lienlien
   Shinigamis : 11 ‖‖ En conflit
  Prédef : On       Inventés : On
   Exilés : 05 ‖‖ Neutre
  Prédef : On       Inventés : On
   Vizards : 01 ‖‖ Alliés à la SS
  Prédef : On
    Humains : 03 ‖‖ Neutre
  Prédef : On       Inventés : On
    Quincys : 01 ‖‖ Neutre
  Prédef : On       Inventés : On
    Arrancars : 08 ‖‖ En conflit
  Prédef : On       Inventés : On
Bleach Incarnation



 

Partagez | .
 

 Tortured mind [Szayel Aporro Grantz (PNJ)]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kurosaki Ichigo
Shinigami Daikô
Strawberry N°15

avatar
Messages : 978
Date d'inscription : 31/05/2013
Âge : 26
DC : Arteta Natasha

Fiche perso
Niveaux:
74/100  (74/100)
Expérience:
0/12000  (0/12000)
Spécialité: Zanjutsu

MessageSujet: Tortured mind [Szayel Aporro Grantz (PNJ)]   Sam 23 Sep 2017 - 14:11




Émergence difficile


Des silhouettes... Des ombres... Rien n’était clairement perceptible. Ichigo évoluait difficilement dans un endroit étrange et méconnaissable, sans réel élément de décor à part du brouillard sombre et une sensation malsaine constante. Il cherchait à identifier ces présences qui l’entouraient... Et pour certaines, la forme du corps le renseignait pas mal... Même s’il demeurait sûr de rien. Puis, il y eut des voix... Trompées par des échos, mais tout de même faciles de compréhension tout en étant assez familières... Il lui était impossible de parler pour répondre ou demander ce qu’il se passait, il ne pouvait qu’être spectateur... Mais aussi acteur car on s’adressait directement à lui. On lui disait d’abandonner, de rentrer chez lui, de ne plus se montrer, qu’il faisait honte, qu’il était inutile, faible et idiot... Pourquoi lui disait-on des choses pareilles ? Il n’avait jamais laissé tomber, alors il n’allait pas commencer maintenant ! Quand bien même, était-il vraiment sans intérêt..? Qui pouvait bien dire ça ? Les silhouettes et les voix devinrent plus nettes et il put alors reconnaître des amis et des connaissances de la Soul Society. Rukia..? Byakuya..? Renji..? Tout le monde... Que faisaient-ils là à tous le fustiger verbalement sans qu’il ne puisse se défendre ? Quel était ce bordel ?! Stop ! Stop !!

Son supplice cessa dans la seconde... De manière brutale. En effet, une trombe d’eau vint s’échouer sur son visage et l’effet attendu fut immédiat : l’orangé revint aussitôt à lui, à la réalité... Assez durement toutefois. Avant même de pouvoir retrouver toute sa lucidité et de réaliser ce qu’il se passait, son corps lui rappela avec force sa souffrance. Il avait en effet mal partout, conséquences des coups reçus précédemment, mais surtout à la tête et là ce n’était pas juste à cause d’un quelconque choc physique. Grosse migraine... Vertiges... Nausée plus que violente... Tellement que la première chose qu’il fit en parvenant à se redresser un peu et difficilement, ce fut de vomir sur le sol. Non, il n’avait rien mangé de mauvais, pour preuve, il venait de renvoyer que de la bile. Il était carrément malade... Et ce fut pendant ses toussotements que sa réflexion lui revint. Même s’il fut rassuré qu’il venait tout simplement de faire un cauchemar, ça l’avait quand même bien déstabilisé... Et pire encore, les récents évènements assaillirent son esprit sans tarder... Grimmjow, leur affrontement... Et cette fléchette reçue en traître qui avait tout fait basculer et qui le mettait encore dans un sale état maintenant. Qui lui avait envoyé cette merde..? Un ennemi, il l’avait compris, mais qui précisément ? Quelle était l’ordure sans fierté ni honneur pour se permettre de faire un tel coup bas ?!

Reprenant son souffle et s’essuyant la bouche avec sa large manche, son piteux état ainsi que sa perte de conscience ayant provoqué l’annulation de son Bankai entre temps, il tenta de visualiser où il était à présent d’un regard bien vitreux. Il faisait sombre... Assez froid... Mais l’air était sec, très sec... Le sol était sale, poussiéreux et... Tâché de noir... Ou bien était-ce du rouge foncé..? Tout portait à croire qu’il s’agissait de sang séché... Les murs aussi étaient dans le même état... Quant aux barreaux... Des barreaux ? Son regard noisette entrouvert se plissa alors qu’il se redressa avec peine pour s’asseoir. Il était en fait dans une cellule assez étroite, sans aucune ouverture sur l’extérieur... Et face à lui, à l’extérieur de la geôle, se tenait un Arrancar... Ce dernier était assez chétif, d’allure banale et semblant peu farouche avec sa mine déconfite et son masque en forme de crâne de rat grossièrement brisé sur la tête... Le portrait parfait du petit exécutant soumis qui n’avait que sa gueule à fermer... Il tenait entre ses mains un seau laissant encore perler de l’eau goutte par goutte... Ah, donc c’était lui la cause du réveil soudain de l’adolescent..? Que lui voulait-on ? S’il avait été capturé, c’était bien dans un but précis, non ? Il ne savait rien de ce que comptait faire le Gotei 13, il était toujours mis à l’écart de tout et on l’informait du minimum syndical uniquement quand on avait besoin de lui... Alors, où était l’intérêt de le faire prisonnier ? Non, parce que sinon, si c’était pour faire chanter les Shinigami, ceux-ci s’en tamponnaient royalement le coquillard de sa tronche. Bref, Aizen allait arriver à rien avec lui... Mais, le traître devait certainement se douter de tout ça, il était loin d’être stupide, alors quel était son réel objectif ? Ça n’annonçait rien de bon...

