lienlien
   Shinigamis : 11 ‖‖ En conflit
  Prédef : On       Inventés : On
   Exilés : 05 ‖‖ Neutre
  Prédef : On       Inventés : On
   Vizards : 01 ‖‖ Alliés à la SS
  Prédef : On
    Humains : 03 ‖‖ Neutre
  Prédef : On       Inventés : On
    Quincys : 01 ‖‖ Neutre
  Prédef : On       Inventés : On
    Arrancars : 08 ‖‖ En conflit
  Prédef : On       Inventés : On



 

Partagez | .
 

 [Flashback] Contrôle de routine ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ichimaru Gin

avatar
Messages : 80
Date d'inscription : 11/05/2017
Âge : 31
DC : //

Fiche perso
Niveaux:
77/100  (77/100)
Expérience:
100/15000  (100/15000)
Spécialité: Zanjutsu

MessageSujet: [Flashback] Contrôle de routine ?   Jeu 18 Mai 2017 - 1:27




Contrôle de routine ?

Ichimaru Gin & Tsukino Nadeshiko

Replongeons dans le passé. A cette époque, Gin était le fukutaicho de la cinquième division. Il n’était plus le petit garçon d’autrefois, mais un homme qui avait déjà une sacrée réputation dans tout le Seireitei. Evidemment, il était encore considéré comme le petit génie et certains le voyait déjà comme le futur taicho d’une des divisions, sur cela les avis étaient partagés, mais une majeure partie voyais la troisième division. En ce temps-là, l’argenté s’en foutait un peu. Il faisait ce qu’il avait à faire, enfin ce qu’Aizen lui demander de faire, sans donner le moindre avis. Le parfait petit toutou qui suivait la trace de son maître. Quoi qu’il eût toujours dans la tête de connaître ses failles et de le surpasser.

C’est pour cela qu’il continuait à s’entraîner, sans relâche et bien qu’Aizen lui avait demander, ce n’était pas du tout pour les raisons qu’évoqué son taicho. Il était donc sur le terrain d’entraînement, en compagnie d’autres shinigami de sa division. Il devait les superviser, mais aussi faire un peu d’exercices. Ils commencèrent par du kido et il devait viser une cible à quelques mètres d’eux. Gin regarda la cible qui était largement plus petite que les autres. Sans doute une vengeance de quelqu’un, mais le jeune homme s’en moquait et c’est en une fraction de seconde qu’il détruit la cible à l’aide d’un Hadō no sanjū ichi : Shakkahō, sans prononcer l’incantation. Cela ne faisait pas longtemps qu’il avait appris à faire cela. D’ailleurs, tout le monde le regardait avec des grands yeux, car personne ne savait qu’il était capable de faire ça. Gin jubilait devant les airs confus et certains admiratifs, mais une personne était plutôt dubitativement et semblait être fâché… Serait-ce le coupable qui se dénonce ? Gin le regardait intensément, comme une sorte de défis mentale.

Mais l’entraînement repris son cours normalement. Gin a bien évidement détruit toute les cibles et il a même aider l’un de ses subordonnés à son maintien, ainsi que la position de ses mains. Un fois que le cours fût terminé, l’argenté resta encore un peu pour s’entraîner avec Shinsô. Cela faisait longtemps qu’il n’avait pas conversé avec son zanpakuto, alors il s’installa en tailleur sur le sol, son arme sur ses genoux et il ferma les yeux pour se concentrer. Il n’a pas fallu longtemps pour qu’il soit dans son être intérieur, mais quelque chose n’allait pas. Il n’y avait pas la présence de Shinsô… et d’un coup, il revint à la réalité en sentant la présence d’une autre personne à côté de lui. Cela n’a pris qu’une fraction de seconde pour réaliser qu’il était attaqué et il n’a pas réussi à esquiver correctement le coup porté sur son épaule gauche. Ce qui lui valut une belle entaille. Il grimaça légèrement, mais il dégaina son zanpakuto et revint sur ses pieds. Il regarda son adversaire d’un air sombre. C’était le jaloux de service, celui qui avait fait en sorte de mettre des bâtons dans les roues du fukutaicho.

« - Oh, c’est toi ? Tu reviens à la charge, comme c’est amusant. Tu n’as pas apprécié ta défaite de la dernière fois ? Une semaine à la quatrième ne t’a pas servie de leçon ? »

Cela n’était pas la première fois qu’ils se faisaient face. Gin l’aurait bien tué, pour en finir une bonne fois pour toute, mais se battre contre lui était un excellent exercice. De plus, Aizen voyait cela plutôt d’un très bon œil pour la pratique du jeune homme et lui avait demandé de ne pas le tuer… Du moins, pas tout de suite. Ce n’était qu’une rivalité enfantine, comme on peut en voir souvent dans les divisions. Quoi qu’il en soit, l’autre avait vraiment les nerfs sur notre fukutaicho et s’était sûr qu’il allait encore une fois devoir se rendre à la quatrième division. Cette fois, il ne sera pas seul à s’y rendre. Effectivement, pour pouvoir continuer à enrager le siège, Gin avait dans l’idée de lui faire croire qu’il était légèrement inférieur et pour cela, il devait encaisser quelques coups. En plus, cela lui permettait d’habituer son corps et ainsi ne plus avoir cette hésitation corporelle inconsciente. Car, que l’on soit fort ou pas, notre subconscient peut nous trahir.

