout en faisant très attention, je ne désirais pas trébucher sur la soie de mon Yukata. J’avais délaissé mon uniforme dans le bureau, préférant de loin le toucher de ses tenues plus délicates. J’arrivais bientôt sur place, observant la paix des alentours avec un certain plaisir. Face à l’arbre, je tentais de saisir la première branche qui puisse m’être accessible, mais rien à faire… J’étais trop petite, quand bien même je me mettais sur la pointe des pieds. J’effleurais à peine du bout des doigts, le duvet tiédi d’une pèche rose. Ahh non… Je l’ai plus que touché… Je l’ai même décrochée sans le vouloir et faite tomber…

Sur la tête de quelqu’un…

« Ciel… Je suis vraiment désolée, je ne voulais pas… Je ne parvenais pas à attraper la branche et, je l’ai poussée sans le vouloir… je suis véritablement navrée seigneur… » Prononçais-je d’une voix tremblante. J’avais reculée d’un pas, mon bras tendu désormais sur ma poitrine comme pour cacher l’ouverture de mon large Hobi. Je devais avoir l’air d’une idiote, un visage coupable, des fleurs sur la tête et une sacoche bourrée de branches et d’herbes en tout genre. Non véritablement, j’ai honte de moi…


_________________

Revenir en haut Aller en bas
D'ongil Takouya
Kyu ban tai san seki | Marchand de sable
avatar
Messages : 254
Date d'inscription : 09/06/2013
Âge : 34
DC : Kuchiki Byakuya

Fiche perso
Niveaux:
60/100  (60/100)
Expérience:
1150/8000  (1150/8000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: Un fremen et une shinigami ( PV Ozalee & Nade) (Les rues, Gotei 13)   Sam 7 Jan 2017 - 13:09





Tandis que Takouya se retrouvait pour ainsi dire seul avec ses pensées et un Ghanima tout aussi calme en son  monde intérieur... Mudir semblait sentir que quelque chose n'allait pas et s'envola à demi, avant qu'une branche ne tomba sur  le crâne de son maître. Kull Wahad.... aurait il dit....  Ce dernier  se pencha sur le coup qu'il n'avait absolument pas prévu, et se passa la main sur la tête.. avant de voir la branche au sol... coupable de sa vive douleur du moment. Ceci faisait un mal de chien si l'on puis lui passer l'expression. Passant toujours ses doigts dans sa chevelure presque blanche, Takouya finit par lever le nez du sol pour voir alors une tout autre personne...qui visiblement paraissait terriblement navrée. Décidément.. tout le monde lui tombait d'un arbre ou bien quoi ? Au moins dans le désert, il n'y avait guère ce genre de problème.. ironiserait son Zanpakuto. Le fait est que notre shinigami finit par reprendre contenance, constatant qu'au moins il n'y avait pas de sang.  Ça lui fera juste une belle bosse.  Un peu douloureuse, mais il était un guerrier après tout non ?  Le noble Kyu Ban  Tai san Seki finit par faire un petit geste de la main, comme pour signifier que ce n'était rien. Ses yeux doré fixant la nouvelle venue... Il ne l'avait même pas vu venir en fait... comme quoi il avait été un peu trop dans ses songes.  

Tout va parfaitement bien, rassurez vous.

Fit il enfin d'une voix aussi paisible que le lieu lui même où ils se trouvaient..  De ses iris  doré, il pouvait constatait qu'elle n'avait pas l'air d'une shinigami ordinaire.... mais à en juger son sac, il pariait sur la 4e Division. Ce n'était pas courant de voir un membre de cette division aussi loin.  A moins que ce ne soit qu'un pur hasard.... enfin …. En ce moment,  tout le monde était sur le qui vive, et les soigneurs devaient certainement avoir pas mal de travail, actuellement.  Quoi qu'il en soit, Takouya  abaissa enfin sa main, délaissant une chevelure un peu emmêlé mais sans plus.  Il y avait simplement encore quelques feuilles  par ci par là sur sa tête... mais comme il ne voyait rien, il ne risquait pas de s'en rendre compte. Voila qui allait être très sympathique quand il rentrera chez lui... sa sœur ne  se privera certainement pas de le taquiner à ce sujet.

Je devais vous gêner ? Étant dans mes pensées, je n'ai pas prêter attention, c'est sans doute de ma faute.

Désirant une fois de plus la rassurer quand à la situation.  A dire vrai, il s'en voulait de ne pas avoir été plus attentif, ceci ne lui ressemblait pas tellement. Mais il était sans doute un peu trop dure avec lui même, car depuis le début de cette guerre, Takouya s'appliquait à porter toute son aide pour sa Division et son Fukutaicho, qui ma foi..... paraissait bien trop souvent débordé.  Quoi qu'on en dise.... un nouveau capitaine les aiderait.. psychologiquement et  en matière de coordination.  Pour le moment ça se serrait les coudes.  Par politesse, le Kyu Ban Tai San Seki n'avait fait aucune remarque sur ce décolleté... il n'était pas de ce genre là mais en revanche il vint à lui proposer simplement son aide en lui retirant les fleurs qu'elle avait sur elle.. demandant ci c'était bien ceci qu'elle cherchait à atteindre.  Auquel cas, il prit soin de ne pas les abîmer en les retirant de cette coiffure.. ignorant que la sienne n'était pas mal non plus. Takouya en déduisait presque que cela devait être pour une quelconque solution.. dédier à des soins particulier. Lui il n'y connaissait pas grand chose sur le sujet.. juste des bases, grâce à l'académie.

Une fois qu'elle n'avait plus rien sur le crâne, Takouya en parut satisfait, conscient qu'il avait un peu réparer son erreur.




