RSS
RSS
Bleach Incarnation



 

 :: Hueco Mundo :: Las Noches Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Le solitaire et la belle [PV Cirucci Sanderwicci]
avatar
Messages : 146
Date d'inscription : 12/03/2017
Âge : 28

Fiche perso
Niveaux:
79/100  (79/100)
Expérience:
600/17000  (600/17000)
Spécialité: Cero
Primera Espada | El Lobo
Coyote Starrk


Coyote Starrk
Espada Uno


J’étais perché sur le toit de Las Noches. Comme à mon habitude, il me fallait un coin tranquille à l’abri des regards indiscrets. Même mon propre appartement n’était plus sûr. Lilynette ne supportait pas que je passe mes journées à faire la sieste. Une vraie emmerdeuse. Elle trouvera toujours le moyen de me réveiller à sa manière. Au moins j’étais plus en sécurité sur ce toit à scruter le ciel sombre et morose du Hueco Mundo. Je n’avais pas d’autre choix que de me contenter d’un décor fade pour faire une sieste. A l’intérieur nous avions droit à un soleil artificiel depuis l’arrivée des shinigamis commandant, mais le risque de tomber sur ma fraccion était élevé. Hors de question qu’elle gâche ma soirée, surtout après la réunion lassante tenu il y a quelque temps concernant la capture du shingiami remplaçant. Pour une fois, on ne m’avait pas confié une tâche et je ne tenais même pas à rendre visite à notre nouvel invité. Loin des ennuis, moins de pression. Après nous aurons un Ulquiora, qui passera son temps à m’épier et me poser des questions barbantes. À cause de tout ce merdier, je ne pouvais plus aller dans le monde des humains faire mes siestes, car nous étions officiellement en guerre contre la soul society. Certes, j’avais appris à contrôler ma pression spirituelle avec le temps, mais je suis sûr que les shinigamis avaient posté des sentinelles dans la ville de Karakura.


-Starrkkkkkkkkkkkkk


Entendais-je lilynette beuglé mon nom. Zut, m’avait-elle repéré ? J’en doute. Elle aurait foncé sur le toit, mais une chose est sure, elle savait que j’étais à l’extérieur du complexe. Sa voix semblait se rapprocher de ma position. Je dus stopper cours à ma sieste pour m’éclipser aussi vite que je pouvais du toit. Me voilà en train d’errer comme un sans-abri aux alentours de Las Noches. Mains dans les poches et maudissant ma fraccion. J’avais détecter quelques pressions spirituelles. Ils s’agissaient des Exequias. Ces derniers, m’avaient sûrement pris pour un ennemi. Mais; ils ont très vite compris que ce n’était pas le cas. Depuis que nous étions en état d’alerte maximale, la sécurité autour du palais avait été renforcée et les allées et venu filtré. Ne pouvons plus dormir avec toute cette tension, je décidais donc, de rendre une petite visite à une personne qui me tient à cœur : Cirucci Sanderwicci. Ayant longtemps repoussé l’échéance, je me devais de la revoir. Nous avions pourtant longtemps été intimement liés. Depuis son expulsion du corps de l’espada, pour insubordination, je l’ai perdu de vu. Je me devais de comprendre pourquoi ne m’avait-elle pas donné de nouvelle.

Je me retrouvais donc dans ses appartements. Cette immense salle orangée rempli de colonne à perte de vue. Malgré le fait qu’elle n’est plus une espada, on lui avait permis de conserver sa chambre privée. Balayant la pièce de mon regard flegmatique, je cherchais toute trace d’elle. Il n’y avait aucun doute qu’il y était puisque je ressentais sa pression spirituelle. Ne voulant pas faire d’effort à la chercher, je décidais donc que s’est-elle qui puisse me localiser. Après tout, dissimuler ma pression spirituelle n’avait jamais été mon fort. Je m’y prenais toujours mal, mais au moins je faisais quelque effort.

Lun 9 Avr 2018 - 8:42
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 85
Date d'inscription : 01/01/2016
Âge : 32
DC : Dokugamine Riruka

Fiche perso
Niveaux:
67/100  (67/100)
Expérience:
200/8000  (200/8000)
Spécialité: Zanjutsu
Cirucci Sanderwicci
C’était une journée comme une autre pour la privaron. Perchée sur l’une des imposantes colonnes de sa chambre personnelle, elle regardait le ciel bleu par sa fenêtre. Elle posa son menton dans sa main ouverte. Le ciel de Las Noches, bien qu’artificiel, était plus attrayant que ce qu’elle avait connu. De plus, elle appréciait sentir ce soleil réchauffer sa peau lorsqu’à une certaine période de la journée, il entrait de plein fouet par sa fenêtre. C’était le seul réconfort qu’elle trouvait dans sa situation. Même si elle avait acquis certains privilèges depuis qu’elle avait apporté son aide à la mission de Karakura, elle en profitait peu et seulement lorsque personne ne pouvait la surprendre. Elle avait passé tant de mois dans la solitude qu’avoir beaucoup de gens autour d’elle l’énervait.