L’homme devant lui ne répondait pas. Connaissant la fâcheuse habitude du fukutaicho, pour taquiner les autres et les démonter moralement. Il fallait donc qu’il attaque en premier et ne lui laisser aucun répit pour ouvrir la bouche. Gin se défendit, faisant semblant d’avoir un peu de mal à suivre. Les coups pleuvaient, mais l’Argenté ne faisait que des tactiques défensives. L’autre commençait à en avoir marre et il le regardait avec défiance en renforçant sa force. L’argenté trouva un moment propice pour laisser la lame de son adversaire lui coupé partiellement la joue droite. Content de son coup, l’autre souriait à pleine dent. Gin compris, qu’il commençait à avoir un peu plus confiance en ses aptitudes, qu’il fallait avouer assez bonne. Certes, pas autant que lui ou d’un troisième siège, mais pas mal tout de même.

Quelques minutes plus tard et après de nombreux coups échanger. Le combat se termina quand l’autre tomba sur le sol. Il était épuisé et il avait tout de même reçu quelques belles entailles. Gin était essoufflé et franchement, il n’aurait pas continué très longtemps comme ça. Debout devant son adversaire, il le regarda un moment… Avant de partir pour rejoindre la quatrième division, afin de soigner ses plaies. De plus, il en profiterait pour faire son contrôle routinier. Il entra donc dans la division et expliqua qu’il s’était blessé pendant un entraînement et que d’ailleurs, quelqu’un aurait besoin de soin là-bas. Il expliqua aussi où était son adversaire, avant que quelqu’un le conduit devant une porte. Gin toqua doucement et se présenta.

« - Go ban tai Fukutaicho, Ichimaru Gin, je viens pour des soins et mon examen de contrôle… »

Dit-il simplement devant la porte, attendant que la personne de l’autre côté, l’invite à entrer.
©Ichibari
Revenir en haut Aller en bas
Tsukino Nadeshiko
Yon ban tai Hachi Seki
The silent flower

avatar
Messages : 273
Date d'inscription : 30/01/2016
Âge : 21

Fiche perso
Niveaux:
44/100  (44/100)
Expérience:
250/7000  (250/7000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: [Flashback] Contrôle de routine ?   Mar 30 Mai 2017 - 2:04




Il y a déjà quelques années maintenant… Presque 55 ans même…

Je me souvenais à peine de la dernière fois où j’avais pu profiter d’une nuit complète. Les membres de la 11e passant leur temps à se taper dessus pour des entrainements barbares ne cessaient d’arriver à toute heures du jour et de la nuit, sans compter les quelques victimes de tests de la 12e division. De plus, je me devais de former les jeunes recrutes de mon équipe médical assez rapidement pour éviter les débordements. Même s’ils étaient dans une période de paix, la vie des patients était entre leurs mains, et elle ne pouvait pas se permettre de laisser ces derniers dans des mains craintives et ignorantes. Il était de mon devoir de veiller sur ces maladroits, qu’ils soient mes apprentis ou mes patients. Mais je ne pouvais nier le fait que j’étais fatiguée. Un patient nous été venu la veille presque mort, avec un double traumatisme crânien ouvert, le torse en charpie et une main en moins. J’avais passé presque plus de six heures sur lui, alternant kido, shikai et chirurgie normale.

S’il était désormais stable et en salle de réveil, je n’avais que peu d’espoir pour le retour à sa carrière de shinigami. Il avait fait face à un adjuchas particulièrement coriace et vicieux, et en voulant protéger une âme errante, il avait prit les coups à sa place. Si je trouvais cela très brave et audacieux, j’étais cependant inquiète pour le shinigami que j’avais opéré la veille. Le moignon était soigné et pansé, son crâne refermé et nous avions fait descendre la pression sur la boite crânienne en prélevant un peu de liquide céphalo-rachidien. De même, les blessures sur son torse avaient toutes disparues, couvertes de baumes cicatrisant et aidé par les kidos de soins. Un travail impeccable pour un rendu qui me le semblait beaucoup moins. Mon patient avait perdu sa main droite pour toujours, à moins que nos avancées suivies par la 12e sur les prothèses ne deviennent fulgurantes, il ne pourrait plus écrire correctement, ni même se battre de la même manière. Toute sa vie allait devoir changer, et cela, s’il se réveillait… Parfois, un aussi grand choc plongeait les gens dans un coma dont on ne pouvait les sortir…

Cependant, mon épuisement était parfaitement visible. J’avais des poches presque violettes sous les yeux, le teint plus pâle que d’habitude, ce qui faisait ressortir mes taches de rousseurs, et les cheveux emmêlés. Je pouvais cependant remercier Haruna d’être illogique dans son comportement. Soit incapable d’agir correctement en situation prévue, mais parfaite en temps de crise. C’était elle qui avait géré son admission dans les plus brefs délais et lancé la procédure habituelle en cas de patient nécessitant des soins d’urgence. Heureusement, je n’avais aucune consultation de prévue pour la journée. Je me devais cependant de rester ici en cas de nouvelles urgences, voir si mon patient s’éveillait de nouveau. C’est pourquoi j’étais allongée sur le sofa présent dans mon bureau, une tasse de thé noir corsé aux écorces de gingembres et de verveine. C’était fort et parfumé, mais ça allait me remettre d’aplomb. J’avais mal aux bras, et des courbatures partout. La semaine avait été longue, mais cette nuit me semblait encore plus lourdes que tous les autres jours.

