lienlien
   Shinigamis : 11 ‖‖ En conflit
  Prédef : On       Inventés : On
   Exilés : 05 ‖‖ Neutre
  Prédef : On       Inventés : On
   Vizards : 01 ‖‖ Alliés à la SS
  Prédef : On
    Humains : 03 ‖‖ Neutre
  Prédef : On       Inventés : On
    Quincys : 01 ‖‖ Neutre
  Prédef : On       Inventés : On
    Arrancars : 08 ‖‖ En conflit
  Prédef : On       Inventés : On



 

Partagez | .
 

 Promenade dans les rues de Karakura [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Akatsuki Nozumi

avatar
Messages : 11
Date d'inscription : 02/02/2017
Âge : 20

Fiche perso
Niveaux:
36/100  (36/100)
Expérience:
0/6000  (0/6000)
Spécialité: Hakuda

MessageSujet: Promenade dans les rues de Karakura [Libre]   Ven 17 Mar 2017 - 22:53

Le monde réel, je me demandais bien durant les quelques années dans l'académie à quoi il ressemblait, cela ne changeait pas beaucoup du monde spirituel, sauf peut-être que les humains ne me vois pas sous ma forme de shinigami, mais dans mon corps artificiel, il semble qu'ils le peuvent, je trouvais ça amusant, mais ma raison de venir n'était pas qu'une simple promenade en faite, j'étais assigner ici afin d'assurer la protection d'un secteur, il y a bien d'autre plus fort que moi pour ça, mais c'était tout de même ma mission, je devais donc la remplir sans faute.

Faisant donc des tour de quartier, passant de rue en ruelle, allant sur des places et même, goûtant à ce qu'ils appellent takayaki, c'était vraiment délicieux, assez même pour que j'en redemande une nouvelle fois, avant de reprendre mes rondes, aucune pression spirituel spécial, ni de signal montrant la présence d'un hollow pour le moment, une après-midi bien calme, comme je les aimes.

La nuit tomber, je passais de toit en toit, la lune ici aussi était belle, si pure et calme, m’arrêtant un moment pour l'admirer, je ne devais pas pour autant oublier ma mission qui est de rester à l’affût de la moindre perturbation ou signe d'un hollow quelconque  pouvant arrivé, je devais dire aussi que le sommeil me guettais, me donnant une petite claque pour me ressaisir, avant de reprendre la ronde, observant les gens en contre bas, des familles quelques fois, me rappelant la mienne, lâchant un soupir, regardant ensuite l'horizon, posté sur un point de vue d’ensemble, ne relâchant en rien ma vigilance, peut-être en faisais-je un peu trop, mais je n'y pouvais rien, et de plus, je ne pense pas qu'un hollow prenne des vacance, même si la pensé était plutôt amusante, pouvais-je me permettre un petit somme sous la belle étoiles ? j'avais entendu dire que les humains qui dorment son en position de faiblesse, cela valait-il aussi pour le shinigami ? même si,je devais dire que cette ville est assez paisible, m'assoupissant un peu, fermant les yeux, mais pas les oreilles, restant attentif aux bruits autour de moi.
Revenir en haut Aller en bas
Mei Lin Zhang

avatar
Messages : 32
Date d'inscription : 08/06/2016
Âge : 23
DC : Aucun

Fiche perso
Niveaux:
37/100  (37/100)
Expérience:
750/6000  (750/6000)
Spécialité: Hakuda

MessageSujet: Re: Promenade dans les rues de Karakura [Libre]   Mar 21 Mar 2017 - 2:40

Quand ton ami est un idiot ~


Les insomnies sont, paraît il, la malédiction des artiste. Et oui… Elle attrapa sa tasse et la porta à ses lèvres pour prendre une gorgée de café au chocolat avant de constater qu'elle l'avait déjà finit. Un long soupire s'échappa de ses petites lèvres charnues. Elle regarda par la fenêtre et constata avec une certaine déception que la nuit régnait désormais en maître sur se monde bancale dans lequel elle vivait. La petite femme se redressa, tendant ses bras gracile au dessus de son corps pour s'étirer avec la grâce d'un squelette qui craque toute les deux secondes. Depuis combien d'heure était elle assise là ? A travailler d’arrache-pied pour ne pas être en retard ? Elle savait tenir ses délais d'ordinaire, mais en ce moment, à cause d'une certaine chose rouge, elle était sans cesse en retard pour tout. Elle finit par se lever et regarda l'heure sur son réveil : minuit trente. Avec un peu de chance l'épicerie du quartier serai encore ouverte. Elle avait faim et ne souhaitait pas cuisiner. Elle ne voulait pas risquer de se tuer en s’empoissonnant seule. On dirait pas comme ça, mais elle tenait à la vie la gamine !

