lienlien
   Shinigamis : 11 ‖‖ En conflit
  Prédef : On       Inventés : On
   Exilés : 05 ‖‖ Neutre
  Prédef : On       Inventés : On
   Vizards : 01 ‖‖ Alliés à la SS
  Prédef : On
    Humains : 03 ‖‖ Neutre
  Prédef : On       Inventés : On
    Quincys : 01 ‖‖ Neutre
  Prédef : On       Inventés : On
    Arrancars : 08 ‖‖ En conflit
  Prédef : On       Inventés : On



 

Partagez | .
 

 Il est temps que la pluie cesse... ( PV Renji)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Kuchiki Byakuya
Roku ban tai Taïcho | Cerisier Blanc
avatar
Messages : 2295
Date d'inscription : 02/07/2011
Âge : 34
DC : D'ongil Takouya

Fiche perso
Niveaux:
79/100  (79/100)
Expérience:
13370/17000  (13370/17000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Il est temps que la pluie cesse... ( PV Renji)   Jeu 1 Mai 2014 - 20:12




Le temps était à la pluie, et le vent ne semblait pas au rendez vous. La luminosité se faisait un peu moindre en cette fin de journée. Le terrain d’entraînement étaient déserts  enfin.. pas tout à fait. Un homme se tenait debout au centre de la surface pavé et humide. Son uniforme noir le rendait peu facile à percevoir à cause de la pluie et de l'ambiance un peu ombre. Sa chevelure lui collait un peu au front et le poids de ses nouveaux ornements lui pesait un peu sur le dessus du crâne.  Byakuya avait délaisser son haori au sein même de son bureau, dans la Division. Depuis quelques temps, le noble Taicho venait en cet endroit,  profitant de l'absence de ses hommes pour tenter de s’entraîner. Par deux fois il avait bien faillit se faire surprendre, mais le chef de clan prenait toujours de grande précaution pour ne point être dérangé, qu'il pleuve ou vente.. la preuve en cette fin de journée...  Son reiatsu se portait bien mieux et depuis seulement deux jours, il parvenait enfin à renouer le dialogue avec Senbonzakura. Cependant ses rêves eux.. ne cessaient point et un grand trouble l'habitait concernant Nocturne. Tout cela faisait qu'il  se donnait bien trop de pression, désirant parvenir à recouvrer sa pleine force.. voir plus encore. Il se sentait indigne envers cette défaite toute personnelle. Chaque nuit, le noble se rappelait sa capture.. son séjour parmi les Espada...le sauvetage.. sa propre faiblesse. Cela le mettait dans une telle colère sourde... depuis lors Byakuya avait tout garder pour lui même... se taisant vis à vis de sa sœur.. et Renji...

Sa main se referma plus fermement sur sa garde, le bras tendu sur le côté... la lame pleinement en vue, laissait des gouttes d'eau choir sur le sol pavé. Tandis que le noble fixait un point imaginaire avant d'enchaîner coup sur coup, comme s'il s'affrontait lui même en vérité.. offrant un reiatsu nullement serein mais emplit de colère. Voila pourquoi, Byakuya ne désirait pas être vu, c'était sa manière à lui de redevenir lui même.. Du moins c'est ce que pensait le noble. Sa fierté était bien trop flétrie pour qu'on le voit aussi furieux contre lui même.  Ses gestes se faisaient sûr... définitif et très précis, cependant il y avait là bien trop  de tension. Son kosode commençait à peser sur  ses mouvements, et son souffle se faisait plus court.. Pas une seule fois le Kuchiki ne se permit d'user de son shikai, et pourtant cela le démangeait grandement, mais il s'y refusait.. il se devait d'abord de se sentir digne de son alter ego. Ce dernier d'ailleurs se sentait peiné de voir ainsi agir Byakuya ainsi  avec lui. Il était toujours son maître et il était des plus heureux que de l'avoir retrouvé. Mais le noble ne semblait rien vouloir entendre.. se laissant à  trop de pression sur ses épaules.

Byakuya continua ses attaques et esquive pendant de longues minutes encore, avant de s'immobiliser vers les mannequins destiné à servir de cible pour le kido... Son regard anthracite fixa longuement les  corps de bois , tandis que son bras armée s'abaissait.. Son souffle rapide se calma peu à peu, tout comme la pluie cessa doucement de tomber.  Cependant le ciel restait aussi grisonnant que ne l'était son œil unique. D'ailleurs le noble Roku Ban Tai Taicho  vint à retirer son bandeau doucement de son œil droit, et  le laissa choir au sol. Clignant plusieurs fois des paupières, sa vision se fit plus ou moins nette...jusqu’à s'ajuster enfin. Depuis peu, on lui avait autorisé à retirer le bandeau pendant quelque heures du moins, afin que son œil recouvre sa vision naturelle, mais on l'avait aussi prévenu que cette dernière restera un peu fausse encore quelques temps.  Byakuya éleva alors une main en direction d'un mannequin de bois et proféra d'une voix atone et froide :


Hado no Yon Byakurai.  

 Le tout premier sort de sa part depuis son retour de captivité. Il y avait de cela trois semaines maintenant. Alors que son bras bandée visait toujours.. laissant un éclair bleu quitter sa dernière phalange pour  venir effleurer la cible. A ce constat, le noble eut un soupire déçut et discret.. avant de retenter une nouvelle fois, tout en se concentrant bien plus.. Mais une fois de plus, cela rata... au bout du troisième essaie.. son agacement s'exprima pleinement.. et cette fois ci sa voix manqua de rester aussi monocorde qu'habituelle .. trahissant pleinement son ressentit :

 Hado no San Ju San.. Sukatsui!

Le ton était fortement impératif et décideur... comme lorsqu'il était adolescent. On ne pouvait pas échapper à ses attaques et ce mannequin odieux allait l'apprendre à ses dépends. Ce dernier se retrouva totalement calciné par les flammes bleus de Byakuya qui abaissa enfin lentement son bras..ignorant alors qu'il avait été repéré... et qu'un homme s'approchait déjà de lui... alors que le noble fixait le résultat de son attaque.. insatisfait comme jamais encore. Comment le pouvait-il en ratant par trois fois son byakurai. Cette vue lui faisait défaut et sa patience était bien trop mise à rude épreuve. Comment pouvait il être digne de sa Division avec de tels résultats.. Comment cette femme pouvait-elle voir en lui un soleil..  Fort déçut de sa propre personne, le noble voila son regard....


_________________

« Nous ne devons jamais verser de larmes. Les larmes ne sont rien d'autre que la défaite du corps contre le cœur. Elles constituent la preuve que garder un cœur ne sert à rien d'autre qu'à s'affaiblir. »


Ma galerie
Revenir en haut Aller en bas
https://www.facebook.com/Mariews-549408925120096/
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Il est temps que la pluie cesse... ( PV Renji)   Lun 5 Mai 2014 - 12:04




Byakuya Kuchiki était un homme secret, dont le fond de ses pensées demeurait toujours caché. Il était difficile, voire impossible, de deviner ce qu'il avait derrière la tête. Il se confiait rarement et avait récemment réussi cette prouesse auprès de sa sœur pour lui parler d'Hisana. Cela avait enclenché tout un processus d'ouverture de lui aux autres, se montrant plus tourné vers autrui que renfermé. Sans aucun doute avait-il été touché par les paroles d'Ichigo, mais pas seulement. Renji pouvait se targuer d'avoir osé dire à son Capitaine :"Je ne suis pas étonné que vous soyez surpris... puisque vous vous êtes toujours moqué totalement de ce qui se passait autour de vous !". Certes, à ce moment-ci, la situation était spéciale, puisque Renji et son Capitaine étaient en conflit pour le sauvetage de Rukia. Mais le fukutaicho n'avait aucun regret à ce sujet. Il avait dit ce qu'il avait à dire, faisant preuve de cette sincérité sur laquelle comptait Kuchiki Taicho. Par la suite, ce dernier avait fait d'indéniables progrès, surprenant beaucoup de monde autour de lui, son vice-capitaine en premier lieu. L'amélioration aurait pu continuer sans l'accident de l'Hueco Mundo.

C'était compréhensible, vu ce qu'il avait subi, que Byakuya se rétracte sur lui-même. Sa fierté, son honneur, qui figuraient parmi ses valeurs primordiales, avaient été mises à rude épreuve. Et quand on connait suffisamment sa personnalité, on savait évidemment qu'il n'allait pas se confier à quiconque pour se libérer l'esprit. Ainsi, pour le peu que Renji l'avait croisé depuis le retour de son supérieur, il n'avait guère eu d'échanges avec lui. Plus avec Imoto-san, mais ça, c'était normal. Après tout, Nocturne et Byakuya avaient une relation plus spéciale. Et c'était grave à elle qu'il avait des nouvelles, autrement, il n'en avait aucune, à part des silences, longs silences.

Afin de permettre à Son Capitaine de se remettre le plus vite possible, Renji mettait les bouchées doubles. Outre les entraînements acharnés auxquels il se consacrait avec les camarades de la Sixième Division, il volait en douce des dossiers dans le bureau de Byakuya pour les remplir, en traiter un maximum en plus des siens, accumulant une certaine fatigue. Mais cela ne le dérangeait pas, si cela permettait au Taicho de se consacrer à autre chose que la veine paperasse. Avec tout ce travail, c'était presque comme si la fameuse sanction du So-Taicho était appliquée, malgré son abrogation : Renji n'avait pas quitté une seule fois la Sixième Division depuis la visite à la Première Division.

Mais il avait droit, comme tout le monde, à un peu de loisir, il prit le parti, la veille de ce jour pluvieux, de se coucher plus tôt. Ainsi, au petit matin, il ouvrit la porte de son logement pour aller s'entraîner... Sous la pluie. Il jura : il faisait un temps magnifique hier, pourquoi juste aujourd'hui ça tombait des cordes ? Il soupira, se saisit de Zabimaru posé contre l'encadrement de la porte, et se dirigea vers le terrain d'entrainement. Il savait qu'il serait tranquille : vu la météo, et vu l'heure, les autres shinigamis n'oseraient pas pointer le bout de leur nez.
Seulement, au fur et à mesure qu'il approchait des lieux, il sentit un reiatsu qu'il connaissait bien, quoiqu'un peu plus ténu. Il effaça le sien afin de passer inaperçu, et entreprit de se cacher pour espionner le terrain d'entrainement. Ses sens ne l'avaient pas trompé : Byakuya Kuchiki était bien présent. Il avait repris, c'était plutôt positif. Il visa un mannequin une fois... et le rata. Deux fois, trois fois... Renji eut un rictus : ses problèmes de vue étaient loin d'être guéris.
Chose assez rare à attendre : Byakuya s'énerva. Son subordonné ne l'avait jamais vu ainsi. Il avait assisté aux colères glaciales, mais pas à cet agacement-là. De sa planque, Renji pouvait bien voir son visage, et y décerna plusieurs émotions qui ne collaient pas avec son Capitaine tel qu'il le connaissait. Et il n'avait aucune envie qu'il reste ainsi longtemps. S'il le fallait, il en passerait à l'étape de l'insolence, comme lors de son premier combat contre lui, premier combat où il avait utilisé son Bankai. Il n'avait aucune envie de ménager son Capitaine, car ce n'était pas le genre d'homme qui marchait à ça.
Aussi, il descendit de sa cachette sans se faire repérer (encore une chose étrange ; comment Byakuya avait-il fait pour ne pas le mettre à jour ?) et fit comme s'il n'avait rien vu. Il arriva innocemment sur le terrain d'entrainement.


- Bonjour, Taicho. Je ne m'attendais pas à trouver quelqu'un ici, à cette heure et avec ce temps. Je suis content de voir que vous avez repris l'entrainement.


Faisant preuve d'un calme étonnant, contrastant avec l'énervement de son Capitaine quelques secondes plus tôt, Renji eut presque l'impression que leurs caractères respectifs avaient été intervertis.


- Si cela ne vous dérange pas, je viens pour m'entrainer aussi. Permettez-vous que je prenne sa place ?
[il désigna le mannequin du regard]
Je crois qu'il a hissé le drapeau blanc.
Revenir en haut Aller en bas
Kuchiki Byakuya
Roku ban tai Taïcho | Cerisier Blanc
avatar
Messages : 2295
Date d'inscription : 02/07/2011
Âge : 34
DC : D'ongil Takouya

Fiche perso
Niveaux:
79/100  (79/100)
Expérience:
13370/17000  (13370/17000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: Il est temps que la pluie cesse... ( PV Renji)   Lun 5 Mai 2014 - 16:06




Passablement agacé, le noble fixait toujours de ces deux yeux, le mannequin calciné. Cependant ses pensées étaient bien ailleurs, songeant encore à l'incident d'il y a quelques jours avec sa San Seki. Un froncement de sourcils naquit sur ses traits humides, comme si notre capitaine se corrigeait mentalement. Dans cet état, en effet, il était bien aisé de surprendre Byakuya, et ce même lorsque l'on se nomme Abarai Renji. Le noble Roku Ban Tai Taicho était bien trop concentré sur lui même.. trop absorbé ce dernier temps pour réalisé certaines choses. En effet,  il lui semblait bien, par  moment que sa pile de dossier se faisait un peu moindre, et il lu arrivait parfois de chercher un document ne particulier qu'il avait cru entrevoir cinq minute avant de tourner le dos. De quoi se demander s'il ne choppait point la cerise. Fort heureusement, il n'en paraissait rien car il s'agissait simplement de son Fukutaicho. Ces moments d'absences pouvaient paraître un peu trop intriguant, voir inquiétant, mais Byakuya luttait contre ce courant qui ne désirait qu'une chose.. le noyer. Ses rêves ne l'aidaient d'ailleurs en rien pour inverser la tendance. Sauf.....peut être....

Les songeries du capitaine cessèrent brusquement quand il perçu enfin du mouvement un peu plus loin devant lui. D'instinct, son visage se fit bien plus neutre, délaissant ce froncement de sourcils, alors que sa vision encore un peu faussée reconnaissait Renji.  Byakuya se corrigea sévèrement quand à ne pas avoir prêter plus de précaution à ce qui l'entourait, pour ne point avoir sentit son reiatsu. On ne pouvait pas dire que l'art de la dissimulation soit le fort de son subalterne, sans pour autant se montrer dur sur ce jugement. Quoi qu'il en soit le noble  restait immobile, venant simplement exercer un souffle plus régulier et profond pour chasser l'agacement qui l'habitait  encore.  Depuis quand Renji était ici ? Avait-il vu quoi que ce soit ?  Notre Roku Ban Tai Taicho était peut être un peu plus renfermé sur lui mêmes ces derniers temps, mais il n'avait pas encore perdu ses facultés de réflexion. Cependant, il ne fit aucune remarque à ce sujet et se contenta d'incliné légèrement son menton envers  ses salutations.  Il semblait donc content de le voir s'entraîner. Byakuya lui était plutôt mécontent de s'être fait surprendre et surtout.. en plein faiblesse. Mais le fait que Renji n'en parle point épargna un peu la fierté du noble qui semblait fissuré à bien des endroits.

Sa poigne se resserra sur la garde de Senbonzakura, si bien que sa main en tremblait presque sous la pression. Son regard aussi sombre que les cieux qui les surplombaient, glissa un instant sur la cible que désignait Renji. En effet... le mannequin faisait peine à voir, tandis que son subalterne se désignait pour être le prochain.


Nanda...

Fit-il d'une voix atone recouvré, comme si son énervement passé n'avait point été. Mais par ce simple mot, Byakuya démontrait déjà sa volonté. Car dans le cas contraire il se serait déjà éloigné  de son Fukutaicho pour se mettre en position. La pluie avait cessée et permettait là un bel entraînement. Mais le noble ne décida bien autrement et secoua pour finir son visage, laissant quelque gouttes choir de sa chevelure d'ébène qui lui collait un peu à la peau. D'un geste précis il secoua son Zanpakuto pour le ranger en son fourreau. Visiblement.. Renji essuya là un refus catégorique.  Puis que ce dernier désirait s’entraîner, soit.. qu'il le fasse. Mais lui en avait assez pour le moment. Oui Byakuya tournait les talons face à ce possible échange par le fer. Auparavant jamais,  le noble n'aurait agit ainsi. Mais il se montrait si dur envers lui même qu'il ne pouvait même pas imaginer s’entraîner avec une autre personne... pas même celui qui avait oser venir l'atteindre de se crocs.. celui qui avait bravé les ordres pour venir le sauver lui.  Ses lèvres peu causantes s'entrouvrir enfin pour laisser filtrer une voix grave et monotone :

J'ai encore des dossiers à traiter.

La belle excuse que voici, alors que Byakuya tournait déjà les talons. Son pas était des plus tranquille, mais le reiatsu retrouvé du noble. Bien qu'un peu bas encore, annonçait un prochain  shunpo, comme pour mieux s'éloigner d'ici. Aussi si Renji voulait agir, c'était bien le moment. Notre Roku Ban Tai Taicho se montrait très dur envers lui même.. intransigeant..têtu... mais pas non plus invincible.. Surtout ces derniers temps. Le chef de clan en avait même oublier son bandeau non loin des pieds de Renji. Son habit lui collait vraiment  à le peau, alourdi par la pluie qui n'était plus.. Le temps gris était semblable a ce qui  résidait en son esprit. Non pas une sorte de dépression, mais une rage... une impatience... une tempête qui restait confinée en lui même....[/color]



_________________

« Nous ne devons jamais verser de larmes. Les larmes ne sont rien d'autre que la défaite du corps contre le cœur. Elles constituent la preuve que garder un cœur ne sert à rien d'autre qu'à s'affaiblir. »


Ma galerie
Revenir en haut Aller en bas
https://www.facebook.com/Mariews-549408925120096/
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Il est temps que la pluie cesse... ( PV Renji)   Lun 5 Mai 2014 - 23:44


Byakuya ou l'art de mettre des vents aux gens. Renji s'était vu refuser sa proposition de façon nette et sans bavure, et semblait pressé de quitter les lieux, au point d'oublier même le bandeau que son vice-capitaine distingua à terre et ramassa, le mettant dans la poche de son hakama. "Hélas, Taicho." Pensa-t-il dans son esprit. "En ne punissant pas sévèrement vos subordonnés qui vont à l'encontre des règles, vous ouvrez grand la porte à d'autres audaces..."

Alors que le Capitaine s'apprêtait à quitter le terrain (brrrr qu'il était horripilant quand il se repliait de cette manière ! C'était décourageant, exaspérant et ne vous laissait aucune perspective de protestation), Renji haussa le volume de sa voix de façon à se faire entendre de lui, en gardant un ton calme et neutre, tournant juste légèrement la tête pour voir le dos du Capitaine.