Le jeunot chercha alors vaguement du regard Zangetsu, mais bien évidemment, le Zanpakutô était porté disparu, écarté de son propriétaire maintenant captif. Il devait le récupérer et sortir d’ici... Par tous les moyens... Il ignorait si tout allait bien à Karakura et ça l’obsédait bien plus que son propre sort. Mais d’abord, il lui fallait se remettre des désagréments que son corps subissait car ça le rendait inapte à se battre dans de bonnes conditions... Il avait d’ailleurs encore un léger décalage entre ses décisions et l’exécution des mouvements, ce qui était réellement perturbant en soi comme effet. Quelle était la drogue qu’on lui avait administrée ? Oh, il ne devait pas trop compter sur le fait que l’on lui dise...

Puis, il y eut des bruits de pas résonnant clairement entre les murs de l’enceinte. Un pas léger, mais assuré et tranquille... L’intéressé devait être un type mince et grand... Chacune des deux semelles claquait sur le sol de manière régulière et le son produit s’intensifiait de plus en plus, comme se rapprochant du jeune homme. Qui pouvait bien s’amener ? Un autre Arrancar sans importance pour effectuer une basse besogne ? Aizen ? Un des deux autres traîtres ? Ulquiorra..? Grimmjow..? Ou encore un autre... Genre, le type mystère qui l’avait si gentiment et lâchement drogué ? Ichigo n’était pas encore en mesure de bien identifier un quelconque reiatsu l’approchant à cause de son esprit encore bien atteint par le poison, mais il allait bientôt en avoir le cœur net...


_________________


Merci Jaja ♥️

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://bleach-new-destiny.forumactif.fr/
Maître PNJ

avatar
Messages : 207
Date d'inscription : 20/07/2011

MessageSujet: Re: Tortured mind [Szayel Aporro Grantz (PNJ)]   Ven 5 Jan 2018 - 23:42



« Brise le » C’était ce qu’Aizen m’avait demandé…

Une mission des plus banales, loin de ce que j’avais pour habitude de traiter. Les humains étaient si faibles, et ce shinigami daiko en était un au même titre que les autres. Faible, inutile, fragile… Un jeu d’enfant. J’allais probablement m’afférer autour de lui et perdre un temps précieux à m’en charger. Si le spécimen aurait pu être intéressant, sa faiblesse se situait dans son âme. Gamin stupide. Le procédé avait à peine débuter qu’il était déjà à terre, plein de doutes… J’ai fait mesurer ses réactions durant son inconscience, afin de savoir quelle zone stimuler lors de la prochaine phase mentale… J’avais étudié chaque stimulus de son cerveau, je savais déjà comment j’allais procéder… Et la vérité, c’était que j’hésitais à m’en charger moi-même… C’était d’un tel ennuis… Même un idiot qui frappe sans réfléchir saurait le faire… Mais Aizen me l’avait demandé à moi… Moi… Alors soit c’était un test de loyauté, soit… Il voulait juste m’énerver.

Je penchais, je l’avouerai, pour les deux à la fois… Mais le maitre du Hueco Mundo avait le droit de douter de ses sujets vu l’idiotie de certains… Sans mon intervention, la panthère bleue aurait évidemment tout rater et serait resté sur le bitume des vivants, à moitié mort, comme sa cible d’ailleurs. Tous des incapables… Si loin, de ma perfection… Je repoussais mes lunettes sur mon nez, assit sur un grand fauteuil dans mon laboratoire… Il y avait un abrutit qui avait nettoyé la zone que je comptais utiliser juste avant… Et rien que par cet acte, j’étais en colère… Le but est de traumatiser le sujet afin qu’il ne puisse plus réfléchir par lui-même sans se faire dessus, pas lui servir le thé sur une petit table toute mignonne… Yeurk… tant de stupidité autour de moi, c’est affligeant ! Je détestais ces idiots… tous l’étaient, tous incapable de réfléchir, d’agir… Ils ne méritent rien de plus qu’une mort en souffrance pour nous avoir fait perdre notre temps avec eux.