_________________

Revenir en haut Aller en bas
Tsukino Nadeshiko
Yon ban tai Hachi Seki
The silent flower

avatar
Messages : 273
Date d'inscription : 30/01/2016
Âge : 21

Fiche perso
Niveaux:
44/100  (44/100)
Expérience:
250/7000  (250/7000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: Un fremen et une shinigami ( PV Ozalee & Nade) (Les rues, Gotei 13)   Lun 6 Fév 2017 - 22:49


Je me sentais véritablement mal à l’aise et idiote dans cette posture. J’en avais oublié le monde qui m’entourait pour partir à la recherche de plantes, et me voici à m’excuser devant un noble de haute famille pour avoir balancé sur sa tête une pèche. Je crois bien que je ne pouvais pas faire pire… En fait si, on peut faire pire, mais on ne va pas y penser dans l’idée que cela puisse se produire ensuite. J’ai déjà assez d’ennuis comme ça en ce moment pour en rajouter. Ma victime… C’est bizarre de penser ça alors que je suis médecin, j’ai l’impression de ressembler à cet idiot de Mayuri, et ça me donne des frissons d’horreurs… Bref, Ma victime fit un petit geste de la main, comme pour me rassurer sur mon acte commis. Non, rien, une pèche sur la tête c’est juste une centaine de neurones en moins, mais c’est rien ! J’allais répliquer, lorsqu’il répondit que ce n’était rien d’une voix très douce… je clignais des yeux, j’avais l’impression d’avoir été caressée par un grain de sable juste avec cette phrase…

En soi, j’arrivais plus ou moins à discerner sa silhouette, très grand, de longs cheveux brillant à la lueur de la lune, je dirais une couleur très pales, et ses yeux dorés me fixaient. Des feuilles sur la tête, par ma faute en plus… Je me sentais un peu fautive de son état… En revanche, la suite me laissa totalement pantoise. Me gêner ? Je ne l’avais même pas vu, trop prise dans mes recherches et tentatives infructueuses de saisir cette foutue pèche, ce qui avait conduit au désastre. Il s’accusa alors de ma faute, et je clignais une nouvelle fois des yeux. Non, non, ce n’était pas de sa faute voyons ! J’allais encore une fois tenter de répliquer, lorsqu’il s’activa autour de moi, au dessus de moi, retirant les fleurs de ma coiffure improvisée une à une, comme si j’avais un problème et que le seul moyen de le régler était d’enlever mes fleurs. Mais ! Ma coiffe naturelle ! Je me laissais faire cependant, incapable de bouger alors qu’un homme, noble qui plus est, mettait ses mains dans ma chevelure. Le pire, c’est qu’il avait l’air satisfait de son méfait en plus !

Je n’arrive pas à déterminer si ce jeune homme est fou, ou si c’est la pèche sur la tête qui l’a mit dans cet état… Je me mordillais la lèvre, un peu gênée de cet acte, avant de m’incliner légèrement en avant pour le saluer comme il se doit. Il fallait que je lui réponde, lui explique un peu ma venue ici, ne serait-ce que pour récupérer mes fleurs, qu’il tenait toujours en main. Tu peux le faire Nadeshiko, ce n’est pas pareil que si tu avais Kuchiki dans ton bureau fulminant pour des soins, non, c’est juste un noble que tu as manqué d’assommé avec une pèche…

« Je suis véritablement navrée du dérangement, à vrai dire, je ne vous avez même pas vu… Ce n’est donc point votre faute, seigneur… Mais bien la mienne, j’essayais d’atteindre une branche fleurit… » Elle inspira doucement avant de relever la tête, sans pour autant croiser son regard « En revanche… Pourriez-vous me rendre ma cueillette s’il vous plait ? »

J’avais l’impression d’être une toute petite fille face à cet homme immense… Pas si immense que ça mais je suis toujours plus petite alors… Il avait l’air puissant, dans tous les cas, il était probablement plus haut gradés que moi, et plus jeune, comme à chaque fois… Non Nadeshiko, il ne sert à rien de s’énerver pour cela, tu ne peux t’en prendre qu’à toi-même, de ne jamais t’entrainer réellement et de favoriser les patients… Oui mais non, ce sont mes patients, mais petits trésors…

« Encore une fois, je suis navrée de vous avoir heurté ainsi… je peux vous examiner si vous le désirez… prévenir des hématomes… » Oui, mon coté professionnel revient au galop, toujours même…

_________________

Revenir en haut Aller en bas
D'ongil Takouya
Kyu ban tai san seki | Marchand de sable
avatar
Messages : 254
Date d'inscription : 09/06/2013
Âge : 34
DC : Kuchiki Byakuya

Fiche perso
Niveaux:
60/100  (60/100)
Expérience:
1150/8000  (1150/8000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: Un fremen et une shinigami ( PV Ozalee & Nade) (Les rues, Gotei 13)   Mar 21 Fév 2017 - 15:47





Peu conscient de ce fâcheux méfait que de lui retirer ses fleurs... Takouya pensait bien au contraire, avoir agit correctement. Se disant très certainement que c'est à cause de lui qu'elle les avait ainsi en sa chevelure. Le plus amusant c'est qu'il ne savait même pas  que cette femme ici présente.. le voyait comme une personne assez grande. Lui qui se voyait plutôt d'une taille moyenne. Ceci dit notre fremen n'en faisait pas du tout un complexe et ne jugeait certainement pas Nadeshiko en retour.  Le fait est qu'il ignorait encore son nom... comme cela devait être réciproque.. et  qu'elle venait tout bonnement de l'appeler Seigneur..  Voila un terme qu'il avait l'habitude d'entendre lorsqu'il ne portait absolument pas sa tenu de shinigami et qu'il se trouvait confronter à toute autre noble dans la même situation... mais pas d'un soldat à un autre.  A première vue,  Takouya ne l'avait jamais vu au sein même de la Quatrième..Il faut dire aussi qu'il n'était pas un habitué des lieux non plus.   Pourquoi évitait elle de le fixer ?.. avait il commis une erreur ? Faisait il peur ?  C'est là qu'elle vint alors ajouter qu’elle voulait récupérer sa cueillette. Pendant une fraction de seconde qui se passa dans un silence complet, on put constater une légère incompréhension s'éprendre des traits pourtant détendu du jeune Kyu Ban Tai San seki.  Abaissant son regard des plus doré, il constata simplement se qu'il possédait dans le creux de ses mains. Un bien précieux pour tout être respectant le désert... la flore y était rare... et signe d'eau.  

Oh... Kull Wahad, je  suis navré, j'aurais dû m'en douter.

Se raclant la gorge il vint à lui rendre avec soin les fleurs, avec une gestuelle appliquée, propre à lui même , mais aussi lié au respect qu'il avait toujours eut pour les choses fragiles. Ce faisant, la pipistrelle qui  s'était loger sur son épaule émit un son de bien être et se cala un peu mieux encore.. c'était l'heure du roupillon que diable. Toujours est il que Takouya se sentait un peu coupable de son méfait. Lui qui pensait avoir régler une erreur. Il y avait de quoi sourire pour la peine. Mais il n'en fit rien et préféra rectifier quelque chose, venant à prendre une voix toujours aussi tranquille que le vent.  

