lienlien
   Shinigamis : 11 ‖‖ En conflit
  Prédef : On       Inventés : On
   Exilés : 05 ‖‖ Neutre
  Prédef : On       Inventés : On
   Vizards : 01 ‖‖ Alliés à la SS
  Prédef : On
    Humains : 03 ‖‖ Neutre
  Prédef : On       Inventés : On
    Quincys : 01 ‖‖ Neutre
  Prédef : On       Inventés : On
    Arrancars : 08 ‖‖ En conflit
  Prédef : On       Inventés : On



 

Partagez | .
 

 Pour un dernier regard (PV Toshirô)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tsukino Nadeshiko
Jenny Fraiser
Queen of thorn

avatar
Messages : 297
Date d'inscription : 30/01/2016
Âge : 22

Fiche perso
Niveaux:
44/100  (44/100)
Expérience:
2700/7000  (2700/7000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Pour un dernier regard (PV Toshirô)   Dim 14 Mai 2017 - 17:52




L’air était encore doux, le ciel clair et le soleil brillant. Je venais à peine de quitter le domaine Kuchiki, et pourtant, j’avais l’impression que plusieurs jours s’étaient écoulés. J’étais terrorisée à l’idée de partir, c’était m’éloigner de tout ce que j’avais connu, pour me rendre dans l’autre monde, et éternellement. En partant, je désertais la soul society, ce qui faisait de moi une traitresse, au même titre que cette ordure d’Aizen, Tosen et Gin. Pourtant, mes motifs étaient tout autre, mais qui iraient les écouter ? Si mon combat me semblait légitime, je ne pouvais forcer personne à l’accepter, et je ne pouvais pas non plus rester ici sans rien faire et attendre que le monde périsse. La Soul Society avait perdue mon estime dans ses règles, si certains pouvaient encore lui donner de la valeur, ils n’étaient plus assez nombreux, et étaient désormais surveillés… Je savais que Kuchiki Byakuya avait pour ordre de rester sur place et de faire attention, lui et sa cadette était surveillés après son enlèvement, mais beaucoup d’autres aussi.

J’avais rebroussé chemin, je me devais d’atteindre le senkaimon pour sortir… même si ce serait la toute dernière fois que je l’emprunterais. J’ai donc reprit ma route de ce pas lent et digne d’une noble que j’aurais pût être, mais que je ne désirais plus devenir. Je ne pouvais pas m’enfermer, je ne pouvais pas alors que ceux que j’aime pouvait être blessé à cause de mon incompétence. J’ai retraversé tout le seireitei avec la même lenteur, faisant attention à ne pas salir ma tenue plus que délicate et soignée, ni même défaire ma lourde coiffure. J’avais l’air de sortir d’une réunion entre différents clans de la noblesse, pourtant, c’était tout le contraire. je venais juste de déposer l’extension d’âme d’Ozalee chez cet homme que j’abhorrais au plus haut point, et j’étais sur le point de disparaitre de la soul society pour toujours. Je ne savais pas encore ce que j’allais faire, mais j’allais vivre sur place, là où avaient lieux les combats, là où je pourrais réellement m’entrainer et défendre ceux qui me sont chers. Attendre que les blessures se fassent n’avait pas de sens… Cela n’en avait plus. Je ne pouvais plus me permettre d’attendre que les gens souffrent pour agir.

Je venais de passer le seuil de la 10e division, perdue dans mes pensées, lorsque je fus percutée par un reiatsu que je connaissais beaucoup trop à présent. J’avais passé une semaine entière à le fuir, avant de me retrouver sur terre, puis prise dans les horreurs. Il me semble que cette semaine là est loin à présent, bien plus loin que tout ce que j’ai pu imaginer. Si mon cœur réagissait toujours aussi fortement à sa présence, l’idée de le revoir seul me torturait beaucoup moins que de le revoir mort injustement par ma faute. Je ne pouvais pas me permettre de perdre qui que ce soit par faiblesse ou manque de réaction. Même lui, je ne le pouvais pas, je ne m’en sentais pas capable, et pourtant, je ne savais presque rien de lui, je n’avais même pas compris ce que je ressentais pour lui. Je savais juste, que chaque fois que je le voyais, j’avais l’impression de me noyer dans son regard, de perdre mon souffle et mes mots. Je ne comprenais pas, et je n’étais pas sûre de le vouloir un jour, ce que je savais en revanche, c’était que je ne supporterais pas que le Taicho de la dixième division disparaisse par ma faute… Après ce qu’il s’était passé entre nous…

Je me suis figée sur place, incapable d’avancer plus, le cœur battant et inquiète. Je me suis sentie… Irrespectueuse et… injuste de ne pas le lui dire…Je n’osais rien faire, rien dire, j’étais figée au milieu des jardins, attendant de prendre une décision qui me semblait terrifiante peu importe son but. J’ai déglutis, avant de récupérer au fond de ma sacoche, dans un bocal encore parfumé, la fleur de géranium rosat gelé par le Taicho. Je l’avais gardé oui, même si je ne savais pas réellement pourquoi, juste… Je ne m’étais… Jamais sentie aussi… désirée par quiconque. Et… Cette fleur, si c’était la mienne auparavant, aujourd’hui… Elle était la notre… Pourquoi ? Je l’ignorais… Je n’osais pas bouger, le regard vague, je me suis mise à avancer sans véritablement savoir dans quelle direction. Je suis rentrée dans cette division, hésitante, et j’ai traversé les couloirs sans qu’on semble me voir. Pourtant, la tenue que je portais était loin d’être insignifiante pour une fois, mais mon coté Bana-bhuidseach avait surement un grand impact sur moi…

Lorsque j’ai retrouvé la vue et le contrôle de mon corps, j’étais devant le shoji du bureau du Taicho qui faisait battre mon cœur, et pourtant, ce dernier battait lentement, trop même. Comme si, je ne ressentais plus rien pour cet individu que je ne comprenais pas… Mais je savais que ce n’était pas cela, c’était juste, la douleur… La crainte aussi. J’avais l’impression d’être aseptisée… Comme avant une opération, mais je crois que je l’aurais préféré. J’ai lentement repoussé le Shoji sur le coté, ouvrant ainsi la voie jusqu’à celui que je redoutais le plus en cet instant. Il était seul dans la pièce, et je me suis rendue jusqu’à son bureau pour déposer la fleur gelée sur ce dernier, juste devant lui.

"Hitsugaya-Taisho..." J’ai sentie mes yeux piquer, et quelque chose d’humide rouler sur ma joue alors que je lui faisais désormais face…

Pour la dernière fois…


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Hitsugaya Toshirô

avatar
Messages : 41
Date d'inscription : 17/03/2017
Âge : 16
DC : Aucun

Fiche perso
Niveaux:
74/100  (74/100)
Expérience:
1150/12000  (1150/12000)
Spécialité: Zanjutsu

MessageSujet: Re: Pour un dernier regard (PV Toshirô)   Dim 14 Mai 2017 - 19:08

Hitsugaya Toshiro & Tsukino Nadeshikodialogue en #9999ff
Pour un dernier regard



Vraiment... Quel idiot je pouvais être d'espérer que Matsumoto ferai correctement son travail durant mon absence... N'avais-je donc pas le droit d'avoir un ou deux jours de repos sans voir des tonnes de dossiers s'empiler sur mon bureau ? Elle avait vraiment de la chance... Cela faisait un moment que je ne l'avais pas vu et cela valait mieux pour elle car si je venais à lui mettre la main dessus, elle pouvait être sûre que je ne la raterai pas... J'allais bien finir par lui faire payer les heures de siestes que je loupais à cause d'elle et le jour ou cela lui retomberait dessus, elle allait souffrir... J'avais déjà bien assez de travail sans qu'elle n'en rajoute... La dixième division étant spécialisée dans l'organisation militaire et les stratégies à aborder, c'était mon rôle d'imaginer toutes sortes de scénarios et de préparer un plan d'attaque ou de défense selon la situation et avec Aizen en ennemi, il fallait s'attendre à tout...

Je soufflai... Oublier ma haine était plus difficile que je ne le pensais, mais je comptais réellement faire des efforts, je n'avais pas le droit de laisser cette rage prendre le dessus... Je ne voulais plus mettre en danger qui que ce soit, ni même voir souffrir un proche... Tsukino... Dès fois, j'avais envie de la voir pour essayer de comprendre pourquoi je perdais mes moyens face à elle... Enfin, peut être s'agissait-il d'une excuse que je m'étais trouvé afin de la voir... Il y avait des moments où je pensais tellement à elle que j'en venais à sentir son odeur ou du moins, l'imaginer... Le seul jour où je n'avais pas pensé à elle depuis notre dernière rencontre était lorsque je m'étais rendu dans le Monde Humain, lieu où les gamins s'étaient jetés sur moi pour que je joue avec eux. Lors de ce jour de repos, j'avais pu voir un ancien de la dixième Jinzu Ashidate, que je n'avais pas vu depuis longtemps. Bien que l'on m'avait traité comme un gamin la plupart de la journée, j'avais pu me changer les idées et j'en avais gardé un bon souvenir.