De mon regard aussi pur que l’or, je suivais les vidéos des caméras de surveillance posée dans la cellule de mon futur sujet d’expérience. Il se débattait légèrement dans son inconscience, il luttait encore… Pauvre petit insecte… L’un de mes fraccions lui envoya un sceau d’eau croupie froide sur la tête, et le gamin se réveilla en sursaut avant de vomir quelques secondes après. Mon poison ferait-il encore effet ? Hmmm… peut-être, s’il est plus faible que prévu… Il y avait encore du sang séché sur les murs, et je pouvais voir le sujet s’épuiser à chercher où il se trouvait… Idiot… Vermine insignifiante qui va clairement me faire perdre mon temps en gémissant des suppliques interminables avant même que je ne passe aux choses sérieuses. Dans un soupir las, je me relevais de mon assise et quittais mon laboratoire principal, faisant signe aux deux idiots qui gardaient ma porte de me suivre. Des bras, et rien d’autres, pas la moindre petite once de cervelle dans leur boite crânienne atrophiée. J’allais le conduire dans une salle bien particulière… Mon bloc numéro deux… Un endroit détestable pour lui, merveilleux et splendide pour moi…

Une place où assouvir le moindre de mes fantasmes sanglants et scientifique. J’avançais donc d’un pas assuré, comme toujours, le dos droit et le regard fixe dans la direction des cellules. Je détestais cet endroit… si sale et répugnant, parfait pour les autres crétins, les animaux qui squattaient ici sous prétexte d’être membre de l’espada… Arrivé devant la cellule, je replaçais les mèches rosées de ma chevelure en arrière et claquais des doigts. Le laquais qui avait réveillé mon sujet à coup de seaux d’eau ouvrit la cellule en tremblant… Petit rat… Et s’inclina bien bas tandis que je m’avançais d’un pas lent quoique travaillé. J’étais la perfection même, je devais bien le lui montrer, à ce gamin famélique qui, sous peu, allait devenir une véritable poupée de chiffon entre les mains de notre Seigneur et Maitre, Aizen… Je secouais la tête en observant le sujet, trempé, sale, transpirant et boueux… Une immondice vivante… Mais qu’importe… Je n’allais pas le laisser dans l’ignorance non plus…

Je voulais voir l’horreur se peindre sur son visage…

« Bon retour parmi nous… Sujet… J’espère que ma fléchette ne va pas trop t’assommer pour ce qui va se passer ensuite, j’en serais fort ennuyé… Après tout… C’est toi qui sera aux premières loges… » Je ricanais froidement avant de me tourner vers les deux incapables qui m’avaient suivi. « Emmenez le dans sa ‘suite’, j’ai des projets pour lui, et plus vite que ça ! »

J’observais ensuite mes hommes entrainer le shinigami daiko dépourvu de force – un petit cadeau pour éviter qu’il ne résiste trop – dans la salle que je lui avais réservée. Je les suivais d’ailleurs avec un sourire en coin. J’avais aménagé la pièce spécialement pour lui. Et j’étais plus que fier de mon œuvre. Une grande pièce circulaire, avec au centre de celle-ci, un pilier de métal joignant le sol et le plafond, des anneaux de fer accrochés sur les deux zones, et surtout, une belle quantité de chaines… Le sujet fut attaché au niveau du cou par une chaine assez courte, et sa gorge fut entravée par un collier tout aussi métallique que le reste de ses futurs bijoux. On lui écarta alors les bras, et ses derniers furent suspendus dans les airs par d’autres chaines, tandis que ses chevillées, liées entre elles par de nouveaux cerclages, étaient attachés au sol. L’insecte était désormais bras en croix, facile d’accès, et surtout, son corps maltraité d’avance… Le pauvre avait l’air abrutit maintenant… Il ne devait pas comprendre ce qu’il se passait… Allais-je lui dire… ?

Pourquoi faire ?

Je ricanais de plus belle avant de faire installer mon matériel correctement, et une poche de plastique bleutée mouchetée de bulle rouge fut placée derrière lui, tandis que je le piquais pour y placer un cathéter au niveau de la jugulaire. Il ne pourrait pas le retirer à cause du collier en plus… Et je recouvrais ce dernier d’une bande afin de le protéger malgré tout… Je tournais alors le robinet afin que ma préparation commence à se déverser lentement dans son sang… Lentement ? Pas vraiment, disons qu’il va très vite être plongé en un tas d’hallucinations… Mais après tout, c’est ainsi que va se produire le théâtre de sa vie ! Je branchais ensuite des capteurs cérébraux, juste à la base de son crâne, et sur son front, tous attachés au plafond, et lançais ensuite la machine qui émit pour prévenir de sa fonctionnalité, un son aigu en continu… Parfait pour rendre fou n’importe qui. Je me reculais alors pour observer le sujet roux et immonde qui me servirait de cobaye jusqu’à ce qu’Aizen dise stop…

Branché de tous les côtés, couverts d’électrodes envoyant de fines décharges électriques, et ses veines se mélangeant à mon dernier petit ouvrage exquis. Un poison hallucinogènes merveilleux, si puissant qu’il est presque impossible de discerner la réalité du délire, faisant naturellement voir les visages déjà connu du sujet qui s’y retrouve confronté… Il suffisait à présent que les acteurs entrent en scène, tous ces arrancars stupides sans aucun grade qui, par chance pour eux cependant, avaient la carrure exacte pour jouer les rôles demandés… Insultes et tortures allaient être mise en scène… Et le sujet n’y verrait que ses proches et les membres de la soul society… Parfait pour briser un être que de lui faire vivre la solitude forcée et les siens le détruire peu à peu avec le sourire. Oh oui…