Inutile de m'appeler seigneur, je suis un shinigami tout comme vous. Je préfère avoir cette appartenance en premier lieu.  

D'ongil Takouya était loin de renier sa naissance, bien au contraire, mais il tenait être reconnu pour ses actes avant tout. Être un exemple mais aussi une personne de confiance. Il travaillait beaucoup dans ce sens là. Avoir une marque aussi élevé que seigneur envers ceux qui se battaient à ses côté.. le gênait. Ceci étant rectifier il lui offrir un sourire presque discret, comme détendu. Elle voulait l'ausculter ?.. Enfin ça.. c'était digne de la Quatrième en effet et contrairement à certains shinigamis, notre Kyu ban Tai Taicho n'avait rein contre cette Division. Il connaissait son utilité et il serait crétin que de croire que l'on n'avait jamais besoin d'un soigneur. Il formula cependant qu'il ne se sentait pas souffrant et qu'il pourrait tout à fait poursuivre son Hajra pour rejoindre sa demeure. Oui, il lui arrivait de parler une langue particulièrement étrange.. si bien que beaucoup  en restait perplexe.. sauf les habitué.  C'était un effet lié à son zanpakuto.
Takouya ne voulait pas déranger cette femme, déjà qu'il lui avait abîmer ses fleurs et ce  en pensant bien a torts.Il n'était pas dans ses habitudes de faire des maladresse de ce genre.. mais bon l'erreur est humaine n'est ce pas ?  


j'aimerais faire quelque chose pour vous, afin de réparer ma méprise. Dites  moi et je le ferai.

Désirant simplement faire quelque chose qui soit au moins positive.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Tsukino Nadeshiko
Yon ban tai Hachi Seki
The silent flower

avatar
Messages : 273
Date d'inscription : 30/01/2016
Âge : 21

Fiche perso
Niveaux:
44/100  (44/100)
Expérience:
250/7000  (250/7000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: Un fremen et une shinigami ( PV Ozalee & Nade) (Les rues, Gotei 13)   Mar 7 Mar 2017 - 0:19



J’attendais toujours que le noble qui m’était supérieur aux allures désertiques me réponde et me rende mes futurs travaux qu’il tenait cependant très délicatement entre ses mains. D’ailleurs, il semblait légèrement perdu à la suite de mes propos, comme ailleurs. L’avais-je à ce point troublé en m’inquiétant de son état ? Si je ne regardais jamais quiconque dans les yeux et gardais toujours la tête basse, je vis cependant les replis de son cou se faire plus important, signe qu’il baissait la tête à son tour, probablement pour regarder ce qu’il tenait entre les mains. Soit le résultat de ma cueillette de cette nuit. Il y eut ensuite une expression orale que je ne compris pas, probablement une langue qui m’était inconnue, mais qui sonnait plus qu’orientale à mon oreille. Et des excuses fusèrent jusqu’à moi de cette voix toujours aussi chaude. De toute évidence, oui, je l’avais troublé, et il était partit très loin dans ses idées avant de voir la réalité.

Il se racla la gorge, avant de tendre avec application chacune de mes fleurs et brindilles, comme s’il tenait un trésor inestimable. Et il avait plus ou moins raisons par ces temps qui courent, chaque plante médicinale, chaque simple, devenait importante aux yeux de la quatrième division. Si je faisais moi-même pousser quelques unes de ses plantes dans mes appartements fleuri, je ne pouvais pas fournir assez de plantes pour une distillation correcte ou remplir les baumes de graisses et les rendre utile. La chauve-souris qui se trouvait sur son épaule émit un son très haut perché avant de se resserrer contre lui, je ne l’avais pas vu jusqu’à lors, mais elle était adorable avec sa frimousse endormie. Sa voix retentie de nouveau, légère et grave, comme le vent du Sud-Est. Il disait que je n’avais pas à l’appeler seigneur, qu’il était shinigami au même titre que moi et préférait cette appartenance aux autres possibles. Cependant il oubliait probablement beaucoup de choses, notamment son grade.

La surprise vint alors qu’il esquissait un très léger sourire, presque discret, que je n’aurais pas vu si je n’avais pas regardé en coin la petite créature sur son épaule… Et là, j’ai eus du mal à suivre. Il m’a dit qu’il se sentait parfaitement bien et qu’il pouvait poursuivre…quelque chose dans une langue inconnue, jusqu’à chez lui… Si maintenant j’étais convaincue de la nature de son reiatsu, il me manquait clairement le vocabulaire qui s’y liait. Et là, nouvelle surprise, il disait vouloir faire quelque chose pour moi… POUR MOI ?? – Bonté gracieuse, en pincerait-il ? – Tais-toi Ibara, pour l’amour du ciel, juste fermes-là. Il doit demander ça par respect de je ne sais quelle manière noble que je n’ai pas apprise, oui voilà. Ou alors c’est pour les fleurs ! – Bah tiens… Et pourquoi tu ne lui plairais pas ? – J’ai le droit de ne pas rentrer dans tes délires idyllique de ma personne en couple ou c’est proscrit ? Bon… Calme, il parle de réparer sa méprise… Sauf que j’ai l’impression que c’est moi qui suis fautive ici…

Je secouais la tête et m’inclinais une nouvelle fois légèrement dans sa direction « Première chose, la noblesse n’est pas uniquement un fait de naissance, elle vient aussi de l’être en lui-même… Quant au reste…Vous me feriez le plus grand plaisir si vous me laissiez voir votre tête, même si ce n’était qu’une pèche, la boite crânienne est fragile, et je ne voudrais pas vous avoir blessé… » Je lui offris un sourire poli en échange, avant de poursuivre « Et si vous persistez à croire être en faute, vous pourriez m’aider à trouver d’autres plantes vertueuses, qu’en dites vous ? »


_________________

Revenir en haut Aller en bas
D'ongil Takouya
Kyu ban tai san seki | Marchand de sable
avatar
Messages : 254
Date d'inscription : 09/06/2013
Âge : 34
DC : Kuchiki Byakuya