 « Toutoune ! On y va ! »

Mais seul le silence lui répondit. Elle fronça les sourcils et grogna, sortant de la chambre pour chercher ce clown. Ou avait il pu bien allez cet idiot ? Normalement, à cet heure ci, il devait être planté devant la télé à regarder des nanars plus assommant les uns que les autres. Un peu inquiète, elle éteignit la télé restée allumée mais sans aucun signe du clown. Elle serra les dents en remontant les manches de son kigurumi. Si elle l'attrapait, il allait passer un mauvais quart d'heure. Enfin, s'il faisait une bêtise bien sur ! Mais le connaissant, elle était certaine que sa peluche allait en faire. Après tout, qu'elle raison avait il de rester calme ? Il avait du s'ennuyer et… Elle pâlit d'un coup en courant vers la porte d'entrée. A son grand soulagement, celle ci était fermée. Elle retourna dans le salon et vit la porte fenêtre ouverte, le rideau voletant au grès de la brise nocturne. *Et merde...* Il l'avait fait. Encore. La belle enfila ses chansons Krokmou et sortit en trombe de chez elle, refermant la porte sans vérifier si elle avait ses clés ou non.

Mei Lin dévala l'escalier à une vitesse folle, prête à parier qu'il était au parc à menacer les gros monstres. Il adorait provoquer ainsi les gens, elle ne savait pas d'où lui venait cette passion pour la baston. La castagne. Elle courut le plus vite possible, offrant une scène des plus incongrus : une enfant (en apparence tout du moins), en kigurumi poney rose, courant a toute allure avec à ses pieds deux têtes de dragon. Et des chignons en vracs de chaque côté de sa petite tête, retenant sa paire de lunette beaucoup trop grande. Un mélange sans goût de rose, vert, noir, violet, blanc et jaune. Une tâche multicolore au milieu de la nuit noire, éclairée ça et là de lampadaire à l'aspect malsain. Ou peut être était ce à cause des âmes damnées et perdues, enchaînée à l'endroit où elles se trouvaient en attendant de devenir des monstres. La petite chose sans forme n'avait pas peur d'elles. Après tout, grâce à Lui, elle était en sécurité et en vie depuis des années. Le parc se profila au détour d'une ruelle, plus que quelques mètre et elle le trouverait, elle en était certaine.

 « VAS Y VIENS ! J'T'ATTENDS ! J'VAIS TE DEGOMER ! ALLEZ APPROCHE ! Hey… HEYYYYY ! OU TU VAS ?! C'EST MOI TON ADVERSAIRE ! »

Elle n'avait plus aucun doute quand à la présence de son ami ici. Cette voix fluette, aiguë. Aucune doute, il était là. Cependant, elle ralentit et s'approcha à pas de velours du parc, cachée derrière un buisson, elle pouvait voir tout ce qu'il se passait et contre qui il avait jeté son dévolu. Elle dut se mordre l'intérieur de la joue pour ne pas exploser de rire. Ok. Il était définitivement une cause perdue. Il tentait de se battre contre un chaton. Qui ne pensait qu'à jouer avec lui. Elle secoua la tête de droite à gauche, dépitée. Quand est ce qu'il apprendrait à l'écouter un peu ?! Enfin, il avait cessé de chercher des femmes de joies, c'était déjà un bon début… Elle hésita quelques minutes à intervenir ou le laisser se faire malmener par un chaton, lui qui se prenait pour le roi de la bagarre comme il aimait s'appeler. Finalement, elle eut pitié de lui et se redressa, un sourire aux lèvres, retenant un début de fou rire. Elle avança et le regarda, attendant qu'il la remarque enfin. Et il l'a vit bien vite. Quelques secondes à peine. Et son ego de « mâle puissant » en prit un coup. Il la foudroya du regard, n'acceptant pas l'idée de devoir lui demander de l'aide. Il était le superbe Toutoune ! Ce n'était pas un chat qui allait l'abattre. Mais pourtant… Il dut se rendre à l'évidence : sous cette forme, il ne pouvait rien faire.