De nouveau assit sur mon fauteuil de laboratoire, je souriais devant mes écrans. Dans la pièce où se déroulait le spectacle venait d’entrer la première actrice… L’une de mes fraccions, la plus petite, juste assez pour correspondre au gabarit de Kuchiki Rukia, à vrai dire… J’entendais déjà son discours avant même qu’elle n’ouvre la bouche… Elle gifla le sujet avec force, lui ordonnant à lui, méprisable paysan, de la regarder quand elle lui cause, lui, la raison de tous ses problèmes, l’infâme ingrat… Finalement… je pourrais presque me plaire à regarder ceci… Mais j’avais plus important à faire… Comme préparer la prochaine scène du théâtre qu’était devenu la vie de Kurosaki Ichigo… Car c’était ce que Aizen m’avait demandé… Le briser…

Et je comptais bien y arriver ~
Revenir en haut Aller en bas
Kurosaki Ichigo
Shinigami Daikô
Strawberry N°15

avatar
Messages : 978
Date d'inscription : 31/05/2013
Âge : 26
DC : Arteta Natasha

Fiche perso
Niveaux:
74/100  (74/100)
Expérience:
0/12000  (0/12000)
Spécialité: Zanjutsu

MessageSujet: Re: Tortured mind [Szayel Aporro Grantz (PNJ)]   Dim 25 Mar 2018 - 19:29




Fallen world


Le silence… Battu par deux semelles correctement rythmées entre elles et progressant tranquillement dans l’enceinte de ce qui semblait être une grande prison. Les lieux étant déjà très peu accueillants, l’ambiance en était rendue que plus morbide. C’était un peu comme si l’adolescent était un condamné attendant son heure et qu’on venait le chercher pour exécuter la sentence. Il était d’ailleurs impossible pour le garçon de savoir avec plus de précision qui venait à lui, ses sens étaient brouillés par les restes de la substance coulant encore dans ses veines. Cela dit, son esprit était certes encore dans le vague, il en était pas moins bien fixé sur ses objectifs. Le premier était de sortir d’ici au plus vite sans demander son reste, le suivant était de récupérer Zangetsu, et le dernier était évidemment de retourner à Karakura pour faire ce pourquoi il était toujours un Shinigami Daikô. Un moral miné contré par une détermination inébranlable... Quoique, est-ce que cette dernière l’était réellement ?

Trêve de rêverie, la réalité l’appelait. Les bruits de pas venaient de cesser et devant sa cellule se tenait désormais un homme grand et très mince - comme il avait pu à peu près le deviner en l’entendant arriver - vêtu d’une tenue respectant le style et les codes de couleur de l’armée d’Aizen. Ce qui lui permit d’être sûr de la nature de l’individu était ce masque de Hollow en forme de paire de lunettes ornant deux yeux dorés qui eux affichaient un regard hautain et dédaigneux à son encontre. Ok, ça annonçait déjà la couleur... Et en parlant de couleur, le deuxième détail marquant chez l’arrivant était cette courte chevelure rose bonbon. Original... D’ailleurs, le type dût rabattre quelques mèches en arrière pour être moins emmerdé, avant de claquer des doigts. Là, le petit exécutant qui tenait le seau se délesta de celui-ci pour ouvrir la porte de la cellule avec empressement tout en tremblant, comme ayant peur de se foirer. Une fois fait, il s’écarta et s’inclina pour laisser respectueusement la voie libre à son maître. Ichigo vit là une opportunité pour se barrer de là en quatrième vitesse... Ou bien en première... En effet, son corps encore endolori par la douleur et le poison ne semblait pas enclin à bouger aussi vivement qu’il le désirait... Le décalage ressenti entre la décision et l’exécution en était que plus violente et chaque mouvement en était rendu pénible... La fenêtre d’ouverture se referma ainsi, sa chance s’était échappée à cet instant. Merde...

Entre temps, le grand échalas s’était avancé avec une prestance exagérée avant de secouer lentement la tête une fois posté devant lui... Quel était ce cinéma ? Il se croyait dans une pièce de théâtre ? Ou bien se prenait-il pour un cas d’or ? Le regard crispé par l’échec, la faiblesse et la douleur, le rouquin montra également un air hostile et dégoûté face à ça. Il passait son temps à tomber sur des cas... Mais, son expression changea du tout au tout suite à la réplique du rosé... Les sourcils arqués de stupeur, son esprit un peu embrumé venait de réaliser le mot « sujet » ainsi que la notion de « ce qui va se passer ensuite ». Il avait bien sûr en même temps compris que la fléchette était de son fait et ça aurait pu le mettre en rage contre lui, mais entendre ça... Oh non, un scientifique... Il en avait bien la dégaine ! Et le rire aussi psychopathe que flippant aussi ! Ichigo devait vraiment se tirer de là, maintenant ! Mais, même dans l’urgence, l’adrénaline n’était pas suffisante pour combattre son état, et deux sous-fifres tout juste arrivés venaient déjà le saisir pour exécuter l’ordre de l’emmener dans sa... Suite..? Parce que la barbe à papa avait des projets pour lui ? Quel genre ?!