Fiche perso
Niveaux:
60/100  (60/100)
Expérience:
1150/8000  (1150/8000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: Un fremen et une shinigami ( PV Ozalee & Nade) (Les rues, Gotei 13)   Jeu 16 Mar 2017 - 11:36




L'air doux de Takouya ne bougea pas d'un iota quand il entendit alors la réplique de celle envers qui il avait abîmé les fleurs.. même s'il les tenait encore avec une délicatesse parfaitement naturelle. En tant qu'homme du désert, il se devait de respecté les choses qui poussent. Bien plus encore que n'importe qui, car sinon, même Ghanima lui ferait alors la tête. Ce dernier ne jouerait plus même de la balisette pour lui, dans leur moment de paix à tout deux.. quand le Kyu Ban Tai San Seki s'évertuait à se perdre dans son monde intérieur.... ce qu'il appel parfois « sa mémoire seconde » Cependant, un sourire vint à nouveau discrètement orné ses lèvres quand la jeune femme persista dans les faits de vouloir voir son crâne. Si elle insistait, il ne pouvait plus que s'y plier, ou bien se serait une véritable impolitesse de sa part. Une chose assez indigne de la part de l'héritier du clan D'Ongil... certes un clan d'érudit, mais la fierté et l'honneur étaient toujours de mise.. Surtout dans les actes de Takouya... en y rajoutant simplement des grain de sable. Une fois de plus, ce dernier n'avait pas même calculé son langage parfois particulier, tandis qu'il se mettait sagement assit sur le banc qui se trouvait là. Après tout, il ne faisait que rentrer chez lui.. un peu de retard ne lui sera pas ouvertement reproché quand on connaissait la position actuelle du Gotei 13. Il se contenta de pencher un peu son visage sur le côté, afin de laisser voir cette blessure. Le sourire avait disparut de son visage et pourtant... Takouya ne pouvait pas s'empêcher de se dire que cette blessure n'était vraiment rien..pas même douloureuse.

Le silence fut toute fois troublé par la voix du Kyu Ban Tai San Seki, qui attendait sagement l'auscultation que pouvait lui apporter Nadeshiko. Une intonation aussi calme que le vent sur les dunes de sable.. offrant des sillons sans cesse changeant... en mouvement.


Mon nom est D'ongil Takouya, Kyu Ban Tai San Seki, et vous même ?

Puis qu'on en était à ce genre de soin, autant se présenter afin de ne plus apparaître comme deux inconnus qui ne se recroiseront jamais. Il était même probable qu'ils se battent tout deux côté à côté.. au vu de cette guerre. Il serait bien idiot que de ne pas reconnaître la valeur de la personne avec qui on se bat. L'un pourrait sauver la vie de l'autre... ou bien.. mourir l'un à côté de l'autre, comme le dirait le code fremen. Passant cela, Nadeshiko vint à lui proposer de réparer aussi son erreur en cueillant avec elle les plantes qu'elle recherchait. S'il fallait cela, il ne dira point non. Aussi, alors qu'il venait de délivrer son nom, l'officier finit par concéder :

Si vous me dites ce que vous recherchez comme plante, je pourrais vous aider en effet.

Si le jeune homme pouvait vous apprendre tout ce qu'il y a à savoir sur l'univers même du désert... et sa philosophie, ce n'était pas tellement le cas en ce qui concerne le monde des fleurs. Il ne connaissait que certaines, vis à vis des convenances, et des codes dit noble. Cependant, Takouya aimait aussi apprendre et ne rechignait pas du tout à cette tâche.. alors que d'autres très certainement, enverraient la chose balader.. prétextant que ce n'était que futilité. Cependant, nul n'ignorait que les plantes pouvaient apporter beaucoup de bien être.. ne serait que moralement. Restant assit, le noble restait docile et patient, laissant sa chevelure presque blanche , choir le long de ses épaules un peu penchés vers l'avant. Depuis le début de la journée, il n'avait fait que ce maintenir droit.. habitude parfaitement noble.. mais aussi significatif de la fierté qui l'habitait, bien que cela n'avait rien de hautain. Surtout quand on connaissait le jeune homme. Son regard doré s'attardait un peu sur l'herbe en face de lui, se rappelant alors que cette richesse.... jamais le désert ne la connaîtra. Mais ce dernier en avait une toute autre... et cette pensée bien que fugace.. lui fit voiler lentement le regard.



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Tsukino Nadeshiko
Yon ban tai Hachi Seki
The silent flower

avatar
Messages : 273
Date d'inscription : 30/01/2016
Âge : 21

Fiche perso
Niveaux:
44/100  (44/100)
Expérience:
250/7000  (250/7000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: Un fremen et une shinigami ( PV Ozalee & Nade) (Les rues, Gotei 13)   Jeu 16 Mar 2017 - 18:14



Je n’attendais pas véritablement de réponse immédiate, et me contentais de chasser les paroles ô combien outrageante de la part de mon zampakuto à l’égard de l’homme qui me faisait face. Oui, Ibara ne cesse jamais de me voir en pleine idylle avec la population masculine au complet du seireitei, et même, elle inclut certaine personne n’y étant plus. J’ignore pourquoi d’ailleurs, puisqu’elle est censé être le reflet de mon âme, et que je ne cherche pas réellement la compagnie… Mais peut-être est-ce là seulement un moyen pour elle de tronquer l’ennui au possible ? J’ai moi-même dû faire taire sa soif de combat au début, elle voulait soigner, oui, mais aussi protéger les autres… Et je refusais de me battre… Je le vis finalement prendre place sur le petit banc à coté, et pencher légèrement la tête sur le coté, comme pour me l’offrir en auscultation. Oui, oui, c’est un cadeau. J’aime soigner les gens, et quand on me laisse faire, c’est encore mieux ! Je profitais du calme revenu pour d’abord venir récupérer mes précieuses trouvailles avec une délicatesse propre à ma formation. Les saisissant du bout des doigts et venant en orner ma chevelure de nouveau, les glissant avec douceur entre les rubans et les pics décoratifs. C’était le seul endroit où elles ne bougeaient pas et ne pouvait être endommagé par les bocaux et flacons de ma sacoche, ce qui était très important avant une distillation.