Pourtant, sa situation n’avait pas toujours été ainsi. De son temps dans l’Espada, il en était tout autrement. Certes elle n’avait pas vraiment d’amis, mais au moins elle supportait leurs présences. Elle allait laisser son esprit lorsqu’elle entendit des pas dans le couloir menant à ses appartements. Elle fronça les sourcils et porta la main à Golondrina n’attendant pas de visiteur aujourd’hui. L’intrus passa sa porte et elle resta muette en reconnaissant son énergie spirituelle. Dire qu’elle n’avait pas eu d’amis était un mensonge. En fait, suite à son expulsion, elle avait tenté par tous les moyens d’effacer cette période de sa vie. Il l’avait déçue… La surprise laissa bien vite place à la colère. C’était seulement maintenant qu’il décidait de venir la voir? Après toutes ces années? L’hirondelle serra les dents et attendit de voir ce que son visiteur ferait. Il ne bougeait pas d’un pouce, il s’était arrêté à l’entrée de la pièce non loin de l’une des colonnes. Elle se mit à bouillir de rage. En plus de son silence, il ne se donnait pas non plus la peine de la chercher et de s’excuser? Un sourire malveillant s’étira sur ses lèvres. Croyait-il qu’elle aurait oublié qu’il l’avait laissée se faire retirer son numéro devant tout le monde? Qu’en plus de ne pas s’être porté à sa défense il l’avait laissée dans l’ignorance pendant tout ce temps? Non, elle n’avait pas oublié…

D’un coup de poignet habile, elle envoya Golondrina se ficher dans la colonne à côté de laquelle il s’était arrêté. L’imposant disque de métal avait raté volontairement de quelques centimètres la tête de son visiteur. Elle ne fit cependant aucun mouvement pour descendre de son pilier. Voyant qu’il n’avait pas bronché, ce qui ne l’étonnait pas, elle prit finalement la parole.

-Qu’est-ce que tu viens faire ici? Après tout ce temps tu t’es finalement souvenu que j’existais encore?

Le ton de la privaron était sec et froid, rempli de mépris, mais elle doutait que le Primera en ait saisi toutes les nuances…
Jeu 12 Avr 2018 - 21:48
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 146
Date d'inscription : 12/03/2017
Âge : 28

Fiche perso
Niveaux:
79/100  (79/100)
Expérience:
600/17000  (600/17000)
Spécialité: Cero
Primera Espada | El Lobo
Coyote Starrk


Coyote Starrk
Espada Uno


Je commençais à me demander, si j’avais bien fait de venir. Après tout, cela va faire une éternité que je ne l’avais pas donné signe de vie. En d’autres termes, j’aurai dit que ce n’était pas de ma faute. J’étais tellement occupé. Mais de vous à moi, ce n’était même pas vrai. Sauf si par occuper, j’entendais par-là, que je passais mon temps à faire la sieste. Pourquoi je cherchais d’abord à me justifier, avec tous les évènements qui ont dû survenir dernièrement, elle ne cherchera peut-être pas à rejeter la faute sur moi. Et puis, les privilèges qu’on lui avait accordé depuis la capture du shinigami remplaçant l’on certainement mis de bonne humeur. Aussi, loin, que je me souvienne, être de bonne humeur ne faisait pas trop partie de prérogative. Croyez-moi, j’avais dû en baver durant notre relation. Entre ses excès de colère à répétition et son sadisme prononcé, j’avais du mal à m’en sortir. Au point de passer mon temps à fuir dans le désert blanc loin des ennuis. Parfois même, j’avais l’impression qu’elle avait eu une mauvaise influence sur Lilynette. Deux furies sur le même toit, la galère, je ne vous raconte pas.