Qu’est-ce que..! Tu vas me faire..?! Espèce de..! ... Taré !!


Aligner quelques mots en s’égosillant avec peine, ce fut tout ce dont il était capable de faire alors qu’il était maintenant traîné par les épaules sur un sol pavé et poussiéreux... Et même dans des escaliers. Les enfoirés... Mais même là, la colère avait du mal à monter. C’était mixé avec de la terreur... C’est ça, il appréhendait la suite, surtout quand ils arrivèrent dans une grande salle circulaire un peu... Étrange, spéciale... Bref, on n’y prenait pas le thé. Ce pilier en ferraille au centre, ces anneaux de fer, ces chaînes... Plein de chaînes... C’était quoi de cette scène ressemblant à un lieu de torture ?! Toujours pas moyen de se débattre suffisamment pour être lâché, il se retrouva attaché au cou avec un collier métallique comme un chien. La chaîne rattachée au dit collier était très courte, le forçant à rester debout contre le pilier. Ses bras dépourvus de force se retrouvèrent malgré lui écartés et attachés en l’air sur les côtés, ses chevilles quant à elles furent au contraire liées ensemble.

Ce malade... Qu’allait-il lui faire..? Il ne voulait pas répondre... Il se marrait plutôt tout en installant son bordel... Très inquiétant comme bordel... Surtout la poche de plastique, comme celle qu’on utilise pour les perfusions, remplie d’un liquide bleu à bulles rouges... Qu’est-ce que c’était que ça ? Ça sortait d’où ce truc ? Il n’allait quand même pas lui refiler ça ?! L’orangé voyait la chose être placée derrière lui et ça répondait à sa question... Et pile à ce moment, une vive douleur vint lui éprendre tout le côté du cou. Il reporta son regard sur la zone en question pour réaliser que la perfusion venait d’être faite ici et non au bras comme l’aurait voulu la normalité... La normalité, parlons-en... Est-ce que quelque chose était ne serait-ce qu’un peu normal, là ?! Il ne pouvait même pas tirer sur le dispositif pour l’arracher, le collier l’en lui interdisait... Et l’ordure venait de mettre une bande pour avoir une assurance de plus, pour ensuite aller tourner le robinet sous la poche. La substance tout droit sortie d’un film de science fiction commença ainsi sa route à travers le tuyau. Le jeunot suivit du regard la progression de la chose jusqu’à lui avec horreur et surtout crainte... Car il ignorait totalement les effets qu’il allait subir, mais il savait qu’il allait déguster... Et même en cet instant critique, il refusait d’exprimer verbalement quoique ce soit qui pouvait implorer de la pitié ou faire savoir sa détresse... Non, c’était hors de question, ça ferait trop plaisir à cette enflure qui s’amusait déjà de trop en continuant de brancher milles et une conneries sur son corps. D’ailleurs, ce dernier alluma ensuite une machine avec un son aigu et continu atroce à faire grincer des dents... Ichigo grimaça salement, tandis qu’il sentait aussi comme des petites décharges électriques à cause des électrodes tout juste placées sur lui.



Enflure...


Une insulte bien salée prononcée d’une voix rauque à l’encontre de l’espèce de scientifique qui quittait la salle pour le laisser seul... Seul... Alors qu’il n’avait pas la sensation de subir quoique ce soit en lien avec la saloperie qui circulait désormais dans son réseau sanguin. Sortir d’ici... Il n’avait pas perdu cette idée de vue et malgré ses forces en vacances, il tenta de se libérer en tirant sur ses liens. Il n’allait pas abandonner si facilement.

Puis, après un moment, qui lui sembla être une éternité en fait, sûrement à cause de son impatience ou du poids de l’échec de son évasion, il entendit quelqu’un entrer dans la salle. Le retour de l’enfoiré... Ou pas. Ça, il le comprit en se prenant une torgnole magistrale qui lui fit tourner vivement la tête sur le côté dans un sinistre craquement osseux. Il se retrouva un peu plus sonné, mais en tournant péniblement son visage vers la personne l’ayant rejoint, il vit une silhouette familière et entendit aussi une voix qui l’était tout autant... Il sut immédiatement qui c’était. Rukia... Elle était venue le sauver seule ? Mais, pourquoi l’engueulait-elle en l’insultant avant toute chose..? Il y avait plus pressant à faire ! Comme le libérer ! Il la regardait à présent un peu mieux... C’était bien elle pourtant, il ne rêvait pas... Elle prétendit avoir dû venir jusque là pour lui parce qu’il s’était fait avoir stupidement. Il sourcilla... Certes, il s’était fait avoir comme un bleu... En traître, mais il n’avait pas été assez vigilant.



Désolé...