Je m’approchais donc de lui d’un pas lent, resserrant les pans de mon yukata pour éviter certaines gênes en vue de nos positions désormais inversées –il est désormais plus petit que moi. J’allais me pencher lorsque sa voix retentit de nouveau, toujours aussi chaude que le désert, et paisible… Décidément, cet homme est étrange… D’Ongil Takouya… et j’avais raison, il m’était supérieur au niveau de la hiérarchie… Bon, niveau âge, je ne doute pas d’être la plus vieille, puisque la plupart de mes congénères de l’académie sont soit mort, soit accusé de trahison… Et les autres sont plus âgés, ou plus jeunes. 3e siège de la 9e division… sans capitaine donc, le travail devait être extrêmement lourd, que ce soit pour son lieutenant – ce 69 me fait toujours autant rire sous cape – que pour lui et les autres sièges. Peut-être pouvais-je me permettre de l’apaiser quelque peu – tu vas lui faire oublier ses tracas avec ton corps ? – Ferme la, Ibara, ça vaudrait mieux si tu ne veux pas que je m’y mette aussi. – ça va ça va, je me calme… si on ne peut même plus rigoler… Je pris une longue respiration, avant de me présenter d’une voix polie et surtout, très douce, propre au secret médical naturel.

« Tsukino Nadeshiko, Yon Ban Tai Hachi Seki… » Il poursuivit, clamant qu’il pourrait m’aider pour mes plantes s’il savait celles que je recherchais. Je ne pus m’empêcher d’esquisser un sourire léger en me penchant sur sa frimousse. « Nous verront cela plus tard alors… Pour le moment, laissez-moi voir ça… »

Il avait penché la tête sur le coté légèrement, et même fermé les yeux  après avoir fixé l’herbe. Pas plus mal vue ma position. Je m’étais placée en face de lui, ma poitrine au niveau de son visage, au moins un qui n’est pas un goujat… Avec douceur, je pris son visage en coupe, remontant lentement sur le crane et repoussant les quelques mèches blanches qui entravaient ma vue. Il faisait nuit, il faisait sombre, mais ce n’était pas trop un problème pour moi, j’avais l’habitude de travailler peu importe les conditions. J’ai tâté avec une grande douceur, la zone du cuir chevelu qui avait été touché par la pèche, aucune bosse, rien, en effet… Mais je préférais vérifier tout de même. Voir même anticiper… Tendant la main vers ma sacoche, j’y plongeais cette dernière à la recherche de l’une des poches latérales, poches dans lesquelles je glissais mes flacons d’huiles essentielles. En sentant la gravure significative du lavandin sur l’un des flacons avec mon pouce, j’eus un nouveau sourire satisfait, avant de sortir ce dernier. J’ouvris avec une grande précaution le bouchon du flacon, et en verser quelques gouttes dans ma main gauche, le temps de refermer le produit et de le ranger.

Une fois rangé, j’ai frotté mes mains l’une contre l’autre, paume à paume, avant d’étaler un peu d’huile sur les tempes de mon patient, en arc de cercle. Je fis cela très doucement, avant de glisser mes mains vers l’arrière de son visage, le penchant un peu en avant. Je passais sous la chevelure blanche, mes doigts s’y glissant et traçant des sillons parfumés sur leur passage. J’arrivais finalement à la zone touchée, et attaquais un massage très léger du cuir chevelu.  Le lavandin évitait les migraines, et en plus d’être un parfum plus doux que la lavande en elle-même, l’huile permettait au cuir chevelu de se régénérer plus vite. Un bon traitement en soi. Les doigts écartés sur sa tête, chacun d’entre eux massaient une zone bien particulière, même les auriculaires s’étaient attaqué au cervelet, détendant légèrement la base du crane, et la nuque. Mon coté kinésithérapeute revenait en force lorsque les patients n’étaient que blessés superficiellement… C’était la première chose que j’avais apprise avec ma mère… soulager les douleurs musculaires et articulaires. Et même si c’était il y a longtemps encore, je n’en avais pas perdue les habitudes.

« Comment vous sentez-vous ? » Demandais-je d’une voix calme, si ma main droite était toujours sur sa tête, la gauche était descendue sur la nuque dont je massais la base. On ne se refait pas, si je démarre un soin, je le fait complet…



_________________

Revenir en haut Aller en bas
D'ongil Takouya
Kyu ban tai san seki | Marchand de sable
avatar
Messages : 254
Date d'inscription : 09/06/2013
Âge : 34
DC : Kuchiki Byakuya

Fiche perso
Niveaux:
60/100  (60/100)
Expérience:
1150/8000  (1150/8000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: Un fremen et une shinigami ( PV Ozalee & Nade) (Les rues, Gotei 13)   Mar 21 Mar 2017 - 14:52





Assit sur ce banc de pierre, Takouya patientait sagement que Nadeshiko ne se décide à ausculter cette sois disant bosse.  Sa main droite reposait sur la surface grise, ressentant alors sa dureté, mais aussi sa chaleur, provenant sans doute du soleil qui brillait il y a peu, avant de laisser la lune prendre place. Nous étions loin de l'été, mais notre jeune Kyu Ban Tai san Seki était pour ainsi dire, assez sensible à la température. Frileux ?... certainement, et cela, il ne le devait qu'à son alter ego, j'ai nommé Ghanima. Mi ver des sables, mi humain, il allait et venait dans le Sareer, sans jamais s'arrêter.. car tout ce qui est inerte dans le désert, tôt ou tard....disparaît. Les sillons laissé par ses arceaux offrent au regard un repère des plus éphémère, bientôt balayer par le vent brûlant des lieux, tandis que dans toute cette étendu de sable, se trouvait cet abri de pierre, façonné avec le temps... un sietch. C'est ici, que lassé de ses promenades, Ghanima s'y réfugie afin de recouvrer un certain confort, buvant parfois une bière d'épice, où bien tout simplement jouer de la balisette pour son porteur... Takouya. Dans yeux bleu sur fond bleu,  on pouvait y lire une sagesse intraitable, comme le pourrait être un désert. Un bleu qui pourrait s’associer à un lac, alors que un tel endroit, cela ne pouvait se concevoir.. et pourtant, il était lié à un vieux rêve.. celui d'un monde désertique qui changerait de visage. Une vie moins rude alors.. mais peut être pour le coup....avec un peu moins de sens. Un fremen ne serait plus un homme du monde aride.. mais quoi donc au juste ?.. Des pensées qui ne quittaient guère Ghanima, et qui avaient été maintes fois partager envers celui qui partageait son histoire et qui comprenait sa langue.  