 « Tu comptes m'aider un jours ? Ou je dois martyriser ce pauvre matou pour m'en sortir ? Idiote ! »

 « Tu me parles vraiment sur ce ton là ? Tu tiens tant que ça à finir déchiqueté par un pauvre matou ? »

 « Fermes là et bouges ton cul la grosse !!! *Non, il n'était pas vexé du tout qu'elle dise clairement qu'il ne pouvait rien faire sans son aide. Néanmoins, et malgré qu'il soit brut de décoffrage, il la regarda avec tendresse. Il l'aimait autant qu'elle l'aimait. Ils ne faisaient qu'un, en deux corps. Chacun étant l'âme sœur d l'autre.*  Allezzzzzzzzz ! S'il te plait Meiiiiii !!!!»

Hôchant la tête, elle tenta d'amadouer le matou, l'attirant vers elle qui était de nouveau accroupit sur le sol. Le manipulant à force de mots doux et de papouilles, le chat ce mit à ronronner et finit par lâcher son doudou qui se dépêcha d'aller dans les bras de sa partenaire. Elle se remit sur ses jambes en enfouissant son visage contre le Clown. Elle avait eut peur en constatant qu'il n'était plus là. Elle avait tellement peur de le perdre...


Revenir en haut Aller en bas
Akatsuki Nozumi

avatar
Messages : 11
Date d'inscription : 02/02/2017
Âge : 20

Fiche perso
Niveaux:
36/100  (36/100)
Expérience:
0/6000  (0/6000)
Spécialité: Hakuda

MessageSujet: Re: Promenade dans les rues de Karakura [Libre]   Mer 22 Mar 2017 - 17:46

Cela faisait un moment que j'étais en poste, décidant alors de me promener à nouveau, mais gardant mon corps artificiel, apparemment, les hollow n'avait pas l'air de vouloir venir, une bonne chose en soi, je pourrais profité de ma soiré, mais ne manqué qu'une chose, trouvé un endroit ou dormir, je ne pouvais pas allez voir ce demi-shinigami (ichigo) ni ceux qui étaient avec lui, je n'avais aucune confiance envers eux, peut-être trouvé une humaine qui pourrait peut-être m'héberger un moment, puis très vite, mon ventre se mit à emmètre le cri de la faim, pas d'endroit où dormir, pas de nourriture ni argent pour acheter quoi que ce soit, cette mission viré vraiment à l'horreur, mais je devais tenir, montrer ma force et faire honneur, mourir de faim serait vraiment moche...

Arrivant ensuite proche d'un parc, titubant un peu à cause de la fatigue, faim et un peule moral dans les chaussettes, j'entendis une personne parler, puis une autre, pourquoi des gens serait dehors à une heure si tardive ? par réflexe, je me cacher dans les buisson les plus proche, ne faisant qu'observer, identifiant une humaine avec...un clown ? comment ce jouet pouvait-il parlait et bouger ? peut-être avait-il une pilule d'âme artificiel en lui, ou peut-être un hollow, mais vue le comportement, ce serait peu probable, ils avaient l'air bien proche tout les deux, puis, à nouveau, mon ventre cri famine, révélant ma position et ayant aussi un peu honte, assise au sol sans vraiment la force de bouger avec la faim trop grande, ne rien manger pendant des heures, mai quelle torture, encore, dormir dehors ce n'est rien, restant sur place sans vraiment pensez quoi que ce soit, une humaine ne peu pas grand chose contre moi, mais si un hollow venait à attaquer, la...ce serait une autre histoire, surtout que je n'ai jamais pu faire de combat autre que les entraînements, il faudra faire mon travail, rien de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Hakusora Yusuke

avatar
Messages : 31
Date d'inscription : 18/03/2017
Âge : 19

MessageSujet: Re: Promenade dans les rues de Karakura [Libre]   Sam 25 Mar 2017 - 23:08

« Mrrraouw... »

Yusuke eut un petit sourire amusé en voyant le jeune chat de gouttière détaler, effrayé par les deux jambes de l'âme. Arrivé depuis très peu de temps dans le monde des mortels, il avait décidé de s'installer dans la ville de Karakura – plus pour un aspect pratique qu'autre chose. Un autre exilé, Urahara Kisuke, était probablement le seul fournisseur en corps artificiels à des lieues à la ronde. Voulant s'habituer à porter un gigai, le jeune Shinigami aux cheveux blancs s'était offert une balade dans les rues de la ville. La nuit était belle et claire, et la bise rafraîchissante qui soulevait ses mèches rebelles n'était pas pour lui déplaire.