J'étais perdu dans mes pensées lorsque je ressentis un reiatsu que je connaissais bien, celui de Nadeshiko, entrer dans les quartiers de ma division... Cependant, j'avais beau le ressentir, je ne savais pas si mon esprit en était à l'origine ou s'il s'agissait de la réalité. J'avais envie de bondir hors de mon bureau avant d'aller voir de quoi il en retournait, mais en même temps, une partie de moi me disait qu'il ne fallait pas que je m'en préoccupe et que je me concentre sur mes dossiers. Je restais donc assis derrière mon bureau, un stylo à la main et un document face à moi, j'essayais de me concentrer, mais impossible... Inconsciemment, je me mis à froncer les sourcils, j'étais en colère contre moi-même à cause de mon incapacité à effectuer mon travail. Si j'étais aussi facilement déstabilisé dans ma propre division, je voyais mal comment je pouvais être utile sur le champ de bataille.

Avant même de m'en rendre compte, je pouvais sentir l'odeur de la femme qui arrivait à me faire perdre tous mes moyens, son reiatsu m'indiquant qu'elle se trouvait là, de l'autre côté du shoji... Entendant le shoji s'ouvrir, je relevai lentement la tête pour poser mon regard sur la shinigami qui me faisait face... Je me sentis rougir, mais je ne la quittais pas des yeux. Était-elle réelle ?

"Hitsugaya-Taisho..."

Cette voix... C'était bien la sienne, mais combien de fois eus-je donc l'impression de l'entendre ? Combien de fois la sensation de mes lèvres sur les siennes me revint en tête ? Alors que je m'interrogeais sur la véracité de ce qu'il était en train de se passer, j'aperçus une larme couler le long de son visage. J'arrêtai donc de me questionner et pris la parole, inquiet et surtout surpris de la réaction de la jeune femme.

- Tsukino, puis-je savoir ce qu'il se passe ?

Revenir en haut Aller en bas
Tsukino Nadeshiko
Jenny Fraiser
Queen of thorn

avatar
Messages : 297
Date d'inscription : 30/01/2016
Âge : 22

Fiche perso
Niveaux:
44/100  (44/100)
Expérience:
2700/7000  (2700/7000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: Pour un dernier regard (PV Toshirô)   Dim 14 Mai 2017 - 20:49




À présent que je me trouvais face à lui, je ne savais plus quoi dire. J’avais murmuré son nom à voix basse, incapable de faire autre chose, et je m’étais sentie gênée. Je ne devais pas lui imposer ça, nous ignorions tous deux ce qui nous arrivait, nous ne comprenions pas ce lien étrange qui nous unissait, et là, j’allais lui imposer mon départ. Je me sentais horrible de lui faire ça, le pauvre avait déjà tellement subit avec Aizen et ce qu’il avait fait à sa presque sœur, Hinamori. La pauvre était toujours à la 4e division, et à présent, je l’abandonnais aussi. Si j’étais certaine que mon équipe prendrait grand soin d’elle, je ne pouvais m’empêcher de me dire qu’elle serait victime de mon abandon. La main toujours en suspend entre le bureau et mon corps, je contemplais à présent la fleur gelée que j’y avais déposée, symbole de quelque chose que nous ne comprenions pas. Je me sentais mal à l’aise, et désolée pour lui.

Il avait l’air épuisé, et une pile immense de rapports non étudiés était posée sur la gauche de ce dernier. Il avait de quoi écrire devant lui, et la veine qui battait contre sa tempe signifiait qu’il tentait de se concentrer sur son boulot, et moi… Moi je venais le déconcentrer sans raison. Il avait relevé la tête vers moi, ses yeux turquoise… Même si je ne parvenais pas à m’en détacher, et que je les trouvais aussi magnifique que le lagon, je les voyais aussi rougit par la fatigue, cerné… Il était épuisé. Je venais déranger une personne qui m’était chère alors qu’elle n’avait strictement pas besoin de ça, pour lui dire adieu et ainsi lui faire mal. J’étais une horrible personne. Ses joues prirent une teinte rosée lorsqu’il comprit que je lui faisais réellement face, et la culpabilité est revenue avec force. Il était inquiet pour moi, et je l’avais bien entendu à travers sa voix épuisée lorsqu’il m’avait demandé ce qu’il se passait. Je me suis reprise assez rapidement, me recomposant un masque de neutralité douce et soumise, essuyant ma larme traitresse à l’aide de la manche de soie beige de ma tenue impériale.

« Rien… Rien, pardonnez mon intrusion mais, j’étais inquiète pour vous… Votre reiatsu possède diverses fluctuations et j’ai sentie votre épuisement de chez moi… Alors je me suis permise de vous rendre visite… Je ne voulais pas vous inquiéter… » Je soupirais doucement, ce n’était pas un mensonge en soi, tout cela était vrai, quand bien même ce n’était pas la raison de ma venue ici. Je repris la parole d’une voix douce, un peu lointaine… « Vous n’arriverez à rien dans un tel état d’épuisement… Permettez que je vous offre mon aide  » En vérité, je ne comptais pas véritablement lui laissez le choix.

Je me suis dirigée vers la petite alcôve de son bureau, là où nous nous étions… véritablement rencontrés pour la première fois… Et je me suis mise à faire chauffer de l’eau dans la théière qui était disponible. Ma décision était prise, je ne lui dirais rien, je m’occuperais juste de… de lui offrir un peu de réconfort, un soutient… Avant de disparaitre de sa vie. Mon cœur se serra à cette pensée. Je ne le connaissais presque pas, et pourtant… Il me semblait être devenu véritablement important pour moi… Sans même que je n’eus mon mot à dire. Les choses s’étaient déroulées sans mon consentement, ni le sien. J’ai préparé du thé noir avec de la menthe et des éclats de goyaves, le tout provenant de mes différents flacons, avant de mettre le tout dans la théière brulante et d’amener l’ensemble sur le bureau du Taicho, entre la fleur et le vide. Il gardait ainsi ses travaux sous les yeux, mais ne pourrait plus s’en occuper tout de suite.

Je me suis ensuite glissé derrière lui, fouillant dans ma sacoche pour retrouver les huiles essentielles et eaux florales à la menthe que j’avais créée. Cela lui apporterait un peu de fraicheur, au même titre que le mélange de thé que j'avais préparé dans l'instant. Il y avait bien des choses dans ma sacoche, étant donné que je l’avais préparé pour mon départ, mais cela ne m’empêchait pas de retrouver ce que je cherchais. De toute façon, je devais attendre que le thé soit infusé avant de pouvoir le servir. « Permettez ?» Je ne lui laissais toujours pas son mot à dire, et prenais quelques gouttes d’huile sur les doigts, avant de les apposer sur la base de son crâne avec une infinie douceur. J’ai dessiné de minces cercles sur sa peau, passant parfois entre les mèches blanches qui trainaient et l’empêchant ainsi de regarder le rapport sur son bureau. « Vous pourrez reprendre une fois détendu et après mon départ… D’accord… ? » J’abhorrais un sourire timide, et je savais que mes mains tremblaient légèrement plus que prévu.



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Hitsugaya Toshirô

avatar
Messages : 41
Date d'inscription : 17/03/2017
Âge : 16
DC : Aucun

Fiche perso
Niveaux:
74/100  (74/100)
Expérience:
1150/12000  (1150/12000)
Spécialité: Zanjutsu

MessageSujet: Re: Pour un dernier regard (PV Toshirô)   Mer 17 Mai 2017 - 11:29

Hitsugaya Toshiro & Tsukino Nadeshikodialogue en #9999ff
Pour un dernier regard



J'observai Nadeshiko avec attention, suivant ses moindres mouvements, attendant qu'elle réponde à ma question. Je me questionnais par la même occasion sur ses motivations, me demandant quelle pouvait être la raison de sa venue. Elle était bien vêtue, je la trouvais magnifique dans cette tenue, cependant je préférai garder ça pour moi... Je me posais de plus en plus de questions, elles étaient d'ailleurs sans doute stupides étant donné que j'imaginais de nombreux scénarios qui expliqueraient son apparence et sa visite. Nade devait avoir un jour de repos et avait voulu en profiter pour prendre soin d'elle, comportement récurent chez les femmes. Lorsqu'elle prit enfin la parole, je posa le stylo que j'avais entre les mains, me massant les tempes pour me concentrer sur ses propos. Ma fatigue était donc si importante qu'on pouvait clairement la ressentir à travers mon reiatsu... Moi, je ne m'en rendais pas vraiment compte étant donné que j'en avais un peu l'habitude, mais cela ne faisait pas très longtemps que j'étais libre de mes mouvements, alors j'avais dû en faire un peu trop... Quoiqu'il en soit, je m'en voulais d'inquiéter cette femme pour laquelle mes sentiments étaient flous, si je l'avais su, j'aurais fait une sieste... En tous cas, j'étais un peu soulagé de savoir qu'elle n'avait pas de problème, car dans le cas contraire, elle me l'aurait surement dit.