Je poussais un long soupir d’épuisement en tendant le bras vers la tasse bien fumante que je m’étais préparée, lorsqu’on toqua à ma porte. J’ai suspendu mon geste dans les airs, déjà lasse de ce qui allait se produire. Je savais que ce n’était pas mon patient de la 13e, ce dernier en ayant encore pour au moins deux heures avant que l’anesthésie ne cesse de faire effet. En revanche, je ne m’attendais pas à voir mon nouveau brancardier régulier de la semaine. En un nouveau soupir, je me suis relevée et j’ai refais à la hâte mon large chignon, y plantant les pics décoratifs pour qu’il semble plus sérieux et plus tenu. Bon, le croissant de lune me chatouillait la nuque, mais je n’avais pas grand-chose ici pour refaire une coiffure parfaite en un temps record, de plus, je ne passais pas non plus ma vie devant un miroir. En vérité je les fuyais presque… Je me suis alors approchée d’un pas vif mais délicat de la porte. Un reiatsu connu me frappa, alors qu’une voix tout aussi familière résonnait derrière cette dernière, s’annonçant. Ichimaru…  

J’ai donc ouvert la porte, mais  cette fois-ci dans un geste sec, et mon regard s’est fait plus dur en se posant sur la grande silhouette du renard argenté. Certains le voyaient comme un petit génie, un farceur incontrôlable, un possible danger aussi, voir un futur capitaine… Moi, je le voyais comme un idiot pas foutu de rester sage plus de 48 heures. Si c’était un supérieur, il était devenu, dans la seconde où il avait posé le pied dans ma division, un petit garçon qui méritait une punition pour avoir encore fait des bêtises. J’ai soufflé, avant de prendre la parole d’un ton calme, mais signe d’une colère froide aussi. Idiot… « Je ne m’attendais pas à un retour aussi rapide, Ichimaru Gin. Entrez… » Je ne lui ai pas vraiment laissé le choix puisque je l’ai saisit par la manche avant de le tirer doucement vers le fauteuil d’osculation, fermant la porte ensuite. D'habitude, c'était lui qui amenait les blessés dans ma division, mais aujourd'hui... Il était le blessé en question...

« Pourriez-vous m’expliquer pourquoi vous me ramener vos membres aussi vite que ceux de la 11 e division alors que vous êtes Fukutaicho de la 5e ? Et qu’est-ce que vous avez fait pour qu'on vous mette dans cet état ? » Je grognais presque… Trois fois en moins d’une semaine, ça devenait grave… Mais cela m’inquiétait aussi, je sentais son reiatsu sur les membres amenés, et même en entrainement, ça ne faisait pas ce genre de dégâts alors... Pourquoi était-il si souvent attaqué ? Je pouvais comprendre que son attitude tumultueuse pouvait énerver les autres, mais à ce point ? Heureusement qu'il savait clairement se défendre « Plus sérieusement… Essayez de faire attention voyons ! Votre corps n’est pas infaillible… Et vous allez finir par vous faire mal… » Oui, le timbre de ma voix faisait penser à celui d’une mère réprimandant son enfant, mais c’était ce qu’ils étaient tous à mes yeux, mes précieux enfants… Des petits démons couverts d’écorchures et de boue…



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Ichimaru Gin

avatar
Messages : 80
Date d'inscription : 11/05/2017
Âge : 31
DC : //

Fiche perso
Niveaux:
77/100  (77/100)
Expérience:
100/15000  (100/15000)
Spécialité: Zanjutsu

MessageSujet: Re: [Flashback] Contrôle de routine ?   Lun 5 Juin 2017 - 19:50




Contrôle de routine ?

Ichimaru Gin & Tsukino Nadeshiko

Les quartiers de la quatrième division ressemblaient à tous les autres. Ils avaient tous le style bien traditionnel et particulier du japon. Sauf que parfois, il y avait un petit ruisseau qui l’entouré ou ils étaient construits sur un lac. Gin aimait bien ce style de bâtiment, il pouvait contempler les carpes sous la fraicheur de l’ombre d’un arbre ou y faire juste une petite sieste après un bon repas. Le renard argenté n’aimait pas vraiment la chaleur et encore moins celle de l’été. Sa saison préférée était l’hiver, la neige qui tombait doucement sur le sol, le rendant totalement blanc. Le thé chaud dans une tasse qu’il avait entre ses mains, alors qu’il est assis au coin du feu en regardant par sa fenêtre, le magnifique lac gelé devant ses quartiers. Puis Rangiku qui le tannait pour aller voir le feu d’artifice au Rukongai, qu’il finira par abdiquer et l’amener sur l’un des toits pour le contempler. Il aimait tellement voir le sourire sur le visage de son amie, à chaque fois qu’une boule de lumière coloré explosait dans le ciel. Il espérait voir encore son visage ainsi, pendant encore bien des années.

Mais pour le moment, il attendait derrière la porte de son médecin attitré. Il savait qu’il allait encore se faire remonter les bretelles. Tsukino-chan était comme une mère qui voulait protéger ses petits, bien que Gin n’ait jamais eu de mère à proprement parlé, il aimait tout de même la vision de cette femme. Lui aussi, voulait protéger quelqu’un, du moins au début, avec les années et surtout les choses pas jolies qu’il avait été obligé de faire ou de voir, le fukutaicho avait de plus en plus envie de mettre un terme au plan diabolique d’Aizen-taicho. Mais, il devait être encore patient et le faire au bon moment. Bien que Gin soit qualifier de petit génie et futur taicho, Aizen était bien plus fort que lui. Il ne pouvait donc pas l’attaquer tête baissée et risquer de mourir. De plus, il ne pouvait pas prévenir qui que ce soit, Aizen était l’un des capitaines les plus respecté du Gotei, personne ne croirait le renard et cela lui vaudra bien plus d’ennuis qu’autre chose. Il devait donc attendre et réfléchir à la façon dont il allait mettre un terme à tout cela et surtout comment contrer les vrais pouvoirs du taicho.

Soudain, la porte s’ouvrir et Tsukino le regardait avec un air à faire froid dans le dos. Gin haussa les sourcils de surprise et en perdit un peu son sourire. Elle était vraiment en colère mais elle l’invita à entrer… enfin les le força tout de même un peu en lui prenant la manche pour l’installer sur le fauteuil. Le fukutaicho n’aimait pas vraiment cette endroit… tout ce matérielle le rendait plutôt mal à l’aise, mais il ne le montrait pas, restant bien droit et évitant de croiser du regard les objets de torture. Elle ferma la porte et il en profita pour retirer son zanpakuto de son flanc gauche et il le pose sur un coin du bureau de la rousse, puis il s’installa correctement sur le fauteuil, sous sourire légendaire sur la face en attendant qu’elle commence à le soigner et faire son contrôle de routine.