En cet instant, sa main un peu caleuse, venait à effleurer le Krys à son flanc, comme reconnaissant sa valeur.. Tout fremen portant le  couteau à la lame laiteuse, se devait de respecter  l'eau. En imaginé autant même dans ses rêves, avait un côté frustrant... comment ne pas imaginer que cette immensité ne serait pas du gâchis ?.. Mais penser cela serait idiot, puis que  cela serait... acceptable. Iee, pour  Ghanima ceci n'avait pas de sens et bien souvent, il restait silencieux et pensif, lorsque son porteur se confrontait au mauvais temps extérieur.. ou bien quand il se mettait à neiger. C'est d'ailleurs, des périodes de l'année ou Takouya devait user de l'autorité afin que son zanpakuto ne lui fasse point défaut, surtout.. en cette période de guerre. Bien que le noble ne soit pas allé au Hueco Mundo pour rechercher le Sihaya.. bien des fois il avait sentit le désire profond d'aller en ce monde.... un désert sous la nuit éternelle... mais tout comme Ghanima redoutait un univers changer par l'eau... lui avait peur que le désert ne s'empare totalement de son être et ne le change à jamais. Un peur profonde qu'il cherchait à dompter aux fils des années, alors que son propre Zanpakuto le mettait en garde.. Un lien profond les unissaient tout deux, mais ce n'était à l'évidence pas suffisant pour lutter contre une telle chose... pas pour le moment du moins.

Dans l'attente, notre Kyu Ban Tai San Seki semblait s'être coupé du monde.. avant de sentir deux mains se saisir de son visage. Lentement, ses paupières dévoilèrent un regard doré, reflétant presque des dunes de sable. Ses iris fixèrent Nadeshiko , avant que son visage ne disparaisse de sa vision pour quelques instants seulement. Tsukino Nadeshiko... avait elle proféré...Il savait son nom à présent. De sa voix aussi tranquille que ne l'était l'endroit même où tout deux se trouvaient, Takouya  se contenta d'apporter une convenance non pas ennuyeuse, mais plutôt respectueuse.

Je suis honoré.

Une odeur particulière vint à ses narines.. un soin certainement, alors  que Mudir, quitta son épaule pour venir dormir sur ses genoux. Il ne faisait pas assez chaud pour  se dégourdir les ailes..préférant la chaleur de son maître. Ce dernier  sentit deux mains expertes se faufiler sur ses tempes, apportant là de multiples frissons de bien être jusqu'à là base de son menton. Une sensation si agréable sur le moment, que le rideau de ses yeux s'abaissèrent à nouveau, l'esprit concentrer sur le sens du toucher. Peu à peu la sensation de plénitude se fit plus grande encore, quand ses phalanges bienfaitrices s''éprirent de son cuir chevelu, apportant un soulagement que le shinigami n’aurait point soupçonné. Si bien qu'il se surprit lui même à entrevoir le Yali de Ghanima en son esprit.. se laissant porté par le son de sa balisette.. car lui aussi éprouvait ce bien être.. les sons apportés par ses mains, venaient en concordance avec le massage de Nadeshiko.  Tel un complot des plus élaboré, Takouya se retrouvait presque dans une forme de transe, mais bénéfique. Tout son corps paraissait se détendre, chaque muscle appréciant un massage qui s'attardait à présent sur la nuque. Un long frisson vint à  se répandre le long de sa colonne vertébrale, tandis que la respiration du Kyu Ban tai San Seki se fit plus profonde. Un état second qui suspendait le temps... mais pas suffisamment pour ne pas entendre cette voix calme, lui rappelant un peu la réalité.  Comment se sentait il ?.. est ce bien cela la question ?.. Ses paupières révélèrent à nouveau ses pupilles un peu embuées.. comme si elles même semblaient avoir été surprise par un sommeil imprévu. Il y eut de ce fait, un court silence, laissant takouya se reprendre et concéder d'une voix tout aussi apaisée :


Fort bien, et je me demande pourquoi je mérite un traitement aussi bienfaiteur, pour vous avoir importuné dans votre travail.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Tsukino Nadeshiko
Yon ban tai Hachi Seki
The silent flower

avatar
Messages : 273
Date d'inscription : 30/01/2016
Âge : 21

Fiche perso
Niveaux:
44/100  (44/100)
Expérience:
250/7000  (250/7000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: Un fremen et une shinigami ( PV Ozalee & Nade) (Les rues, Gotei 13)   Jeu 27 Avr 2017 - 4:01




L’air était désormais parfumé, et la tiédeur de ce dernier rendait le parfum du lavandin plus doux et léger. Je faisais plus qu’attention aux zones touchées, chacun de mes doigts étant en action sur lui cuir chevelu de mon patient du moment. Il me semblait bien plus tendu qu’il n’en avait eut l’air auparavant, je pouvais sentir les muscles de sa nuque sous mes annulaires. La neuvième division était submergée de travail, et sans Taicho, tout devenait vite très compliqué. Bien que je ne le regarde pas durant mon office, je sus qu’il avait ouvert les yeux un instant, puisque ses muscles s’étaient contractés à l’arrière de sa nuque, probablement pour relever très légèrement la tête et me voir. Et j’ai ensuite entendu une phrase, une seule, qui me fit extrêmement bizarre… Il disait être honoré de me rencontrer… Je supposais bien que ce n’était que convenance et respect, et je me persuadais que d’ici une heure, il m’aurait déjà oublié, comme tous ceux que j’avais croisés…

À part deux hurluberlus que je ne comprenais pas et… Ozalee…Ma meilleure amie, portée disparue… Peut-être devrais-je préciser qu’elle était aussi la seule amie que j’avais eue… Plus jeune que moi mais ne craignant rien ni personne. Toujours rebelle, peu importe les convenances, mais c’était la seule qui s’était souvenue de moi, et qui était revenue, juste pour discuter… J’avais dis non, que je n’avais pas besoin d’être remerciée, que c’était mon métier, mais elle n’avait pas lâché l’affaire. Elle avait dit vouloir devenir mon amie… Et c’était ce qu’elle était devenue au fil des années. Et puis elle était partie en mission, et elle avait disparue, comme beaucoup de shinigami avant elle… Mais elle n’était pas n’importe quel shinigami. Elle avait été ma confidente, mon amie, la seule qui m’avait vu quand bien même j’étais invisible. J’ai voilé mon regard, et j’ai chassé les souvenirs communs avec celle qui avait prit le rôle d’une sœur au fil des années, poursuivant le massage de mon patient du moment.