«  Vous n’arriverez à rien dans un tel état d’épuisement… Permettez que je vous offre mon aide  »


- Il faut être en forme pour effectuer en travail de qualité, j'accepte donc volontiers ton aide, Tsukino. Merci à toi et navré du dérangement.

J'essayais de garder mon calme et de ne pas laisser paraître l'embarras que j'éprouvai lorsqu'elle était là. Sa présence n'était pas dérangeante, elle était même apaisante, mais j'étais capitaine de division et je ne voulais pas que l'on voit mes moments de faiblesses. Je ne voulais pas non plus causer d'avantage de problèmes à Nadeshiko. Je continuais à observer la shinigami de la quatrième division faire des va et vient dans mon bureau pour préparer du thé et accessoirement m'empêcher de travailler. Les membres de cette division prenaient vraiment soin des autres, comparé à eux, j'avais quelques fois l'impression d'être inutile... Par exemple, je ne voulais même pas imaginer ce qu'il serait arrivé à Momo sans Unohana et ses subalternes... Je respectais cette division, je respectais aussi Nade, mais cela ne s'arrêtait pas à du simple respect avec elle...

« Permettez ?»

Malgré sa question, elle ne me lassa pas le temps de répondre et se mit à me faire un massage crânien... Ses mains étaient douces et elles me donnaient l'impression que la jeune femme qui se trouvait à mes côtés était vraiment fragile, comme si elle était prête à se briser à tous moments... J'avais envie de la protéger... Mais, j'avais peur qu'à l'image de Momo, elle finisse par souffrir à cause de mon incompétence et de mes réponses aux provocations ennemis... Son massage était vraiment agréable, mais je ne pouvais pas vraiment en profiter à cause de sa présence, j'avais l'impression que mon sang bouillait et je devais être rouge comme une tomate... Pourquoi me faisait-elle tant d'effet ? J'avais pourtant l'habitude de côtoyer des femmes avec Matsumoto et Momo...

« Vous pourrez reprendre une fois détendu et après mon départ… D’accord… ? »

- Hein ? Oui...

Nadeshiko m'avait surpris, me faisant soudainement sortir de mes pensées, ce qui eut pour résultat de me faire sursauter et répondre avec un manque de confiance en moi plutôt pathétique... Ce fut à ce moment que je me rendis compte que la shinigami tremblait bien que j'en ignorais les raisons... Je repris alors la parole sur un ton qui se voulait plus calme, je ne voulais pas la pousser à dire quelque chose qu'elle voulait garder pour elle, mais ces tremblements n'étaient pas normaux.

- Ma présence te dérange-t-elle ? Ou as-tu un autre problème ?


Revenir en haut Aller en bas
Tsukino Nadeshiko
Jenny Fraiser
Queen of thorn

avatar
Messages : 297
Date d'inscription : 30/01/2016
Âge : 22

Fiche perso
Niveaux:
44/100  (44/100)
Expérience:
2700/7000  (2700/7000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: Pour un dernier regard (PV Toshirô)   Ven 19 Mai 2017 - 21:59




Le capitaine Hitsugaya semblait avoir comprit que se tuer à la tache n’était une bonne chose, et que cela ne conduisait qu’à un travail bâclé et encore plus complexe à réaliser. Il céda donc à ma demande et cessa de travailler, s’excusant du désagrément causé… S’il savait que ce n’était pas pour cela que j’étais ici. Je savais qu’il était constamment épuisé, surveillé aussi, à cause de son intervention sur terre. Mais je ne pouvais rien dire de ce que j’allais entreprendre. Je ne voulais pas le compromettre lui aussi. Je n’en avais pas le droit. Déjà que Kuchiki c’était uniquement parce que nous étions tous deux liés à Ozalee et que je ne pouvais pas faire autrement que de lui confier Kanimari avant mon départ… Mais là, c’était différent, Hitsugaya Toshiro avait été visé personnellement par Aizen dans le début de sa trahison, se faisant agresser par ses proches détournés de lui. Puis il y avait eut l’attaque sur terre, et Hinamori Momo avait été blessée par le traitre sous ses yeux. Je ne pouvais pas lui dire que j’allais me mêler au combat…

Je continuais de masser sa nuque et le haut de son crâne avec les huiles mentholées, apportant une impression de fraicheur sur mes doigts mais aussi sur sa peau. Cela rendait sa chevelure neige légèrement luisante, mais c’était si léger et ce serait absorbé ensuite, alors ça ne poserait pas de problème. Sa peau commençait d’ailleurs à prendre des rougeurs… C’était étrange, car je savais qu’il n’avait pas d’allergie et je faisais justement attention à cela lors de mes distillations et infusions dans les pommades. Je lui avais alors dit qu’il pourrait reprendre le travail une fois que je serais partie, et cette évocation m’avait faite trembler plus encore. Quant à lui, il avait sursauté, me répondant avec hésitation. L’avais-je troublé ou bien… Etait-ce autre chose ? Je ne savais pas, mais je m’en voulais malgré tout. Lui qui avait été le centre d’un mensonge mêlant ses proches, je lui mentais, en quelques sortes… Peut-être aurais-je dû me ressaisir, car de toute évidence, mes tremblements avaient été remarqués. Je me suis crispée à sa question, et mes doigts ont quittés sa peau un bref instant, trop pour que cela soit normal.

Je pouvais toujours prétendre une hésitation, mais il le saurait. Si je savais mentir pour des broutilles avec une facilité déconcertante, principalement concernant mon état moral ou autre, ce que j’entreprenais aujourd’hui était trop grand et dangereux pour que j’y parvienne. J’avais peur, je serais seule contre le monde, j’allais déserter pour retrouver celle qui fut ma sœur, et rendre justice à ce monde désormais souillé par des lois obscures. Mais j’avais réalisé une chose, tant que je serais ici, je ne bougerai pas, je n’avancerai pas. Je ne pourrais pas me battre ni même augmenter mes capacités. Je serais enfermé dans ce que ma mère avait fait de moi. Une soumise au monde entier, affable et trop humble pour dire qu’on lui marche dessus. Mais si je voulais protéger ceux qui m’avaient vu malgré cette barrière de soumission, si je voulais les aider, alors je n’avais plus le droit d’être cette vision là. Je me devais d’aller au-delà de ce que ma mère avait fait de moi. Briser mes chaines.

« Non… Juste… je vous avais déjà expliqué qu’un trop fort reiatsu avait des effets lourds sur mon organisme, je suis navrée de vous avoir inquiété… Tout va bien… » Tout criait mensonge, même ma voix, et pourtant, elle se faisait toujours douce et éthérée. « Le thé doit être prêt à présent… » J’ai quitté son dos pour me retrouver de nouveau face à lui, et j’ai servi une tasse avec délicatesse, le parfum mentholé s’éleva dans la pièce, agrémenté d’une dose fragile de sucre causé par les éclats de goyaves. J’ai alors posé la tasse devant lui, n’osant cependant pas croisé son regard qui je savais, pouvais me faire faire n’importe quoi. Je me suis ensuite mordillé la lèvre inferieur, avant d’oser reprendre la parole. « Je sais que… Que vous avez du mal à gérer vos émotions en ce moment… » Et c’est moi qui parle… « Je pourrais peut-être… Vous apportez une aide pour vous décharger de ces émotions sans vous mettre en danger ? Une méditation différente de celle qui nous permet de converser dans notre monde intérieur… »

Je savais que cela risquait de lui faire bizarre, mais c’était un précepte que ma mère m’avait confié… Bien avant tout cela. Si je voulais quitter son asservissement involontaire, elle avait tout de même eut de bonnes idées… Il me suffisait d’un pot d’encre de chine et un pinceau, à partir de là, je pouvais l’aider, et comme tout capitaine, je savais qu’il en avait un dans son office. J’hésitais cependant… à transmettre un message par ce biais. Je ne voulais pas le blesser par mon départ, mais je ne voulais pas non plus qu’il l’apprenne par un tiers.