« - Tsukino-chan, je pensais que vous étiez au courant de ma promotion, c’est Ichimaru-Fukutaicho, maintenant… êtes-vous sûr d’être en forme ? Je pense qu’un peu de repos vous ferez le plus grand bien… »

Il avait dit cela sur un ton plutôt amusé et il lui montrait même son badge fièrement attaché à son bras gauche. Evidemment, ce n’était qu’une taquinerie, ils se connaissaient depuis tellement d’année et elle l’avait toujours nommé ainsi, même quand il était troisième siège. Cela ne le déranger pas du tout, mais il aimait taquiner les gens avec les règles de politesse comme celle-ci. Evidemment, cela ne marchait pas avec tout le monde.

« - Hum ? Ramener mes membres aussi vite que ceux de la onzième division ? Mais, la dernière fois que je suis venus c’était quand vous m’aviez fait demander pour mon examen de contrôle. Je ne suis jamais revenu après cela… De plus, personne de ma division n’est venu dans la vôtre depuis des semaines… sauf peut-être pour leur contrôle… La seule personne qui a été admise pour des soins date d’environs un mois… »

Gin nota dans un coin de sa tête cette information, même s’il était sûr que cela n’était que des bruits de couloir. Etant le fukutaicho de la cinquième division, il se devait de connaitre l’état de ses membres. De plus, si cela avait été le cas, une enquête aurait été ouverte et Aizen n’aurait jamais admis cela, surtout pas en ce moment.

« - Mais si nous faisons autant attention à notre corps, nous ne pourrons plus venir vous voir. Ça serait vraiment dommage, non ? »

Gin souriait un peu plus qu’à son habitude. Il était vraiment taquin, surtout avec les personnes qu’il apprécie le plus.
©Ichibari
Revenir en haut Aller en bas
Tsukino Nadeshiko
Yon ban tai Hachi Seki
The silent flower

avatar
Messages : 273
Date d'inscription : 30/01/2016
Âge : 21

Fiche perso
Niveaux:
44/100  (44/100)
Expérience:
250/7000  (250/7000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: [Flashback] Contrôle de routine ?   Lun 12 Juin 2017 - 20:24




Je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre comme réponse de sa part, et à vrai dire, je craignais un nouveau mensonge de sa part visant à me faire croire que tout allait bien. Oh évidemment, je n’y croirais pas, mais je ferais tout comme, car c’était la seule solution qu’il y avait. Il suivait sa voie, et même si cette dernière m’était inconnue, je n’avais pas mon mot à dire, je ne pouvais que m’occuper de sa santé et de son état. Il ne parlerait pas de toute façon, il faisait toujours son renard, je le savais, c’était une attitude à problème, puisque la raison de nombreuses plaintes à son égard, mais que pouvais-je y faire ? Je n’étais rien, simplement le huitième siège de la 4e division, et son médecin. Si j’avais un comportement maternel avec lui, comme avec tous mes protégés, je n’étais rien pour lui aux yeux de la loi de la Soul Society. Même si dans un sens, j’avais probablement plus d’autorité que la plupart des autres membres du Gotei 13 sur lui…

Je le vis du coin de l’œil déposer son zampakuto sur mon bureau. Il avait perdu son sourire en voyant que je n’en possédais aucun, mais c’était normal, je n’allais pas sourire alors qu’il était revenu blessé, et qu’on amené un autre de ses soldats ici… Je l’avais forcé plus ou moins à s’asseoir, mais je savais qu’il ne se tenait droit que pour me faire gober ses prochaines histoires. Et évidemment, j’avais raison. Il me reprit en premier lieu, me rappelant sa promotion de lieutenant, pour me dire que je devais me fier au rang de ce dernier. Si certes, je respectais toujours mes supérieurs, lui… à cette époque… était un cas à part… Il n’était pas là pour ça, j’en étais plus que certaine. Il cachait toujours tout derrière un sourire goguenard, et si les gens le gobaient sans vergogne, je savais ce que cela voulait dire. Un masque, rien de plus, ce même genre de masque que je voyais sur tout le monde, cependant, le sien avait une différence, il cachait ses plans. J’ignorais de quoi il s’agissait, et en soi, cela ne me regardait pas, mais il avait quelque chose derrière la tête… Peut-être pour impressionner une fille ? Je clignais des yeux en constatant qu’il avait remarqué ma fatigue, disant que je devrais prendre du repos et que cela me ferait du bien…

Baka…Je m’attendais à une réponse fausse, un nouveau mensonge stupide… Il disait que personne n'était venu, à part possiblement pour les contrôle de routine, en vérité, je n'en savais pas grand chose, que les on-dit des infirmières, et ne sortant que peu, je ne pouvais pas les confirmer... Mais je savais que les gens se plaignaient de son comportement, pour tout et pour rien... En un sens, je me voyais mal le lui demander, mais après, comment pouvais-je faire pour ses soins si je ne savais pas toute l’histoire ? Je n’allais pas attendre qu’il revienne blessé de nouveau avec la moitié de sa division contre lui? Je roulais des yeux à ces termes, et m’empressais de récupérer dans les placards, de quoi faire un thé Kanro, il allait devoir patienter un peu avant de voir ses blessures guéries, je ne comptais pas juste le laisser partir comme ça, je voulais des réponses, savoir si je devais me préparer à le voir un jour débarquer dans ma division en brancard, voir dans le coma à son tour pour avoir sourit à quelqu'un...