- Non, vous n'avez aucun dossier à traiter. Je me suis chargé ces derniers jours des dossiers urgents et je les ai tous terminés. En parallèle avec l'entrainement des autres, de sorte que je n'ai pas favorisé une des tâches pour une autre, comme vous pourriez vous empresser de le signaler. Quant aux dossiers qu'il restait sur votre bureau, figurez-vous que je suis passé dans votre bureau ce matin. Je ne me doutais pas que je vous retrouverais ici, mais j'ai pris des précautions pour vous forcer à sortir de votre antre. Ainsi, j'ai récupéré tous les dossiers et je les ai cachés. J'ai aussi fait en sorte d'intercepter via note de service tout dossier pour qu'il me revienne personnellement, en main propre. De sorte que vous ne trouverez qu'un grand vide là-bas.


Il ne bougeait toujours pas, regardant face à lui et tournant le dos à son supérieur. Tout cela avait un but, et il continua à parler, avec pour seule crainte que Môssieur Kuchiki ne lui mette un second vent grâce à un shunpo. Mais il ne lui en laisserait pas le temps.


- Cela fait déjà trois semaines. Et pendant ces trois semaines, je n'ai croisé qu'un fantôme. Je ne peux pas comprendre ce que vous ressentez, je n'étais pas à votre place. Je me doute juste que vous avez dû souffrir, et qu'il n'est pas évident de revenir indemne de ce genre d'expérience.


Là, Renji quitta son calme apparent (cela ne durait guère longtemps avec lui, ce genre de comportement), et il se retourna vivement vers son Capitaine avec une expression de colère sur le visage.


- Je ne suis pas psy, et ne chercherai pas à le jouer. Cependant, vous aviez réussi, avant tout cela, à vous ouvrir aux gens de votre division et vous avez contribué à établir un climat de confiance et de collaboration en son sein, défiant justement tout ce qu'Aizen a voulu voir effondrer. Notre division représente le ciment nouveau qui doit consolider la Soul Society pour devenir une vraie force, unie et solidaire. comme je l'ai dit, je ne sais pas ce que vous pouvez ressentir, mais merde, réfléchissez à ce que vous faites !


La voix du fukutaicho tremblait. Son corps aussi. De colère, mais pas seulement. Il savait qu'il dépassait une nouvelle fois les bornes. Mais comme d'habitude, c'était pour la bonne cause. Il s'inquiétait pour son Capitaine, et se sentait totalement démuni face à cette distance et ce froid qu'il mettait entre lui et les autres. Si Byakuya continuait comme ça, il allait perdre les gens qui tenaient à lui, et il allait se perdre aussi. Chose que le rouquin n'admettrait pas. Il était le vice-capitaine de Byakuya Kuchiki, et ne baisserait pas les bras tant qu'il ne l'aurait pas secoué un bon coup, quitte à lui donner des gifles... ou en à prendre de sa part.


- En vous renfermant comme vous le faites, vous êtes en train de couper la main à ceux qui vous la tendent ! Vous êtes triste ? C'est probable. Votre honneur a été bafoué ? Encore plus probable ! Vous avez été blessé ? Allez vous faire soigner à la Quatrième, mais ça c'est déjà fait. Vous êtes blessé dans votre cœur, vous avez la rage, contre les arrancars, contre Aizen, contre les autres, contre vous même ? Et bien faites-la sortir une bonne fois pour toute, votre rage ! Et si vous n'y arrivez pas, laissez-moi m'en charger !


Il utilisa un shunpo et se trouva face au fuyard (car oui, il fuyait, fallait arrêter de se voiler la face, Taicho !), caressa la lame de Zabimaru qui s'éclaira d'une lueur rouge. Sauf que Renji décida de pousser le bouchon dès le départ, sautant allégrement les étapes. Dévoilant au passage une technique nouvelle qu'il n'avait pas utilisée lors de leur sérieux duel.


- BANKAI ! Hikotsu Taihō !


Le Serpent à peine déployé dans le nuage de poussière qu'il provoquait à chaque fois ouvrit très vite sa gueule de squelette, se préparant à lancer une boule de Reiatsu d'un rouge aussi vif que les flammes de l'enfer, et ce à à peine trois mètres du Taicho.

Résumé de l'action:
 


Revenir en haut Aller en bas
Kuchiki Byakuya
Roku ban tai Taïcho | Cerisier Blanc
avatar
Messages : 2295
Date d'inscription : 02/07/2011
Âge : 34
DC : D'ongil Takouya

Fiche perso
Niveaux:
79/100  (79/100)
Expérience:
13370/17000  (13370/17000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: Il est temps que la pluie cesse... ( PV Renji)   Mar 6 Mai 2014 - 10:48



Le noble Kuchiki était à deux doigts de disparaître en shunpo, que la voix de Renji vint à le retenir. Dans un premier temps, l'exaspération se glissa en son esprit, avant de se faire nettement remplacé par la surprise. Une stupéfaction qui lui fit un peu écarquiller le regard pendant quelque seconde, puis devenir plus grave... plus froncé. Ainsi son Fukutaicho  avait joué au petit malin avec lui ?.... lui dérobant les dossiers pour qu'il daigne se confronté a leurs hommes.. Parce qu'il était évident que notre Taicho ne se défilait jamais de son devoir. Ce n'était donc point sa raison qui s’effritait, mais bien  le fait de Renji, s'il ne retrouvait plus certains document sur la table. Mais ce constat ne le réjouissait pas pour autant. Comment osait il lui  faire une telle chose, pour l'obliger à faire une chose qu'il ne voulait pas. Sa fierté refusait d'y voir là .. un geste inquiet. Le dos toujours tourné envers son subordonné, Byakuya laissa quand même filtré une voix un peu basse :

J'en perçois enfin la vérité..

Ainsi, il n'avait plus aucune retraite c'est cela ? Un fait qui ne lui plaisait pas plus, alors que oui.. oui il fuyait, parce qu'il se sentait aussi peu efficace qu'un nouveau né. Ce mannequin, il aurait dû le pourfendre du premier coup, comme autrefois. Un adversaire ne reste jamais immobile, alors comment Byakuya espérait il le toucher ? Le pire de tout, c'est que le noble soupçonnait Renji de l'avoir vu faire et cela ajoutait à la rage qui éprenait son être. Pourtant la seule chose qui le maintenait encore un peu là... a ne pas disparaître d'un shunpo et coller un vent monumental à son subordonné, c'est bien ce ton calme qu'il arborait. Une voix qu'il ne lui connaissait pas. Lentement, le noble tourna à demi son profil pour observer la posture de Renji. Ce dernier lui faisait dos, tout comme lui même... Limitait-il ?.. Cela titillait  un peu trop son  orgueil, tandis que son bras droit  lui rapporta le bilan de ces trois semaines. C'était assez étrange d'avoir le point de vu d'une tierce personne sur ce que l'on vit. Un fantôme.. c'est ainsi qu'il le percevait ?... lui.. Kuchiki Byakuya ?.un être invisible. Puis le ton monta, lui indiquant qu'il ne réfléchissait pas assez et ce avec une belle grossièreté pour souligner le tout. Renji lui faisait face à présent,  Mais lui, il détourna lentement son visage pour fixer au devant de lui.

Oui il se renfermait, oui il voulait qu'on lui laisse le temps de vaincre ses démons, mais paradoxalement, Byakuya refusait la moindre aide. Il se refusait d'être un fardeau une seconde fois. Plus jamais il ne vivra cela. C'était tout bonnement impossible, parce que ci cela se faisait alors il périra de sa propre lame. Le noble voulait regagner son honneur, son estime de lui même, mais l'impatience et se qu'il éprouvait l'induisait sans cesse en erreur... sans parler de cette rage qu'il ne parvenait pas à dégager. Il était tellement prit par ses pensées, qu'il manqua de tressaillir en  observant son Fukutaicho pile devant sa personne désormais. Son visage était si animé.. si furieux... Comme lorsqu'ils avaient combattu.. certes.. mais la situation n'était point la même.. là.. il ressentait comme de l’inquiétude en cette posture.  Les traits du noble  se firent progressivement dur et froid.. n'appréciant pas qu'on cherche à le mettre dos au mur et il répliqua sans appel :


 Laisse moi passer

Mais cela, son bras droit n'en fit rien évidemment. C'était même prévisible.. mais pas au point de le voir dégainé Zabimaru, alors que lui, n'avait que les bras le long du corps. Enfin , cette position ne dura guère, car son instinct de combattant s'éveilla prestement en jaugeant la monté de reiatsu de Renji. Sa main droite se porta sur la garde de son arme, avant d'observer de ses deux yeux la libération de son subordonné. Mais non pas le shikai.. le bankai !  Était il devenu fou ?!! Byakuya allait le rappeler durement à l'ordre, quand il sentit une chaleur dangereuse se former dans la gueule de la bête... Ceci était nouveau et assez proche de ce qu'il avait vécu au Hueco Mundo. Sans attendre, le noble tenta un shunpo de dernière seconde,  afin d'éviter cela...Il se retrouva à vingt pas de son assaillant, mais ne sembla pas vouloir contre attaqué. Un peu ébranlé par cette tentative assez brusque sur sa personne. Que cherchait-il à faire au juste ? Lui prendre sa place ?... C'est cela ? Renji voulait lui démontrer à quel point il n'était pas à sa place en ce moment.  Il détourna un peu son regard, comme s'il ne s'en était pas rendu compte lui même. C'est ainsi qu'il le remerciait pourl'avoir défendu auprès du Sotaicho ?... ses hommes se détournaient de lui.. comme ses rêves le lui faisait redouter.  S'extériorisé.. c'était bien un fait que notre Roku Ban Tai Taicho faisait durant son enfance.. mais en ce jour... il avait bien du mal à le faire et il fixa son subordonné :  

Es tu devenu fou ? Laisse moi partir ou il t'en coûtera.

Son souffle  régulier, cherchait à détendre un peu ses muscles, conscient qu'il pourrait subir une seconde attaque... aussi sa main restait toujours placer sur son zanpakuto.. signe qu'il ne se laissera peut être pas surprendre une seconde fois.. mais il manquait tout de même d'agressivité le petit Byakuya.. il n'avait pas même chercher à faire une contre attaque. Tout cela parce que son esprit était bien loin d'être clair et que son cœur était bien trop occuper à lutter avec cette tempête qui le dévorait depuis trois semaines déjà.  

_________________

« Nous ne devons jamais verser de larmes. Les larmes ne sont rien d'autre que la défaite du corps contre le cœur. Elles constituent la preuve que garder un cœur ne sert à rien d'autre qu'à s'affaiblir. »


Ma galerie
Revenir en haut Aller en bas
https://www.facebook.com/Mariews-549408925120096/
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Il est temps que la pluie cesse... ( PV Renji)   Mer 7 Mai 2014 - 12:12




Euh... peut-être que Renji y était allé un peu fort sur le coup. Mais il n'était pas connu pour sa finesse, et l'illustrait bien, une nouvelle fois, en ayant réalisé une prouesse assez harassante. Son passage instantané du repos au Bankai prouvait qu'il avait fait d'immenses progrès lors de ses entrainements, d'abord seul après sa guérison, puis en duo avec Nocturne. Il avait établi aussi une nouvelle stratégie qu'il voulait mettre en place dès que possible, mais qu'il n'avait jamais testé. Ce serait le moment où jamais. Mais le souci de cette future stratégie, de même que le bankai en direct, lui avait déjà pompé pas mal de Reiatsu. Pourtant, il se sentait prêt à tomber à genou, à s'effondrer sur le sol si besoin. Pas question de laisser son Taicho dans cet état. Étrangement, Renji, bien que plutôt énervé (euphémisme), n'était pas fou. Il se sentait serein et sûr de lui. Il voulait vraiment aider son Capitaine, même si pour cela il devait le pousser dans ses retranchements et l'obliger à lui faire du mal. Le Rouquin était endurant, il tiendrait le coup. Et il en rajouta dans l'impertinence.

- Je ne vous laisserais pas partir de toute façon. Ça me coûtera combien ?

Renji savait exactement ce que c'était d'avoir été humilié, de se sentir faible et blessé. Peut-être son épreuve n'avait pas eu la même violence que pour Byakuya. Il n'avait pas été enlevé, torturé. Mais il avait failli mourir de la main d'un arrancar, dont il n'avait aucun souvenir, mis à part qu'il avait attaqué au bankai le fameux Grimmjow et avait été blessé mortellement la seconde d'après. Encore plus rapidement que par Byakuya lui-même. Que ce dernier s'était vanté d'avoir tué le lieutenant devant son Capitaine. Outre cette défaite qui avait terni la fierté du shinigami, lui venait en tête d'autres émotions, dont la rage déjà citée, mais aussi une honte, profonde honte. Celle de ne pas avoir pu protéger ses proches. Celle d'avoir permis l'enlèvement du Capitaine sans avoir pu lever le petit doigt. Celle d'avoir été réduit à l'impuissance tandis que Nocturne s'effondrait après avoir reçu un Cero dans la tête. Celle de ne pas avoir pu défendre Rukia, du début jusqu'à la fin. Celle d'être un faible, un incapable, un inutile. Renji était l'homme le mieux placé pour comprendre les ressentiments de Byakuya, et il savait ce que cela signifiait de garder cela pour soi. C'était destructeur pour soi et pour les autres. Alors tant qu'à faire la psychothérapie du Taicho, autant faire d'une pierre deux coups et faire sortir ce monstre intérieur tant qu'il en était encore temps.    


Puisque le Capitaine ne contre-attaquait pas, autant le provoquer une nouvelle fois. Renji quitta le plancher des vaches pour s'élever juste au dessus de Byakuya. Il savait depuis un moment l'une des faiblesses de son Bankai. Sa lenteur. Comme l'homme en face de lui l'avait déjà souligné, il lui manquait dix ans pour avoir un bankai accompli. Et c'était toujours le cas. Zabimaru demandait beaucoup pour se déplacer en Bankai. C'est pour cela qu'il décida de tromper son monde, en réalisant sa fameuse nouvelle stratégie. Alors qu'il haussa le bras droit par dessus son épaule pour diriger le sabre vers Byakuya, il rétrograda Zabimaru en shikai et gagna alors en vitesse et en effet de surprise. La variation entre les deux niveaux du Zanpakuto envoya un signal douloureux dans le corps de Renji. L'entrainement forcé avait déjà commencé qu'il était déjà exténué. Mais pas question de renoncer.

- Redevenez vous-même, Taicho ! Allez-y, donnez-moi la raclée que je mérite ! Vous n'avez pas peur de moi, quand même ?  

Résumé de l'action:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kuchiki Byakuya
Roku ban tai Taïcho | Cerisier Blanc
avatar
Messages : 2295
Date d'inscription : 02/07/2011
Âge : 34
DC : D'ongil Takouya

Fiche perso
Niveaux:
79/100  (79/100)
Expérience:
13370/17000  (13370/17000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: Il est temps que la pluie cesse... ( PV Renji)   Mer 7 Mai 2014 - 17:46




Se tenant à vingt pas de son subordonné, le noble le contemplait avec une gravité farouche sur le visage. Il commençait à trouver Renji fort agaçant et n’appréciait nullement sa répartie. Il ne voulait pas le laisser partir.... la belle histoire que voilà. Lui, il désirait se retirer et ce n'était pas son Fukutaicho qui allait empêcher cela. C'était ce côté borné qui faisait de Byakuya un adversaire tenace à la base.  Ses jambes s'écartèrent légèrement pour un meilleur appuie.. Signe qu'il prenait cet impératif et cette attaque très au sérieux. Sa main restait resserrer sur la garde de Senbonzakura qui  sentait la tension du combat. Le souffle dégager par le bankai de son subordonné venait à soulever sa chevelure, balayant ses mèches sombres et humide de la pluie sur son front. Le Kosode  semblait un peu lourd  sur ses membres, tandis que l'eau s'égouttait de son habit, venant à offrir une petite flaque d'eau sous ses pieds. Mais qu'importe, sur l'instant, Byakuya braquait toute son attention sur celui qui se prétendait être son bras droit et qui jouait là.. un bien étrange jeu.

Ne me cherches pas...

Ne me cherches pas, avait proféré sa voix aussi atone que glaciale. En son regard se mirait une sombre colère qu'il ne désirait pas déverser sur lui. Mais n'était ce point ce que cherchait justement son Fukutaicho ? Qu'il se déverse enfin sans retenu ? Stupide... et un froncement de sourcil survint à son front humide.  Son souffle plus profond et régulier canalisait ce qui le dévorait, ne désirant qu'une chose.. que Renji lui fiche la paix. Byakuya avait apprit à cacher ses sentiments, à ne jamais se rependre.. si ce n'est montrer sa tristesse que seul dans sa chambre... ou bien .. envers la lune. Mais ces derniers temps, notre chef de clan avait bien du mal à la contempler... à se confier à elle comme par le passé. Sans doute parce qu'elle s'était montrer veule à son égard, alors qu'il se perdait entre les quatre murs gelés de sa prison. Le goût de l'humiliation résidait encore en sa bouche... tout n'était que cendre..Tout cela noircissait de trop son esprit... son étang était aussi troublé et non plus limpide comme il y avait de cela un mois maintenant.

Quoi qu'il en soit, sa phrase était un avertissement majeur de sa part. Si jamais Renji persistait, alors il ne lui fera plus aucun cadeau. D'ailleurs...son subalterne vint à vite trancher la question, car il usa alors d'un shunpo pour venir au dessus de lui. Prestement, Byakuya éleva son visage pour contempler son ascension, et tenta de juger au mieux la distance qui les séparait alors. Il lui était bien difficile de percevoir cela, mais  l'action était fort lente.... trop lente.... comme il l'avait signaler à Renji par le passé. Cependant il ne s'attendit pas du tout à ce que d'un coup le reiatsu menaçant se fit bien moindre pour reprendre la forme du Shikai.. Nanda ??....qu'est ce que c'était que cette nouvelle tactique ? D'un coup  Renji arrivait bien trop rapidement vers lui et le noble n'eut guère que le temps de dégainer enfin son arme pour  placer une main sur la lame, s'assurant alors de pouvoir repousser cette offensive.

Lors que l'acier rencontra son confrère, le noble dû plier un peu plus ses genoux pour amortir le choc et tint alors tête à son subordonné. Le cœur remplit de remontrance à son égard. Son regard anthracite croisa le sien, laissant entrevoir alors une lueur de gravité.. celle là même qu'il possédait quand il combattait. « peur »... il avait dit « peur »....lui ? Iee, il n'avait nullement peur de Renji, depuis quand était il un couard. Son pied droit exerça une forte pousser, afin de l'aider à faire reculer son adversaire et  riposta en venant abattre Senbonzakura non libéré en diagonale descendante, visant le torse.  Cette action était parfaitement exécuté et si jamais Renji faisait une erreur, cela lui coûterait au mieux une belle estafilade.  Byakuya  ne plaisantait aucunement et venait enfin de rentré dans le jeu..où peut être pas encore pleinement... Sa voix se fit alors entendre, réprimandant celui qui osait le défier de la sorte et surtout.. se moquer de lui.


Impertinent..  

La tension était palpable et le reiatsu du noble Roku Ban Tai Taicho s'était élevée progressivement.. annonçant la tempête qui régnait en son être. Pourtant... après cette attaque destiner à faire comprendre à Renji qu'il ne fallait point le chercher. Byakuya ne tenta pas de tourner les talon pour repartir comme il l'avait décidé. Non, parce que sa fierté l'en empêchait tout bonnement. Pas après ce que venait de dire son subordonné. Ce dernier paraissait déçu de son comportement, autant que lui même l'était. Et le pire de tout c'est que c'était ce qu'il voulait pas dessus tout éviter. Chaque nuit il rêvait de se détournement.. qu'on ne le considère plus comme un être capable de tenir son poste... Ses mâchoires se intéressèrent un peu sous la tension, conscient que sa vue pourrait l'amener à faire une erreur, quand bien même Renji ne possédait pas encore assez d'aisance au combat pour le vaincre. Il ne pouvait nier cela....Mais quoi qu'il en soit, Byakuya était décider à lui faire ravaler sa langue pour enfin partir d'ici et qu'on lui lâche un peu la grappe si l'on peut dire.. La mauvaise foi prédominait un peu en son sale caractère.  


Citation :
action  
Blocage de l'attaque
Contre attaque avec un coup en diagonale descendante sur le torse

_________________

« Nous ne devons jamais verser de larmes. Les larmes ne sont rien d'autre que la défaite du corps contre le cœur. Elles constituent la preuve que garder un cœur ne sert à rien d'autre qu'à s'affaiblir. »


Ma galerie
Revenir en haut Aller en bas
https://www.facebook.com/Mariews-549408925120096/
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Il est temps que la pluie cesse... ( PV Renji)   Jeu 8 Mai 2014 - 0:56


Renji savait que lentement, mais sûrement, il gagnait des points. Il distinguait des nuances légères, certes, mais qui avaient leur importance. Il était passé de sa distance habituelle à un ton glacial ; il invectivait avec retenue son lieutenant, à sa manière bien à lui, mais représentative du fait que le rouquin avait capté son attention. Sans parler de ses yeux. Les yeux du Capitaine, différents, qui prouvaient que la colère n'était pas loin, mais qu'il refusait encore de l'exprimer. Mieux encore, enfin il se décidait à participer à son entrainement organisé à son insu. Courage, cela venait tout doucement. Il ne devait pas s'arrêter en si bon chemin, il tenait le bon bout. Bientôt Kuchiki Byakuya viendrait à craquer, et il verrait à quel point il était vital de craquer de temps en temps.

Zabimaru frappa Senbonzakura sans se poser de questions, obligeant le noble à se rétracter pour ne pas prendre le choc de plein fouet. Belle réplique, prouvant que le Capitaine n'avait pas perdu ses réflexes. Renji se demandait s'il faisait bien de faire ce qu'il faisait ; pas concernant les problèmes de conscience de Byakuya, mais plutôt ses soucis de santé. En pleine possession de ses moyens, le taicho écraserait Renji, il ne fallait pas en doute. Par contre, dans l'état actuel des choses, était-ce une bonne idée de s'attaquer à quelqu'un comme il le faisait ? Renji se secoua intérieurement, se disant qu'il devait extirper ce type de pensée de son esprit. Évoquer cette idée revenait à prendre Byakuya en pitié, et non pas le considérer comme il était vraiment. Cela allait même à l'inverse de ce qu'il essayait de faire. Ce n'était pas ainsi qu'il allait l'aider. Et voila qui encouragea le fukutaicho, dont les scrupules toujours présents avaient perdu un peu de leur importance, à continuer ses incursions offensives.

A condition qu'on lui en laissa l'opportunité. Ce que Byakuya ne fit pas, au grand bonheur de Renji, content d'avoir réussi à obtenir une réaction digne de son Capitaine. D'accord, il aurait préféré autre chose, son shikai par exemple. Il ne fallait pas se montrer trop gourmand d'un coup... Il constatait déjà de fameux progrès ; il devait donc maintenir la pression. Dès qu'il en aurait l'occasion, puisqu'il devait abaisser Zabimaru devant lui pour éviter de voir son torse tatoué avoir une belle marque supplémentaire tâchée de rouge. Woa, elle n'était pas passée loin, celle-là ! Le Capitaine reprenait du poil de la bête. C'était bien, très bien. Mais pas assez. Tant qu'il n'avait pas obtenu autre chose de son supérieur, le rouquin continuerait à être aussi pénible que la mouche du Cocher.
Malgré son avertissement, le noble chef de clan demeurait prêt, sans se défiler, ayant décidé de combattre vraiment son subalterne alors que cette perspective l'indifférait quelques minutes auparavant. Renji avait capté son attention ; il devait continuer dans ce sens, et faire le contraire de ce que lui déconseillaient les yeux aussi froids que le zéro absolu : ne pas le chercher. Mais ce ne serait pas aussi simple.



- Bien essayé, mais je suis comme la mauvaise herbe, je repousse tout le temps. Sortez la tondeuse, Taicho. CE n'est pas avec un zanpakuto au repos que vous allez me désherber !



Il repoussa de toutes ses forces la lame unique de Senbonzakura et s'éloigna un peu pour prendre un peu de recul et réfléchir à sa prochaine intervention. Il devait pousser Byakuya Kuchiki à bout, et pour ça, utiliser des méthodes plutôt sèches dont il n'avait pas l'habitude d'user d'ordinaire. Renji était un guerrier, pas un sadique. Faire du mal n'était pas son objectif, c'était plutôt le contraire. Il voulait désarçonner Byakuya, pas le blesser.  Provoquer son Taicho était une chose, mais jusqu'à quel point pouvait-il se le permettre ?  

Il eut une petite idée pour le surprendre à nouveau. Le shinigami s'avança vers son partenaire d'entrainement volontaire malgré lui et sortit quelque chose de sa poche. Zabimaru tournait en mode shikai autour de Renji, comme un bouclier pour prévenir les coups. Tandis qu'il se protégeait de cette manière, sans parler, il fit sauter l'objet en question dans sa main libre, ostensiblement, pour que la vue fatiguée de Byakuya puisse faire le point sur ce que son fukutaicho avait ramassé par terre tantôt. Son bandeau. Le Capitaine l'avait négligemment laissé à terre (super pour récupérer une saloperie qui viendrait se loger dans l’œil ; c'était de dépit qu'il l'avait laissé tomber, ou était-ce involontaire ?). Le sulfureux lieutenant attendit que le message était bien passé chez son adversaire ; et ce fut lorsqu'il en fut persuadé qu'il passa à l'étape suivante. Un Shunpo lui permettant de se rapprocher du Capitaine.... Et un coup de poignet permettant à Zabimaru de se déplier dans toute sa longueur, pour venir tenir bien chaud au Capitaine, en fort mauvaise posture puisque contenu par la lame-fouet du babouin-serpent. Et tandis que le brun avait vue sur son bras-droit, ce dernier en profita pour recommencer son jeu de jonglage avec l'objet ophtalmologique.

Résumé de l'action:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kuchiki Byakuya
Roku ban tai Taïcho | Cerisier Blanc
avatar
Messages : 2295
Date d'inscription : 02/07/2011
Âge : 34
DC : D'ongil Takouya

Fiche perso
Niveaux:
79/100  (79/100)
Expérience:
13370/17000  (13370/17000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: Il est temps que la pluie cesse... ( PV Renji)   Jeu 8 Mai 2014 - 13:06




A nouveau  les lames se rencontrèrent bien que Byakuya restait obstinément en mode scellé. C'était comme s'il ne voulait point donner raison à son adversaire... face à face, leur visages se confrontaient. L'un offrait un regard d'acier froid et attentif, quand le second se faisait moqueur et provocateur. Les lames crissaient l'une contre l'autre, alors que le noble n'exerçait pas même une glissade en arrière, bien campé sur ses pieds, malgré l'humidité du terrain. Sa prise était ferme sur la garde de son zanpakuto, son bras gauche encore bandé tremblant sous l'effort. Mais une autre bataille se jouait en sourdine.  Le Roku Ban Tai Taicho luttait véritablement contre cette rage qui le possédait. S'en était presque douloureux alors que sa mauvaise foi voulait lui faire comprendre que Renji cherchait à  prendre sa place.. tandis que sa raison lui criait qu'il ne voulait qu'une chose.. le libérer. Soudain, son Fukutaicho le repoussa alors avec plus de puissance,  non sans lui révéler qu'il fallait plus que cela pour le vaincre. Cela allait bien trop loin pour Byakuya. Se contenir plus longtemps alors que tout  ce qui était depuis trois semaines, enfouit en lui bouillonnait.

Sous ce léger déséquilibre, le noble recula d'un pas. Ses cheveux humide cachaient en parti son œil droit qui commençait à se faire douloureux a cause de l'absence du bandeau.  Le noble Kuchiki pouvait se permettre de le retirer de temps en temps, mais pas aussi longtemps. Soudain Pourtant, il n'y prêtait pas attention, s'apprêtant alors à user de son shikai contre l'impudent. Il voulait le pousser à bout ? Qu'à cela ne tienne, Byakuya ne voulait plus se retenir et  répliqua d'une voix ferme :


Laisse moi te raccourcir à la nuque en ce cas....

parole froide sous un ton très peu élevé, annonçant rien de bon pour son Fukutaicho. Mais ce dernier ne semblait pas se démonter, au contraire il poussa le vice  en lui présentant devant lui son bandeau qu'il avait délaisser au sol. Un froncement de sourcil survint alors à son front, constatant qu'il s'amusait bien de trop à lui rappeler son était temporaire.. et d'un mouvement, Byakuya allait ramener sa lame vers son visage comme pour libérer enfin son Zanpakuto.  Profitant de cela, Renji  joua le fourbe en  venant alors l'enlacer de sa propre lame, comme pour l’empêcher de se mouvoir. Il faut croire qu'il avait apprit à parer son manquement d’application concernant le Kido..   Prit au dépourvu, par ce coup pendable.Sa vue ayant un  angle mort certain a cause de sa convalescence, notre capitaine n'avait rien vu venir.. et alors que l'étau  se refermait sur sa personne, ses bras se retrouvèrent comme coller contre ses flancs. S'il avait délaisser ce bandeau, c'était bien par dépit...par volonté de vaincre cette difficulté.

Sa main droite pressait sa garde, alors qu'une rage folle grondait ne lui même.. Son reiatsu augmenta en flèche, se faisant pesant pour Renji. Ses muscles se tendirent comme voulant résister à cette oppression constante autour de ses membres, alors que cela lui rappelait que trop les chaînes odieuses qu'on lui avait infligé.. Humiliation.....Ses paupières se voilèrent alors quelques seconde affichant une blessure nette..... un dégoût.. non pas envers Renji.. iee. Envers lui même...Ces entraves étaient insupportables. Byakuya inspira longuement pour tenter de se contenir.. de ne pas céder à ce qui l'assaillait mentalement  et lorsqu'il dévoila son regard ce fut pour cracher plus que crier :


Ne crois pas me mettre à terre de la sorte !

Sa fierté venait d'en prendre un sérieux coup, mais cela avait eut le don de le réveiller, de ne plus se considérer comme faible. Son Fukutaicho venait tout bonnement de raviver ce sentiment d'arrogance qui faisait de Byakuya ce qu'il avait toujours été. Cette puissance  que l'on redoutait. Pas une seconde il ne lâcha du regard son adversaire, le déviant... lui dévoilant toute la tempête qui régnait en lui..

Il est temps que tu comprennes à nouveau...ta place. Aizenj ne m'a pas rendu aussi faible que tu le penses.

Mais en vérité.. il parlait sans doute de lui même... c'était à lui de recouvrer sa place en tant que leader.. en son estime... envers ses hommes. Le noble Roku Ban Tai taicho se rebellait enfin contre ce qui le retenait.. et alors, sa pression sur son arme se relâcha, laissant la lame choir vers le sol de pierre, humide d'eau.. C'est là que la voix de Byakuya se fit alors des plus autoritaire.... et atone.. :

Bankai...Senbonzakura Kageyoshi

Le ciel se fit encore plus sombre qu'il ne l'était, laissant alors un souffle naître du sol, balayant la chevelure humide du noble.. collant ses habit trempé contre son corps bien moins maigre qu'il y avait trois semaines déjà. Des lames immenses quittèrent le sol, s'élevant vers les cieux avant de se rependre en de multiples pétales de cerisier, alors que d'une main habile... Un spectacle que Renji avait déjà vu par le passé... cependant la situation n'était point la même.  Le mouvement des lames semblait aussi tumultueux que tout ce qui se trouvait en Byakuya. Il relâchait absolument tout, quitte à oublier qu'il n'était encore que convalescent. Mais qu'importe, il ne voulait plus se retenir et ses lames chargèrent son Fukutaicho, comme pour lui rendre la monnaie de sa pièce.. exprimant simplement la rage qui le tenait depuis longtemps. Contre.. Aizen.. contre ces espadas qui avaient oser le piétiner. Ces cauchemars incessant !!!  L'entrave autour de lui se faisait bien moindre sous la puissance que dégageait notre Roku Ban Tai Taicho.

Pour finir il  parvint à en réchapper  d'un shunpo vers le haut.. rappelant au dernier moment ses lames pour en faire une seule et même acier.. et chargea à toute vitesse Renji  élevant son bras pour le frapper de haut en bas...


Jamais plus un genou à terre.

_________________

« Nous ne devons jamais verser de larmes. Les larmes ne sont rien d'autre que la défaite du corps contre le cœur. Elles constituent la preuve que garder un cœur ne sert à rien d'autre qu'à s'affaiblir. »


Ma galerie
Revenir en haut Aller en bas
https://www.facebook.com/Mariews-549408925120096/
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Il est temps que la pluie cesse... ( PV Renji)   Jeu 8 Mai 2014 - 16:05


Renji avait réussi, enfin, à mettre Byakuya en colère. Il arrivait au but qu'il s'était fixé, et devait continuer. Il tenait bon l'emprise qu'il avait sur son Zanpakuto et contenir au maximum son Capitaine pour qu'il ne doive lutter au maximum pour se libérer. Il savait le risque qu'il prenait avec une telle méthode ; il savait aussi qu'il remuait les souvenirs pénibles du Capitaine. C'était lui qui avait trouvé son corps allongé dans le sable avec Hiro, et il savait que Byakuya avait été entravé. Cela déplaisait fortement au fukutaicho de devoir ainsi remuer le couteau dans la plaie ; il se méprisait même pour ce qu'il venait de faire. Mais autrement, il n'obligerait pas le brun à affronter ses démons. Ce dernier commençait à reprendre du poil de la bête. Il devenait agressif, offensif, il répliquait avec plus de ténacité. Nettement plus de ténacité... Trop de ténacité. Le reiatsu s'amplifia à un niveau assez important, signe qu'il allait passer très vite à la vitesse supérieure.

Le fukutaicho s'en inquiéta pour la santé du Capitaine, mais aussi pour sa propre intégrité physique. Il avait attaqué en fanfare, avait déjà bien attaqué en jouant sur le passage shikai et bankai, et sentait ses réserves d'énergie bien entamées. Il n'avait pas le droit de flancher, pas maintenant. Il tenait bon avec Zabimaru, il se concentrait pour ne pas se laisser avoir. Vu l'état du Capitaine, il se laisserait avoir s'il ne se montrerait pas prudent. Vu à quel point il avait chauffé Byakuya, la moindre erreur serait fatale pour le troublion. Les yeux de Renji croisèrent ceux du Kuchiki. Il y avait quelque chose de terrifiant dans ces yeux. Ça allait barder pour son matricule sous peu, il le sentait. Mais il résisterait. Il avait déjà pris Senbonzakura en pleine poire et il avait survécu ! De la sueur coulait sur son front, mêlée à l'eau de pluie qui avait imprégné ses cheveux.


- Je ne vous ai jamais pensé faible, Taicho. Ni avant, ni maintenant.


Renji vit alors ce qu'il redoutait, mais qu'il assumait, puisqu'il avait tout fait pour en arriver là. Byakuya avait lâché son Bankai. Tout serait bientôt fini, alors le vice-capitaine se mit à sourire légèrement, toujours aussi étonnement calme et excité à la fois. Il était prêt à affronter la suite, la tête haute.
Le ciel s'assombrit, comme la première fois où le rouquin avait découvert le Bankai de son capitaine. Le spectacle était toujours aussi beau et terrifiant. Un vent se leva, dégagé par la puissance des lames géantes qui allaient bientôt se disperser en million de lames ayant la couleur et l'apparence de pétales de cerisier, mais nettement moins agréable que de simples pétales de fleurs. C'était pire que la première fois, car le noble ne se contenait pas. Le roux voyait tout cela arriver vers lui à grande vitesse, il relâcha immédiatement Zabimaru et Byakuya par la même occasion et devant l'éminence du danger, il appela à lui son bankai. Mais le Capitaine avait déjà profité de la déconcentration de son vice-Capitaine sur sa personne pour sortir de l'étreinte d'un shunpo. Et le temps que le sabre-fouet ne devienne un serpent en squelette géant, son capitaine, tellement plus rapide que lui, avait déjà récupéré tous les pétales dans un seul sabre et lui asséna un coup descendant. Sous la violence du coup, le sang du shinigami arrosa la main de son adversaire, leurs deux uniformes noirs et blancs ainsi que les alentours. Renji grimaça mais se mordit les lèvres pour ne pas crier. Il n'avait pas terminé.
Fatigué, blessé, mais toujours déterminé, il s'avança vers le Capitaine. Sa vue était troublée, il avait du sang sur les yeux. Il lâcha Zabimaru à terre, ses mains, ses jambes tremblaient trop sous son poids pour qu'il puisse le conserver à bout de bras. Désarmé, peu gaillard, vulnérable, le jeune homme (pour un shinigami en tout cas, l'âge est relatif) s'approcha de son Capitaine, releva son coude vers l'arrière pour prendre de l'élan et le cogna d'un direct du droit.


- Vous n'avez pas le droit de nous abandonner. Vous n'avez pas le droit de vous croire faible !


Il donna un second coup de poing. Du gauche cette fois-ci.


- Vous n'avez pas le droit de vous laisser abattre ! De vous perdre comme vous le faites !  Je suis votre fukutaicho et je resterais à vos côtés ! De même que Nocturne est votre dévouée San Seki ! On est une équipe ! Vous pensez que je fais quoi depuis tout à l'heure ? Que je veux prendre votre place ? Moi ???? Il n'y a qu'un seul et unique Capitaine à la Sixième Division ! Vous êtes notre Capitaine !!! Vous m'entendez !!!! NOTRE CAPITAINE !  


Il avait déjà vécu une scène analogue, lors de son second duel contre Ichigo. Il sentit ses forces l'abandonner et saisit le kimono de son Capitaine aux revers, s'y agrippant avec toujours cette même colère, mais aussi une sorte de peur rare chez un homme comme lui.  Et plus rare encore, de la tristesse. Pourtant, il n'hésita pas à plonger son regard de braise dans celui frigorifique du Taicho pour terminer de dire tout ce qu'il avait à dire.


- Je ne sais pas ce qu'ils vous ont fait croire là-bas. Ce que vous pensez. Ce dont vous cauchemardez la nuit. Moi aussi, j'en ai, des cauchemars, depuis la bataille où j'ai bien failli mourir et dont en plus je n'ai aucun souvenir. Je ne sais même pas ce que j'ai fait contre ce Grimmjow, mais par contre, chaque nuit, j'ai vécu l'horreur. Je voyais derrière un filtre tous les gens auxquels je tiens tomber les uns après les autres... Rukia... Nocturne... Ichigo... Izuru... Momo... Shuuhei... Vous ! Et moi, j'étais coincé et je ne pouvais rien faire... Rien ! Je frappais contre cette paroi, je voyais tout, j'étais bloqué comme un con à hurler tandis que vous vous écroulez ! Et vous savez ce qui m'a redonné espoir après chaque réveil ? Nocturne, pendant que j'étais avec elle chez Urahara. Ichigo et Rukia, qui sont arrivés à l'Hueco Mundo ! Les renforts envoyés par la Soul Society ! Et l'espoir de vous retrouver, vous, vivant, mon Capitaine. Pas un fantôme de vous. Vous !


N'y tenant plus, il lâcha ses mains et son corps glissa brusquement sur le sol. Il avait beaucoup de mal à respirer. Sa blessure lui faisait mal, il n'avait plus d'énergie d'aucune sorte.


- Effectivement, Taicho. Plus un genou à terre en ce qui vous concerne. C'est à moi de m'agenouiller. Redevenez vous-même, Byakuya. Ne les laissez pas gagner... S'il vous plait...

HRPG:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kuchiki Byakuya
Roku ban tai Taïcho | Cerisier Blanc
avatar
Messages : 2295
Date d'inscription : 02/07/2011
Âge : 34
DC : D'ongil Takouya

Fiche perso
Niveaux:
79/100  (79/100)
Expérience:
13370/17000  (13370/17000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: Il est temps que la pluie cesse... ( PV Renji)   Jeu 8 Mai 2014 - 19:06




Inéluctablement sa lame s'abaissait sur Renji qui avait sans aucun doute trop présumé de ses forces. Mais qui pourrait le blâmer en sachant pourquoi il avait agit ainsi ?  Le sang gicla, venant couvrir le tekkou blanc qui ornait sa main armée. Une goutte vint même  entacher alors sa joue,l'amenant à réaliser son geste. En temps normal son Fukutaicho aurait pu parer cela, du moins avec le plein d'énergie sans aucun doute. Le regard du noble se fit plus intense devant se constant, affichant alors un air à la fois furieux et surprit... Stupéfaction qui ne dura que quelque seconde avant  qu'un coup de poing ne l'atteigne  en pleine face, l'amenant à exercer un mouvement de recule, tandis que l’hémoglobine apparut de ses narines. Byakuya un peu hébété par un coup aussi peu orthodoxe, tanta de recouvrer son équilibre, abaissant alors Senbonzakura.  Renji venait tout simplement de le boxer tout en lui rappelant qu'il n'avait point le droit de les abandonner, ni même de se prétendre faible.  

Un autre coup survint, l'amenant cette fois à se mordre la lèvres inférieur involontairement, le sang glissant le long de son menton.  Cet homme avait la force d'un tigre malgré sa plaie, mais cela comment le noble Roku Ban Tai Taicho pouvait en douter depuis le temps. Cette fois, son corps n'avait pas tellement bouger sous le coup porté. Seul son visage  était pencher sur la gauche..son regard glaciale sembla fixer quelque chose qui n'existait pas, alors que sa main droite resserrait un peu son étreinte sur son arme. Mais il n'en fit rien.. pas la moindre réplique ne paraissait venir de sa personne. Une poigne de fer se resserra alors sur son col, l'amenant à braquer son œil sur les pupilles  déterminées de son subordonné, l'autre étant cacher par ses cheveux sombre et humide. Un long frisson l’épris.. non pas d’effrois.. non mais sans doute à cause de l'humidité ambiante. Depuis l'aube il s'était entraîner ici et le fait d'avoir lâcher toute sa fureur avait alors grignoté son énergie.

Cependant, au lieu de repousser son assaillant, le noble écoutait... laissant sa raison comprendre ce que voulait lui dire Renji. Et ce qu'il entendait passa outre tout ses cauchemars et ce qu'il avait vécu, martelant alors combien il s'était montré bien trop dur avec lui même. Ses hommes s’inquiétaient pour lui et ne quémandait qu'une chose.. que leur capitaine leur soit rendu. Son regard se perdait sur ce visage animé par la passion. Un visage qui auparavant le détestait et ne visait qu'une chose.. récupérer Rukia. Les choses avaient belles et bien évolués. Cet homme... était ce que le noble aspirait le plus en matière de coopération.. une équipe solide... un respect mutuel.. et cette force de cohésion. C'était pour cela qu'il était lui même aller affronter le Sotaicho. Pour cet état d'esprit. Alors, lentement, les muscles de notre capitaine se détendirent, tout comme son reiatsu se fit nettement moins menaçant. Son zanpakuto retourna en forme scellé, tandis que le souffle du noble se fit bien plus court.

Le contre coup fut un peu rude pour cette première tentative de pleine puissance après trois semaines de rétablissement. Il n'y avait plus cette force polaire en son regard anthracite, mais cette lueur insondable et calme.. peut être un brin de tristesse, tandis que son Fukutaocho relâchait de lui même son emprise pour se laisser glisser au sol., lui faisant presque perdre contenance lui même, tellement la faiblesse le prit par surprise en se ressentant libre de tout mouvement. Cependant il parvint à garder son équilibre, alors que Renji persistait à lui dire qu'il ne devait pas les laisser gagner.. Ainsi.. sa plus grande peur était de le voir disparaître ?... être définitivement vaincu ?  Le silence se fit entre eux, laissant chacun d'eux reprendre un peu son souffle. Ses paupières se voilèrent laissant apparaître au fond de son esprit Nocturne.. penché sur lui.... en pleine nuit..ses paroles résonnant encore en sa tête. Élevant alors son visage las mais bien moins torturé, ses lèvres murmurèrent :  


Soyez plus fort...

Tout deux le poussaient en définitive, alors que le noble pensait ne pas les mériter. Quel imbécile il avait été. Un sourire en coin survint alors à ses trait.. éphémère bien sûr Ses yeux se perdaient dans ce ciel gris.. tandis que la pluie tombait à nouveau mais doucement.....

Ce Grimmjaw m'avait certifié  ta mort. Mais je n'ai jamais ajouter foi à cela, car je te sais bien plus solide qu'il ne le pense. Je n'ai pas eu tord en cela. Ils ont su blessé ma chaire, mais je ne leurs ai jamais fourni le moindre plaisir d'un simple son de ma part..Le temps n'avait plus d'importance puisque tout n'était que nuit et froideur. J'étais prêt à mourir de ma lame s'il le fallait. Mais je me refusais à me laisser aller,de rendre les armes devant ce traître. Il m'a ignoré, pas même interroger, comme si je n'étais absolument rien... me refusant même ma propre lame pour mourir avec honneur.

Il fit une courte pause et abaissa alors son regard vers Renji qui se tenait toujours à genoux devant lui.. le torse tâché de rouge.  

Je me dois d'être plus fort pour daigner avoir toute son intention lorsque je le remettrais à la justice de notre monde en main propre. Et pour cela je n'ai pas le droit d'avoir un bras droit qui regarde vers le bas.

Et aussi étrangement que cela puisse paraître, il tendit son bras encore cerné de bandage envers son subordonné, alors qu'en repensant à ses cauchemars ;.. c'est l'image de Nocturne qui s'imposa.. l'amenant à se rappeler cet effleurement... qui le fit alors rougir légèrement.  


_________________

« Nous ne devons jamais verser de larmes. Les larmes ne sont rien d'autre que la défaite du corps contre le cœur. Elles constituent la preuve que garder un cœur ne sert à rien d'autre qu'à s'affaiblir. »


Ma galerie
Revenir en haut Aller en bas
https://www.facebook.com/Mariews-549408925120096/
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Il est temps que la pluie cesse... ( PV Renji)   Dim 11 Mai 2014 - 13:17

L'ennemi n'avait reculé devant aucune bassesse pour briser Byakuya Kuchiki. Le fameux Grimmjow avait même été jusqu'à citer la mort de Renji pour déstabiliser le Capitaine. Encore fallait-il que cela puisse réellement atteindre. Byakuya aurait-il été touché par la mort de son vice-capitaine ? Il était si difficile de savoir ce qu'il pensait des autres... Les propos que lui tenaient son supérieur le rassurèrent toutefois sur ce point. Tout comme il eut confirmation (mais cette confirmation fut bien nécessaire) que le Capitaine avait tenu bon face à ses tortionnaires, et ce malgré les tentatives des arrancars.

La première chose qui fit tiquer Renji fut d'apprendre qu'il était prêt à se suicider au cas où. Byakuya en parlait sur le même ton que le reste, mais son vis-à-vis le prit en pleine face. Se rendait-il compte de la portée de ces termes ? Le fait d'être un soldat, gradé de surcroit, entraînait la personne à s'oublier soi au profit de la protection des autres. De sorte que pour éviter de tomber aux mains de l'ennemi, il était envisageable, sans sommation, de mettre fin à ses jours. C'était un phénomène fréquent, et les armes dont on disposait étaient souvent rudimentaires, pour peu qu'on vous les laisse entre les mains. Ou de s'infliger soi-même, avec les moyens physiques, encore plus douloureux. Mais le plus dur dans l'affaire, ce n'était pas les moyens que la violence faite à soi-même psychologiquement. Savoir qu'il fallait dire adieu à toute votre existence, qu'on ne pourra plus voir ses proches, et qu'on leur infligeait la souffrance du deuil. Le shinigami se sentit un peu honteux d'avoir eu à secouer son Capitaine après ce qu'il avait subi, mais c'était pour son bien, et tant pis sur le moment, il se reconstruirait après. Cependant, il garderait à l'esprit cette phrase terrible qui résonnait dans sa tête :"j'étais prêt à mourir de ma lame s'il le fallait" ; "Me refusant même ma propre lame pour mourir avec honneur". Renji lui-même serait-il capable, dans la même situation, d'en venir à l'idée de cette extrémité ? Il espéra ne jamais en arriver là.

La seconde chose qui l'interpella était l'incompréhension face à cet enlèvement. Si Aizen n'était pas venu le voir, le faire parler... Dans quel intérêt ? Jouer avec les nerfs de la Soul Society ? MEttre à mal cette institution séculaire ? Donner un jouet à ses arrancars ? Faire une diversion pour préparer une autre action en secret ? Au moins, lorsqu'on est kidnappé, on se dit qu'on est là pour une raison, et même si c'est difficile à entendre, vous trouvez une légitimité dans l'acte, qui vous rend important. Rançon, informations... Mais là ? Pas étonnant que l'égo et l'honneur de Byakuya aient été à ce point blessés : il avait été emprisonné sans raison, pour la galerie, pour amuser, pour le simple désir de l'humilier ? Le poing droit de Renji se ferma de colère, et malgré sa fatigue frappa sur le sol. Celui qui méritait un punch dans sa face, ce n'était pas son Capitaine, mais bien Aizen. Et s'il en avait l'opportunité, le rouquin lui en enverrait droit dans les yeux, histoire qu'il aie à porter de vraies lunettes, cette fois.
Il répondit d'une voix grave, toujours encombrée par de fortes émotions, mais pourtant calme malgré quelques trémolos.


- Je suis navré d'apprendre ça.


Cette journée commençait décidément de façon bien étrange, comme si le climat y était déréglé. D'une ambiance glaciale à volcanique, d'une sourde fureur à la rage explosive. De la distance et la fuite à la main tendue. Renji aperçut juste dans son champ de vision rougi une main rougie de son propre sang. Ébahi, le jeune homme leva les yeux vers le visage de Byakuya - il rêvait où ce dernier avait souri ? - et resta immobile pendant quelques secondes.


- Woaa... Je ne pensais pas que mon laïus avait été si efficace.


N'empêche, il était transformé, le petit Bya, lorsqu'il souriait. Pourquoi ne le faisait-il pas plus souvent ? Euh... il ne venait pas de rougir aussi, là ? Peut-être que Renji devait aller voir Izuru pour lui remonter le moral. La carrière d'Abarai, psychothérapeute, commençait à ce jour ! (Attention, ce traitement peut provoquer des effets secondaires : hématomes, fractures, vertiges, etc. N'est pas remboursé par la Sécurité du Sereitei).

Il tendit sa propre main sans réfléchir et prit celle de son Capitaine. C'était la première fois qu'il avait un contact physique réel hors combat avec lui. En général, lorsqu'ils échangeaient les dossiers, ils ne s’effleuraient jamais. Cela aurait pu être anodin, de saisir cette main. Mais pour Renji, cela n'était pas commun. Déjà, Byakuya était un être de chair (ce dont on venait des fois à douter quand il se montrait froid et directif). Ce geste le rendait plus... Humain. Le second sens qu'y mettait le fukutaicho était que son Supérieur, de sang bleu, acceptait de toucher un manant. Si on lui avait dit, quelques mois auparavant, que cette scène aurait lieu, Renji se serait mis à rire à gorge déployée. Là, il restait déstabilisé, mais finit enfin par la prendre et la serrer pour se relever assez maladroitement.
Il grimaça et porta instinctivement la paume de sa main sur sa blessure, restant plié sur l'avant sous l'effet de la douleur.


- Vous n'y êtes pas allé de main morte. Remarquez, je n'en attendais pas moins de vous. Et je l'ai bien cherché. Et encore, je suis étonné de ne pas être en plus piteux état, vu votre réaction. Je peux m'avouer bien chanceux. Où est Zabimaru ? Ah, oui, juste là.


Il avait sorti la phrase à haute voix, sans même s'en rendre compte. Il distingua son arme-sœur qui l'attendait par terre, fit quelques pas pénibles vers lui et le regarda dans cette position couchée au sol.


- Je suis bien content de vous revoir, Taicho. Sinon, je crois que j'aurais perdu une partie de moi-même, si vous n'étiez plus là afin que je vous dépasse un jour.
 

Il tenta de se pencher, mais n'y parvint pas. "Tant pis, Zab', tu vas rester encore un peu à terre. Voyant un peu le sang qu'il avait laissé sur ces deux mètres qui le séparaient du Capitaine, il se dit qu'il fallait faire quelque chose, risquant de contrarier la Quatrième Division. Il retira sa veste de kimono, la déchira d'un geste brusque et se fit un pansement de fortune avec le tissu noir. Tout en essayant de rester debout malgré des jambes de plus en plus flageolantes, il refit face à son Capitaine en hésitant d'abord à poser une question qui le taraudait depuis ce funeste jour.


 - Taicho... Est-ce que vous pourriez me décrire ce ... Grimmjow ? Physiquement et ... Autrement ? Et les autres arrancars ?  

Revenir en haut Aller en bas
Kuchiki Byakuya
Roku ban tai Taïcho | Cerisier Blanc
avatar
Messages : 2295
Date d'inscription : 02/07/2011
Âge : 34
DC : D'ongil Takouya

Fiche perso
Niveaux:
79/100  (79/100)
Expérience:
13370/17000  (13370/17000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: Il est temps que la pluie cesse... ( PV Renji)   Dim 11 Mai 2014 - 17:11




Le rougissement était encore bien présent sur ses joue, alors que la faible pluie accentuait le souvenir en son esprit. Son souffle contre le sien, alors que la nuit tâchait de les calfeutré, la texture de ses lèvres sur les siennes..cette senteur de rose qui le troublait. En ce songe passé, Byakuya semblait loin de percevoir les pensées de son Fukutaicho... qui frémissait à l'idée que l'on pouvait avoir à se supprimer soit même. Mais c'était là, la voie du Samouraî. Mourir de la lame de l'ennemi était une mort très honorable, ou mourir de son propre sabre pour lavé un honneur de toute souillure. Un acte que notre Roku Ban Tai Taicho était en effet prêt à faire. Son secret le plus appuyé sur le sujet, c'est qu'il y avait songé, alors qu'il s'était retrouver seul au sein de la Quatrième. Mais cette idée fut vite rejetée en définitive et ce grâce à ses hommes....grâce à Rukia.. et tant de raison. Son heure ne pouvait point être venu aussi tôt. Il avait une revanche à prendre, un homme à traîner en justice...  A devenir un bien meilleur frère qu'il ne l'avait été pour sa cadette et...cette.. femme.. qui le poussait progressivement à voir comme une page à tourner.. mais Byakuya redoutait cela. Une peur un peu sourde jusque là, qu'il n'avait pas encore remarqué à cause de cet état un peu fantôme... Renji avait rompu quelque chose ne lui.. un bouchon qui entravait tout ce ressentit. Maintenant, il se sentait véritablement léger.. bien qu'essoufflé et à bout de force.

Sa main se retrouva alors saisit par une poigne plus ferme, rappelant au Taicho qu'il n'était pas seul. Son regard se reporta sur Renji qui semblait décider à se redresser, tandis que sa rougeur disparaissait totalement. Il ferait beau voir qu'il se donne en tel spectacle. A dire vrai... Byakuya n'avait pas même entendu les premiers mots de son subordonné.. juste ce ton un peu chargé en émotion, alors que lui.. gardait le silence. Le sang coulait encore un peu de sa lèvres fendue et de son nez, sans qu'il n'en prenne ombrage ou intérêt. Resserrant simplement sa prise, le noble tira de toute ses forces restante pour remettre sur pied son bras droit. Ce dernier n'était pas très bon psychologue, mais surtout sa franchise aidait beaucoup.Le Roku Ban Tai taicho des lieux s'aidait beaucoup de cela pour se remettre un peu en question. Avoir à ses côtés une personne qui pensait comme vous même  était très peu utile.   Le noble manqua toute fois de tanguer un peu en arrière sous l'effort, et sentit une légère sueur froide s'écouler le long de ses tempes. Mine de rien usé de son shikai après trois semaines de récupération et une semaine sous les verrou, privé de reiatsu, cela faisait son effet. Mais le noble aima cette sensation d'être.. comme étourdi.

Renji ne cessait de parler, tout en recherchant son arme au sol, ce qui aida le chef de clan à ne pas trop perdre le nord, et se contenta simplement de porter une main sur son œil pour le soulager un peu. Cela le brûlait et si Nocturne était ici, elle râlerait pour sûr. Pourquoi pensait il encore à elle au juste ? Son attention cependant, ne se détacha point de son subordonné, notant le sang qui s'écoulait au sol. Effectivement, il n'y était point aller de main morte, mais Byakuya était reconnu pour ne jamais offrir de fleur et d'être dur en matière d’entraînement. Un fait plutôt bénéfique parce que l'ennemi ne fera jamais de faveur...


Je ne crois pas que ce jour soit arrivé, pour me dépasser.  

Fit-il enfin entendre de ses lèvres meurtrie par le coup de poing de Renji. Cela étant, il ne lui en voulait absolument pas. Et il se rapprocha de son subordonné pour le soutenir, malgré que ses propres jambes titubaient un peu. Ils étaient beaux tout les deux tient.. il se tenait l'oeil d'une main, tout en le soutenant de l'autre. Son visage était cacher par sa chevelure, tandis qu'un peu essoufflé il se replongea dans le passé.. revoyant cet Grimmjaw.. .sa harpie... cette sensation d'être un petit jouet.. inoffensif. Malgré son état de fatigue, Byakuya affichait des traits dur :

C'est un homme aussi furtif qu'un félin. Ses cheveux sont court et de couleur bleu clair. Son sourire  sembla vouloir vous dévorer, alors que sa voix est aussi désobligeante que grande gueule. C'est à lui que je dois mon bandeau.

Et son Kenseikaan totalement brisé.. Seul deux pièce avait survécu, celles de son père. Depuis, il les avait garder soigneusement dans ses affaires, refusant les porter à nouveau. Pas alors que c'est bien la seule chose qu'il détenait de lui.. a part peut être son visage et cette bonté qui existait en sa personne.. bien qu'il ne le montrait pas toujours. Alors qu'il voulu entamer sa marche pour quitter les lieux, son emprise se fit plus forte sur son œil. Il l'avait trop utiliser et cela manqua de le faire tellement pencher en avant sous la douleur. Mais il se concentra sur ce qu'il disait : 

Il y.... a aussi un espada brun, très grand et longiligne. Fort calme.. bien plus que sa subordonnée. C'est lui qui semblait charger de ma captivité. Calme et fort étrangement.. respectueux. C'est lui qui m'a libéré en estimant ainsi minimiser les problèmes et des vies perdues. Cet Arrancar à l'estime de l'existence, ce qui ne semble point le cas des autres. Ils sont fortement individualistes, si bien …... que je me demande ce qui les pousses à suivre ce traître.

Lentement la douleur se fit un peu moindre et il prit un souffle plus profond :

Je ne sais ce qu'il c'est dérouler alors que j'avais regagner le désert, mais une arrancar m'accompagnait. Elle semblait être au service de cet Espada. Sa force n'est pas négligeable.. tout comme celle de sa collègue au cheveux blond et détenant une épée en son dos.



_________________

« Nous ne devons jamais verser de larmes. Les larmes ne sont rien d'autre que la défaite du corps contre le cœur. Elles constituent la preuve que garder un cœur ne sert à rien d'autre qu'à s'affaiblir. »


Ma galerie
Revenir en haut Aller en bas
https://www.facebook.com/Mariews-549408925120096/
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Il est temps que la pluie cesse... ( PV Renji)   Mar 13 Mai 2014 - 0:00



Renji échappa un petit ricanement. Non en effet, le jour n'était pas encore arrivé. Malgré sa fatigue et ses blessures, Byakuya était toujours aussi redoutable, et son bras droit toujours aussi faible en comparaison. Le Bankai de celui-ci n'était pas entièrement achevé. Après tout, ne manquait-il pas plusieurs années au fukutaicho pour le connaître entièrement et le maîtriser, là où Byakuya avait atteint le contrôle ? Décidément bien en retard, s'il voulait parvenir un jour à son objectif, il devrait mettre les bouchées doubles. Mais il préférait nettement que son adversaire lui résiste. Il aurait été vexé de gagner facilement ; ce n'est jamais bien flatteur. Et cela prouvait que le Capitaine s'était enfin retrouvé et se voyait prêt à parter de son expérience sans se défiler. Il accepta de parler des arrancars.

L'oreille du fukutaicho se tendit à l'évocation du fameux Grimmjow. Outre le fait de connaître un peu mieux celui qui l'avait mis à mal, Renji fit frappé de stupeur.

- Bleu clair, vous dites ? Un sourire qui dévore ?

Bon sang... Pas de doute... Sa mémoire était bien là, enfouie, mais lui envoyant des signaux. Grimmjow y prenait les traits de Renji lui-même, exceptés la couleur des cheveux et ce sourire à donner des sueurs froides. Le double diabolique qui peuplait ses cauchemars, se présentant comme "LA TERREUR". Malgré ses appréhensions, le fukutaicho serait prêt à l'affronter à nouveau ; ce serait lui qui visiterait la nuit l'arrancar s'il était encore vivant pour le faire. LA revanche... Il n'attendait que ça, et il s’entraînerait à fond, il avait une autre motivation qui réveillait la bête en lui !

Ouch, doucement la bête, quand même ! Renji se plia en deux, et appuya vivement sur son pansement de fortune. Sa vue était plutôt trouble, et cela lui rappela une chose concernant son Capitaine. D'un geste, il accapara l'attention de ce dernier et lui envoya le bandeau dont il était question au sujet de Grimmjow. Espérant que le Taicho l’attrape au vol, il se libéra ainsi une main pour s'appuyer sur Zabimaru et éviter de rejoindre à nouveau le sol qui était pourtant une option bien confortable. Non pas qu'il aspirait à être couché, mais peut-être arrêterait-il d'asperger le sable de l'aire d'entrainement.

Le noble Kuchiki évoqua d'autres arrancars, l'un qui lui était inconnu, les deux dernières rencontrées sur le chemin. Marquantes chacunes à leur façon. La blonde, tout d'abord, restée en retrait tandis que ses trois fraccions faisaient appel à leur chimère pour réduire à néant le duo San Seki/Fukutaicho. Autre souvenir cuisant. Le duo ne devait leur salut qu'à la libération opportune de Byakuya et l'arrivée de Nanashi Taicho. L'espada aux formes généreuses demeurait un mystère, n'ayant pas pris part à la bataille. Renji se doutait qu'elle était la supérieure du dangereux trio. Il relata d'ailleurs tous les détails de ce combat, même la blessure grave de Nocturne. Il ne prenait pas des gants pour en parler, il n'avait aucun intérêt à cacher la vérité à son Capitaine. Pour se préparer à accueillir l'ennemi, on ne devait rien en ignorer.

- Nous n'avons pas vu cette femme à l'action, mais elle semble redoutable. D'un calme observateur et froid. J'ai cru percevoir son reiatsu, et malgré le fait qu'elle ne déployait pas sa force, elle aurait pu nous atteindre comme si nous étions des insectes. A l'heure actuelle, aucun lieutenant n'est capable de venir à bout de ceux qu'on nomme les espadas. Quant à la dernière, celle qui vous accompagné à la sortie, elle tranche avec le reste du tableau. Je ne la pense pas comme une menace sérieuse, bien que nous ne connaissons rien de son pouvoir. Comme beaucoup de tous nos ennemis de toute façon. Nous avons appris certaines choses mais... nous sommes encore plus désav...

Il s'écroula sur son Zanpakuto, se plia à nouveau en deux. La blessure n'était pas très belle, et Renji ne tenait plus trop debout. Il ne voulait pas s'asseoir ou même s'appuyer contre un mur, sa conscience de guerrier l'en empêchait. Mais le corps se moquait bien des questions d'honneur et réclamait des soins. "Je vais encore me faire tirer les oreilles par Isane Fukutaicho", pensa-t-il, en espérant tomber sur elle ou Hanatarou. S'il venait à rencontrer Unohana-Taicho, il devrait craindre pour autre chose que les oreilles...
Le Capitaine lui non plus ne devrait pas être très fringuant : Renji l'avait attaqué alors qu'il était convalescent. Il avait pris des risques de le blesser à nouveau. Mais ça valait la peine, puisqu'il lui avait ouvert les yeux. Enfin, a priori.

- Voila une bonne chose de faite. Je suis désolé d'avoir été obligé d'en arriver à cette extrémité, Taicho. Mais je n'avais pas d'autres moyens. Faut reconnaître que ce n'est pas facile de traiter avec vous !


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Il est temps que la pluie cesse... ( PV Renji)   Mar 13 Mai 2014 - 17:37


















«  Pig-Paf-Pouf-Pala-Poug-Pala-Pala-coug … » Hein ?.... Qu’est à dire que ceci ?!

C’est quoi que ce bordel encore ?...

S’interrogea Nocturne alors que ses yeux se faisaient encore clos. Un peu plus loin, elle pouvait entendre des  bruits, des explosions, des hurlements et des Reiatsus se faire sentir. «  Punaise … Mais laissez-moi dormir en paix … » pria-t-elle dans le silence, une pensée bien révélatrice. Depuis peu, la jeune femme ne trouvait le sommeil. Elle se faisait plutôt préoccupée. Par cette guerre à venir, par sa propre faiblesse, par son entrainement, par … Par cette fameuse scène nocturne qui s’était joué il y a de cela plusieurs nuits déjà … Quel scène ? Bande curieux … Celle ou la jeune Héritière Riruka se tenait dans la chambre du Noble Kuchiki,  à lui ravir un tendre mais court baiser. Voilà de quoi je parle. Elle y songeait sans cesse … Ce souvenir était aussi troublant que précieux ! Et elle ne savait quoi penser de cela, surtout que depuis …. Le Capitaine Kuchiki et sa San Seki « s’évitaient ». Ils ne se croisaient que très peu, prétextant le travail. Et même pour le travail ! Quand Nocturne devait se confronter au Noble, elle s’arrangeait pour ne pas le voir directement, pour poser les dossiers sur son bureau quand il n’était pas là. Elle le fuyait comme elle fuyait sa propre gène. La Blondinette savait qu’elle viendrait à rougir avec violence quand elle le reverrait, peut-être ne pourrait–elle pas résister à l’envie de lui dérober un autre baiser. Voilà contre quoi elle luttait … Contre elle-même au final. Mais bref, la seule nuit qu’elle pouvait passer tranquille, qui laissait envisager une grass’ mat’ avait été brisé par ces bruits. Couchée sur le ventre, la jeune femme ouvrit les yeux, quelques rayons timides venaient à percer à travers un épais nuage sombre, chargé de pluie. D’ailleurs … Un torrent se déversait sur la Soul Society, laissant rappeler cette dite nuit qui la « hantait ». Nocturne grogna alors qu’elle tira sur la couverture pour la glisser sa tête, laissant ses pieds nus à l’air libre. Brrr … Froid … Puis elle se recroquevilla, priant pour que le bazar s’arrête. Sauf que …. BOUM. Ha ba non … Ce n’était pas pour maintenant.

La jeune femme se redressa d’un coup dans son lit alors qu’elle vira la couette brusquement, l'envoyant au final à l'autre bout de sa chambre, elle était fâchée !

Ils vont m’entendre ! J’vais leur faire passer l’envie des combats au aurore à ces guignols !

Oh oui qu'elle était fâchée pour utiliser un tel terme ! Et elle sauta en dehors de son futon, ramassa son uniforme avant de foncer dans la salle d'eau pour se laver. Et ... Record du monde de la femme qui se prépare le plus vite possible le matin ! Ce fut express ! Jamais Nocturne se s'était lavée aussi vite ! Elle attrapa une serviette, se sécha en vitesse éclair avant d'enfiler son uniforme ! La jeune femme sauta limite dans sa jupe pour l'enfiler plus vite alors qu'elle avait déjà les deux bras dans son kosode. Riruka attrapa les pans de son vêtement pour les refermer sur ses poitrines, d'une main elle tenait le haut, de l'autre, elle entoura sa taille de son large obi. Ce dernier referma, la San Seki se coiffa rapidement, juste un coup de main pour retirer les nœuds et remettre sa mèche de devant correctement. A vrai dire, ses cheveux n'étaient même pas attachés comme d'ordinaire, elle avait laissé ceux-ci libre de tout élastique, se rependant joliment sur sur épaules et ses doigts. Tabi aux pieds, la jeune femme aux roses attrapa cette même fleur pour la glisser dans sa chevelure dorée, repoussant par cela une mèche derriere son oreille. Aux pas de course dans la chambre, Nocturne attrapa un, puis deux sabres pour les mettre dans son dos. Sa colère fut telle quelle aurait pu décrocher le shoji de sa chambre si sa force le lui permettait. Et ... Oh ? Le soleil commençait à chasser la pluie. Tant mieux, elle n'aurait point à se mouiller ainsi. Et en courant, la jeune femme partit vers les reiatsu des deux "guignols, les identifiant comme étant : Abarai Renji et Kuchiki Byakuya ... Guignol ?... Rum rum ... Que les Kamis la protègent de ces surnoms dus à la colère ... Quand elle arriva au terrain d'entrainement, en amenant le soleil avec elle, la jeune femme se stoppa et écarquilla les yeux. Les sabres à la main, les deux hommes se faisaient face. Le Capitaine retenait son Fukutaicho. Force Blanche avait quelques gouttes de sang sur le visage alors que Force Rouge ... Mon dieu ...

Re..Renji !!...

Cria-t-elle alors qu'une main se posa devant sa bouche pour étouffer un peu sa voix. D'un Shumpo, elle arriva jusqu'à eux pour constater avec effroi cette plaie béante. Elle empoigna le bras du Lieutenant Abarai pour le faire s'asseoir par terre, puis la jeune femme vira son kosode-pansement pour voir l’étendue de la blessure. Qu'est ce que ... Elle regardait cette plaie béante, les yeux écarquillés. Elle bugeait un instant face à tout ce sang ... Ils avaient étés attaqués ?! Ou était le Hollow ? L'arrancar ? Le Traitre ?!! En plein cœur du Seireitei, a la Roku Ban Tai ?... Peu probable. La jeune femme tourna alors les yeux sur le coté pour voir le fourreau de Senbonzakura contre la hanche de son Maitre. Son regard se leva alors jusqu'au Capitaine. C'était de son fait ? Ces deux reiatsu intenses qu'elle avait ressenti, le Bankai de Renji .... Le Capitaine y avait répondu ? Était-ce là la force de son sabre, de sa libération complète ? Etait-ce le sort qu'il lui réserverait quand ils viendraient à se battre ? Nocturne avait émit son envie de se confronter à son Bankai ... Renji était résistant et fort, mais sa blessure était très grave, alors ... Alors comment finirait-elle face à une telle force ? En charpie ...

La jeune femme quitta le Noble Kuchiki du regard pour venir contempler la plaie, elle plaça aussitôt ses deux mains devant sa blessure sans pour autant la toucher, un halo vert apparu devant ses mains, un Kido de soin, un Kido plus évolué, qui demandait plus de Reiatsu mais qui était adapté à cette plaie sanglante. Le visage de la jeune femme était caché sous ses mèches de cheveux alors qu'elle s'appliqua à sa nouvelle tâche. Objectif : Stopper l'hémorragie. Mais dans son for-intérieur, Nocturne était ... Parcourus par un étrange sentiment. Ils s'étaient battus ?... Pourquoi ? Un entrainement n'aurait pas été aussi violent ? Une telle plaie était signe d'humiliation, montrait une victoire écrasante, une force écrasante, l'on apprenait rien de cette façon de faire. Alors ... Elle soupçonnait autre chose, quoi ? Elle n'en avait pas la moindre idée. Cela lui faisait de la peine de voir cela. Renji était une sorte de grand frère, quant à Byakuya ... He bien, elle l'aimait et il le savait. Voir deux personnes chers à son cœur se déchiraient de la sorte ... Tch ...

Pourquoi vous battre ? Et ne me parlez pas d'entrainement ....

Sa voix trahison une certaine colère mêlait à sa peine ...

Revenir en haut Aller en bas
Kuchiki Byakuya
Roku ban tai Taïcho | Cerisier Blanc
avatar
Messages : 2295
Date d'inscription : 02/07/2011
Âge : 34
DC : D'ongil Takouya

Fiche perso
Niveaux:
79/100  (79/100)
Expérience:
13370/17000  (13370/17000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: Il est temps que la pluie cesse... ( PV Renji)   Mar 13 Mai 2014 - 20:50



Soutenant tant bien que mal son Fuukutaicho, le noble luttait contre la douleur de son œil en le cachant de sa main..Il payait le fait  Mais sa vision fut obstrué par une main couverte de sang qui lui donnait son bandeau..

* Nanda..*  Pensa-t-il sur l'instant.

Lentement, Byakuya releva son visage pour contempler Renji, puis attrapa le bandeau  pour le coller contre son œil, tout en remerciant du menton son  subordonné, sans jamais la laisser choir à terre, quand bien même cela tanguait un peu trop pour se laisser aller au sol.  Pourtant, le chef de clan tenait bon, et  tandis que Renji lui parlait alors de son combat contre la Troisièmes Espada, la douleur se faisait déjà moindre.. alors qu'il ne l'avait point encore refixé autour de sa tête. De toute manière comment le pourrait-il en  soutenant ainsi son bras droit.  Byakuya n'avait plus tellement la force de parler, aussi se contentait-il de marché lentement, observant un peu le sol pour ne pas faire un faux pas. La lassitude tirait un peu sur ses muscles, et son reiatsu  bien que plus tonique depuis peu,  paraissait un peu inconstant sous l'épuisement. Si Unohana Taicho venait à apprendre tout ceci, le noble se voyait déjà sermonné comme un enfant, sous un ton très apaisé et un sourire à vous glacer le sang. Mais  Byakuya devrait plutôt se soucier de la furie qui n'allait point tarder à les rejoindre.

Un rayon de soleil filtra enfin à travers les nuages aussi gris que ne l'était le regard du Roku Ban Tai Taicho qui se figea quand son subordonné directe  lui rapporta être content malgré cette extrémité, de le voir revenir parmi eux... Byakuya lui, était plutôt inquiet de tout  ce sang qu'il perdait..Il ne pouvait pas même user d'un shunpo pour aller plus vite. Un froncement de sourcils ne manqua pas de venir prendre place sur son aspect. Et cela ne s'arrangea pas quand un reiatsu fort connu  vint à se rapprocher de nos deux protagonistes. Nocturne ???? Ceci faisait quelques jours déjà que le chef de clan s'évertuait à l'éviter... trouvant toujours moyens de ne jamais croiser son chemin. Pourtant, une rumeur circulait... une rumeur que Byakuya n'avait point encore entendu. Fort heureusement ?... peut être... quoi qu'il en soit, l'on racontait depuis deux bonnes semaines, que le noble Taicho s'était endormit avec Nocturne dans ses bras, au sein même de la Quatrième Division.. mais... cela restait une rumeur... un peu en sourdine.. et comme notre Roku Ban Tai Taicho fuyait à peu de chose près tout le monde depuis son retour, il était assez naturel que rien ne lui parvienne aux oreilles... mais ce n'était peut être pas le cas de Renji... ou bien.. de leur San Seki.

Cette dernière  se stoppa ne devant eux, scandalisé par leur état.. enfin.. du moins... Renji car son nom quitta ses lèvres.. et étrangement Byakuya en ressentit comme un pique en sa poitrine. Cependant, il ne dit mot et laissa la jeune femme se rapprocher d'eux pour le soulager du poids de son bras droit. Privé de cela, Byakuya se rendit compte alors qu'il avait perdu son appuie et  chancela sur le côté, pour finir assit, les mains posé derrière lui... tenant toujours son bandeau qui quitta son œil pour le compte. Un peu agacé par une telle faiblesse parfaitement justifiée, le noble se contenta de plaquer à nouveau l’objet thérapeutique sur son iris encore meurtrie, chassant ses quelques mèches humide de son front... Son attention ne quittait pas Nocturne... se rappelant cette soirée à nouveau.. et ce rêve... Non cela ne pouvait …. sa pensée se retrouva soumise à une interrogation  déchirante.. triste.. celle de sa propre  subalterne... pourquoi.. se battre ?.. A la base. Le noble s’entraînait, mais Renji est intervenu et l'avait tout simplement pousser à bout..Dire que pendant un instant, il s'était permit de croire qu'il voulait lui ravir sa place. Son esprit semblait s'être égarer, alors que le noble tentait de se reprendre. Son bras droit avait donner plus que sa personne pour le secouer semble-t-il, et ceci devrait être souligné.

Byakuya avait la réponse... mais rien  ne quitta ses lèvres entrouvertes. Se rendant alors enfin compte des efforts de chacun à son encontre, tandis qu'il se bornait à agir seul. Un soupire silencieux mourut en son être .. épuisé.. trempé... le visage ensanglanté par les coups de poings de Renji. Le noble se reprenait enfin... Ses paupières s'abaissèrent un temps, sa main droite plaquant toujours le bandeau sur son œil un peu rougit. La pluie n'était plus... tout comme dans l'esprit et le cœur de Byakuya.. la rage.. s'en était allée.    


Une tempête se devait de partir..

Parole énigmatique dans un sens.. mais c'est  bien tout ce que le noble put dire en cet instant, tandis que sa voix  semblait basse et grave. Cet ouragan s'en était aller, laissant un semblant de vide et d'étourdissement au cœur de Byakuya qui avait à peine abaisser son visage, laissant le sang de ses lèvres s'écouler sur le sol..rejoignant  l'humidité ambiante. Son souffle était lourd mais profond, signe flagrant de sa lassitude..mais pour rien au monde le noble ne regrettait cet entrainement, il se sentait décrassé pour ainsi dire, et un peu plus clair en son esprit. Relevant légèrement son menton, il contemplait sagement Nocturne en train de pratiquer ses soins.. "Renji" avait -elle dit..Y avait il quelque chose entre eux?....étrangement cela ne plaisait pas à son cœur et ce dernier, Byakuya avait bien du mal de le comprendre... Son regard se voila à nouveau, préférant ne pas réfléchir...


_________________

« Nous ne devons jamais verser de larmes. Les larmes ne sont rien d'autre que la défaite du corps contre le cœur. Elles constituent la preuve que garder un cœur ne sert à rien d'autre qu'à s'affaiblir. »


Ma galerie
Revenir en haut Aller en bas
https://www.facebook.com/Mariews-549408925120096/
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Il est temps que la pluie cesse... ( PV Renji)   Ven 16 Mai 2014 - 20:01




A peine eut-il terminé sa phrase qu'il entendit une voix qu'il reconnut sans difficulté. Mince, il aurait vraiment préféré qu'elle n'assista pas à ça. Elle s'approcha de lui, pour observer sa blessure, l'obligeant à s'asseoir et à retirer le tissu avec lequel il continuait à éponger son hémorragie. Le rouquin se défendant autant qu'il pouvait de cette sollicitude, marmonnant des "ça va, t'inquiète !", "C'est Rien, juste un petit bobo, ça va passer." "Tu vas me laisser tranquille, oui ?" Mais il n'était même pas sûr que du son franchissait le seuil de sa bouche.
A présent qu'il était à terre, il réalisa qu'il avait été soutenu par Byakuya en personne. Le noble, pourtant lui-même blessé et convalescent, l'avait aidé à tenir debout. Renji avait dû donner tout ce qu'il avait, mais il avait réussi à le libérer de ce qui contenait le cœur du Capitaine. Mieux encore, il sentait un sentiment chez lui qu'on pouvait taxer de reconnaissance... Au moins, ce serait clair pour la suite. Jamais Renji ne chercherait à attaquer le Taicho en situation de faiblesse sans raison valable, ni le vouloir prendre sa place. Néanmoins, cela était toujours étrange de voir comment cet homme pouvait réagir. Il était souvent cassant et distant, d'une froideur effrayante, et capable de vous tendre la main et de vous soutenir comme il venait de le faire. Le mystère Byakuya dans toute sa splendeur. Imprévisible.

Il sentit Nocturne utiliser un kido pour le guérir. Il la laissa faire, au départ au moins, car il était dans l'incapacité de réagir et de protester. Ses yeux allaient des Capitaines à la San Seki, de la San Seki Au Capitaine. Elle inquiète, lui... qui fixait Nocturne par moment. C'était bien ce qu'il semblait : le rumeurs allaient bon train ces derniers temps au sein de la Sixième Division. Il avait surpris à plusieurs reprises des shinigamis en train d'évoquer le fait qu'ils avaient dormi ensemble à la Quatrième Division. D'où avaient-ils eu cette information ? Quelqu'un de la Quatrième avait-il découvert quelque chose et joué au téléphone arabe ? Pas très professionnel... Renji n'avait accordé aucun crédit à cette invention, mais maintenant qu'il voyait ce qu'il se passait devant ses yeux, devant cette réaction du Taicho face à la proximité de Nocturne, il comprit ce qui avait motivé cette rumeur. Avant l'enlèvement, il avait parlé avec le Taicho, et découvert qu'il n'était pas indifférent à Nocturne puisqu'il se préoccupait de sa santé plus qu'il ne l'aurait fait pour n'importe quel membre de la division. Désarçonné, il avait appris de la bouche même de leur Capitaine que ce dernier les avait suivi quand Renji avait ramené Nocturne chez elle.
A Karakura, chez Urahara, il avait percé le secret et chahuté gentiment la blondinette qui avait enfin évoqué ces sentiments. A présent, les deux êtres étaient passés à une autre étape : il y avait réciprocité de l’attirance. Byakuya, depuis tout à l'heure, observait bizarrement sa San Seki alors qu'elle soignait le fukutaicho. Sourcils légèrement froncés, bouche exprimant de la réprobation, nez plissé. D'accord, chez le Capitaine, les manifestations émotionnelles étaient aussi simples à détecter qu'un virus au microscope. Mais Renji en vit assez pour comprendre qu'il n'était pas indifférent. Serait-il... jaloux ?

Dès que son corps lui permit, Renji prit Nocturne par le poignet, délicatement, et l'obligea de cette manière à arrêter son kido de guérison.


- Nocturne, s'il te plait... Si on en est là, c'est uniquement de mon fait. J'ai mérité de prendre cette correction et j'assume. Il fallait que je fasse ce que j'ai fait. Demande à Hanatarou de venir. Et va guérir le Capitaine, il a besoin de soins aussi. JE ne l'ai pas ménagé. Si tu dois utiliser un kido de guérison sur quelqu'un, c'est pour lui. N'est-ce pas ?


Il lui fit un petit clin d’œil complice qui venait à prouver qu'il avait compris pour eux deux. C'était une manière de dire à l’intéressé : "Vous n'avez rien à craindre de moi." Et histoire d'être clair avec sa "petite sœur", il redevint sérieux et décidé à l'obliger à le lâcher pour rejoindre le Capitaine.


- c'est non négociable.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Il est temps que la pluie cesse... ( PV Renji)   Sam 17 Mai 2014 - 14:52


















Nocturne était loin d’être contente … On l’arrachait à son sommeil, non … ILS l’arrachaient à son sommeil …. Et quand elle venait de les rejoindre …. C’est le drame ! Du sang partout ! Surtout sur Renji … Sur le coup, la jeune femme ne pensait pas que ses mots, que ses geste viendraient à titiller le cœur de son capitaine. Elle ne pensait pas tellement à cela à l’heure actuelle et …. Surtout après avoir pris soin de l’éviter quelques jours. Mais aussi, elle se rendait compte à quel point ce genre d’attitude avait été puérile car ici, face à lui, la San Seki venait à se dire qu’il lui avait manqué … Hors de cette situation sanglante, Riruka aurait pu se mettre à rougir devant un tel constat. Malheureusement, le rouge teintait déjà son ami. Elle se retrouvait entre eux, constatant avec effroi cette bataille qui avait fait rage, mais aussi la blessure de Renji. Ce dernier par terre, le Noble chancela à son tour pour finir par terre. D’un coup d’œil en biais, Nocturne l’observait, ou du moins, elle faisait le point sur ses blessures apparentes : La lèvre fendue, son nez aussi saignait … Mais à côté de la plaie béante du Lieutenant Tête d’Ananas, le Capitaine pouvait bien attendre un peu. Quoiqu’il en soit, elle avait posé une question et attendait une réponse honnête. Pourquoi se battre ? Le coup de l’entrainement, elle n’y croyait absolument pas ! Byakuya était dur certes, mais pas au point d’affliger une telle blessure à son Lieutenant. Cette plaie sous les yeux, Riruka pouvait la décrire comme profonde et nette, semblable à un coup de sabre sauf que … La était le résultat de son Bankai. Mais le plus déchirante pour elle n’était pas de voir cette plaie, mais de savoir que ces deux hommes se battaient. Son meilleur ami et son … Son quoi d’ailleurs ? Amoureux ? Enfin … Qu’importe, deux personnes chers à son cœur se déchirait et cela ne lui plaisait pas du tout.

« Une tempête se devait de partir … » disait le Noble alors que le soleil reprenait ses droits sur le ciel, chassant ces nuages sombres et menaçants, caressant de ses doux rayons la peau de ses spectateurs, de ces deux combattants … Le Soleil arrivait et se tenait auprès d’eux, mais il était furieux … Cela se sentait.  Une tempête hein ? Sa propre rage ? Celle qu’elle avait entrevue à plusieurs reprises. Doucement, Nocturne commençait à imaginer ce qui s’était passé … Renji avait provoqué Byakuya, il l’avait poussé à bout d’une façon X ou Y et le Capitaine avait craqué et attaqué à coup de Bankai pour calmer ça colère … Suite à cela, la tempête avait fini par passé pour le laisser en paix … Ses songes se faisaient vides de cauchemar, sa rage avait été extériorisée … Il serait maintenant tranquille, du moins elle l’espérait.  La jeune femme voulait retrouver son Capitaine … LE Taicho Kuchiki sévère et droit qu’elle avait connu ! Toute la Division le souhaitait !... Il était temps pour le noble de se reprendre, ses deux subalternes directs faisaient tout pour qu’il se redresse, pour le soutenir et l’aide et il s’entêtait à ne rien voir, à tout faire cela. En cela … Nocturne comprenait la démarche de Renji, cependant elle était loin de s’imaginer qu’elle avait été aussi brusque …

Alors que l’un se faisait sage, l’autre déblatérait tout un tas d’excuse pour qu’elle le laisse tranquille. Du genre «  Mais ça va t’inquiète pas …. Je suis solide, c’est juste un bobo. », Mais la jeune femme n’en écoutait pas un mot … Il était blessé et elle pouvait le soigner donc, elle ne réfléchissait pas plus longtemps … Et pendant qu’elle était concentrée sur ses soins, la belle rose ne remarquait rien des coups d’œil des deux hommes, Byakuya qui la contemplait, Renji qui regardait l’un, puis l’autre. Non, elle ne voyait rien … Elle devait se concentrer sur sa tâche. Aussi, les mains au-dessus de sa plaie sans pour autant le toucher, Riruka s’attardait à sa besogne, elle se faisait minutieuse et soigneuse dans son travail, elle voulait faire les choses bien, car en plus la jeune femme cachait un côté perfectionniste … Ainsi focaliser sur cette blessure, elle gardait le contrôle de son reiatsu, dégageait son énergie spirituelle de façon stable et régulier, un flux calme tel une douce rivière sans le moindre tumulte. Encore un peu novice dans cette tâche, la demoiselle se rappelait des enseignements de son senseï, ce qu’elle avait lu dans de nombreux ouvrages, tout cela pour s’appliquer et faire un travail correct et admirable. Sauf que … Non, Renji ne le voyait pas de cet œil. L’hémorragie stoppée, le Lieutenant Abarai attrapa doucement le poignet de son amie, interrompant le Kido de soin. La demoiselle fronça les sourcils en levant les yeux vers lui. Force Rouge lui demandait d’arrêter car il pensait mériter ses blessures et qu’il se ferait soigner par Hanatarou. Mais la suite … Fut plus surprenante encore … «  Et va guérir le Capitaine, il a besoin de soins aussi. JE ne l’ai pas ménagé. Si tu dois utiliser un Kido de guérison sur quelqu’un, c’est pour lui, n’est-ce pas ? » L’Héritière Riruka écarquilla les yeux, surtout qu’il s’en suivit d’un clin d’œil. Et elle se mit à rougir, Renji était …. Au courant pour lui donner ce message ainsi que ce clin d’œil ? Puis «  C’est non-négociable ». Nocturne tourna un instant le regard vers le Capitaine … Puis elle regardait Renji.

Aussi alléchante que soit ta requête, c'est elle qui est non-recevable. Tu es bien plus blessé que le Capitaine et que tu le mérites ou non, je m'en fiche. Maintenant tu va te tenir tranquille ou je m'arrange pour que les soins soient douloureux .....

Puis après le regard noir, elle se mit à sourire doucement et mouva les lèvres en un " Merci " silencieux. Puis elle retira la main de Renji de la sienne pour venir reprendre ses soins, une main au dessus de l'entaille sans se poser sur sa main, la jeune femme fit de nouveau apparaitre le halo vert autour de sa main. La San Seki tourna alors la tête vers le Capitaine et pointa du doigt vers lui, comme pour le dissuader de tout mouvement, de toute fuite de ses soins ... Il ne pouvait s'y soustraire, soit il passait entre les mains de sa San Seki, soit il allait devoir affronter Unohana-Taicho ... Mais ... Quel était le mieux ? Vu son dernier regard noir, Nocturne était également flippante quand elle était fâchée ...

Quant à vous ... Vous ne bougez pas, je m'occuperai de vos blessures à la suite

Fit-elle avec un sourire et une voix douce, mais pourtant, on sentait l'ordre derriere cela .... Elle n'allait pas le laisser filer avec le visage en sang !... Nameho, ce n'était pas digne d'elle ! L'un comme l'autre, ils n'avaient pas intérêt à la mettre en colère, la colère d'une femme était le pire des dangers .... Ils devraient même se soutenir et  se serrer les coudes dans cette épreuve ! Car même si la tempête était passé, l'Ouragan Nocturne n'était jamais très loin ...

Revenir en haut Aller en bas
Kuchiki Byakuya
Roku ban tai Taïcho | Cerisier Blanc
avatar
Messages : 2295
Date d'inscription : 02/07/2011
Âge : 34
DC : D'ongil Takouya

Fiche perso
Niveaux:
79/100  (79/100)
Expérience:
13370/17000  (13370/17000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: Il est temps que la pluie cesse... ( PV Renji)   Sam 17 Mai 2014 - 17:00



Sa main droite reposait sur le sol humide, reconnaissant le côté rugueux de la surface de combat. Son regard venait de quitter le visage de Nocturne pour dériver sur la blessure de son Fukutaicho.  Ce dernier d'ailleurs semblait un peu délirer, marmonnant qu'il n'avait rien, que ce n'était qu'une blessure minime. Uhmm, vaguement prétentieux que cela, surtout après avoir écopé de son Bankai. Cela étant, Byakuya ne pouvait pas lui ôté la gloire de s'être relever de son attaque. Sans parler que mine de rien, le noble s'en voudrait intérieurement d’occire un si bon élément... quand bien même un peu trop brailleur par moment.  Lentement, il porta sa main sur son nez, essuyant un peu se sang qui s'écoulait encore un peu. Vraiment, qui aurait pu croire que Renji possédait une telle droite. Sa mâchoire s'en rappelait encore d'ailleurs. Ses pupilles  fixèrent un instant le soleil qui perçait à travers les nuage, offrant à nos trois protagonistes une accalmie bien mérité. Le vent apporta un peu de fraîcheur, tandis que le noble reprenait un souffle un peu moins lourd. La sueur glissait le long de ses temps offrant par moment un léger frisson, alors que tout  ses muscles lui pesaient, signe de son manque d’entraînement à cause de sa convalescence.  Mais, il ferait beau voir que Byakuya s'en plaigne.

Assit en tailleur , le bras stabilisant sa position, juste un peu derrière son dos, notre Taicho sentit néanmoins un regard se poser sur lui, tandis qu'il semblait  fixer le sol, comme chercher à se reprendre. N'appréciant guère ce genre de chose, il ne fallut guère de temps pour voir Byakuya redresser ses traits pâle et insondable sur le coupable. Ce n'était rien de moins que son bras droit, et ce qui le surprit un peu plus encore, c'est bien de constater ce sourire. Qu'est ce que cela signifiait encore ?  Légèrement, son visage se marqua d'un froncement de sourcils, assez caractéristique de sa personne, alors qu'une pointe d'agacement remplaçait cette étrange jalousie qu'il éprouvait. Ce genre d'attention ne lui avait jamais réellement plut, d'autant que ce genre d'expression signifiait un certain amusement.. ou un constat qu'il n'entrevoyait même pas. Bref, le noble Roku Ban Tai Taicho n'appréciait pas les choses qu'il ne pouvait saisir. Son regard anthracite se plongea en celui de son subordonné, l'invitant à dévier un peu sa trajectoire, tandis que son timbre des plus atone se manifesta dans les airs :


Je puis connaître la raison d'un tel sourire ?

Parce  que cela lui échappait totalement. Depuis quelques jours, il avait passé son temps à évité Nocturne et n'avait pas entendu la moindre rumeur concernant le fait que leur San Seki s'était tout bonnement endormit dans les draps de son lit, à la Quatrième Division.  Pour le reste, il ne s'était rien passé dans cette chambre et le noble était bien trop épuisé à ce moment là pour la repousser. De plus, c'est lui même qui l'avait retenu, car il sentait bien qu'elle ne regagnerait pas même la porte pour sortir d'ici. Bref, c'était peut être mieux que Byakuya ne sache rien de cette rumeur parfaitement erronée. Ils n'étaient pas ensemble et le noble refusait de voir la chose en face. Du moins pour le moment. Cependant, il ne pouvait nier l'agacement un peu plus important en son cœur, quand Renji attrapa la main de Nocturne , invoquant l'idée de cesser de le soigner et de porter son attention sur lui.  Le croyait il si mal en point ?  Comme pour démentir, le capitaine s'appuya un peu plus sur sa main pour se redresser, mais à peine fut il accroupit que sa subordonnée entra en action, le pointant du doigt.

Depuis quand on agissait ainsi avec son supérieur directe ? Elle se permettait de le rappeler à l'ordre l'informant  qu'elle allait s'occuper de lui tantôt. Dans un premier temps, Byakuya sembla partiellement hésité, et termina par se montrer des plus opiniâtres en se relevant définitivement. Bien évidement, ses muscles lui crièrent de s'asseoir, comme si le fait de se retrouver sur les fesses précédemment n'était point suffisant. Eh bien non, le noble refusait d'entendre quoi que ce soit, tandis qu'il essuyait encore un peu de sang qui coulait de son nez.. tâchant ses mains.  Renji était plus atteins que lui même. Quoi que... c'était tout de même ignoré son état convalescent.   Nocturne pouvait se montrer impressionnante en sa colère, mais elle n'égalait pas encore Unohana. C'est sans doute cela là différence notoire pour notre Roku Ban Tai Taicho qui se rendit compte tout bêtement.. qu'il ne pouvait pas même avancer un pas. Son reiatsu ne le lui permettait pas, et il luttait déjà bien assez pour ne pas retrouver à nouveau le planché des vaches.


Ce n'est que mineur, je n'ai besoin de rien.

Fit il en tournant légèrement son visage  en arrière, entrevoyant de manière trouble ses deux subalternes, toujours au sol. Sa voix avait une assurance qu'on lui reconnaissait parfaitement et une intonation monocorde légèrement froide. Comme s'il reprenait enfin son rôle de capitaine. Il reporta alors le bandeau sur son œil un peu rougeâtre, alors que le noble sentit  à peine ses jambes trembler sous son poids. Signe qu'il allait à nouveau retomber, comme toute âne qu'il était. Pour sûr le Taicho était bel et bien de retour et toujours aussi têtue...

N.....


_________________

« Nous ne devons jamais verser de larmes. Les larmes ne sont rien d'autre que la défaite du corps contre le cœur. Elles constituent la preuve que garder un cœur ne sert à rien d'autre qu'à s'affaiblir. »


Ma galerie
Revenir en haut Aller en bas
https://www.facebook.com/Mariews-549408925120096/
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Il est temps que la pluie cesse... ( PV Renji)   Dim 18 Mai 2014 - 14:47


Vu le regard noir, Renji ferait mieux de ne plus protester. Mais qui leur avait fichu une Troisième Siège qui n'écoutait pas les ordres de ses supérieurs - il pouvait parler, lui - et qui s'entêtait à vouloir le guérir ? Ne comprenait-elle pas qu'il lui arrangeait le coup avec le Taicho ? Il dut battre en retraite, se laissant faire en levant les yeux au ciel.

Il n'était pas ravi qu'elle ne l'écoute pas. Il ne quittait pas des yeux le Capitaine, avec inquiétude. Lui non plus n'allait pas bien, bien qu'il demeurait debout. Elle promit avec autorité qu'elle allait s'occuper du Taicho aussi. Une future Unohana en puissance, celle-là. Mais comment lui faire comprendre, dans son entêtement, que Byakuya n'allait pas bien. Il sortait à peine des guérisons de ses blessures des arrancars. Renji l'avait attaqué au Bankai. Il tenait grâce à sa force de caractère, mais cela ne durerait pas. Tant pis qu'il devait affronter la tornade jaune, il fit une nouvelle tentative.


- Tu devrais vraiment aller le voir. Je peux attendre.


Il surveillait le Capitaine, craignant de le voir décliner à n'importe quel moment. Il ne bougeait plus, avait dû s'asseoir,  il ne quittait pas la scène, ne parlait plus. Il avait dû lui faire mal en frappant au visage. Même s'il avait visé la mâchoire, la douleur pourrait remonter jusqu'à son oeil. Et avoir des complications. Renji serait bien embêté s'il avait aggravé l'état de son supérieur. Il n'avait pas pensé à ça avant de commencer à jouer son petit jeu. Il sentait la blessure se guérir au fur et à mesure. Il remerciait vraiment Nocturne dans sa tête, mais il ne voulait pas qu'elle reste avec lui, il ne le méritait pas. Il était plus blessé, mais c'était lui qui avait mis de l'huile sur le feu, le Capitaine voulait juste s’entraîner tout seul.

Pris entre Nocturne et Byakuya, Renji se sentait de plus en plus mal à l'aise. Après d'être fait grondé par la blonde, il était la cible du Taicho, qui ne semblait pas apprécier les doubles sens des remarques et des coups d’œil de son subalterne. Le rouquin était persuadé qu'il ne comprenait absolument pas son intention de rapprocher la jeune fille du noble Kuchiki et de laisser tomber le coupable blessé. Même s'il avait fait des progrès, Byakuya avait encore du chemin à faire pour comprendre son entourage....


- Je souris parce que je suis content, Taicho. C'est le principe d'un sourire, je crois.


Et parce que Nocturne le faisait rire en obligeant le Capitaine lui-même à ne pas bouger. Parce que le Capitaine l'amusait parce qu'il ne comprenait pas ce qu'il se passait alors que c'était l'évidence même.
Et puisque Renji avait décidé d'emmerder le monde aujourd'hui, autant continuer.


- C'est ça, c'est ça... C'est mineur. Je vais devoir travailler mon bankai, alors. s'il ne vous a rien fait.


Il haussa un sourcil pour renforcer son ironie et son sourire dévoila toutes ses dents avant de retrouver son sérieux et son inquiétude en voyant ce type têtu comme une mule se relever et forcer sur ses blessures. Tout ça pour un résultat absolument prévisible, même pour quelqu'un qui n'était pas médecin.


- Et voila, qu'est-ce que je disais... tu aurais dû t'occuper de lui en premier, Nocturne. Je crois que ça devient urgent à présent. J'espère que tu n'as pas gaspillé tout ton kido avec moi et qu'il t'en reste un peu pour le Capitaine... Vous êtes pénible à ne jamais écouter les autres quand on vous parle...


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Il est temps que la pluie cesse... ( PV Renji)   Dim 18 Mai 2014 - 17:54


















Nocturne comprenait cette … Poussée et encouragement de la part de Renji, quand bien même elle ne comprenait pas comment il avait …. Entrevu quelque chose entre nos deux concernés. Bien qu’elle appréciait son envie de les voir de rapprocher, Riruka avait l’habitude de n’écouter personne … Elle écoutait rarement Katsumoto, encore plus rarement le Capitaine, elle n’allait pas  se montrer docile face au Lieutenant Tête d’Ananas. Bien, elle faisait sa tête mule face à des sujets sans importance bien sur … Face à des ordres concernant la sécurité de la Soul Society, Nocturne ne se faisait pas aussi récalcitrante. Mais… Oui, elle les avait habitués à résister aux demandes. Il était donc normal pour elle de montrer les dents face à cette requête qu’elle avait jugé d’alléchante. Bah oui … La demoiselle était toujours ravie d’être en compagnie du Kuchiki, de pouvoir l’aider. Ici, son aide était sollicité, enfin … Du moins presque. Car aussi têtue que sa collègue Noble, le Kuchiki rechignait à recevoir toute aide, aussi moindre soit-elle … Mais …. Là, il était mal tombé, car Nocturne était en proie de devenir une Mini-Unohana. Autant le dire clairement, il ne fallait pas la contrarié ! Cela, le Fukutaicho Abarai semblait l’avoir compris durant les trois jours qu’ils avaient passés ensemble chez Urahara-san. Et … Si Byakuya faisait de la résistance, il allait se frotter à la colère de l’Ouragan-Nocturne … Que les Kamis le protègent de cette tempête. Cependant, la jeune femme se fit petite quand le Capitaine interrogea Renji sur la raison de son sourire. Oups … Il allait se faire trucider. Car cet homme n’était pas bête, et tout ce qu’il ne comprenait pas l’agacer … En tant que subordonnés directs, Force Rouge et Force Jaune devaient le savoir. Mais Renji désamorça vite la bombe en disant qu’il était juste content et que les gens normaux souriaient quand ils l’étaient en général. A cette remarque, Nocturne se mit à sourire à son tour … Décidemment, ces deux hommes n’étaient pas possibles … Elle était belle la tem Roku quand même …

Et la jeune femme s’attarda à soigner son ami, surveillant le Capitaine du coin de l’œil. Oui oui, elle le surveillait ! Car elle commençait à le connaitre et … Et surement chercherait-il à se soustraire de ses soins, prétextant qu’il allait bien et qu’il n’avait rien. Du flan oui …. Mais il n’avait pas de chance, car des deux, Nocturne était la plus têtue, et elle n’allait pas le laisser partir aussi facilement … D’ailleurs, il venait de se hisser tant bien que mal sur ses hanches, c’est alors qu’il se prit le regard assassin de la Blondinet … Un regard qui disait «  Assis …. » Mais non, il persistait à se tenir debout, trop fier cet homme ! Tch !... Et comme prévu, il disait que ses plaies étaient mineures, qu’il n’avait nullement besoin de soins. Comme piqué au vif, Renji répliqua aussitôt «  C’est ça c’est mineur … Je vais devoir travailler mon bankai, alors s'il ne vous a rien fait. » Et la jeune femme se fit un facepam mental alors qu’elle cessa les soins du Lieutenant pour se redresser et regarder le Capitaine. Dans sa tête elle se disait «  Tu comptes fuir mon coco ? T’ira pas loin, parole de scout … ». Aussi, elle partit le rejoindre alors qu’il chancelait pour rejoindre le sol. D’une main, la Blondinette attrapa son épaule tandis que sa seconde se posa sur son torse pour le soutenir, elle l'accompagna dans son mouvement pour qu'il puisse de nouveau s'asseoir et ... Elle le gronda à son tour ... Après le Lieutenant, le Capitaine .... Comme elle le disait, ils étaient impossibles ces deux la ...

Cessez de gigoter dans tous les sens ou je vous attache ... Et ne prenez pas cette menace à le léger, Taicho ou pas, vous n’échapperez pas au Sajo Sabaku si cela est nécessaire !

Fit-elle avec une sévérité qu'on ne lui connaissait pas ... Oui, elle pouvait être autoritaire et flippante quand elle y mettait du sien. Une main sur l'épaule du Capitaine, Nocturne tourna les yeux vers Renji, le fusillant du regard comme pour lui faire passer l'envie de faire tout commentaire ... Un commentaire ? Sur quoi ? « Cessez de gigoter  dans tous les sens ou je vous attache. » en réponse à une remarque qu’il lui avait fait plusieurs semaines auparavant, je cite «  Entre tes ronces et les Kidos, t’aime attacher les gens toi .. » Donc un commentaire sur ça ... Proche du Capitaine, la jeune femme se retrouvait " contraint " de s'occuper de lui, sinon il allait encore tenter de prendre la poudre d'escampette. Quel homme têtu il faisait .... A rechigner pour recevoir les soins, dit la fille qui a hurlait face à une aiguille. Sa main quitta son épaule pour se poser doucement sur son menton, "maniant" son visage  avec soin pour qu'il n'est pas mal. Elle observait sa joue un peu rouge à cause du coup de poing, les saignement de son nez et de sa lèvre. Au final, Abarai avait eut ce qu'il voulait : Qu'elle s'occupe de Byakuya au lieu de lui, qu'il en avait, soit-disant, plus besoin. Il voulait surtout les voir l'un à coté de l'autre, constatait de la tendresse des gestes de la San Seki envers cet homme ... Peut-être se faire sa propre idée sur la relation qu'ils avaient ... Ha la la .... Quoiqu'il en soit, la belle Blondinette observait Force Blanche, tenant toujours son visage avec soin et délicatesse. Le diagnostic réalisé, sa main se glissa doucement sa joue, son pouce effleura doucement ses lèvres pour venir y appliquer le même soin que Renji avait reçu. A la différence ... Qu'elle posait ses mains sur lui, lui offrant cette douce caresse sur sa joue, cette tendresse dans ses gestes, dans son attitude - malgré le fait qu'elle l'avait grondé comme un gosse .- Une fois encore, la petite rose prenait soin de lui, mêlant à ses mouvements et ses soins cette finesse et cette douceur qui la caractérisait tant. Avait-il besoin d'être jaloux à voir Nocturne s’inquiétait pour Renji ? Aucunement ... Il n'avait pas le luxe de recevoir autant d'attention et de délicatesse, même elle l'avait menacé de lui donner des oins douloureux s'il ne se faisait pas sage ... Une différence de traitement très prononcé. Gomen onii-chan ... Et la .... C'est le drame .... « Vous êtes pénible à ne jamais écouter les autres quand on vous parle... ». Tout en appliquant ses soins au Capitaine, Nocturne tourna les yeux vers Renji ... Menaçante, terrifiante !! L'apocalypse sur ter... Sur la Soul Society !!!! Que la foudre s'abatte sur toi un millier de fois pour avoir dit ... Qu'elle était pénible .... Après ce regard noir, elle afficha un air blasé, car affirmation frustrante :

Navré de te décevoir Petit-Renji, mais je n’écoute déjà pas Oto-sama, je n’écoute pas non plus Kuchiki-sama - regarde Byakuya un instant - , navré Taicho, alors bon ....  

En parlant d'ecouter, la jeune femme faisait mention des ordres !.... Quand bien même le Rouquin ne bénéficiait pas de toute sa douceur, on pouvait noter une forte complicité entre eux, surtout avec le " Petit " devant son prénom ... Et la ... Ça sentait la réponse " Rikiki "... Oh punaise ...

Revenir en haut Aller en bas
Kuchiki Byakuya
Roku ban tai Taïcho | Cerisier Blanc
avatar
Messages : 2295
Date d'inscription : 02/07/2011
Âge : 34
DC : D'ongil Takouya

Fiche perso
Niveaux:
79/100  (79/100)
Expérience:
13370/17000  (13370/17000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: Il est temps que la pluie cesse... ( PV Renji)   Dim 18 Mai 2014 - 20:32



Tandis qu'il tenait encore debout, Byakuya perçu parfaitement l'ironie dans les paroles de son Fukutaicho. A vraiment ?.. il n'avait donc point porter son coup assez fort pour qu'il ne sorte point cette bêtise.. Tournant alors son profil vis à vis de Renji, offrant alors un air insondable, mais un regard qui portait à dire.." N'en dis point plus au risque de prendre une réprimande de ma part. » Une chose qu'il n'avait pas fait depuis qu'il s'était retrouver captif au sein du Hueco Mundo, parce que cela faisait trois semaines que Byakuya se cachait de tous.. se noyant dans son travail pour ne penser à rien, luttant chaque nuit contre ses songes et s’entraînant dans l'ombre. D'ailleurs comme pour signifier sa réelle présence à présent, le noble Roku Ban tai Taicho se permit de rétorquer non sans un brin d'amusement en ce sourire en coin presque trop éphémère pour qu'on se dise que cela venait bien de se dérouler, délaissant une goutte de sang couler de long de son menton pour se rependre sur le sol, juste vers ses pieds.

 Tu ne m'as point atteint avec ton bankai.. Abarai Renji... ;

Usa-t-il avec un ton parfaitement atone. Certes, Renji ne l'avait point atteint de sa lame, pas comme la dernière fois, mais avec ses propres mots.. son envie... sa fidélité... une sorte.. d'amitié ? .. Peut être.. mais le chef de clan n'oubliait pas non plus que son Fukutaicho avait pour but ultime que de le battre, mais à la loyale... sans cette ombre qui lui volait ses nuits. Quoi que en ce moment, ses nuits étaient plutôt occupé par une pensée un peu trop coupable...l'éveillant parfois en sueur. Se détournant, Byakuya  désirait  partir, aller se réfugier un instant dans le bureau. Le temps de récupérer, n'aimant guère montrer sa faiblesse au grand public .. enfin.. un public au nombre de deux personnes. Deux subordonnés qui avaient tout donné pour le ramener du Hueco Mundo  et chasser ses démons. Mais n'allez pas croire qu'il avait été ingrat en cela. Byakuya avait payé de sa personne ne allant affronter le Sotaicho au sein même de la Première Division. Il avait même offert son propre zanpakuto pour que l'on ne juge pas aussi sévèrement Renji et Nocturne. Chose qui avait été refuser par le commandant, tout en estimant la valeur de ce geste. Ce qui l'avait même amener à confier la punition en elle même à notre Roku Ban Tai Taicho.

C'était il y avait deux semaines et pourtant, rien ne semblait être encore parvenu à ses deux repentis. Comme si Byakuya avait omit ce détail.. Mais il n’en était rien.  Le noble avait juste besoin d'encore un peu de temps pour organiser cela, visant plus une sorte de pédagogie qu'une punition aussi idiote qu'inutile. Cela ne lui ressemblait nullement et reflétait aussi la manière dont lui même avait reçu l'enseignement de ses ancêtres.  Du moins Kuchiki Ginrei. Il n'allait tout de même pas offrit la bastonnade … cela n'avait aucun sens. Tandis qu'il se décidait enfin à se mouvoir pour partir, le noble sentit  son corps partir en arrière, ses jambes ne le supportant plus du tout.. le prenant fâcheusement en traître. Quel coup en son orgueil que de fléchir ainsi par la faiblesse d'un corps tout juste remit. Mais alors qu'il s'attendait à ressentir durement le sole.. une main vint à se poser sur son épaule, contrôlant lentement sa chute, afin de l’asseoir pour de bon. Relevant alors son visage, sur lequel il tenait toujours le bandeau contre son œil droit, Byakuya constata une Nocturne furibonde

Tient donc.. il l'avait tant agacé par son comportement ? Mais attendez.. elle lui parlait comme s'il avait été un enfant là. Un froncement de sourcils marqua alors son front encore humide sous l'effet de la pluie passée et  montra un œil parfaitement mécontent de la chose.Le noble était son supérieur, pas un  gamin, et il se montra fort tendu, alors qu'elle lui relevait déjà le menton, comme pour l'inspecter avec soin. Cela d'ailleurs le troubla tellement qu'il manqua de mot sur l'instant, et ne cessa de la contempler de son œil unique.. rechignant un peu qu'elle le manipule ainsi, car sa main avait bien du mal à garder le bandeau sur sa vue irritée. Le plus fou en cela, c'est que sa jalousie s'envola comme un  vole de moineau, tandis qu'il se montra un peu plus docile.. moins tendu.... Comme si se retrouver ficelé lui déplaisait. Enfin ça oui.. mais ce n'est pas ceci qui le rendait plus réceptif. Ce fut juste cette façon de s'occuper de lui. C'était si irréelle que le noble avait bien du mal à garder pied.  Pourtant il fit tout de même entendre une voix monocorde :


Abarai Fukutaicho est bien plus atteint que moi même.

Ce n'était point si faux.. une fois le sang partit et son œil à nouveau bandé.. un peu de repos et le noble serait aussi en forme qu'un gardon ou presque.. alors que Renji avait tout de même une belle entaille. Mais c'était aussi une façon de dire.. qu'il était gêné. Elle le tripotait devant son Fukutaicho..Enfin tripoter, Byakuya y allait un peu fort. Il fallait bien que Nocturne le soigne. D'ailleurs, il lui semblait qu'elle n'avait pas agit de cette façon avec son bras droit.Voila qui lui donna à réfléchir parce que oui.. quand bien même cela amusait Renji, le noble avait vraiment du mal à percevoir ce genre de signe d'attention.. ou du moins son cœur s'en rendait aveugle par appréhension. Cette réflexion  ne s'attarda point, car Abarai lui soumit une chose à laquelle il ne s'était pas attendu. Lui comme Nocturne ne l'écoutait donc jamais ?  Il se détourna un peu des soins de la jeune femme pour le contemplé de son œil ombrageux et répliqua à son tour :  


Il me semble qu’aucun de vous deux n'a daigné suivre les ordres du Sotaicho, il y a peu de cela. Bien que je me dois de me montrer humble en ceci.

Histoire de lui dire que même lui était un parfait borné.. rien que dans le fait de vouloir le vaincre un jour... être sans aucun doute démontré comme un égale et non plus un subordonné. Mais se rendait il compte alors que Byakuya l'avait soutenu et offert sa main après cet entraînement ? Cette provocation qui avait fait disparaître une tempête destructrice.


_________________

« Nous ne devons jamais verser de larmes. Les larmes ne sont rien d'autre que la défaite du corps contre le cœur. Elles constituent la preuve que garder un cœur ne sert à rien d'autre qu'à s'affaiblir. »


Ma galerie
Revenir en haut Aller en bas
https://www.facebook.com/Mariews-549408925120096/
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Il est temps que la pluie cesse... ( PV Renji)   Lun 19 Mai 2014 - 12:05


- Petit-Renji ? Tu peux parler !

Au moins, s'il n'était pas l'auteur de son revirement, Nocturne était allée s'occuper du Capitaine, avec plus de proximité. Voila qui devrait rassurer le jaloux (si, si, reconnaissez-le !).
Déjà que les rumeurs allaient bon train et que Renji avait essayé de son côté de les dissiper en beuglant :"Faites votre travail au lieu de discutailler, bande de larves!", si le reste de la Sixième Division assistait à cette scène, le ragot s'étendrait à toute la Soul Society. Était-ce un mal ? Était-ce un bien ? Non, pas un bien, car ces propos échappant à leur sujet enflent et véhiculent de fausses vérités qui peuvent porter préjudice. Il veillerait à calmer le jeu.

Mais comme Nocturne ne suffisait pas, voila qu'à présent, Byakuya s'en mêlait pour qu'il arrête de plaisanter et vanner. Évidement qu'il ne l'avait pas touché avec le Bankai, Renji ne le savait que trop bien. Même lorsque son Capitaine était souffreteux, il le battait à plates coutures. Ce n'était pas la peine de le mentionner, merci pour l'orgueil !
Merci toutefois à Nocturne pour la petite vengeance qu'elle lui offrait à donner des ordres au Capitaine. Ah ah ah ! C'était drôle quand cela n'arrivait pas à soi-même. S'étant assez fait remarquer à la négative, il préféra ricaner intérieurement, se mordant les lèvres pour ne pas que cela se voit à l'extérieur. Malgré pourtant l'autorité parfois effrayante de la blondinette, le Capitaine avait décidé de se montrer particulièrement bavard aujourd'hui. Lui qui était peu loquace d'ordinaire devenait aujourd'hui une vraie pipelette. Un nouveau combat venait de commencer, semblait-il : fukutaicho et taicho s'envoyaient la balle Riruka pour déterminer qui était le plus blessé des deux. Et que je te sors une pique dès que j'en ai l'occasion... Même si Renji palabrait beaucoup, il brassait beaucoup de vent. Tandis que Byakuya, en épargnant les mots, faisait mouche plus souvent.
Mais ce dernier avait raison. Le rouquin se plaignait de la désobéissance de Nocturne, assez exaspérante, mais c'est le camembert qui dit au roquefort qu'il sent mauvais... Docteur Es Subordination, j'ai nommé Abarai Renji ! Gêné, il se gratta l'arrière du crâne.

- De toute façon, quoi que je dise, j'aurais tort, hein ?

Il se sentait déjà mieux, grâce aux soins de Nocturne. Elle n'était pas une soigneuse de la Quatrième Division, mais son kido était efficace, et il ne saignait plus, même si la blessure était encore fragile et susceptible de se rouvrir. Néanmoins, il lui était arrivé de combattre encore malgré des états graves, il pouvait donc se relever à présent. Profitant que Nocturne lui tournait le dos et ne le regardait pas, il prit appui sur ses pieds, donna de l'élan avec ses chevilles, s'aidant de Zabimaru et se dressa. Il fit quelques pas hésitants. Il baissa la tête et redevenant sérieux en dépit de l'ambiance de gentille chamaillerie, il termina de dire de qu'il avait à dire. Car non, il n'avait pas tout lâché, tout à l'heure.

- Je tiens à vous remercier tout de même, Taicho. Pour être revenu. Pour supporter vos exaspérants subalternes. Pour nous avoir défendus face au So Taicho. Pour m'avoir tendu la main et pour m'avoir soutenu. Ce ne sont pas des gestes anodins de votre part, et tellement extraordinaires qu'on sait qu'on ne les reverra pas de sitôt.

Il regarda le ciel dégagé à présent, fit quelques pas pour s'éloigner.

- Il fait beau maintenant. Tant mieux, tout va rapidement sécher. J'ai l'impression que mon uniforme pèse dix kilos.

Il fit un petit signe de la main vers l'arrière et lança un "Sayonara" à la cantonade. Il se sentait de trop tandis que les deux nobles étaient à distance respectable en public, mais proches néanmoins. Ils souhaitaient peut-être se parler un peu. Le temps était venu de se retirer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Il est temps que la pluie cesse... ( PV Renji)   Lun 19 Mai 2014 - 18:48


















Nocturne assistait à une scène qu’elle appelait : Ping-Pong d’entêté …. Vous voyez la  table ? Les petites raquettes ? La ball ronde et orange ? Oui généralement, elle est orange, drôle de délire mais après tout, pourquoi pas … Ici, la table était le champ de bataille, ce terrain boueux d’entrainement … Les raquettes étaient les deux Shinigamis avec leurs blessures respectives et la ball … Nocturne. Ils se la renvoyaient sans cesse, prétextant que X avait plus besoin d’elle qu’Y. SMATCH !! Renji avait réussi un joli coup, renvoyant par celle sa jeune amie auprès de son adversaire. Service … Byakuya commençait à recevoir les soins de la jeune femme, des soins plus doux, plus … Personnalité si j’ose dire, car elle se montrait bien plus attentive et tendre avec qu’il qu’avec le Lieutenant. Et le Capitaine se montrait docile face à ses gestes protecteurs. Des gestes qui confirmaient ce que Renji pensait … Que les deux Shinigamis n’étaient pas totalement indifférents aux charmes de l’autre. Le Rouge connaissait déjà les sentiments de Nocturne envers le Capitaine, elle lui avait avoué tout … Qu’elle l’aimait … Mais pour le Kuchiki cela restait un mystère et … Aucun des deux concernés n’étaient au courant de cette dite rumeurs, rumeur disant que les deux Nobles avaient partagés le même lit au sein de la Yon Ban Tai … Rumeur juste dans la forme, mais fausse dans le fond ! Car quand bien même la jeune femme s’était endormie dans ses draps, il ne s’était rien passé … Le Capitaine s’était juste …. Montré protecteur envers elle, se rendant compte qu’elle n’aurait point la force d’atteindre la porte de sa chambre alors se rendre jusqu’à son propre lit …. Et ce que les deux ignorés aussi : Katsumoto les avait retrouvé l’un contre l’autre, Nocturne entouré par les bras du Noble … Le Chef Riruka s’était gardé d’en parler bien sûr mais … Le bruit se rependait tout de même, n’ayant pas encore atteint les oreilles des protagonistes …

Tentative de Smatch ! Raté !... Dommage Byakuya. Car oui, il venait à son tour de dire que Renji avait plus besoin de soin que lui … A face à cette remarque, la jeune femme sentit une petite veine se faire saillante sur sa tempe … Elle ne répondait pas ni même ne réagissait mais on pouvait d’ores et déjà la sentir agacée par cela. Et pour emballer le tout, le Kuchiki rajouta une couche et disait qu’aucun des deux n’étaient dociles … Car ils avaient tournés le dos au Commandant Suprême. Ouais … Bon, cela était une belle conclusion visant à dire : Qu’importe les règles, vous êtes foutus niveau désobéissance … Ce qu’il fallait comprendre ? La Roku Ban Tai était plein à craquer de militaires peu dociles … Rhum rhum … Oui oui, même le Capitaine, surtout le Capitaine même !! Puis, Renji eut la brillance idée d’imiter le Taicho. Qu’est-ce qu’il foutait la ?...  A se lever ? Il jouait les guerriers. Tu tu tu ! Il se croyait ou la ! Ce n’était pas la fête à Mémé !! Il allait rester assis bien sagement pour attendre qu’elle revienne à lui ! Nameho … Force Rouge remercia alors le Capitaine d’être enfin lui-même, de supporter deux guignols comme eux … Pour tout ce qu’il avait fait pour lui, pour eux … Et quand il se détourna pour partir, Nocturne se leva …. Le regard noir …. Elle tendit une main vers lui prononçant tout bas « Bakudō no jū – Hōrin… ». Un cordage vrillé de couleur orangé apparu dans ses mains et … S’enroula autour de Renji, évitant toutefois sa blessure. Et elle le tenait via son Bakudo.

Tu penses aller ou comme ça ?... Cette menace marche aussi pour toi ... Je sais ce que tu essayes de faire et je t'en remercie, mais sache que si j'ai des choses à dire, je saurai saisir le moment pour. Donc maintenant tu t’assoies et tu attends que j'ai fini. Tu ne peux pas te déplacer avec cette blessure, et me dit pas que tu as connu pire et je te ficelle au sol avec un Sajo Sabaku ...

Un Bakudo de niveau 63 ? Oui, Nocturne pouvait user de Bakudo aussi élevé. Et ... Le Sajo Sabaku, Renji l'avait déjà vu. Il s'agissait de la chaine qu'elle avait employé pour mettre Ayon à terre. Au final, on pouvait dire qu'elle aimait bien attacher les gens ... Car même si elle n’utilisait pas souvent le Kido pour sauvegarder sa santé, Nocturne était très bonne dans les Bakudo ...  Autant éviter d'être saucissonner. Ainsi, la San Seki défiait et terrifier ses Supérieurs quand on ne l’écoutait pas ? C'était le cas uniquement quand on refusait de se faire soigner, car cela était important ! Une blessure non-guérie pouvait engendrer des dangers que l'on ne soupçonnait pas .... Tenant toujours l'autre bout de la corde, Nocturne jeta un regard sur le Capitaine, d'un air de dire : Je suis capable de le faire, donc ne me tentez pas .... Puis elle fit disparaitre son cordage et faisant un geste de la main à Renji l'invitant à s'asseoir. Quant à elle, elle restait debout face aux deux Hommes, les sourcils froncés, les mains sur les hanches, l'air fâchée.

Je pense comprendre que je suis une affreuse soigneuse pour que vous souhaitez l'un comme l’autre vous soustraire à ses soins. Souhaitiez-vous passer entre les mains expertes d'Unohana-Taicho ?

Et la ... Nocturne venait de sortir l'artillerie lourde pour s'assurer qu'ils ne chercheraient plus à fuir ... Plus de négociation possibles ! Plus de :Oui mais je vais bien ! Plus de : J'ai des dossiers à finir ... La jeune femme sortait l'arme nucléaire qui faisait fuir tous les Shinigamis, même les plus courageux et les plus forts ....

Revenir en haut Aller en bas
Kuchiki Byakuya
Roku ban tai Taïcho | Cerisier Blanc
avatar
Messages : 2295
Date d'inscription : 02/07/2011
Âge : 34
DC : D'ongil Takouya

Fiche perso
Niveaux:
79/100  (79/100)
Expérience:
13370/17000  (13370/17000)
Spécialité: Kido

MessageSujet: Re: Il est temps que la pluie cesse... ( PV Renji)   Lun 19 Mai 2014 - 20:14



Un froncement de sourcil  vint à sillonner le visage grave et encore en sang du noble.Cependant il ne saignait plus du tout, sentant encore les doigts de la jeune femme sur sa peau. Un bien fait surprenant qui l'avait intimé de rester calmer. Cependant, Renji ne paraissait pas rester aussi sage qu'il ne l'était lui même et se mit à rétorquer qu'il avait tord de toute façon ? Dans un sens...... avec Byakuya on avait souvent tord, mais cela serait injuste de dire que le noble ne savait pas reconnaître ses erreur. C'est pourquoi il se montra si grave en cet instant.  Il regarda son subordonné se redresser non sans peine quelque part, et se rapprocher de lui. Byakuya redressa son regard unique  Visiblement, Renji ne lui avait point encore tout dit, et cela se vérifia assez prestement, car il se rapprocha de lui avec une allure qui ne trompait personne, pour venir lui soumettre qu'il  le remerciait.  Comment cela ?... Sur le moment, le Roku Ban Tai Taicho écarquilla un peu son regard devant les faits, et constatait tout bonnement que son bras droit lui était reconnaissant d'être enfin à nouveau lui même. Pour lui avoir tendu la main.. et soutenu.. défendu... Des choses qui ne se représenterons point de sitôt..  C'était vrai. Byakuya réalisait le parcourt qu'il avait franchit depuis la venue d'Ichigo. Indéniablement, le noble avait su grandir...

Sa vision suivit la ligne rougeâtre sur le torse de Renji. Cela lui avait tout de même coûter un prix cher, et le capitaine n'aimait pas à blessé ses hommes. Ils étaient tous uni dans une même cause, un même devoir. Puis il s'éloigna de lui en parlant du beau temps.. faisait il référence au retour de Byakuya, ou bien du soleil ?? Le noble releva son visage pour contempler les raisonnements de ce dernier .. qu'importe.. sûrement les deux en fait.


Renji....

Fit sa voix dans un souffle, mais il ne savait que dire en échange de tout ceci. Byakuya n'était pas si pipelette que cela en définitive.. il manquait de mot présentement et se sentait si épuisé par cet entraînement, cette colère tumultueuse qui s'en était allée et cette pluie qui alourdissait ses habit qu'il ne pu que soupirer en lui même, les lèvres entrouvertes. Le Taicho ne parvint pas même à retenir cet homme qui avait su lui faire affronté cela, mais Nocturne si en revanche. Contre toute attente et sans doute lassée de les voir ainsi se renvoyer la balle concernant les soins, mit donc sa menace en action, venant à entraver d'un sort de Kido assez admirable, le pauvre Renji, tandis que Byakuya regardait cela d'un air... perplexe..D'ailleurs cela ne s'arrangea nullement car leur San Seki  ne put s'empêcher de parler d'une chose tellement méconnu du noble qu'il en tombait en panne.. Certes, la menace.. il comprenait, c'était une évidence qu'elle ne laisserait aucun des deux se soustraire à ses soins. Son regard en disait long sur le sujet. Mais qu'elle vienne à dire qu'elle avait compris la manœuvre de Renji et qu'elle était assez grande pour dire les choses qu'elle avait à dire et quand elle le voulait..

Nan da.....

Qu'est ce à dire que tout cela ??Pourquoi une telle tirade, alors que Renji semblait parfaitement saucissonné de quoi faire sorte n'importe qui tellement la situation était cocasse. En vérité... heureusement que personne n'était encore sur les lieux, le noble en aurait fait une syncope. Surtout après cette expression qu'il venait de nous tiré.. méconnaissable.. Byakuya avait réussit une expression.. la première depuis son adolescence.. si si je vous jure.. Oui le noble avait totalement perdu le nord et le sud à la fois. Il peinait totalement à comprendre ce qu'il se jouait autour de sa personne, et pour finir, la perplexité qui se lisait sur ses traits laissa place à un visage plus fermé, comme si un agacement certain venait soudainement de l'étreindre. Ces deux là lui cachaient quelque chose et ce n'était point pour lui plaire... Son reiatsu se fit légèrement froid et peu marqué, car après tout, Byakuya n’était pas non plus a mieux de sa forme. Certes, il ne ferait rien pour entraver les soins de Nocturne, surtout avec la menace d'Unohana Taicho, mais il n'était pas dupe non plus. Me Roku Ban Tai Taicho profita de ce temps de pause pour remettre son bandeau sur son visage, tout en prenant soins de ne pas emprisonner quelques mèches dedans, et  proféra de sa voix monocorde mais plus autoritaire.

De quoi parler vous ?

Question simple mais impérative en son intonation. Ce jeu n'allait point durer longtemps, sans parler qu'il ignorait encore tout de cette histoire de rumeur partiellement vrai. Son œil anthracite allait sans cesse de l'un à l'autre, offrant alors un air des plus indéchiffrable. On allait pas se payer sa tête encore bien longtemps.. a moins que ce que la noble avait à lui dire ne le désarçonne, ce ne sera après tout.. pas la première fois.


_________________

« Nous ne devons jamais verser de larmes. Les larmes ne sont rien d'autre que la défaite du corps contre le cœur. Elles constituent la preuve que garder un cœur ne sert à rien d'autre qu'à s'affaiblir. »


Ma galerie
Revenir en haut Aller en bas
https://www.facebook.com/Mariews-549408925120096/
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Il est temps que la pluie cesse... ( PV Renji)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Il est temps que la pluie cesse... ( PV Renji)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Il est temps que la pluie cesse... ( PV Renji)
» Le beau temps après la pluie... [PV Maxime]
» Après la pluie vient toujours le beau temps [PV]
» Après la pluie, le beau temps? Et si en fait, c'était plutôt un ouragan? {PV Amelian et Eliwyr} [terminé]
» Le tonnerre gronde, la pluie tombe, j'en suis heureuse....[Légende Japonnais]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach Incarnation :: Archives du clan Kuchiki :: Archives RPs :: RPs ordinaires-