« Moi de-même… » Dis-je d’une voix flottante, réponse faite automatiquement.

Je poursuivais mon œuvre, il avait de nouveau clos ses paupières et se détendait enfin, alors que je descendais sur sa nuque en alternance avec la base de son crâne. Quand ce jeune homme s’était-il détendu pour la dernière fois ? Du coin de l’œil, je vis la petite chauve-souris quitter l’épaule de son maitre pour venir s’échouer sur ses genoux et dormir. Mon patient à la chevelure de neige et que je recouvrais petit à petit de lavandin semblait presque vouloir s’endormir avec son amie. J’attendais une réponse, mais elle semblait tarder à venir, ou bien était-ce parce que le 3e siège s’était endormi sur le banc à cause de mon massage léger ? Il finit cependant par rouvrir ses paupières, dévoilant les prunelles d’or légèrement brumeux… Oui, il avait commencé à glisser dans le sommeil. Il répondit alors qu’il se sentait très bien, mais qu’il se questionnait sur la raison d’un traitement aussi bienfaiteur alors qu’il m’avait importuné… J’étais surprise… je ne savais pas où il m’avait ennuyée, et j’avais beau réfléchir, je ne trouvais pas.

« Vous ne m’avez point importunée, rassurez-vous… » Répondis-je d’une voix éthérée, en même temps, j’ignorais où il avait imaginé cela. « Et quant à ce traitement, je vous ai frappé avec un pèche sans le vouloir. Moi qui ne jure que par la santé, je m’en veux de vous avoir blessé, même partiellement. Et peu m’importe si ce n’était que trois neurones, je me dois de vous apporter les soins nécessaires à cela... »

J’ai fais glisser mes mains lentement le long de sa nuque, puis effleurer la base de cette dernière, faisant une très légère pression sur les épaules de ce dernier, avant de les retirer totalement. Je me suis alors reculée quelque peu de D’Ongil Takouya, respectant une distance raisonnable entre lui et moi après ce que je venais de faire. « Et voici… Avez-vous besoin de quelque chose vous sortir de la brume ? » Demandais-je finalement, d’une voix toujours aussi calme. Si oui, j’avais des sels parfumés à l’orange et au basilic, ce qui pouvait réveiller un somnambule sans problème. Par principe, je sortis un flacon de verre contenant ces derniers, sur lequel était gravé une fleur d’oranger, et tirais avec lenteur sur le bouchon de liège qui retenait le tout, avant de lui proposer d’un geste lent. « J’ai ceci, si vous le désirez… »



_________________

Revenir en haut Aller en bas
D'ongil Takouya
Kyu ban tai san seki | Marchand de sable
avatar
Messages : 254
Date d'inscription : 09/06/2013
Âge : 34
DC : Kuchiki Byakuya

Fiche perso
Niveaux:
60/100  (60/100)
Expérience:
1150/8000  (1150/8000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: Un fremen et une shinigami ( PV Ozalee & Nade) (Les rues, Gotei 13)   Jeu 11 Mai 2017 - 11:52





Takouya n'oubliait que rarement un visage.. et encore moins un nom. Aussi cette femme se leurrait allégrement en songeant qu'il ne se souviendrait pas de sa personne. Bien au contraire. Cette rencontre avait été des plus atypiques. Ce massage était un bienfait des plus propices, car en effet, le jeune Kyu Ban Tai San Seki se donnait beaucoup dans son travail, cherchant à faire en sorte que la Neuvième ne succombe pas dans cette spirale de la défiance.. et du déroutement. Il ignorait comment s'en sortait la Troisième et la Cinquième Division.. mais... pour le moment la sienne tenait le coup. Totalement relaxé, le son de la balisette se faisait plus net en son esprit, apportant un autre bien être... un peu plus chaud... comme le vent du désert qui offre une caresse à l'aide du sable environnant. C'est à ce moment là que Nadeshiko vint à surplomber cette mélodie, pour soutenir qu'il ne l'avait aucunement importuné, et qu'elle se devait de lui faire ce massage. Elle faisait donc ceci par devoir ?.. Ce genre de procédé et de mentalité.. Takouya connaissait parfaitement, étant lui même de ce genre là... mais en soit, il aimait aussi donner de sa personne pour les autres. Peut être même parfois un peu trop . C'était un reproche que lui faisait souvent sa propre sœur, ou encore sa mère.  Mais... ce n'est pas pour autant que notre Fremen voulait changer de ligne.  

Vous faites donc tout cela par devoir... Je comprends votre position

Sa voix était calme et toujours aussi tranquille qu'au départ, pourtant, il y avait un brin de maîtrise, alors que ses yeux s'étaient rouvert au monde qui l'entourait. Quand bien même, cela l'invitait à ne plus entendre Ghanima et sa balisette, Takouya savait reprendre pied. C'est lentement qu'il secoua son visage, signifiant qu'il n'avait alors nul besoin de produit pour s'éveiller. Un désert appréciait le sérénité, et sa lenteur faisait à la fois sa puissance et sa beauté. Se redressant sur ses jambes, il inclina un peu son visage pour la remercier de ce moment. Cela lui avait permit de profité d'une réelle pause. Lui qui travaillait un peu trop ces derniers temps. Mais qui ne le faisait pas en ce moment ?.. La guerre était partout.. tout le monde pouvait la ressentir.  Le soleil mourrait peu à peu dans le ciel, et la pipistrelle s'agitait enfin.. elle aimait cet instant de la journée, tout comme l'aube. Le jeune homme la contempla battre un peu de ses ailes de soie.. avant de prendre son envole au dessus de leur tête. Ceci fit naître un petit sourire sur le visage si tranquille de son maître. Puis, ce dernier vint reposé ses yeux doré sur Nadeshiko et concéda :

Nul besoin, je vous remercie. La marche me fera le plus grand bien, jusqu'à ce que je parvienne à ma demeure.