Plaçant les feuilles de thé au milieu de la théière avec la fleur de jasmin rose, j’ai ensuite versé de l’eau à l’intérieur et j’ai mit à chauffer sur la petit cuisine du fond de mon office. J’ai ensuite préparé un petit plateau avec des biscuits et des bols pour le thé, que j’ai laissé à coté en attendant que tout soit prêt. Là, je me suis retournée vers mon patient du jour, et surtout, ma catastrophe habituelle. Il était incroyable de se dire qu’il était le seul capable de me donner envie de frapper, du moins une petite tape sur la tête. Je me suis dirigée alors vers mon établie, là où toutes mes préparations se trouvaient, allant du simple baume cicatrisant aux gels antidouleurs et aux huiles et eaux parfumées pour les yeux et les purges internes. J’ai saisit le pot en terre cuite contenant l’hibiscus mentholée, et je me suis ensuite dirigée vers le nouveau lieutenant de la 5e division.

« Ne bougez pas d’accord… ? Je vais m’occuper de vos coupures… Est-ce que vous avez des douleurs quelconques… ? » Demandais-je d’une voix douce sans prendre la peine de répondre au reste. De toute façon, je ne le laisserais pas partir sans avoir eut le fin mot de l’histoire. J’ai plongé deux doigts dans le pot parfumé et sucré, récupérant une noisette de baume, que j’étalais alors sur chacune des coupures présentes sur son visage goguenard.



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Ichimaru Gin

avatar
Messages : 80
Date d'inscription : 11/05/2017
Âge : 31
DC : //

Fiche perso
Niveaux:
77/100  (77/100)
Expérience:
100/15000  (100/15000)
Spécialité: Zanjutsu

MessageSujet: Re: [Flashback] Contrôle de routine ?   Mar 20 Juin 2017 - 17:18




Contrôle de routine ?

Ichimaru Gin & Tsukino Nadeshiko

Gin pinça légèrement les lèvres en la regardant en la voyant rouler des yeux, elle ne le croyait pas. Pourtant, il n’était pas venu depuis des lustres dans cette division, mais beaucoup de personne n’aimait pas mon comportement. Il est vrai que parfois, je tire un peu trop les ficelles et que je touche certaines choses qui les agasses. Cela est tellement amusant de les voir s’emporter pour une broutille. Néanmoins, cette histoire était tout de même étrange. Gin avait l’habitude d’entendre quelque mensonge à son sujet, mais jamais en rapport directement avec sa division. De plus, pourquoi colporter des rumeurs sur le fait que des membres de la cinquième division, viendraient se faire soigner. On demanderait forcement les dossiers d’admissions et on verra que personne n’est venu depuis un bon moment. Certes, le dernier en date était l’autre débile… et Gin en était la cause. C’était sans doute cela… une sorte de téléphone arabe qui aurait déformé la vérité. Quoi qu’il en soit, le Fukutaichô s’en foutait un peu, si quelqu’un voulait connaître la vérité, il devrait aller voir les dossiers.

Il regarda la jeune femme préparer le thé. Apparemment, elle n’allait pas le laisser s’en tirer aussi facilement. Ce qui était fortement gentil de ça part. Gin hésitait à lui dire la vérité, car il fallait tout de même qu’il donne une explication sur le fait que l’un de ses membres se retrouve encore une fois à la quatrième division et que du reiatsu sur les blessures du jeune homme, provenait du Fukutaichô. Mentir ne serait sans doute pas la meilleure des solutions à ce soucis. Surtout qu’il y aurait sans aucun doute une enquête, chose qui n’est absolument pas envisageable actuellement. De plus, ce n’était qu’un jaloux… totalement stupide d’agir ainsi. Bien qu’il ne fût pas dans les habitudes de l’argenté, cette fois, il y avait beaucoup trop de témoins pour en finir une bonne fois pour toute avec ce type. Il allait donc devoir la jouer normalement en signalant les faits.

Mais Gin n’allait pas lui dire la vérité tout de suite. Il voulait rester encore un peu en compagnie de la médecin et s’amusait à la voir se torturer l’esprit pour lui tirer les vers du nez. Il se demandait parfois, comment certaines personnes allaient réagir en connaissant les expériences, ainsi que les plans du Taichô de la cinquième division. A l’heure actuelle, personne ne pouvait le croire, n’y même le penser. Aizen était un capitaine des plus respecté, allant de temps à autre voir les nouvelles recrues, prenant soin des membres de sa division… Par contre, il ne faisait pas toujours les dossiers… Gin s’en chargeait à sa place. Quand on y pense maintenant, il était normal qu’il fût promu capitaine de la troisième division.

La jeune femme revint vers lui, un pot en terre cuite à la main. Elle avait l’air toujours en colère contre lui et il pourrait jurer qu’elle mourrait d’envie de lui donner une petite tape sur la tête ou bien de le punir pour la bêtise qu’il venait de faire...Voir les deux. Le renard argenté regardait le contenue du pot en haussant un sourcil, il n’était pas vraiment à l’aise avec toutes les choses médicales, mais cela dégageait une bonne odeur… mais il fallait tout de même rester prudent. Parfois, les personnes de la quatrième division prenaient un malin plaisir à faire légèrement souffrir leurs patients, comme une sorte de vengeance pour n’avoir pas été prudent. Il hocha de haut en bas la tête pour répondre à sa demande. Il ne devait pas bouger, mais cela allait être assez difficile, car d’une il avait mal et de deux, il pensait que le produit aller piquer…

« - Cela pique un peu sur mes écorchures du visage et du bras… mais le reste, ça va, j’ai réussi à éviter certains coups. »