Désireux de se fondre dans la masse, il s'était fourni en vêtements parfaitement normaux pour un humain des temps modernes. Il s'aventurait ainsi, à la lumière de la lune, vêtu d'un jean délavé, d'une chemise blanche aux manches remontées, ouverte sur un tee-shirt rouge. Cela le changeait agréablement des tenues conventionnelles de la Soul Society. Il était bien plus libre de ses mouvements, lui permettant de se déplacer avec aisance et rapidité. Cela compensait l'impression d'être le dernier des balourds qu'il avait lorsqu'il portait son corps artificiel. Comment les humains pouvaient-ils se trimballer une carcasse aussi lourde, constamment... ?


« Très bien, chère enveloppe charnelle. On s'achète à manger, et tu me laisses m'habituer à toi. Marché conclu ? »

Son estomac, acquiesçant d'un grondement sourd, dirigea ses pas vers la camionnette ouverte qui dégageait une alléchante odeur sucrée. L'eau à la bouche, Hakusora Yusuke eut ainsi le plaisir de s'initier au concept de marchand de nourriture ambulant : avec un sourire amusé, le vieil homme qui parcourait les rues de Karakura chaque nuit lui vendit une barbe à papa d'une taille colossale, poussant la jeune âme à se demander comment une telle masse rose pouvait tenir sur un si fin bâton de bois. Payant son bienfaiteur avec quelques uns des billets que lui avait prêté Urahara, il continua sa route, grignotant distrait la friandise cotonneuse, dont le goût était étonnamment... Délicieux.

« Alors c'est ça, Karakura... ? Pourquoi je ne suis pas venu plus tôt, au juste ? Rien d'aussi bon ne se trouvait à Kyoto... D'un autre côté, je n'y avais jamais porté de gigai. »

Profitant de la solitude que lui offrait les rues désertes, longtemps après minuit, il se parlait à voix haute. Après tout, qui pourrait bien l'entendre, à part éventuellement cette masse multicolore qui traversa la rue en courant devant lui, retenant de la main une paire de lunettes manifestement prête à s'écrouler ?

« … Attend, quoi ? »

Intrigué, il suivit le poney rose de forme humaine – ou l'humaine déguisée en poney rose ? Trop tôt pour le savoir – jusqu'au parc vers lequel elle se dirigeait. Gardant une distance respectable – il ne voulait pas lui faire peur – il marcha derrière elle, jusqu'à la trouver en train de parler à une peluche en forme de clown. Juste une enfant qui aurait perdu son doudou, alors ?

« Yo. Sympa, ton clown. »

Son attention fut cependant attirée par le bruit étrange qui sortait d'un buisson. Bruit qu'il reconnut aisément – après tout, son ventre à lui avait fait le même peu de temps auparavant. Quelqu'un d'autre était tout près... Quelqu'un qui avait faim. Avec un sourire espiègle, voulant forcer le dissimulé à sortir de sa cachette, il se pencha, ramassant un caillou, avant de le jeter rapidement en direction du buisson incriminé. Si la cible était un humain, elle s'en sortirait avec une bosse, rien de bien méchant – et surtout, rien de suffisant pour trahir sa nature de Shinigami, si jamais la cible était quelque chose de plus... Dangereux. Il était difficile d'avoir l'air plus innocent que Yusuke à ce moment-là, avec son visage enfantin, sa tenue des plus banales et la barbe à papa nettement plus grosse que sa tête devant le visage.