Mais, la brunette en avait que faire de ses excuses et elle continua de l’enfoncer durement oralement en s’emportant. Au fur et à mesure, le rouquin se retrouvait déconfit et surtout encore plus démoli... Son moral déjà au plus bas chuta davantage, ses doutes devinrent un peu plus des certitudes... Elle n’était pas venue pour le sauver, mais pour lui passer un message. De manière personnelle, elle en avait assez de lui car il lui apportait que des problèmes. De manière officielle, la Soul Society se débarrassait de lui car elle n’avait plus rien à tirer de lui désormais. Il avait assez servi, il était trop faible pour la suite... Le laisser là était tout aussi bien que le faire tuer. Et pour bien tourner le couteau dans la plaie, la miss fut rejointe par d’autres présences... Ils étaient venus à plusieurs, forcément. Renji et Byakuya... Voir ce trio lui rappela cet instant où les deux hommes étaient venus chercher Rukia. Ces regards... Le rouquin était comme devenu un déchet inutile... Ils venaient pour presser la petite Shinigami, il fallait partir car il n’y avait plus rien à ajouter et il n’en valait plus la peine. Finalement, la petite Kuchiki concéda et ils repartirent sans détour comme ils étaient venus avant d’alerter qui que ce soit. Estomaqué, Ichigo resta saisi. Il avait été manipulé encore plus qu’il ne le pensait... Et ce, même par des amis qu’il estimait grandement. Son univers commençait à s’effondrer...


_________________


Merci Jaja ♥️

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://bleach-new-destiny.forumactif.fr/
Maître PNJ

avatar
Messages : 207
Date d'inscription : 20/07/2011

MessageSujet: Re: Tortured mind [Szayel Aporro Grantz (PNJ)]   Mar 3 Juil 2018 - 16:36



J’avais juré à Aizen de briser la carapace du shinigami daiko, que son âme lui serait totalement dévouée une fois son passage dans mon laboratoire. Et j’avais tenue parole. Il y avait eu quelques difficultés concernant la partie hollow du sujet, qui semblait vouloir évoluer à son tour sous chacune de nos séances d’amusement, mais rien de plus qui ne soit notable sur mon rapport. Tout était parfait, à mon image. Cette raclure humaine servirait notre maitre au doigt et à l’œil comme un gentil chien. Comme la plupart des arrancars, finalement… Tous des idiots qui ne réfléchissent pas et bave devant notre supériorité dans tous les domaines.

Ordonnant d’un claquement de doigt qu’on libère le sujet de mes expériences, j’étirais un sourire satisfait. Les produits avaient déjà été retirés il y a une semaine. Et les résultats étaient plus que concluants. Cet idiot ne parvenait plus à savoir où se trouvait la réalité parmi ses souvenirs et les illusions que nous lui avions implantés de force sous la torture. Un esprit ramolli, un imbécile incapable de savoir différencier ce qu’il a véritablement vécu dans sa propre vie, et ce qu’il a vécu ici lorsque mes esclaves l’ont accroché aux tuyau des neurotoxines.

Je ne nierai pas que l’entendre hurler, pleurer, et insulter le vide de lui-même était satisfaisant. Une raclure mortelle entre mes mains savantes, voilà ce qu’il était. Un outil pour mes expériences le temps de parvenir à un résultat satisfaisant pour Aizen. Je me souviens l’avoir vu rendre de la bile sur son propre menton lorsque j’ai ordonné de retirer les cathéters de sa nuque et de ses bras. L’air si misérable et sale, un régal pour les yeux que de voir un inferieur subir ce qu’il mérite. Abattu, renfermé, alourdit par tant de douleur physique et morale, pauvre petit chose inutile…

Les humains étaient si faibles… Leurs esprits si faciles à manipuler… Cela en était presque devenu ennuyeux… C’est pourquoi j’avais ordonné qu’on retire les produits, il n’avait même plus besoin des injections quotidiennes pour avoir des hallucinations folles. Son inconscient faisait désormais tout le travail de ce côté-là, une vraie plaie. Créature faible et mortelle que sont tous les humains, inutiles si ce n’est pour nourrir la bassesse. Il devrait me remercier d’avoir bien voulu perdre mon temps sur son être répugnant pour Aizen. Oh je sais qu’il ne le fera pas, ingrat qu’il sera… Mais il ne sera jamais capable d’égaler ma perfection, alors je ne vais pas reprocher cela à cet insecte.

Les chaines furent retirées les unes après les autres, et son corps enfin déposé au sol. Il avait de belles marques bien rouges et sanguinolentes aux extrémités de ses membres, le poids de son corps, surement. Il était plus maigre aussi, oh je ne l’ai pas affamé, mais le glucose n’est pas très nutritif, quel que soit la raison. Là, il fut sur les rotules en moins d’une seconde. Il n’a plus l’habitude de tenir debout, mais ça reviendra, il obéira très tôt aux ordres de notre Maître. J’ordonne à mes hommes de le nettoyer au karcher rapidement, histoire qu’il soit présentable, et l’une de mes faccions encore en vie lui apporte l’uniforme blanc des nôtres. La petite chose tremble, elle fait bien, et attend mon signal, ses yeux gris écarquillé et vibrant de terreur dans ses orbites.

« Changes toi, tu es fin prêt. » Je ne lui donne pas vraiment le choix et claque des doigts. L’uniforme lui est jeté dessus quelques secondes à peine après qu’il soit séché.

Je n’attends que peu, avant d’ordonner à ce qu’il me suive, pour le conduire jusqu’à celui qui a commandité tout cela depuis le début. Cette mission fut une fois de plus, achevée à la perfection qui m’est origine. Et c’est avec un sourire probablement malsain sur les lèvres, que je marche dans les innombrables couloirs, l’idiot roux à ma suite. Certains arrancars trop faibles se reculent et se cachent en nous apercevant de loin, ce qui confirme ma supériorité sur eux. Pauvres petites choses condamnées à tenter d’évoluer pour espérer un jour nous servir… Je vous méprise tous…

Bientôt devant l’estrade où se trouvait notre créateur fut visible, et je pris la parole avec une certaine satisfaction visible. « La mission que vous m’aviez confiée, mon seigneur, est une parfaite réussite, comme toujours » Je m’incline à peine, une main sur le torse, et la tête gonflé d’orgueil plus que mérité et raisonnable. Après tout c’est un fait, chacun de mes travaux fut et sera une parfaite réussite, à mon image. Ciel, comme j’aimerais ne pas avoir à côtoyer ces immondices stupides autour de nous… Mais nous n’avons pas le choix, il faut des larbins pour faire le sale boulot à notre place…

Heureusement qu’ils sont facilement remplaçables, je ne sais pas sur qui je pourrais me défouler, sinon~

Revenir en haut Aller en bas
Kurosaki Ichigo
Shinigami Daikô
Strawberry N°15

avatar
Messages : 978
Date d'inscription : 31/05/2013
Âge : 26
DC : Arteta Natasha

Fiche perso
Niveaux:
74/100  (74/100)
Expérience:
0/12000  (0/12000)
Spécialité: Zanjutsu

MessageSujet: Re: Tortured mind [Szayel Aporro Grantz (PNJ)]   Mar 3 Juil 2018 - 19:29




A new man... Not good.


Le temps... Quel est le sens de cette notion lorsque nous perdons pied, que nous ne savons plus où nous en sommes, que tous repères ont disparu, que nous n’avons plus de but et que le quotidien est simplement devenu un torrent de souffrance physique et psychologique sans raison vraiment valable ? La détermination ne pouvait plus exister en de telles conditions, pas même celle de vivre. Mais, ce choix d’en finir avait été impitoyablement retiré d’Ichigo. Peu importe combien de fois il avait pu finir par implorer de l’achever ou de le laisser crever sur place, on l’avait maintenu en vie de force. Dans l’impossibilité de bouger et nourri via des perfusions dans une pièce où rien ne renseignait sur le temps qui passait, il était ainsi devenu une coquille vide se contentant d’exister et de subir les affres du destin tandis que l’espoir d’en voir le bout un jour s’éteignait petit à petit. Son regard noisette animé par une volonté d’avancer malgré les difficultés s’était évanoui pour laisser voir des iris reflétant un abysse sans fond fixant inlassablement un sol sale et sans intérêt quand il ne subissait pas d’horreurs.

Par moment, quand il avait des poussées de volonté violente de se défendre quand ça devenait insupportable, ses yeux se coloraient de noir et de jaune en laissant apparaître un masque sur son faciès... Masque qui avait alors évolué avec le temps au niveau des motifs. Des traits rouges avaient fini par couvrir tout le côté droit. Mais, peu importe combien il pouvait s’efforcer pour se libérer, ce fut en vain. La volonté de lui laver le cerveau commença ainsi à se concrétiser. Il avait cru être sûr de lui, d’être certain de ce qu’il voulait, de ce qu’il devait faire, mais à force de souffrir et d’assister à des scènes horribles, ce n’était plus le cas. La frontière entre les souvenirs, ce qui était vrai et ce qui ne l’était pas s’était retrouvée abolie. La conscience avait alors pour travail d’essayer de recoller les morceaux pour trouver un sens à tout ça, un sens à son existence même. Ainsi, bien que cet arrancar aux cheveux roses se moquait avec aplomb de son état misérable, il devait savoir que le mental humain, peu importe combien il pouvait être massacré, pouvait toujours trouver le moyen de se relever... Seulement, rien ne garantissait que ce soit dans le bon sens du terme. Dans le cas du rouquin, le changement fut radical...

En effet, si après quelques jours de tortures il était devenu rien de plus qu’une poupée qu’on maltraitait avec plaisir, le retrait des produits hallucinogènes par la suite lui avait peu à peu permis de retrouver un minimum de lucidité. Les hallucinations intempestives s’évanouissaient... Il ne restait plus que ce que son cerveau avait pu retenir de tout ça... Quel était à présent le sens de sa vie, alors que la torture physique continuait. Ce traitement l’avait d’abord brisé, puis reconstruit et enfin, il l’endurcissait. Oui, il avait fini par s’habituer à cette douleur et ces horreurs, il avait fini par s’en faire une raison, par comprendre le but de tout ça... C’était un mal nécessaire pour un nouveau départ, pour devenir plus fort. Inévitablement, une haine sans nom était née en son cœur devenu noir comme l’encre. Ils allaient payer pour ça... La Soul Society qui l’avait trahie, ses amis qui en avaient faits de même après l’avoir bien embobiné... Et même cet enfoiré d’Arrancar rose qui s’était bien foutu de sa gueule pendant l’opération alors qu’Aizen lui avait juste donné l’ordre de le mettre à l’épreuve. Même si ça pouvait faire partie du plan, il ne pouvait taire sa colère envers ce scientifique prétentieux.

Aussi, vint le jour où les séances horribles devenues habituelles prirent fin par le biais d’un claquement de doigt. Le rouquin aurait pu ressentir du soulagement s’il n’avait pas fini par s’y faire… Mentalement du moins, car son corps réagissait encore à la violence des sévices. Il ne put retenir la bile lui venant en bouche, mais ce fut d’un air indifférent qu’il la laissa couler au-delà de ses lèvres. Au premier abord, son visage laissait paraître sa fatigue d’avoir tant enduré, mais il ne voulait pas laisser transparaître ses pensées. Ce n’était qu’une façade car bien que son corps soit encore témoin des horreurs, son regard montrait qu’il en était tout autre. Il attendait simplement le moment... Dans l’immédiat, il jouait le jeu. Faire le malheureux maltraité et blessé, c’est ce qui faisait jubiler ce connard arrogant. Il se laissa donc se faire libérer de ses chaînes qui avaient rogné sa chair jusque là, sa pauvre chair ayant perdu en volume à cause du régime subi, et il se retrouva ainsi sur le sol froid et poussiéreux du laboratoire. Ça faisait un moment qu’il n’avait pas eu à supporter son poids de lui-même, il lui fallait se reprendre... Et se prendre un jet d’eau froid sur la tronche avait pas mal aidé pour la chose. Il secoua sa tête alors qu’il se faisait ensuite sécher avec autant de douceur que pouvait donner une éponge en fer sur la peau, avant de se prendre des vêtements blancs en pleine poire. Un blanc immaculé, symbole de l’armée d’Aizen... Enfin, le voilà prêt... Et ce fut le mot qui sortit finalement de la bouche de Szayel. Un sourire en coin mauvais naquit sur les lèvres de l’adolescent dissimulé derrière le linge. Il se changea donc, mollement et durement, avant d’enfin se relever et le suivre comme l’octava le lui ordonna. Il était faible... C’était un fait indéniable, mais il était loin d’être réellement au bout du rouleau. Sa faculté de récupération était l’un de ses points forts, et son mental autrefois porté par une détermination noble était tout simplement devenue égoïste et cruelle. Une autre motivation... C’était tout ce qu’il lui fallait après avoir perdu l’ancienne.

Ils traversèrent donc les couloirs et Ichigo qui était derrière l’Arrancar pouvait voir ce dernier conserver un sourire malsain... Sûrement fier de son boulot. S’il savait... C’était un sourire carnassier que le jeunot montrait en son dos alors que personne ne le voyait. Il avait hâte... Oh que oui... Il s’arrêta ainsi un peu en retrait par rapport à Szayel lorsqu’ils furent devant le trône du maître des lieux et même de ce monde creux. Le pseudo binoclard vint alors à déclarer que sa mission était terminée avec brio, comme toujours. Ahah... Si l’on pouvait dire. Il s’inclinait noblement devant son supérieur qui semblait fort satisfait lui aussi tout en observant l’orangé avec attention pour s’en assurer. Ce dernier croisa son regard mais il ne s’inclina pas en revanche, il se contenta de rester droit, fier malgré son état, silencieux... Mais c’était un faux-calme. En effet, sans prévenir, son poing droit encore meurtri vint se loger avec force et violence dans la mâchoire de l’insupportable ordure qui lui avait tant tapé sur les nerfs tout ce temps. Le pauvre ne l’avait pas vu venir et il put voler à une vitesse folle à travers la pièce pour s’encastrer dans la seconde dans le mur adjacent. Le regard noisette rendu glacial et impitoyable jaugea en coin la raclure qui se pensait si parfait et avoir fait un travail à son image... Il se trompait. Certes, le jeune homme avait été brisé puis avait été reconstruit, mais pas en chien misérable et obéissant. Il était juste devenu mauvais et fidèle pour une nouvelle cause... Celle de pulvériser la Soul Society. Aux yeux d’Aizen, ce changement était encore mieux que ce qui avait été initialement prévu. Si l’espada voulait se rebiffer, le Shinigami l’en lui interdit sous peine de le punir. Kurosaki Ichigo était devenu l’un des leurs et il avait bien plus d’importance et de valeur que ce scientifique dont l’ancien Taichô n’avait à présent plus besoin.

Pour l’heure, le traître ordonna au nouveau membre d’aller se reposer... Et ce fut ce que celui-ci alla faire sans poser de question, non sans adresser un dernier regard assassin à celui dont la mâchoire inférieure venait de se faire éclater, lui interdisant toute prononciation claire comme il le souhaiterait. L’avenir s’annonçait fort sombre...


_________________


Merci Jaja ♥️

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://bleach-new-destiny.forumactif.fr/
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Tortured mind [Szayel Aporro Grantz (PNJ)]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Tortured mind [Szayel Aporro Grantz (PNJ)]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tortured mind [Szayel Aporro Grantz (PNJ)]
» The self imposed limitations of the underdeveloped mind.
» 01. Losing your mind
» 1.04 Where is my mind ?
» Well it´s been days now And you change your mind again ... feat Amber Helheim

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach Incarnation :: Hueco Mundo :: Las Noches :: Laboratoire de Szayel-