Il n'était pas très produit.. déjà qu'il était tout juste pour la bière d'épice... Cela dit, il ne voulait pas non plus l'importuné, alors que la nuit approchait, elle avait sûrement à faire. Mais le fait est, que Takouya espérait un jour la recroiser. Il le lui avoua d'ailleurs verbalement tout en la libérant de cette rencontre pour ce jour.  Ce genre de rencontre avait le don de changer les idées et de voir les choses un peu moins sombres...et de se relâcher un peu. Notre noble n'était pas du genre très... partisan de faire la fête ou de la beuverie pour se vider la tête. Le dessin lui apportait déjà  beaucoup.. mais les rencontre sociale aussi visiblement, et il garda tout cela à l'esprit. Une fois de plus il la salua avec un sourire doux, puis il la dépassa pour rejoindre la rue principale.. menant aux beaux quartiers résidentiels, suivit de Mudir, qui savourait cette luminosité.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Tsukino Nadeshiko
Yon ban tai Hachi Seki
The silent flower

avatar
Messages : 273
Date d'inscription : 30/01/2016
Âge : 21

Fiche perso
Niveaux:
44/100  (44/100)
Expérience:
250/7000  (250/7000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: Un fremen et une shinigami ( PV Ozalee & Nade) (Les rues, Gotei 13)   Jeu 11 Mai 2017 - 19:07




Le jeune kyu ban tai san seki ne semblait pas véritablement avoir comprit mes propos. Ce n’était pas par devoir que j’agissais, certes, je me devais de le soigner après l’avoir blessé, même partiellement, puisque j’avais prêté serment. Un serment qui me semblait bien plus juste que celui que l’ont formulait en arrivant, puisque en accord total avec les soins que je prodiguais. Partager mon savoir avec ceux qui le désirent, pourvoir aux besoins des plus démunis, je dirigerai les régimes des malades à leurs avantages suivant mes forces et mon jugement. De même, je m’abstiendrai de tout mal et de toute injustice, je ne remettrai à personne du poison si on m’en demande ni ne prendrait l’initiative d’une telle suggestion. Semblablement, je ne remettrais à aucune femme un pessaire abortif et m’accorderai de ma tache par moi-même. Quoique je vois ou entende dans la société pendant mon office ou même hors de l’exercice de ma profession, je tairais ce qui n’a jamais besoin d’être divulgué, regardant la discrétion comme un devoir.

J’étais ce serment, et j’en avais purement conscience aussi. J’avais aussi des doutes, sur le fait que mon serment soit devenu une véritable partie de moi-même, ce qui causait alors mon absence de présence pour autrui. J’étais là sans l’être, mais finalement, tant que je vivais de mon serment, tant que mes soins parvenaient à faire leur effet, je me sentais rassurée. C’était ma nature, même si je désirais être remarquée pour ce que je faisais, qu’on comprenne que j’avais moi- aussi une existence propre, mes soins passaient avant tout. J’étais guérisseuse avant d’être shinigami, quand bien même j’étais femme avant d’être guérisseuse. Si Takouya disait comprendre ma situation, il en était finalement très loin, car ce n’était pour moi pas un devoir que de soigner ceux qui m’entouraient, c’était ma vie. Mon essence. Et finalement, je comprenais ma mère comme jamais. Les patients devenaient ses protégés, ses enfants, et telle une mère pour tous, elle s’en occupait et les bercer jusqu’à guérison complète… Ou sommeil éternel. Et je faisais de même. Mais je n’étais pas Himeguma… Je n’étais pas cette femme aux cheveux blancs, j’étais une rousse… Une Bana-bhuidseach…

C’était d’ailleurs étrange de se dire que mon nom était la seule chose tirant sur le japonais, tout mon corps criait provenir d’un lieu celte, et ma nature aussi. Une rousse aux yeux verts, pâle et couverte de tache de rousseur, j’étais aussi capable d’endurer les pires intempéries. Je pouvais me repérer dans la nuit grâce à la lune et ce, sans effet quelconque, et bien plus… Même si j’apprenais les noms des plantes petite et que je les avais expérimentés, je savais naturellement ce qui était bon ou mauvais… Un don ou une malédiction ? Je l’ignorais, mais j’étais bien plus rapide avec les plantes qu’avec les kido, et plus encore, je ne craignais pas la mort. Je l’étudiais, je la côtoyais depuis ma naissance, et jamais je ne l’avais crains. C’était une chose naturelle, quelque chose qui apaisait parfois les souffrances et emportait à d’autre ceux que nous aimions. Mais elle faisait partie intégrante de cette vie. Nous ne pouvions pas la dissocier de ce temps, et le temps était une chose bien différente en fonction d’où nous nous trouvions. Mais peu importe le monde, Ginsei, Soul society ou Hueco mundo, nous avions tous une chose en commun. La mort.

Je replaçais mes sels parfumés à la fleur d’oranger et au basilic Spice Ararat dans ma sacoche avant d’incliner légèrement ma tête aux dires du shinigami pour le saluer. Ainsi, il allait marcher pour se détendre l’esprit et éveiller son corps. C’était une bonne idée. En revanche, je fus outrageusement surprise qu’il admette vouloir me recroiser un jour avant de disparaitre, et cela fit apparaitre des rougeurs sur mon visage ô combien trop pâle. Il m’offrit un sourire auquel je fus incapable de répondre, la tête basse et les joues roses. J’eus simplement le temps de lui souhaiter une bonne nuit avant que sa silhouette ne disparaisse dans la pénombre. Cette rencontre m’avait laissé une étrange impression, et s’il fut un temps, j’aurais désiré en parler à celle qui était ma meilleure amie mais… Elle n’était plus là, j’étais sans nouvelle… rien… Et l’espoir qu’elle ait laissé un message dans mes appartements était si mince, que je n’avais aucune envie de m’y rendre… De plus, j’avais des plantes à récupérer… J’ignorais que la dernière personne à l’avoir vu, était ce jeune homme à la chevelure neige…

Et que ce serait aussi, le début de ma véritable quête…



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un fremen et une shinigami ( PV Ozalee & Nade) (Les rues, Gotei 13)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un fremen et une shinigami ( PV Ozalee & Nade) (Les rues, Gotei 13)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un fremen et une shinigami ( PV Ozalee)
» ++Entretient avec Shinigami-SAMA!
» Ozalee
» [Partenaire officiel] [Forum RPG] Bleach - Shinigami Age
» Ikki le shinigami. Je saurai maitriser l'Amaterasu !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach Incarnation :: Archives du clan Kuchiki :: Archives RPs :: RPs ordinaires-