Enfin, sauf peut-être en portant un kigurumi de poney rose.
Revenir en haut Aller en bas
Akatsuki Nozumi

avatar
Messages : 11
Date d'inscription : 02/02/2017
Âge : 20

Fiche perso
Niveaux:
36/100  (36/100)
Expérience:
0/6000  (0/6000)
Spécialité: Hakuda

MessageSujet: Re: Promenade dans les rues de Karakura [Libre]   Lun 27 Mar 2017 - 18:51

Rien n'y faisait, mon ventre farfouillant comme jamais avait trahis ma position, pourquoi ce corps refusait d'obéir ? Je devrais me plaindre à la section scientifique mais pour le moment, je remarquais un homme arrivé près de la jeune femme, entamant la discution la où je n'avais pas osé m'approcher, puis, entendant mon ventre, il avait du le remarquer, d'où le caillou qui fut jeter, en plein dans le front d'ailleurs, me frottant un peu avant de sortir de la cachette, ma pression spirituel n'étant pas assez fort, enfin, pas plus forte qu'un capitaine ni un vice-capitaine, je pouvais approcher les humains sans leurs provoquer une sorte de malaise, un avantage d'ailleurs.

Je m'approchais donc un peu, mais restant à une certaine distance, je ne connaissais ni la jeune femme, ni l'homme, qui me disais que ce ne serait pas des hollow camouflée ? Avec l'ex capitaine Aizen de parti, il fallait bien d'attendre à tout venant des hollow, un peu sur la défensive d'ailleurs, le visage neutre, avant de prendre parole, une voix résonant avec mon visage, une neutralité sans pareil, montrant un certain sérieux.

- Je ne vais pas vous supplié ni vous demander trop, auriez-vous juste quelque chose pour que ça ne fasse plu de bruit ?

Montrant mon ventre qui se remit aussitôt à faire des gargouilles comme dix, ayant un peu honte de la chose, approchant encore de quelque pas, peut-être une dizaine de mètres nous séparant encore, puis, derrière ces gens, je vis comme une ombre, le doute plané dans ma tête, cette chose ne bougait pas, comme figé, regardant plus en détail, je fus légèrement surprise, puis, sortant une pilule de l'une de mes poches, je l'avale et sort de ce corps artificiel, la faim moins présente maintenant, je sortie mon sabre, du côté des humains s'ils en étaient, cela pourrait ce voir comme une agression envers eux, fonçant droit vers eux, sabre à la main, l'ombre bougea aussi, visant la jeune femme dont je ne connaissais le nom, passant la lame à l'horizontal en position de garde avant de poussé la jeune femme sur le côté, un hollow, un vrai, le premier que j'affrontais, mais...la force qu'il avait était assez grande, repousser par le première assaut de celui-ci, restant en défensive, je ne pouvais risquer de voir des humains mourrir alors que je suis présente, ne faisant que parer en attendant qu'ils partent plus loin, s'il le faut, je les ferais partir à coups de pied.

Puis, à peine quelques minutes c'était passer que le hollow attaqua avec une force assez phénoménal, mon sabre se fissurant déjà un peu, surprise, je pris une certaine distance, réfléchissant un peu, deux humains derrière, une peluche pouvant parler et bouger librement, mon corps artificiel à l'abri et espérant qu'il appelle de l'aide, puis ce hollow plus fort que prévu, la situation compliqué que je préférais éviter le plus possible, rangeant alors mon sabre, me mettant dans une position de combat pour l'hakuda, ma spécialité d'ailleurs, je devais brisé son masque, ou lui tranché la nuque, fonçant droit devant, esquivant un premier coup, puis le second, donnant un coup bien placer dans le visage faisant grogner le hollow, avant qu'il ne riposte, mettant mes bras en croix face à moi, prenant le coup de plein fouet, me retrouvant projeter plus loin contre un arbre du parc, le hollow approchant comme amuser.
Revenir en haut Aller en bas
Mei Lin Zhang

avatar
Messages : 32
Date d'inscription : 08/06/2016
Âge : 23
DC : Aucun

Fiche perso
Niveaux:
37/100  (37/100)
Expérience:
750/6000  (750/6000)
Spécialité: Hakuda

MessageSujet: Re: Promenade dans les rues de Karakura [Libre]   Ven 14 Juil 2017 - 23:38

Quand toutoune part en couille ~


Rien en ce bas monde n’aurait plus blesser la petite que de perdre son doudou. Alors oui, elle était plus que prête à cajoler un matou tout crasseux si cela pouvait sauver la vie de son âme sœur. Même si pour cela, elle devait écraser son égo de mâle soit disant puissant et virile. Comment un doudou peut être virile d’abord ? Non mais sérieusement ! Il est fait de tissu, de coton de rembourrage et de connerie ! Pas un pète de poil ni de s… Enfin voilà quoi ! Rien qui ne fasse de lui un être possédant une virilité quelconque. La femme-enfant sniffa l’odeur de son doudou comme s’il était sa dose de cocaïne et sourit comme une idiote en lui bisouillant le visage, sous les protestations de celui-ci il va s’en dire. Et elle ne le vit pas venir. Elle l’entendit quand il lui adressa la parole. En parlant de Toutoune. Il voulut répondre, mais elle le fit taire en fourrant ses doigts dans sa bouche cotonneuse et se tourna vers l’importun qui venait lui adre…

-ALLEN WALKERRRRRRRRRRR !!!!!!!!!