Certes, il avait laissé l’autre prendre le dessus, mais il avait tout de même veillé à ne pas avoir de trop grosses blessures. Il avait une réputation et une division à tenir, même s’il n’était qu’un vice-capitaine. De plus, il se devait d’être en forme pour la futur expérience d’Aizen-taichô. Au vu de la gravité de ses blessures actuelles, le baume suffirait amplement. Il aurait très bien pu se soigner lui-même, mais il devait faire son contrôle de routine… Puis, il faut bien l’avouer, la jeune femme lui manquait un peu. Elle était amusante et aussi très protectrice. Gin la considérait comme une mère, sans doute un peu de nostalgie de sa jeunesse gâchée. Il aurait vraiment aimé l’avoir rencontré avant, quand il n’était qu’un enfant du Rukongai. Il n’aurait sans doute pas croisé la route de Rangiku et n’aurait jamais juré de la venger et de récupérer ce qui lui a été volé… Il ne serait sans doute pas devenu un shinigami aussi rapidement, bien que son reiatsu pouvait y faire croire le contraire… Mais la vie n’est pas faite ainsi. Bien sûr, il n’en veut absolument à personne de ce qui lui arrive, il a fait ses choix tout seul. Il est heureux d’avoir croisé la route de la blonde aux yeux bleues et de l’avoir aider à survivre. Il est aussi fier qu’elle l’a suivie, ainsi il peut continuer à la voir et à lui parler… du moins, pour le moment.

Il était totalement dans ses pensées, quand la rousse commença à appliquer le baume sur ses coupures du visage. Dans un premier temps, cela le surpris, puis il pinça des lèvres en se forçant à ne pas bouger, ni même rire sous les chatouilles que cela produisait. Heureusement qu’il avait épargné ses flancs, sinon il serait parti en fou rire, car Gin était vraiment très chatouilleux.
©Ichibari
Revenir en haut Aller en bas
Tsukino Nadeshiko
Yon ban tai Hachi Seki
The silent flower

avatar
Messages : 273
Date d'inscription : 30/01/2016
Âge : 21

Fiche perso
Niveaux:
44/100  (44/100)
Expérience:
250/7000  (250/7000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: [Flashback] Contrôle de routine ?   Sam 24 Juin 2017 - 7:19




Cette époque était plus ou moins révolue à présent, mais pendant longtemps, je n’avais strictement aucune emprise sur mon propre être. Je soignais tout le monde sans distinction, leur apportait une épaule sur laquelle pleurer, et souffrait de leur ignorance une fois le jour levé. J’étais la guérisseuse, mais je n’étais rien de plus qu’un meuble de la 4e division, là depuis trop longtemps déjà, oubliée de tous comme vivante, et simplement capable de soigner rapidement. Pas besoin de me regarder, pas besoin de me remercier non plus, je n’avais aucune importance… Les gens se succédaient sous mes yeux, et aucun ne me reconnaissait véritablement comme leur égale… La seule et l’unique à l’avoir fait, s’appelait Kohana Ozalee, et celle-là, était un phénomène que je ne comprenais pas. Probablement la seule shinigami que je connaisse à nettoyer derrière elle pour ne pas que nous, membres de la 4e, ayons à le faire… Et ensuite, il y avait ceux qui m’utilisait comme soutient un temps, et ne me voyait plus ensuite… À l’époque, j’étais persuadée que c’était aussi le cas du lieutenant de la 5e division…

Je tenais toujours son visage d’une main, la gauche pour être précise, et mes doigts s’étaient glissés jusqu’à son oreille afin d’avoir une vue totale de son faciès. Chaque coupure devait disparaitre sous mon baume et je n’en laisserais aucune. Il en avait quelques unes à la joue droite, une à l’arcade sourcilière gauche, et une large entaille sur le bras droit. Elles ne saignaient cependant presque plus, mais dans tous les cas, je n’allais pas les laisser se guérir seules, trop long et peu hygiénique avec les entrainements à donner pour sa division. En appliquant le baume, je faisais attention, caressant presque la zone affaiblie du bout des doigts, comme une mère apaise son enfant… Cette image revient très souvent remarque, les gens me voient comme une seconde mère… Durant les cinq minutes où je les soigne, le reste du temps, je ne suis qu’un meuble sans même avoir le mérite d’une existence. Mais parfois ce n’est pas pour me déplaire, de toutes façons, que pourrais-je leur dire ? Je suis loin d’être intéressante…

Le nouveau lieutenant était en train de commenter son état… Disant que les écorchures sur son visage et son bras le piquaient un peu, mais que le reste était bon. Je ne lui avais pas demandé son avis, j’avais demandé où ça faisait mal. Idiot ! J’appliquais donc le baume sur son bras à présent, tenant ce dernier en parallèle après avoir redressé sur son épaule la manche de son kosode. J’étalais sur toute la longueur de l’entaille, et refermais ensuite lentement les bords de la plaie, qui cicatrisait d’elle-même sous mes yeux, libérant une fine fumée rosâtre et parfumée à l’hibiscus. Il était crispé, et le sachant chatouilleux, j’eus un rire mental… Certains avaient tendance à penser que le remède ferait plus mal que la blessure en elle-même, mais pas avec moi… Bon, maintenant que ça c’est bon, les hématomes et bleus. Je reposais le pot et récupérais un flacon d’huile de mille-pertuis et de grenade, qui ferait passer le bleu bien plus vite et s’occupait d’une guérison interne. S’il pensait pouvoir fuir le reste de mes soins, il risquait d’être déçu, parce que je ne comptais absolument pas le lâcher !