Le silence qui régnait dans la salle me fit bâiller d’ennui. Mains dans les poches, j’avançais à pas flegmatique, histoire de faire un effort de fourmi pour la retrouver. Soudain, un objet métallique passa à quelques centimètres de ma tête, pour se loger ensuite dans le pilier d’à côté. J’avais reconnu Golondrina. Surpris par le geste, j’avais vu la mort de prêt. Un faux mouvement et ma tête aurait été aplatis contre le béton. S’était moins une. Je commençais vraiment à regretter d’être venu. Non mais, elle n’était pas aller de main morte, elle souhaitait ma mort ou quoi. Visage effrayé, je levais ma tête dans la direction d’où provenait l’objet. Je pouvais voir une veine se former au niveau de son front, qu’ainsi que le regard noir qu’elle était en train de me lancer. En passant, elle était toujours aussi belle, surtout avec ses cheveux violets.

-Comment….

Je n’eus même pas le temps d’achever ma phrase, qu’elle commença à me crier dessus. Moi qui pensais qu’elle ne m’en voulait pas. Décidément, j’aurai toujours du mal à comprendre les femmes. Malgré toutes les bonnes choses qu’on lui avait accordés, Cirucci avait toujours un caractère de cochon. Éternelle insatisfaite, on dirait ma fraccion. En même temps, je la comprenais. Personne n’avait levé le petit doigt lorsqu’on l’avait viré du corps Espadas, même pas moi. Ne sachant pas quoi lui répondre, je me grattais l’arrière du crâne avec ma main gauche pendant que l’autre restait dans la poche. Gardant les yeux fermés, je réfléchissais à un moyen de me justifier.

-Navré de ne pas être passé plutôt, je suis venue voir comment tu allais. Dis-je d’un ton calme et innocent. Les longs discours, n'était pas tellement ma tasse de thé. J’ouvrais un œil pour voir sa réaction. Le visage toujours agressif, je pris tout même mon courage pour continuer. Félicitation pour la mission concernant le shinigami remplaçant. Ajoutai-je un peu intimidé.

Dim 15 Avr 2018 - 16:19
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 85
Date d'inscription : 01/01/2016
Âge : 32
DC : Dokugamine Riruka

Fiche perso
Niveaux:
67/100  (67/100)
Expérience:
200/8000  (200/8000)
Spécialité: Zanjutsu
Cirucci Sanderwicci
Elle sentait sa veine palpiter du côté droit de son front. Elle tentait mentalement de se calmer. Au cours de toute ces années passées seule de son côté, son tempérament s’était grandement adouci, mais ça, il ne pouvait pas encore le voir. Elle était en furie contre lui et elle avait toutes les raisons de l’être. Elle avait tout vu de son regard surpris, voire un peu effrayé lorsqu’il avait senti son disque de métal frôler sa tête. Elle sourit intérieurement, elle était encore capable de le surprendre. Elle aurait certes pu s’y prendre autrement, mais s’il croyait qu’elle lui aurait tout pardonné avec le temps ou qu’elle aurait oublié, il s’était trompé. Cependant, elle était prête à écouter ses explications, pour une fois.

Sa veine palpita de nouveau lorsqu’il s’excusa de ne pas être venu plus tôt. Elle qui croyait qu’il s’excuserait de l’avoir laissée subir cette humiliation sans intervenir, elle s’était trompée. Il ouvrit un œil pour voir sa réaction, mais se buta à son air mauvais et colérique. Les paroles suivantes qu’il prononça la prirent par surprise. La colère quitta momentanément son visage et elle grimaça.

-Tu n’as pas vraiment à me féliciter pour ça… Livrer un nouveau spécimen au scientifique fou ne me fait pas particulièrement plaisir…

D’un mouvement de poignet, elle se donna un élan pour descendre du pilier avec l’aide de son arme. Une fois au sol, à une distance respectable de son interlocuteur et dégagea Golondrina du pilier pour la caler sur son épaule. Avoir évoqué le shinigami remplaçant semblait l’avoir calmée, mais son air froid était toujours présent sur son visage. Elle leva les yeux pour le regarder et eut un sourire en coin.

-D’ailleurs, si tu avais décidé de pointer ton nez pour cette mission, j’aurais pu battre ces deux shinigamis facilement. Mais non, j’ai été placée avec cette fraccion aussi débile que son Espada qui a décidé de fuir en plein milieu du combat!

L’hirondelle grimaça, visiblement dégoûtée du souvenir de son partenaire de mission. Elle n’avait d’ailleurs pas revu la fraccion du Sexta depuis. Peut-être qu’il avait été puni pour sa couardise par son Espada. D’un coup d’épaule, elle se dégagea du disque métallique qu’elle posa près d’un pilier et croisa les bras sur sa poitrine en se retournant vers lui.