Oui. Elle venait de hurler le prénom de ce personnage qu’elle aimait beaucoup, se penchant en avant avec des étoiles et des cœurs dans les yeux. Il était son sosie parfait ! Alors à quoi s’attendre d’autre de la part de la jeune femme que de crier la première chose lui traversant l’esprit en rencontrant un être tel que lui. Car soyons clair : elle le voyait déjà comme un dieu vivant. Mettez lui le sosie de Chronos, dans Saint Seiya, et pouvez être certain qu’elle boira ses paroles sans réfléchir. Sauf que là, ce n’était qu’Allen. Mais quand bien même, elle était la plus heureuse du monde en cet instant. Toutoune, lui, était beaucoup moins heureux. S’il avait pu, il aurait sans doute vomi. Sauf qu’un doudou, ça ne vomis pas! Sans plus se tenir, elle retira sa papuche (à lire, sa capuche) ayant la forme d’une tête de licorne et dévoila le visage d’une enfant ne dépassant pas douze ans, dont le regard était souligné de lunettes aussi épaisse qu’un cul de bouteille. Ses cheveux blancs immaculés – assortie à ceux d’Allen ! – étaient retenus dans un chignon ressemblant de plus en plus à un sac de nœuds qu’autre chose… Sous le haut de son kigurumi aux couleurs sans harmonies, on pouvait apercevoir un débardeur à l’effigie de Todoroki… Un personnage d’un manga qu’elle aimait beaucoup. A ses pieds, deux têtes de dragon multicolores, quoi qu’un peu sale du coup, fixaient l’homme. Enfin… L’homme… Allen n’était pas plus virile que Toutoune, pouvait-elle vraiment dire qu’il était un homme ? Kanda, lui c’est un homme !

Sans laisser le temps a l’inconnu de dire ou de faire quoi que ce soit, elle s’approcha de lui, le regard toujours brillant d’admiration et lui sourit. Elle lui prit la main et l’inspecta, pour voir s’il avait les pouvoirs du personnage… Sauf qu’elle avait oublié un détail : il ne pouvait être ledit personnage. La magie, ça n’existait pas. Enfin, pas vraiment. Toutoune n’est pas de la magie, ok ?! Il est vivant ! Et alors qu’elle inspectait le bras, le vil doudou réussit à se dégager de la force de mouche de sa proprio, de sauter sur le bras tendu devant la petit et de commencer à chanter le générique des power rangers en balançant ses adorable petits poing en avant, prêt à défoncer le pauvre homme qui n’avait rien fait de mal.

-Recule Mei! Je m’occupe de lui! *Il avait parlé avec assurance, comme pour se donner la prestance d’un super héro qui vient sauver la demoiselle en détresse* TOI L’PEDOPHILE! TU VAS RECULER CALMEMENT OU JE M’OCCUPE DE TON CAS ! D’OU TU DRAGUE MEI, HEIN ? OK, ELLE EST BELLE ET TOUT ! MAIS C’EST UNE ENFANT ! SI TU LA TOUCHE, JE T’ARRACHE TES BIJOUX DE FAMILLE POUR EN FAIRE DU REDBULL ! SANS TAUREAU!

Mei, elle, pâlit et déglutit. Oh merde. Il l’avait encore fait… Elle ne savait plus quoi dire, ni faire… Ainsi, elle ne bougea pas, comme statufiée par la connerie de son doudou…


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Promenade dans les rues de Karakura [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Promenade dans les rues de Karakura [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Promenade dans l'Oise.
» Promenade dans les rues
» [RP ouvert à tous] Promenade dans les rues de Saint-Pierre-Port
» Le canada dit à Martelly : enlever les fatras dans les rues de PAP
» Promenade en ville ( libre ) suite

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach Incarnation :: Karakura :: Les rues-