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Hitsugaya Toshirô

avatar
Messages : 41
Date d'inscription : 17/03/2017
Âge : 16
DC : Aucun

Fiche perso
Niveaux:
74/100  (74/100)
Expérience:
1150/12000  (1150/12000)
Spécialité: Zanjutsu

MessageSujet: Re: Pour un dernier regard (PV Toshirô)   Dim 21 Mai 2017 - 9:48

Hitsugaya Toshiro & Tsukino Nadeshikodialogue en #9999ff
Pour un dernier regard



Lorsque la jeune femme rompit le contacte avec ma peau, je ne bougeai pas le moins du monde, me demandant pourquoi elle avait pu avoir cette réaction. En effet, ma remarque sembla la surprendre ou du moins, la déstabiliser même si ce n'était pas mon objectif... Je commençais à me demander si elle ne me cachait pas quelque chose... En général, lorsque Matsumoto me mentait ou avait quelque chose à se reprocher, elle devenait temporairement une subordonnée obéissante et aux petits soins avec moi et dès que je touchais la corde sensible, elle perdait ses moyens... Malheureusement, la shinigami occupant le huitième siège de la quatrième division était toujours très serviable ce qui ne me permettait pas de juger si elle mentait ou non à l'aide de ces critères. Mais ce n'était pas le seul problème, en effet, je ne voulais pas songer un seul instant qu'elle puisse me mentir.

« Non… Juste… je vous avais déjà expliqué qu’un trop fort reiatsu avait des effets lourds sur mon organisme, je suis navrée de vous avoir inquiété… Tout va bien… »

- Navré...


Ce que je pouvais être stupide parfois... Je savais que certaines personnes ne supportaient pas les puissants reiatsu, mais ces derniers temps je n'y prêtais plus trop attention... Je veillais tout de même à contrôler la puissance de mon reiatsu afin que celle-ci ne puisse pas être néfaste pour les autres shinigamis, mais je pouvais facilement la camoufler un peu plus afin qu'il soit plus facile de la supporter. J'étais vraiment stupide... Ma pression spirituelle avait déjà blessé quelqu'un a qui je tenais par le passé, mais je n'avais pas retenu la leçon semblait-il... Que ce soit par sa puissance ou par sa nature froide, ma pression spirituelle pouvait être dangereuse, raison pour laquelle je fermai les yeux quelques instants et me concentrais, la limitant au maximum afin qu'elle soit à peine perceptible...

Lorsque j'ouvris les yeux, Nadeshiko était en train de préparer le thé... Je regardais avec attention le moindre de ses mouvements, il me semblait qu'elle fuyait mon regard, mais je n'y prêtais pas attention étant trop concentré sur ce qu'elle faisait. Ses mouvements m'apparaissaient comme soignés et élégants, similaires à ceux d'une danseuse, j'étais le seul et unique spectateur de sa danse...

« Je sais que… Que vous avez du mal à gérer vos émotions en ce moment… Je pourrais peut-être… Vous apportez une aide pour vous décharger de ces émotions sans vous mettre en danger ? Une méditation différente de celle qui nous permet de converser dans notre monde intérieur… »

J'avais pris la décision durant mon confinement de ne plus me laisser provoquer par Aizen, de ne plus le pourchasser pour tout simplement être en mesure d'effectuer mon devoir et protéger ceux que j'aime. Cette résolution était la raison pour laquelle la proposition de la shinigami de la quatrième division me faisait plaisir. Au fond de moi, j'avais toujours peur de ne pas réussir à me contrôler malgré le choix que j'avais fait et Hyorinmaru refusait de m'offrir la moindre solution pour que je me sente mieux. D'après lui, je devais trouver moi-même une solution à mes problèmes, je devais me débarrasser moi-même de mes hésitations... Accepter l'aide de Nadeshiko ne revenait certainement pas à aller à l'encontre des paroles de mon zanpakuto, car celle-ci me proposait de la méditation ce qui, après m'être entraîné, me permettrai de me calmer par mes propres moyens.

- Cela pourrait m'être utile, je te remercie de ta proposition Tsukino.

Revenir en haut Aller en bas
Tsukino Nadeshiko
Jenny Fraiser
Queen of thorn

avatar
Messages : 297
Date d'inscription : 30/01/2016
Âge : 22

Fiche perso
Niveaux:
44/100  (44/100)
Expérience:
2700/7000  (2700/7000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: Pour un dernier regard (PV Toshirô)   Mer 7 Juin 2017 - 19:23




Mensonge… Tout en moi criait ce terme alors que je faisais semblant de me sentir plus à l’aise une fois son reiatsu réduit. Il s’était sentit fautif pour cette bévue, alors qu’elle n’existait même pas… Certes, il avait une énergie spirituelle importante et intense, mais à ce niveau là, elle ne me gênait pas… Il faisait déjà bien attention, et là, je lui apportais un lot de culpabilité supplémentaire alors que c’était à moi de culpabiliser pour lui mentir de la sorte. Il s’était excusé, mais j’avais pourtant l’impression que c’était à moi de le faire… Je m’étais sentie épier durant mon service du thé, et j’avais fuit son regard pour éviter qu’il ne comprenne réellement. Je ne voulais pas qu’il sache pour moi, je ne voulais pas l’impliquer plus que nécessaire. Il avait déjà assez d’ennui comme ça avec la surveillance du Sou-Taicho pour avoir désobéit et prit la route du monde des vivants pour trouver Aizen seul. D’ailleurs, c’était presque ce que je comptais moi-même faire finalement, prendre ma vie en main, quitter mes chaines, et me rendre utile au monde.

J’avais pris une tasse moi aussi, et je la gardais en main, ces dernières se réchauffant contre la hanse, alors que j’attendais sa réponse. J’hésitais toujours sur le fait de lui laisser un message par ce biais… La tête basse, je me crispais légèrement lorsqu’il m’avoua trouver mon idée utile, et qu’il acceptait cette dernière. J’ai rosit un peu avant de regarder le shoji pour vérifier qu’il était bien fermé… Ce que j’allais faire pourrait porter préjudice, quand bien même cela n’avait rien de… particulier… Mais il s’agissait d’un jeune homme, et j’étais une jeune femme, et nous savions tous ce qui était arrivé il y a peu… Mon cœur en était encore tremblant à ces pensées, mais je n’avais plus la possibilité d’y céder… Les choses étaient ce qu’elles étaient, j’allais partir sous peu… J’ai hoché la tête pour signifier que j’allais m’occuper de cela après, et j’ai profité d’une gorgée de thé avant de reposer la tasse en soupirant doucement.

« Me laisserez-vous faire… ? » Demandais-je d’une voix très douce et légèrement timide. « Je n’ai besoin que d’un pinceau et d’un pot d’encre de chine… » Poursuivais-je toujours très douce.

J’en avais d’ailleurs un petit dans ma sacoche, par habitude lorsque je voulais dessiner sur mes carnets. J’ai donc fouillé quelques secondes encore dans mes affaires, avant de déposer le tout à coté de sa paperasse délicatement. Je me suis de nouveau mordue la lèvre en lançant un regard de biais dans sa direction, jouant avec mes doigts par gène. Ce que j’allais faire… Pouvait tout aussi bien encore dégénérer, même si je savais où étaient mes priorités désormais, croiser son regard était devenu presque dangereux… Chaque fois que c’était arrivé, je m’étais sentie emportée par une vague de frisson et de pulsions étranges, mais surtout incontrôlables. Je me souvenais parfaitement de chaque baiser échangé, et y penser me rappelait aussitôt le gout de ses lèvres sur les miennes. Un phénomène incroyable que je ne parvenais pas à saisir correctement. C’était… impossible à contrôler ni même à comprendre… Je ne le connaissais que très peu et pourtant… Je pouvais suivre son reiatsu même en étant à l’autre bout du Seireitei, je connaissais son odeur par cœur, sa voix, sa silhouette… C’en était presque frustrant…

J’ai relâché ma lèvre en me rendant compte que ce geste aussi pouvait être équivoque, et j’ai soupiré doucement avant de le rejoindre de nouveau, me plaçant de coté pour esquiver une fois encore son regard turquoise. Je devais éviter les étourderies, sinon, non seulement j’allais perdre de vue mes objectifs, mais aussi perdre la raison. J’ai alors tendue ma main vers lui lentement, esquissant un début de pâle sourire à son égard. « Vous acceptez… ? » En soi, ce n’était pas grand-chose, j’allais juste peindre un message dans son dos, message qu’il devrait s’efforcer de lire dans un miroir, soit à l’envers, et apprendre dans les deux sens afin de travailler sa concentration… Et j’hésitais à faire en sorte que les mots se chevauchent pour lui expliquer ma décision de manière à ce que la première chose qu’il lise dans le miroir, soit mon choix, puis la méditation… Naturellement, ce message disparaitrait au bout de quelques baignades, mais au moins, il aurait le temps de l’apprendre et de le travailler…

Au fond de moi, j’espérais juste qu’il ne m’en voudrait pas trop de ne rien lui avoir dit en face… Ni même de partir du seireitei… Mais je n’avais pas le choix… C’était ça, où attendre que l’horreur s’abatte sur ceux qui m’entouraient simplement parce que les lois qu’on nous fournissait n’avaient plus rien de juste pour les êtres pensants. Elles n’avaient pas évoluée, et on attendait juste de faire souffrir le monde pour le plus grand bien. Mais le lui dire… Ce serait le mettre encore plus en danger qu’il ne l’est déjà, que ce soit par son statut de capitaine, ou de cible favorite du traitre hideux. De même, il avait beaucoup de mal à choisir entre la voie de capitaine, et celle de son cœur… Et en soi, je savais que ma présence ne l’aidait pas non plus… Cependant, si je ne pouvais rien faire si ce n’est lui apporter mon aide pour ce concentrer, j’espérais qu’il suivrait le chemin qui serait le mieux pour lui… Que ce soit pour son cœur… ou son rang…

Ce qui finalement, constituait quelque chose d’incroyablement compliqué…



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Hitsugaya Toshirô

avatar
Messages : 41
Date d'inscription : 17/03/2017
Âge : 16
DC : Aucun

Fiche perso
Niveaux:
74/100  (74/100)
Expérience:
1150/12000  (1150/12000)
Spécialité: Zanjutsu

MessageSujet: Re: Pour un dernier regard (PV Toshirô)   Mer 21 Juin 2017 - 16:36

Hitsugaya Toshiro & Tsukino Nadeshikodialogue en #9999ff
Pour un dernier regard



« Me laisserez-vous faire… ? Je n’ai besoin que d’un pinceau et d’un pot d’encre de chine… »


À mes yeux, cette question n'avait pas lieu d'être... Nadeshiko avait mon entière confiance, j'étais même prêt à lui confier ma vie si elle venait à me le demander... J'étais heureux de la revoir, mais je trouvais l'atmosphère plutôt tendue dans cette pièce, voir même étouffante. J'étais un peu débordé ces derniers temps, mais je ne pensais pas que cela puisse être à ce point... Je me demandais si cela ne venait pas de la demoiselle, puis, après mûre réflexion, j'en conclus qu'elle devait être aussi débordée que moi... Je m'en voulais encore plus de lui demander son aide alors qu'elle devait être exténuée... Sous l'effet de la culpabilité, je pris la parole afin de proposer mon aide à cette femme qui avait su se frayer un chemin jusqu'à mon coeur, malgré le peu de temps que nous avions passé ensemble.

- Puis-je faire quelque chose pour t'aider ?

J'observais avec attention les moindres mouvements de Nadeshiko, mais, de temps à autres, mon regard finissait par se poser sur ses fines lèvres, me rappelant ainsi les baisers que nous avions partagé et la sensation indescriptible qui m'avait alors envahi... Puis, observant que le regard de la demoiselle s'orientait vers moi, je baissai la tête avant de saisir ma tasse, encore chaude, et de la porter à mes lèvres afin de boire une partie de son contenu... Mais, me brûlant les lèvres au contact du liquide, je gelai mon thé, à l'aide de ma pression spirituelle, par réflexe. Je n'aimais vraiment pas la chaleur... Je laissai un soupire s'échapper de mes lèvres pour ensuite regarder ma pile de documents... J'essayais de me convaincre qu'il fallait que je fasse mon travail et renvoie dans ses quartiers la shinigami qui se trouvait actuellement dans mon bureau, mais je savais qu'il ne s'agissait là que d'un prétexte pour éviter de croiser son regard. Son regard était dangereux... Aussi dangereux que ses lèvres... Je ne comprenais pas pourquoi je réagissais ainsi en sa présence, je ne comprenais pas pourquoi elle me faisait tant d'effet...
C'est ainsi que, perdu dans mes pensées, je sursautai en remarquant que Nadeshiko était à mes côtés, me tendant sa main...

« Vous acceptez… ? »

- Evidemment.

J'avais prononcé ce mot sans vraiment avoir fait attention à ce qu'elle m'avait dit, j'avais parlé sans réfléchir... Cependant, j'avais confiance... Le seul problème était que je ne connaissais pas grand chose à la méditation lorsqu'elle n'était pas liée à la communication avec mon zanpakuto et à la visite de mon "monde intérieur"... Par conséquent, je n'avais pas la moindre idée de ce que Nadeshiko comptait me faire, j'allais donc me contenter de la suivre et de mettre en pratique les indications qu'elle allait me donner. J'avais parfaitement confiance en ma capacité d'apprentissage et de concentration, ce 'était pas pour rien que j'étais le plus jeune capitaine de la Soul Society. Ma pression spirituelle a toujours été impressionnante, mais ce n'était pas mon seul point fort et heureusement. J'attendais donc les instructions de mon maître... Ne pas considérer la jeune femme comme tel aurait été un véritable manque de respect alors qu'elle s'apprêtait à me communiquer un enseignement important. Même si je ne le lui disais pas en face, je la respectais et je la remerciais sincèrement des efforts qu'elle faisait pour moi.



Revenir en haut Aller en bas
Tsukino Nadeshiko
Jenny Fraiser
Queen of thorn

avatar
Messages : 297
Date d'inscription : 30/01/2016
Âge : 22

Fiche perso
Niveaux:
44/100  (44/100)
Expérience:
2700/7000  (2700/7000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: Pour un dernier regard (PV Toshirô)   Sam 24 Juin 2017 - 2:05




Je n’avais pas eus besoin de son aide pour quoi que ce soit, je devais bien l’admettre, je n’osais pas non plus le lui demander surtout, ni même l’accepter. Durant le temps que j’avais mit à sortir mon pot d’encre et mon pinceau, je m’étais sentie observer sous diverses coutures, un peu comme on observait une fleur pousser, et je me suis sentie rosir. Mais en tournant ma tête vers lui, il s’était précipité sur sa tasse, s’était brulé, et l’avait gelé ensuite avec sa pression spirituelle… Ce qui soudainement, me fit frissonner sous mes soieries. Il s’est ensuite perdu dans ses pensés, et j’ai hésitais avant de lui demander… Mais il a sursauté, et à répondu immédiatement par l’affirmative. J’ai dû secouer ma tête dans l’espoir de reprendre mes esprits, et le tintement de mes pics à cheveux me permit de me focaliser sur ce que je devais faire en priorité… Il venait de se brûler… Lui qui représentait la glace devait souffrir d’autant plus… Alors, posant le matériel que j’allais utiliser à coté de ses mains sur le bureau, j’ai glissé à nouveau ma main dans ma sacoche, pour venir chercher l’huile essentielle de menthe-poivrée, qui était très fraiche et capable d’anéantir la douleur causée par une brulure tout en hydratant la peau.

« Attendez un instant… » Ai-je prononcé d’une voix douce, quoiqu’un peu tremblante.

Je me suis alors penchée sur lui, et quelques mèches rousses vinrent effleurer son visage tandis que je le prenais en coupe de ma main gauche pour le soulever vers moi délicatement. J’ai versé quelques gouttes d’huile glaciale sur mon pouce droit, et avec lenteur, je suis venue l’appliquer sur ses lèvres telle une caresse… Peut-être ne devrais-je pas faire cela… J’étais très proche de son visage à présent, en fait, je pouvais sentir son souffle sur mes lèvres, j’en ai de nouveau rosit, et je me suis concentrée au maximum pour que rien ne dérape de nouveau… Si certes, mon cœur était plus calme à cause de la situation, cela ne changeait rien au fait que ma proximité avec le Taicho de la 10e division me rendait nerveuse. J’ai continué de caresser sa bouche avec douceur, le temps que l’huile ne la recouvre totalement, puis je me suis redressée et reculée, un peu trop vivement je pense, pour que cela apparaisse comme normal. Mais si je restais aussi proche, je risquais de me laisser emporter une fois encore… J’ai donc reposé l’huile dans ma sacoche, un peu tremblante, et je me suis retournée vers lui… Toujours rose…

« Voilà… Pour… La méditation, c’est quelque chose d’assez compliqué mais… Cela nous permet de nous concentrer et de… de travailler sur notre colère et la patience… » J’ai inspiré lentement, les yeux clos pour ne pas croiser les siens. « Je… Vais peindre dans votre dos, à l’encre,  les préceptes de cette méditation… Ainsi, le travail à fournir pour les lires à l’envers dans un miroir vous permettra de vous focaliser dessus et d’oublier tout autre chose… » Je me suis donc glisser dans son dos à nouveau, comme pour le massage de sa nuque, cependant… Cela ressemblerait bien plus à notre première rencontre sur le terrain d’entrainement…

Très lentement, les yeux clos, j’ai glissé mes mains sur son cou, passant sur ses épaules délicatement et sous son haut d’uniforme, sans pour autant le saisir ou le soulever. J’ai continué de repousser les trois couches de vêtements sur les cotés, dévoilant finalement les épaules, ses omoplates, puis le début de ses lombaires, et enfin, son dos tout entier. Comme l’ensemble devait être bloqué par son Hakama, il n’aurait qu’à se réarranger ensuite. J’étais gênée cependant, les yeux toujours clos, mes mains accrochées sur ses épaules étaient toujours tremblantes. S’il avait la peau froide, ce contact, au lieu de me rebuter, moi qui craignait le froid au même titre que les roses, je l’appréciais. Pendant l’espace d’une seconde, je ne m’en suis pas rendue compte, mais j’ai effleurais sa peau de mes pouces avec douceur. En me reprenant, je me suis giflée mentalement, et j’ai tendue ma main gauche par-dessus son bras vers le pot d’encre, que j’ai ouvert et reposé, avant de saisir le pinceau et de le tremper dans ce noir intense, puis l’essuyer sur le rebord du contenant. J’hésitais encore sur la conduite à tenir… Je ne voulais véritablement pas qu’un autre lui apprenne mon départ… Mais je n’osais absolument pas lui dire de vive voix non plus…

Mais j’étais douée pour la calligraphie.

C’était là ma solution… j’échangeais le pinceau de main, et de la gauche, je vins caresser à nouveau son épaule, presque machinalement, comme pour le détendre, tandis que mon autre main s’appliquait désormais à tracer sur sa peau, des kanjis délicats. Je savais désormais ce que j’allais faire, lier deux sortes de caractères, et ainsi, il lirait un premier message une fois devant son miroir… Mais le précepte sera toujours à l’envers, et il devra toujours travailler pour l’apprendre et le connaitre. Alors, de haut en bas, je m’appliquais, faisant glisser mon pinceau sur sa peau doré et la marquant de sigles noirs. Ce que je marquais, était là aussi, une preuve de mon départ, la dernière chose que je ferais ici, à la soul society… Sans le comprendre, j’ai sentie des larmes glisser sur mes joues, et je me suis félicitée d’être dans le dos du Taicho, sinon il aurait vu ma faiblesse… Même si je tremblais déjà, cela pouvait passer par le fait que je n’étais appuyée nulle part pour écrire. Bientôt, le premier message fut inscrit sur trois lignes parallèles à sa colonne vertébrale. Et j’ai commencé à modifié certains caractères, afin qu’une fois à l’envers, ils puissent dirent totalement autre chose…

Une flamme éclairera toujours dans le noir, mais sans obscurité, elle ne pourrait pas briller. Si l’obscurité du doute vous assiège, il faut continuer de briller, ainsi vous pourrez avancer de nouveau, car n’oubliez jamais : La gloire à qui accepte son destin, le bonheur à celui qui y désobéit. C’était là ce que le jeune homme devrait apprendre, et qu’il devrait lire une fois à l’envers devant un miroir… Mais j’y avais ajouté un autre message, celui qu’il lirait normalement une fois devant le miroir, le tout premier en fait… Des évènements me poussent à quitter le Seireitei, je ne puis vous les expliquer d’avantage sans vous mettre en danger. Mais qu’importe ma décision, rien ne pourra jamais changer l’affection que je vous porte. Prenez soin de vous. Adieu.

« Voilà… Laissons sécher maintenant... » Dis-je d’une voix quelque peu faible, alors que j’essuyais d’un revers de manche les larmes qui avaient coulé le long de mes joues. Je ne voulais pas qu’il voit ça, je ne voulais pas qu’il le sache tant que je n’étais pas partie d’ici… Peut-être pourrait-il… Essayer de me retenir… Mais je ne voulais pas faire face à cette possibilité… « Il vous suffira maintenant d’essayer de le lire dos à un miroir… »Terminais-je en me reculant quelque peu, la tête basse.



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Hitsugaya Toshirô

avatar
Messages : 41
Date d'inscription : 17/03/2017
Âge : 16
DC : Aucun

Fiche perso
Niveaux:
74/100  (74/100)
Expérience:
1150/12000  (1150/12000)
Spécialité: Zanjutsu

MessageSujet: Re: Pour un dernier regard (PV Toshirô)   Jeu 20 Juil 2017 - 10:16

Hitsugaya Toshiro & Tsukino Nadeshikodialogue en #9999ff
Pour un dernier regard



Qu'est-ce qu'il m'arrivait ? Et ça se disait Capitaine... Je me demandais ce qu'elle pouvait bien penser de moi, ce genre de réactions stupides pouvait parfaitement donner raison aux types qui me considéraient comme un gosse. Je laissai un nouveau soupire, plus discret cette fois, s'échapper de mes lèvres en songeant au fardeau que je pouvais représenter, en particulier pour Nadeshiko qui semblait faire de son mieux pour m'aider...

« Attendez un instant… »

Je n'eus pas le temps de répondre quoique ce soit que la shinigami de la quatrième division se trouvait face à moi, quelques unes de ses mèches caressant mon visage tandis qu'elle passai son pousse droit délicatement sur mes lèvres... Je devais me retenir afin de ne faire aucun mouvement, me remémorant nos anciennes rencontres et le goût que j'avais retenu de nos baisers. C'était mauvais, très très mauvais... J'avais envie de l'embrasser ne serait-ce qu'afin de vérifier si la sensation de mes souvenirs était la même...
Hors de question de lui causer d'avantage de problèmes, il fallait que je trouve une solution pour garder le contrôle... Penser à quelqu'un d'autre ? Matsumoto ? Mauvaise idée, si je me prenais au jeu, je risquais de me mettre en colère... Kurosaki... Une vision d'horreur jaillit dans mon esprit, je n'avais pas eu la meilleur idée du siècle... Finalement, ces quelques secondes qu'avait passé Nadeshiko penchée vers moi m'avaient parues avoir duré une éternité...

« Voilà… Pour… La méditation, c’est quelque chose d’assez compliqué mais… Cela nous permet de nous concentrer et de… de travailler sur notre colère et la patience… Je… Vais peindre dans votre dos, à l’encre,  les préceptes de cette méditation… Ainsi, le travail à fournir pour les lires à l’envers dans un miroir vous permettra de vous focaliser dessus et d’oublier tout autre chose… »


Je n'avais pas peur de la difficulté que pouvait représenter cet exercice de méditation, je savais que tout obstacle pouvait être franchis avec du travail et de la détermination. De plus, travailler sur la colère et la patience.... C'était ce qu'il me manquait le plus, surement la seule chose qui pouvait me permettre de ne pas perdre mon sang froid face à Aizen. Je hochai la tête afin de lui assurer que j'avais enregistré toutes les informations qu'elle venait de me livrer.
Après avoir observé Nadeshiko passer derrière moi, je fermais les yeux tandis qu'elle repoussait les différentes couches de vêtements que je portais sur le dos... Tout d'abord, ses mains chaudes me firent frissonner, puis je me mis à apprécier ce touché. Elle était soigneuse, malgré le fait que je ne sois pas de la quatrième division, je pouvais clairement le ressentir. Ses mains, habituées aux soins délicats ainsi qu'aux massages, m'étaient plus qu'agréables... Faisant passé le travail avant tout, j'étais souvent tendu et mon corps devenait lourd, mais rien que ce touché me soulageait.

Dès lors que la shinigami attrapa le pinceau, j'augmentais ma concentration, tout en gardant les yeux fermés... Je ne réfléchissais pas à mes travaux, j'essayais seulement de deviner ce qu'elle était en train d'écrire tandis que le pinceau effleurait ma peau. Ce n'était pas l'exercice qu'elle souhaitait me faire expérimenter, mais j'avais jugé que cela pouvait être intéressant, voir même bénéfique... Et puis, cela me permettait d'éviter de repenser au peu de distance qui nous séparait l'un de l'autre quelques minutes auparavant. Enfin, je n'étais pas très doué et n'arrivais pas à comprendre grand chose, seulement "Seireitei" et "affection"... Mais je savais que c'était loin d'être ce qu'elle avait écrit, j'avais l'impression que sa présence faisait baisser ma capacité de concentration... Je savais cependant que ce n'était pas la faute de Nadeshiko, mais la mienne, je ne comprenais vraiment pas ce qu'il clochait avec moi...

« Voilà… Laissons sécher maintenant... »

- Je te remercie, Tsukino... Est-ce qu'il y a quelque chose que je pourrai faire pour toi ?


Je n'avais pas vraiment prêté attention à la voix faible de la shinigami, mettant cela sur le coup de la fatigue. En tous cas, je ne comptais pas la laisser partir sans avoir trouvé quelque chose à faire pour la remercier. Je n'aimais pas vraiment que l'on me fasse des cadeaux, je voulais lui rendre sa bonté en lui rendant moi-aussi service. C'était injuste que cela puisse être la seule à donner...

« Il vous suffira maintenant d’essayer de le lire dos à un miroir…»


- Ne devrais-tu pas rester avec moi lorsque je lirai au travers du miroir afin que je puisse savoir si j'ai réussi l'exercice ?

De base, je voulais m'isoler afin de me calmer car je ne me sentais pas capable de me tenir correctement beaucoup plus longtemps... Je n'avais pas vraiment envie qu'elle perçoive la gêne que je ressentais lorsqu'elle était là, bien que ce devait déjà être chose faite. Mais en même temps, il valait mieux qu'elle reste là pour m'aider, car rien ne garantissait que j'allais réussir à lire ce qu'elle avait écrit dans mon dos...

Revenir en haut Aller en bas
Tsukino Nadeshiko
Jenny Fraiser
Queen of thorn

avatar
Messages : 297
Date d'inscription : 30/01/2016
Âge : 22

Fiche perso
Niveaux:
44/100  (44/100)
Expérience:
2700/7000  (2700/7000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: Pour un dernier regard (PV Toshirô)   Jeu 27 Juil 2017 - 1:14




Je ne m’étais que rarement sentie aussi mal-à l’aise qu’aujourd’hui. Si mentir n’était pas toujours un problème pour moi, étant donné qu’il m’était souvent arrivé d’omettre la vérité afin d’éviter toute remontrance ou des ennuis pour des gens qui semblaient finalement ne pas le mériter. Mais là… C’était bien plus qu’un mensonge, c’était le début d’une trahison infâme que j’étais en train de commettre. Non pas uniquement sur le fait qu’il était Taicho et moi soldat médical du Gotei, mais aussi par le fait que nous étions… Liés… D’une quelconque manière… J’ignorais purement et simplement la signification de ce qu’il se passait entre nous, je ne savais pas d’où cela provenait. Hormones, folies, besoin ou envie de rébellions. Je ne le comprenais pas, mais j’étais parfaitement capable de savoir que cela pouvait être dangereux. Principalement pour lui d’ailleurs. Je pouvais entacher sa réputation de Taicho, tout comme lui mon honneur de noble… Pour ce que ça valait, mon coté ne me semblait pas véritablement important.

Je l’avais embrassé. C’était là bien suffisant pour dire que nous étions assez proche, étant donné le fait qu’il n’était plus mon patient ou blessé et que nous n’étions pas sur un terrain d’entrainement. Je n’avais strictement aucune raison d’être venue le trouver, et je le savais parce que je ne m’étais rendue compte de ma direction qu’une fois dans les bureaux. Je m’en voulais d’ailleurs, de lui infliger ceci. J’allais disparaitre comme une traitresse dans le Gensei, avec pour seule excuse que je me devais de le faire. Je ne savais pas pourquoi j’avais agis ainsi… Honnêtement, je ne savais plus pourquoi j’agissais. Avant, tout était bien plus facile ! Je n’avais qu’à me préoccuper de mes patients, je ne faisais rien de plus, je ne m’embêtais pas à ressentir. Avant… Ozalee. Avant qu’elle ne décide de tout faire pour être mon amie, m’oblige à me rendre avec elle dans les bars et taverne, qu’elle me présente des gens et me dise que je ressentais beaucoup de choses. Avant que je ne prête attention à ma propre vie en fait.

J’avais rangé mon matériel, et je gardais à présent le regard bas, je ne voulais rien faire de plus que disparaitre de cette vie. Peut-être reviendrais-je changée, mais mon seul but, était de retrouver celle qui m’avait forcée à être moi-même, le reste, je ne savais pas si je pourrais faire quelque chose. En fait, j’ignorais même si j’allais survivre à tout cela. Mais était-ce véritablement important ? Quelqu’un se souviendrait-il de moi après tout cela ? Ozalee oui, surement, et elle m’en voudrait pour mon départ. Le taicho ? Il m’en voudra probablement trop d’être devenue une traitresse à mon tour pour me regretter avant longtemps. Je me devais d’être réaliste, mes anciens patients étaient pour la plupart morts ou disparus, les nouveaux encore dans le coma, et certains… m’ignoraient totalement une fois qu’ils s’étaient enfuis de la quatrième division. Donc je ne manquerais pas, peu importe ce qui allait se passer. J’ai inspiré longuement avant de poser de nouveau mon regard sur le capitaine à l’apparence, il semblait aller un peu mieux, ou du moins concentré sur autre chose.

Je clignais cependant des yeux aux remerciements et au fait qu’il me demandait s’il pouvait faire quelque chose pour moi. Je me suis sentie rosir de nouveau. Il voulait toujours me rendre ce que j’offrais… Même si cela n’était absolument pas nécessaire. J’étais toujours dans son dos, la tête basse et le regard un peu rougit. Pourquoi est-ce que ça faisait si mal ?  À mes explications, il avait répliqué ensuite que je devais probablement être avec lui lorsqu’il lirait son dos dans un miroir. Je secouais lentement la tête, bien qu’il ne puisse pas le voir étant donné que j’étais dans son dos justement. « Je ne vais pas pouvoir mais… Je vous laisse… Un mois, pour essayer toutes les combinaisons possibles. Lorsque ce sera fait, vous pourrez venir… me retrouver, et je vous dirais si vous avez réussit ou non. » Mensonge de nouveau, il semblait réaliste mais mon cœur m’en disait le contraire. J’allais disparaitre ce soir, alors dans un mois, il saurait déjà que je mes paroles d’aujourd’hui n’auront été que mensonges et inepties.

Ce n’était toujours pas sec dans son dos, et je n’osais pas le regarder de plus, étant donné qu’il était encore dévoilé, cependant, je me sentais faillir. Il fallait que je m’en aille, le plus rapidement possible, avant de craquer et de tout dévoiler. Mais je ne pouvais pas partir comme ça non plus, ce serait trop suspect. Nouveau soupir, alors que je voilais mon regard pour ne plus le voir durant cet instant. Il voulait me rendre service ? Très bien, j’allais reproduire le même schéma que la dernière fois… J’espérais juste qu’il ne s’en rendrait pas compte trop vite. « Hitsugaya-Taicho… J’apprécierai si vous… fermiez les yeux quelques minutes… Pour me faire plaisir… Et que vous vous détendiez… » Ma voix était toujours un peu tremblante, mais je priais aussi pour qu’il trouve une excuse toute simple à cela.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Maître PNJ

avatar
Messages : 195
Date d'inscription : 20/07/2011

MessageSujet: Re: Pour un dernier regard (PV Toshirô)   Sam 23 Sep 2017 - 19:38




Hitsugaya s'était remis aux soins de Tsukino et il ne le regrettait absolument pas. Sa concentration n'était pas parfaite mais il se sentait bien plus relaxer bien plus en paix avec lui pour penser à ses devoirs cependant...Cette proximité avec la shinigami de la quatrième division ne cessait pas de le troubler. Il se rappelait encore quand elle lui avait sauvé la vie sur le terrain d'entrainement...Puis quand il l'avait ramener dans son bureau...Leurs premiers baiser...Pendant un instant il se coupa intérieurement de tout...Il revoyait les images en boucle comme dans un film.

*Je suis un capitaine du Gotei 13 et elle une shinigami de la quatrième division...Cela ne serait pas bien perçu..*

Tant pis pour la forme ! Non seulement il savait qu'il avait des sentiments pour elle mais qu'il était prêt à tout pour elle. Sentant encore le froid de l'encre non séchée sur son dos, il ne bougea pas de peur de faire capoter tout le travail de celle pour qui il avait des sentiments. Cependant, au mesure que la conversation se poursuivait, il sentait quelque chose. Son instinct lui disait que la voix de Nadeshiko n'était pas normale mais il misa sur le coup de la fatigue mais il s'inquiéta alors pour elle et voulut se retourner pour la prendre dans ses bras. Non, il se retint et puis cela gâcherait tout son travail.

Un mois?...N'est ce pas trop long?

Il savait qu'il ne tiendrait jamais un mois pour deviner ce qu'il avait dans son dos mais aussi...Pourtant tant de temps avant qu'elle ne se retrouve à ses côtés? Avait-elle une mission prévue ?

Très bien Tsukino...Pour toi je vais le faire.