-Je me fous royalement que tu ne sois pas venu me voir pendant ces années Starrk… Ce qui me fâche, c’est que tu n’aies rien fait pour m’aider. Que tu l’aies laissé m’humilier devant tout le monde comme il l’a fait.

Elle soupira et secoua la tête en reculant de quelques pas pour s’accouder au pilier le plus près. Elle planta son regard dans le sien et ne dit rien pendant de longues secondes, histoire que le message se fasse un chemin jusqu’à son cerveau. Lorsqu’elle ouvrit de nouveau la bouche, elle semblait lasse, fatiguée de l’avoir haït pendant toutes ces années.

-Tu me connais et tu sais très bien que si c’était toi qui t’étais retrouvé dans ma situation, que je me serais portée à ta défense. Je sais que je n’ai pas toujours été facile avec toi, mais je te faisais confiance et tu m’as déçue…

Elle se souvenait d’avoir tenté d’accrocher son regard pour qu’il lui vienne en aide à ce moment, mais comme les autres, il semblait regarder ailleurs. Elle pencha la tête sur le côté et eut un petit sourire.

-Peut-être aussi que c’était pour toi la façon la plus facile de te débarrasser de moi…
Lun 23 Avr 2018 - 22:14
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 146
Date d'inscription : 12/03/2017
Âge : 28

Fiche perso
Niveaux:
79/100  (79/100)
Expérience:
600/17000  (600/17000)
Spécialité: Cero
Primera Espada | El Lobo
Coyote Starrk


Coyote Starrk
Espada Uno


Cirucci, semblait apprécier mon compliment concernant le shinigami remplaçant. Rétorquant qu’elle le livra à contre cœur à Szayel. Étrange, je pensais que le livrer et le voir se faire charcuter, lui procurerait du plaisir. Je commençais à me demander, si je la connaissais aussi bien que je le pensais. Peut-être que j’assistais à un début de maturité. J’eus un mouvement de recul lorsqu’elle descendit de son pilier tout m’écartant de quelques millimètres du passage de Golondrina. Cette femme me stressait avec ses humeurs versatiles. Il fallait toujours que je garde les pieds sur terre. Difficile de m’endormir en sa présence.


Son humeur massacrante était encore présente, bien qu’elle n’émettait plus des envies de meurtre. Même son petit sourire ne me rassura pas. Je passais une main derrière la tête tout en fermant les yeux, lorsqu’elle me parla de la mission. J’étais plutôt satisfait qu’Aizen ne fasse pas appel à moi. Se battre toujours se battre, non merci ce n’était pas ma tasse de thé. Déjà, l’entendre me parler de combat me fit bâiller. Je reconnais, que je ne me serai pas pardonné s’il lui était arrivé quelque chose. Peut-être que je dois envisager de l’accompagner de temps à autre durant ses missions. Bien sûr, elle s’occupera de tout, moi, je veillerai juste qu’il ne lui arrive rien.


-La prochaine fois, nous partirons ensemble, dis-je sans conviction. Je n'étais pas du tout impatient qu’il puisse avoir une prochaine fois, mais je tenais juste qu’elle puisse garder sa bonne humeur.


Cirucci me reprocha mon côté laxiste durant sa déchéance du corps Espada. Je comprenais parfaitement sa colère et ses interrogations. Par contre, je ne voyais pas le côté humiliation de la situation. Elle savait très bien comment cela se déroulait dans l’armée d’Aizen. Tôt ou tard, nous serons appelés à céder notre place. Il faut s’y préparer. J’aurai été enchanté à sa place, moins de responsabilité et plus de liberté en tant que Privaron. Au moment où je comptais le lui faire savoir, l’arrancar me fit comprendre, qu’elle m’aurait défendu si nos rôles étaient inversés. Ce qui me toucha. J’avais oublié, qu’après toutes ses années, j’avais enfin trouvé une personne en dehors de ma fraccion qui tenait à moi. J’attrapais ses mains tout plongeant mon regard dans le sien sans arrière-pensée.


-Ne dis pas une chose pareille,
ajoutai-je en lui serrant les mains, être loin de toi fût un supplice pour mon cœur. Tu imagines, chaque jour ne se passait pas sans que je puisse avoir une pensée pour toi…Surtout, ta dernière mission me fit des sueurs froides…Ce qui m’importe aujourd’hui, c’est que tu puisses être toujours en vie et au diable ce fichu numéro qui prouve que tu es une espada ou non. Cela n’a pas important à mes yeux.