« N’espérez même pas quitter mon bureau avec des bleus encore frais… Ichimaru Gin. » J’ai tapoté avec une infinie douceur la joue qui venait de guérir totalement du bout des doigts, et je lui ai offert mon premier sourire de la journée, un peu faible, mais réel. « Où avez-vous été frappé ? Et ne dites pas nulle part, vous venez d’admettre avoir évité la plupart des coups, ça ne veut pas dire tous, donc déshabillez-vous et je m’occupe de faire disparaitre les chocs… » Cela aurait put paraitre étrange, qu’une femme dise cela à un homme, mais je n’avais jamais réellement été considérée comme une femme, d’abord, et je ne voyais pas le jeune homme comme tel non plus. C’était un petit garçon qui avait encore fait toute une série de bêtises… J’en profitais pour poser un moment le flacon d’huile et aller vérifier l’infusion du thé que j’avais préparé… Pile le temps qu’il fallait, comme je le pressentais. Je n’avais plus qu’à soigner le reste des blessures de mon patient, et je pourrais ensuite profiter de sa plénitude pour discuter un peu avec lui. « Alors ? J’attends… Vous savez très bien, car je vous l’ai expliqué, que même les bleus pouvaient avoir de lourdes conséquences sur votre organisme plus tard… » Toujours dit avec une voix douce et posée, je ne voulais pas l’effrayer non plus… Déjà qu’il était arrivé stressé dans mon bureau…

Comme à chaque fois qu’un patient voyait mon fauteuil médical dans le fond de la pièce…



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Ichimaru Gin

avatar
Messages : 80
Date d'inscription : 11/05/2017
Âge : 31
DC : //

Fiche perso
Niveaux:
77/100  (77/100)
Expérience:
100/15000  (100/15000)
Spécialité: Zanjutsu

MessageSujet: Re: [Flashback] Contrôle de routine ?   Mar 4 Juil 2017 - 1:14




Contrôle de routine ?

Ichimaru Gin & Tsukino Nadeshiko

Gin souriait un peu plus qu’à son habitude en remarquant celui de la Shinigami. Il était vraiment faible, mais bien existant. Elle venait de le prévenir qu’il n’allait pas partir du bureau, surtout avec des marques de bleus sur le corps. Le Fukutaichô l’avait su à la seconde où il avait posé un pied à la quatrième division. Tous les médecins étaient comme ça, ne laissant pas leur patient repartir tant qu’ils n’avaient pas complétement guéri. Dans un sens, cela ne le dérangeait pas. Il n’avait rien de prévu pour aujourd’hui, sauf peut-être quelques dossiers, mais cela pourrait être terminé en l’espace d’une heure… Voir deux s’il prenait vraiment son temps. Il avait donc du temps à consacrer à Tsukino. Il pouvait même passer la journée entière là… Sauf si elle avait d’autres patients qui l’attendaient. Dans ce dernier cas, le thé et les gâteaux devront attendre un autre jour.

Il la laissa tapoter légèrement sur sa plaie de la joue, puis il la regarda d’un air étonné quand elle lui demanda où est-ce qu’il avait été frappé. Expliquant qu’elle avait deviné qu’il avait d’autres blessures. Gin ne l’avait pas vraiment caché, il avait juste dit que ça allait, pas qu’il n’avait rien. Pourquoi tout le monde pense qu’il cache toujours tout… Peut-être parce que justement, c’est ce qu’il fait ? Bref, elle lui avait demandé de se dénuder, afin de prodiguer aux soins nécessaires. En attendant, elle était partie voir où en été le thé. Le Fukutaichô la regarde quelques secondes. Il était beaucoup plus détendu qu’à son arrivé. C’était peut-être à cause du sourire de la Shinigami, le fait qu’elle n’a pas utilisé d’ustensiles louches… Ou du baume hilarant ? Puis, il était sûr que s’il refusait, cela allait empirer les choses. Elle n’allait pas le lâcher si facilement, il devait faire un peu profil bas pour le moment. Montrer qu’elle avait les cartes en main, alors qu’il était sûr que, quoi qu’il dise, elle ne le croirait pas, car elle n’avait pas réagi quand il lui avait qu’il n’était pas venu.

Il finit par de lever doucement du fauteuil, faisant bien attention à ne pas déranger le matériel qui était non loin de lui et il commence à retirer doucement ses vêtements. Il venait à peine de retirer son Hakama qu’elle lui ordonna presque qu’il dût se mettre nu. Il haussa un sourcil en la regardant, elle ne devait surement pas avoir vu qu’il était en Fundoshi… Qu’il regarda et se mit à rire légèrement. Certes, il était détendu, mais pas au point de faire un striptease, et cela, même si personne ne pouvait le voir. Il n’était pas vraiment du genre pudique, mais cette partie restera cachée.

« - Je sais que mon corps vous a manqué, mais je compte tout de même garder mon Fundoshi… Il me faudra plus qu’un thé et des petits gâteaux pour en voir plus. » dit-il d’une voix amusait par la situation.

Gin était debout à côté du fauteuil d’auscultation, pratiquement nu et il pliait soigneusement ses affaires. Il ne savait pas vraiment où les mettre, alors il opta pour les placer vers l’endroit où seraient ses pieds, afin de ne pas gêner Tsukino-san quand elle reviendrait pour terminer son travail. Il avait des rougeurs, plus ou moins foncer, sur le corps. En le regardant, on pouvait faire deux hypothèses, soit son adversaire était beaucoup plus fort que lui, soit il avait fait exprès de se prendre les coups. Évidemment, le renard était connu pour être vraiment fort, donc on pouvait très fortement penser que la deuxième solution était la bonne. Il savait qu’elle l’avait compris, sans doute même depuis qu’il est entré dans son bureau.

« - Alors docteur, qui a bien pu vous dire que je suis venu dans votre division aussi souvent ? En plus, vous auriez été au courant si cela était le cas, je ne pourrais jamais repartir d’ici sans venir vous saluer. »

©Ichibari
Revenir en haut Aller en bas
Tsukino Nadeshiko
Yon ban tai Hachi Seki
The silent flower

avatar
Messages : 273
Date d'inscription : 30/01/2016
Âge : 21

Fiche perso
Niveaux:
44/100  (44/100)
Expérience:
250/7000  (250/7000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: [Flashback] Contrôle de routine ?   Ven 14 Juil 2017 - 17:38




Je n’étais pas certaine de savoir à quoi m’attendre avec le jeune homme qui était mon patient et se trouvait dans mon cabinet d’auscultation. La vérité, c’était que j’ignorais tout de ce qui avait put se passer, mes seules informations étaient des « on-dit » venus des infirmières en charge des soins pour les shinigami en entrainement, et peu importe ce que j’entendais, les versions ne me plaisaient pas. Ce que je voyais, ne me plaisais pas non plus. Il était blessé… Je le savais en soi, tous les shinigami l’étaient en entrainement généralement, mais pas lui, et ça, je ne l’aimais pas. Parce que cela signifiait qu’il avait été touché par quelque chose, pourquoi ? Je l’ignorais… C’était ça qui était louche, je connaissais son niveau, sa promotion le prouvait elle aussi, alors pourquoi avait-il reçu des coups alors qu’il pouvait définitivement les éviter sans problème ?

Je ne comprenais pas, mais peu importe la vérité, cela me mettait légèrement en colère. Je n’aimais véritablement pas que l’on touche à mes patients, c’était comme… s’en prendre à mes enfants… Des enfants qui n’étaient définitivement pas miens, mais je ressentais cela avec tellement d’intensité que je ne pouvais le contrôler au mieux. Je fixais le thé avec insistance, humant le parfum puissant du Kanro et observant la fleur se mettre lentement à éclore dans la théière transparente pour se détendre un peu. Heureusement qu’elle ne frappait jamais ses patients, sinon, son sourire mutin lui aurait valut des coups sur la tête plus d’une fois. Ne serait-ce que parce qu’il donnait l’impression de n’en avoir rien à faire d’être malade ou blessé… Alors que non ! Il fallait prendre soin de son corps… Surtout lorsque l’on se battait pour quelque chose, une armée, un ordre, une cause qui nous tient à cœur.

J’ai froncé les sourcils en l’entendant rire, et je me suis retournée vers lui avant de cligner des yeux. Je n’avais pas vu qu’il s’était changé, et à présent, un fundoshi, je le voyais replier son uniforme noir en trois et le poser aux pieds du fauteuil d’auscultation. Sa remarque fit mouche, et j’ai encore appuyé sur mon froncement de sourcil, avant de poser mes poings sur mes hanches, prête à le gronder. Il était tout de même en train de sous-entendre que je voulais le voir nu, même si c’était une plaisanterie, elle était de mauvais augure, surtout à la vue de son corps couvert de bleus… Je me suis crispée malgré moi, cette vue… était déplaisante. Non pas son corps, je savais déjà qu’il deviendrait un très beau jeune homme, bien que très mince, mais… Tous ces bleus… Tous ces débuts d’ecchymoses couvrant sa peau blafarde… Même si cela paraissait minimes à coté des blessures de la 11e, où de ce qui pouvait arriver en cas de lourdes attaques de hollow comme les Vasto lorde ou les adjuchas, je n’aimais pas voir ça sur le corps de l’un des mes protégés.

J’ai secoué lentement la tête à sa nouvelle réplique, et j’ai voilé mon regard un instant. Je devais prendre sur moi pour ne pas l’engueuler, mais ne comprenait-il pas que j’étais inquiète ? Les rumeurs pouvaient être vraies ou fausse, je m’en fichais éperdument à condition qu’il ne soit pas blessé sans raison ! À vrai dire, je préfèrerais qu’il ne le soit pas du tout. J’ai soupiré, avant d’aller me rincer les mains pour éviter les restes de baumes, et j’ai prit un flacon d’huile de rose musquée avant de me rendre jusqu’à lui en faisant digne de s’asseoir en travers, j’allais devoir masser les bleus avec l’huile pour reformer les cellules et régénérer l’ensemble afin que ces derniers disparaissent rapidement.

« Il y a de nombreuses rumeurs qui circulent à votre sujet, qu'elles soient vraies ou fausses ne m'importe que peu, quant au reste… Vous me feriez grandement plaisir si vous cessiez d’être malade ou blessé. Je n’aime pas vous voir souffrir, et encore plus quand cela est sans raison ! » Parce que oui, je savais pertinemment qu’il aurait eut les capacités d’esquiver, même avec la grippe, alors pourquoi se laisser toucher ? « Puis-je savoir pourquoi vous avez prit ces coups ? Ou allez vous encore me sortir une ânerie comme celle sur vos vêtements ? » Et tout en parlant, je chauffais l’huile qui sentait fort le bois humide entre mes mains après l’avoir déversée. Je me suis ensuite rapprochée, et j’ai posée mes mains sur son épaule gauche pour m’attaquer au premier bleu en massant avec douceur la zone. « Et vous me ferez le plaisir, tout à l’heure, de manger un morceau, vous êtes bien trop maigre pour votre santé! » Ai-je dit. Ce n’était pas la première fois d’ailleurs que je le lui disais, mais pour ça… je n’avais pas l’impression qu’il m’écoutait…



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Flashback] Contrôle de routine ?   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Flashback] Contrôle de routine ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un contrôle de routine ? Merde. [PV Loyckh] [CLOS]
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» Tout est sous contrôle
» Le contrôleur doit se réveiller [Royaume kinétiques]
» [RP Flashback] Entre Nymphomanie et Psychopathie...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach Incarnation :: Soul Society :: Seireitei :: Gotei 13 :: Division 4-