Il ferma les yeux progressivement mais le doute l'assaillait quelque chose n'allait pas et sa relaxation en fut bien plus perturbée que prévu. Il tenta alors de se calmer se disant que ce n'était rien, il tentait de remettre de l'ordre dans son esprit....Quelque chose n'allait pas....Et malgré tout les devoirs qu'il avait, une seule phrase hantait son esprit...

*Nadeshiko...Que t'arrive-t-il?....Que nous arrive-t-il?.....Je ne veux pas te perdre toi non plus....*





Revenir en haut Aller en bas
Tsukino Nadeshiko
Jenny Fraiser
Queen of thorn

avatar
Messages : 297
Date d'inscription : 30/01/2016
Âge : 22

Fiche perso
Niveaux:
44/100  (44/100)
Expérience:
2700/7000  (2700/7000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: Pour un dernier regard (PV Toshirô)   Lun 25 Sep 2017 - 12:25




Toujours dans son dos, je n’osais véritablement plus bouger, je ne voulais pas qu’il voit mon visage, ni même qu’il comprenne ce qui m’animait réellement, ou encore la véritable raison de ma venue… Mais pour ceci… C’était trop tard… Il le saurait lorsqu’il lirait le message que j’avais laissé dans son dos, mais même là, c’était trop. Je ne voulais même pas penser à ça, je savais qu’il me verrait alors comme une traitresse, comme quelqu’un qui aura trahit une fois de plus sa conscience… Et même si je ne le voulais pas, je n’avais pas le choix… Je ne pouvais pas le mettre au courant… Kuchiki-Taicho… C’était déjà de trop… Mais vu sa relation avec Ozalee, je ne pouvais pas l’ignorer. Tous deux étaient proches lorsqu’il était plus jeune. Cette situation était véritablement horrible, et je sentais de nouveau les larmes me monter aux yeux, mais… Je ne devais rien montrer… Je devais me dépêcher et partir, avant que ma détermination ne flanche, ou que l’on découvre où je suis… Cela faisait maintenant plus de deux heures que j’aurais dû me rendre à la quatrième division…

Lorsqu’il m’annonça qu’un mois c’était long, je me suis sentie crispée. Je craignais qu’il ne refuse, ou bien… que les choses se passent différemment, et qu’il découvre la vérité… Mais… Il a fini par accepter, et malgré moi, je m’en suis voulue… Ce mensonge éhonté… Mais je n’avais pas d’autres choix… Comme il disait finalement accepter de fermer les yeux pour moi, je me suis soudainement refroidie… Qu’allais-je faire ? Partir aussi vite que possible ? Je ne pouvais pas ! C’était… C’était encore plus terrible que tout le reste… Inspirant longuement, j’ai fini par faire le tour du fauteuil, pour lui faire face de nouveau… Je ne pouvais plus voir ses prunelles turquoises… Et je me suis surprise à penser que je ne les reverrais peut-être plus jamais ou… Ou bien que je les verrais le jour de ma mort… Serait-il capable de m’exécuter… ? Cette pensée me glaça le sang, pourtant… Je crois… je crois que je préfèrerais que ce soit lui plutôt qu’un autre…

J’ai secoué la tête, je devais me reprendre, ce n’était plus le moment de paniquer, c’était trop tard maintenant, j’avais amorcé la bombe… Je devais m’enfuir. Tremblante, je me suis rapprochée pour lui faire face, le cœur lourd, avant de me pencher lentement sur lui pour venir coller mon front contre le sien, voilant mon regard. Sa peau était tiède, et je m’en voulais par avance… Délicatement, je suis venue poser mes mains sur ses épaules, les faisant remonter jusqu’à ses joues. Je n’ai jamais été douée pour les adieux… Je n’avais jamais eu à en faire… Les gens ne prévenaient pas avant de disparaitre… Et aujourd’hui… Je me rends compte que c’est la pire chose qui m’ait été donné de faire. Je vais prendre les sentiments de cet homme et les briser par mon départ… Je vais trahir le peu de confiance qu’il a en lui par ce biais… J’aurais abusé de sa personne… Comme l’a fait Aizen en usant d’HInamori Momo contre lui… Je suis ignoble… Véritablement ignoble… Et même si je parviens à sauver Ozalee… je ne retrouverais probablement jamais ma place au seireitei… Ni même ailleurs… C’est mon destin que je joue ici…

La gloire à qui accepte son destin… Le bonheur à celui qui y désobéit…

Ozalee m’a sauvé la vie… Je le lui dois… Sans elle, je n’aurais jamais su ce que c’était que de ressentir des émotions pour qui que ce soit… Elle m’a montré que la vie avait toutes sortes de saveur… C’est pourquoi je sais… Que ce dicton est pourtant mensonge… Mon destin est de lui rendre la pareille… Mais je n’aurais ni gloire ni bonheur… Je serais juste… Quitte… Elle retournera probablement au Gotei 13, et moi, je serais une traitresse loin de tout… Loin d’elle… Et de lui… Bien joué, Nadeshiko… tu as tout gâché… Pour pouvoir sauver les gens auxquels tu tiens, tu vas devoir les abandonner pour toujours…  Finalement, peut-être qu’il aurait été plus sage de ne rien ressentir du tout… Cela aurait été moins douloureux, de toute évidence… Moins douloureux et… Vide…

Hitsugaya Toshirô… Me pardonnerez-vous un jour de ceci ? Si seulement je pouvais vous dire… À quel point je m’en veux de vous faire souffrir à ce point-là… Mais… C’est la seule solution que j’ai…Et même si je ne pourrais probablement jamais vous le dire… Vous êtes quelqu’un de merveilleux… Quelqu’un qui, j’ignore comment, a fait battre mon cœur si vite que j’en ai perdu le souffle… À présent… peu importe la manière dont vous me considérerez lors de notre prochaine rencontre… Je ne serais heureuse qu’en vous sachant sain et sauf…

« N’oubliez jamais plus à quel point vous êtes incroyable… Hitsugaya Toshirô… J’ai foi en vous… » Ai-je murmuré doucement, j’espérais que ma voix ne m’avait pas plus trahi que précédemment… « Je vais vous laisser travailler à présent… » Je dois partir…

Je pouvais sentir son souffle rapide et froid sur mes lèvres… J’ai craqué… Mes larmes se sont mises à couler sans que je ne puisse rien y faire, et j’ai fini par incliner mon visage vers le sien. J’ai posé mes lèvres sur les siennes pour un dernier baiser. L’effet électrisant ne fut pas là, ce fut comme si je déchirais mon être en deux… Mais c’était la seule chose que je pouvais lui offrir, avant de le trahir. Je suis restée contre lui un moment, caressant son visage du bout de mes doigts avant d’étirer un sourire légèrement triste. Je n’arrivais plus à porter de masque, mais il fallait poursuivre ainsi. Je suis revenue l’embrasser, très doucement, avant de me reculer, relâchant son visage en une dernière caresse.

« Prenez soin de vous… » Je ne vous oublierai pas…

J’ai secoué la tête avant de rajuster ma sacoche sur mon épaule, je lui laissais la fleur de glace sur le bureau, je n’en étais plus digne.

« À bientôt… » Adieu…

J’ai souri de nouveau malgré les dernières larmes, et je suis partie lentement, mais passée le shoji, je me suis mise à courir le plus vite possible vers le senkaimon. Il n’y avait qu’un seul garde présent, il ne m’attendait pas, et j’ai usé de mon shikai sur lui. Tsuta no ibara… Je l’ai immobilisée dans l’instant avant de faire éclore les fleurs pour l’endormir, puis je suis partie… J’ai traversé le long couloir sombre à toute vitesse, sans même regarder derrière moi. Et arrivée en plein milieu du ciel, j’ai pris appuis à diverses reprises pour m’éloigner le plus possible de la zone… Je devais trouver Urahara Kisuke maintenant, pour un gigai… Et ensuite… Trouver le plus d’information possible sur Aizen, sur Ozalee, sa dernière mission étant ici… et sur ce qu’il se passait réellement avec les arrancars… Une nouvelle vie démarrait… Et ce ne sera pas la meilleure… J’entamais ma course contre la montre, avec quelques heures de retard, mais je n’avais pas pu m’en empêcher… J’avais voulu croiser son magnifique regard turquoise…

Pour la dernière fois…



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Pour un dernier regard (PV Toshirô)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Pour un dernier regard (PV Toshirô)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un dernier coup pour la route ?
» [CINEMA] Dernier train pour Busan.
» triste fin pour SGU
» Amphi pour les cours de Médecine
» DON&JULIET Il suffit parfois d'une seule personne pour se sentir heureux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach Incarnation :: Soul Society :: Seireitei :: Gotei 13 :: Division 10-