Je pensais vraiment ce que je lui disais. Ce numéro tatoué sur nos notre corps n’avait pas d’importance. Mon intervention, lors de sa déchéance, aurait été un affront envers Aizen. Je lui devais beaucoup, notamment le fait m’avoir donné des partenaires d’arme. Aujourd’hui, je n’étais plus seul grâce à lui, mais je doute que Cirucci puisse l’entendre de cette oreille. Je préférais donc lui épargner ce détail.

Dim 3 Juin 2018 - 19:34
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 85
Date d'inscription : 01/01/2016
Âge : 32
DC : Dokugamine Riruka

Fiche perso
Niveaux:
67/100  (67/100)
Expérience:
200/8000  (200/8000)
Spécialité: Zanjutsu
Cirucci Sanderwicci
Starrk était resté silencieux pendant tout le temps où elle avait parlé. La laissant sans doute se vider le cœur une bonne fois pour toute, mais elle le connaissait mieux qu’il ne le croyait. Elle le voyait réfléchir et il ne la quittait pratiquement pas des yeux, ayant sans doute peur de l’un de ses nombreux accès de colère. Toujours adossée au pilier, son sourire s’étira sur ses lèvres lorsqu’il mentionna que la prochaine fois ils partiraient ensembles. Elle avait presque faillit éclater de rire. Elle le connaissait assez pour savoir qu’il détestait se battre à moins d’y être formellement obligé. Elle secoua la tête, ses boucles frôlant ses épaules.

-M’accompagner pour me laisser faire tout le boulot? Non merci! Je préfère continuer les missions en solo dans ce cas!

Malgré le ton de reproche de sa voix, son air espiègle et son sourire taquin montraient qu’elle désirait juste un peu détendre l’atmosphère. Elle était de nouveau calme, lui expliquer son point de vue était sans doute une bonne idée au final. Son cœur se serra malgré tout à la simple pensée qu’il aurait pu ignorer son malheur simplement pour se débarrasser d’elle. Elle ne laissa cependant rien paraître de ces pensées et son visage resta impassible. Le simple éclat de tristesse qui avait dû briller pendant une fraction de seconde dans ses yeux aurait pu la trahir. Cependant, c’est la surprise qui prit bien vite place sur son visage lorsqu’il réduit considérablement la distance entre eux pour prendre ses mains dans les siennes. Elle leva les yeux vers lui, la surprise et l’incompréhension peintes sur son visage. Il l’intima de ne pas parler ainsi et qu’être loin d’elle avait été un supplice pour lui. Elle écarquilla les yeux. Sans doute piqué au vif par sa remarque sur le fait d’être débarrassé d’elle. Son regard s’adoucit et un sourire triste prit place sur ses lèvres. Il n’avait pas tout à fait bien compris le sens de ses paroles. L’inquiétude du Primera pour elle lui coupa une fois de plus le souffle et elle écarquilla les yeux en se demandant si elle avait bien compris ce qu’il venait de dire. Une fois qu’il eut terminé sa tirade, elle baissa les yeux sur leurs mains et pressa doucement ses mains des siennes.

-Tu n’as pas vraiment compris le sens de mes paroles je crois. En même temps, tu regardais ailleurs et je ne t’en veux pas, ça ne devait pas être beau à voir…

Elle releva les yeux vers lui et sourit tristement.

-Je me fous de mon numéro… Ce n’est pas ce qui a de l’importance pour moi… Ce pourquoi je t’en voulais c’était pour l’avoir laissé déchirer mes vêtements et arracher mon numéro devant tout le monde…

Elle releva juste assez sa jupe pour lui montrer le début de la cicatrice qui commençait sur le haut de sa hanche. Elle seule savait par contre que sa cicatrice remontait le long de son flanc droit et continuait sur son ventre. Laissant tomber le tissu, elle posa sa main sur le bras de Starrk.

-Crois-moi, ne plus être Espada ne me dérange plus depuis longtemps... C’est ce souvenir qui me frappe à chaque fois que je vois ma peau qui me dérange…

Son regard se durcit et elle pinça les lèvres. À lui elle pouvait bien dire le fond de sa pensée. Malgré tout, elle lui faisait encore confiance… Lorsqu’elle parla, sa voix s’éleva à peine plus haut qu’un murmure, mais sa voix sourde trahissait tout le ressentiment qu’elle avait gardé pour elle pendant toutes ces années. Sa main gauche se porta machinalement sur son flanc droit.

-Je le hais Starrk…
Lun 11 Juin 2018 - 22:46
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: